Navigation – Plan du site
Dossier

L’élaboration des programmes du secondaire

Dominique Raulin
p. 99-103

Résumé

Avec la création du Conseil national des programmes, la nouvelle procédure d’élaboration des programmes joue un rôle essentiel dans la rénovation pédagogique des établissements scolaires. Cette procédure, longue et minutieuse, a abouti à des questions auxquelles il faudra apporter des réponses dans un avenir prochain, concernant le fondement des modifications, l’existence de modèles de programmes, le choix des contenus, l’introduction de la pluridisciplinarité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Décret n° 90-179 du 23 février 1990.
  • 2 La réflexion a été lancée au printemps 1991, la nouvelle seconde a été mise en place à la rentrée 1 (...)

1Considérer les programmes d’enseignement comme un élément important de la réforme d’un cycle d’enseignement est assez récent en France comme dans les pays de développement économique comparable. En France, cette évolution correspond à l’instauration du Conseil national des programmes1 ; elle a été un élément important de la rénovation pédagogique des lycées2, elle est primordiale dans la rénovation des collèges, en cours.

2Confiée auparavant à l’Inspection générale de l’Éducation nationale, la mise au point des programmes de l’enseignement secondaire est maintenant le résultat d’un processus long et minutieux dans lequel les intervenants sont multiples :

3- l’Université : détentrice et créatrice du savoir scientifique, elle participe dès l’origine à la rédaction des projets ;

  • 3 Inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN), inspection pédagogique régionale (IPR), inspec (...)

4- les corps d’inspection3 : responsables institutionnels de la pédagogie, ils apportent leurs connaissances de la réalité des classes et leurs compétences dans la didactique de leur discipline ;

5- les professeurs qui doivent à terme mettre en œuvre les programmes : contraints de faire au quotidien des choix didactiques, ils apportent le regard des praticiens ;

6- le Conseil national des programmes : sa composition pluridisciplinaire lui permet de prendre de la distance par rapport aux choix disciplinaires faits dans chaque programme ;

  • 4 Dans la plupart des disciplines, il existe des associations regroupant les enseignants des différen (...)

7- enfin, les associations de spécialistes4, les associations de parents d’élèves et les organisations syndicales.

8Ainsi, les programmes sont dorénavant un équilibre entre les savoirs universitaires, leur mise en œuvre pédagogique, leur traduction didactique.

9Le travail de mise au point comporte maintenant deux phases essentielles : la rédaction d’un premier projet, puis la consultation de tous les enseignants concernés qui permet d’apporter des modifications de fond ou de forme.

  • 5 . En 1995-1996, 29 groupes techniques disciplinaires (360 membres) se sont réunis régulièrement ; c (...)

10Ce sont les groupes techniques disciplinaires (GTD)5qui rédigent les premiers projets. Les GTD sont attachés à la direction des Lycées et Collèges. Ils sont co-présidés par un professeur des universités et par un inspecteur général de l’Éducation nationale, le lien étant ainsi assuré entre le GTD et le groupe d’inspection générale ; ils comportent en moyenne une douzaine de membres, parmi lesquels systématiquement des professeurs de lycée et de collège.

11Les projets des GTD sont ensuite mis en consultation auprès de tous les professeurs concernés : c’est pour les programmes d’histoire-géographie qu’une consultation nationale a été menée pour la première fois à l’automne 1994. Vu l’intérêt qu’ont montré les professeurs d’histoire-géographie (plus de 70 % de réponses) pour cette procédure, de telles consultations sont maintenant systématiques : programmes de sixième au printemps 1995, programmes du cycle central du collège et programme de sciences économiques et sociales en 1996, etc.

12Le traitement des avis exprimés par les établissements est fait au niveau académique par les inspecteurs pédagogiques régionaux qui en transmettent les résultats à la direction des Lycées et Collèges.

13Pendant que la consultation est menée dans les établissements, les contacts sont établis par la direction des Lycées et Collèges avec les organisations syndicales, les associations de spécialistes et les associations de parents d’élèves. Le Conseil national des programmes exprime également un avis provisoire.

14Ainsi à l’issue de cette phase de consultation, les GTD disposent d’un ensemble de remarques et de suggestions sur leur projet initial. Il leur revient alors de décider quelles modifications il convient d’intégrer. La tâche est d’autant plus délicate que les demandes sont souvent contradictoires : demande de suppression par certains et de maintien par d’autres, reproche de lourdeur accompagné d’une demande de complément, interrogation sur le niveau d’exigence et refus de faire glisser dans une autre classe tel contenu... Face à cette très grande hétérogénéité des avis, l’un des critères principaux pris en compte par les GTD est le respect de la cohérence de l’ensemble du programme.

15Pour les programmes de collège, la consultation s’est traduite par une évolution importante des textes initiaux : allégement, rédaction revue afin de rendre plus clairs les objectifs visés, modification de l’organisation générale du texte...

16La dernière étape qui permet d’officialiser les textes est le passage devant le Conseil supérieur de l’éducation : la nature des débats montre l’importance que les partenaires portent aux programmes. Des questions fondamentales sont apparues progressivement auxquelles il conviendra de trouver des réponses, dans les années à venir.

  • 6 Récemment, par exemple, la nouvelle option de sciences expérimentales en première scientifique.

17- Sur quoi fonder la modification d’un programme d’enseignement ? Un changement de structure, le développement des connaissances scientifiques, pédagogiques ou didactiques, la connaissance de la réalité des classes, les résultats des élèves, leurs acquis (à la fin de l’année, six mois après, deux ans après) ? La nécessité d’un suivi des programmes et des enseignements est ressentie par tous : l’inspection générale depuis plusieurs années inscrit à son programme de travail de telles préoccupations6. Régulièrement, les organisations syndicales ont demandé qu’une évaluation des programmes en cours soit pratiquée avant d’en envisager une modification.

  • 7 Mot dont la polysémie justifie la plus grande prudence quant à une utilisation systématique.

18- Existe-t-il un modèle de programme, applicable à toutes les disciplines ? Si l’on s’accorde aisément pour inscrire dans un programme la liste des connaissances à acquérir, les approches sont différentes sur la nécessité de citer des compétences7, sur l’existence même de concepts ou de notions... Or, il existe en dehors de l’Éducation nationale, chez les parents d’élèves par exemple, un forte attente pour une harmonisation de la présentation et des contenus des programmes. La question du destinataire est alors posée : s’agit-il du professeur spécialiste de sa discipline, de ses collègues enseignant au même niveau, des parents d’élèves, de la société... ? Une transition est amorcée pour rendre les programmes, accessibles aux non-spécialistes : un grand effort est fourni pour les rendre lisibles, notamment en explicitant les objectifs poursuivis.

  • 8 L’information ou la formation scientifique qu’il est possible de donner sur le Sida, par exemple ; (...)
  • 9 Par exemple, le démantèlement du bloc soviétique.

19- Comment choisir les contenus à inscrire dans un programme donné ? Il n’y pas de discipline scolaire pour laquelle cette question n’est pas primordiale : par exemple, le choix des auteurs étudiés en latin ou en français, le maintien ou la suppression de l’arithmétique en mathématiques, de l’optique en physique, l’apparition de la chimie organique, la référence à l’art contemporain dans les disciplines artistiques, les parts respectives de l’objectif culturel et de l’objectif de communication en langues vivantes, la référence à l’entreprise en technologie, la prise en compte des attentes de la société en sciences de la vie et de la terre8, en histoire la prise en compte de faits d’actualité9. Cette question peut d’ailleurs être étendue à l’existence même des disciplines scolaires au regard des disciplines universitaires : par exemple, l’économie n’est enseignée que dans une série technologique, l’informatique n’a pas encore un statut stable... La question de la formation générale à donner à la fin d’un cycle d’enseignement est posée de plus en plus fréquemment : on souhaiterait commencer par définir les objectifs généraux, puis les définir par discipline ce qui pourrait conduire à une nouvelle organisation des champs disciplinaires.

  • 10 Sur l’ensemble des sept années de l’enseignement secondaire (quatre années de collège et trois anné (...)

20- Comment intégrer aux programmes disciplinaires des considérations pluridisciplinaires ? Cette préoccupation est récente et s’inscrit dans la logique du questionnement précédent. L’ambition de notre système éducatif est de donner une formation équilibrée, alors que celle-ci est dispensée par une multitude de professeurs10, dont les compétences sont disciplinaires : c’est le sens de chaque discipline qui est posé et, plus généralement, celui de l’école.

  • 11 La charte des programmes (février 1992) consacre plusieurs de ses articles à cette question.

21- Quel matériel pédagogique et didactique pour accompagner la publication d’un nouveau programme ? A l’ambition de rendre les programmes lisibles par le plus grand nombre, s’ajoute celle de donner aux professeurs chargés de les mettre en œuvre les indications didactiques les plus claires possibles afin de réduire les interprétations personnelles ou celles proposées dans les manuels scolaires. L’idée d’un véritable accompagnement des programmes – documents écrits, formation initiale, formation continue – progresse11.

Haut de page

Notes

1 Décret n° 90-179 du 23 février 1990.

2 La réflexion a été lancée au printemps 1991, la nouvelle seconde a été mise en place à la rentrée 1992, la première session des nouveaux baccalauréats date de juin 1995.

3 Inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN), inspection pédagogique régionale (IPR), inspection de l’Éducation nationale (IEN).

4 Dans la plupart des disciplines, il existe des associations regroupant les enseignants des différents ordres d’enseignement : notamment l’Association française des enseignants de français (AFEF), l’Association des professeurs de mathématique de l’enseignement public (APMEP), l’Association des professeurs d’histoire et géographie (APHG), l’Association des professeurs de biologie-géologie (APBG), l’Union des physiciens (UDP), l’Association des professeurs de langues vivantes (APLV).

5 . En 1995-1996, 29 groupes techniques disciplinaires (360 membres) se sont réunis régulièrement ; cela a représenté près de 200 réunions.

6 Récemment, par exemple, la nouvelle option de sciences expérimentales en première scientifique.

7 Mot dont la polysémie justifie la plus grande prudence quant à une utilisation systématique.

8 L’information ou la formation scientifique qu’il est possible de donner sur le Sida, par exemple ; celles-ci devenant dépassées très rapidement.

9 Par exemple, le démantèlement du bloc soviétique.

10 Sur l’ensemble des sept années de l’enseignement secondaire (quatre années de collège et trois années de lycée), cela représente plus de soixante enseignants.

11 La charte des programmes (février 1992) consacre plusieurs de ses articles à cette question.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ries/docannexe/image/3431/img-1.png
Fichier image/png, 1020k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Raulin, « L’élaboration des programmes du secondaire », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 12 | 1996, 99-103.

Référence électronique

Dominique Raulin, « L’élaboration des programmes du secondaire », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 12 | 1996, mis en ligne le 27 août 2013, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/3431 ; DOI : 10.4000/ries.3431

Haut de page

Auteur

Dominique Raulin

Responsable du bureau des programmes et de l’animation pédagogique, direction des Lycées et des Collèges, ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Paris, France

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page