Navigation – Plan du site
Articles

Du savoir savant au savoir enseigné, analyse de l’exposition des connaissances en cours magistral de physique : une étude de cas

Cécile de Hosson, Adry Manrique, Leslie Regad et Aline Robert

Résumés

Les pratiques d’enseignement à l’université sont la cible de travaux variés depuis une quinzaine d’années. Dans cet article, et c’est moins fréquent, non seulement ces pratiques sont considérées comme des objets à comprendre avant de devenir des objets à transformer mais encore, ce sont des pratiques d’enseignants de physique que nous étudions, en nous centrant sur le cours magistral et en nous livrant à une étude comparée de deux cours, sur un même contenu précis, délivrés dans le même établissement. C’est ainsi une approche didactique que nous adoptons, mobilisant nos analyses (classiques) de contenu à enseigner ainsi que celles des proximités développées dans le discours enseignant. Cette notion, qui donne accès à la manière dont les enseignants s’y prennent pour rapprocher le savoir visé et les étudiants, nous a semblé utile pour apprécier les déroulements organisés en amphithéâtre, singulièrement difficiles à observer directement du côté des étudiants. En référence aux choix de présentation et d’organisation que les enseignants font, c’est à l’aune des dimensions qu’ils privilégient dans le discours accompagnant l’exposition des stricts contenus en jeu que nous analysons ces cours. Cela nous donne aussi accès à leurs objectifs et à leur identité professionnelle. Deux types d’analyse sont menés parallèlement, une analyse catégorielle, reprenant nos indicateurs didactiques, et une analyse lexicométrique permettant, grâce à des réorganisations formelles des textes, des analyses statistiques sur le vocabulaire d’un corpus. Nos résultats précisent les différences importantes qui sont constatées, les deux analyses convergeant dans leur éclairage complémentaire. Un des enseignants présente un cours fondé sur l’épistémologie de la physique, révélant ainsi une ambition sur le sens et la nature de la physique, l’autre semble plus centré sur une ambition méthodologique, en lien avec la réussite aux examens.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les pratiques d’enseignement à l’université sont, depuis le début des années 2000, la cible d’intérêts vifs et variés. En tant qu’objet institutionnel, les pratiques d’enseignement des universitaires sont perçues comme objet à transformer, la transformation visant une prise en compte des évolutions des modes d’appropriation du savoir par les étudiants et des modes de médiation (Albero, 2015). C’est ainsi que l’enseignement supérieur français se voit confronté depuis plus d’une décennie à des exigences institutionnelles d’« innovations pédagogiques » soutenues, entre autres, par la promotion du numérique. En témoignent les nombreux appels à projet (IDEX, IDEFI, etc.) visant le déploiement d’offres de formation numérique spécifiques, le développement et le renforcement de l’utilisation d’outils technologiques pour l’enseignement, ou la mise en œuvre de dispositifs pédagogiques innovants (boîtiers de vote interactif, enseignement à distance, classes inversées, etc.). Cette injonction à la transformation des pratiques pédagogiques à l’université, soutenue en France par le rapport ministériel dit Stranes (Bertrand, 2014), fait finalement peu cas de l’existence et de la nature même des pratiques à transformer. La transformation est davantage pensée comme une substitution : certaines pratiques, notamment les enseignements dits « magistraux », qualifiées d’inadéquates, d’inappropriées (Altet, 1994 ; Duguet et Morlaix, 2012), doivent laisser place à des pratiques alternatives innovantes susceptibles de porter plus efficacement la motivation et la réussite des étudiants.

2Dans cet article, nous posons la transformation comme une conséquence possible (non nécessairement souhaitable) d’analyses visant à mieux comprendre ce que font les enseignants universitaires lorsqu’ils enseignent et les raisons pour lesquelles ces enseignants font ce qu’ils font. Une telle perspective modifie la manière selon laquelle la question de la transformation est souvent abordée et avec elle, celle de la formation des enseignants universitaires : il ne s’agit pas de penser la formation comme un accompagnement vers la substitution d’une pratique par une autre, mais comme une aide au remodelage réfléchi des formes prises par des pratiques que l’on choisit d’identifier et de spécifier.

3Si l’intérêt scientifique pour les pratiques des enseignants universitaires est loin d’être original aujourd’hui, le chemin que nous empruntons l’est peut-être davantage puisque nous avons choisi d’éclairer cette compréhension par une analyse didactique ancrée dans une discipline particulière : la physique, et située dans un contexte pédagogique spécifique : le cours magistral en amphithéâtre.

4Dans une première partie, nous situons notre propos au sein des études prenant pour cible les pratiques effectives des enseignants universitaires. Nous montrons qu’une approche didactique, mobilisant les analyses de contenus à enseigner et la notion didactique de « proximités-en-acte » (Robert et Vandebrouck, 2014), présentée en deuxième partie, permet de répondre à un besoin de prise en compte des spécificités disciplinaires des enseignants et des savoirs en jeu. Les outils méthodologiques mis en œuvre (analyses catégorielle et lexicométrique) sont présentés en troisième partie et permettront d’apprécier la manière dont le texte du savoir s’organise au sein du cours magistral de physique de première année universitaire de deux enseignants-chercheurs physiciens chargés de délivrer le même enseignement (les lois de la physique newtonienne). En croisant les choix de contenus et de proximités, nous montrons pour finir que les pratiques observées sont très hétérogènes et qu’elles s’organisent conformément à certaines dimensions de l’identité professionnelle des enseignants observés parmi lesquelles leur représentation de la physique et les valeurs qu’ils associent à cette discipline, les règles et les normes auxquelles doivent répondre un enseignement de physique, les besoins qu’ils projettent sur leurs étudiants.

2. Approcher les pratiques pédagogiques disciplinaires des enseignants universitaires : élaboration d’une problématique

2.1. Étudier les pratiques des enseignants universitaires : pour une approche disciplinaire

5L’enseignement supérieur universitaire est devenu depuis plus de deux décennies et à l’échelle internationale, un objet d’étude investi par des chercheurs d’origines disciplinaires variées et relevant majoritairement des sciences humaines et sociales (sociologie, sciences politiques, sciences de l’éducation, pour ne citer que certaines d’entre-elles). Dans ce contexte, les politiques éducatives de même que les identités étudiantes et enseignantes ont été la cible de travaux divers visant à éclairer les dynamiques sociales, économiques, pédagogiques à l’œuvre dans un espace singulier où des enseignants peu ou pas formés pour enseigner sont pour la plupart chercheurs (Endrizzi, 2011). Les pratiques d’enseignement des universitaires se sont vues investies elles aussi par des enquêtes issues principalement de la recherche en éducation. Dans un ouvrage collectif paru en 2004, Annoot et Fave-Bonnet présentaient l’une des premières synthèses des questions associées à l’étude des pratiques pédagogiques à l’université. Il s’agissait d’apporter un éclairage inédit sur les pratiques quotidiennes des enseignants et des étudiants, ainsi que sur les représentations des enseignants et la portée de leurs actions. Les contributions structurant cette synthèse ouvraient la voie au développement de travaux à poursuivre ; l’exploration des pratiques des enseignants-chercheurs formait l’une de ces pistes et entendait interroger l’idée de culture commune à travers l’étude de questions associées, par exemple, au traitement de l’hétérogénéité des étudiants (Altet, 2004), aux écarts entre le déroulement prévu et le déroulement effectif du cours (Trinquier et Terrisse, 2004), ou encore aux éléments qui contraignent les pratiques (Clanet, 2004).

6Si de nombreuses recherches francophones inscrites dans la lignée de ces travaux pionniers ont depuis choisi pour objet les pratiques pédagogiques des universitaires (Bachy, 2014 ; Berthiaume, 2007 ; Duguet et Morlaix, 2012), peu d’entre elles prennent ou ont pris en charge la dimension disciplinaire de ces pratiques. Dans son recensement des articles français publiés dans la base FRANCIS sur la pédagogie universitaire entre 1991 et 2005, Adangnikou (2008) indique que la très grande majorité des articles publiés au cours de cette période porte plutôt sur les pratiques d’enseignement et de formation à l’enseignement, les technologies de l’information et de la communication, les apprentissages des étudiants ainsi que l’évaluation des enseignants et des apprentissages des étudiants sans qu’une (ou plusieurs) discipline(s) ne soi(en)t intentionnellement prise(s) pour cible.

7Certaines études soulignent pourtant que la communauté des enseignants universitaires, particulièrement celle des enseignants-chercheurs, est « façonnée » par la discipline académique dont elle se réclame, et qu’elle partage de ce fait « un même ensemble de valeurs intellectuelles, un même territoire cognitif » (traduction libre, Becher, 1994, p. 3). Pour Tony Becher (1994), le sentiment d’appartenance disciplinaire des enseignants-chercheurs est une composante essentielle, voire première, de leur identité et de leur expertise d’enseignant ; elle inclut un ensemble de certitudes portant à la fois sur ce qui doit être enseigné et sur la manière dont cela doit être fait. Ceci le conduit, et d’autres chercheurs à sa suite (Berthiaume, 2007 ; Poteaux, 2013 ; Rege-Colet et Berthiaume, 2009 ; Trede, Macklin et Bridges, 2012) à plaider pour le développement de recherches sur les pratiques enseignantes universitaires prenant pour entrée la spécificité disciplinaire des acteurs et des savoirs.

  • 1 Deux auteures de cet article sont chercheures en didactique de la physique

8Notre recherche rencontre ce besoin de contextualisation disciplinaire. Elle se déploie au sein d’un espace d’enseignement – le cours magistral en amphithéâtre, et pour une discipline académique spécifique – la physique1.

2.2. Le cours magistral comme composante identitaire de l’enseignant universitaire

9Le cours magistral est parmi les modalités pédagogiques universitaires celle qui apparaît aujourd’hui la plus malmenée par les états des lieux et les rapports prospectifs institutionnels français sur l’enseignement supérieur (Berger, 2012, Bertrand, 2014). Les résultats de certaines recherches récentes viennent nuancer les propos institutionnels qui en péjorent l’intérêt. D’abord, le cours magistral actuel profite largement des instruments (technologiques, numériques) disponibles et active des modes d’exposition interactifs qui l’éloigne de plus en plus de la forme monologuée prototypique qui lui est généralement assignée (Loizon et Mayen, 2015 ; Petit, 2015). Ensuite, les étudiants ne semblent pas aussi rebutés que ne le laissent supposer certains des rapports mentionnés plus haut (Papi et Glikman, 2015) ; quant à son efficacité en termes d’apprentissage, difficile d’en juger de manière objective tant les études sur le sujet sont rares voire inexistantes.

10Enfin, en tant que « genre universitaire » à part entière (Nguyen, 2013), le cours magistral constitue un espace identitaire privilégié, presque nécessaire, du chercheur qui enseigne. Dans une précédente recherche, nous nous sommes intéressés aux pratiques pédagogiques déclarées d’enseignants-chercheurs physiciens (de Hosson, Décamp, Morand et Robert, 2015). L’analyse de 23 entretiens semi-directifs et de 81 réponses écrites à un questionnaire à choix multiples nous a permis de remonter aux normes, aux règles, aux qualités et aux valeurs que les enseignants-chercheurs assignent à leur métier d’enseignant de physique, et de spécifier ainsi quelques traits de leur identité professionnelle enseignante (Cattonar, 2002). Nous avons ainsi pu montrer que l’identité professionnelle des enseignants-chercheurs de physique apparaît marquée par un attachement important à la « beauté de la physique », à son caractère « transcendant » ; l’enseignement de la physique se doit donc d’être le témoin fidèle de ces attributs. Dans ce contexte, le cours magistral constitue un espace idéal de valorisation d’un savoir dont on doit pouvoir exhiber la beauté puisque c’est elle qui assurera le rôle d’attracteur d’étudiants (de Hosson et al., 2015 ; de Hosson, Décamp et Colin, 2016).

11Si le cours magistral demeure autant plébiscité par cette communauté, c’est également parce qu’il offre au chercheur physicien qui enseigne un espace peu contraint au sens où le texte du savoir (les concepts mobilisés, leur organisation, les situations prises pour exemples, etc.) est laissé au libre choix de l’enseignant, y compris dans les premières années où les contenus disciplinaires enseignés sont particulièrement stabilisés, et éloignés des savoirs produits dans les laboratoires de physique. – C’est aux conséquences didactiques de cette liberté que nous nous intéressons ici.

12Spécifiquement, nous cherchons à caractériser les manières dont s’organise le texte du savoir dans un cours magistral à partir des hypothèses de travail suivantes :

  1. Les choix de présentation et d’organisation des concepts à l’œuvre dans le discours magistral de l’enseignant-chercheur sont les vecteurs observables du matériau à partir duquel les étudiants devront tirer leurs connaissances. Ils constituent des indicateurs du rapport que l’enseignant-chercheur entretient avec les savoirs et l’épistémologie de sa discipline, des connaissances qu’il a des manières dont les étudiants conceptualisent la physique, des objectifs qu’il assigne à son enseignement : forme-t-il de futurs physiciens ? Des citoyens éclairés ? Des étudiants performants aux examens ? Etc. Ces dimensions rejoignent et éclairent les dimensions « épistémologie personnelle » et « disciplinaire » qui structurent une partie du modèle empirique du « savoir pédagogique disciplinaire » construit par Berthiaume (2007). La dimension « pédagogique » qui complète ce modèle restera en arrière-plan de notre recherche.

  2. Les choix pédagogiques et didactiques des enseignants-chercheurs peuvent être hétérogènes (Clanet, 2001 ; Duguet et Morlaix, 2012) y compris lorsque ceux-ci appartiennent à la même « tribu académique » (Becher, 1994), y compris lorsqu’ils enseignent le même contenu disciplinaire à un même niveau universitaire.

  • 2 Au moins en partie puisque l’on en s’intéresse pas aux éléments de discours, aux gestes, n’engagean (...)

13Notre problématique recouvre un enjeu méthodologique de taille. Comment spécifier, en effet, les modalités d’exposition que les enseignants universitaires physiciens mettent en œuvre pour permettre aux étudiants d’accéder aux savoirs disciplinaires visés par le cours magistral ? Le cadre conceptuel développé dans la partie suivante devrait permettre de répondre, au moins en partie, à cette question2.

3. Cadre conceptuel : analyser les contenus enseignés et repérer les « proximités-en-acte » en cours magistral

14Même si le recours aux instruments, notamment technologiques, tend à faire du cours magistral une forme pédagogique moins exclusivement monologuée qu’auparavant (Petit, 2015), la parole de l’enseignant y reste malgré tout centrale et offre aux étudiants un « parcours complet d’un domaine de savoir » (Bruter, 2008, p. 11). Dans cette mesure, les opérations cognitives exigées des étudiants pendant un cours magistral sont toujours associées à des activités d’écoute et de prise de notes et forment un répertoire riche et varié d’opérations de traitement du discours délivré impliquant à des degrés divers et selon Altet (1994) : « saisie et encodage, transformation, mémorisation, inférence, production et métacognition » (p. 44).

15Pour en saisir la portée et les limites, nous considérons que ces opérations participent au processus d’« imitation intelligente » (Vygotsky, 1935), moteur privilégié de l’apprentissage lorsque celui-ci a lieu au sein d’une relation de type maître-élèves comme celle qui se déroule en cours magistral. Appliquée à notre étude, chaque concept manipulé, nommé, par le maître (l’enseignant de physique dans son amphithéâtre) est appelé à devenir un concept pour l’étudiant par un processus « d’union du connu et de l’inconnu » (Morin, 1986, p. 60). Mais l’étudiant n’apprend dans ce qui lui est proposé que ce qui est suffisamment proche de ce qu’il sait déjà, correspondant à ce que Vygotsky (1935) appelle la zone proximale de développement.

16Rapporté au contexte de l’enseignement de la physique, on attend ainsi de ces opérations cognitives qu’elles conduisent l’étudiant à s’approprier l’arsenal conceptuel et théorique du physicien afin qu’il parvienne à transformer peu à peu le monde matériel inanimé, celui des objets et des événements, en un monde modélisé sur lequel il devient possible de travailler et de faire un certain nombre de prévisions. C’est ce processus dialectique entre « deux mondes » (Tiberghien et Vince, 2005) que l’on projette de voir à l’œuvre, sous des formes variées dans un cours de physique. C’est ce même processus qui participe à l’activité de conceptualisation, activité qui requiert que certains mots prononcés par l’enseignant (« force », « masse », énergie », par exemple) prennent sens dans un réseau spécifique également à construire (le monde théorique du physicien). Pour cela, une distanciation s’avère parfois nécessaire avec ce que l’étudiant sait ou croit déjà savoir, avec la manière dont il manipule ces mêmes mots dans la vie de tous les jours, avec ce que les chercheurs en didactique des sciences nomment « théories naïves » ou « conceptions » (Tiberghien et Vince, 2005) ; la « force » du physicien n’ayant que peu à voir avec celle du non physicien. C’est là une particularité de la physique que de proposer des lois et des principes souvent contradictoires avec ceux du sens commun (Bachelard, 1938) : lorsque le physicien énonce que des objets peuvent être en mouvement sans qu’aucune force n’agisse sur eux ou que des objets s’élevant verticalement peuvent être soumis à des forces agissant vers le bas, le non physicien pensera, lui, qu’une force est nécessaire si l’on veut qu’un mouvement perdure et ajoutera que celle-ci agit forcément dans le sens du mouvement (Halloun et Hestenes, 1985 ; Viennot, 1996). Apprendre la physique, c’est passer progressivement d’un système explicatif à un autre, un système où le sens des mots mais aussi les causalités à l’œuvre changent : la force n’est plus la cause du mouvement (ou de la vitesse) mais devient celle de l’accélération.

17C’est sur la capacité potentielle des choix opérés par les enseignants à favoriser de tels passages que se concentre notre analyse. Si la recherche en didactique peine encore aujourd’hui à mettre en lien direct les transformations conceptuelles des élèves et des étudiants et les pratiques des enseignants (Talbot, 2012), elle nous offre toutefois les moyens d’apprécier la manière dont les enseignants s’y prennent pour rapprocher le savoir et les étudiants. C’est en tout cas ce qu’autorise le recours à la notion de « proximité-en-acte » introduite par Robert et Vandebrouck (2014) qui nous permet d’examiner de quelle manière l’enseignant « tire » l’activité cognitive potentielle de l’étudiant jusqu’à la conceptualisation visée par son cours. La notion de proximités en acte désigne ce que le chercheur peut repérer dans le discours enseignant et qu’il choisit d’interpréter comme une tentative de rapprochement cognitif avec l’étudiant. Ce repérage, qui met en jeu ce qui est explicité sur les deux mondes, sur les difficultés liées à la pensée commune, entre autres, peut s’effectuer au travers des concepts mobilisés, des types d’organisation conceptuelle présentés, de la place et nature des exemples choisis, de l’existence et de la fréquence des appels aux acquis antérieurs des étudiants, de l’existence et de la fréquence d’un travail explicite à partir de leurs conceptions, des répétitions, des questions-réponses aux étudiants, etc., bref de tout ce qui constitue et enrichit le discours strictement physique de l’enseignant.

18Bien entendu, dans la mesure où nous nous intéressons uniquement à ce discours de l’enseignant, et non pas à sa réception par l’étudiant, nous ne pouvons pas présager de l’impact de telles proximités sur la conceptualisation ou la compréhension effective.

4. Méthodologie

4.1. Recueil des données

  • 3 En TD, les étudiants sont mis en situation de résoudre des séries d’exercices distribuées en amont (...)
  • 4 Hecht, E. (2010). Physique. Bruxelles : De Boeck.

19Notre recherche entend spécifier les variétés discursives éventuellement à l’œuvre dans un enseignement magistral et engage, par voie de conséquences, une dimension comparative. Nous avons donc sollicité deux enseignants-chercheurs de physique d’une même université publique française et issus du même département de physique. Ils sont chacun responsables du cours magistral (désigné comme tel par l’université d’appartenance des enseignants-chercheurs observés) de mécanique newtonienne de première année de licence et enseignent en parallèle deux fois par semaine devant environ 150 étudiants chacun. Les étudiants des deux cours suivent aussi des séances dites de Travaux Dirigés (TD) : trois séances d’une heure trente par semaine, en groupes de 303. Par la suite, ils sont soumis aux mêmes procédures d’évaluation et au même examen écrit final. Notons également qu’ils disposent d’un même ouvrage de référence explicitement présenté par les enseignants comme support possible au cours magistral4.

20Les deux enseignants (désormais désignés A et B) ont participé à l’enquête et ont accepté de voir leur cours intégralement enregistré (audio), retranscrit et exploité à des fins de publication et sous couvert d’anonymat. Nous leur avons présenté les objectifs de notre travail en précisant que nous allions nous intéresser à leurs choix en termes de concepts, d’organisation conceptuelle, d’exemples, etc. Nous leur avons également précisé qu’il existait très peu d’études engageant des analyses de pratiques in situ et spécifiquement centrées sur l’enseignement de la physique à l’université. Les enseignants y ont vu une occasion d’autoscopie de leurs pratiques (Champagne, 1979) et ont accueilli notre démarche avec intérêt et sans défiance. Ils ont l’un et l’autre explicitement demandé qu’un retour leur soit fait à l’issue des observations et des analyses.

  • 5 Le concept de « force » est modélisé par un « vecteur » mathématique, une flèche dont la longueur r (...)

21L’analyse que nous présentons est réalisée à partir de la transcription intégrale des discours (enseignants et étudiants) de trois séances de 1 h 30 réparties sur deux semaines consécutives d’enseignement portant sur les trois lois de Newton. Brièvement, il s’agit pour les enseignants de faire comprendre aux étudiants que, dans un référentiel dit galiléen, lorsqu’un système n’est soumis à aucune force, sa vitesse et sa quantité de mouvement sont nulles, c’est-à-dire que le système est soit au repos, soit animé d’un mouvement rectiligne et uniforme (loi 1 ou principe d’inertie), que si ce système est soumis à des forces qui ne se compensent pas alors il est animé d’un mouvement accéléré (loi 2 – on dit également que la quantité de mouvement de ce système varie) et que lorsque deux systèmes S1 et S2 interagissent la force exercée par S1 sur S2 est égale et opposée à la force exercée par S2 sur S1 (loi 3)5.

22L’enseignement de ces lois s’inscrit au sein d’un réseau conceptuel engageant les concepts de force, accélération, vitesse, référentiel galiléen, système, masse, quantité de mouvement ; ceux-ci sont mobilisés pour travailler et modéliser des situations du monde des objets et des événements où des objets connus et facilement identifiables sont tirés, poussés, lancés, etc. Rappelons enfin que l’une des spécificités de cet enseignement est qu’il vient heurter l’intuition, source des théories « naïves » qui seront probablement présentes chez les étudiants.

4.2. Analyse des données

23Au regard de ces objectifs d’enseignement et d’apprentissage, notre travail consiste à repérer, outre les concepts et les liens qui les unissent, les types de contextes et d’exemples mobilisés par les deux enseignants-chercheurs, la manière dont les acquis antérieurs et les conceptions des étudiants sont pris en compte, les moyens mis en œuvre pour activer les va-et-vient entre mondes théorique et empirique, etc.

24Pour cela, nous avons procédé à une analyse textuelle des discours (Adam, 2011) en deux temps et à deux échelles distinctes : une analyse catégorielle des transcriptions, réalisée à l’échelle locale des mots et/ou des groupes de mots prononcés, complétée par une analyse lexicométrique engageant la prise en compte globale du texte du savoir pour chacune des séances retranscrites.

4.2.1. Analyse catégorielle

25Elle consiste en un découpage systématique « à la main » des transcriptions en autant d’unités que de catégories identifiées comme supposément pertinentes pour la conceptualisation. Certaines des catégories mobilisées ont été identifiées a priori (les concepts et les lois, les appels aux acquis antérieurs, les références aux conceptions des étudiants, les exemples), d’autres ont émergé au fil du travail de découpage (les références historiques, les considérations de nature épistémologique). A titre d’exemple, dans l’extrait de verbatim suivant :

« Le principe d’inertie nous dit la chose suivante qui est au premier abord très contre intuitive ; il nous dit que si je prends un objet et que j’arrive à le mettre loin / de toute influence c’est-à-dire qu’il n’y ait plus aucune force qui s’exerce sur lui, et bien cet objet sur lequel ne s’exercerait aucune force se déplacerait dans le vide intersidéral à vitesse constante. Pourquoi est-ce que c’est contre-intuitif ? Parce que l’expérience courante nous dit en apparence le contraire et c’est une difficulté qui a mis des siècles à se résorber. Par conséquent c’est normal d’avoir une difficulté de compréhension » (A – loi 1).

26nous distinguons les concepts relevant de la physique (les mots et expressions surlignées en gris : principe d’inertie, aucune force, vitesse constante), les phrases faisant référence aux théories naïves des étudiants (en caractères gras), les éléments qui renvoient au monde empirique (en italique), les phrases qui renvoient au monde théorique (soulignés), les éléments porteurs d’une dimension historique (caractères blancs sur fond noir). Enfin, nous repérons les éléments du registre épistémologique (en lien avec la nature de la physique) entre crochets :

« [Vous voyez bien le mot force, le mot force je ne l’ai pas défini. Alors c’est un peu embêtant parce que du coup et ben ce n’est pas vérifiable. Ce n’est pas un principe qui est falsifiable] » (A – loi 1)

27Finalement, la catégorisation que nous opérons ici permet de faciliter l’identification des moments de rapprochement possibles des étudiants avec le savoir. Nous avons ainsi accès aux choix d’environnements possiblement porteurs de sens (ie : tout ce que l’enseignant dit pour porter la compréhension). Par exemple, l’identification des éléments distingués en gras peut être l’occasion d’étudier comment l’enseignant aborde les conceptions des étudiants et d’apprécier la manière dont il les anticipe ou dont il provoque leur apparition pour mieux les travailler ; le repérage des éléments en italique donne accès au nombre des situations engageant des objets et des événements du monde « réel » et leur degré de proximité avec le quotidien des étudiants. Cela permet également d’identifier la manière dont la dialectique entre les deux mondes est orchestrée au fil du discours.

4.2.2. Analyse lexicométrique

28La lexicométrie peut être définie comme un ensemble de méthodes permettant d’opérer des réorganisations formelles de la séquence textuelle et des analyses statistiques sur le vocabulaire d’un corpus de textes (Lebart et Salem, 1988).

29Au cours de cette étude, nous avons réalisé l’analyse lexicométrique des six retranscriptions considérées chacune comme un corpus textuel. Deux corpus supplémentaires ont été créés qui combinent les retranscriptions des trois cours (loi 1, loi 2 et loi 3) pour l’enseignant A et pour l’enseignent B. Nous avons donc travaillé à partir de huit corpus.

  • 6 La variable « nom du cours » a trois modalités : « cours_loi1 », « cours_loi2 » et « cours_loi3 ». (...)
  • 7 Le processus de nettoyage consiste à convertir les majuscules en minuscules, à retirer les caractèr (...)

30L’analyse lexicométrique de chaque corpus a été réalisée à l’aide du logiciel IraMuTeQ version 0.7 alpha 2 (Ratinaud, 2009 ; Ratinaud et Déjean, 2009). Tout d’abord, les corpus ont été formatés pour être lus par le logiciel en déclarant deux variables étoilées par corpus : « nom du cours » (ex : *cours_loi1) et « enseignant » (ex : *A). Pour le corpus regroupant les six retranscriptions, une seule variable « ec_cours » combinant le nom du cours et le nom de l’enseignant a été déclarée (ex : « A_loi1 »)6. Chaque corpus a ensuite été importé dans le logiciel. Au cours de cette importation, les corpus ont subi une étape de nettoyage7. Un processus de lemmatisation, qui consiste à regrouper sous une forme canonique (en général à partir d’un dictionnaire) des occurrences du corpus, a ensuite été appliqué. Les regroupements sont faits de la manière suivante : les formes verbales à l’infinitif, les substantifs au singulier, les adjectifs au masculin singulier. Afin d’optimiser ce procédé de lemmatisation, le dictionnaire français disponible dans le logiciel IRaMuTeQ a été modifié. Une étape de segmentation a ensuite été réalisée. Cette étape consiste à découper le corpus en suite de 40 mots consécutifs et non séparés par un séparateur de séquence (signes de ponctuation). Enfin, une étape de comptage des mots a été réalisée. Deux types de mots ont été définis : les formes actives et les formes supplémentaires qui correspondent aux mots non informatifs tels que les prépositions, adjectifs indéfinis et définis, auxiliaires, etc.

31Chaque corpus a ensuite été analysé en utilisant trois algorithmes. Le premier algorithme « nuage de mots » permet d’afficher le lexique des formes actives du corpus sous la forme d’un graphique où la taille des formes actives est proportionnelle à leur fréquence.

32Le deuxième algorithme « Analyse des similitudes » (ADS) a pour objectif d’étudier la proximité et les relations entre les formes actives du corpus. Cette analyse se base sur la détermination de la cooccurrence des formes actives dans le corpus, c’est-à-dire le nombre de segments dans lesquels une forme active est associée à une autre. L’ADS aboutit à une représentation en arbre où les sommets du graphe correspondent aux formes et les arêtes représentent les cooccurrences entre eux. Plus la taille des mots est grande, plus ils sont fréquents dans le corpus. Plus les arêtes sont épaisses plus les mots sont cooccurrents.

33Le troisième algorithme utilisé est « Spécificités et AFC ». Cet algorithme calcule une analyse factorielle des correspondances (AFC) à partir du tableau de contingence contenant les occurrences des formes actives pour chaque sous-partie du corpus définies par les variables (« nom du cours », « enseignant » et « ec_cours »). L’AFC est basée sur le calcul de l’inertie du nuage de formes actives que constitue le corpus et a pour but de définir un plan qui représente un maximum de l’inertie totale du nuage de mot (la stabilité du discours). Elle aboutit à un graphique représentant la projection des formes actives et des variables sur ce plan qui va permettre d’étudier les associations entre les formes actives et les sous-parties du corpus.

34La comparaison des résultats obtenus sur les huit corpus va nous permettre de répondre à différentes questions : quels sont les mots, les phrases et les relations lexicales qui peuvent caractériser chacun des enseignants ? Les trois cours sont-ils équivalents ? Chacun des enseignants a-t-il été constant au fil de ses séances ou peut-on observer des changements ou des évolutions ? Quelles différences entre eux ?

4.2.3. Complémentarité des deux types d’analyse

35Les analyses lexicométriques viennent compléter les analyses catégorielles en offrant une vue plus large des types de discours mis en œuvre, en permettant plus précisément la mise en évidence éventuelle d’une spécificité, d’une cohérence discursive intra-individuelle, et d’une hétérogénéité inter-individuelle. Cette cohérence est un indice de stabilité des discours tenus qui légitime a posteriori l’étude limitée réalisée ici. En combinant les deux analyses on peut reconstruire des logiques d’ensemble de l’exposition magistrale incluant les manières dont ces logiques se déclinent localement. Par exemple, on peut répondre à la question suivante : une fréquence élevée d’un même mot pour un même cours ou pour un ensemble de cours correspond-elle à des reprises d’une même idée, à des idées différentes ? L’analyse lexicométrique permet de visualiser un dénombrement mais ne permet pas de savoir précisément si cette fréquence d’usage correspond ou non à des répétitions ; de même, l’analyse lexicométrique permet de saisir des agencements conceptuels mais ne permet pas d’identifier à quelle temporalité correspondent ces agencements : est-ce que la théorie arrive avant l’exemple ou inversement ou avant et après, et plus généralement, suivant quelle temporalité s’opère la dialectique entre les deux mondes ?

5. Résultats

36Le format de cet article ne nous permet pas présenter l’ensemble des résultats des traitements que nous avons effectués. Nous allons donc appuyer notre analyse sur quelques traitements significatifs pour la mise en évidence de similitudes et de différences à l’œuvre dans les discours des enseignants observés.

37Dans le graphique de la figure 1, nous avons reporté, pour l’ensemble des trois séances des deux enseignants, le nombre d’éléments de discours que nous avons considérés comme susceptibles de contribuer au rapprochement des étudiants et du savoir visé par le cours.

Figure 1. Dénombrement (nombre d’occurrences) des différents éléments de « proximités » pour les deux enseignants A et B sur la totalité des trois cours

Figure 1. Dénombrement (nombre d’occurrences) des différents éléments de « proximités » pour les deux enseignants A et B sur la totalité des trois cours

38On y constate des diversités entre les proximités déployées par les deux enseignants. Le nombre de références aux conceptions des étudiants et au caractère contre-intuitif du savoir est plus élevé chez A que chez B. Le nombre de questions aux étudiants est plus grand chez B que chez A ; A ponctue son discours de questions rhétoriques, n’appelant en général aucune réponse de la part des étudiants. En outre, A mobilise davantage d’appels aux acquis antérieurs des étudiants et son discours est spécifiquement marqué par de nombreuses considérations de nature épistémologique. Par exemple, dans son cours sur la première loi de Newton (ou principe d’inertie), A énonce que le concept de force ne peut pas être défini parce que partie prenante d’un « principe » :

« [Vous voyez bien le mot force, le mot force je ne l’ai pas défini. Alors c’est un peu embêtant parce que du coup et ben ce n’est pas vérifiable. Ce n’est pas un principe qui est falsifiable]. Imaginez-vous que je vois un objet dans l’espace intersidéral, il va en ligne droite par rapport à un certain référentiel. Comment je sais s’il y a une force dessus ? Je ne sais pas, je n’ai pas défini ce que c’est une force si ce n’est que il y a différents types de force. [Donc c’est un principe dans lequel je pose le vocabulaire plus que tout autre chose]. Je dis voilà si un système va en ligne droite dans un certain référentiel, et bien je vais dire [et que c’est vrai] dans tous les référentiels en translation, [je vais dire] qu’il n’y a pas de force dessus] » (A – loi 1).

39B, quant à lui, appuie son discours sur un nombre plus élevé d’exemples qui sont, par nature, assez différents de ceux mis en avant par A. Nous verrons plus avant que ceci n’est pas sans conséquence sur la manière dont chacun opérationnalise la dialectique entre les deux mondes théorique et empirique. Enfin, le nombre de références à l’histoire des sciences (pour montrer « ce que l’on pensait avant ») est à peu près identique.

40Les discours de A et B diffèrent également par le nombre de formes actives mobilisées. Par exemple, les cours portant sur la loi 1 de A et B contiennent à eux deux 591 formes actives différentes représentant au total 2330 occurrences. Dans son cours A utilise 75 % (444 formes actives) de ces formes actives, alors que B n’en utilise que 45 % (263 formes actives). Un test de comparaison de ces deux pourcentages observés montre que le cours sur la loi 1 de A contient significativement plus de formes actives que celui de B (p-value = 0). . Ceci est illustré par les nuages de mots des figures 2a et 2b qui présentent des caractéristiques assez différentes : plus dense chez A que chez B – ce ne sont pas les mêmes mots qui sont fréquemment utilisés (à part le mot « force » qui reste central dans les deux cas).

Figure 2a. Nuage de mots – Loi 1, A

Figure 2a. Nuage de mots – Loi 1, A

Figure 2b. Nuage de mots – Loi 1, B

Figure 2b. Nuage de mots – Loi 1, B

41On constate par exemple que les mots « référentiel », « équilibre », « quantité de mouvement » ne sont utilisés que par A, que les mots « accélération », « immobile » que par B, et que les mots « force », « vitesse », « mouvement », « nulle », « expérience », « rectiligne », « uniforme » appartiennent aux discours de A et de B. Le mot « principe » est quant à lui bien plus présent dans le discours de A que dans celui de B.

  • 8 P-value du test de comparaison des pourcentages de formes actives utilisées dans les deux discours.

42A mobilise également significativement plus de mots que B dans le cours portant sur la loi 2 (p-value = 1,35e-058). Cette tendance s’inverse dans le cours sur la loi 3 où le nombre de formes actives utilisées par B devient significativement supérieur à celui de A (p-value =0,0016).

Figure 3. Arbre des similitudes, cours 1.

Figure 3. Arbre des similitudes, cours 1.

A gauche, arbre des similitudes de A (figure 3a). A droite, arbre des similitudes de B (figure 3b)

43Le texte du savoir tel qu’il se déploie dans les deux cours magistraux que nous avons observés présente des caractéristiques très spécifiques et propres à chacun des enseignants. Alors que l’enseignant A mobilise dès le premier cours un réseau conceptuel très fourni (figure 3a), installant par là-même la quasi-totalité des concepts dont il aura besoin pendant les cours qui suivront, l’enseignant B construit son édifice conceptuel de manière beaucoup plus progressive (figure 3b). Les analyses des similitudes produites pour A et B et pour l’ensemble des cours portant sur les trois lois de Newton montrent bien cette différence dans la construction de l’édifice conceptuel : assez complet pour A dès le départ avec des halos qui se densifient sans que de nouveaux halos apparaissent, assez réduit pour B avec des halos qui apparaissent et qui disparaissent au fur et à mesure que les séances se déroulent. C’est sans doute ce qui explique que le nombre de formes actives présentes dans le discours de B dans le cours sur la loi 3 soit significativement supérieur à celui de A : les concepts, introduits au fur et à mesure se retrouvent mobilisés ensemble à l’issu de l’enseignement sur les trois lois de Newton.

44Les discours de A et de B sont marqués par une autre différence lexicale : les mots utilisés par A relèvent du champ lexical de l’épistémologie de la physique ou de la vie courante (caillou, ascenseur) tandis que B mobilise des mots ou des expressions qui renvoie à des situations déjà prototypiques ou standards (bloc, force F1, force F2), c’est-à-dire d’un premier stade de modélisation.

45On constate donc un aller-retour entre les deux mondes, mais le monde empirique n’est pas de même nature chez les deux enseignants (des situations de la vie courante pour A ; des situations déjà apprêtées pour l’enseignement et proches des situations des feuilles de TD, pour B).

Figure 4. Résultat de l’analyse factorielle des correspondances combinant les trois cours et les deux enseignants A et B

Figure 4. Résultat de l’analyse factorielle des correspondances combinant les trois cours et les deux enseignants A et B

46Enfin, la figure 4 présente la projection des trois cours des deux enseignants sur le premier plan factoriel obtenu lors du calcul de l’AFC à partir des occurrences des formes actives de ces cours. Ce premier plan factoriel représente une large part de l’inertie du nuage de points (57 %) : le premier axe factoriel capture plus de 31 % de l’inertie du nuage, et le second axe factoriel capture près de 26 % de l’inertie. Il produit une image assez révélatrice des différences de nature et d’agencement des discours de A et de B : les trois cours de A sont regroupés dans le quart haut-droit du plan, ce qui témoigne d’une grande homogénéité du discours, des mots utilisés et de la manière dont ils s’agencent les uns par rapport aux autres ; les trois cours de B apparaissent dispersés au sein de la moitié gauche du plan, ce qui indique d’une part que le discours global de B est très éloigné dans sa forme et dans sa structure du discours global de A et d’autre part, que chacun des trois cours de B mobilise des mots et des liens spécifiques et exclusifs.

6. Discussion : des proximités à l’identité professionnelle

47La description de l’organisation du texte du savoir dans chacun des cours révèle certaines spécificités générales qu’il nous semble possible d’interpréter au prisme de dimensions de l’identité professionnelle de A et de B, parmi lesquelles : leur représentation de la physique et les valeurs qu’ils associent à cette discipline, les règles et les normes auxquelles doivent répondre un enseignement de physique en général, un enseignement de physique en cours magistral en particulier, les besoins qu’ils projettent sur leurs étudiants. Ces pistes d’interprétation sont mises en regard des propos que nous avions recueillis lors d’entretiens individuels conduits en amont cette étude (de Hosson et al., 2015) et dans lesquels les enseignants A et B explicitent ce qu’ils attendent d’un enseignement de physique en premier cycle universitaire et le rôle que doit jouer, selon eux, le cours magistral.

48Il importe de noter que les deux profils que nous présentons ci-après sont inférés à partir de plusieurs éléments d’analyse (spécificité des mots utilisés, types de proximités repérés, etc.) que nous estimons convergents parce qu’offrant une lecture cohérente des pratiques observées.

6.1. Enseignant A : un texte du savoir fondé sur l’épistémologie de la physique

49Les choix opérés par A apparaissent fortement soutenus par une volonté d’assortir l’exposition disciplinaire d’appuis épistémologiques. La présentation des concepts, des lois – la présentation « de » la physique, se voit régulièrement insérée au sein d’un discours « sur » la physique. A choisit par exemple de ne pas définir le concept de force et justifie ce choix en adoptant un point de vue philosophique : le concept de force est partie prenante d’un « principe » et de ce fait ne peut pas être défini. Ceci est à rapprocher de l’importance qu’A accorde aux expériences de cours. La physique, par nature, est une science expérimentale dont l’exposition mérite d’être soutenue par l’expérience, même en contexte d’enseignement magistral. D’ailleurs, la fréquence des allers-retours entre mondes théorique et empirique (que A qualifie à plusieurs reprises au fil de son cours de « vraie vie ») est particulièrement élevée et chaque lien fait l’objet de plusieurs répétitions. Rappelons, en outre, que l’édifice conceptuel proposé par A engage, dès le premier cours, la quasi-totalité des concepts qui seront travaillés par la suite, ce qui, là encore, peut laisser supposer une préoccupation forte de présenter la physique comme un tout cohérent, préoccupation qui se voit affirmée au cours de l’entretien : « En cours, c’est sain de montrer que la physique c’est unitaire » (A).

50Les pratiques mises en place par A apparaissent empreintes de son épistémologie personnelle, de la manière dont il pense la physique, faisant ainsi résonner les propos de Desautels, Larochelle, Gagne et Ruel (1993) qui écrivaient il y a plus de vingt ans : « La représentation que les enseignants se font de la science oriente, au moins en partie, les stratégies pédagogiques qu’ils mettent en œuvre dans la classe » (p. 55).

51Une autre particularité du discours porté par A réside dans les appels fréquents aux conceptions des étudiants qu’il met en perspective des savoirs « contre-intuitifs » qu’il énonce. Là encore, la pratique in situ apparaît conforme à la pratique telle que déclarée quelques mois auparavant : « L’amphi, c’est l’endroit où on installe les concepts, où on fait comprendre les principes conceptuels qui sont extrêmement difficiles, pas du tout intuitifs. » (A).

52Sur la forme, A ne recherche pas les interactions avec les étudiants ; son discours est ponctué de nombreuses questions rhétoriques (qui n’appellent pas de réponses), et de très peu de questions effectives. Il se conforme ainsi à « la règle » qui régit, selon lui, le fonctionnement du cours magistral : « L’amphi étant conçu pour être passif, on a un retour passif aussi mais c’est moins frustrant à tout prendre vu que c’est la règle. » (A).

53Finalement, le discours construit par A est porteur de la complexité et de la cohérence qui soutiennent la physique et sa nature. Il valorise des dimensions métacognitives qui engagent à penser sur la science, sur ce que l’on sait ou que l’on croit savoir, conformément à l’objectif central qui porte l’enseignement en premier cycle tel que A le décrit :

« Pour la licence, pour moi le problème est très très clair maintenant, l’enjeu central, c’est les faire penser par eux-mêmes. Peu importe sur quoi. Alors évidemment, nos modalités d’enseignement ne sont pas adaptées alors qu’il faut mettre les étudiants en position de penser par eux-mêmes. » (A)

6.2. Enseignant B : un texte du savoir construit sur fond d’ambition méthodologique

54L’enseignant B organise son discours autour d’un objectif que l’on pourrait qualifier de méthodologique, objectif que l’on trouve énoncé très tôt lorsque B parle de sa pratique en cours magistral lors de l’entretien : « Ils [les étudiants] ont du mal à voir simplement où est-ce qu’ils devraient aller bosser et sur quoi. L’amphi, c’est simplement voir la méthode. » (B).

55L’exposition conceptuelle choisie s’articule autour des seuls concepts jugés nécessaires, c’est-à-dire directement en jeu dans chacune des lois travaillées. Les concepts sont chaque fois peu nombreux ; ils sont définis, et se voient mobilisés sur un grand nombre de situations prototypiques de la physique académique (bloc sur un plan incliné, par exemple) que les étudiants retrouveront presque à l’identique dans les exercices des feuilles de TD. La dialectique entre les deux mondes prend le plus souvent une forme « déductive » : la loi et les concepts associés sont énoncés, définis, puis appliqués à une situation engageant des objets et des événements d’un monde qui ressemble à celui que les étudiants rencontreront en TD. Les propos de B décrivant sa pratique et les raisons qui la sous-tend rejoignent notre interprétation :

« On ramène les notions en les détachant du côté pratique dans un premier temps. On leur donne une structure qui va pouvoir structurer leur abord de la chose. Tu leur donnes un guide avant de les mettre dans sur cas pratiques, en tout cas en L1, il s’agit de structuration et de définition des notions » (B)

56Si le cours magistral proposé par B constitue un espace d’installation des outils et des méthodes nécessaires à la résolution d’exercices, c’est qu’il est porté par une volonté affirmée d’accompagner la réussite des étudiants à l’examen (dont le contenu est le plus souvent très proche de ce qui se voit travaillé en TD) :

« L’amphi ça fonctionne, on arrive à former certains étudiants comme ça. En tout cas, on essaie. Là pour avoir fait les deux [amphi et TD – c’est nous qui précisons] cette année, pour la même matière, ça se complémente bien. Au demeurant, s’il y avait quelque chose à changer là dedans, j’irais plutôt changer le format des TD. Enfin, faire un cours qui reste un cours d’amphi : c’est-à-dire on peut être nombreux mais à faire peut-être plus d’exemples, plus d’exercices » (B).

57Sur la forme, B sollicite beaucoup les étudiants : les questions qui ponctuent le fil de son discours sont nombreuses, et les étudiants y répondent sans hésiter. L’entretien nous apprendra que la participation des étudiants en cours est pour B une nécessité. B fait donc de la perspective de réussir à l’examen un moteur de la participation en cours : « Donc il faudrait peut-être faire un cours avec plus d’exemples et où ils savent que c’est ça qui tombe. Ça les rendrait moins passifs en amphi. » (B).

58Finalement, B s’attache à installer une forme de familiarité et de cohérence entre ce que les étudiants vivent en TD et ce qu’ils vivent en cours magistral dans le but affiché de les faire réussir à l’examen. Le besoin de participation des étudiants pendant le cours magistral constitue un moteur important des choix opérés par B.

6.3. Synthèse

59Alors que A s’attache à produire une exposition qui donne sens à la physique, à sa nature, à sa cohérence et à son caractère parfois contre-intuitif, B projette dans son cours magistral un discours conçu pour soutenir la réussite à l’examen. Pour autant, cela ne signifie pas que A ne souhaite pas la réussite de ses étudiants ou que B ne valorise aucune dimension épistémologique dans sa pratique mais bien que ces dimensions sont minorées. Il serait en effet réducteur (et probablement inexact) de cloisonner ou de réduire les pratiques de A et de B à des idéaux-types exclusifs l’un de l’autre même si des choix, soutenus par des cohérences intra-individuelles fortes, existent.

60A ce propos, il est intéressant de noter que ni A, ni B ne déplorent la forme prise par l’évaluation écrite liée à leur enseignement. A déclare même que c’est la plus juste « socialement parlant », même s’il n’y prépare pas les étudiants contrairement à B qui en fait le point de mire de son cours.

61Cette différence de positionnement vis-à-vis de l’évaluation et la variété des pratiques observées nous ont amenés à comparer les résultats aux examens des étudiants des deux cours magistraux, comparaison qui n’a révélé aucune différence significative. De fait, telle qu’elle se voit actuellement mise en œuvre, l’évaluation sollicite un certain nombre de savoirs (lois, principes) et de savoir-faire techniques largement travaillés en TD (procédures de résolution standardisée, manipulations mathématiques) et qui relèvent davantage du domaine de « l’apprendre à appliquer les lois » que du « comprendre quand les appliquer et pourquoi ». En conséquence, la proximité de l’examen écrit avec les exercices des TD explique sans doute que la présence du cours magistral est sans effet remarquable sur les performances des étudiants à l’examen, alors même que les choix opérés par les enseignants en cours magistral varient largement d’un enseignant à l’autre. Faut-il en conclure que quelles que soient les pratiques de l’enseignant physicien, les résultats en terme d’apprentissage seront toujours identiques ? Nous pensons pour notre part que l’évaluation actuelle n’est pas conçue pour saisir la richesse du discours magistral. Une autre question se pose alors : comment (et faut-il) tenir compte de cette variété des pratiques d’exposition ? Et en prolongement, quels sont les effets de ces pratiques sur les étudiants (en terme de compréhension) ? Ce n’est pas ici l’intérêt du cours magistral que nous mettons en questionnement, mais bien sa contribution au processus de conceptualisation qui varie lui-même d’un individu à l’autre, d’un étudiant à l’autre. Il serait d’ailleurs intéressant d’examiner à quel type d’étudiant correspond le mieux tel type de pratique, sans chercher pour autant à les ajuster d’un point de vue institutionnel.

62Dans la mesure où ils sont le fruit d’une étude de cas, les résultats de notre recherche ne valent que pour les deux enseignants observés et ne peuvent pas, à ce stade, prétendre à être généralisés. Cela dit, ils ouvrent un certain nombre de pistes de questionnement qui nécessiteraient que soient explorées, pour une même discipline, d’autres pratiques au sein d’autres institutions universitaires. Au-delà de sa valeur heuristique, notre recherche propose une approche méthodologique à éprouver mais qui semble appropriée pour saisir les dimensions disciplinaires et épistémologiques du « savoir pédagogique disciplinaire » des enseignants universitaires (Berthiaume, 2007).

7. Conclusion

63Dans cet article, nous avons cherché à spécifier la manière dont deux enseignants-chercheurs physiciens organisent leur cours magistral pour rapprocher savoir et étudiants.

64Une réflexion didactique sur la nature des savoirs et la mobilisation de la notion de proximité-en-acte a permis de mettre du relief sur des éléments du discours supposément porteurs de sens et censés faire avancer la conceptualisation. Pour les repérer, nous avons analysé l’intégralité des transcriptions des cours avec les outils de l’analyse textuelle (catégorielle et lexicométrique). Nous sommes ainsi remontés à des cohérences intra-individuelles, de nature « épistémologique » pour l’un, « méthodologique » pour l’autre. Ce travail nous donne accès à certaines dimensions de leur « savoir pédagogique disciplinaire » ainsi qu’à la part prise par ces dimensions dans les choix des enseignants.

65Si ces différences d’exposition semblent sans conséquence majeure sur la réussite des étudiants à l’examen final, se pose alors la question de la pertinence scientifique d’une analyse portant sur une modalité d’enseignement (le cours magistral) en apparence peu influente. Plusieurs aspects motivent pourtant une telle approche. D’abord, force est de constater que les examens ne sont pas suffisants pour évaluer les apprentissages effectifs. Ceux-ci se construisent en effet sur un temps long dont les bornes dépassent largement celles choisies par l’institution universitaire (trois mois). A ce titre, les apports du cours magistral peuvent être vus à l’aune d’un processus cognitif de maturation inscrit sur le long terme et qui ne s’achève pas le jour de l’examen. La manière dont l’information scientifique s’y déploie, n’est pas sans influence sur la manière dont les apprentissages se font. Aussi, et c’est là une deuxième motivation de ce travail, accéder à la variété des pratiques d’exposition du savoir en cours magistral permet également de poser la question des conséquences de ces pratiques sur la nature des apprentissages.

66Enfin, il nous semble que nous disposons d’informations suffisantes pour penser autrement la question de la transformation des pratiques pédagogiques à l’université afin que soient davantage prises en compte les pratiques effectives dans une perspective réflexive.

67L’un des résultats de notre travail est de révéler que plusieurs organisations conceptuelles, plusieurs choix d’exposition pour un même contenu de savoir sont possibles. Or, il n’est pas du tout certain que les enseignants-chercheurs soient conscients des termes selon lesquels se joue cette diversité ; pas plus qu’ils n’en mesurent les conséquences possibles sur les apprentissages. Discuter avec les enseignants-chercheurs de leurs choix, de leurs limites éventuelles, et de leurs conséquences possibles constitue pour nous une source d’enrichissement de leurs pratiques d’enseignement dans la mesure où elle permet d’élargir la palette des possibles (didactiques) de chaque enseignant. Selon cette perspective, la transformation est posée comme un enrichissement des pratiques existantes.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.-M. (2011). La linguistique textuelle : introduction à l’analyse textuelle des discours. Paris : Armand Colin.

Adangnikou, N. (2008). Peut-on parler de recherche en pédagogie universitaire, aujourd’hui, en France ? Revue des sciences de l’éducation, 34(3), 601-621.

Albero, B. (2015). Professionnaliser les enseignants-chercheurs à l’université : les effets pervers d’une bonne idée. Distances et médiations des savoirs, 3(11).

Altet, M. (1994). Le cours magistral universitaire : un discours scientifico-pédagogique sans articulation enseignement-apprentissage. Recherche et Formation, 15 (1), 35-44.

Annoot, E. et Fave-Bonnet, M.-F. (2004). Pratiques pédagogiques dans l’enseignement supéieur : enseigner, apprendre, évaluer. Paris : L’Harmattan.

Bachelard, G. (1938). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin.

Bachy, S. (2014). Un modèle-outil pour représenter le savoir technopédagogique disciplinaire des enseignants. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 30(2).

Becher, T. (1994). The significance of disciplinary differences. Studies in Higher Education, 19(2), 151-161.

Berger, V. (2012). Rapport sur les assises de l’enseignement supérieur et de la recherche. France : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Berthiaume, D. (2007). Une description empirique du savoir pédagogique disciplinaire des professeurs d’université. Dans Vers un changement de culture en enseignement supérieur. Regards sur l’innovation, la collaboration et la valorisation (p. 179-181). Actes du 24e congrès de l’AIPU, 16 au 18 mai, Université de Montréal, Montréal.

Bertrand, C. (2014). Soutenir la transformation pédagogique dans l’enseignement supérieur. France : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Bruter, A. (2008). Le cours magistral comme objet d’histoire. Histoire de l’éducation, 120, 5-32.

Cattonar, B. (2002). Homogénéité et diversité des identités professionnelles enseignantes. Dans C. Maroy (éd.), L’enseignement secondaire et ses enseignants. Une enquête dans le réseau d’enseignement libre subventionné en Communauté française de Belgique (p. 171-208). Bruxelles : De Boeck.

Champagne, M. (1979). L’Autoscopie à l’Université : un instrument de perfectionnement pour les professeurs. Québec : Université Laval.

Clanet, J. (2001). Étude des organisateurs des pratiques enseignantes à l’université. Revue des sciences de l’éducation, 27(2), 327-352.

Clanet, J. (2004). « Que se passe-t-il en cours ? » Éléments de description des pratiques enseignantes à l’université. Dans E. Annoot et M.-F. Fave-Bonnet (éd.), Pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur : enseigner, apprendre, évaluer (p. 93-125). Paris : L’Harmattan.

Desautels, J., Larochelle, M., Gagne, B. et Ruel, F. (1993). La formation à l’enseignement des sciences : le virage épistémologique. Recherches en didactique des sciences, 5, 49-67.

Duguet, A. et Morlaix, S. (2012). Les pratiques pédagogiques des enseignants universitaires : Quelle variété pour quelle efficacité ?. Questions vives. Recherches en éducation, 6(18), 93-110.

Endrizzi, L. (2011). Savoir enseigner dans le supérieur : un enjeu d’excellence pédagogique. Dossier d’actualité, veille et analyses, 64, 1-32.

Halloun, I. A. et Hestenes, D. (1985). Common sense concepts about motion. American journal of physics, 53(11), 1056-1065.

de Hosson, C., Décamp, N., et Colin, P. (2016). L’usage des exemples dans l’enseignement de la physique à l’université : un marqueur de l’identité pédagogique des enseignants-chercheurs ? Recherches en Education, 27, 19-34.

de Hosson, C., Décamp, D., Morand, E. et Robert, A. (2015). Approcher l'identité professionnelle d'enseignants universitaires de physique : un levier pour initier des changements de pratiques pédagogiques. Recherches en Didactique des Sciences et des Technologies, 11, 161-190.

Lebart, L., et Salem, A. (1988). Analyse statistique des données textuelles : questions ouvertes et lexicométrie. Paris : Dunod.

Loizon, A. et Mayen, P. (2015). Le cours magistral en amphithéâtre : une situation d’enseignement perturbée par les instruments. Distances et médiations des savoirs, 3(9).

Morin, E. (1986). La méthode : la connaissance de la connaissance (tome 3). Paris : Seuil.

Nguyen, V. (2013). Les fonctions sociales des cours magistraux à l’université, en France (Thèse de doctorat, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, France). Repéré à https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01015613.

Papi, C. et Glikman, V. (2015). Les étudiants entre cours magistraux et usage des TIC. Distances et médiations des savoirs, 9. Repéré à http://dms.revues.org/1012. Consulté le 15 septembre 2017.

Petit, L. (2015). Le cours magistral a-t-il un avenir ? Distances et médiations des savoirs , 9. Repéré à http://dms.revues.org/961. Consulté le 15 septembre 2017.

Poteaux, N. (2013). Pédagogie de l’enseignement supérieur en France : état de la question. Distances et médiations des savoirs, 4. Repéré à https://dms.revues.org/403. Consulté le 15 septembre 2017.

Ratinaud, P. (2009). IRAMUTEQ : Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de TExtes et de Questionnaires. Repéré à http://www.iramuteq.org. Consulté le 20 janvier 2018.

Ratinaud, P. et Déjean, S. (2009). IraMuTeQ : implémentation de la méthode ALCESTE d’analyse de texte dans un logiciel libre. Modélisation Appliquée aux Sciences Humaines et Sociales (MASHS2009). Toulouse : Le Mirail.

Rege Colet, N. et Berthiaume, D. (2009). Savoir ou être ? Savoirs et identités professionnels chez les enseignants universitaires. Dans R. Hofstetter et B. Schneuwly (éd.), Savoir en (trans)formation (p. 137-162). Bruxelles : De Boeck.

Robert, A. et Vandebrouck, F. (2014). Proximités-en-acte mises en jeu en classe par les enseignants du secondaire et ZPD des élèves : analyses de séances sur des tâches complexes. Recherches en didactique des mathématiques, 34(2/3), 239-285.

Talbot, L. (2012). Les recherches sur les pratiques enseignantes efficaces : synthèse, limites et perspectives. Questions vives. Recherches en éducation, 6(18), 129-140.

Trede, F., Macklin, R. et Bridges, D. (2012). Professional identity development : a review of the higher education literature. Studies in Higher Education, 37(3), 365-384.

Tiberghien, A. et Vince, J. (2005). Études de l’activité des élèves de lycées en situation d’enseignement de la physique. Cahiers du français contemporain, 10, 153-176.

Trinquier, M. et Terrisse, A. (2004). Entre prévision et réalité du cours : regards croisés sur les pratiques et les représentations des enseignants de DEUG. Dans E. Annoot et M.-F. Fave-Bonnet (éd.), Pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur : enseigner, apprendre, évaluer (p. 53-93). Paris : L’Harmattan.

Viennot, L. (1996). Raisonner en physique : la part du sens commun. Bruxelles : De Boeck.

Vygotsky, L. (1935/1997). Pensée et Langage (trad. F. Sève). Paris : La Dispute.

Haut de page

Notes

1 Deux auteures de cet article sont chercheures en didactique de la physique

2 Au moins en partie puisque l’on en s’intéresse pas aux éléments de discours, aux gestes, n’engageant pas de dimension conceptuelle et déployés par l’enseignant à des fins de motivation, de capture d’intérêt, d’attention, etc. également susceptible de contribuer aux apprentissages.

3 En TD, les étudiants sont mis en situation de résoudre des séries d’exercices distribuées en amont des séances qui engagent des situations modélisées sur lesquelles les lois vues en cours magistral doivent être appliquées. En général, l’organisation des exercices d’une série suit une progression de difficulté croissante et il est fréquent que certains des exercices proposés soient issus d’examens antérieurs. A ce propos, il paraît important de préciser que les examens écrits finaux sont très proches des exercices proposés en TD qui en constituent donc une forme d’entraînement.

4 Hecht, E. (2010). Physique. Bruxelles : De Boeck.

5 Le concept de « force » est modélisé par un « vecteur » mathématique, une flèche dont la longueur représente l’intensité de la force, et dont le sens et la direction indiquent le sens et la direction selon lesquels s’exerce la force. Dire que deux forces sont égales et opposées revient à dire que leurs intensités sont égales, que leur direction est identique (horizontale, verticale, oblique) mais que les sens sont opposés (droite versus gauche, haut versus bas).

6 La variable « nom du cours » a trois modalités : « cours_loi1 », « cours_loi2 » et « cours_loi3 ». La variable « enseignant » a deux modalités : « A » et « B ». La variable « ec_cours » a six modalités : « A_loi1 », « A_loi2 », « A_loi3 », « B_loi1 », « B_loi2 », « B_loi3 »

7 Le processus de nettoyage consiste à convertir les majuscules en minuscules, à retirer les caractères spéciaux (par exemple « $ », « # »), à remplacer les apostrophes et tirets par des espaces.

8 P-value du test de comparaison des pourcentages de formes actives utilisées dans les deux discours.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dénombrement (nombre d’occurrences) des différents éléments de « proximités » pour les deux enseignants A et B sur la totalité des trois cours
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1307/img-1.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Figure 2a. Nuage de mots – Loi 1, A
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1307/img-2.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Figure 2b. Nuage de mots – Loi 1, B
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1307/img-3.jpg
Fichier image/, 52k
Titre Figure 3. Arbre des similitudes, cours 1.
Légende A gauche, arbre des similitudes de A (figure 3a). A droite, arbre des similitudes de B (figure 3b)
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1307/img-4.jpg
Fichier image/, 544k
Titre Figure 4. Résultat de l’analyse factorielle des correspondances combinant les trois cours et les deux enseignants A et B
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/1307/img-5.jpg
Fichier image/, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile de Hosson, Adry Manrique, Leslie Regad et Aline Robert, « Du savoir savant au savoir enseigné, analyse de l’exposition des connaissances en cours magistral de physique : une étude de cas », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 34-1 | 2018, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ripes/1307

Haut de page

Auteurs

Cécile de Hosson

Université Paris Diderot, LDAR, EA4434 des universités Artois, Cergy-Pontoise, Paris Diderot, Paris Est-Créteil, Rouen Normandie, Paris, France
cecile.dehosson@univ-paris-diderot.fr

Adry Manrique

Universidad Externado de Colombia, Bogota, Colombie
adry.manrique@uexternado.edu.co

Leslie Regad

MTi, INSERM UMR-S973, Université Paris Diderot, Paris, France
leslie.regad@univ-paris-diderot.fr

Aline Robert

Université Cergy-Pontoise, LDAR, EA4434 des universités Artois, Cergy-Pontoise, Paris Diderot, Paris Est-Créteil, Rouen Normandie, Paris, France
aline.robert@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals