Navigation – Plan du site

AccueilNuméros84Dossier - Croyances et pratiques ...Les paradoxes du « beau travail »...

Dossier - Croyances et pratiques professionnelles des enseignants

Les paradoxes du « beau travail » des professeurs des premier et second degrés en France

The paradoxes of the “fine work” of primary and secondary teachers in France
Las paradojas del “magnífico trabajo” de los profesores de primer y segundo grados en Francia
Françoise Carraud
p. 125-133

Résumés

Comme tout travail, celui des enseignants est organisé par des croyances ou des représentations en lien avec le sens qu’ils donnent à leur activité quotidienne. Les enquêtes montrent que le sentiment de malaise des enseignants français, certes réel, n’empêche nullement le « plaisir » ou la satisfaction au travail. Sur quelles croyances, représentations ou normes s’appuie cette satisfaction ? À partir d’une réflexion sur la notion de norme, l’article met en évidence quelques normes du « beau travail » dans les premier et second degrés en France. Il montre un débat entre la norme d’efficacité, dont la mesure ne permet pas de travailler au quotidien, et celle de l’utilité. Être enseignant, c’est être utile aux enfants et adolescents qui, sans l’enseignant, ne connaîtraient pas la « culture ». Cette notion de culture, polymorphe, instable et qui fait aussi débat, reste au cœur du métier enseignant.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2022.

Plan

Croyances vs normes
Le travail enseignant en France aujourd’hui : un fort cadrage institutionnel national
« Crise de l’école » et « malaise enseignant » ?
Des épreuves au « beau travail »
Une classe qui roule
« La petite lumière qui brille dans les yeux »

Aperçu du texte

Le travail des enseignants, comme tout travail, est organisé par nombre de croyances ou de représentations en lien avec le sens que ces enseignants donnent à leur activité quotidienne avec les élèves. Aujourd’hui de nombreux auteurs tendent à montrer le « malaise » des enseignants au travail, comme si ceux-ci ne trouvaient plus de sens à leur métier. Or ce sentiment de malaise, s’il est réel, n’empêche nullement le « plaisir » ou la satisfaction au travail (« 82 % des enseignants interrogés se déclarent (assez ou très) satisfaits de leur expérience professionnelle » (Billaudeau et al., 2014). Si les épreuves au travail sont nombreuses, les enseignants français sont donc, dans leur grande majorité, satisfaits de leur travail. Sur quelles croyances, représentations ou normes s’appuie cette satisfaction ? C’est à partir de la notion de norme et plus spécifiquement, de la norme du « beau travail » tant dans le premier degré (Robert et Carraud, 2018) que dans le second degré, à partir de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Carraud, « Les paradoxes du « beau travail » des professeurs des premier et second degrés en France »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 84 | 2020, 125-133.

Référence électronique

Françoise Carraud, « Les paradoxes du « beau travail » des professeurs des premier et second degrés en France »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 84 | septembre 2020, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/9613 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.9613

Haut de page

Auteur

Françoise Carraud

Françoise Carraud est maître de conférences à l’Institut des sciences et pratiques d’éducation et de formation (ISPEF), Université Lumière Lyon 2. Ses thèmes de recherche portent sur la pédagogie et le travail enseignant, notamment à l’école primaire et en éducation prioritaire. Membre du laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (EA 4571), elle est responsable de l’axe 1 - Professionnalités, Activité, Trajectoires, directrice adjointe de la structure fédérative de recherche RELYS Apprendre et Faire apprendre et co-responsable du master 1 de sciences de l’éducation à distance en un an (campus FORSE). Elle a auparavant été institutrice, formatrice à l’IUFM de Lyon et chargée d’études au Centre Alain-Savary de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP). Elle a également été rédactrice en chef des Cahiers pédagogiques. Courriel : Francoise.Carraud@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search