Navigation – Plan du site

AccueilNuméros84Actualité internationaleLe point sur l’actualité internat...Asie : une nouvelle « route de la...

Actualité internationale
Le point sur l’actualité internationale

Asie : une nouvelle « route de la soie » du savoir

Pierre-Louis Gauthier
p. 29-32

Texte intégral

1L’espace de la zone Asie, structuré en une mosaïque de pays aux cultures et aux religions multiples, d’ères linguistiques différentes, d’idéologies contrastées, connaît depuis une décennie une évolution rapide vers l’harmonisation des institutions et de la coopération inter États. Cette dynamique peut paraître paradoxale, quand on connaît les antagonismes qui, jusqu’au siècle dernier, ont entraîné l’ensemble des pays asiatiques dans des conflits dévastateurs. Pourtant, en dépit du contentieux historique et des tensions vives qui persistent dans la région, on voit se concrétiser une mise en commun des potentiels nationaux dans de nombreux secteurs d’activités, à la faveur d’accords qui contournent en quelque sorte les discours officiels restés souvent irrédentistes. La comparaison avec les partenariats noués au sein de l’Europe, au regard de sa diversité culturelle et des divisions meurtrières de son passé, s’impose parfois.

2La mutation en Asie a tout d’abord été une réponse collective apportée aux difficultés de la zone, nées de la crise financière mondiale de 2008. La stratégie globale, en renonçant au chacun pour soi, visait à s’adapter aux progrès rapides de l’économie et de la société concomitants de la mondialisation. La volonté, plus ou moins affichée suivant les pays, de s’affranchir de la doxa occidentale en matière d’économie est sans doute également sous-jacente.

3Dans le processus en cours, le monde universitaire et l’enseignement supérieur ne pouvaient qu’être fortement sollicités. Ils se sont même situés parmi les pilotes de la politique de partenariat avec d’autres pays asiatiques, sans pour autant abandonner leurs antiques relations avec l’Occident. Actuellement, les trois grandes puissances asiatiques, la Chine, le Japon et la Corée du Sud, poursuivent conjointement un programme d’échanges et de qualifications universitaires qui représente un véritable défi en Asie.

Historique et gouvernance

4Une telle évolution, permettant de surplomber des dissensions encore fortes, n’était concevable qu’à la faveur de plusieurs rencontres au plus haut niveau des gouvernements. En 2008, un premier sommet, marqué par la défiance qui caractérise toujours les relations officielles entre les trois puissances, fut suivi de peu d’effet. Par contre, lors du deuxième sommet tenu dans la grande Salle du peuple à Beijing en octobre 2009, les trois chefs d’État, contraints par la situation économique et financière, convinrent de coopérer sur les questions mondiales et dans les institutions internationales. L’accord finalisé lors de cette rencontre couvrait, parmi maints domaines, ceux de l’enseignement et de la recherche universitaires et créait pour ce faire un comité d’experts tripartite. En réglant les problèmes de contributions financières et, en conséquence, la répartition des votes au sein du collectif, cet accord a représenté une avancée définitive du processus de coopération.

  • 1 Programme d’action collective pour la mobilité des étudiants universitaires en Asie.

5Était également prévu un premier programme d’échanges interuniversitaires trilatéral. Dès avril 2010, le comité d’experts des trois pays se réunissait à Tokyo sous la présidence de Yuichiro Anzai, président de la Japan Society for the Promotion of Science. L’entente se fit rapidement sur un programme qui prit le nom de « Collective Action for Mobility Program of University Students in Asia »1. Dès lors, le comité d’experts fut en charge de la gouvernance du processus de coopération.

6Les principes fondateurs se résumaient à « la promotion de projets d’enseignement et de recherche de très haute qualité initiés par des institutions de prestige incontestées tant en Asie que dans le reste du monde scientifique ». De tels critères concernaient directement les institutions les plus renommées des trois pays. On verra plus loin, à travers quelques exemples, que l’initiative des projets sélectionnés revient en effet aux plus fameuses universités de Corée du Sud, de Chine et du Japon. Selon un autre principe de base, chaque projet, élaboré en étroite association entre des institutions des trois pays, devait intégrer un partenariat tripartite impliquant des échanges d’étudiants et de chercheurs, la coopération se concluant par une double qualification dans deux institutions sur trois, suivant la spécificité du projet.

  • 2 Comité Chine-Japon-Corée du Sud pour la promotion des échanges et de la coopération entre les unive (...)
  • 3 Indonésie, Singapour, Thaïlande, Malaisie, Philippines, Brunei, Viêt Nam, Laos Birmanie, Cambodge, (...)

7En 2010, dix projets pilotes furent sélectionnés. En avril 2015, lors de sa cinquième réunion, le comité prit le nom de China-Japan-South Korea Committee for Promoting Exchange and Cooperation among Universities2. Cette date marquait aussi la fin de la période d’essai. Depuis 2016, le comité a impulsé un accroissement conséquent du nombre de programmes interuniversitaires trilatéraux ainsi que leur diversification. Il proposa ainsi l’extension du programme aux dix pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud Est (ANASE ou ASEAN)3. Ce fut chose faite lors d’une rencontre inter asiatique à Chiang Mai en Thaïlande, qui donna naissance à l’ASEAN Plus Three qui concrétisait un accord de fait entre l’Asie du Sud-Est et l’Asie de l’Est. La route du savoir s’élargissait.

  • 4 Soit environ 5,2 millions d’euros.

8En janvier 2016 eut lieu la première rencontre des ministres de l’éducation des trois pays fondateurs qui s’engagèrent au financement durable de l’opération via la Banque asiatique de développement (BAD) et l’augmentation générale de son capital. Ils obtinrent l’assentiment du G20, en dépit des réticences des États-Unis craignant de perdre le leadership de la recherche scientifique. Le budget s’élevait dès 2017 à 650 millions de yen4 couvrant 17 programmes au total.

9Les échanges s’intensifièrent chaque année et le nombre de projets augmenta à chaque nouvelle rencontre du consortium chargé de les valider puis de les évaluer. En 2011, pour chacun des pays du trio fondateur, les effectifs concernaient environ 1 500 étudiants et chercheurs envoyés dans un pays tiers et autant de leurs homologues accueillis dans leur propre pays. Pour 2020, la prévision aurait dû atteindre une mobilité totale de 12 000 coopérants, sans compter les apports des pays de l’ASEAN. Les événements sanitaires survenus fin 2019 ont interrompu les échanges, notamment après que quelques cas de transmission se furent déclarés.

Quelques domaines concernés par le programme

10À travers les exemples choisis dans des domaines disciplinaires divers, on notera tout d’abord la prédominance initiale des sciences humaines et sociales. Ainsi, dès le départ, un projet d’« Études des politiques internationales et publiques » fut mis en œuvre entre l’Université de Beijing, l’Université nationale de Séoul et l’Université de Tokyo. Ce programme ouvre sur une double certification nommée BESETO, acronyme des trois universités. Pour sa part, le programme « Un campus commun accueillant les leaders des sciences humaines d’Asie de l’Est » regroupe l’Université Ritsumeikan (Japon), l’Université Jiao Tong de Shanghai (Chine) et l’Université Sungkyunkwan de Corée du Sud. De même, toujours parmi les premières initiatives, le programme « Formation aux ressources humaines pour le développement d’une communauté épistémique en droit et en science politique afin de promouvoir un “jus commune” en Asie de l’Est », initié par les universités de Nagoya (Japon), de Renmin (également connue sous le nom d’Université du Peuple de Chine, spécialisée en sciences juridiques et politiques), Tsinghua de Beijing, Jiao Tong de Shanghai, les universités Sungkyunkwan et nationale de Séoul, de Corée du Sud, semble confirmer la volonté commune d’une harmonisation du droit entre les trois pays. Cette tendance est également sensible dans le « Programme de leadership mondial d’Asie de l’Est pour la résolution de conflits et l’innovation sociale » validé en 2016 entre l’Université privée Waseda de Tokyo et les universités de Beijing et nationale de Corée.

11Un autre domaine important est évidemment celui du développement économique et des affaires. C’est la finalité de l’« Asia Business Leaders Program II (Avanced) », coordonné par les universités Hitotbubashi du Japon, de Beijing, et l’Université nationale de Séoul comme celle du « Programme de carrières d’experts en gestion des risques en Asie de l’Est », initié par les universités de Kobe (Japon), de Fudan (Chine) et nationale de Corée.

12Les sciences appliquées prirent place très tôt dans le programme général. Dès 2016, le Tokyo Institute of Technology s’associait avec Tsinghua University de Beijing et le Korea Advanced Institute of Science et Technology pour mettre en œuvre un Consortium asiatique de technologie auquel se joindront par la suite Singapour et Myanmar. L’ambitieux « Programme coopératif d’enseignement supérieur pour le développement des ressources humaines mondiales dans les sciences et technologies de l’énergie et de l’environnement – un nouveau défi » fut mis en œuvre par les Universités de Kyushu (Japon), Jiao Tong de Shanghai (Chine) et nationale de Pusan (Corée du Sud). Les recherches concernant l’urbanisme et l’architecture trouvent leur place, entre autres, dans le « Programme coopératif pour le développement d’un environnement urbain et architectural durable en Asie » des universités de Kyushu (Japon), de Tongii (Chine), nationale de Pusan (Corée du Sud). Dans le programme général, la médecine est représentée, entre autres, par le « Programme de formation de leaders de la recherche médicale pour résoudre les problèmes mondiaux de santé » des universités d’Osaka du Japon, de Beijing, Tsinghua, Jiao Tong, Tianjin (médecine traditionnelle chinoise) de Chine et Yonsei de Corée du Sud. Les arts et leurs dérivés sont présents dans le « Programme de co-animation internationale Japon-Chine-Corée du Sud » animé par l’Université des Arts de Tokyo, l’Université de la Communication de Chine, l’Université nationale des Arts de Corée du Sud.

13L’éducation et la formation sont les objectifs du « Programme national international de deuxième cycle pour la formation des enseignants en Asie de l’Est », mené par l’Université Gakugei de Tokyo, l’Université Normale de Beijing et l’Université Nationale de Séoul. Il en va de même pour le « Programme professionnel de développement des ressources humaines de premier plan pour la zone d’enseignement supérieur de l’Asie de l’Est », des universités d’Okayama (Japon), Jilin (Chine) et Sungkyunkwan (Corée du Sud).

14L’extension du programme général hors d’Asie n’est pas exclue. Il existe déjà une collaboration avec l’Erasmus européen au sein du « Programme d’enseignement collaboratif en sciences et technologies marines », promu par l’Université des sciences et technologies marines de Tokyo (TUMSAT), l’Université Maritime de Pusan en Corée du Sud et l’Université de l’Océan de Shanghai, laquelle a négocié par ailleurs un partenariat avec l’Université de la Polynésie française.

15Ce tour d’horizon partiel des réalisations du « Collective Action for Mobility Program of University Students in Asia » permet d’avoir une première idée de cette nouvelle « route de la soie » du savoir, en passe de fournir aux pays d’Asie, dans un avenir proche, une forte prépondérance en matière d’enseignement supérieur et de recherche.

Haut de page

Notes

1 Programme d’action collective pour la mobilité des étudiants universitaires en Asie.

2 Comité Chine-Japon-Corée du Sud pour la promotion des échanges et de la coopération entre les universités.

3 Indonésie, Singapour, Thaïlande, Malaisie, Philippines, Brunei, Viêt Nam, Laos Birmanie, Cambodge, Timor Oriental.

4 Soit environ 5,2 millions d’euros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Gauthier, « Asie : une nouvelle « route de la soie » du savoir »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 84 | 2020, 29-32.

Référence électronique

Pierre-Louis Gauthier, « Asie : une nouvelle « route de la soie » du savoir »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 84 | septembre 2020, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ries/9812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.9812

Haut de page

Auteur

Pierre-Louis Gauthier

Pierre-Louis Gauthier est inspecteur d’académie honoraire et membre du comité de rédaction de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. Après des études d’histoire, de géographie et de linguistique, il a été enseignant, puis a exercé des fonctions d’inspection, de formation et de direction (école normale, institut universitaire de formation des maîtres). Il a en outre été consultant et expert auprès de ministères (éducation nationale, affaires étrangères), de la Commission européenne ou à l’invitation d’universités ou d’organismes gouvernementaux sur quatre continents, et principalement en Asie. Il a publié sur des sujets tels que la formation et la comparaison internationale en éducation. Courriel : pierre-louis.gauthier@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search