Navigation – Plan du site
Dossier - La sanction en éducation

Les pratiques punitives dans l’école algérienne : entre logiques individuelles et démarches institutionnelles

Punitive practices in Algerian schools: between individual logics and institutional approaches
Las prácticas punitivas en la escuela argelina: entre lógicas individuales y procesos institucionales
Rosa Mahdjoub et Mohamed Miliani
p. 81-88

Résumés

Après chaque crise (violence, triche) qui secoue le secteur de l’éducation nationale en Algérie, le thème de la sanction scolaire revient sur le devant de la scène pédagogique. Malgré son caractère tabou chez la majorité des enseignants, certains avouent y recourir dans leurs pratiques et particulièrement pour ce qui a trait au climat et à la discipline dans la classe, au grand désespoir des inspecteurs des services déconcentrés et centraux qui la condamnent. Seulement, il n’y a aucun consensus des acteurs, pris en étau entre des textes réglementaires trop génériques et une réalité de plus en plus incontrôlable. C’est donc entre les logiques personnelles des uns, les élèves et leurs parents, et les explications maladroites des autres, les enseignants et les personnels administratifs, que le débat s’installe avec une victime : l’institution éducative à la recherche de compromis.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Le soubassement théorique de la notion de sanction
La sanction dans le contexte éducatif algérien : les démarches institutionnelles
Représentations et pratiques de la sanction : les logiques individuelles

Aperçu du texte

En Algérie, c’est à l’occasion de triches massives à l’examen du baccalauréat que la question de la sanction revient sans cesse sur le devant de la scène pédagogique, débattue ici et là autant par les parties prenantes que par la société. Les sanctions proposées n’ont jamais fait l’unanimité dans la population et encore moins chez les personnes concernées. Il s’est même trouvé des parents pour manifester devant le ministère de l’éducation afin que les « droits » de leurs enfants soient rétablis. Mais ces « revendications » ont occulté le fait qu’elles ont été parfois accompagnées de violence contre les enseignants, faisant ainsi une victime : l’éducation des élèves. D’ailleurs, une enquête menée récemment par le quotidien El Watan était intitulée « Les enfants moins bien éduqués qu’avant ? ». Quatre articles pointaient le changement comportemental des élèves, la responsabilité des parents et la possibilité d’une autodiscipline, montrant par là l’urgence de la problématique de la san...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosa Mahdjoub et Mohamed Miliani, « Les pratiques punitives dans l’école algérienne : entre logiques individuelles et démarches institutionnelles »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 81 | 2019, 81-88.

Référence électronique

Rosa Mahdjoub et Mohamed Miliani, « Les pratiques punitives dans l’école algérienne : entre logiques individuelles et démarches institutionnelles »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 81 | septembre 2019, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/8760 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.8760

Haut de page

Auteurs

Rosa Mahdjoub

Rosa Mahdjoub est docteure en sciences de l’éducation de l’Université de Haute-Alsace, chercheure permanente à l’Institut national de recherche en éducation à Alger et cheffe de service, chargée de suivi de la recherche. Elle mène en outre des activités de consultante en éducation pour le compte de l’Unicef, l’Unesco, la Banque mondiale. Ses travaux portent principalement sur l’évaluation des systèmes éducatifs et l’analyse sectorielle, mais aussi sur la petite enfance et l’alphabétisation des jeunes et des adultes, notamment dans les pays de l’Afrique Sub-saharienne. Courriel : rosa.mahdjoub@uha.fr

Mohamed Miliani

Mohamed Miliani est professeur à l’Université d’Oran 2, en Algérie. Licencié d’anglais, titulaire d’un master en sciences de l’éducation et d’un doctorat de l’Université du Pays de Galles, il s’est spécialisé en éducation, didactique et en anglais fonctionnel. Ses intérêts de recherche portent sur l’éducation/formation et sur les langues en éducation. Il a publié sur le préscolaire, les langues dans l’enseignement, l’orientation et la guidance. Il est chef de projet de recherche en éthique universitaire au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle de l’Université d’Oran, membre du comité scientifique de l’Institut national algérien de recherche en éducation (INRE), expert en réforme de l’enseignement supérieur (programme Erasmus +) et chercheur associé à l’Euro-Med Centre for Educational Research. Courriel : milianimoh@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals