Navigation – Plan du site
ATELIER 3. RÔLE DES FINANCEMENTS DANS L’ÉCHEC OU LA RÉUSSITE DES RÉFORMES EN ÉDUCATION

Le rôle de la décentralisation des financements dans la réforme de l’éducation : l’exemple du PAQEEB au Sénégal

The role played by decentralising funding in education reforms: the example of PAQEEB in Senegal
Kassa Diagne

Résumés

L’étude de cas sur le Sénégal dans le cadre de l’atelier sur « le rôle des financements dans l’échec ou la réussite des réformes en éducation » questionne la réforme sur l’amélioration des résultats en langue et mathématiques au niveau élémentaire. Cette réforme bénéficie d’un financement direct aux écoles, autorisé par décret et basé sur les résultats. Ce financement utilisé de façon judicieuse et équitable est facteur de réussite et favorise l’amélioration des pratiques professionnelles et des résultats d’apprentissage. Bien dépensé, le financement permet d’éduquer plus et d’éduquer mieux. C’est une preuve d’efficacité et de pertinence du financement de la réforme

Haut de page

Texte intégral

1Pour relever les défis liés à la crise de la scolarisation et de l’apprentissage, le Sénégal a entrepris des réformes de son système éducatif dictées par les consensus issus des Assises de l’éducation et de la formation de 2014. La quête de solutions à cette crise soulève, entre autres, la question du financement. L’engagement de la communauté internationale montre l’urgence d’investir en éducation. Notre communication s’intéressera au rôle du financement en soutien aux réformes éducatives au Sénégal, dans le cadre de l’expérience du Projet d’amélioration de la qualité et de l’équité de l’éducation de base (PAQEEB), qui est l’un des instruments d’opérationnalisation du programme sectoriel en éducation du pays.

Réforme du financement dans le cadre du PAQEEB

2Le PAQEEB vient en appui de la réforme sur les résultats de l’apprentissage, en mettant l’accent sur l’amélioration des apprentissages en langue et mathématiques durant les quatre premières années du primaire. Cette réforme n’est pas un système de refondation. Elle peut être comprise comme un processus visant l’amélioration progressive des performances et repose sur plusieurs aspects clés :

  • l’utilisation stratégique de contrats de performance (CDP) ;

  • l’amélioration des pratiques professionnelles des enseignants en pédagogie, évaluation et pilotage ;

  • l’établissement d’indicateurs de qualité et d’équité clairs pour mesurer les progrès à chaque niveau de gestion et alignés sur la stratégie gouvernementale axée sur les résultats ;

  • le processus décisionnel et la gestion financière décentralisés/déconcentrés ;

  • la participation communautaire, pour renforcer le rôle clé des comités de gestion des écoles (CGE) dans l’élaboration des plans d’action, base des subventions.

3Le caractère direct du financement trouve sa pertinence dans l’option de décentralisation de la gestion. Le cadre réglementaire y afférent (décret et arrêté) consacre la mise en place des CGE pour améliorer la gestion des écoles et encadrer la poursuite des apprentissages hors de l’école. Il régit la mobilisation et la gestion des ressources conformément aux dispositions du manuel de procédures de gestion, par les CGE, des fonds alloués aux écoles et aux règles de respect du circuit de la dépense publique, de traçabilité et de transparence édictées par le manuel de procédures.

4Dans cette logique, l’allocation des ressources est faite à partir de deux critères de répartition équitable. Le taux fixe attribue un montant égal à toutes les écoles tandis que les taux variables tiennent compte des différences liées aux effectifs, au nombre de filles et de groupes pédagogiques, à la zone d’implantation, à l’accès difficile (île, enclavement).

5Sous ce rapport, le financement est une condition nécessaire à l’implantation de la réforme. Il s’appuie sur la contractualisation basée sur les résultats. Le CDP est un instrument d’aide au pilotage et à l’accompagnement de la conduite du changement pour le développement de l’école. Il structure les axes d’intervention en relation avec la chaîne des résultats, à travers des outils de planification opérationnelle. La démarche de contractualisation suit un processus inclusif de dialogue et de négociation allant du bas vers le haut (bottom-up).

Rôle du financement dans l’implantation de la réforme

6Le financement inspire une démarche de pilotage qui lie la chaîne de responsabilité à la chaîne de résultats. Pour leur part, les communautés cogèrent les subventions aux écoles, avec l’obligation de ne financer que les activités éligibles. Le financement vise la réalisation du niveau d’atteinte convenu des indicateurs liés au décaissement comme modalités de stimulation de la performance.

7Le traitement des données tirées de l’évaluation formative des acquis de chaque école (prétest, post test) et des statistiques collectées alimente le système d’information et de gestion. Cette opération associée au partage des résultats permet d’identifier les difficultés d’apprentissage, de déterminer les mesures correctives et les pistes d’amélioration conduisant vers un plan de remédiation.

8Au regard de ce qui précède, il apparaît que le financement a contribué à une avancée significative de cette réforme. L’évaluation du projet met en évidence plusieurs aspects :

  • cinq indicateurs principaux sur six sont atteints et ont induit des acquis d’apprentissage clairs : la tendance à la hausse du niveau des élèves et l’amélioration de l’accès se confirment ;

  • la gouvernance éducative locale est passée d’une gestion solitaire à une gestion solidaire, grâce à une mobilisation grandissante des communautés autour de leur école ;

  • le pilotage est mieux structuré à la base avec le financement basé sur les résultats CDP avec les CGE ;

  • l’allègement des dépenses d’éducation supportées par le financement est une retombée significative pour les familles frappées par la pauvreté.

9Toutefois, certaines difficultés apparaissent également. Les relations entre les catégories d’acteurs du CGE sont parfois heurtées, du fait du basculement du pouvoir en faveur des communautés face à un personnel enseignant jadis seul responsable de l’école. De même, la domiciliation obligatoire des subventions dans des établissements bancaires situés loin des villages est une contrainte importante en ce qui concerne les retraits périodiques de fonds.

*
**

10Le financement a largement contribué à la réussite de la réforme. Mais la réussite n’est pas forcément liée à l’accroissement ou au volume faible des ressources. Elle dépend de l’utilisation judicieuse et efficace des ressources associée à des actions pertinentes et de la répartition fonctionnelle des rôles et responsabilités des parties prenantes. Bien dépensé, le financement a apporté des changements importants dans la chaîne des actes. La poursuite effective du projet, l’option irréversible d’octroi de subventions aux écoles par l’État, l’effet de tâche d’huile de ce type de financement dans la formation professionnelle et l’enseignement supérieur en sont des preuves éclairantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kassa Diagne, « Le rôle de la décentralisation des financements dans la réforme de l’éducation : l’exemple du PAQEEB au Sénégal », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque 2019 : Conditions de réussite des réformes en éducation, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/7541

Haut de page

Auteur

Kassa Diagne

Inspecteur de l’éducation du Sénégal, coordonnateur du Projet d’amélioration de la qualité et de l’équité de l’éducation de base
Kassa Diagne est inspecteur de l’éducation du Sénégal, titulaire d’un MBA-International de l’université Paris Dauphine-Sorbonne sur la gestion des organisations et des entreprises. Il a servi dans les écoles, les inspections et plus tard dans les services centraux du ministère sénégalais de l’éducation en qualité d’agent, de conseiller technique et d’inspecteur des affaires administratives et financières. En tant que consultant indépendant, il a participé à plusieurs études et évaluations et s’est investi dans la gestion de projets bilatéraux et multilatéraux. Il coordonne actuellement le Projet d’amélioration de la qualité et de l’équité de l’éducation de base. kdiagne54@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page