Navigation – Plan du site
Dossier - La fragmentation des systèmes scolaires nationaux

Histoire du système éducatif sud-coréen

Tensions entre éducation égalitaire et différenciée
History of the South Korean education system. Recurring tensions between egalitarian and differentiated education
Historia del sistema educativo sur-coreano. Unas tensiones recurrentes entre educación igualitaria y diferenciada
Chae-chun Gim
Traduction de Sylvaine Herold
p. 135-146

Résumés

La Corée du Sud a toujours oscillé entre une « éducation égalitaire » pour tous et une « éducation différenciée » correspondant aux capacités des élèves. La politique de standardisation du secondaire supérieur, introduite en 1974, a été fortement critiquée pour avoir échoué à satisfaire les besoins pluriels des élèves tout en conduisant à la dégradation de la qualité de l’enseignement. Depuis les années 1980, différentes mesures ont été prises pour intégrer des éléments de différenciation dans le système éducatif : établissements respectant le droit des élèves à choisir et « lycées spécialisés » (années 1980) ; établissements privés indépendants (années 1990) ; écoles internationales (années 2010). Des initiatives ont également été prises au sein des établissements : curricula différenciés, « filières de spécialité » dans les lycées généralistes. Ce mouvement en faveur d’une éducation différenciée, qui succède à la politique de standardisation des établissements, a engendré diverses formes de fragmentation de l’offre éducative, que ce soit au niveau inter- ou intra-établissements.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Le contexte de la fragmentation de l’offre éducative en Corée du Sud
Une fragmentation de l’offre éducative de plusieurs types
Fragmentation entre établissements préparant à l’enseignement supérieur
Fragmentation entre établissements préparant à l’emploi
Développement d’écoles « hors système »
Fragmentation interne aux établissements préparant à l’enseignement supérieur
Remarques finales

Aperçu du texte

La Corée du Sud (Corée par la suite) a obtenu son indépendance du Japon en 1945 à la fin de la Seconde Guerre mondiale et a mis en place un système scolaire de type 6-3-3-4, composé de six années d’enseignement primaire, trois années de secondaire inférieur, trois années de secondaire supérieur et quatre années d’enseignement supérieur à l’université. À l’issue de la guerre de Corée, en 1953, l’enseignement primaire est devenu obligatoire et le taux de scolarisation au niveau du primaire a atteint 96 % dès la fin des années 1950. L’enseignement secondaire inférieur s’est dès lors développé rapidement dans les années 1960 et 1970, pour devenir universel dans les années 1980, tandis que l’enseignement secondaire supérieur s’est accru rapidement dans les années 1970 et 1980 pour devenir universel au début des années 1990. L’enseignement secondaire inférieur est devenu obligatoire à partir de 1985 et a été mis en œuvre progressivement, en commençant par les établissements des zones recu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chae-chun Gim, « Histoire du système éducatif sud-coréen », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 76 | 2017, 135-146.

Référence électronique

Chae-chun Gim, « Histoire du système éducatif sud-coréen », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 76 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ries/6085 ; DOI : 10.4000/ries.6085

Haut de page

Auteur

Chae-chun Gim

Chae-chun Gim est professeur à l’Université de Yeungnam (Corée du Sud) et président de l’Institut coréen de développement de l’éducation (Korean Educational Development Institute, KEDI). Titulaire d’un master en éducation de l’Université nationale de Séoul, il a obtenu son doctorat en politiques curriculaires et éducatives à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA). Il a enseigné le curriculum au département d’éducation de l’Université de Yeungnam, avant de devenir secrétaire à l’éducation auprès du Président de la République de Corée (2013-2014), puis vice-ministre de l’éducation (2015) et, depuis 2016, président du KEDI. Courriel : ccgim@ynu.ac.kr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page