Navigation – Plan du site
Dossier - Les privatisations de l’éducation

Dilemmes et défis de l’État éducateur face au développement de l’instruction en famille en France

Dilemmas and challenges of the educating state faced with the development of family education in France
Dilemas y retos del Estado educador frente al desarrollo de la instrucción de la familia en Francia
Philippe Bongrand
p. 113-121

Résumés

Le développement récent de l’instruction en famille en France, bien qu’il ne concerne que des effectifs très marginaux, constitue un cas exemplaire pour examiner comment l’action publique peut modeler un phénomène de privatisation de l’éducation. En l’espèce, la posture de l’État et sa portée sont ambivalentes : en reconnaissant cette forme privée, l’État lui donne une dimension publique ; il la médiatise, mais sous une forme dépréciative ; il l’administre, mais sous une forme minimale, resserrée sur la fonction de contrôle des populations. Ne souhaitant pas encourager l’instruction en famille, l’État esquisse ainsi à son sujet une action publique comme malgré soi. Cette tension soulève la question, pendante, de savoir si cette forme particulière d’étatisation de l’instruction ne pourrait engendrer une forme particulière, et spécifiquement défiante, de socialisation à l’État.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

La mise en forme publique d’une modalité d’éducation privée
La médiatisation publique d’une pratique désapprouvée
Le cantonnement de l’accompagnement public à la fonction de contrôle
Des ferments pour une socialisation à la défiance envers l’État ?

Aperçu du texte

Bien qu’extrêmement réduit, le nombre d’enfants qui, soumis à l’instruction obligatoire, sont instruits hors établissement, croît en France depuis une quinzaine d’années. Or « l’école à la maison » se présente, à différents égards, comme une éducation soustraite à la norme publique. D’une part, l’espace y est privé : l’instruction « dans les familles » (suivant la formulation légale) se déploie notamment « à domicile » (expression fréquemment utilisée dans les bureaux qui administrent ce dossier). D’autre part, l’adulte qui instruit n’est pas un agent public : c’est en général la mère qui donne ou supervise l’instruction, éventuellement en recourant à des biens ou services pédagogiques marchands. Enfin, les pratiques ne reproduisent pas, ou pas complètement, le mode « scolaire » de socialisation qui est privilégié par l’institution publique (i.e. groupement et enseignement simultané d’enfants du même âge, autorité pédagogique d’un expert de savoirs disciplinaires et de situations d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bongrand, « Dilemmes et défis de l’État éducateur face au développement de l’instruction en famille en France »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 82 | 2019, 113-121.

Référence électronique

Philippe Bongrand, « Dilemmes et défis de l’État éducateur face au développement de l’instruction en famille en France »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 82 | décembre 2019, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/9206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.9206

Haut de page

Auteur

Philippe Bongrand

Philippe Bongrand est maître de conférences en sciences de l’éducation à CY Cergy Paris Université. Il coordonne actuellement une recherche collective sur l’instruction en famille en France (projet financé par l’Agence nationale de la recherche, CE-ANR-18-CE28-0014). Il est également formateur de professeurs des écoles au sein de l’institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPÉ) de l’académie de Versailles (site d’Antony).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals