Navigation – Plan du site

AccueilNuméros71Actualité internationaleLe point sur...Les enjeux du développement de te...

Actualité internationale
Le point sur...

Les enjeux du développement de tests de langues non certifiants : l’exemple du test français Ev@lang

Bruno Mègre et Sébastien Portelli
p. 15-18

Entrées d’index

Mots-clés :

test, évaluation, langue

Palabras claves:

prueba, evaluación, lengua
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Anciennement Cambridge ESOL.

1Les outils d’évaluation des compétences en langue étrangère sont, dans la plupart des cas, des certifications qui conduisent, quand il s’agit d’un test, à la délivrance d’une attestation ou, lorsque que l’on se trouve en situation d’examen, à celle d’un diplôme. Ils constituent un double enjeu pour les organismes certificateurs, tant sur le plan de la reconnaissance internationale de leur expertise comme concepteurs d’outils de mesure que sur le plan économique, étant donné le dynamisme de ce marché dans un grand nombre de pays. De nombreuses institutions, très souvent européennes, mettent en avant leur savoir-faire dans ce domaine en proposant une gamme de tests ou d’examens. Toutefois, pour des raisons évidentes liées au très large public concerné, les plus connues à travers le monde sont celles qui se sont spécialisées dans l’évaluation des compétences en anglais : l’Américain Educational Testing Service (ETS), en charge de deux grands tests d’anglais, le TOEFL (anglais, langue générale) et le TOEIC (anglais, langue des affaires), ainsi que le britannique Cambridge English Assessment Language1, département de l’université de Cambridge qui dispose d’une gamme complète de certifications en anglais (BULATS, KET, PET, FCE, CAE, CPE, BEC), constituent les précurseurs et les leaders mondiaux dans ce domaine. Mais l’anglais n’est pas la seule langue évaluée dans le monde. Des certifications en langues étrangères présentes au niveau international sont conçues et distribuées par d’autres organismes certificateurs français (Centre international d’études pédagogiques, Chambre de commerce et d’industrie de Paris Île-de-France), espagnols (Institut Cervantès en collaboration avec l’Université de Salamanque), portugais (Université de Lisbonne), italien (Université de Pérouse), allemand (Goethe Institut, KMK), japonais (Japan Foundation) ou chinois (ministère de l’éducation), pour n’en citer que quelques uns.

2La France, au travers de ses principaux opérateurs, dispose d’une offre complète de tests certifiants et de diplômes en français langue étrangère qui permettent aux candidats d’attester de leur niveau de compétence en français et, dans la majorité des cas, lorsqu’il s’agit de candidats adultes, de les faire valoir auprès d’utilisateurs finaux, c’est-à-dire de services administratifs qui exigent une preuve de niveau de compétence en langue française, dans le cadre de démarches de projets de vie spécifiques : accès à la naturalisation française, demande d’immigration vers le Québec, admission dans un établissement d’enseignement supérieur, obtention d’une bourse d’études, renouvellement d’un titre de séjour... Dans ces cas précis, les attestations et les diplômes délivrés s’inscrivent dans le cadre de certifications à fort enjeu social pour le candidat.

3Toutefois, ces outils d’évaluation répondent assez peu aux besoins pronostics ou diagnostics des candidats qui ne souhaitent pas faire évaluer leur niveau de français en contexte de certifications. Bon nombre d’entre eux sont en quête de connaître leur niveau de compétence sans qu’il figure pour autant sur une attestation officielle ou sur un diplôme. Certains utilisateurs finaux également, comme les entreprises, sont moins à la recherche de certificats que d’une indication fiable d’un niveau. Ces dernières ont en effet besoin de connaître le niveau de compétence en langue étrangère de leurs collaborateurs pour les orienter vers des formations, leur proposer une mobilité internationale, envisager une promotion ou un recrutement de leurs salariés. Les centres de formation linguistique ont souvent recours à des tests de positionnement pour constituer leurs groupes de niveau et, ainsi, orienter les étudiants vers le groupe le mieux adapté à leurs besoins linguistiques et langagiers.

4Contrairement à d’autres pays, les grands organismes certificateurs français ne disposaient pas jusqu’à présent d’offre de tests de positionnement non certifiants, souples d’utilisation et bon marché à proposer à d’éventuels candidats en situation de recherche d’emploi, d’avancement professionnel ou de placement/orientation dans une formation. Les outils disponibles (entre autres les examens du DELF, du DALF et le test TCF, premières certifications en français en termes de candidats) sont lourds d’utilisation car ils répondent à une logique de calendriers fixes et limités d’épreuves, et sont inéquitablement accessibles en ligne, relativement onéreux et de durée de passation assez longue (au-delà d’une heure). De plus, ETS et l’université de Cambridge, les deux premiers organismes certificateurs au monde, ne disposent pas encore de test de placement non certifiant en français mais offrent déjà des tests sur Internet, peu coûteux et en plusieurs langues. C’est le cas également de l’allemand TELC qui propose des tests en 14 langues. Tous ces organismes étrangers s’intéressent à la langue française car elle représente un marché. Ainsi, le Test de français international (TFI), conçu par ETS, a été agréé par le ministère français de l’intérieur entre 2012 et 2015 dans le cadre des démarches d’obtention de la nationalité française.

5D’après une étude conduite par le Centre international d’études pédagogiques en novembre 2014, il semblerait que les langues les plus évaluées grâce à ces tests de positionnement non certifiants, au travers de plateformes en ligne, soient l’allemand, l’anglais, l’arabe, le portugais du Brésil, le chinois, l’espagnol, le français, l’italien, le japonais et le russe. La grande majorité des tests de positionnement est axée sur les compétences grammaticales et lexicales, en particulier pour l’anglais, même s’ils sont, pour la plupart, harmonisés sur les niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Toutefois, il est rare que l’élaboration de ces tests repose sur une solide méthodologie scientifique de conception. Par ailleurs, la majorité de ces tests est gratuite et proposée en ligne, mais n’est pas toujours en accès libre car ces outils nécessitent souvent une identification et la création d’un compte. La durée des tests est très variable : de 10 minutes à 1 heure 30. Elle est souvent donnée à titre indicatif mais rarement chronométrée, donc peu standardisée. Enfin, la plupart des tests de placement n’évaluent qu’une seule langue même si certains, comme Dialang et Transparent Language, en évaluent jusqu’à quatorze.

6À la lumière de ces éléments, force est de constater que les grands organismes certificateurs s’intéressent à l’évaluation des langues étrangères autres que celles qui constituent traditionnellement leur expertise. Le CIEP a donc décidé de mettre en avant, au travers d’un test de nouvelle génération, son expertise de trente ans en matière de conception d’outils d’évaluation des compétences en français et en langues étrangères. L’établissement public français est donc en mesure de proposer, à destination des entreprises et des centres de formation, un nouvel outil souple, fiable, peu coûteux et rapide, permettant une évaluation des compétences en plusieurs langues, afin de se positionner également sur ce marché des langues étrangères et de faire valoir, ainsi, l’expertise française dans ce domaine.

7Ce nouveau test, appelé Ev@lang, est disponible dans un premier temps pour l’évaluation des compétences en langues française, anglaise et arabe (cette dernière version étant conçue en partenariat avec l’Institut du monde arabe). Il sera prochainement décliné en quatre autres langues : l’espagnol, le chinois, le russe et l’allemand. Comme pour le DELF/DALF et le TCF, Ev@lang est aligné sur les six niveaux de compétences définis dans le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et conduit à la délivrance de niveaux fins correspondant à des subdivisions des actuels niveaux du Cadre. Ev@lang est proposé uniquement en ligne et repose sur une méthodologie adaptative, c’est-à-dire qu’à l’issue des premières questions posées, d’autres, de niveau de difficulté varié, sont posées au candidat en fonction de ses capacités. Le niveau de difficulté augmentera en fonction du nombre de bonnes réponses données par le candidat. Ce test a donc une durée de passation variable en fonction du niveau de compétence du candidat mais n’excède pas 35 minutes. Enfin, Ev@lang est modulaire et permet aux utilisateurs de constituer le format souhaité à partir des activités langagières, en choisissant d’être évalués en compréhension ou en production, que ce soit à l’oral ou à l’écrit.

8La mise à disposition de ce nouveau test auprès du grand public renforce l’expertise française en matière de conception d’outils d’évaluation fiables, ouverts sur d’autres langues que le français, et reposant sur des technologies récentes.

Haut de page

Notes

1  Anciennement Cambridge ESOL.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Mègre et Sébastien Portelli, « Les enjeux du développement de tests de langues non certifiants : l’exemple du test français Ev@lang »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 71 | 2016, 15-18.

Référence électronique

Bruno Mègre et Sébastien Portelli, « Les enjeux du développement de tests de langues non certifiants : l’exemple du test français Ev@lang »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 71 | avril 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ries/4543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.4543

Haut de page

Auteurs

Bruno Mègre

Bruno Mègre a été enseignant et formateur d’enseignants de français langue étrangère (FLE) pendant de nombreuses années en France et à l’étranger. Il est actuellement responsable du département évaluation et certifications au Centre international d’études pédagogiques (CIEP), qui a en charge, entre autres, la conception et la distribution, dans plus de 170 pays, des examens du DELF-DALF et du Test de connaissance du français (TCF). Il est également chargé de cours, spécialisé dans la méthodologie de l’évaluation en langue étrangère et des techniques d’écrit en classe de FLE, dans le cadre des masters en didactique des langues des universités de la Sorbonne Nouvelle et Paris Descartes. Courriel : megre@ciep.fr

Articles du même auteur

Sébastien Portelli

Sébastien Portelli est professeur certifié d’anglais et a enseigné pendant de nombreuses années. Il est actuellement responsable du bureau des tests intégré au département évaluation et certifications au Centre international d’études pédagogiques qui a en charge, entre autres, la conception et la distribution du test de connaissance du français (TCF) et d’ev@lang dans ses différentes versions linguistiques. Courriel : portelli@ciep.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search