Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Ressources en ligne

Compétences socio-émotionnelles : recherches et initiatives

Federica Minichiello
p. 12-15

Texte intégral

  • 1 Ce périmètre relativement large indique l’absence actuelle de consensus autour d’une seule définiti (...)

1Les compétences socio-émotionnelles sont considérées comme des savoirs-être qui peuvent être acquis, enseignés et évalués ; elles contribueraient à un sentiment d’efficacité individuelle et collective et sembleraient prédictives d’un certain bien-être individuel et social. L’éventail de qualités sous-entendues est très large1 : l’empathie, le respect de l’autre, la capacité de solliciter ou de prêter de l’aide, l’aptitude à ajuster ses émotions aux situations ou à discerner celles d’autrui. Comme toute compétence pour la vie, l’Unicef leur octroie le mérite « d’aider les jeunes à mener une réflexion critique, résoudre les problèmes, avoir confiance en eux et interagir avec autrui de manière constructive et efficace ». L’Organisation mondiale de santé les définit comme « un ensemble de capacités permettant à chacun d’adopter un comportement adaptable et positif pour répondre efficacement aux exigences du quotidien ».

2Dans cet article nous proposons une sélection non exhaustive d’acteurs et d’initiatives dans le domaine, avec un regard particulier sur les retombées sociales et les différentes évaluations d’impact.

3Sitographie arrêtée le 6 novembre 2017.

Acteurs

OCDE

4Dans de nombreux pays les compétences sociales et affectives sont traitées dans des disciplines comme l’éducation physique et à la santé, l’éducation civique et à la citoyenneté, la morale/religion ; certains pays ont introduit ces compétences dans leur cadre national des qualifications, comme les Pays-Bas (la responsabilité, l’autonomie). Selon la publication de l’OCDE (2016) intitulée Les compétences au service du progrès social. Le pouvoir des compétences socio-affectives, les compétences socio-émotionnelles ont un fort impact social ; leur effet est comparable à celui des compétences cognitives sur la réduction de l’obésité, voire supérieur en termes de réduction d’épisodes de dépression ou de violence. Le rapport insiste toutefois sur la nécessité de nuancer ces résultats empiriques, en raison de la rareté d’études d’impact à long terme et de l’incertitude sur les méthodes d’évaluation. Le Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI) prépare actuellement une étude longitudinale sur le développement des compétences sociales et émotionnelles des enfants en milieu urbain ; la phase de collecte des données devrait démarrer en 2020.
http://www.oecd.org

Forum économique mondial

5Dans son rapport 2016, le Forum économique mondial prône les bénéfices des compétences socio-émotionnelles en termes d’insertion professionnelle. Depuis 1980, l’organisation constate l’émergence d’un nombre important de métiers requérant ces compétences, dont plusieurs joueraient un rôle moteur dans la réussite professionnelle et relationnelle en entreprise : la créativité, l’esprit critique, la capacité de communication et de collaboration, l’adaptabilité, le leadership, la conscience sociale et culturelle, la prise d’initiative. Sur 5 milliards de dollars (USD) d’investissements privés dans les technologies éducatives depuis 2011 (principalement destinés à la création de contenus multimédia ou de cours en ligne), seulement 8 % viseraient le développement des compétences socio-émotionnelles. L’organisme dénonce une offre de ressources inadéquate dans ce domaine et une prise de conscience encore insuffisante des intérêts à investir dans le secteur.
https://www.weforum.org/​

Université de Genève

6Le Laboratoire du développement sensori-moteur, affectif et social (SMAS) se consacre à l’étude du développement des compétences affectives et sociales dès la naissance. En 2015 il a évalué un programme d’entraînement des compétences émotionnelles à l’école sur 232 enfants âgés de 6 à 12 ans et sur quatre niveaux scolaires différents : un groupe pilote a bénéficié de ce programme, tandis qu’un groupe contrôle suivait des séances d’aide et de soutien scolaire. Les résultats montrent que les enfants bénéficiaires ont amélioré significativement leur niveau de compétences émotionnelles, particulièrement les plus jeunes. Si l’entraînement aux émotions est possible dès 6 ans, les recherches s’intéressent aux enfants encore plus jeunes ; la reconnaissance de l’émotion sur un visage est une capacité développée très précocement, mais la compréhension et la différenciation des émotions commence réellement autour de 3 ans. Dès 18 mois, les enfants peuvent comprendre les intentions de quelqu’un et lui apporter de l’aide mais on peut réellement parler de capacité d’empathie à partir de 6 ans, initialement envers un entourage proche et, vers 12 ans, au-delà.
https://www.unige.ch/​fapse/​sensori-moteur/​

Université de Louvain

7Le laboratoire de recherche I-lab de l’université de Louvain étudie les liens des compétences socio-émotionnelles avec la santé physique et mentale, les relations interpersonnelles et la performance au travail. Selon une conférence du cycle TEDxUCLouvain, l’école serait trop concentrée sur l’acquisition de compétences cognitives : 83 % du temps d’apprentissage consacré au développement intellectuel contre 1 % dédié au développement socio-émotionnel, un chiffre qui peut paraître disproportionné si on le compare au temps que les êtres humains passent à éprouver des émotions : 90 % du temps d’éveil ! Les travaux du laboratoire insistent sur la corrélation entre de meilleures compétences et le niveau de dépense publique dans la santé : un module de formation courte ad hoc pourrait réduire de 10 % ces dépenses, par une amélioration du bien-être et une diminution du stress (entre 20 et 40 %).

8Un test (https://emotional-competence.co/​) a été développé pour permettre à chacun de mesurer son propre quotient émotionnel, défini comme « la capacité à décoder, comprendre, exprimer, réguler et utiliser efficacement ses émotions et celles des autres ». L’impact du quotient émotionnel serait tout aussi important que celui du QI et lui serait complémentaire.
https://sites.uclouvain.be/​ilab/​

Yale Center for Emotional Intelligence

9Ce centre de recherche se consacre au développement de l’intelligence émotionnelle et à ses méthodologies d’enseignement. Parmi les outils pédagogiques proposés, on peut citer une charte collaborative, pour définir les attentes respectives en termes de relations interpersonnelles et évaluer périodiquement le climat émotionnel de la classe ; le baromètre des émotions, pour associer des typologies d’activités pédagogiques aux différents états émotionnels, dans la conviction que l’on peut utiliser toutes les émotions au sein d’une classe ; un curriculum des mots, pour enrichir le vocabulaire utilisé pour décrire les sentiments et ainsi illustrer des différences parfois nuancées entre états émotionnels.
http://ei.yale.edu

Initiatives

Racines de l’empathie

10Ce programme canadien prévoit l’accueil dans les écoles de bébés du quartier accompagnés par leurs parents, tout au long de leur première année de vie. L’observation de l’amour entre un parent et un enfant et son évolution dans le temps sont utilisés pour inspirer une meilleure reconnaissance et gestion des émotions ressenties par les élèves. L’initiative, déjà appliquée à 4 450 enfants dans 133 écoles, a été évaluée à plusieurs reprises depuis 2000 : on constate une baisse des agressions (39 %), l’augmentation de comportements d’entraide, une meilleure acceptation entre pairs ; la difficulté reste la nécessité de former les professeurs et de trouver des parents volontaires.
http://www.rootsofempathy.org/​

Escuela Nueva

11Le modèle Escuela Nueva a été développé dans les années 1970 en Colombie, principalement pour compenser la faible scolarisation des enfants en milieu rural. La philosophie sous-jacente, très proche des écoles alternatives, est de repenser le processus éducatif et de le centrer sur l’enfant : un système de classe unique, un avancement au rythme de l’enfant, une formation des enseignants pour s’adapter aux situations locales. L’initiative, louée à plusieurs reprises par les institutions internationales, a été déployée à l’échelle nationale et dans seize autres pays ; plusieurs évaluations (Université de Toronto et de Stanford, Unesco, Banque mondiale) ont démontré une progression des résultats scolaires, une incidence positive sur les dimensions non cognitives (créativité, esprit critique, autonomie), la réduction du taux d’abandon et une meilleure promotion de l’égalité garçons-filles. Ces résultats encourageants présupposent une implication de toutes les parties prenantes et une formation spécifique des acteurs pédagogiques.
http://escuelanueva.org/​portal1/​es/​

Le projet I-YES: « Improve Your Emotional Skills »

  • 2 Consortium du projet : Institut pour le Développement et la Formation (France), Université Petru Ma (...)

12Ce projet européen, financé dans le cadre du programme Erasmus+, s’est terminé en août 20172. L’objectif était de mener une large enquête auprès des jeunes européens (569 étudiants, âgés de 14 à 25 ans, dans six pays), pour identifier leurs besoins sociaux et émotionnels et développer un programme d’intervention par des activités en groupe et individuelles (dont des applications mobiles). L’analyse des résultats montre que les principaux besoins ressentis concernent les capacités d’auto-régulation des émotions, les relations avec les enseignants et les pairs, la confiance et l’estime de soi, le bien-être à l’école. Une plateforme électronique propose un ensemble de ressources et de scénarios pédagogiques pour travailler ces compétences, avec des exercices très variés, comme la rédaction d’une autobiographie ou d’une lettre à soi-même dans le futur, l’assistance fictive à une personne non voyante, etc.
http://www.iyes-project.eu/​index.php/​fr/​

Synlab

  • 3 En présentiel et à distance.

13Synlab est une association française qui se présente comme un laboratoire citoyen de recherche-action focalisé sur le développement des compétences émotionnelles, sociales et civiques dans les systèmes éducatifs francophones. Parmi ses initiatives, on peut citer « Bâtisseurs du possible » (http://www.batisseursdepossibles.org), qui met en réseau des enseignants souhaitant construire des projets citoyens avec leurs élèves. Le projet « Parcours connectés », en collaboration avec l’ESPÉ de Créteil, est un système d’accompagnement hybride3 d’enseignants du premier degré en formation initiale et en début de carrière, pour développer leurs propres compétences en termes de créativité, de coopération et d’esprit critique. Actuellement en expérimentation sur l’académie de Créteil, ce programme se poursuit sur quatre ans (2016-2020) et devrait concerner 300 à 400 enseignants par an.
https://www.syn-lab.fr/​gouvernance/​

Haut de page

Notes

1 Ce périmètre relativement large indique l’absence actuelle de consensus autour d’une seule définition.

2 Consortium du projet : Institut pour le Développement et la Formation (France), Université Petru Maior (Roumanie), Best Cybernetics (Grèce), Società cooperativa sociale Civiform (Italie), Instituto de Soldadura e Qualidad (Portugal).

3 En présentiel et à distance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federica Minichiello, « Compétences socio-émotionnelles : recherches et initiatives », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 76 | 2017, 12-15.

Référence électronique

Federica Minichiello, « Compétences socio-émotionnelles : recherches et initiatives », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 76 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ries/6008 ; DOI : 10.4000/ries.6008

Haut de page

Auteur

Federica Minichiello

Federica Minichiello est chargée de veille au centre de ressources et d’ingénierie documentaires du Centre international d’études pédagogiques (CIEP). Courriel : minichiello@ciep.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page