Navigation – Plan du site
Présentation

Cadrage scientifique

Jean-Marie De Ketele
Traduction(s) :
Framework

Texte intégral

1La Revue internationale d’éducation de Sèvres (RIES) s’intéresse aux systèmes éducatifs, dans une perspective comparative. Elle organise périodiquement des colloques internationaux qui réunissent des experts et des chercheurs de nombreux pays, afin de tirer les leçons de cette diversité et de repérer les questions communes :

  • 7-9 avril 2005 : « Mieux comprendre l’école de demain. Dix années d’éducation dans le monde. »

  • 12-14 mars 2009 : « Un seul monde, une seule école ? Les modèles scolaires à l’épreuve de la mondialisation »

  • 12-14 juin 2014 : « L’éducation en Asie : quels enjeux mondiaux ? »

La réussite des réformes en éducation : pourquoi ce thème en 2019 ?

2Les trois colloques précédents ont mis en évidence deux questions étroitement liées : quelle école pour quel monde demain ? Pourquoi une telle diversité de résultats selon les pays et leur système éducatif ? Le quatrième colloque de la revue amènera à s’interroger, en 2019, sur la réussite des réformes en éducation. De quelle réussite parlons-nous, alors que les contextes sont très diversifiés ? Pourquoi certains systèmes éducatifs réussissent-ils mieux que d’autres et pourquoi certains stagnent-ils ou régressent-ils ? Quels facteurs permettent de comprendre que certains systèmes éducatifs, sur une période socio-historique et économique donnée, se transforment positivement alors que d’autres n’y parviennent pas ? Peut-on identifier un certain nombre de conditions indispensables pour espérer qu’une réforme puisse transformer effectivement et positivement le système éducatif d’un pays ?

3D’autres éléments de contexte ont pris de l’importance ces dernières années, avec l’accélération du développement de nombreux phénomènes (technologies, mobilité, exodes climatiques, économiques ou politiques, pressions exercées par des organisations supranationales, par des ONG, par le marché ou par des instances philosophiques ou religieuses, montée en puissance de « l’école de l’ombre »…) et, en conséquence, des tensions entre tradition et modernité, entre repli communautaire et ouverture à la diversité, entre les fonctions éducatives de l’école et celles requises par l’évolution de la société, entre zones (régions supranationales, pays, régions du pays, quartiers) favorisées et défavorisées, entre bien privé et bien commun… Au fondement de la problématique du colloque se trouve donc une question essentielle : que faut-il entendre par la réussite d’un système éducatif ? Cette question est-elle au cœur de la politique éducative du pays ? Fait-elle l’objet d’une réflexion en termes d’« effets recherchés » (interne ou externes) ?

  1. Une réflexion sur le sens : la question du sens donné à la réussite de la politique éducative affichée par un pays, dans sa double acception de direction à donner aux actes mais aussi de valeur éthique de ces derniers, sera celle des critères prioritaires : l’accès au système éducatif et à ses différents niveaux ; l’efficacité ; l’équité ; l’impact du curriculum prescrit ou caché sur le développement des acteurs du système éducatif ; la pertinence.

  2. La chaîne des actes : la question du sens sera mise en relation avec la chaîne des actes posés (les décisions prises et leurs mises en œuvre effectives) par le système éducatif sur des éléments aussi importants que : le caractère systémique et intégré de la politique éducative ; les ressources (logistiques, financières et humaines) libérées ; les curriculums et les modes de diffusion ; la gouvernance et le pilotage (aux niveaux national, intermédiaire et local). Il s’agira de mettre en évidence la cohérence de ces aspects dans l’espace et dans le temps, l’adéquation de leur contextualisation et leur impact sur l’engagement et les compétences professionnelles des acteurs locaux. Une attention particulière devra être accordée aux actes qui conditionnent le degré d’efficacité des actes qui suivent.

  3. Le système d’information pour gérer le système éducatif : l’existence de données pertinentes en termes d’indicateurs fiables, récoltées et exploitables aux moments opportuns apparaît comme un outil indispensable pour poser un diagnostic de l’état d’un système éducatif, pour fonder une politique éducative à court et à long terme, pour piloter étape par étape le système, pour en valider les effets. La question du sens de la réussite, à travers la politique affichée des effets recherchés et la chaîne des actes posés, amènera ainsi à s’interroger sur le système d’information pour gérer le système éducatif : existence explicite, contenu et pertinence, mise à jour et localisations, traitements qu’il permet, utilisations qui en sont faites, institutions et acteurs qui en bénéficient. Parmi les questions soulevées, l’une d’elles semble essentielle : en quoi la gestion des données sert-elle efficacement et à temps les acteurs clés du système éducatif ?

Objectifs du colloque

4Dans un type de contexte donné, peut-on identifier des facteurs qui conditionnent les effets observés des réformes entreprises ? Dégager des leviers contextualisés pour l’action grâce à ce type d’approche comparative est au cœur des finalités et de l’esprit tant des colloques internationaux que de la ligne éditoriale de la Revue internationale d’éducation de Sèvres.

5Un séminaire international de préparation, organisé les 3 et 4 mai 2018, a abouti à l’établissement de la maquette du programme. Le colloque s’intéressera à l’ensemble des régions du monde. Le choix des experts invités croisera deux paramètres : zone géographique x le degré de réussite actuelle du système éducatif observé. Il s’agira de comparer et de confronter non seulement des systèmes éducatifs dans leur globalité, mais aussi des contextes particuliers aux caractéristiques relativement semblables. Cette multiplication des contextes renforcera l’intérêt de l’approche comparative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie De Ketele, « Cadrage scientifique », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque 2019 : Conditions de réussite des réformes en éducation, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/7894

Haut de page

Auteur

Jean-Marie De Ketele

Docteur en sciences de l’éducation et professeur émérite de l’Université catholique de Louvain (Belgique) et de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, où il a créé la Chaire Unesco en sciences de l’éducation (1994), il est reconnu mondialement comme pédagogue de grand talent. Il est docteur honoris causa de plusieurs universités et a présidé l’Association internationale de pédagogie universitaire ainsi que l’Association pour le développement des méthodologies de l’évaluation en éducation (ADMEE-Europe). Il préside actuellement le conseil scientifique international du Test de connaissance du français (TCF) du CIEP et celui du Conseil national pour le développement des sciences et de la technologie (CNPDEST à Dakar). Ses travaux portent principalement sur la pédagogie universitaire, sur l’évaluation des apprentissages et des systèmes éducatifs ainsi que sur l’engagement professionnel des acteurs de l’éducation et de la formation. Il dirige plusieurs collections d’ouvrages scientifiques aux Éditions De Boeck et est membre du conseil scientifique de la Revue internationale d’éducation de Sèvres.
jean-marie.deketele@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page