Navigation – Plan du site
Dossier - La fragmentation des systèmes scolaires nationaux

Les écoles confessionnelles en Europe

Les raisons d’un succès
Religious schools in Europe. The reasons for their success
Las escuelas confesionales en Europa. Las razones de un éxito
Michael S. Merry
Traduction de Eva Loechner
p. 73-82

Résumés

Les écoles confessionnelles continuent de jouir d’une grande popularité en Europe, en dépit du fort déclin de l’appartenance et de la pratique religieuse depuis la fin des années 1960. Cet article examine les raisons de ce succès. Il analyse d’abord quelques évolutions récentes qui ont affecté le public de ces écoles et les enjeux politiques qui les entourent. Il s’intéresse ensuite à un certain nombre de raisons empiriquement vérifiées qui expliquent ce choix des parents. Il examine enfin d’autres raisons de préférer une école confessionnelle et notamment la question de la ségrégation. Selon l’auteur, les minorités culturelles et religieuses se tournent actuellement vers les écoles confessionnelles car elles répondent aux besoins de leurs enfants, lorsque d’autres types d’écoles échouent à le faire, voire excluent purement et simplement ces enfants.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Évolutions récentes
Les raisons de choisir une école confessionnelle
La proximité
La foi
La réputation académique
Au-delà des données empiriques
La ségrégation scolaire liée à la religion

Aperçu du texte

En raison du grand nombre de pays européens et de la diversité des systèmes de gouvernement entre ces pays et en leur sein, quiconque se penche sur la question des écoles confessionnelles en Europe se doit d’examiner chaque contexte dans sa spécificité. À travers le continent européen, des différences considérables se rencontrent, s’agissant des aspects suivants : le christianisme, une dénomination historiquement dominante ; la liberté d’opérer accordée aux écoles confessionnelles, sur le plan institutionnel mais également associatif, pédagogique et organisationnel ; les systèmes de reddition de comptes mis en place ; les tendances conservatrices ou progressistes de chaque école prise individuellement ; les significations différentes revêtues par les termes « public » et « privé » dans le domaine éducatif ; le pourcentage d’enfants fréquentant des écoles confessionnelles ; le choix de privilégier ou non, à l’embauche, des membres d’une confession donnée ; le degré de concurrence cré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael S. Merry, « Les écoles confessionnelles en Europe », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 76 | 2017, 73-82.

Référence électronique

Michael S. Merry, « Les écoles confessionnelles en Europe », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 76 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ries/6062 ; DOI : 10.4000/ries.6062

Haut de page

Auteur

Michael S. Merry

Michael S. Merry est professeur de philosophie au département du développement et de l’éducation des enfants de l’Université d’Amsterdam. Il est également membre associé du département de philosophie de la faculté des sciences humaines et du département de sociologie de la faculté des sciences sociales et comportementales de cette université. Il a suivi ses études supérieures à Chicago, Louvain et New-York avant d’obtenir son doctorat en philosophie et en politique éducative à l’Université du Wisconsin-Madison. Ses centres d’intérêt incluent : le paternalisme et l’éthique de l’intervention ; l’épistémologie de la recherche en éducation ; le choix de l’école et la ségrégation scolaire ; la citoyenneté et l’éducation civique ; la religion et les écoles confessionnelles ainsi que l’éducation des minorités sous ses multiples formes. Courriel : m.s.merry@uva.nl

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page