Navigation – Plan du site
ATELIER 6. EFFICACITÉ ET GOUVERNANCE : DES ARTICULATIONS COMPLEXES ?

La réforme suédoise de l’éducation : de grandes ambitions, des résultats préoccupants

Lisbeth Lundahl
Traduction de Hélène Bréant
Cet article est une traduction de :
Swedish education reform: High ambitions and troubling results

Résumés

Au début des années 1990, la Suède opère un virage radical en décentralisant à l’extrême son système éducatif dans une logique de marché, afin d’améliorer la qualité et l’efficience de l’éducation, en termes de résultats et de coûts. La situation actuelle est loin de correspondre aux objectifs des réformateurs : en moyenne, les résultats des élèves baissent, à la fois sur la durée et dans les comparaisons internationales, tandis que la ségrégation scolaire augmente. On manque cruellement de connaissances sur les aspects économiques. Des efforts ont été entrepris en vue d’atténuer ces évolutions négatives en renforçant le contrôle et l’évaluation par l’État, mais les principales caractéristiques du système éducatif introduites dans les années 1990 demeurent largement inchangées.

Haut de page

Texte intégral

Décentralisation, dérégulation et développement d’une logique de marché

  • 1 Ndlr : Voir Signe Bock Segaard (2017) : « Les écoles privées en Scandinavie », Revue internationale (...)

1Au début des années 1990, la Suède opère un virage radical, passant d’une gouvernance étatique et centralisée puissante, avec très peu d’écoles privées, à un système très décentralisé qui promeut le libre choix et la concurrence entre les acteurs publics et privés. Porté par des chèques scolarité1généreux et par des règles d’habilitation libérales, le secteur des écoles privées a connu une expansion fulgurante. La possibilité de réaliser des profits sans obligation de les réinvestir dans les établissements scolaires a attiré de grandes sociétés à responsabilité limitée – une caractéristique qui distingue la Suède dans les comparaisons internationales (Alexiadou, Lundahl et Rönnberg, 2019). Néanmoins, la « révolution » suédoise dans le champ de l’éducation ne s’est – étonnamment – guère vu opposer de résistance. Les autres pays nordiques, qui jusqu’alors avaient suivi les traces de la Suède, ont été bien plus prudents au moment d’entreprendre une telle transformation de leur système éducatif. Toutefois, même dans ces pays-là, on retrouve des éléments de libre choix des parents et du New Public Management (Dovemark et al., 2018).

2C’est un gouvernement social-démocrate (1982-1991) qui a mis en œuvre une première batterie de réformes décentralisatrices et dérégulatrices. L’objectif était de promouvoir à la fois le développement de l’éducation et la démocratie locale en dotant les collectivités locales et les établissements scolaires d’une grande liberté d’allocation et d’utilisation des ressources, en fonction des conditions et des besoins locaux. Cela a entraîné l’annulation de nombreuses dispositions réglementaires – principalement des conditions pour obtenir des subventions de l’État à différentes fins. L’étape suivante dans les réformes engagée par un gouvernement de coalition auquel ne participaient pas les socialistes (1991-1994), concernait le choix de l’école et devait garantir que parents et enfants aient « la plus grande liberté possible » dans le choix d’un établissement scolaire, ce qui était censé améliorer l’efficience et l’enseignement public en « stimulant la concurrence » (Alexiadou et al., 2019). D’aucuns considéraient alors qu’il s’agissait du principal moteur de développement de l’éducation, devant la régulation étatique (qui a longtemps prévalu) ou la semi-autonomie des enseignants. L’évolution que nous décrivons ne s’est pas traduite par un retrait de l’État, mais plutôt par une redéfinition des rôles de l’État et du politique, notamment en tant qu’aiguillons de la concurrence (ibid.).

Une évolution démoralisante

3Les réformes du début des années 1990 dans le champ de l’éducation ont été un franc succès dans un domaine : les opportunités des parents et des élèves en matière de choix de l’école ont considérablement augmenté, du moins dans les régions urbaines où les établissements scolaires concurrents se sont multipliés. (1) À l’unanimité, évaluations et rapports concluent à des variations locales provoquées par la décentralisation et la dérégulation – variations à la fois importantes et inacceptables au regard de l’objectif politique ancien d’équité en matière d’éducation. (2) Partis d’un niveau élevé, les résultats scolaires moyens des élèves suédois n’ont cessé de chuter depuis les années 1990, comme l’ont mesuré de grandes enquêtes internationales telles que PISA, TIMSS et PIRLS – et ce à la fois dans une perspective diachronique et en comparaison avec d’autres pays, bien qu’une certaine stabilisation ait été observée au milieu des années 2010 (OCDE, 2016). (3) La Suède, qui auparavant faisait partie des pays où la prévalence de la ségrégation scolaire était faible, connaît une homogénéisation croissante au sein de ses écoles et une ségrégation accrue entre établissements. La plupart des chercheurs s’accordent pour dire que le choix de l’école a contribué à cette tendance (Brandén et Bygren 2018). Les réformes évoquées ci-dessus ne sont pas les seules raisons qui expliquent ces évolutions. De façon plus générale, les inégalités sociales qui se creusent, l’immigration de nombreux réfugiés dans les années 1990 et 2000, la forte pénurie d’enseignants ainsi que le déficit d’attractivité du métier d’enseignant sont autant d’autres facteurs explicatifs. Mais loin de les contrebalancer, la décentralisation et l’introduction d’une logique de marché dans le système éducatif amplifient les processus négatifs de ségrégation et de baisse des résultats (par ex. Östh, Andersson et Malmberg (2013). (4) De façon surprenante, il n’existe aucune recherche sur l’efficience économique de la décentralisation et des réformes du marché en Suède. Des connaissances complémentaires seraient à cet égard souhaitables.

Ce que le cas suédois nous enseigne sur le plan des politiques publiques

4Les réformes initiales en vue de la décentralisation partaient du principe que les hommes politiques, les enseignants et les chefs d’établissement étaient les premiers agents du changement. Cependant, les réformes ultérieures ont réduit de façon substantielle l’autonomie des enseignants. Le chèque éducation des années 1990 a déplacé l’accent vers la liberté de choix des parents et la concurrence entre les écoles, considérées comme motrices du développement en matière d’éducation. Dans les années 2000, l’État a endossé un rôle accru de régulation, de normalisation et de contrôle, à travers par exemple une évaluation et un contrôle de la qualité renforcés, des évaluations et une notation des élèves plus fréquentes, ainsi qu’un renforcement du rôle des chefs d’établissement en matière de management. Différentes options ont été envisagées pour réduire l’autonomie locale en réintroduisant certaines modalités de pilotage par l’État, mais sans que cela débouche sur des décisions de réforme. Idem pour la proposition d’une commission – restée à l’état de proposition – de réduire les profits.

5Le cas suédois soulève plusieurs questions : quels sont les facteurs qui ont d’abord permis ce changement de politique rapide et radical ? Quels mécanismes ont empêché des corrections importantes, lorsque la situation a évolué dans un sens différent de celui qui avait été envisagé à l’époque des décisions prises au début des années 1990 ? Quelle politique pourrait être mise en œuvre afin d’améliorer la qualité et l’égalité au sein du système éducatif suédois, et comment les décideurs politiques peuvent-ils faire reculer la ségrégation scolaire ? Mon ambition est de souligner au moins les deux premières questions au cours de ma présentation. La dernière question attend toujours des réponses.

Haut de page

Bibliographie

ALEXIADOU N.; LUNDAHL L. et RÖNNBERG L. (2019): « Shifting logics: education and privatisation the Swedish way », dans Jane Wilkinson, Richard Niesche and Scott Eacott (Eds.), Challenges for public education: reconceptualising educational leadership, policy and social justice as resources for hope, p. 116-131, Abingdon : Routledge.

BRANDEN M et BYGREN M. (2018) : « School Choice and School Segregation : Lessons from Sweden’s School Voucher System », Linköping University, The Institute for Analytical Sociology, The IAS Working Paper Series 2018 (1).

DOVEMARK M., KOSUNEN S., KAUKO J., MAGNUSDOTTIR B. R., HANSEN P. et RASMUSSEN P. (2018) : « Deregulation, Privatisation and Marketisation of Nordic Comprehensive Education : Social Changes Reflected in Schooling », Education Inquiry, 9(1), p. 122-141.

OCDE (2016) : Sweden. Country Note. Result from PISA 2015. En ligne [https://bit.ly/2H5YLgM], consulté le 8 mars 2019.

ÖSTH J., ANDERSSON E. et MALMBERG B. (2013) :» School Choice and Increasing Performance Difference : A Counterfactual Approach », Urban Studies 50(2), p. 407-425.

Haut de page

Notes

1 Ndlr : Voir Signe Bock Segaard (2017) : « Les écoles privées en Scandinavie », Revue internationale d’éducation de Sèvres, p. 103-114. DOI : 10.4000/ries.607

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisbeth Lundahl, « La réforme suédoise de l’éducation : de grandes ambitions, des résultats préoccupants », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque 2019 : Conditions de réussite des réformes en éducation, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/7806

Haut de page

Auteur

Lisbeth Lundahl

Université d’Umeå, Suède
Lisbeth Lundahl est professeur à la faculté de sciences de l’éducation appliquées à l’Université d’Umeå, en Suède. Ses recherches portent sur les politiques éducatives, les politiques de jeunesse ainsi que les parcours d’insertion des jeunes sur le marché du travail. Elle dirige le programme de recherche Education policy and young people´s transitions à l’Université d’Umeå ; elle est aussi l’une des responsables du Nordic Centre Social Justice through Education. Lisbeth Lundahl a été secrétaire générale de l’Association européenne pour la recherche en éducation (European Educational Research Association, EERA) de 2006 à 2008. Elle est aussi l’une des fondatrices de l’Association suédoise pour la recherche en éducation (SWERA).
lisbeth.lundahl@umu.se

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page