Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Ressources en ligne

Disciplines scientifiques et inégalités de genre : une préoccupation mondiale

Federica Minichiello
p. 14-17

Texte intégral

  • 2 Source : rapport de l’UNESCO « Déchiffrer le code [..] » voir infra.

1Malgré une population mondiale presqu’à moitié féminine, les femmes sont peu représentées dans les filières scientifiques. Les chiffres sont assez éclairants : 3 % des diplômés dans les technologies de l’information et de la communication, 17 prix Nobel en physique, chimie ou médecine (572 ayant été attribués à des hommes)2. L’explication principale de cette disparité est l’exposition des femmes à de nombreux stéréotypes et préjugés, au sein de la famille, de l’école et de la société, qui éloignent progressivement de nombreuses candidates de certaines perspectives professionnelles.

  • 3 Une recherche de 2008 avait estimé un taux d’abandon de l’emploi d’environ 52 % pour les femmes sci (...)
  • 4 Voir par exemple : « Intelligence artificielle : préparer l’Université à des évolutions sans précéd (...)

2Cette situation inégalitaire concerne de nombreux pays, indépendamment de leur niveau de développement et se répercute sur le marché de l’emploi. Comme l’enquête PIACC sur les compétences des adultes le rappelle, il existe une relation significative entre compétences en littératie et numératie et probabilité d’emploi (et niveau de salaire) ; de nombreuses études insistent, par ailleurs, sur le caractère indispensable des compétences numériques dans la majorité de métiers, actuels et futurs. L’incapacité des filières scientifiques à attirer ou à fidéliser3 un public féminin pose, pour certains, un problème éthique lié aux progrès en termes d’intelligence artificielle : « des données genrées qui provoqueraient des décisions genrées4 ».

3Dans cet article nous proposons une sélection de rapports et d’initiatives qui attestent d’un certain consensus international autour de la nécessité d’encourager les carrières scientifiques des femmes : si la tendance des vingt dernières années, illustrée par l’enquête internationale TIMSS, montre une réduction des écarts entre les sexes dans le primaire et le secondaire, des disparités importantes persistent au moment de la spécialisation dans une carrière scientifique.

4Sitographie arrêtée le 28 novembre 2018.

Sélection de rapports

« Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur »

5La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’éducation nationale propose une étude annuelle sur l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur. La dernière édition (mars 2018) confirme une disparité liée au genre dans l’accès aux filières et aux diplômes scientifiques et l’influence des rapports de genre dans la société. Des écarts de compétences selon le sexe sont constatés en français et en mathématiques, avec une propension masculine envers les mathématiques qui se dessine autour du collège, jusqu’à la fin de la scolarité.
https://bit.ly/​2MkCDSY

« Atteindre l’égalité femmes-hommes : un combat difficile »

6Dans ce rapport 2018, l’OCDE consacre un chapitre à la sous-représentation des femmes dans le domaine dit des « STEM » (acronyme anglais pour sciences, technologie, ingénierie et mathématiques). Dans les pays de l’OCDE les femmes représentent moins de 20 % des entrants dans les filières d’enseignement supérieur en informatique et en ingénierie. Cette pénurie s’explique par des représentations sexuées des métiers et par des stéréotypes sociaux présents jusque dans les manuels scolaires ; parmi les solutions proposées dans le rapport : la suppression d’éléments discriminants dans le curriculum, l’évolution des attitudes parentales et l’utilisation d’environnements et de ressources d’apprentissage « neutres ».
https://read.oecd-ilibrary.org/​social-issues-migration-health/​

« Déchiffrer le code : l’éducation des filles en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM) »

7Ce rapport 2017 de l’Unesco montre l’intérêt d’intervenir au plus tôt de la scolarité pour encourager la vocation scientifique des femmes : plusieurs études montreraient un ajustement du comportement au genre dès l’âge de quatre ans, avec des aspirations de carrière qui se dessineraient autour de treize ans. Outre les causes déjà évoquées, les méthodes d’évaluation seraient également remises en question : la propension plus élevée au risque des garçons les avantagerait dans les évaluations standardisées (comme les choix multiples) fréquemment utilisées dans les disciplines scientifiques. Parmi les initiatives intéressantes présentées dans ce rapport, on peut citer les « cliniques STEM » au Ghana, créées à partir de fin 2016, qui proposent des programmes courts et intensifs à des jeunes femmes, sous la supervision d’expertes scientifiques.
http://on.unesco.org/​2xsIwBs

Égalité hommes/femmes dans les TIC

  • 5 En partenariat avec l’Université des nations unies, la GSM Association (association qui représente (...)

8L’égalité hommes/femmes est l’un des axes de travail de l’Institution des Nations unies spécialisée dans les TIC (ITU) ; l’institution met à disposition de nombreuses statistiques qui illustrent les écarts de genre dans l’utilisation des nouvelles technologies : 250 millions de femmes connectées en moins (que les hommes), plus d’un milliard et demi de femmes ne disposant pas de téléphones mobiles, dans des pays parfois caractérisés par des taux de pénétration d’internet et des téléphones relativement élevés. L’ITU est aussi à l’origine5 de l’initiative Equals (https:// www.equals.org/) un partenariat international pour l’égalité numérique qui a récemment récompensé le programme de recherche AfterAccess (http:// afteraccess.net) sur la relation entre genre et fracture numérique, financé par le Centre de recherches pour le développement international (Canada) et l’agence de coopération suédoise (SIDA) ; les premiers résultats de cette recherche montrent que, dans certaines sociétés, les femmes évitent l’utilisation d’internet à cause d’une mauvaise perception sociale et, ne disposant pas de comptes bancaires, se retrouvent exclues de l’éventail de services offert par l’argent mobile. https://www.itu.int/​

Une pluralité d’approches

Le pacte national allemand

9Le ministère fédéral de l’éducation et de la recherche a lancé en 2008 le pacte national Go Mint réunissant plus de 250 partenaires issus du monde politique, économique, scientifique et des médias pour encourager la féminisation des professions scientifiques et transformer progressivement l’image de ces métiers au sein de la société. Les chiffres, dix ans après le lancement du plan, sont prometteurs : une « presque parité » hommes-femmes dans les inscrits au premier semestre d’études supérieures scientifiques, le nombre d’étudiantes dans ces filières ayant pratiquement doublé. Des actions ciblées sont prévues dans le domaine du numérique, qui représente 80 % des projets financés sur la période 2015-2020 (sur une enveloppe globale de 20 millions d’euros). Dans l’actualité récente, l’université de Bamberg a remporté le Minerva Informatics Equality Award, le plus important prix en Europe pour la promotion des femmes dans les filières informatiques, grâce à une offre dédiée d’ateliers tutorés et un projet de recherche sur trois ans, Alumnae tracking, portant sur la motivation, la satisfaction et l’auto-évaluation des étudiantes en informatique.
https://www.komm-mach-mint.de

L’exemple de la Malaisie

10La Malaisie a fait de l’éducation aux disciplines scientifiques un axe central de sa stratégie de développement, avec l’ambition de former, d’ici 2020, un million de spécialistes dans le domaine. Le pays n’a pas mis en œuvre une politique spécifique pour la formation des filles aux STEM mais a inscrit la parité au cœur de nombreuses politiques nationales, avec un bilan encourageant : les femmes représentent 57 % des diplômés en sciences et 50 % de ceux en informatique. Fort de ces résultats, le gouvernement malaisien a établi un partenariat avec le Bureau international de l’éducation de l’Unesco pour partager son expérience et promouvoir l’éducation aux disciplines scientifiques au Cambodge, au Kenya, au Nigéria et au Vietnam, avec l’élaboration d’un kit dédié de ressources pour l’égalité hommes-femmes.
https://www.moe.gov.my/​

Un réseau national de tutrices

11Le ministère de l’éducation et l’Académie des sciences mexicains ont lancé en 2017, avec le concours de l’OCDE, l’initiative Niñas STEM Peuden, pour promouvoir une meilleure confiance des femmes dans leurs capacités scientifiques, dans un pays qui a déjà atteint une parité hommes- femmes en éducation. Une action clé de cette initiative est un réseau national de femmes scientifiques « mentor », encouragées à partager leurs expériences et, en particulier, l’origine de leur goût pour les sciences. Le site de cette initiative propose plusieurs activités pédagogiques et des vidéos de formation pensés pour trois publics différents : enseignants, parents et jeunes filles.
http://ninastem.aprende.sep.gob.mx/​

Le réseau européen Scientix

  • 6 Consortium siégeant à Bruxelles et rassemblant trente ministères de l’éducation.

12Scientix est une communauté européenne de chercheurs et de formateurs dans les disciplines scientifiques, créée en 2009 et actuellement financée par le programme Horizon 2020, sous la coordination d’European Schoolnet6. Son objectif est de démocratiser l’apprentissage et le goût pour les disciplines scientifiques en alliant, par exemple, expériences mathématiques et cuisine ou impression 3D. Parmi les actions pour la parité hommes-femmes, on peut citer la mise à disposition d’un outil d’autoévaluation du respect de l’égalité et le concours Diversity in STEM, qui rappelle l’importance de la diversité pour nourrir l’innovation.
http://www.scientix.eu/​news  ; http://www.gender4stem-project.eu/​

Le réseau « spontané » Women in AI

13Women in AI est la première communauté de femmes travaillant dans le domaine de l’intelligence artificielle, représentant plus de soixante pays. Son objectif est de devenir un acteur de référence dans le changement des stéréotypes professionnels, afin de valoriser les femmes déjà impliquées dans des projets d’intelligence artificielle, attirer de nouveaux talents et éviter que la sous-représentativité des femmes ne provoque des biais de genre dans des décisions de plus en plus automatisées à partir de l’analyse des données.
http://womeninai.co/​

Haut de page

Notes

2 Source : rapport de l’UNESCO « Déchiffrer le code [..] » voir infra.

3 Une recherche de 2008 avait estimé un taux d’abandon de l’emploi d’environ 52 % pour les femmes scientifiques. S Hewlett et al. (2008): « The Athena Factor: Reversing the Brain Drain in Science, Engineering, and Technology », Harvard Business Review, juin. En ligne [https://hbr.org/]

4 Voir par exemple : « Intelligence artificielle : préparer l’Université à des évolutions sans précédent » sur : http://www.cpu.fr/

5 En partenariat avec l’Université des nations unies, la GSM Association (association qui représente près de 800 opérateurs et de constructeurs de téléphonie mobile) le Centre du commerce international et l’Entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

6 Consortium siégeant à Bruxelles et rassemblant trente ministères de l’éducation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federica Minichiello, « Disciplines scientifiques et inégalités de genre : une préoccupation mondiale », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 79 | 2018, 14-17.

Référence électronique

Federica Minichiello, « Disciplines scientifiques et inégalités de genre : une préoccupation mondiale », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 79 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/6787 ; DOI : 10.4000/ries.6787

Haut de page

Auteur

Federica Minichiello

Federica Minichiello est responsable adjointe du Centre de ressources et d’ingénierie documentaires du Centre international d’études pédagogiques. Courriel : minichiello@ciep.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page