Navigation – Plan du site
Dossier

Étude de cas

Le télé-enseignement malgache
Norbert Ralison
p. 81-83

Texte intégral

1Après l’indépendance, en 1960, le développement rapide de l’enseignement secondaire, la saturation des infrastructures universitaires, la pénurie de formateurs, ont fini par remettre en question le système traditionnel en salle : le gouvernement a alors créé par décret le Centre national de télé-enseignement de Madagascar (CNTEMAD) qui, outre les nouveaux bacheliers, accueille les travailleurs qui désirent continuer leurs études dans des centres régionaux répartis sur toute l’île.

2Aujourd’hui, le CNTEMAD offre une formation complète en magistère avec un cours par correspondance dans les domaines du droit et de la gestion. De la capacité au bac + 5, les étudiants ont la possibilité de continuer en 3e cycle dans des universités françaises. A la fin de l’année universitaire, une session d’examen final et national est organisée dans les vingt centres régionaux de télé-enseignement (CRTE). La cible du CNTEMAD est multiple car l’apprenant peut aussi bien être un très jeune bachelier de seize ans qu’un fonctionnaire retraité. Le centre s’adresse à tous ceux qui ne peuvent pas assister aux cours en salle parce qu’ils ne remplissent pas les conditions d’accès dans les établissements d’enseignement supérieur classique ou qui ont un problème de santé ou d’éloignement géographique. Pour des raisons pratiques, il séduit également ceux qui souhaitent suivre une double formation ou qui choisissent une formation fondée seulement sur l’écrit.

  • 1 Publication assistée par ordinateur.
  • 2 Dessin assisté par ordinateur.

3Les cours sont rédigés par des concepteurs-réalisateurs qui sont des enseignants universitaires et des cadres expérimentés d’entreprises. Ces cours traités par PAO1 et DAO2 sont diffusés mensuellement par voie terrestre ou aérienne, les centres régionaux se chargeant à leur tour de les distribuer dans les circonscriptions respectives des apprenants qui se composent essentiellement de nationaux et d’habitants des pays francophones environnants comme les Comoriens.

4L’enseignement, fondé sur des cours polycopiés et des exercices pratiques corrigés (fractionnés en neuf envois), est complété par :

  • des devoirs de synthèse aux 3e, 6e et 9e envois avec des corrigés types ;

  • un galop d’essai, pour certaines matières fondamentales, dont le sujet est traité en salle dans les conditions des examens finaux ; ils peuvent concerner les envois 1 à 5, 6 ou 7 ;

  • la diffusion de cassettes audio pour une écoute collective au niveau du centre régional ; toute acquisition personnelle est payante ;

  • une bibliothèque spécialisée disponible dans chaque centre régional ou confiée à des organismes disposant d’une infrastructure adéquate (Alliance française, bibliothèque municipale ou universitaire, etc.) ;

  • des documents modifiant ou complétant les cours en réédition ;

  • des exercices complémentaires (sujets et corrigés) ;

  • depuis 1997, certaines matières fondamentales font l’objet d’émissions radiophoniques nationales et/ou régionales en cas de besoin.

5Cependant l’étendue du territoire national, les difficultés de communication et le manque de disponibilité des professeurs/concepteurs de cours ont suscité, au CNTEMAD, la mise en place d’un tutorat. Ce système consiste à utiliser les compétences des spécialistes résidant dans le chef-lieu où est implanté le centre régional. Le rôle de ce tutorat est d’intervenir périodiquement auprès des groupes d’apprenants. En vue d’une meilleure efficacité, les actions du tuteur sont coordonnées par le centre régional. Ce dernier assure la liaison avec le siège du CNTEMAD.

6Dans leur propre intérêt, les apprenants sont encouragés à constituer un petit groupe de cinq à dix apprenants pour une étude en commun. Chaque groupe peut alors adresser, par écrit, au CRTE ou durant les séances de regroupement, les questions se rapportant à chaque envoi.

7Le projet initial entame actuellement son rythme de croisière et consolide ses bases grâce aux nouvelles technologies telles que l’internet. Toutefois, des formations courtes à la carte sont envisagées. En effet, la structure formelle de l’éducation lance sur le marché du travail un fort potentiel de jeunes, et de moins jeunes, qui peuvent à peine affronter la vie active parce qu’ils n’ont pas de formation spécifique. Pour faire face à cette situation précaire, un projet de recyclage de 1 389 maires et agents comptables des communes, disséminés sur tout le territoire national, est programmé à partir de 1999.

8L’effectif des apprenants s’est stabilisé autour de huit mille. Le CNTEMAD représente ainsi environ un tiers de l’ensemble de l’enseignement supérieur malgache. Il est intéressant de signaler qu’actuellement 49 % des apprenants sont salariés du secteur privé ou de la fonction publique, alors qu’en 1992/1993 ils n’étaient que 10 %. L’ensemble du pays est couvert par ce dispositif ; deux nouveaux centres régionaux ont été ouverts, faisant donc passer le nombre de centres à vingt. Les centres sont financés à 40 % par l’État et à 60 % par les droits et les frais d’études versés par les apprenants.

9Le taux de réussite aux examens est en moyenne de 50 %. Par ailleurs, on constate que les majors et les lauréats (les mieux placés) aux concours des grandes écoles de la fonction publique (magistrature, douane, police) sont souvent des étudiants du CNTEMAD.

10Pour cette année 1998/1999, on a projeté d’ouvrir deux formations courtes (Bac + 2), sur le modèle du BTS français, en informatique de gestion et en techniques de commercialisation. Ces deux filières supposent un équipement informatique des centres régionaux. Pour ce projet, l’appui des bailleurs de fonds – tout d’abord la Coopération française qui a déjà doté le CNTEMAD de huit ordinateurs et l’Agence de la francophonie de deux duplicateurs de cassettes audio – est fortement sollicité, notamment dans la recherche de financement de soixante-six micro-ordinateurs pour l’année 1998/1999.

11D’autre part, cette année verra également l’ouverture de deux formations aux techniques d’expression en langue française : l’une pour les élèves de terminale ou les futurs étudiants, l’autre pour le premier cycle du CNTEMAD, notamment pour les apprenants salariés qui ont parfois terminé leurs études secondaires depuis longtemps.

12Des contacts ont été également pris avec la télé-université de Trois-Rivières au Québec, ainsi qu’avec l’association des experts comptables universels (notamment par des dons d’ouvrages).

13Enfin, le prochain conseil du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) devrait valider les cursus du CNTEMAD, ce qui pourrait permettre aux apprenants d’envisager de poursuivre leurs études dans des universités africaines. D’ores et déjà, certains étudiants ont pu poursuivre leurs études à Paris I.

14Je signalerai enfin que lors du dernier colloque de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) au Sénégal en octobre dernier, le CNTEMAD a été désigné comme modèle pour les pays qui envisagent de mettre en place des formations à distance post-baccalauréat.

15Présente sur la scène internationale, Madagascar travaille en partenariat avec certaines institutions françaises d’enseignement à distance (CNED de Poitiers, télé-enseignement des universités de Paris I et Paris XI).

16Comme partout ailleurs, les jeunes du 1er cycle universitaire se trouvent confrontés à un problème général d’autodiscipline : apprendre au fur et à mesure des envois. Cependant, les apprenants du CNTEMAD ont un fort taux de réussite aux concours officiels administratifs, en s’appuyant uniquement sur des documents écrits.

Haut de page

Notes

1 Publication assistée par ordinateur.

2 Dessin assisté par ordinateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Norbert Ralison, « Étude de cas », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 23 | 1999, 81-83.

Référence électronique

Norbert Ralison, « Étude de cas », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 23 | 1999, mis en ligne le 23 septembre 2002, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ries/2746 ; DOI : 10.4000/ries.2746

Haut de page

Auteur

Norbert Ralison

Directeur du Centre National de télé-enseignement de Madagascar (CNTEMAD), Antananarivo, Madagascar

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page