Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Notes de lecture

« Les grands penseurs de l’éducation »

Sciences Humaines, Grands Dossiers n° 45, décembre 2016 – janvier/février 2017
Thierry Chevaillier
p. 31-32
Référence(s) :

« Les grands penseurs de l’éducation », Sciences Humaines, Grands Dossiers n° 45, décembre 2016 – janvier/février 2017

Texte intégral

1Ce dossier de 75 pages comprend 34 notices et de nombreux encadrés complémentaires. Dans l’éditorial introductif, la coordinatrice évoque la grande diversité de la pensée humaine consacrée à l’éducation, justifiant ainsi l’éclectisme de la sélection opérée, qui mêle humanistes, doctrinaires, philosophes, acteurs institutionnels, analystes, courants de pensée et formes organisationnelles.

2Parmi les grands ancêtres, Platon est présenté, à travers le programme éducatif qu’il propose pour former le citoyen responsable, comme un précurseur de la formation tout au long de la vie. Sa méthode, fondée sur le questionnement de l’individu, a servi d’inspiration à de nombreuses innovations pédagogiques contestataires qui ont émaillé l’histoire de l’éducation en Occident.

3La vision de Confucius, contemporain des penseurs de la Grèce antique, se rapproche, sans aucune influence réciproque, de celle de Platon en ce qu’elle vise également à la formation d’un honnête homme à même d’administrer la cité. Son modèle repose sur un curriculum strict qui sert de base à la sélection des élites administratives, au moyen d’examens encyclopédiques. Son influence, progressivement étendue de la Chine à l’ensemble du monde asiatique, a persisté à travers les siècles et fait même l’objet d’un retour en force dans la Chine du communisme capitaliste.

4Comenius, Condorcet et Dewey peuvent être rapprochés en ce que leur influence fut considérable au-delà de leur temps et présida à de profondes réformes éducatives.

5Comenius, tout comme Montaigne, part de la critique de la tradition éducative médiévale. Son programme, qui deviendra celui de la réforme dans l’Europe du Nord, est innovant en ce qu’il porte à la fois sur une pédagogie fondée sur une analyse psychologique et sur la vision d’une société harmonieuse, où chacun a la responsabilité d’instruire chacun. Les collèges des Jésuites, instrument éducatif de la contre-réforme, constituent une autre réponse à la critique de la pédagogie médiévale.

6En France, Condorcet, dans la lignée des encyclopédistes et contre l’idéalisme de Rousseau, prône à la fois la nécessité d’une instruction publique et d’un enseignement libre et défend le principe d’une école émancipatrice, soustraite à l’influence de la religion et garante de l’égalité des chances, ce qui fait de lui l’inspirateur des réformes de la Troisième République.

7Aux États-Unis, un siècle après la révolution française, John Dewey, dans la tradition empiriste initiée deux siècles auparavant en Angleterre par John Locke, établit le lien entre une pédagogie active et le fonctionnement d’une société démocratique. On retrouvera les pédagogies actives en Europe quelques temps après, avec Maria Montessori et les courants de l’éducation nouvelle.

8Sans créer de hiérarchie fondée sur l’importance de leur contribution au développement de l’éducation, ce dossier projette des éclairages enrichissants sur une multitude d’auteurs, de mouvements de pensée et d’institutions éducatives. Outre les grands noms cités précédemment, ils font une place à Montaigne, Alain, Bachelard, Binet, Freinet, Bourdieu et Morin, en ce qui concerne la France, ainsi qu’à Korkczak, Vigotski, Illich, Winnicot, Skinner, Rogers et Gardner. On s’arrête sur l’éducation médiévale, les collèges jésuites, les hussards noirs de la République, l’éducation populaire et l’enseignement technique. Les auteurs français actuels sont brièvement présentés dans une galaxie où brillent les étoiles de la pédagogie, de la sociologie, de l’histoire, des neurosciences, des historiens et même de l’économie de l’éducation.

9Ce dossier sera fort utile à des lecteurs curieux, aux étudiants voire aux spécialistes dans d’autres domaines que le leur. Il est d’une grande richesse, chacun des articles de la coordinatrice et des nombreux spécialistes mis à contribution apportant une vue synthétique et informée des sujets abordés. La sélection n’a pas pour objet de montrer de manière exhaustive un panorama de la pensée éducative dans le monde : si l’on excepte Confucius et Rabindranath Tagore, on n’y rencontre que des Anglo-saxons et des Européens. Qu’on n’y cherche pas non plus un traité fournissant les arbres généalogiques des influences et des écoles de pensée, ce qui aurait nécessité une démarche plus complexe et pratiquement inaccessible à un travail collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Chevaillier, « « Les grands penseurs de l’éducation » », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 78 | 2018, 31-32.

Référence électronique

Thierry Chevaillier, « « Les grands penseurs de l’éducation » », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 78 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ries/6382

Haut de page

Auteur

Thierry Chevaillier

Thierry Chevaillier est professeur émérite d’économie de l’éducation à l’Université de Bourgogne et chercheur à l’Institut de recherche sur l’éducation (IREDU/Université de Bourgogne). Ses recherches portent sur le financement de l’éducation et plus spécialement de l’enseignement supérieur, et privilégient une approche comparative et institutionnelle. Courriel : thierry.chevaillier@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page