Navigation – Plan du site
Dossier - La fragmentation des systèmes scolaires nationaux

Fragmentation de l’offre éducative et projets de réforme de l’enseignement religieux au Sénégal

La difficile conciliation des modernités occidentale et islamique
Fragmentation of education provision and reform of religious education in Senegal. The difficult reconciliation between Western and Islamic modernities
Fragmentación de la oferta y reforma de la enseñanza religiosa en Senegal. La difícil conciliación de las modernidades occidental e islámica
Jean-Émile Charlier, Sarah Croché et Oana Marina Panait
p. 125-134

Résumés

Jusqu’à présent, tous les efforts visant à intégrer l’école publique et l’école coranique ont échoué au Sénégal, ce qui a contribué à y pérenniser la fragmentation de l’offre éducative. Ces deux écoles s’adossent à des conceptions de l’éducation très cohérentes, arrimées à des prémisses que rien ne rapproche. Au travers de l’analyse de trois projets de réforme de l’enseignement religieux mis en œuvre depuis les années 2000, cet article soutient l’hypothèse selon laquelle les conceptions rivales de la manière dont il convient d’éduquer l’enfant sénégalais défendues par l’école publique et l’école coranique s’appuient respectivement sur les préceptes de la modernité occidentale et de la modernité islamique, ce qui complique singulièrement leur conciliation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été développé dans le cadre de l’Action de recherche concertée AEC-SERTIS financée par l’Université catholique de Louvain (2016-2020).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Fragmentation de l’offre éducative au Sénégal
Installer des passerelles entre les écoles coranique, française et arabe
Le projet de moderniser les écoles coraniques de la moitié du XIXe siècle à la fin du XXe siècle
Le projet de moderniser les écoles coraniques après 2000
Revalorisation des écoles coraniques et objectifs du développement durable

Aperçu du texte

Fragmentation de l’offre éducative au Sénégal

Jamais, depuis que l’école dite « moderne » a été introduite par le colonisateur au Sénégal, les offres éducatives n’ont pu y être coordonnées, malgré les efforts qu’ont déployés à cette fin les autorités françaises d’abord, nationales ensuite. Des structures d’enseignement « formelles » et « non formelles » cohabitent sans former un système intégré dans lequel des passerelles seraient établies entre les différentes filières de formation. Le passage d’une filière à l’autre est difficile, voire impossible. Le contrôle public ne s’exerce, à des intensités variées, que sur les structures formelles d’enseignement, c’est-à-dire sur l’école publique, les écoles franco-arabes publiques et les écoles privées. Pour ces établissements, les autorités publiques fixent le curriculum, les modalités de recrutement des enseignants et les critères d’évaluation des acquis des élèves. Les structures non formelles d’enseignement, soit l’école arabe et l’écol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Émile Charlier, Sarah Croché et Oana Marina Panait, « Fragmentation de l’offre éducative et projets de réforme de l’enseignement religieux au Sénégal », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 76 | 2017, 125-134.

Référence électronique

Jean-Émile Charlier, Sarah Croché et Oana Marina Panait, « Fragmentation de l’offre éducative et projets de réforme de l’enseignement religieux au Sénégal », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 76 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ries/6079 ; DOI : 10.4000/ries.6079

Haut de page

Auteurs

Jean-Émile Charlier

Jean-Émile Charlier est professeur à l’Université catholique de Louvain. Ses recherches sont aujourd’hui centrées sur les manières dont se matérialisent sur le terrain les résistances aux prescriptions internationales dans l’enseignement. Courriel : jean-emile.charlier@uclouvain.be

Sarah Croché

Sarah Croché est professeur à l’Université de Picardie Jules Verne. Après avoir étudié les politiques européennes de l’enseignement supérieur, elle mène des recherches sur les rapports entre sciences et religion dans l’enseignement des pays du Sud. Courriel : sarah.croche@u-picardie.fr

Oana Marina Panait

Oana Marina Panait est chercheuse en sciences politiques et sociales. Ses recherches portent sur les politiques éducatives et les modèles alternatifs d’éducation au Sud et les résistances aux prescriptions internationales en matière éducative. Courriel : oana.panait@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page