Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier - La sanction en éducationLa sanction à l’école au Burkina ...

Dossier - La sanction en éducation

La sanction à l’école au Burkina Faso : entre interdiction, survivance et innovation

Sanctions at school in Burkina Faso: between bans, throwbacks and innovation
La sanción en la escuela en Burkina Faso: entre interdicción, supervivencia e innovación
Zakaria Soré et Paul-Marie Moyenga
p. 37-44

Résumés

La sanction, considérée comme un acte qui permet à l’enfant de renouer avec les bonnes pratiques, a longtemps été étroitement associée au processus d’apprentissage. Cependant, cette perception a évolué avec l’arrivée des pédagogies nouvelles. Ainsi, l’État burkinabè adopte des textes condamnant la pratique. Se développent alors des stratégies dans les classes pour appliquer « la rigueur » de l’école aux enfants. Cet article se propose de cerner les perceptions qu’ont les différents acteurs des sanctions scolaires ainsi que les différentes formes qu’on trouve dans l’école burkinabè, dans un contexte d’interdiction.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Évolution du châtiment corporel à l’école au Burkina Faso
Les représentations de la sanction scolaire par les acteurs
Les enseignants
Les parents d’élèves
Le châtiment corporel aujourd’hui à l’école
Pas d’éducation sans contrainte, une représentation ancrée
Savoir utiliser sans abandonner : la logique de persistance de la sanction

Aperçu du texte

Le recours à la sanction dans le cadre de l’apprentissage a été une pratique de toutes les sociétés humaines, tant dans le cadre des institutions de socialisation de base (la famille) que dans les institutions spécialisées, notamment l’école. Tantôt présentée comme un moyen qui permet à l’enfant de distinguer le ludique du sérieux, à un âge où le besoin de s’amuser est le primat de ses désirs, tantôt comme un moyen d’ancrer durablement les enseignements dans l’esprit de l’enfant ou encore comme un moyen d’inculquer à l’apprenant la nécessité d’apprendre, la sanction a progressivement été critiquée pour diverses raisons. Il y a d’une part l’idée qu’elle est un facteur de terreur qui installe une distance handicapante entre l’enseignant et l’élève, réduisant la participation à partir du moment où se tromper constitue un motif valable de sanction. D’autre part, il y a celle selon laquelle elle est facteur de déperdition scolaire, des enfants abandonnant l’école par crainte de sévices c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zakaria Soré et Paul-Marie Moyenga, « La sanction à l’école au Burkina Faso : entre interdiction, survivance et innovation »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 81 | 2019, 37-44.

Référence électronique

Zakaria Soré et Paul-Marie Moyenga, « La sanction à l’école au Burkina Faso : entre interdiction, survivance et innovation »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 81 | septembre 2019, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/8688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.8688

Haut de page

Auteurs

Zakaria Soré

Zakaria Soré est docteur en sociologie et maître assistant au département de sociologie de l’Université Joseph Ki-Zerbo (Ouagadougou, Burkina Faso). Il enseigne la sociologie de l’éducation à l’Université Joseph Ki-Zerbo et à l’Université Norbert Zongo de Koudougou. Ses travaux de recherche portent sur la qualité de l’enseignement, les stratégies éducatives dans le contexte ouest-africain, l’analyse des politiques éducatives et récemment la problématique de l’éducation dans les contextes d’insécurité. Il est par ailleurs membre de l’Atelier de recherches en éducation au Burkina Faso. Courriel : sorefils@gmail.com

Articles du même auteur

  • Analyse des besoins langagiers des populations burkinabè
    Towards a sociological basis for literacy in Burkina Faso. Analysis of the language needs of populations in Burkina Faso
    Para un anclaje sociológico de la alfabetización en Burkina Faso. Análisis de las necesidades lingüísticas de los pueblos de Burkina Faso
    Paru dans Revue internationale d’éducation de Sèvres, 70 | décembre 2015

Paul-Marie Moyenga

Paul-Marie Moyenga est docteur en sociologie, enseignant-chercheur au département de sociologie à l’Université Joseph Ki-Zerbo (Ouagadougou, Burkina Faso). Affilié au laboratoire Genre et développement et à l’Atelier de recherches en éducation au Burkina Faso, il a travaillé sur plusieurs thématiques ayant trait à la formation initiale et continue des jeunes dans le domaine agricole. Il enseigne également dans plusieurs universités du Burkina Faso. Ses projets de recherches actuels portent sur la jeunesse, l’identité culturelle, l’enseignement et la formation professionnelle. Contact : moyenga_pm@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search