Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Actualité internationaleRepères sur les systèmes éducatifsLe système éducatif libyen

Actualité internationale
Repères sur les systèmes éducatifs

Le système éducatif libyen

Alsadag H.E Alsadag
p. 29-36

Texte intégral

  • 1  Nous remercions Jean-Pierre Véran, pour sa généreuse collaboration.

1Malgré les difficultés d’obtention des informations causées par le déménagement fréquent du siège du ministère, l’absence de coopération entre les directeurs et responsables des services de l’éducation dans les différentes zones libyennes et le clivage politique, nous proposons dans cet article1 quelques repères sur l’histoire du système éducatif libyen, en utilisant des sources multiples : ouvrages, entretiens avec des responsables de l’enseignement, circulaires administratives, règlements et lois publiés par le ministère de l’Éducation et l’État, informations, textes et rapports publiés sur le site officiel du ministère de l’Éducation.

2Pays d’Afrique du Nord, l’État de Libye est situé sur la côte sud de la mer Méditerranée et partage ses frontières avec six pays : au nord-ouest la Tunisie, à l’ouest l’Algérie, au sud-ouest le Niger, au sud le Tchad, au sud-est le Soudan et à l’est l’Égypte. Sa langue officielle est l’arabe et sa superficie est de 1,76 million de km², avec une population de 6,679 millions d’habitants. Le pays est provisoirement gouverné par deux gouvernements : l’un à l’ouest de la Libye et l’autre dans l’est.

L’enseignement à l’époque ottomane (1551-1911)

3À cette époque focalisée seulement sur l’éducation religieuse, les katatibe (pluriel de koutab) coraniques, des lieux annexés aux mosquées, enseignent la lecture, l’écriture, le Coran et des notions de grammaire arabe. L’enseignement est négligé et ne connaît ni progrès ni développement. Il ne commence à prendre de l’importance qu’à la fin de l’ère ottomane, lorsqu’un petit nombre d’écoles sont créées dans les villes principales, Tripoli et Benghazi, grâce aux contributions et dépenses des citoyens libyens : écoles primaires, écoles préparatoires, écoles d’arts et métiers islamiques, école militaire, école d’agriculture et école normale d’instituteurs. Il existe à l’époque également des écoles des communautés étrangères (juive, maltaise, italienne).

4Selon les données mentionnées par Mabrouk (2018), on compte à Tripoli en 1902 42 enseignants répartis en six écoles accueillant 952 élèves externes et 135 internes. S’ajoutent à ces écoles arabes des écoles juives, françaises et italiennes scolarisant 422 garçons et 440 filles.

L’époque de la colonisation italienne (1911-1943)

5Des écoles primaires sont créées, ainsi que les écoles artistiques et professionnelles. Les autorités italiennes autorisent la poursuite de l’enseignement dans le koutab, les écoles traditionnelles, qui continuent à coexister avec les écoles pour les communautés étrangères.

6L’éducation est gratuite, y compris les manuels, et les écoliers bénéficient de soins de santé préventifs, de repas sur place ; les familles pauvres reçoivent des aides financières.

7L’éducation obligatoire concerne alors exclusivement le niveau primaire. Seul un petit nombre d’élèves libyens est admis au collège et la majorité des élèves ne peut réussir l’examen d’admission à l’école préparatoire (collège), en raison d’un niveau trop faible en langue italienne.

L’époque de l’administration militaire britannique et française (1943-1951)

8En 1943, après la colonisation italienne, les Britanniques mettent en place une administration militaire pour gérer les deux grandes régions que sont la Tripolitaine et la Cyrénaïque, tandis qu’au sud, la France occupe le territoire du Fezzan. L’administration anglaise crée des écoles secondaires, d’agriculture et des instituts de formation des instituteurs et institutrices à Tripoli et à Benghazi. Dans le sud (Fezzan), le nombre d’écoles est limité et seules quelques-unes enseignent la langue française.

9Entre 1943 et 1951, l’enseignement primaire public en Lybie passe de 69 écoles, 201 enseignants et 6 170 élèves (dont 404 filles) à 193 écoles, 1 024 enseignants et 28 266 élèves (dont 3 823 filles).

10De 1947 à 1950, l’enseignement secondaire public passe de deux établissements avec 18 enseignants et 234 élèves à quatre établissements, 49 enseignants et 628 élèves.

L’indépendance de la Libye (1952-1969)

11Le territoire est divisé en trois États : Cyrénaïque, Tripolitaine et Fezzan. Dans les années 1960, le nombre d’élèves, d’enseignants, d’écoles primaires et secondaires augmente. De nouveaux instituts de formation des instituteurs et institutrices sont créés, grâce à la découverte de pétrole et à la vigilance du Royaume de Libye en matière de diffusion de l’enseignement, pour mettre fin à l’analphabétisme. Le régime monarchique accorde de l’importance à l’enseignement général, moyen et supérieur et envoie des étudiants libyens en mission d’étude à l’étranger.

12La structure de l’éducation générale est alors divisée en trois cycles : primaire, préparatoire (collège) et secondaire. En outre, la première université libyenne est créée en 1955.

13De 1951 à 1969, le nombre d’élèves du primaire passe de 36 887 à 270 617 et celui des enseignants de 1 156 à 9 151. Entre 1959-1960 et 1968-1969, l’enseignement préparatoire (collège) voit le nombre d’établissements passer de 58 à 144, celui d’enseignants de 393 à 2 076, d’élèves de 7 392 à 29 181 dont 2 544 filles. Sur la période 1951-1969, l’enseignement secondaire en Libye passe de 4 à 25 établissements, de 59 à 608 enseignants et de 765 élèves à 7 181 dont 944 filles.

L’époque de Kadhafi (1969-2011)

14Le 1er septembre 1969, un coup d’État militaire mené par Mouammar Kadhafi renverse la monarchie libyenne et change le nom du pays, qui devient Al-Jamahiriya Al-Arabiya Al-Libiya. Le nouveau régime poursuit la politique de diffusion des écoles sur toute la Libye, avec notamment l’utilisation du bungalow (école modulaire). Les enseignements primaire et préparatoire sont fusionnés.

15En ce qui concerne le supérieur, malgré la poursuite de l’envoi des étudiants en mission d’étude à l’étranger et de l’augmentation du nombre des écoles, des instituts et des universités, il n’y a pas de stratégie concrète d’ouverture internationale. Les universités ne sont pas classées parmi les meilleures universités au monde, l’enseignement des langues étrangères est interdit en 1986, et jusqu’aux années 1990, l’État compte sur les enseignants étrangers pour l’enseignement général et supérieur. Les universités libyennes souffrent d’une pénurie des professeurs dans plusieurs spécialités. À la fin de cette période, les programmes de master et de doctorat voient le jour dans certaines universités.

L’enseignement après la révolution de février 2011

16Parmi les faits notables, le nombre d’universités augmente nettement. Un accord de coopération entre l’ambassade de France et le ministère de l’Éducation dans le cadre d’un programme d’apprentissage de la langue française et de la formation des enseignants de français voit le jour en 2018, afin de réintroduire l’enseignement du français dans les écoles secondaires libyennes à partir de la première année du secondaire. Une convention est signée en 2012 entre le ministère du Travail de Libye et l’agence Campus France pour permettre à 300 diplômés de français de suivre en France un stage d’un an.

  • 2  Les autres statistiques ne sont pas disponibles en raison de l’accumulation de problèmes politique (...)

17Au cours de cette période, le nombre d’élèves dans l’enseignement secondaire, selon les dernières statistiques publiées par le ministère de l’Éducation à la rentrée 2012, est de 223 623 dont 126 056 filles, répartis en six filières (sciences fondamentales, sciences de la vie, sciences de l’ingénierie, sciences économiques, sciences sociales, langues)2.

Le système scolaire et universitaire actuel

18En Libye, l’éducation est obligatoire et gratuite. L’enseignement général (fondamental et secondaire), l’enseignement supérieur et l’enseignement technique et professionnel sont dispensés gratuitement dans les établissements publics pour tous les citoyens. Les manuels scolaires sont également gratuits dans les écoles primaires, les écoles préparatoires (collèges) et les écoles secondaires.

Tableau 1. Répartition des élèves et étudiants libyens âgés de 10 ans et plus

Tableau 1. Répartition des élèves et étudiants libyens âgés de 10 ans et plus

Source : site de l’Autorité générale d’information en 2006.

L’enseignement préscolaire et fondamental

19L’école maternelle accueille les enfants âgés de 3 à 6 ans. L’enseignement fondamental de neuf ans est organisé en deux cycles : le cycle primaire dure six ans et accueille les élèves de 6 à 12 ans et le cycle préparatoire (collège) de trois ans concerne les élèves âgés de 13 à 15 ans. À la fin de cette période, les élèves obtiennent le diplôme de fin d’études de l’enseignement de base.

20L’école secondaire accueille les élèves de 16 à 18 ans ayant obtenu leur diplôme de fin d’enseignement fondamental, pour trois années de scolarité dans une filière littéraire ou scientifique.

Le curriculum

21Dans le système éducatif libyen, l’élaboration et l’accréditation des manuels scolaires, le plan scolaire et le calendrier scolaire sont gérés par le ministère de l’Éducation.

22Pendant la période Kadhafi, le curriculum n’a jamais connu de développement : le régime comptait sur les anciens manuels et des programmes d’enseignement qui encensaient Kadhafi, parmi lesquels : la pensée Jamahiri (la pensée massive), la conscientisation politique et le Livre vert.

23À la fin de l’époque Kadhafi, de nouveaux programmes scolaires singapouriens, traduits en arabe, ont été accrédités dans l’éducation fondamentale et secondaire pour l’enseignement des mathématiques et des sciences, à la suite d’une décision inconsidérée.

24Après 2011, tous les programmes d’enseignement glorifiant Kadhafi ont été supprimés et les matières scolaires ont été révisées et modifiées par le ministère de l’Éducation. Un nouveau manuel d’histoire a remplacé le précédent ; un nouveau manuel de français a été élaboré et mis en conformité avec le Cadre européen commun de référence pour les langues en 2019.

L’enseignement supérieur

25Les universités et l’académie libyenne sont des établissements publics sous la tutelle du ministère de l’Éducation. Dans le système universitaire libyen, le diplôme universitaire est décerné aux étudiants ayant achevé avec succès un programme d’études universitaires de quatre ans. Certaines universités libyennes proposent un programme de master et de doctorat pour certaines spécialités.

26L’accès à l’académie libyenne est conditionné par l’obtention du diplôme universitaire et par la réussite à l’examen d’admission. Les études à l’académie mènent à l’obtention d’un grade de master et d’un doctorat.

27Les établissements d’enseignement technique et professionnel ne relèvent ni des universités ni de l’académie libyenne ; ce sont des établissements supérieurs et intermédiaires publics placés sous la tutelle de l’autorité nationale de l’enseignement technique et professionnel.

28Les instituts professionnels intermédiaires accueillent pour trois années d’études les étudiants ayant obtenu leur diplôme de fin d’enseignement fondamental, à l’issue desquelles ils obtiennent le diplôme intermédiaire de fin de l’enseignement moyen (un diplôme équivalent au baccalauréat français).

29Tous les titulaires du diplôme de fin d’enseignement secondaire peuvent entamer quatre années d’études dans les facultés techniques.

30Enfin, pour être admis dans les instituts techniques supérieurs (trois années d’études), les candidats doivent obtenir un diplôme de fin d’enseignement secondaire ou moyen.

31Un programme de bourses financées par l’État est réservé aux meilleurs étudiants, assistants et membres du corps enseignant, afin de leur permettre de poursuivre leurs études supérieures.

Gouvernance et financement

32Depuis 2014, le secteur de l’enseignement souffre du clivage politique entre deux gouvernements rivaux : l’un à l’ouest à Tripoli et l’autre à l’est à Tobrouk se revendiquent chacun comme légitimes. Le système éducatif et universitaire actuel est ainsi géré par le ministère de l’Éducation du gouvernement d’union nationale à l’ouest et le ministère de l’Éducation du gouvernement libyen à l’est de la Libye.

33Les établissements d’enseignement supérieur sont financés par le budget de l’État. Certaines universités sont rattachées au ministère de l’ouest, d’autres au ministère de l’est et d’autres encore aux deux ministères.

34À la suite du décret du conseil présidentiel du gouvernement d’union nationale n° 676 du 8 août 2017 relatif à l’organisation de l’organe administratif et à l’accréditation de l’organigramme du ministère de l’Éducation, le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont été fusionnés.

35Cette fusion témoigne de l’absence d’intérêt pour le développement de l’enseignement supérieur. Nombre de dispositifs et de droits des professeurs d’université, des assistants dans différents départements et des étudiants dans différentes spécialités sont suspendus depuis plus de quatre ans, parmi lesquels : les programmes de bourses d’études supérieures et de doctorat à l’étranger ; les congés sabbatiques ; les programmes de bourses de mission (participation aux conférences à l’étranger) ; l’augmentation annuelle des salaires, la prime au mérite et les gratifications.

36L’ancien règlement de l’organisation de l’enseignement supérieur n° 501 de 2010 publié par le Comité populaire général est toujours en vigueur et le projet de loi de la réorganisation des universités libyennes n’est pas encore voté.

37En 2019, plusieurs grèves et manifestations ont été suivies par les membres du corps enseignant à Tripoli, réclamant l’augmentation des salaires, l’assurance maladie, la démission du ministre de l’Éducation et la séparation du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

38Le conseil présidentiel a publié le décret n° 1267-2019 du 30 octobre 2019 relatif à la restructuration du secteur de l’enseignement et à la séparation du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

39Le ministre de l’Éducation du gouvernement d’union nationale ayant annoncé sa démission le 31 octobre 2019, un nouveau ministre (membre du conseil présidentiel) a été nommé le 11 novembre 2019 pour une mission temporaire auprès du ministère de l’Éducation du gouvernement d’union nationale jusqu’à la mise en œuvre effective de la séparation des deux ministères. Le ministre a promis de revaloriser les salaires des membres du corps enseignant et annoncé la fin de la grève en décembre 2019.

Situation actuelle et principales difficultés

40Parmi les difficultés actuelles, nous notons sans ordre les nombreux points critiques suivants :

  • un certain nombre de bâtiments scolaires et universités ont été dévastés et détruits par la guerre ;

  • les bâtiments scolaires et universitaires ne sont pas adaptés aux personnes à mobilité réduite ;

  • l’enseignement dans le sud de la Libye (Fezzan) est délaissé par les autorités depuis longtemps ;

  • de nombreux étudiants universitaires n’ont pu se présenter aux examens, étant engagés dans la guerre ;

  • la quasi-totalité des universités a besoin d’équipement informatique et de laboratoires modernes ;

  • le retard de paiement des salaires des personnels (beaucoup n’ont pas perçu de salaire ni de primes depuis plus de trois ans) ;

  • l’angoisse des enseignants, des assistants et des étudiants en attente de bourses pour poursuivre leurs études à l’étranger ;

  • les coupures d’électricité et des communications plusieurs heures par jour ;

  • le non-achèvement de la restructuration du secteur de l’enseignement et de la séparation du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Conséquences du conflit actuel sur la scolarisation des élèves et des étudiants libyens

41Après 2014, la Libye a connu une crise gouvernementale qui a entraîné de nombreux conflits armés dans différentes zones dans ce pays. Les combattants ont des appartenances différentes, à savoir : appartenance idéologique, territoriale, nationale, tribale, etc. Il existe plusieurs factions et groupes : militaires, mercenaires, gangs, groupes islamistes, milices, coalition de milices, groupe Ansar Al-Charia, djihadistes d’Al-Qaïda, Daech, Frères musulmans, mouvements salafistes, mouvance islamiste, etc. Plusieurs zones ont été touchées par les conflits : Tripoli, Syrte, Tawarga, Darna, Benghazi, Sabha, Mourzouk, Al-Fuqaha, etc.

42Les conséquences du conflit actuel peuvent se résumer comme suit :

  • la destruction, la dégradation des infrastructures scolaires et le pillage de matériel et d’équipement scolaire peuvent interrompre les progrès scolaires des élèves et des étudiants ;

  • le manque de liquidités et les files d’attente interminables devant les banques, le manque d’essence, les coupures d’électricité, d’eau et d’internet ont entraîné une incapacité à répondre aux exigences scolaires et aux besoins des élèves ;

  • la recrudescence de l’insécurité et le décrochage scolaire ;

  • les troubles du développement intellectuel et l’inadaptation scolaire ;

  • les impacts psychologiques de la guerre sur les élèves et les étudiants ;

  • l’augmentation du chômage et l’engagement des jeunes dans la guerre, en raison de salaires attractifs ;

  • les déplacements forcés de nombreux élèves et étudiants et de leurs familles dans le pays, à cause des conflits et des conditions de vie précaires, empêchant de suivre une scolarité ou des études à l’université ;

  • les dates fluctuantes de début d’année scolaire et universitaire et des examens, qui dépendent de la situation sécuritaire et des ministères de l’Éducation dans les zones libyennes ;

  • des durées d’études aléatoires, des parcours intermittents, empêchant la délivrance de diplômes ;

  • les retards dans les progrès scolaires entraînés par la suspension régulière des études.

Perspectives

43Les défis actuels nécessitent une étude de la situation des établissements de l’éducation, de l’enseignement supérieur, des membres du corps enseignant, des curricula et des étudiants.

44En dépit des difficultés et des obstacles résultant des problèmes accumulés depuis l’ancien régime ainsi que par les divisions politiques et gouvernementales, le système éducatif et universitaire libyen a connu, ces dernières années, quelques avancées :

  • maintien de l’ouverture des écoles et des universités ;

  • promotion de la coopération internationale et ouverture sur le monde ;

  • création de nouvelles universités ;

  • programme de réintroduction du français dans les écoles secondaires publiques, développement de méthodes ainsi que formation des enseignants et des formateurs.

Haut de page

Bibliographie

MABROUK F. (2018). L’éducation en Libye et dans certains autres pays: étude comparative. Homysra.

OTMAN W.A., KARLBERG E. (2007). The Libyan Economy: Economic Diversification and International Repositioning. Springer.

Ministère de l’Éducation libyen. https://moe.gov.ly/

Statistique sur l’effectif d’élèves et d’écoles secondaires en Libye 2012. https://bit.ly/3l0BAEa

Règlement de l’organisation de l’enseignement supérieur n° 501 (2010). https://bit.ly/399xCGR

Site de l’autorité générale d’information en 2006. https://gia.gov.ly/ar/142/1065

Haut de page

Notes

1  Nous remercions Jean-Pierre Véran, pour sa généreuse collaboration.

2  Les autres statistiques ne sont pas disponibles en raison de l’accumulation de problèmes politiques et administratifs remontant à plusieurs années.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des élèves et étudiants libyens âgés de 10 ans et plus
Crédits Source : site de l’Autorité générale d’information en 2006.
URL http://journals.openedition.org/ries/docannexe/image/9991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alsadag H.E Alsadag, « Le système éducatif libyen »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 85 | 2020, 29-36.

Référence électronique

Alsadag H.E Alsadag, « Le système éducatif libyen »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 85 | décembre 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/9991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.9991

Haut de page

Auteur

Alsadag H.E Alsadag

Alsadag H.E Alsadag est directeur du département de français, chargé des affaires francophones à la faculté de pédagogie de Waddan, Université d’Aljufra, Libye. Courriel : alsadag_alsadag[at]yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search