Navigation – Plan du site
ATELIER 4. RÉFORMER L’ÉCOLE POUR UN ACCÈS PLUS ÉQUITABLE À L’ÉDUCATION

Lutter contre la ségrégation scolaire pour une éducation inclusive en Catalogne : le rôle des collectivités locales

Xavier Bonal
Traduction de Hélène Bréant
Cet article est une traduction de :
Fighting school segregation for inclusive education in Catalonia: The role of local governments

Résumés

Ces dernières années, la ségrégation scolaire des élèves migrants, nouvellement arrivés en Catalogne, s’est stabilisée à un niveau élevé. En réponse à cet énorme défi, la politique éducative a emprunté des voies multiples, pas toujours cohérentes. Les gouvernements catalans qui se sont succédé ont mis en place des stratégies en vue de faciliter l’intégration des élèves migrants dans le système éducatif. Tandis que les programmes les plus significatifs ont mis l’accent sur l’intégration par l’apprentissage de la langue et sur les dispositifs de soutien visant à soutenir les besoins d’apprentissage des élèves défavorisés d’origine immigrée, les politiques de lutte contre la ségrégation scolaire à l’échelon national ont été pour le moins timorées. C’est auprès des collectivités locales qu’il faut chercher les meilleures pratiques et réformes éducatives visant à réduire la ségrégation scolaire. Dans cet exposé, nous présenterons les principales conditions qui ont facilité la réussite de politiques éducatives locales de lutte contre la ségrégation scolaire. Au travers de quelques exemples, cet article propose une réflexion sur les conditions structurelles qui ont favorisé l’émergence de bonnes pratiques ainsi que sur le rôle stratégique de certains acteurs pour faciliter des réformes importantes dans ce domaine.

Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières années, la ségrégation scolaire des élèves migrants, nouvellement arrivés en Catalogne, s’est stabilisée à un niveau élevé. Les classes supérieures de la population et les groupes minoritaires se sont rarement mélangés dans les mêmes écoles. De nombreux établissements scolaires de Catalogne ont connu un processus de « ghettoïsation » et de différenciation des origines culturelles et sociales de leurs élèves.

2Les dynamiques sociales qui ont entraîné la consolidation de la ségrégation scolaire sont plurielles ; elles peuvent aussi varier selon le contexte local. Les études, encore rares, menées en Catalogne sur la ségrégation scolaire, identifient néanmoins plusieurs facteurs généraux qui indiquent les causes principales de ce phénomène (Benito et González, 2007 ; Síndic de Greuges, 2016). La première cause – et la plus significative – résulte de toute évidence de l’arrivée croissante d’élèves d’origine immigrée ces dix dernières années. En dix ans en effet, le système éducatif catalan est passé de 2 % à 15 % d’élèves étrangers. L’arrivée d’élèves immigrés a entraîné des processus de ségrégation pour plusieurs raisons : concentration résidentielle, émulation culturelle en matière de choix d’un établissement et phénomène dit du « white flight », du départ des familles blanches de classe moyenne quittant des quartiers et des écoles où la proportion de la population d’origine immigrée est élevée (Bonal, 2012).

3En réponse à cet énorme défi, la politique éducative a emprunté des voies multiples, pas toujours cohérentes. Les gouvernements catalans qui se sont succédé ont mis en place des stratégies en vue de faciliter l’intégration des élèves migrants dans le système éducatif. Les programmes les plus significatifs ont mis l’accent sur l’intégration par l’apprentissage de la langue et sur les dispositifs de soutien conçus pour soutenir les besoins d’apprentissage des élèves défavorisés d’origine immigrée. Un Plan pour la langue et la cohésion sociale a ainsi été lancé en 2004 afin d’apporter un concours particulier aux établissements accueillant un grand nombre d’élèves migrants. Plus de 1 000 « classes d’accueil » ont été créées dans les écoles. Les élèves migrants ont partagé leur temps scolaire entre leur classe d’accueil et une classe ordinaire, un dispositif conçu pour répondre à la fois à leurs besoins d’apprentissage et faciliter leur intégration sociale (Alegre et al., 2008).

4Si le gouvernement catalan a fait preuve d’un engagement actif pour répondre aux besoins des élèves migrants, il s’est montré extrêmement timoré quant au développement d’une politique éducative de lutte contre la ségrégation scolaire. Il a ainsi explicitement ignoré les possibilités d’améliorer le cadre réglementaire pour réduire la ségrégation scolaire, n’a pas suffisamment contrôlé l’application réelle des textes réglementaires ayant trait à la répartition des élèves à besoins éducatifs particuliers, et a pris des mesures qui ont même accentué la ségrégation scolaire.

5C’est auprès de certaines collectivités locales qu’il faut chercher les meilleures pratiques et réformes éducatives visant à réduire la ségrégation scolaire. Ces dernières n’ont aucune compétence formellement reconnue en matière d’inscription à l’école, d’allocation des ressources humaines et matérielles, de définition de la carte scolaire ou d’accueil dans les établissements scolaires d’un nombre minimum d’élèves à besoins particuliers. Cette absence d’implication formelle contraste avec le quotidien de collectivités locales qui participent activement à la gestion des politiques éducatives territoriales et à la gouvernance des marchés locaux de l’éducation. Ainsi, quoiqu’elles ne soient pas formellement dotées de compétences en la matière, les collectivités locales s’y impliquent en véritables décideurs et disposent de marges de manœuvre significatives pour intervenir dans les décisions qui influent sur les processus de ségrégation scolaire. Par exemple, bien que la définition de la carte scolaire relève d’une compétence régionale, ce sont habituellement les collectivités locales qui s’en chargent, et qui font ensuite approuver cette répartition par les autorités régionales. Il en va de même de certains accords locaux relatifs à la répartition des élèves à besoins particuliers : tandis que les autorités régionales régulent le nombre minimum d’élèves à besoins particuliers qui doivent être inscrits dans les établissements, certaines collectivités locales tentent de formaliser des accords inter-établissements afin de relever ce seuil, si le nombre d’élèves à besoins particuliers est plus élevé dans le secteur. En général, les autorités régionales ne remettent pas en cause les initiatives des responsables des politiques éducatives locales, tant que ces dernières ne suscitent pas de conflit politique.

6Ce type de politique éducative fait des collectivités locales des acteurs stratégiques des processus de planification en éducation et de l’organisation de la scolarisation sur les marchés locaux de l’éducation. Les municipalités cherchent des terrains pour y bâtir de nouvelles écoles, proposent des modifications de la densité du maillage scolaire, peuvent assumer la responsabilité d’une part significative des transports scolaires, identifient et répartissent les élèves qui ont droit à des repas gratuits, définissent la carte scolaire, se chargent du contrôle des domiciliations potentiellement frauduleuses (une pratique répandue de certaines familles en vue de contourner la carte scolaire) ou participent activement au processus de décision en ce qui concerne la répartition dans les établissements des élèves qui arrivent en cours d’année scolaire dans la commune.

7Le rôle essentiel des collectivités locales dans la scolarisation entraîne des différences locales dans l’intensité et la nature des processus de ségrégation scolaire (Síndic de Greuges, 2016 ; Bonal et Zancajo, 2018). Généralement, l’intensité de la ségrégation scolaire d’une commune à l’autre semble indépendante de la proportion de migrants et du degré de ségrégation résidentielle. En outre, malgré la forte dichotomie du système éducatif espagnol, la ségrégation scolaire au sein d’un même secteur est plus marquée qu’entre des secteurs différents. Ces processus font de la ségrégation scolaire un phénomène profondément façonné par le contexte territorial et par les politiques éducatives locales.

8Dans notre exposé, nous allons explorer les principales conditions qui ont facilité le développement de politiques éducatives locales réussies de lutte contre la ségrégation scolaire. À travers quelques exemples, nous proposerons une réflexion sur les conditions structurelles ayant favorisé l’émergence de bonnes pratiques, ainsi que sur le rôle stratégique de certains acteurs pour faciliter des réformes importantes dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

ALEGRE M.A., BENITO R. et GONZÁLEZ S. (2008) : De l’aula d’acollida a l’aula ordinària, IGOP-UAB.

BENITO R. et GONZÀLEZ I. (2007) : Processos de segregació escolar a Catalunya, Barcelona, Editorial Mediterrània.

BONAL X. (2012) : « Education Policy and School Segregation in Catalonia: The Politics of Non-Decision Making », Journal of Education Policy, vol. 27, n° 3, p. 401–21.

BONAL X. et ZANCAJO A. (2018) : « School Segregation in the Spanish Quasi-Market Education System: Local Dynamics and Policy Absences », dans BONAL X. et BELLEI C. (coord.), Understanding school segregation: Patterns, causes and consequences of spatial inequalities in education, Londres, Bloomsbury.

SÍNDIC DE GREUGES (2016) : La segregació escolar a Catalunya (I): La gestió del procés d’admissió d’alumnat, Barcelone, Síndic de Greuges de Catalunya.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Bonal, « Lutter contre la ségrégation scolaire pour une éducation inclusive en Catalogne : le rôle des collectivités locales », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque 2019 : Conditions de réussite des réformes en éducation, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/7558

Haut de page

Auteur

Xavier Bonal

Universitat Autònoma de Barcelona (UAB)GEPS-UAB
Professeur de sociologie à l’Universitat Autònoma de Barcelona (UAB), il enseigne également à l’Université d’Amsterdam (UvA) dans les champs de l’éducation et du développement international. Il dirige le groupe de recherche Globalisation, Education and Social Policies (GEPS) au sein de l’UAB et coordonne GLOBED Project, un Master du programme Erasmus Mundus intitulé Education Policies for Global Development. Il est membre du Réseau européen d’experts en sciences sociales et de l’éducation (NESSE) et du comité de rédaction de revues internationales spécialisées dans les politiques éducatives et le développement de l’éducation. Auteur de nombreux ouvrages sur la sociologie de l’éducation, les politiques éducatives et la mondialisation, l’éducation et le développement, il est également consultant auprès d’organisations internationales (Unesco, Unicef, Commission européenne, Conseil de l’Europe). De 2006 à 2010, il a été médiateur adjoint aux droits de l’enfant auprès du médiateur de Catalogne.
xavier.bonal@uab.cat

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page