Navigation – Plan du site
Dossier - La pédagogie universitaire

L’Université virtuelle du Sénégal, une réponse à la massification et aux inégalités d’accès à l’enseignement supérieur

The Virtual University of Senegal: A response to massification and inequalities of access to higher education
La Universidad virtual de Senegal : una respuesta ante la masificación y las desigualdades de acceso a la enseñanza superior
Abdourahmane Mbengue et Lionel Meinertzhagen
p. 93-102

Résumés

Pour répondre aux défis de la massification et de l’inégalité d’accès dans l’enseignement supérieur d’Afrique subsaharienne, la formation à distance est reconnue comme une solution. Créée en 2013, l’Université virtuelle du Sénégal est rapidement devenue la première université publique entièrement numérique en Afrique francophone subsaharienne et la deuxième en termes d’effectifs au Sénégal. L’article présente les dispositifs de formation en ligne, tels que des plateformes à distance (Moodle), des classes virtuelles (Blackboard collaborate) et un réseau d’espaces numériques ouverts (ENO) disséminés dans différentes régions du pays. Il analyse ensuite les difficultés de démarrage et les conséquences sur la perception de l’opinion, les premières leçons tirées et les mesures de remédiations prises pour une montée en puissance de l’UVS. L’ambition est d’en faire un acteur africain incontournable de la pédagogie universitaire numérique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2021.

Plan

Genèse de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS)
Qualité et équipement
Au cœur de la formation, les espaces numériques ouverts (ENO)
Composition d’un cours à distance
Difficultés de démarrage et conséquences sur la perception de l’opinion
Premières leçons tirées et mesures de remédiations prises pour la montée en puissance
Recrutement d’enseignants propres à l’UVS
Adaptation de l’approche pédagogique au contexte et au profil des étudiants
Introduction des soft skills
Diversification de l’offre de formations
Un taux de réussite encourageant
Principaux défis actuels et perspectives

Aperçu du texte

Depuis deux décennies, on assiste à une montée en puissance de la formation à distance (FAD) dans l’enseignement supérieur en Afrique. Au Sénégal, plusieurs formations diplômantes de ce type ont été initiées par les établissements d’enseignement supérieur : à l’Université Cheikh Anta Diop, l’École des bibliothécaires archivistes et documentalistes (Ebad) a été la pionnière. Les facultés de lettres et sciences humaines, de sciences juridiques et politiques, des sciences et technologies de l’éducation (Fastef) lui ont rapidement emboîté le pas. À l’Université Gaston-Berger de Saint-Louis, l’UFR sciences juridiques et politiques et l’UFR sciences appliquées et technologies ont ensuite, elles aussi, proposé des cursus diplômants à distance. Ces formations étaient initialement ciblées et spécialisées, généralement de niveau licence 3 ou master, avec des effectifs réduits. À d’autres niveaux, plus ponctuellement, des initiatives de cours hybrides ont été initiées par des enseignants innov...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdourahmane Mbengue et Lionel Meinertzhagen, « L’Université virtuelle du Sénégal, une réponse à la massification et aux inégalités d’accès à l’enseignement supérieur », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 80 | 2019, 93-102.

Référence électronique

Abdourahmane Mbengue et Lionel Meinertzhagen, « L’Université virtuelle du Sénégal, une réponse à la massification et aux inégalités d’accès à l’enseignement supérieur », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 80 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/8249 ; DOI : 10.4000/ries.8249

Haut de page

Auteurs

Abdourahmane Mbengue

Abdourahmane Mbengue est enseignant-chercheur à l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) et spécialiste en ingénierie techno-pédagogique. Responsable du master en sciences de l’éducation, du centre de certification au tutorat, et est le leader institutionnel du projet REAMOOC à l’UVS. Il est en outre expert formateur principal auprès de l’Agence universitaire de la francophonie depuis 2004 et de l’École polytechnique fédérale de Lausanne depuis 2018. À ce titre, il a accompagné de nombreuses universités du Sénégal et d’Afrique francophone pour la mise en œuvre opérationnelle de dispositifs de formation à distance ou de MOOC et de formation des enseignants à l’intégration du numérique dans les pratiques d’enseignement. Courriel : abdourahmane.mbengue@uvs.edu.sn

Lionel Meinertzhagen

Lionel Meinertzhagen est titulaire d’une maitrise en langues et littératures françaises et romanes de l’Université libre de Bruxelles (2009), et est actif dans le domaine de l’enseignement et de la formation (initiale et continue) depuis près de dix ans. Ingénieur de formation spécialisé en enseignements numérique et hybride, il s’intéresse à la transposition d’un savoir en un scénario pédagogique intégrant du digital ou à l’encadrement de projets de ce type. Depuis octobre 2018, il coordonne le projet REAMOOC, cofinancé par le programme Erasmus + de l’Union européenne, consistant en un renforcement des innovations pédagogiques dans l’enseignement supérieur africain. Courriel : Lionel.Meinertzhagen@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page