Navigation – Plan du site
ATELIER 4. RÉFORMER L’ÉCOLE POUR UN ACCÈS PLUS ÉQUITABLE À L’ÉDUCATION

L’éducation non formelle au Maroc : des solutions innovantes pour des problématiques complexes et ouvertes

Non-formal education in Morocco: innovative solutions for complex and open issues
Hssain Oujour

Résumés

Depuis 1998, l’éducation non formelle a été instituée pour répondre à une double problématique : d’une part le fait qu’il existe au Maroc un nombre important d’enfants et de jeunes non scolarisés et déscolarisés, à qui il faudrait assurer une éducation de rattrapage pour préparer leur insertion socioéconomique, et d’autre part, comme par contraste, des jeunes diplômés des universités cependant au chômage. L’éducation non formelle, en partenariat avec des ONG, engage ces diplômés pour assurer le droit à l’éducation des enfants non scolarisés.

Haut de page

Texte intégral

Problématique à l’origine de l’éducation non formelle (ENF)

1La recherche de solutions à deux problématiques affectant le système éducatif marocain, à savoir la non-scolarisation et l’abandon scolaire est à l’origine de l’éducation non formelle. Il s’agissait d’assurer des offres éducatives alternatives aux enfants en dehors du système scolaire, quelle qu’en soit la raison.

2Lors du lancement du programme en 1997-1998, deux millions d’enfants de 8 à 16 ans ne sont pas scolarisés ; ni le système scolaire formel ni les programmes d’alphabétisation des adultes ne les prenaient en compte. Selon le Recensement général de la population et de l’habitat de 2004, 1 018 000 enfants âgés de 9 à 15 ans restent en dehors du système scolaire, soit 22 % des enfants de cette tranche d’âge. En 2009, selon le Conseil supérieur de l’enseignement, 940 000 enfants sous obligation scolaire sont toujours en dehors de l’école.

3En ce qui concerne l’abandon scolaire, en moyenne globale, plus de 200 000 élèves quittent annuellement, l’école avant d’arriver au terme du cycle fondamental.

Objectifs de l’éducation non formelle

4En s’attaquant au phénomène de non-scolarisation et de déscolarisation précoce des enfants, l’éducation non formelle vient compléter les efforts de la généralisation de l’éducation et étancher la source de l’analphabétisme au travers des objectifs généraux suivants :

  • assurer l’éducation pour tous afin de contribuer à l’éradication progressive de l’analphabétisme, en offrant une seconde chance aux enfants non scolarisés ;

  • réinsérer les jeunes âgés de 9 à 15 ans dans l’enseignement formel, la formation professionnelle ou les préparer à une insertion plus adaptée dans la vie active ;

  • impliquer et mobiliser les organisations gouvernementales, les organisations non gouvernementales et la société civile, en général, autour de l’objectif de l’Éducation pour tous.

Programmes d’intervention

5Actuellement, la mise en œuvre de l’éducation non formelle se fait dans le cadre de quatre programmes, regroupés selon deux approches.

Une approche curative

6Cette approche s’appuie sur un programme de rescolarisation et d’insertion des enfants non scolarisés, destiné à offrir une éducation de base aux enfants non scolarisés ou déscolarisés en vue de leur insertion dans l’enseignement formel ou dans les filières d’initiation à la formation professionnelle. Il se compose de deux sous programmes.

Sous-programme 1 : école de la 2e chance (E2C)

7Ce sous-programme cible les enfants non scolarisés et déscolarisées, pour leur offrir une éducation de base dans un cycle d’une, deux ou trois années (selon leur profil et le type d’insertion souhaité), et vise tous types d’insertion (scolaire, professionnelle ou sociale). Il est décliné sous deux formes :

  • le partenariat avec les ONG subventionnées par la direction de l’éducation non formelle, à travers les délégations du ministère de l’éducation, pour contribuer à l’ouverture des classes et à l’encadrement des bénéficiaires de l’éducation non formelle ;

  • le parrainage financé grâce à la contribution de personnes physiques ou morales à l’éducation du public cible. Le programme de l’E2C cible les enfants dont l’âge varie entre 9 et 16 ans, qui n’ont jamais été à l’école ou qui l’ont quittée précocement.

Sous-programme 2 : cycle de rattrapage « Istidrak »

8Ce sous-programme est assuré dans les écoles publiques formelles soit par les enseignants du ministère (il vise la mise à niveau pour une rescolarisation rapide des enfants en rupture de scolarité) soit par les animateurs relevant des ONG qui interviennent pour assurer l’éducation des élèves dans les écoles primaires où il y a un besoin en enseignants.

Une approche préventive

9Un « programme d’accompagnement scolaire » a été mis en place, qui consiste en un ensemble d’actions visant à offrir, à côté de l’école, un appui personnalisé aux élèves en difficulté et à leurs familles, afin de pallier les insuffisances de leur environnement social et les difficultés des parents à suivre le cursus scolaire de leurs enfants et à subvenir à leurs besoins. C’est aussi un programme qui contribue à la réalisation de la mission de l’école, tout en assurant aux bénéficiaires les meilleures chances de réussite scolaire à travers des actions psychopédagogiques et sociales. Il est dispensé de deux manières à travers : (i) les partenariats avec les ONG (post E2C et élèves de la transition primaire-collège) ; (ii) le suivi par les services administratifs des établissements et des délégations des enfants insérés immédiatement. Ce programme d’accompagnement scolaire se compose de deux sous-programmes.

10Le sous-programme 1 concerne l’accompagnement des insérés et des élèves de la transition inter-cycles, et est mis en œuvre en partenariat avec les ONG. Il cible les élèves issus de l’école de la deuxième chance (2 000 enfants en 2010/2011) et ceux de la transition inter-cycles (primaire/collège), principalement les filles, pour les accompagner dans la réussite de leur insertion et éviter leur décrochage.

11Le sous-programme 2, intitulé « Idmaj Moubachir » (l’insertion immédiate), résulte de deux opérations : i) recensement des enfants non scolarisés ou déscolarisés dans le voisinage des écoles (Child to Child) ; (ii) caravane pour la mobilisation sociale pour la promotion de l’obligation scolaire (réinscription des enfants non scolarisés recensés).

Contraintes et limites

12Outre les contraintes et limites liées notamment aux curricula de l’ENF, à la certification des acquis et aux matériels didactiques, nous soulignons les suivantes :

Au niveau institutionnel

13Malgré des avancées notables dans le changement des attitudes et comportement des chefs d’établissement pour une école de plus en plus inclusive pour encadrer des enfants non scolarisés selon des approches non formelles, un nombre non négligeable de directeurs résistent encore à cette responsabilité. Il faut ajouter à cela le faible engagement de la communauté locale autour de l’objectif de l’Éducation pour tous.

Au niveau du matériel et des ressources humaines

14La priorité accordée aux enfants du système formel continue à éclipser les besoins de ceux qui sont en dehors du système.

Au niveau du régime des études

15La difficulté de concevoir un programme d’éducation non formelle tenant pleinement compte des facteurs hétérogènes qui définissent les groupes cibles nécessite une normalisation des tests relatifs à l’évaluation diagnostique.

Au niveau de l’insertion

16À la difficulté d’instaurer et de développer des passerelles entre les systèmes formels et les alternatives non formelles s’ajoute la prise en compte des désirs et espoirs des apprenants et de leurs familles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hssain Oujour, « L’éducation non formelle au Maroc : des solutions innovantes pour des problématiques complexes et ouvertes », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque 2019 : Conditions de réussite des réformes en éducation, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/7629

Haut de page

Auteur

Hssain Oujour

Ministère de l’éducation, Maroc
Actuellement directeur de l’éducation non formelle au ministère marocain de l’éducation nationale, il a été directeur par intérim de l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme, chef de la division des programmes et des méthodes à la direction de l’éducation non formelle et enseignant chercheur à l’École normale supérieure et au centre pédagogique régional de Rabat. Il a publié plusieurs manuels de mathématiques pour l’enseignement primaire et secondaire. Il est membre du Comité national directeur de lutte contre le travail des enfants, point focal du ministère en matière de droits de l’enfant et membre de l’équipe gouvernementale représentant le Maroc à Genève.
hssainoujour@men.gov.ma

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page