Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier - La sanction en éducationLes châtiments corporels au Japon

Dossier - La sanction en éducation

Les châtiments corporels au Japon

Corporal punishment in Japan
Los castigos corporales en Japón
Hiroshi Nakada
p. 55-62

Résumés

Malgré l’interdiction des châtiments corporels par la loi, cette pratique violente a perduré jusqu’aujourd’hui dans les établissements scolaires au Japon, où de nombreuses pratiques punitives persistent. L’article présente d’abord une brève histoire de la pratique des châtiments corporels au Japon, avant d’examiner les significations puis les aspects juridiques du « taibatsu », le terme japonais qui désigne les châtiments corporels. Dans une dernière partie sont présentés les arguments invoqués pour justifier la pratique des châtiments corporels.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Avant-propos
Brève histoire des châtiments corporels au Japon
Qu’est-ce que le « taibatsu » ?
« Taibatsu » et les aspects juridiques
L’argumentation justifiant les châtiments corporels
Ai no muchi
Chôkaï
Shitsuké et shidô

Aperçu du texte

Avant-propos

Le Japon est l’un des premiers pays à avoir légalement banni les châtiments corporels dans les établissements scolaires. Après la Pologne (1783), la France (1803), les Pays-Bas (1819), le Luxembourg (1845), l’Italie (1860), la Belgique (1867) et l’Autriche (1870), le pays du Soleil levant les a interdits en 1874, avec la modernisation et l’institutionnalisation de l’éducation. En ce sens, le Japon est un pionnier dans ce domaine.

Cependant, une pratique théoriquement et juridiquement disqualifiée se perpétue tant qu’elle est tenue pour efficace voire valable. Malgré l’interdiction des châtiments corporels par la loi, cette pratique violente a perduré jusqu’à aujourd’hui dans les établissements scolaires aussi bien que dans le milieu familial, avec des conséquences catastrophiques. En 2012, à Osaka, un lycéen s’est suicidé après les violences constantes infligées par son entraîneur de basket du lycée. Selon l’enquête de police, cet entraîneur avait quotidiennement recours ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hiroshi Nakada, « Les châtiments corporels au Japon »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 81 | 2019, 55-62.

Référence électronique

Hiroshi Nakada, « Les châtiments corporels au Japon »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 81 | septembre 2019, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/8702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.8702

Haut de page

Auteur

Hiroshi Nakada

Hiroshi Nakada est un spécialiste de la philosophie des Lumières, notamment la philosophie de Condillac. Après avoir obtenu une licence de sociologie (2004) et un master en sciences humaines (2007), il a fait ses études à Strasbourg et à Nantes. Il est maître de conférences à l’Université médicale de Takarazuka, au Japon. Parmi ses derniers travaux publiés par les Études de langue et littérature française du Kansai : « De l’imagination dans L’Essai sur l’origine des connaissances humaines de Condillac » (2012), « La notion de goût dans la pensée pédagogique de Condillac » (2018). Courriel : hiroshi.nakada.escrimeur@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search