Navigation – Plan du site
Dossier - Les grandes figures de l'éducation dans le monde

Rousseau, Condorcet, Ferry : un panthéon pour l’école républicaine

Rousseau, Condorcet, Ferry: A pantheon for the republican school
Rousseau, Condorcet, Ferry: un panteón para la escuela republicana
Alain Boissinot
p. 89-98

Résumés

Rousseau, Condorcet, Ferry, dont d’innombrables écoles et établissements scolaires français portent les noms, sont devenus des mythes, au point que la légende peut brouiller parfois la portée exacte de leurs engagements. Il faut les relire attentivement pour voir que leurs positions sont souvent plus subtiles que ce que les polémiques sur l’école en ont retenu. De l’un à l’autre se tissent des jeux d’écho. Leurs œuvres et leurs actions, dans leurs proximités comme dans leurs divergences, aident à comprendre le rôle et les défis de la scolarisation dans un pays qui, depuis la Révolution de 1789, et conformément à une grande tradition philosophique, a toujours fait de l’éducation un enjeu politique majeur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Rousseau : éduquer
L’invention de l’enfance
Suivre la nature
Une pédagogie
Condorcet : instruire
Le projet d’Instruction publique
Que faut-il enseigner ?
L’instruction pour tous
Jules Ferry : scolariser
L’enseignement, « matière d’État »
Laïcité et morale républicaine

Aperçu du texte

En France, pays qui aime à penser son histoire comme un « roman national », trois figures majeures illustrent la place de l’éducation et de l’école. Certes chacune a ses traits spécifiques, mais de l’une à l’autre se joue comme un passage de relais, explicité souvent par un hommage rendu au prédécesseur.

Condorcet, ami de Voltaire, héritier des encyclopédistes, « le dernier des philosophes », fut proscrit en 1793 par des robespierristes qui lui opposaient l’autorité de Rousseau. Pourtant, même s’il s’écarte à l’occasion de celui-ci, il partage avec lui l’idée essentielle de la « perfectibilité » de l’homme. Quant à Jules Ferry, dans un de ses discours les plus fameux, il reconnaît tout ce qu’il doit à Condorcet :

C’est Condorcet qui, le premier, a formulé, avec une grande précision de théorie et de détails, le système d’éducation qui convient à la société moderne. J’avoue que je suis resté confondu quand, cherchant à vous apporter ici autre chose que mes propres pensées, j’ai rencontr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boissinot, « Rousseau, Condorcet, Ferry : un panthéon pour l’école républicaine », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 79 | 2018, 89-98.

Référence électronique

Alain Boissinot, « Rousseau, Condorcet, Ferry : un panthéon pour l’école républicaine », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 79 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/7069 ; DOI : 10.4000/ries.7069

Haut de page

Auteur

Alain Boissinot

Alain Boissinot a été professeur de lettres, inspecteur général de l’Éducation nationale (1993), directeur des lycées et collèges puis directeur de l’enseignement scolaire (1995-1998), professeur associé à l’université de Cergy-Pontoise (1998-2001), recteur de l’académie de Bordeaux (2001- 2002), directeur du cabinet du ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche (2002-2004), recteur de l’académie de Versailles (2004-2013), président du Conseil supérieur des programmes (2013-2014). Parmi ses publications récentes : La plus belle histoire de l’école (avec Luc Ferry), Robert Laffont (2017). Courriel : alboissinot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page