Navigation – Plan du site
Dossier - La sanction en éducation

Autorité et sanctions en classe : le problème québécois

Authority and punishment in class: The Quebec issue
Autoridad y sanciones en clase: el problema quebequense
Denis Jeffrey
p. 109-117

Résumés

Nombre d’enseignants québécois hésitent à appliquer des sanctions aux élèves. D’une part, ils sont formés selon des approches pédagogiques qui misent sur la prévention et sur la bonne volonté des élèves, et d’autre part ils craignent d’abuser de leur pouvoir. Certains d’entre eux ont connu le châtiment corporel qui visait l’obéissance des élèves. L’auteur soutient que les enseignants doivent apprendre à faire valoir l’autorité des règles et des sanctions qui leur sont inhérentes. La sanction scolaire n’est certes pas la panacée à tous les problèmes disciplinaires, mais elle fait partie d’une logique d’intervention pour contrer les élèves indisciplinés et parfois agressifs à leur égard et à l’égard des autres élèves.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

La régulation des comportements en classe
Ce qu’il reste de l’autorité de l’enseignant
La régulation des comportements des élèves
La crise de l’autorité s’accentue

Aperçu du texte

Les règles et les sanctions sont essentielles pour assurer un climat de classe propice à l’enseignement et aux apprentissages. Le cadre socialisant du milieu scolaire doit être clairement établi. De plus, l’autorité de l’enseignant ne doit souffrir d’aucune confusion. Il s’agit d’une autorité bienveillante qui vise l’intérêt supérieur des élèves. Un enseignant tient le rôle de représentant des règles. Il ne peut faire et défaire les règles scolaires selon les situations éducatives. En même temps, il doit faire valoir les règles, rappeler l’ordre de la classe et intervenir avec professionnalisme auprès d’un élève indiscipliné, perturbateur ou agressif. Sa gestion de classe doit bien sûr se pratiquer selon les normes et compétences spécifiques à la profession enseignante. Toutefois, les règles scolaires ne peuvent être appliquées sans prendre en compte des facteurs contextuels et humains. Il serait contreproductif pour un enseignant d’intervenir d’une manière musclée auprès d’un élève...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Jeffrey, « Autorité et sanctions en classe : le problème québécois », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 81 | 2019, 109-117.

Référence électronique

Denis Jeffrey, « Autorité et sanctions en classe : le problème québécois », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 81 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/8819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.8819

Haut de page

Auteur

Denis Jeffrey

Denis Jeffrey est professeur titulaire à la faculté des sciences de l’éducation et directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante de l’Université Laval, au Québec. Il mène des recherches dans le champ de la socio-anthropologie de l’adolescence, de l’éthique enseignante et de l’enseignement du programme « Éthique et culture religieuse ». Il a récemment publié Rites et Ritualisations (2018), Rites et Identités (2018), Éthique et insubordination en éducation (2016), Pour une éducation à la paix dans un monde violent (2017), La fabrication des rites (2016), Penser l’adolescence (2016), Jeunes et djihadisme (2016), Laïcité et signes religieux à l’école (2015), L’éthique dans l’évaluation scolaire (2014), Code, corps et rituels dans la culture jeune (2013). Courriel : Denis.Jeffrey@fse.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page