Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Actualité internationaleRepères sur les systèmes éducatifsLe système éducatif de la Républi...

Actualité internationale
Repères sur les systèmes éducatifs

Le système éducatif de la République démocratique du Congo et ses principaux défis

Jonathan Enguta Mwenzi
p. 23-29

Texte intégral

1Le système éducatif congolais se trouve dans une situation compliquée à la suite des guerres qui se sont succédé et surtout à cause de la forte croissance démographique qui influe sur sa capacité d’accueil et sa qualité. En effet, la République démocratique du Congo (RDC) compte plus de 77 millions d’habitants et fait partie des vingt pays les plus peuplés au monde. Elle est le troisième pays africain par l’importance de sa population et le deuxième en superficie (2 345 409 km²). Sa densité de population est l’une des plus faibles du continent avec 22-24 habitants par km². La majorité de sa population est jeune (65,5 % de la population a moins de 24 ans). Son indice de fécondité élevé renforce la pression sur les services éducatifs (RDC, 2015).

2En dépit des performances économiques remarquables réalisées entre 2010 et 2015, l’économie du pays reste fragile en raison de l’instabilité politique et des variations des cours des matières premières. L’économie du pays est marquée aussi par un déséquilibre entre le secteur formel (15 % de l’activité économique) et le secteur informel (85 %). La croissance de la création de nouveaux emplois formels est limitée à 3 % par an et n’est donc pas suffisante pour absorber les chômeurs et les nouveaux entrants sur le marché de l’emploi.

3La pauvreté reste omniprésente, malgré le recul du taux de pauvreté monétaire enregistré entre 2005 et 2012 (63,4 % en 2012 contre 71,3 % en 2005) (RDC, 2015). Avec un tel tableau, le pouvoir organisateur de l’éducation est appelé à fournir beaucoup d’efforts pour que le système éducatif atteigne ses objectifs en satisfaisant la société et les besoins du marché de l’emploi. Ce contexte général n’est pas favorable au rétablissement de l’équilibre entre la demande et l’offre scolaires.

Structures du système éducatif

  • 1Loi-cadre de l’enseignement national-RDC n° 14/004 du 11 février 2014.

4Le système éducatif congolais est organisé en deux structures : l’enseignement formel et l’éducation non formelle. L’enseignement formel est dispensé sous forme d’enseignement classique et spécial1.

5L’enseignement classique est organisé en quatre structures : maternelle, primaire, secondaire, supérieure et universitaire. Le niveau maternel est organisé en cycle unique de trois ans. Le primaire, obligatoire et gratuit, dure six ans. Il est organisé en deux cycles de trois années chacun.

6Le niveau secondaire comprend le secondaire général, les humanités générales, les humanités techniques et professionnelles. Le secondaire général est organisé en cycles de deux ans. Les humanités générales s’organisent en deux années de cycle inférieur et deux années de supérieur. Les humanités techniques et professionnelles s’organisent en cycle court et cycle long. La durée de ces deux cycles est de respectivement trois et quatre ans. La formation technique et professionnelle dure quatre ans.

7L’enseignement supérieur et universitaire (ESU) congolais comprend deux niveaux. Le niveau supérieur forme les cadres de haut niveau, spécialisés pour l’exercice d’une profession. Le niveau universitaire forme des cadres de conception capables de contribuer à la transformation qualitative de la société.

8Bien qu’ait été institué le système licence–master–doctorat (LMD), l’ESU fonctionne toujours avec trois cycles (graduat, licence, troisième cycle qui conduit au doctorat). Le graduat dure trois ans, la licence deux ans, comme le troisième cycle (diplôme d’études approfondies). Le doctorat dure entre trois et cinq ans. Un enseignement spécial est organisé en faveur des groupes vulnérables et des catégories socioprofessionnelles ayant des besoins spécifiques. Il est assuré soit dans des établissements spécialisés, soit dans les écoles assurant l’enseignement inclusif.

9L’éducation non formelle vise la récupération et la formation des jeunes et adultes non scolarisés en vue de leur insertion sociale. Elle est assurée dans des établissements spéciaux et centres de formation et se rapporte aux activités de rattrapage scolaire, d’alphabétisation, d’apprentissage, de formation professionnelle et d’éducation permanente.

Organisation du système éducatif

10L’enseignement national est sous la tutelle de six ministères chargés de : 1) l’enseignement primaire et secondaire ; 2) l’enseignement technique et professionnel ; 3) l’enseignement supérieur et universitaire ; 4) les affaires sociales « pour l’alphabétisation des jeunes et adultes » ; 5) la santé « pour la formation des infirmiers » ; et 6) la jeunesse « pour la formation professionnelle des jeunes » (RDC, 2015). Le système regroupe deux types d’écoles, publiques et privées. Dans les écoles publiques, on trouve les écoles officielles et conventionnées. Les écoles officielles sont gérées par l’État alors que celles qui sont conventionnées sont gérées par les congrégations religieuses signataires d’une convention avec l’État. Les écoles privées ne bénéficiant pas de subvention de la part de l’État, toutes les charges financières reviennent aux parents.

Efficacité du système éducatif

11Le présent état des lieux de l’efficacité du système éducatif congolais se base sur les résultats du rapport d’État du système éducatif national financé par l’Unesco et l’Unicef en 2014 (Resen, 2014) et la stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation de la RDC (période 2016-2025) (RDC, 2015).

Enseignement maternel ou préscolaire

12Cet enseignement connaît depuis les années 2010 une expansion due à l’offre privée. Cette croissance ne se traduit pas par une amélioration de la qualité. Ainsi, on a enregistré un faible taux de scolarisation (4,2 % d’enfants de 3-5 ans en 2014). On observe également une forte disparité selon les provinces. À Kinshasa, on a enregistré un taux de 12,6 % d’enfants entre 3 et 5 ans et au Nord-Kivu seulement 1,5 %.

Enseignement primaire

13Il connaît également une forte expansion des effectifs au cours de la dernière décennie. Le taux brut de scolarisation est passé de moins de 90 % en 2007 à plus de 107 % en 2014. Cette expansion s’explique par la mise en place progressive, depuis 2010, de la politique de gratuité. Actuellement, avec l’effectivité de la gratuité, la situation semble s’améliorer, car l’école a accueilli pour la première fois un nombre important d’enfants non scolarisés en raison de la paupérisation de leurs parents. Au Kasaï, par exemple, la gratuité a permis à 150 082 enfants de regagner l’école au cours de l’année scolaire 2019-2020. Ainsi, le taux d’accroissement d’effectifs des élèves dans les écoles primaires de cette région se situe à 32 % (www.eduquepsp.net).

14Les données du Resen (2014) montrent un taux d’achèvement de 70 % au niveau national contre 29 % en 2002. Près de 44 % des effectifs inscrits en 1re année du primaire sont hors âge officiel (6 ans révolus) et 11 % des effectifs sont des redoublants. Le taux de réussite à l’épreuve nationale de fin d’études primaires est supérieur à 80 % depuis 2006. Des évaluations des compétences réalisées pour le Resen (2014) révèlent que 50 % de l’échantillon réussit aux tests de lecture-compréhension et 36 % aux tests d’expression écrite. L’évaluation de la qualification des enseignants montre que les diplômés d’études normales de quatre ans et de six ans représentent environ 93 % des effectifs.

15Si, en 2014, les effectifs des élèves de 1re année se situaient en moyenne autour d’une cinquantaine d’élèves par classe, actuellement, avec l’effectivité de la gratuité, ils dépassent la centaine. Ce surpeuplement est dû à l’inadéquation entre les écoles publiques et la demande scolaire. La plupart des écoles publiques se trouvent aujourd’hui dans de mauvaises conditions et aucun effort significatif d’amélioration de l’architecture scolaire n’est fourni par les autorités. Ces écoles sont confrontées à des problèmes de matériels didactiques et de manuels. Seules quelques rares écoles publiques actualisent de manière permanente leurs matériels didactiques.

Enseignement secondaire

16Au niveau secondaire, le taux d’accès en première année est resté stable depuis 2006, autour de 48 %. On doit s’attendre, avec l’effectivité de la gratuité, à ce que ce taux d’accès puisse augmenter de manière considérable dans les cinq ans à venir.

17Le pourcentage des élèves scolarisés dans le privé, qui avait plus que doublé au cours de la décennie 2010, passant de 11,2 % à 24,2 % en 2012, diminuera dans les cinq ans à venir à cause du déplacement des élèves du secteur privé vers le secteur public à la suite de la gratuité. Les proportions d’enfants en âge d’aller au secondaire premier cycle non scolarisés sont inférieures à celles du primaire. Pour ce qui est du second cycle secondaire, les effectifs se sont accrus de 47 % entre 2006 et 2012. À l’intérieur de ce cycle, les accroissements les plus importants ont été enregistrés, dans le secondaire général et normal, respectivement de 55 % et 52 %.

18Par contre, les filières professionnelles et celles des arts et métiers ont vu leurs effectifs réduits, respectivement de moins de 8 % et de 24 %. Le taux brut de scolarisation au secondaire est de 38,3 % en 2012-2013. Les garçons sont plus scolarisés que les filles dans ce niveau (47,2 % contre 29,3 % pour les filles). De même, la ville-province de Kinshasa est la plus scolarisée (59 %) et la province orientale est la moins scolarisée (24,6 %).

19La situation des enseignants au secondaire est différente de celle du primaire pour ce qui est de la qualification. Seuls 17,4 % d’enseignants du secondaire public sont qualifiés (49 % dans le privé). De même, 63 % d’enseignants qualifiés sont en milieu urbain. Le ratio moyen élève-maître dans le secondaire est de 15 dans le secteur public. En ce qui concerne les infrastructures, près de 60 % d’établissements n’ont pas de points d’eau et plus de 87 % n’ont pas l’électricité. On constate aussi que 38 % des salles de classe sont en terre ou en paille. Près de 3 % d’écoles ont des tables et des bancs en quantité suffisante et 37,3 % en ont plus que leurs besoins. Signalons aussi que l’enseignement général et l’enseignement normal représentent plus de 70 % des effectifs (respectivement 30,7 % et 39,7 %), l’enseignement technique et professionnel près de 30 %.

20S’agissant de l’enseignement technique et professionnel, les constats suivants peuvent être faits : 1) absence de curricula et de programmes pertinents pour certaines filières ; 2) manque d’accompagnement pédagogique pour les formateurs ; 3) multiplication d’écoles professionnelles, avec un foisonnement de filières proposant partout les mêmes profils de formation aux apprenants ; 4) inadéquation des filières de formation professionnelle aux besoins de l’économie et aux réalités du marché de l’emploi ; 5) manque, déperdition et/ou vieillissement du personnel enseignant qualifié, etc.

21En outre, ce niveau d’enseignement serait mal perçu par une frange de la population qui estime que ce type d’enseignement ne recueille que des élèves ayant échoué dans l’enseignement général. Cela nécessite de mettre en place des mécanismes d’attraction pour cet enseignement.

22En ce qui concerne l’examen d’État (équivalent du baccalauréat français), on se rend compte que dans les éditions de la décennie 2010, on a enregistré des taux importants de réussite qui, dans la plupart des cas, dépassaient 50 % et avoisinaient 70 %. Si ces taux peuvent traduire directement l’efficacité interne de l’enseignement secondaire, la conclusion n’est pas la même lorsqu’on examine la qualité de ses réussites.

23Ngub’usim, Enguta et Kakenza (2017) ont examiné la qualité des réussites à l’examen d’État 2013 et ont constaté que 14 % d’élèves avaient obtenu leur diplôme avec moins 60 % de points, 25 % avec des points situés entre 55 et 59 % et 61 % avec moins de 55 %. De telles analyses révèlent une faible mobilisation des compétences visées à ce niveau. Ainsi, le secondaire second cycle souffre de la défaillance du système d’orientation, d’une faible efficience interne ainsi que de mauvaises conditions d’accueil et d’enseignement.

Enseignement supérieur et universitaire

24Il connaît depuis le début de la décennie 2010 une croissance du nombre d’établissements et d’étudiants. Les effectifs ont plus que doublé entre 2006 et 2012, passant de 239 914 à 512 322, et sont inégalement répartis entre les provinces : Kinshasa enregistre 33,5 %, suivie du grand Katanga avec 22,8 % et de la province du Maniema qui occupe la dernière position avec 1,5 % d’effectifs (Ngub’usim, 2015).

25La répartition des étudiants par niveau montre que plus du tiers des effectifs sont inscrits en classes de recrutement et que seulement 17 % sont en classes terminales. Les taux d’abandon et de redoublement sont très importants, particulièrement dans les classes de recrutement. L’ESU connaît plusieurs contraintes : l’inadéquation formation-emploi ; la faible qualité de l’enseignement ; la non-viabilité de plusieurs établissements ; le grand besoin en enseignants qualifiés.

Éducation non formelle

26Depuis 2010, l’on assiste à une augmentation des centres d’éducation non formelle. Le taux d’analphabétisme est élevé et se situe à 27,1 %. La proportion des femmes analphabètes est plus élevée que celle des hommes (39 % contre 14 %). Le taux d’analphabétisme est plus élevé en milieu rural (38 %) qu’en milieu urbain (11 %). Près de 91 % de femmes sont alphabétisées à Kinshasa contre 51 % dans la province de l’Équateur. La proportion d’hommes alphabètes est la plus élevée à Kinshasa (97 %) et c’est au Nord-Kivu qu’elle est la moins élevée (80 %).

Défis du système éducatif congolais

27Le système éducatif congolais doit relever trois défis importants : développer l’accès et assurer l’équité de l’éducation, améliorer la qualité des apprentissages et améliorer la gouvernance et le pilotage du secteur de l’éducation (RDC, 2015).

Développer l’accès et assurer l’éducation

28Le défi le plus important à ce niveau est d’assurer la réussite totale de la mise en place de la gratuité de l’enseignement de base. Cette mise en place de la gratuité suppose de revaloriser le salaire des enseignants, afin de compenser la baisse de revenus due à la suppression de la prime de motivation qui était payée par les parents d’élèves.

29La réussite de la gratuité exige aussi la construction de nouveaux bâtiments scolaires, afin d’augmenter la capacité d’accueil du système éducatif congolais. Les frais de fonctionnement versés par l’État doivent être majorés car ils sont actuellement insuffisants.

30En ce qui concerne l’ESU, il y a nécessité de gérer la croissance d’étudiants dans les filières classiques et de diversifier l’offre de formation au niveau des filières professionnelles et technologiques.

Améliorer la qualité des apprentissages

31Le défi de l’amélioration de la qualité des services éducatifs à tous les niveaux fait partie des plus grands défis du système éducatif congolais. Cette amélioration peut se faire à travers des politiques d’intrants : les manuels scolaires au primaire, les équipements pour les autres niveaux et la formation des enseignants dans tous les sous-secteurs. Il y a nécessité de renforcer l’assurance-qualité des structures éducatives.

32L’amélioration de la qualité des apprentissages au primaire peut se faire à travers le développement des ressources humaines, le renforcement de l’encadrement pédagogique de proximité, l’amélioration de la gestion et du suivi de la qualité dans l’école, la réduction des redoublements et des abandons, l’amélioration dans l’apprentissage de la lecture, la mise en œuvre de la politique de production et de distribution des supports pédagogiques.

33Au niveau secondaire, il y a nécessité de réformer les humanités pédagogiques et la formation des maîtres, de renforcer la synergie avec le ministère de l’Enseignement supérieur dans le cadre de la formation des enseignants et de former les enseignants du secondaire en tenant compte des besoins quantitatifs en enseignants. Il faudrait rendre disponible le matériel didactique, réhabiliter et construire des laboratoires et des salles d’expérimentation, optimiser et actualiser les programmes d’études (RDC, 2015).

34Au niveau de l’enseignement supérieur et universitaire, les défis à relever se rapportent à l’amélioration de la gouvernance et à la qualité de la formation, à l’adéquation de l’offre avec les besoins, à la mise au point de plans stratégiques annuels dans les établissements, au recours aux TIC, à l’enseignement ouvert et à distance, à la mise en place progressive du système LMD, au renforcement de la recherche et à la diversification des sources de financements du secteur (RDC, 2015).

Améliorer la gouvernance

35En ce qui concerne la gouvernance des établissements d’enseignement national, l’État doit initier des campagnes de changement pour inculquer des valeurs civiques, morales, républicaines et démocratiques aux gestionnaires de ces établissements. L’État devra : 1) mettre en place des normes et des mécanismes transparents de gestion des ressources ; 2) améliorer les processus de planification, de régulation des flux pour garantir le développement équilibré du système éducatif ; 3) améliorer la gestion du personnel et des carrières ; et 4) renforcer l’autonomie des établissements d’enseignement (RDC, 2015).

36Le système éducatif congolais, en dépit de son contexte de vulnérabilité à la suite des guerres et des instabilités politiques, fait preuve de résilience. Cette résilience n’a pas donné lieu à une forte efficacité, comme le montrent différents indicateurs. Pour pouvoir renforcer cette efficacité, trois stratégies sont souhaitables : développer l’accès et assurer l’équité de l’éducation, améliorer la qualité des apprentissages et améliorer la gouvernance et le pilotage du secteur de l’éducation (RDC, 2015).

Haut de page

Bibliographie

Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, RDC. www.eduquepsp.net [consulté le 10 octobre 2020].

NGUB’USIM MPEY-NKA R., ENGUTA MWENZI J. et KAKENZA KITUMBA G. (2017). « L’examen d’État en question. Synthèse nationale : résultats et qualité des réussites à l’examen d’État (édition 2013) ». Congo-Afrique 513, p. 258-277.

NGUB’USIM MPEY-NKA R. (2015). Assurance qualité pour les établissements de l’enseignement supérieur et universitaire : état des lieux, diagnostic et normes. Kinshasa : U-Psycom.

RDC (2015). Stratégies sectorielles de l’éducation et de la formation (2016-2025). Kinshasa : Éditions du Gouvernement.

RESEN (2014). République démocratique du Congo : Rapport d’État du système éducatif pour une éducation au service de la croissance et de la paix. Dakar : UNESCO–IIPE.

Haut de page

Notes

1Loi-cadre de l’enseignement national-RDC n° 14/004 du 11 février 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Enguta Mwenzi, « Le système éducatif de la République démocratique du Congo et ses principaux défis »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 85 | 2020, 23-29.

Référence électronique

Jonathan Enguta Mwenzi, « Le système éducatif de la République démocratique du Congo et ses principaux défis »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 85 | décembre 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ries/9985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.9985

Haut de page

Auteur

Jonathan Enguta Mwenzi

Jonathan Enguta Mwenzi est enseignant-chercheur à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Kinshasa, République démocratique du Congo. Ses recherches et publications portent sur l’évaluation de l’efficacité du système éducatif congolais et la psychopédagogie de la créativité et des innovations. Courriel : psyjonathanenguta[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search