Navigation – Plan du site
Articles

De quelques activités langagières observées lors d’un processus d’élaboration conjointe de connaissances et d’apprentissage coopératif

Thérèse Jeanneret

Résumés

Cet article se penche sur le travail collaboratif d’un groupe d’étudiantes universitaires francophones plurilingues préparant en français un examen de linguistique appliquée, du niveau du Bachelor. L’objectif est d’étudier comment ces dernières donnent sens aux savoirs qu’elles doivent s’approprier. Les données que l’article analyse sont issues de messages vocaux enregistrés et échangés entre sept étudiantes (six femmes et un homme) à partir de l’application numérique Whatsapp Messenger, transcrits pour l’étude. A la suite de travaux s’appuyant sur une théorie socioculturelle de l’activité, cet article met l’accent sur la mise en discours des savoirs qu’effectuent les participantes. Il dégage des données différentes activités langagières telles que l’élaboration discursive d’une définition, l’explication raisonnée d’articles scientifiques, la dénomination collaborative d’expériences liées à des pratiques langagières et le recours aux expériences d’apprentissage. Ces activités langagières mettent en discours des savoirs concernant la linguistique appliquée et leur permettent de s’approprier des connaissances à travers ce que Bereiter (1994) appelle un discours progressif, c’est-à-dire un discours traduisant une compréhension supérieure des concepts et courants théoriques en question.

Haut de page

Texte intégral

1. Apprentissage coopératif et travail langagier

1L’apprentissage coopératif constitue une approche de référence pour les études sur la coopération en classe (Rouiller et Lehraus, 2008). Nous nous y intéresserons en tant qu’il génère des interactions au sein desquelles apparaissent différents processus d’élaboration de connaissances. Notre intérêt pour l’apprentissage collaboratif réside donc dans les indications qu’il peut donner sur le sens que donnent des étudiants aux concepts enseignés, aux savoirs transmis, alors qu’ils découvrent en français une nouvelle discipline, la linguistique de l’acquisition. Observer le travail langagier mis en œuvre lors de situations d’apprentissage coopératif va également nous permettre de saisir ce qui pose problème dans une matière scientifique et à ce titre, de contribuer à améliorer la qualité de l’enseignement délivré. Si, à la suite de Brousseau (1998), on distingue le savoir, que ce dernier considère comme théorique et décontextualisé de la connaissance qui, elle, est toujours celle d’un sujet dans une situation, alors c’est à la manière dont les étudiants transforment le savoir en connaissance que l’observation de ce travail langagier peut nous convier. Il faut ainsi souligner que le propos ici n’est pas de préconiser l’apprentissage coopératif, ni d’imaginer les différentes modalités de sa mise en œuvre, mais de tenter d’en décrire le mieux possible la part langagière. L’objectif est de répertorier un certain nombre d’indices langagiers d’apprentissage et d’élaboration conjointe de connaissances et d’en inférer les rapports au savoir établis, conçus comme l’orientation qu’une personne développe à l’égard du savoir, de ses modes d’acquisition, et du rôle que le savoir peut jouer dans sa vie personnelle (Barré-de Miniac, 2000).

  • 1 Les données que nous analysons impliquent très majoritairement des étudiantes (6 femmes et 1 homme, (...)
  • 2 Elles ont acquis le diplôme de fin d’études secondaires qui leur donne accès à l’université dans di (...)

2Dans cet article, nous allons donc décrire un travail collaboratif mis en œuvre oralement par un groupe d’étudiantes et d’étudiants1 suivant un enseignement au niveau du Bachelor (et du Diplôme de Français langue étrangère (FLE), deuxième partie des deux programmes), à l’École de français langue étrangère de Université de Lausanne. L’objectif de cet enseignement est de délivrer en français un certain nombre de savoirs liés à la linguistique de l’acquisition, au devenir bilingue, au développement langagier en langue seconde, etc. Ces étudiantes2 ont en français un bon niveau de maîtrise (entre B2 et C1 dans les termes du Cadre européen commun de référence pour les langues [Conseil de l’Europe, 2001]). Le travail collaboratif qu’elles effectuent, à leur initiative – comme nous l’expliquons plus bas –, porte sur la préparation de l’examen final lié à l’enseignement. Les relations de sens (Bautier, 2002) qu’elles établissent avec les concepts qu’il s’agit de comprendre et de s’approprier et avec les exemples qui les illustrent se verbalisent à travers les activités langagières qu’elles réalisent dans leur travail en coopération. L’élaboration conjointe de connaissances porte ainsi principalement sur la définition de concepts – tels que la communication exolingue ou l’interlangue – et sur l’identification d’exemples empiriques qu’il s’agit de rattacher à des phénomènes langagiers présentés dans le cours et dans les articles qui y sont liés.

  • 3 Une page moodle liée à l’enseignement permet aux étudiants de ce cours de retrouver : les diapositi (...)

3La situation sociale de préparation d’un examen peut se prêter au travail de groupe tout autant qu’au travail solitaire. Dans le cas étudié, le support à la construction des connaissances fourni3 procure à tous les mêmes bases d’accès aux savoirs à s’approprier. Ceci peut contribuer à la mise sur pied d’un travail en groupe parce que cela garantit au départ un partage des ressources et que cela permet, de ce point de vue, une participation comparable aux interactions constituant le travail collaboratif. Il sera ensuite à la charge des participantes aux interactions de maintenir cette symétrie de connaissances, notamment en organisant une certaine synchronie des raisonnements (Dillenbourg, 1999), c’est-à-dire en portant une attention particulière à leur explicitation et à leur partage oral. Dans ce sens, la situation sociale que les informatrices construisent est indissociablement liée à la mise en œuvre de leurs activités cognitives et à leurs apprentissages. Si, comme on le verra, l’échange est initialement créé pour faciliter l’apprentissage, une dynamique s’instaure progressivement entre la construction des interactions verbales et des connaissances communes : les participantes ont l’impression de progresser dans leurs apprentissages, ce qui garantit leur participation active aux interactions.

4À la suite de travaux s’appuyant sur une théorie socioculturelle de l’activité (Vygotski, 1997 ; Lantolf, 2000), nous partirons du principe qu’un des intérêts du travail collaboratif pour l’appropriation de connaissances tient au rôle médiateur dévolu à la mise en discours (ce que Swain, Lapkin, Knouzi, Suzuki et Brooks (2009) dénomment languaging), à l’explicitation de concepts effectuée par une participante au bénéfice d’une autre, et partant à l’importance de la négociation survenant au sujet des connaissances (des définitions, des étiquetages de phénomènes). On verra comment ce travail discursif de schématisation du savoir (Grize, 1990) autour de la préparation d’un examen, parce qu’il conduit les participantes à résoudre des problèmes et à construire des connaissances donne lieu à un discours progressif (progressive discourse, Bereiter (1994)), c’est-à-dire à un discours produisant une nouvelle compréhension que les participantes reconnaissent comme supérieure à la compréhension précédente. Nous considérerons ainsi que l’activité verbale d’une participante aux interactions concourant à la résolution d’un problème constitue en elle-même une médiation pour les autres participantes. Dans ce sens, nous accorderons une importance essentielle aux formulations que les informatrices mettent en œuvre à propos des différents objets dont elles discutent en partant de l’idée qu’elles peuvent être interprétées comme indices de stabilisation de connaissances, d’apprentissage.

5Par ailleurs, la médiation des articles, des notes et de l’ensemble de la documentation constituée par les participantes sera relevée : on verra que c’est par ce biais également, par des processus de décontextualisation et de recontextualisation de ressources épistémiques, que se maintient une certaine symétrie des connaissances.

6Enfin, les dynamiques sociocognitives mises en œuvre dans les données constituent des espaces interactifs au sein desquels les participantes exercent ponctuellement un rôle d’experte. On observera comment l’autopositionnement d’une participante comme experte induit un positionnement complémentaire des autres participantes. Ces mécanismes, qui paraissent très harmonieux dans les données, tiennent probablement à une construction sociale partagée des attentes liées à la réussite d’un examen et à la manière dont ce qui se passe y est favorable (Grossen, Liengme, Bessire et Perret-Clermont, 1997). On relèvera également que la socialisation de ce public d’étudiantes alloglottes et migrantes est parfois un peu fragile et que le soutien social (Reverdy, 2016) que permet le travail collaboratif contribue certainement à leur donner une certaine assurance et est ainsi probablement précieux pour les participantes.

  • 4 Merci du fond du cœur aux sept participantes – dont tous les prénoms ont été changés – , la confian (...)

7Les données que nous analysons dans cet article nous ont été offertes par certaines de nos étudiantes dans les circonstances suivantes. À la suite de l’examen oral final relatif à notre enseignement et alors que nous félicitions une étudiante (Firuze) de sa réussite, cette dernière nous a expliqué qu’elle avait travaillé avec d’autres étudiantes, notamment en se constituant comme un groupe dans une application numérique permettant des échanges oraux et écrits, WhatsApp Messenger. Nous lui avons alors demandé si le groupe serait d’accord de nous transmettre ses discussions à des fins d’écriture d’un article sur la construction des connaissances dans le travail collaboratif. Avec l’accord du groupe, Firuze nous a ainsi transmis l’ensemble des échanges écrits et oraux et une rapide transcription qui nous a livré un premier accès aux données4. Les exemples utilisés dans cet article ont été retranscrits plus précisément par nos soins. Ces données courent sur 12 jours et sont constituées d’une suite d’échanges de deux grands types. D’une part, il y a des échanges qui permettent une mutualisation des connaissances liées à l’enseignement et jugées nécessaires pour réussir l’examen – ce sont ces échanges, oraux, qui feront l’objet d’analyses. D’autre part, des échanges (le plus souvent écrits) liés à la régulation des lieux et moments de travail en commun et en présentiel émaillent ces données. Ceux-ci permettent d’imaginer un autre travail collaboratif, effectué par le groupe dans des configurations variables. Comme aucune trace matérielle de ce travail en présentiel ne subsiste (ou en tout cas, ne nous est disponible), nous considérerons nos données comme illustrant des moments ponctuels de travail collaboratif, moments néanmoins suffisamment denses pour mettre en évidence quelques aspects pertinents de ce travail. Il faut néanmoins relever que ces données sont réduites et qu’elles ne permettent qu’une étude exploratoire. Leur intérêt réside dans le caractère spontané de la création du groupe et de la constitution improvisée et a posteriori du corpus, ce qui est plutôt rare dans les études portant sur le travail coopératif. Elles ont, en effet, été produites avec le seul objectif d’avancer dans la préparation de l’examen et n’ont pas été affectées par l’accès que nous avons obtenu après coup. C’est ainsi d’ailleurs qu’elles contiennent quelques plaintes quant au nombre de notions à maîtriser pour ce cours !

8Puisque nos informatrices se constituent spontanément en groupe pour préparer un examen portant sur une discipline, la linguistique de l’acquisition, en général nouvelle en soi et dans tous les cas ici nouvelle en français, on peut s’attendre à ce que leur activité coopérative se déploie de façon coordonnée autour des différents objets – principalement des activités de définition de concepts et d’attribution d’exemples à l’un ou l’autre des phénomènes langagiers présentés dans le cours. Dans ce sens, l’alignement des participantes (Baker, 2008) autour des différents problèmes soulevés est remarquable : dans les données qui sont à notre disposition, toute demande appelle une réponse et aucune réponse n’émane d’une seule personne, les réponses étant toujours élaborées collectivement, parfois à deux, parfois à trois personnes.

2. Elaborer discursivement une définition

9Parmi les différents modes d’élaboration des connaissances que met en évidence le travail collaboratif, la reformulation d’une définition, telle qu’elle a été donnée dans le cours et apparaît sur une diapositive, ou est proposée dans un article à lire, apparaît comme centrale.

10Elle consiste en une première tentative d’explication qui est proposée au groupe et progressivement enrichie par d’autres participantes. Cette activité de reformulation permet aux sujets de produire une nouvelle connaissance (Baker, 2008) dans le sens où elle donne lieu à une négociation et préside à l’établissement d’un accord qui porte non sur la définition en soi, mais sur une sorte de caractérisation explicative de la notion, ce que les participantes appellent « définir avec ses propres mots » (voir plus loin l’intervention 1427).

11Ainsi pour une première analyse du corpus, nous sélectionnons l’élaboration d’une définition explicative du concept de communication exolingue. Proposé par Porquier (1982), ce concept désigne « un échange langagier qui s’établit par des moyens autres qu’une première langue commune aux participants » (p. 18). Dans ce type de communication – toujours suivant Porquier – les paramètres situationnels ont donc une dimension exolingue, ce qui signifie que les participants sont conscients de cet état de choses et que la communication exolingue est structurée formellement et pragmatiquement par la conscience et les représentations que les participants s’en font. Dans un enseignement comme celui en question, dans lequel la grande majorité des étudiants sont alloglottes, un tel concept comporte un effet d’évidence qui peut amener à passer à côté de la portée théorique de la notion en la réduisant à un « simple » échange inégal (c’est ce qui se passe d’abord dans l’exemple ci-dessous) et en occultant ses apports à l’analyse des interactions et notamment à leur potentiel développemental (puisque la conversation exolingue est bien un lieu d’acquisition langagière (Py, 2007)). C’est pourquoi il est intéressant d’examiner comment s’élabore progressivement une définition plus complète de la notion. Pour ce faire, nous utiliserons, à la suite de Baker (2008), les différentes opérations cognitivo-langagières mises en œuvre et leurs rôles dans la construction de l’explication définitoire de ce concept :

1110 – S.

[…] est-ce que quelqu’un pourra m’aider dans la définition d’exolingue merci bisous à tous

1135 – F.

ah salut Sofia en fait d’après ce que je sais exolingue veut dire deux personnes qui communiquent euh dans une langue différente alors c’est-à-dire toi et moi on parle en français et c’est pas notre langue maternelle en fait c’est ça je pense

1136 – A.

alors la communication exolingue euh.. est quand deux personnes communiquent ensemble avec une autre langue que la langue 1 euh.. par exemple ça peut être un natif et un étranger euh qui parlent par exemple français et en fait exolingue ça veut juste dire que euh... on regarde c’est un regard sur la langue c’est à dire quand on remarque qu’on se rend compte qu’une de deux personnes euh... parle pas euh au même niveau que toi la langue c’est-à-dire euh que la personne qui remarque que l’autre a quelques difficultés ou comprend pas ce qu’on dit euh... prend conscience de cela que c’est une situation exolingue et adapte leur j’adapte ma conduite langagière

12Il apparaît dans cet exemple que le travail collaboratif a pour point de départ une double expérience partageable : d’une part, les contenus enseignés entrent en résonnance avec les expériences d’appropriation langagière vécues par les étudiantes. Les questionnements théoriques liés à la manière d’acquérir les langues étrangères, au rôle que joue l’enseignement dans le travail d’appropriation, aux manières de se construire de nouvelles appartenances sociolangagières invitent les étudiantes à théoriser à partir de leurs propres expériences d’apprenantes. Ce faisant, elles doivent retravailler les représentations qu’elles se font d’elles-mêmes et de leurs appropriations. D’autre part, l’enseignement en tant que tel, à raison de deux heures hebdomadaires pendant deux semestres, représente une expérience commune d’élaboration de savoirs : les étudiantes doivent lire un certain nombre d’articles scientifiques et déposer sur la plateforme Moodle pour chaque lecture une ou deux questions qui sont rendues publiques et discutées en cours.

13Dans l’exemple ci-dessus, Anina (en 1136) reprend et enrichit la définition proposée par Firuze. Cette opération d’étayage permet d’en arriver à une caractérisation d’exolingue qui intègre l’idée que l’enjeu réside dans la catégorisation d’une « situation » dont l’exolinguisme est un des paramètres constitutifs et qu’il ne suffit pas que l’échange ait lieu dans une langue étrangère à l’une ou à l’ensemble des participantes. De plus, par la formulation « j’adapte ma conduite langagière », Anina ajoute un élément important, ce qui relève d’une opération d’expansion. L’utilisation des termes de « situation » et de « conduite langagière » assure une formulation scientifique à son propos et semble bien représenter une meilleure compréhension du concept d’exolinguisme (Bereiter, 1994).

14L’échange se poursuit, Firuze nuance encore la première définition en montrant que la notion d’exolinguisme peut s’appliquer à des monolingues dont l’un utilise un jargon ou une langue technique inconnue de l’autre :

1140 – F.

oui en fait c’est vrai une situation exolingue peut concerner aussi les monolingues c’est-à-dire les variantes linguistiques différentes qui existent dans une langue t’as tout à fait raison Anina en disant que le jargon peut causer euh des situations un peu difficiles au niveau de la communication

15La discussion se clôt sur cette remarque de Sofia, initiatrice de l’échange :

1144 – S.

eh coucou les filles, mais c’est parfait c’est une super bonne révision d’exolingue merci beaucoup

16Sofia en évaluant l’échange entre Firuze et Anina comme « une super bonne révision d’exolingue » se positionne comme bénéficiaire de la discussion qui s’est déroulée à son instigation. Il apparaît ainsi que les participantes élaborent une méthode d’apprentissage structurée en équipe : Anina et Firuze parviennent à élaborer une explication conjointe de la notion en reconstituant les éléments définitoires importants au bénéfice de Sofia, qui, de son côté, a repéré la difficulté, soulevé le problème.

3. S’expliciter mutuellement le propos d’un article scientifique

17Un deuxième exemple met en évidence le même mécanisme d’appel au groupe de la part d’une personne rencontrant une difficulté avec un concept. Mais cette fois, il s’agit, en fait, de la compréhension d’un chapitre du livre de Zarate (1993) que les étudiants doivent lire dans le cours et qui critique la notion de description culturelle universalisante. La requête vient cette fois d’Anina :

1427 – A.

quelqu’un pourrait définir avec ses propres mots la description universaliste je ne l’ai pas trop compris disons je n’arrive pas à l’expliquer/formuler

18Notons à nouveau l’accent mis sur « définir avec ses propres mots » : les participantes sont orientées vers un objectif d’appropriation des notions et concepts qui dépassent le « simple » apprentissage de définitions. C’est dans ce sens qu’il s’agit d’une orientation vers la transformation de savoirs en connaissances. Cette fois, c’est Sofia qui se lance dans une explication :

1518 – S. […]

la description universalisante Zarate elle est pas d’accord parce qu’elle croit que on doit baser la description de culture où chaque personne donc l’apprenant construit un pont en faisant le lien entre sa culture et la culture de la langue qu’il est en train d’apprendre donc par exemple tu vas faire un pont entre ta culture allemande avec la langue française que t’es en train d’apprendre et dans mon cas je vais faire le pont entre la langue du Brésil du portugais avec la langue française en plus on est en contexte homoglotte donc ça sort de l’article

19Sofia prend comme point de départ la position de Zarate (1993) dans son livre, ce qui l’amène à définir la description universalisante à travers son opposé, une conception contextuelle de la culture : « l’apprenant construit un pont en faisant le lien entre sa culture et la culture de la langue qu’il est en train d’apprendre ». La réponse d’Anina synthétise l’explication donnée par Sofia, montrant par là qu’elle a suivi et compris son discours. L’obstacle qu’elle continue à rencontrer met en évidence une difficulté liée au cours et à la lecture de textes scientifiques qu’il sous-tend :

2049 – A.

merci Sofia j’ai compris que Zarate veut que l’apprenant crée un lien entre sa culture et la culture de la langue cible mais si quelqu’un me demande d’expliquer ce que veux dire description universaliste je ne l’arrive pas à faire

20Le problème posé là est l’identification de la connaissance à intégrer. Dans cet exemple, la conceptualisation que propose Zarate (1993) sous le terme de « description universalisante » représente une critique adressée à nombre de ressources et de méthodes destinées à l’enseignement des langues étrangères qui réifient la culture étrangère en la décrivant. Anina, comme Sofia, a très bien compris le propos de l’article, mais identifie ici mal les attentes de l’enseignante liées à cet article et donc les questions qu’il pourrait susciter. En effet, l’intérêt porte sur une conception dynamique et contextuelle de la notion de culture et non sur la notion de description universalisante. On observe ainsi que, bien qu’elles ne semblent pas en être conscientes, les participantes ont bien intégré toutes les deux l’apport de Zarate (1993), mais rencontrent des difficultés à s’approprier le lexique scientifique qu’elle utilise et à identifier les objectifs pédagogiques liés à la lecture de cet article.

4. Etiqueter collaborativement des expériences de pratiques langagières

21Les participantes appliquent leur méthode d’élaboration conjointe de connaissances à un autre type de problème : l’étiquetage d’exemples donnés en cours et/ou recueillis dans leurs expériences pratiques en tant qu’alloglottes vivant et étudiant en pays francophone et interagissant dans plusieurs langues à maintes occasions. Étant donné la proximité de la thématique de l’enseignement, les participantes doivent en effet constamment repenser théoriquement leurs pratiques langagières, c’est-à-dire la part, notamment langagière, de leurs expériences sociales. Ce travail de sémiotisation (Vanhulle, Dobrowolska et Mosquera, 2015) leur pose parfois problème ainsi que le montre l’exemple ci-dessous :

1942 – M.

est ce qu’il y a un nom pour définir le mélange de deux mots des différentes langues par exemple
las compras (espagnol) = les courses (français)
mélange las coursas

1943 – M.

je suis presque sûr qu’il y a un nom pour ça

1944 – M.

je l’ai lu quelque part

2051 – S.

Marco je crois qu’il s’agit du phénomène de mot-valise qu’on rajoute dans notre répertoire … Deise tu es d’accord ou tu es etonnada de mon explication

22Tout en donnant sa réponse et en liant la question de Marco à un autre concept, celui de répertoire, Sofia interpelle Deise en produisant, à son tour, un exemple du phénomène investigué « ou tu es etonnada de mon explication » (2051), sorte de clin d’œil en forme de connotation autonymique. Deise relance la recherche de la bonne dénomination en indiquant l’article auquel il faudrait se référer :

2052 – D.

je suis pas sure que le concept de mot valise peut être employé pour un mélange de langue c’est une bonne question pour Mme Jeanneret Grosjean parle des emprunts du parler bilangue il ne cite pas de néologismes comme exemple, mais peut être l’exemple de Marco est entre les deux

2107 – F.

c’est une interférence de parler bilingue à mon avis

2108 – F.

comme Deise l’a dit dans l’article de Grosjean tu peux trouver je te redis il faut que je regarde

2110 – F.

c’est un emprunt intégré voilà la notion

2111 – D.

oui c’est ça brava Firuze

2112 – F.

grazie

2117 – S.

oui page 22 de l’article de Grosjean désolée de dire de bêtises Marco je suis au bout de forces merci Firuze tu nous sauves

23Firuze apporte finalement la bonne dénomination et on voit ainsi comment l’étiquette « emprunt intégré » est trouvée en collaboration. Le recours à un article lié à l’enseignement (Grosjean, 1995) permet de parcourir à nouveau un ensemble de connaissances communes et de les raviver très rapidement.

5. Puiser dans les expériences communes d’apprentissage de la langue

24L’exemple suivant met en évidence une autre manière qu’ont les participantes d’utiliser leurs propres expériences d’apprenantes pour comprendre les concepts et les définir, en puisant cette fois directement dans les cours de langue qui accompagnent leur formation disciplinaire. Il s’agit, cette fois, d’une demande d’une membre marginale du groupe, une étudiante francophone plurilingue (qui donc ne fréquente pas les cours portant spécifiquement sur la langue) et qui suit l’enseignement dans le cadre d’un autre programme du Bachelor ès lettres.

1712 – I.

hello j’ai mon exa demain est-ce quelqu’un pourrait me donner un exemple pour une tâche-problème Dumortier

1714 – I.

l’article est très théorique j’ai compris qu’il entend des tâches communicatives et j’ai aussi compris les caractéristiques, mais il ne donne jamais d’exemple

1734 – D.

à mon avis elles sont des taches fictives, mais concrètes qu’on propose aux élèves dans une consigne avec les 5 caractéristiques mentionnées exemple organiser une visite guidée aux musées de Lausanne les projets de monsieur A en sont des bons exemples peut être

1745 – I.

monsieur A c’est qui

1749 – D.

monsieur A est notre prof de DEO2 [discours écrits et oraux 2] et super créatif

1750 – I.

alors il s’agirait de tâches concrètes qui n’ont pas forcément lieu en classe

1751 – D.

oui exemple organiser une voyage d’étude à Paris

1751 – I.

Ok merci beaucoup

1753 – D.

sont des taches fictives, mais sur des situations concrètes on a discuté ça dans le cours d’introduction à la didactique je pense que c’était toi même qui a proposé des exemples à ce moment là non

1756 – I.

oui possible mais j’arrive souvent pas à faire le lien entre la théorie et la pratique

1758 – D.

bon courage et bonne chance demain

1802 – I.

merci

2140 – D.

j’ai trouvé un article avec exemples de tâches-problèmes voir à partir de la page 42
www.restode.cfwb.be/download/programmes/92-2002-240.pdf

25Cet exemple met en évidence l’intérêt de former les étudiantes à observer et à réfléchir à leurs propres pratiques des langues et de leurs apprentissages (Baroni et Jeanneret, 2008). Il montre l’avantage qu’il peut y avoir à donner un cours en français portant sur la linguistique de l’acquisition et le développement plurilingue à des étudiantes elles-mêmes en train de s’approprier le français. Cette posture réflexive est d’ailleurs peut-être également une des dynamiques à l’œuvre dans cette entreprise collaborative : on peut effectivement se demander dans quelle mesure la conscience que les étudiantes développent d’être en train d’intégrer des connaissances les stimule et leur permet de garder leur intérêt et leur motivation.

6. L’apprentissage au sein des activités

26Les données reçues nous ont permis de mettre en évidence quatre activités langagières effectuées conjointement : (1) l’élaboration d’une définition, (2) l’étiquetage d’exemple, (3) l’explicitation du propos d’un article scientifique et (4) la recherche d’un exemple concret. Ces activités se construisent au moyen, notamment, de différentes opérations cognitivo-langagières, telles qu’expansions, reformulations et étayages, qui permettent ce partage des représentations au sujet des connaissances que le groupe doit s’approprier. La manière dont les connaissances sont formulées dans les exemples analysés, avec l’ensemble des mécanismes de régulation des interactions, donne des indications sur ce qui constitue l’apprentissage coopératif.

27Le fait que le travail collaboratif ait été initié à l’initiative des participantes explique que les données donnent beaucoup d’indices de l’alignement des participantes sur le problème à résoudre. Il n’y a pas, dans les données qui nous ont été transmises, de question qui reste sans réponse, par exemple. Mais il faut garder en tête que ces données ne montrent que des moments ponctuels de ce travail. Pour compléter et affermir les différentes activités langagières repérées dans ces données, il faudrait concevoir un recueil de données qui donnerait accès à l’entier d’une préparation d’examen, par exemple en enregistrant sur quelques journées complètes, les échanges en présentiel et par messagerie instantanée.

28Du point de vue du rapport au savoir, ce genre de données met en évidence les zones de connaissance qui sont interrogées en commun. Il est intéressant de se demander si certaines sont plus propices à la discussion : intuitivement, en nous basant sur les souvenirs que nous conservons de cet enseignement, nous avons l’impression que les concepts discutés, les exemples catégorisés, etc. sont ceux qui ont soulevé des questions en classe. Si cela se révélait correct, on pourrait alors se demander dans quelle mesure le rapport au savoir de l’enseignante, les concepts au sujet desquels elle ouvre des espaces à la discussion – parce qu’elle les considère comme complexes – sont susceptibles de créer certaines conditions favorables à un travail coopératif des étudiantes. Il y aurait alors une sorte de dynamique qui se créerait entre l’identification par l’enseignante de zones, dans la matière enseignée, présentant des complexités et la constitution, par les étudiantes, de problèmes à résoudre, par exemple dans un travail collaboratif. Dans ce sens, cela mettrait en évidence la manière dont un phénomène complexe, une difficulté conceptuelle, par exemple, est traitée en plusieurs temps : par l’enseignante d’abord dont l’intervention peut servir simplement à relever la complexité et à en donner une première explication. Puis, en retour, par la saisie qu’en font les étudiantes qui est essentielle à leur compréhension et appropriation. L’explication de l’enseignante a donc une fonction de signalement, de pointage de la difficulté, permettant éventuellement une première appréhension du problème par les étudiantes. Mais son traitement le plus profitable à l’apprentissage (Pastré, 2007) relève des étudiantes elles-mêmes au moment où elles le constituent collectivement en problème, puisque c’est alors qu’elles vont mettre en œuvre des activités langagières qui, à leur tour, vont potentiellement déterminer des apprentissages.

Haut de page

Bibliographie

Baker, M. (2008). Formes et processus de la résolution coopérative de problèmes : des savoirs aux pratiques éducatives. Dans Y. Rouiller et Lehraus, K., Vers des apprentissages en coopération : rencontres et perspectives (p. 107-130). Berne : Peter Lang.

Baroni, R. et Jeanneret, T. (2008). Parcours de vie, identités féminines et trajectoires d’apprentissage. Langage et société, (125), 101-124.

Barré-de Miniac, C. (2000). Le rapport à l’écriture : aspects théoriques et didactiques. Lille : Presses Universitaires Septentrion.

Bautier, E. (2002). Du rapport au langage : question d’apprentissages différenciés ou de didactique. Pratiques, (113/114), 41-54.

Bereiter, C. (1994). Implications of Postmodernism for Science, or, Science as Progressive Discourse. Educational Psychologist, 29(1), 3-12.

Brousseau, G. (1998). Théorie des situations didactiques. Grenoble : La pensée sauvage.

Conseil de l’Europe (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues. Paris : Didier.

Dillenbourg, P. (1999). What do you mean by “collaborative learning” ?. Dans P. Dillenbourg, Collaborative-learning : Cognitive and Computational Approaches (p. 1-19). Oxford :Elsevier.

Grize, J.-B. (1990). Logique et langage. Paris : Ophrys.

Grosjean, F. (1995). Le bilinguisme et le biculturalisme : essai de définition. TRANEL, (19), 13-39.

Grossen, M., Liengme Bessire, M.-J. et Perret-Clermont, A.-N. (1997). Construction de l’interaction et dynamiques socio-cognitives. Dans M. Grossen et B. Py, Pratiques sociales et médiations symboliques (p. 221-247.). Berne, Berlin, etc. : Peter Lang.

Lantolf, J. P. (2000). Second language learning as a mediated process. Language Teaching, 33(2), 79-96.

Pastré, P. (2007). Activité et apprentissage en didactique professionnelle. Dans M. Durand et M. Fabre, Les situations de formation entre savoirs, problèmes et activités (p. 103-121). Paris : L’Harmattan.

Porquier, R. (1982). Communication exolingue et apprentissage des langues. Dans B. Py, Acquisition d’une langue étrangère III (p. 17-48). Neuchâtel, Saint-Denis : Centre de linguistique appliquée, Presses de l’université de Paris VIII.

Py, B. (2007). Apprendre une langue et devenir bilingue : un éclairage acquistionniste sur les contacts de langues. Journal of Language Contact, 1(1), 93-100.

Reverdy, C. (2016) La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques. Dossier de veille de l’Institut français de l’éducation, (114), Lyon, ENS.

Rouiller, Y. et Lehraus K. (2008). Vers des apprentissages en coopération : rencontres et perspectives. Berne, Berlin, etc. :Peter Lang.

Swain, M., Lapkin, S., Knouzi, I., Suzuki, W. et Brooks, L. (2009). Languaging : University Students Learn the Grammatical Concept of Voice in French. The Modern Language Journal, 93(1), 5-29.

Vanhulle, S., Dobrowolska, D. et Mosquera, S. (2015). Mettre en texte une problématique professionnelle : de l’exercice du « genre réflexif » à la subjectivation de l’agir. Formation et pratiques d’enseignement en questions, 19, 115-123.

Vygotski, L. (1997). Pensée et Langage. Paris : La Dispute.

Zarate, G. (1993). Représentations de l’étranger et didactique des langues. Paris : Didier.

Haut de page

Notes

1 Les données que nous analysons impliquent très majoritairement des étudiantes (6 femmes et 1 homme, qui de plus, contribue très peu au travail collaboratif). Dans la suite de cet article, nous désignerons donc les participantes au féminin.

2 Elles ont acquis le diplôme de fin d’études secondaires qui leur donne accès à l’université dans divers pays, y compris en Suisse alémanique ou italienne, donc toujours en contexte non francophone.

3 Une page moodle liée à l’enseignement permet aux étudiants de ce cours de retrouver : les diapositives que nous présentons lors des différents cours ; les articles ou chapitres de livre à lire en format pdf ; les questions déposées par les étudiants lors de la discussion des différents textes évoqués ci-dessus.

4 Merci du fond du cœur aux sept participantes – dont tous les prénoms ont été changés – , la confiance qu’elles nous témoignent ainsi nous touche particulièrement. Cet article n’aurait pas existé sans leur concours ! Une mention spéciale à Firuze pour le travail supplémentaire de transmission des données !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Jeanneret, « De quelques activités langagières observées lors d’un processus d’élaboration conjointe de connaissances et d’apprentissage coopératif », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 34-2 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ripes/1422

Haut de page

Auteur

Thérèse Jeanneret

École de français langue étrangère – UNIL, Suisse
therese.jeanneret@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals