Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39(1)ArticlesL’accompagnement par les pairs au...

Articles

L’accompagnement par les pairs au doctorat pour socialiser les femmes au métier de chercheuse

Catherine E. Déri, Cynthia Vincent et Émilie Tremblay-Wragg

Résumés

Malgré les progrès réalisés en matière de parité des genres, en milieu universitaire, les femmes demeurent désavantagées sur plusieurs plans. En tant que professeures, chercheuses ou étudiantes, elles ne bénéficient pas des mêmes possibilités que leurs confrères. Dans cet article, nous présentons les résultats d’une étude de cas mettant en exergue l’accompagnement par les pairs entre doctorantes devant s’approprier des compétences rédactionnelles pour s’insérer dans leur champ de recherche. En nous appuyant sur le cadre théorique de socialisation au métier de chercheur développé par Skakni (2011), nous analysons des extraits d’entrevues semi-dirigées menées auprès de 25 doctorantes provenant d’universités canadiennes. Les résultats révèlent une préférence des participantes de s’associer à leurs semblables dans des groupes de rédaction académique afin de normaliser les défis auxquels elles font face en milieu universitaire. De plus, elles semblent accorder autant de valeur à l’accompagnement dont elles bénéficient de leurs pairs que du soutien qu’elles offrent à leurs consœurs. En définitive, il en ressort des collaborations, autant professionnelles que personnelles, par l’établissement d’un réseau de chercheuses novices qui privilégient la solidarité, plutôt que la compétitivité habituellement observée aux cycles supérieurs. La discussion porte sur la perspective féminine de cette culture de compétitivité et des différences de genre menant à une disparité dans les besoins de socialisation qui règnent en milieu universitaire. Enfin, des suggestions sont offertes pour l’exploration d’actions sociales étudiantes, en complémentarité à l’encadrement institutionnel, afin d’optimiser la socialisation des doctorantes, et par le fait même, leur professionnalisation au monde de la recherche.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Au cours des 50 dernières années, plusieurs études ont exposé des statistiques illustrant les inégalités de genre qui demeurent présentes au sein de certaines disciplines universitaires. Au Canada, cette disparité est davantage observée dans les sciences naturelles et le génie, suivi des sciences de la santé et des sciences humaines ou sociales. Afin de rétablir l’équilibre, le programme des chaires de recherche du Canada a lancé un ultimatum aux universités, en 2017, pour qu’elles atteignent une meilleure représentativité hommes-femmes (Gouvernement du Canada, 2019). Notre recherche se penche donc sur les défis auxquels font face des doctorantes provenant d’universités canadiennes et les stratégies qu’elles ont développées pour s’accompagner mutuellement. C’est dans cet esprit de solidarité que les actions sociales étudiantes permettent le développement professionnel des futures chercheuses de façon à complémentariser l’accompagnement institutionnel offert pendant les programmes de doctorat.

2. Problématique de genre en milieu universitaire

2Dans cette première partie, les défis d’ordres professionnels et académiques auxquels les femmes font toujours face dans les universités seront traités. De plus, les problèmes de santé mentale qui peuvent découler de l’isolement en milieu de travail, mais surtout lors des programmes d’études doctorales seront abordés. Enfin, nous introduirons la socialisation au métier de chercheur comme piste potentielle pour pallier les disparités de genre dans le monde de la recherche.

2.1. L’état de la situation des femmes professeures et des chercheuses

3Au Canada, la proportion de femmes universitaires a effectivement augmenté dans tous les niveaux académiques (professeurs adjoints, agrégés et titulaires), mais les hommes demeurent surreprésentés au sein des groupes d’âge plus avancés (p. ex., 73 % des professeurs âgés de plus de 65 ans sont des hommes) (Statistique Canada, 2021). Les échelles salariales sont aussi plus grandes chez les hommes que chez les femmes, en milieu universitaire, avec les hommes bénéficiant de salaires maximums plus élevés (Statistique Canada, 2021). Dans le palmarès des 200 meilleures universités au monde, seulement 20 % ont nommé une rectrice (Cafley, 2021). Au Canada, les hommes occupent 69 % des postes de recteur, mais depuis 2010, 61 % des mandats inachevés ont été confiés à des femmes (Cafley, 2021). Les recherches menées par Smith (2013) sur le manque de parité dans les universités canadiennes mettent en évidence la prédominance de la place des hommes dans les processus de sélection et les conseils d’administration.

4Dans la même veine, il existe des écarts entre les genres dans le financement des subventions de recherche. D’une part, il semble que les femmes appliquent moins aux demandes de financement après avoir obtenu leur doctorat (Goldstein et al., 2018). D’autre part, il existerait des biais chez les évaluateurs de ces demandes, faisant que lorsque la chercheuse principale de la proposition de projet de recherche s’identifie comme femme, cette personne a moins de chance d’emporter la subvention. En effet, Burns et al. (2019) concluent que les disparités entre les genres sont dues à des évaluations moins favorables des femmes comme chercheuses plutôt qu’à la qualité des projets scientifiques proposés.

5Sur le plan des publications scientifiques, la parité des genres demeure problématique, tel que démontré par Larivière (2021) qui a recensé plusieurs milliers d’articles de la plateforme Web of Science entre 2008 et 2018. Les résultats de cette étude révèlent une moyenne mondiale de 31 % d’articles savants publiés par des femmes, alors que le Canada se situe légèrement au-dessus de la moyenne avec une proportion de 33 %. La pandémie de COVID-19 a exacerbé la situation, alors que Frederickson (2020) révèle que les hommes ont publié davantage d’articles scientifiques que les femmes. Cette situation s’explique, entre autres, par des attentes inéquitables envers les femmes quant aux responsabilités familiales.

6Il s’avère que les femmes ont aussi moins tendance que les hommes à se mettre en valeur dans leurs propres publications scientifiques, puisqu’il existe une différence de genre dans les pratiques d’autocitation. À ce sujet, King et al. (2017) stipulent qu’au cours des 50 dernières années, les auteurs ont cité leurs propres publications en moyenne 56 % plus souvent que les autrices, et ce, dans les 16 domaines de recherche examinés. La discipline dans laquelle les autrices pratiquent le moins l’autocitation est l’histoire, alors qu’à l’inverse, la sociologie présente la plus grande proportion d’autocitations par des femmes. Considérant cette visibilité réduite des femmes qui, dans le cas contraire pourraient servir de modèles en milieu universitaire, il est encore plus difficile pour des femmes aspirant à la profession de chercheuse de se reconnaître dans leur domaine de recherche respectif.

2.2. Les défis et les aspirations des femmes doctorantes

7En 2016, au Canada, les femmes représentaient une proportion importante des étudiants universitaires de troisième cycle, obtenant pour la première fois un doctorat en proportion égalitaire (50,6 %) à leurs confrères (Statistique Canada, 2017). Même si la proportion de femmes et d’hommes s’est rapprochée au début du doctorat, il semble qu’au fil du parcours, les femmes abandonnent davantage leurs études et demeurent généralement le genre sous-représenté parmi ceux qui obtiennent leur diplôme toutes disciplines confondues (Ferguson, 2016). L’abandon du programme peut être expliqué par divers facteurs, mais selon l’étude de González-B. et Dorta-G. (2020) réalisée auprès de plus de 6 000 doctorants, le plus grand facteur de risque d’interrompre un doctorat est le fait d’éprouver des problèmes de santé mentale. À ce propos, Hazell et al. (2020) mettent en lumière les différences de genre : les femmes doctorantes rapportent davantage de détresse que leurs confrères, mais surtout un sentiment accru d’insécurité et d’isolement.

8Selon Kurtz‐Costes et al. (2006), il existe un manque de diversité de modèles féminins aux cycles supérieurs. En l'occurrence, l’exemple typique de femmes qui réussissent comme jeunes chercheuses sont celles qui adoptent un rôle masculin traditionnel au regard de leurs traits de caractère. En outre, le modèle de chercheur prescrit au doctorat tend à repousser, voire répugner, certaines femmes. Par exemple, dans la même étude de Kurtz‐Costes et al. (2006), une doctorante issue d’un programme à prédominance masculine rapportait être refroidie par le fait que son superviseur se vante de ne pas avoir écoulé sa banque de congés au début de sa carrière. Elle, et plusieurs autres, ne considéraient pas comme admirable de négliger sa famille en faveur de sa carrière et concluaient ne pas pouvoir endosser ce mode de vie pour seulement et entièrement se consacrer à la recherche.

9Par ailleurs, les doctorantes qui étudient dans une discipline à dominance masculine (les sciences, technologies, ingénieries et mathématiques – STIM) sont plus à risque de rencontrer des obstacles face à leur carrière universitaire (Howe-Walsh et Turnbull, 2016). À cet effet, Ampaw et Jaeger (2011) soulignent des occasions inégales d’être embauchées comme assistants de recherche entre les femmes et les hommes au doctorat. Par conséquent, les femmes se sentent exclues ou désavantagées de manière visible et invisible (Appel et Dahlgren, 2003), c’est-à-dire que même si elles ressentent de la discrimination reliée au genre, il existe des « règles non écrites » dans la plupart des départements et des facultés où porter plainte pourrait nuire à la réputation ou l’avancement des étudiants.

10Au doctorat, la socialisation formelle – les activités professionnelles entre chercheurs et doctorants – alimente la réalisation des travaux de recherche des doctorants, en plus de leur offrir un sentiment d’appartenance à une communauté professionnelle (Meeuwisse et al., 2010). Puis, la socialisation informelle – le temps passé avec des collègues en dehors des tâches liées au travail – permet de s’offrir un soutien psychologique qui vient briser le sentiment d’isolement (Van Rooij et al., 2019). En outre, Schmidt et Umans (2014) rapportent que le bien-être des femmes doctorantes passe principalement par des occasions de socialisation informelles au doctorat. De ce fait, les doctorantes cherchent à se regrouper avec leurs semblables pour augmenter leur productivité au travail, de même que recevoir et fournir de l’encouragement menant à un meilleur équilibre professionnel et personnel (Faulconer, 2010). Plus concrètement, les retraites de rédaction structurées sont reconnues pour diminuer le sentiment d’isolement des doctorants (Tremblay-Wragg et al., 2021) et les groupes informels de rédaction académique permettent de développer leur identité de chercheur (Choi et al., 2021).

3. Cadre théorique : la socialisation au métier de chercheur

11Dans cette section, nous allons d’abord décrire ce que représente le métier de chercheur contemporain. Ensuite, nous allons présenter le cadre théorique de notre étude qui repose sur le modèle de socialisation au métier de chercheur développé par Skakni (2011). Finalement, nous allons aborder les cafés de rédaction académique comme contexte de socialisation au métier de chercheur.

3.1. Le chercheur contemporain jongle avec plusieurs balles en mouvement

12D’après Becher et Trowler (2001), chaque champ disciplinaire sous-tend une conception particulière de la recherche et du métier de chercheur. Malgré cette différenciation, la majorité des disciplines exige du chercheur contemporain qu’il jongle avec plusieurs tâches : recherche, enseignement, administration, publication, communication et service à la communauté (Monin, 2017). Or, pendant leurs études, les doctorants sont surtout formés pour l’une de ces fonctions, à savoir la recherche. Dans cette perspective, les doctorants doivent développer une meilleure compréhension des autres volets du métier de chercheur de façon informelle (Bédard et Gérard, 2015). Ils s’investissent donc dans des activités non seulement favorables au programme d’études, mais aussi propices à leur insertion professionnelle dans une communauté scientifique dans un sens plus large.

13Alors qu’il y a plus d’une décennie, au Canada, 30 % des doctorants obtenaient un poste de professeur dans une université, les statistiques montrent maintenant un taux de 20 % seulement de nouveaux docteurs qui atteindront cet objectif, tandis que la majorité décrochera un emploi à l’extérieur du milieu universitaire traditionnel (Conseil des académies canadiennes, 2021). Pour les doctorants qui choisissent le milieu universitaire comme champ d’insertion professionnelle après leurs études, ils doivent se détacher progressivement du métier d’étudiant dans lequel ils se sentaient relativement à l’aise, pour intégrer le métier de chercheur dans leurs disciplines respectives (Coulon, 2017). Cette transition comprendra inévitablement une phase d’incertitude pendant laquelle le doctorant éprouvera le besoin d’être accompagné pour l’aider à surmonter des obstacles de plusieurs ordres, autant professionnels que personnels.

3.2. Le modèle de socialisation au métier de chercheur

14En 2011, Skakni a développé un modèle théorique en s’inspirant des dimensions de la socialisation organisationnelle de Chao et al. (1994). À la base, ce modèle vise la catégorisation de l’ensemble des savoirs informels relatifs à une discipline qui, selon Gemme et Gingras (2006), sont essentiels à l’avancement du parcours doctoral. Chacune des catégories est ainsi illustrée à la Figure 1, dans une optique interactionniste de la socialisation au métier de chercheur, par des relations réciproques s’opérationnalisant entre cinq sphères.

Figure 1. Modèle de socialisation au métier de chercheur (Skakni, 2011)

Figure 1. Modèle de socialisation au métier de chercheur (Skakni, 2011)

15La sphère des relations avec les pairs, qui occupe une place centrale dans le modèle théorique, renvoie aux interactions que les doctorants pourraient entretenir non seulement avec leurs semblables, mais aussi avec d’autres chercheurs plus expérimentés, comme leur direction de thèse. À l’instar d’Austin (2002), nous sommes d’avis qu’une relation harmonieuse entre le doctorant et son superviseur peut favoriser la réussite universitaire. Cependant, il faut se rappeler que les doctorants demeurent vulnérables face au personnel de leur département, alors que l’évaluation de leurs performances influence l’obtention du diplôme, mais aussi les recommandations nécessaires à l’atteinte d’autres objectifs professionnels. Il est donc possible de se détacher des figures d’autorité pour s’allier davantage à des pairs pouvant fournir du soutien sans pour autant avoir une incidence sur l’évaluation du rendement. À cet égard, les interactions entre doctorants permettent la clarification des exigences académiques et la normalisation des défis à surmonter pour les atteindre plus facilement (Skakni, 2011).

16La sphère des compétences personnelles est constituée des savoirs et des savoir-faire développés dans le but de contribuer à son domaine de recherche de façon à y apporter de nouvelles connaissances faisant progresser la science (Skakni, 2011). En outre, Hakala (2009) stipule que les chercheurs doivent être en mesure d’identifier la pertinence des problèmes méritant une exploration scientifique dans un champ disciplinaire donné et les méthodes les plus efficaces pour mener des projets de recherche. Dans tous les cas, les doctorants ne sont pas seulement assujettis aux pratiques du cadre universitaire et de leur champ d’expertise, ils ont aussi la capacité d’orienter leurs apprentissages tout au long de leur parcours (Hopwood, 2010). Ils doivent donc faire preuve d’une grande autonomie en prenant des initiatives pour s’engager dans une myriade d’activités favorisant leur épanouissement professionnel et personnel. Selon Delamont et al. (2000), il est possible de matérialiser l’acquisition de ce savoir de nature tacite au moyen d’échanges au sein de groupes disciplinaires et d’observations de ses semblables étant plus avancés dans leur parcours.

17La sphère diachronique vise la compréhension de l’évolution et du fonctionnement d’un domaine scientifique, bien que Skakni (2011) propose de considérer la socialisation au milieu universitaire dans son ensemble, comme microsociété. Dans cette perspective, les doctorants doivent acquérir des compétences inhérentes au monde des idées en identifiant, maîtrisant et incorporant des pratiques, des règles et des rituels intellectuels propres aux cycles supérieurs (Coulon, 2017). Ils doivent donc être exposés à toute une gamme d’activités reliées à leur champ disciplinaire. À cet égard, Mantai (2017) stipule que l’identité de chercheur se solidifie par toute forme de validation dont les doctorants sont l’objet lorsqu’ils participent à des projets de recherche, discutent de leurs recherches et en diffusent les résultats.

18La sphère des fondements de la discipline renvoie à « l’appropriation des valeurs, normes et principes sous-jacents à la formation doctorale dans une discipline donnée » (Skakni, 2011). En guise d’exemple, Austin (2002) mentionne le fait de valoriser la collaboration dans les projets de recherche, plutôt qu’une approche individualiste. À ce sujet, Moguérou et al. (2003) distinguent les sciences naturelles, qui favorisent les relations de travail dans des équipes de recherche en laboratoire, des sciences humaines et sociales qui supposent davantage d’interactions individuelles. Les doctorants appartenant aux disciplines des sciences humaines et sociales doivent donc redoubler d’efforts pour créer des occasions de socialisation avec leurs pairs, même si l’esprit de compétition qui demeure présent aux études supérieures ne favorise pas toujours ce type d’entraide (Farkas, 2015).

19La sphère du langage de la discipline permet de s’approprier un langage spécifique à une discipline universitaire. En effet, il existe des différences communicationnelles, autant à l’oral qu’à l’écrit, qui dictent la façon dont les échanges scientifiques s'opérationnalisent selon le domaine de recherche (Miles et Huberman, 1984). Ainsi, la découverte de ces pratiques de communication et du vocabulaire propre à une discipline se développe en interagissant autant avec des chercheurs expérimentés et novices, de même qu’en effectuant des lectures et de la rédaction (Alava et Romainville, 2001). C’est en s’appropriant le langage disciplinaire que les doctorants peuvent diffuser leurs travaux de recherche et gagner en crédibilité à même leurs communautés scientifiques (Boyer et Coridian, 2002). Il est donc favorable pour la socialisation des doctorants de s’associer à d’autres membres de leur programme d’étude, afin de développer ces compétences, mais aussi d’explorer des occasions de corédaction ou de coprésentation (Déri et al., 2022).

20Nous sommes d’avis que la nature interactionniste reliant toutes les sphères du modèle théorique de socialisation au métier de chercheur s’opérationnalise, entre autres, par le développement de compétences en rédaction académique. Ce type d’apprentissage consiste à consulter les écrits portant sur des thèmes similaires pour en dégager une œuvre cohérente en respectant les pratiques disciplinaires (Jutras, 2019). Ces compétences rédactionnelles sont indispensables à la production de la thèse, mais peuvent prendre plusieurs autres formes, telles que la rédaction d’articles scientifiques. Ultimement, ce sont les compétences rédactionnelles qui permettent aux doctorants d’échanger avec d’autres chercheurs, en développant une compréhension des normes et des pratiques propres à leur domaine de recherche. Puisque les doctorants ne reçoivent pas de formation spécifique pour développer des compétences en rédaction académique (Kapp, 2015), il est pertinent qu’ils saisissent toutes les occasions de maximiser leur apprentissage, à l’intérieur comme à l’extérieur de leur programme d’études.

3.3. Les cafés de rédaction académique: un contexte de socialisation

21En 2007, un mouvement nommé « Shut up & Write » fait son apparition dans des cafés de San Francisco aux États-Unis. Des étudiants se donnent alors rendez-vous par Facebook ou Twitter afin de rédiger leurs travaux universitaires pendant de courtes périodes intensives pour socialiser par la suite (Rowbotham, 2012). Les médias sociaux facilitent ce type de rassemblement d’étudiants de diverses disciplines et universités dans une même région géographique (Mewburn et al., 2014). Dès lors, les étudiants se rassemblent selon leurs besoins et intérêts dans des endroits publics situés près de leur domicile, tels que cafés, restaurants, bibliothèques, librairies ou musées. Les participants qui, la plupart du temps, ne se connaissent pas ont ainsi la possibilité de se rencontrer pour rédiger dans un même espace, tout en échangeant sur les défis communs de leur parcours universitaire. L’enthousiasme pour ce genre de regroupements spontanés, qui dans le cadre de cet article seront nommés cafés de rédaction académique (CRA), gagne en popularité aux États-Unis, d’où ils proviennent, mais se répand aussi en Grande-Bretagne, en Australie et éventuellement au Canada (Mathieu-C. et al., 2017).

22En 2011, une étude ayant examiné des CRA organisés par deux universités australiennes révèle que les participants à ces regroupements se sont adaptés plus facilement à l’environnement universitaire, entre autres, en partageant des ressources et en établissant un réseau de nouvelles connexions (Mewburn et al., 2014). Ces regroupements sont initiés par les étudiants de façon spontanée, au moment qui leur convient et dans un endroit près de leur domicile, où d’autres étudiants les rejoignent en toute solidarité. Concrètement, les CRA permettent aux doctorants de s’engager physiquement, socialement et cognitivement dans la rédaction universitaire pour améliorer leur productivité (Murray, 2015). Bien que chaque étudiant assure l’avancement de ses propres projets de rédaction, les échanges qui se déroulent en marge des périodes de productivité représentent des opportunités d’apprentissage entre chercheurs. Il est important de mentionner que les CRA n’attirent pas tous les doctorants, certains préférant rédiger en solitaire ou n’ayant tout simplement pas le temps de s’investir dans des activités de groupe (Johnson et Mullen, 2007). Néanmoins, puisque le nombre de personnes vivant seules est à la hausse dans plusieurs pays occidentaux, cela peut contribuer au besoin grandissant de trouver des occasions de socialisation. De plus, il semble que la coutume de se regrouper pour rédiger soit davantage adoptée par les femmes (Moore et al., 2012).

23Cet article est donc l’occasion de nous intéresser à l’accompagnement par les pairs comme stratégie du genre féminin pour se socialiser au métier de chercheur dans le contexte des CRA. Il est à noter que ce thème en est un qui a émergé pendant notre recherche, alors que celle-ci se concentre globalement sur l’apprentissage social entre les pairs dans le même contexte. Ainsi, le cadre théorique présenté ci-dessus ne représente pas celui qui est utilisé dans la recherche principale, mais il s’avère avoir été des plus pertinents pour analyser les données qui sont présentées dans cet article.

4. Méthodologie : étude de cas instrumentale

24Dans notre étude, nous avons adopté une approche méthodologique qualitative qui s’inscrit dans un paradigme interprétatif caractérisé par « la volonté de mettre à jour les perspectives de sens qu’une personne ou qu’un groupe de personnes confère à son expérience » (Dionne, 2009, p. 76). Nous avons utilisé un raisonnement inductif modéré où le cadre théorique amène à définir les concepts étudiés, tout en étant mis en suspens au début de l’analyse pour laisser émerger des thèmes du corpus de données (Savoie-Zajc, 2018). Nous avons choisi l’étude de cas instrumental (Stake, 1995), qui permet, entre autres, de raffiner une théorie en mettant l’accent sur une question et en choisissant un cas pour l’illustrer. Cette dernière approche considère le cas comme subordonné ou accessoire à la poursuite d’un intérêt externe (Barlatier, 2018). Par exemple, nous étudions le phénomène de socialisation des doctorants au métier de chercheur, par l’examen d’une communauté d’apprentissage qui sert exclusivement d’unité d’analyse.

4.1. Le cas étudié : la communauté Thèsez-vous Ensemble

25Dans notre recherche, le cas étudié est une communauté à laquelle appartiennent des doctorants en processus de socialisation au métier de chercheur. Afin de délimiter le cas, nous avons choisi le groupe Facebook nommé Thèsez-vous Ensemble qui compte plus de 4 500 membres aux études supérieures inscrits majoritairement dans des universités canadiennes francophones ou bilingues. C’est en 2016 que l’organisme à but non lucratif Thèsez-vous a créé ce groupe ayant pour objectif de « permettre et faciliter l’émergence d’initiatives par et pour les étudiants aux cycles supérieurs visant à soutenir la rédaction universitaire » (Thèsez-vous, 2016). Autant inscrits dans des programmes de maîtrise que de doctorat, les membres de cette communauté se consacrent à des activités organisées pour favoriser leur compréhension du milieu universitaire et le développement de compétences rédactionnelles favorables à leur cheminement de chercheurs novices. Ce type de regroupement d’étudiants aux études supérieures est hors du commun, et bien que ses activités soient largement appuyées par l’ensemble des universités canadiennes, les initiatives mises de l’avant relèvent entièrement d’actions étudiantes. En tant qu’entité formée, la communauté Thèsez-vous Ensemble constitue un cas intéressant pour l’examen de la socialisation des doctorants au métier de chercheur, plus spécifiquement, lors de leur participation à des CRA.

4.2. Le recrutement des participantes à l’étude et leur profil

26Une méthode de recrutement nommée échantillonnage intentionnel a été privilégiée et consiste en la sélection de participants en fonction de caractéristiques typiques de la population à l’étude (Savoie-Zajc, 2018). Les doctorants recrutés devaient avoir terminé leur scolarité obligatoire et avoir pris part à un minimum de trois CRA en personne. Dans le Tableau 1 se trouvent des données démographiques, afin de présenter le profil des 25 personnes qui ont participé à l’étude. Ces informations mettent en évidence qu’une grande majorité de personnes s’identifiant au genre féminin (23/25) se sont portées volontaires pour participer à notre étude. Afin de respecter les règles linguistiques inclusives selon lesquelles le féminin comme le masculin peut être utilisé en exclusivité comme genre grammatical dominant (Berthelet, 2014), nous allons utiliser le féminin pour discuter des participantes à partir de cet endroit précis du texte.

Tableau 1. Les données démographiques sur l’échantillon de la recherche

Caractéristiques des participantes (n=25)

Genre

Femme (n=23); Homme (n=1); Non binaire (n=1)

Âge

26-30 ans (24 %); 31-35 ans (48 %); 36-40 ans (16 %); 41-45 ans (0 %); 46-50 ans (12 %)

Origine

Canada (n=15); France (n=5); Belgique (n=1); Brésil (n=1); Madagascar (n=1); Moldavie (n=1); Algérie (n=1)

Universités

12 universités canadiennes (9 francophones, 2 anglophones, 1 bilingue)

Disciplines

Sciences humaines et sociales (n=23); Médecine familiale (n=1); Science de l’environnement (n=1)

27Dans le formulaire démographique que les participantes ont rempli avant leur participation à la recherche, elles devaient confirmer leur progression dans leur programme de doctorat. Ceci nous a permis de calculer la moyenne du nombre d’années qu’elles avaient achevées (m = 5 ans et 7 mois) et le nombre d’années qu’elles envisageaient d’avoir à compléter avant d’être en mesure de soutenir leur thèse (m = 1 an et 2 mois). Advenant l'achèvement des programmes d’études comme prévu par les participantes, celles-ci auront pris entre 4,75 années et 10,5 années pour atteindre la diplomation (m = 6 ans et 9 mois). Finalement, comme données démographiques, nous avions aussi demandé aux participantes de confirmer les lieux où elles avaient effectué de la rédaction académique en compagnie de leurs pairs, de même que le nombre approximatif de fois qu’elles avaient fréquenté chacun de ces endroits. Il s’est avéré que les participantes ont fréquenté plusieurs types de lieux publics, incluant des cafés, des bibliothèques, des musées, des bureaux de cotravail, des locaux universitaires et l’espace de rédaction Thèsez-vous, de même que des lieux extérieurs comme des balcons et des parcs.

4.3. L’analyse des données recueillies par entrevues virtuelles semi-dirigées

28Les données ont été recueillies au moyen d’entrevues semi-dirigées se déroulant à tout moment de l’année puisque les doctorantes participent à des CRA de façon continue pour travailler sur une diversité de projets universitaires. En raison des mesures sanitaires imposées pendant la pandémie de COVID-19, des entrevues d’une durée de 60 à 90 minutes ont été menées virtuellement. Les entrevues semi-dirigées présentent plusieurs avantages, dont l’utilisation de questions ouvertes offrant la liberté aux participants de répondre à leur rythme et de traiter le sujet selon la profondeur désirée, ce qui génère une richesse de données (Savoie-Zjac, 2018). À cet égard, deux questions supplémentaires ont été ajoutées au guide d’entrevue après avoir complété les cinq premiers entretiens, alors que les thèmes suivants émergeaient déjà des données préliminaires recueillies : les projets professionnels des participantes après leur diplomation et les motivations incitant les femmes à participer davantage que les hommes aux CRA. Les données brutes ont été traitées par leur transcription en verbatims qui ont été révisés par la chercheuse principale et les participantes elles-mêmes afin d’en valider le contenu. L’ensemble du corpus des données a été transféré dans le logiciel NVivo12 pour fins de codage et d’identification de thèmes émergents. Cette analyse de contenu a permis de déterminer que les entretiens offraient une vue d’ensemble du cas à l’étude et du phénomène de socialisation au métier de chercheuse.

5. Résultats

29Durant les entrevues, les participantes ont répondu à une vingtaine de questions regroupées autour de trois thématiques principales : les sources de socialisation au métier de chercheuse, le développement de compétences rédactionnelles pendant le parcours doctoral et les apprentissages réalisés dans des groupes de rédaction académique. Les données prises en considération dans cet article proviennent d’extraits de verbatim relatifs aux trois thématiques pour mettre en lumière les propos des doctorantes décrivant leurs expériences. Il est ainsi possible de déterminer l’importance de l’accompagnement par les pairs lors de CRA pour coconstruire des compétences professionnelles de futures chercheuses. Il est à noter que chacune des participantes s’est vue attribuer un pseudonyme pour assurer son anonymat, en choisissant des prénoms dont la première lettre était aussi associée à l’ordre chronologique dans lequel les entretiens se sont déroulés, par exemple le pseudonyme débutant par la lettre A se réfère à l’entrevue no1.

5.1. La sphère des relations interpersonnelles : des interactions positives favorisées par l’acte de rédiger entre femmes

30La rédaction en compagnie d’autres personnes semble positive pour la majorité des participantes à notre étude, mais sous certaines conditions. D’abord, les doctorantes interrogées soulignent que les échanges significatifs se déroulent en marge des périodes de productivité lorsqu’elles travaillent en groupe. Ces moments d’échange leur permettent de partager des difficultés en compagnie d’autres personnes et de se soutenir : « Je me rends compte [que dans les CRA], les pauses sont bien investies quand on est en gang de filles. Ça fait du bien, puis là on dirait qu’on en profite pour jaser un peu, puis ça donne du pep pour continuer. » (Pascale).

31Ensuite, une autre idée émerge des données récoltées, à savoir celle que rédiger en compagnie des hommes peut s’avérer confrontant pour les femmes : « [Quand] j’étais avec des gars, je me retrouvais beaucoup moins dans leur façon de travailler parce que j’ai l’impression – en tout cas c’est cliché, mais – je pense que les filles ont une charge mentale différente. Je me rends compte que ça me stresse de me comparer à des gars, parce qu’ils sont beaucoup plus capables d’être à 100 % dans leur thèse et [...] parce que je me disais : ‘ah mon dieu, mais moi ma tête, elle est tellement partout » (Pascale). Cette même participante se compare en se décrivant comme une personne qui a besoin de socialiser quand elle rédige et mentionne : « il y a comme quelque chose de plus social [pour les femmes] ». Elle poursuit en précisant que « les gars aussi ont besoin de ça, mais c’est vrai que les gars ont tendance à travailler peut-être plus en mode individuel » (Pascale). Or, il est important de mentionner que plusieurs autres participantes ne voient pas de différences entre les genres à cet égard.

32Enfin, il semble qu’il soit important que les femmes qui se réunissent pour rédiger ensemble partagent les mêmes réalités. Par exemple, une participante issue de l’immigration témoigne de son expérience de CRA avec d’autres étudiantes qui partagent sa réalité. Ces femmes se rassemblent et discutent de leurs difficultés et de leurs défis liés à la rédaction et à leur parcours doctoral : « C’est que nous, on est quatre femmes de couleur ou issues de minorités. On a senti un lien quand on s’est rencontrées. On était plus ou moins dans le même bateau. Donc, je pense que c’est plus ce côté de soutien de communauté pour parvenir à surmonter des petits obstacles qui nous a permis de construire cette petite communauté » (Viviane).

33Ainsi, les femmes apprécient se réunir dans des groupes de rédaction parce que ces moments sont l’occasion de se ressourcer entre doctorantes ayant des préoccupations similaires. Au moyen de partages significatifs, elles s’accompagnent en normalisant leurs défis communs pour les surmonter ensemble, afin de maximiser leurs chances de succès académique.

5.2. La sphère des compétences personnelles : ce qui fonctionne, sortir de la maison et travailler en groupe de femmes

34Dans le cadre de leurs apprentissages entre ce qui « fonctionne » et ce qui « ne fonctionne pas » au regard de la rédaction de leur thèse, les participantes de notre étude s’accordent pour dire qu’il est préférable de sortir de la maison pour rédiger, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, les femmes interrogées considèrent qu’encore à ce jour, elles assument la grande partie des tâches domestiques, comme en témoigne Charlotte dans l’extrait suivant : « Les femmes ne peuvent pas être à la maison sans qu'il soit attendu d'elles qu’elles soient disponibles pour faire les tâches ménagères (lavage, repas, enfants) ». Ainsi, la plupart des participantes estiment que le partage des responsabilités est encore inéquitable, surtout pour les mères. Tania explique cette différence de perception entre les genres : « si papa est à la maison, il ne faut pas le déranger parce qu’il travaille, mais maman est juste maman », insinuant que l’essence de la femme est d’être disposée à s’occuper du foyer.

35En outre, cette norme prescrite semble intégrée par nos participantes puisque, selon leurs dires, les femmes se sentent généralement davantage interpelées que les hommes à réaliser ces tâches, un aveu qu’elles évoquent avec un sentiment de culpabilité : « C’est [dommage], parce que je me sens quasiment moi-même sexiste en disant ça » (Justine). Ainsi, c’est ce contexte « qui les force à sortir de la maison si elles veulent travailler en paix, si elles veulent que leur travail de rédaction de thèse soit véritablement reconnu et que le temps consacré à ce travail soit vraiment respecté » (Charlotte). On comprend donc que sortir de la maison leur permet de libérer de l’espace mental.

36Les participantes, dans leur élan de culpabilité, se sentent aussi responsables du besoin « d’affirmer le travail qu’[elles] font comme étant prioritaire », soit de légitimer la rédaction de thèse comme un travail à part entière (Justine). Elles estiment donc que de choisir de travailler à la maison ne fonctionne pas justifiant le besoin de participer à des CRA ou de participer à des retraites de rédaction de plus longue durée. Concernant les retraites de rédaction, Isabelle mentionne que celles-ci comptent davantage de femmes que d’hommes, probablement car cette activité permet aux femmes de se « concentrer uniquement sur leur rédaction ». Elle tient quand même à ajouter que « pour y parvenir, [ces femmes] devaient souvent avoir préparé à l’avance tous les repas », une situation qu’elle déplore vu la charge mentale domestique encore présente.

37Somme toute, pour que leur travail soit véritablement considéré comme légitime, c’est-à-dire une contribution à l’avancement des connaissances, les femmes se regroupent pour travailler hors de leur foyer. En s’accompagnant mutuellement dans ces groupes de rédaction, elles réussissent à légitimer leur démarche disciplinaire auprès de leur entourage par le fait que leurs semblables s’engagent dans le même type d’activités.

5.3. La sphère diachronique : se soutenir à se former au métier de chercheuse, une mission par et pour les femmes

38Le doctorat, comme mentionné plus haut, est une expérience initiatique professionnelle qui vise entre autres à former au métier de chercheuse. Certaines participantes en sont conscientes et reconnaissent l’utilité et la plus-value de s’entourer en se créant une microsociété afin d’améliorer leur sort dans un milieu où les femmes sont sous-représentées : « Ça amène à une autre hypothèse, qui serait que les femmes, ce n’est pas parce qu’elles ne veulent pas qu’elles ne sont pas aussi présentes dans l’académie, c’est qu’en fait, elles n’en ont pas nécessairement la chance. Quand tu leur donnes la chance, elles la saisissent. Je pense qu’il y a peut-être plus de besoins de coups de main, et ce n’est vraiment pas la volonté qui manque » (Justine).

39Dans ce contexte, Brigitte témoigne d’une pression de performance liée au statut de doctorante, mais également à ce que les femmes appréhendent de leur future carrière académique : « Je pense que la pression de performance y est démesurée chez les femmes qui essaient de s'y faire une place ».

40Leur transition du statut social d’étudiante vers celui de chercheuse les préoccupe et les amène à se regrouper pour en discuter entre femmes issues de disciplines variées. Dans son expérience de CRA avec d’autres étudiantes, Viviane considère comme essentiel le développement de connaissances multidisciplinaires en échangeant avec ses pairs pour « être capable de lire des données interdisciplinaires, des résultats et surtout des papiers de recherche, de les comprendre et aussi de les intégrer à sa propre recherche ». Les ouvertures sur d’autres champs disciplinaires peuvent mener à des collaborations profitables, tel que le mentionne Isabelle : « Ça a apporté aussi des liens professionnels parce qu’on a soumis cet article-là et on a fait des communications [dans des congrès]. C’est quand même drôle que ça parte du fait que je suis allée dans un café. »

41Les femmes s'encouragent, notamment en participant à des activités collectives de rédaction et de diffusion des connaissances, leur permettant non seulement de discuter des enjeux liés à leur place de femmes dans la sphère académique, mais aussi de se soutenir pour faire face aux différents défis liés à leur statut de chercheuse en devenir.

5.4. La sphère des fondements disciplinaires :  la rédaction « ensemble » davantage valorisée en sciences sociales

42La surreprésentation des femmes dans les CRA serait sans doute attribuable au fait que ces activités intéressent les personnes en sciences sociales et que, dans ces programmes, les femmes sont majoritaires : « Mon "analyse" - qui vaut ce qu’elle vaut! - c’est que dans les sciences humaines il y a davantage de femmes qui étudient. Les hommes étant davantage surreprésentés dans les "sciences dures". Or j’ai l’impression que dans les activités de rédaction collective il y a davantage d’étudiants issus des sciences sociales. Donc je pense que c’est moins lié au genre stricto sensu qu’à la population déjà présente dans les cursus » (Florence).

43La question à se poser est donc de savoir pourquoi les CRA intéressent plus les étudiants en sciences sociales alors que ces activités de rédaction structurées sont pourtant offertes et disponibles à toutes les disciplines. Une piste de réponse énoncée par les participantes à notre étude serait qu’étant en sciences sociales, elles ont peu accès à des laboratoires de recherche. Comparativement à leurs homologues masculins inscrits dans des programmes STIM, elles se sentent désavantagées de ne pouvoir bénéficier de ce type d’installation facilitant les études et le travail, mais surtout le réseautage et la socialisation formelle et informelle.

44Une seconde explication à cette sous-représentation des hommes dans les CRA serait peut-être qu’ils semblent avoir moins besoin de soutien social en rédaction académique. Du moins, c’est ce que Lucie mentionne : « [Les hommes] ont beaucoup moins besoin d’aide, peut-être qu’ils sont plus carrés dans leur façon de faire, ils se posent moins de questions peut-être, mais je pense qu’il y a beaucoup de la discipline, justement, qui joue là-dedans. Je veux dire, s’ils sont dans des sciences pures, peut-être que les étapes sont plus marquées, l’encadrement est plus strict. »

45Une autre femme complète cette idée en précisant « qu’en tant que femmes, on a plus tendance à accepter une ressource d’aide » (Maxime).

46En somme, ces résultats amènent à penser que la rédaction « ensemble » dans les CRA serait un fondement disciplinaire des sciences sociales, un domaine dominé par les femmes dans lequel l’accès aux laboratoires de recherche est limité et où les femmes reconnaissent davantage leur besoin de se rassembler pour partager l’acte de rédiger.

5.5. La sphère du langage de la discipline : une sphère peu abordée par les participantes

47Bien que l’appropriation d’un langage propre à une discipline n’ait pas été mentionnée par plusieurs des participantes à l’étude, certaines d’entre elles ont quand même soulevé les avantages de se regrouper avec des chercheuses provenant de leur domaine ou non. Dans le cas de Charlotte, elle reconnaît sa chance en décrivant les affiliations disciplinaires des femmes avec qui elle a l’habitude de se rassembler : « Je suis vraiment chanceuse parce qu’il y a beaucoup de monde en littérature, puis la plupart ne viennent pas de mon université, donc je vois ce qui se fait en littérature dans d’autres universités, d’autres approches, d’autres façons de faire puis ça c’est carrément des apprentissages théoriques que je peux faire. Je trouve ça très, très riche. »

48La participation aux CRA par des femmes provenant de disciplines diverses peut également déboucher sur des collaborations intéressantes, comme l’explique Isabelle : « Avec cette femme-là et une de ses amies, on a fait une communication à [une conférence] et on a fait un article ensemble sur l’environnement doctoral, un article qu’elles avaient commencé. Elles sont en administration marketing et elles avaient besoin de quelqu’un en sociologie pour apporter quelque chose. Ça a apporté aussi des liens professionnels, si on veut, c’est quand même drôle que ça parte du fait que je suis allée dans un café. »

49En termes de corédaction, Diane considère que ce genre de projet est facilité par des relations harmonieuses entre chercheuses : « Moi je travaille sur deux projets d’articles aussi qui sont avec des collègues que j’ai rencontrés grâce aux séances de rédaction. Puis sinon, je n’aurais jamais eu l’idée d’écrire là-dessus. C’est en jasant de nos sujets, qui sont à l’extrémité l’un et l’autre, que finalement on s’est rendu compte qu’on avait quelque chose à dire ensemble. C’est précieux de pouvoir faire cheminer des idées comme ça, avec des personnes qu’on apprécie […] c’est comme si notre relation était surtout née d’une amitié avant de naître d’un accord professionnel. »

50Finalement, les CRA sont des occasions d’échanger des textes avec des pairs pour pouvoir s’offrir de la rétroaction, comme Pascale, qui a une amie avec qui elle rédige souvent et qui complète son doctorat dans la même discipline à la même université : « on est à une année de différence, mais on se fait toujours lire nos choses, ça aide beaucoup. »

6. Discussion

51Les résultats présentés ont mis en lumière la division entre la sphère des relations avec les pairs et les autres sphères du modèle de socialisation au métier de chercheur (Skakni, 2011). L’expérience vécue par les 25 doctorantes rencontrées laisse présager que leur socialisation est davantage influencée par la participation à des CRA pour les femmes, puisqu’elles ressentent le besoin de se regrouper pour s’accompagner entre pairs. À l’issue des résultats rapportés, une question semble transversale et nécessite d’être discutée dans cette section de l’article à savoir pourquoi les femmes adhèrent davantage à la rédaction en compagnie de pairs que leurs homologues masculins ? Cette étude a permis d’apporter trois pistes de réponses à cette question.

6.1. La difficulté de légitimer la rédaction pour les doctorantes

52D’abord, plusieurs doctorantes ont démontré une difficulté à légitimer leur travail de rédaction de thèse auprès de leur entourage. Cette difficulté se manifestait notamment par l’appel aux responsabilités domestiques lorsqu’elles travaillent de la maison et ainsi, par le besoin de sortir de la maison pour rédiger dans les CRA. Ces résultats font échos à ceux de Carter et al. (2013) qui ont pointé que les familles des doctorantes ne voient pas l’importance du manuscrit (de la thèse), ni pourquoi sa rédaction s’étend sur une si longue période. En conséquence, les doctorantes n’étant pas considérées comme ayant un « vrai » travail doivent parvenir à prendre elles-mêmes au sérieux leurs aspirations universitaires lorsqu'elles sont « banalisées ou remises en question [traduction libre] » (Carter et al., 2013, p. 345).

53En outre, plusieurs doctorantes ayant participé à notre étude soutiennent que le rôle de mère vient souvent avec son lot d’attentes sociales et une charge mentale importante qui les empêchent de prioriser la rédaction. En accord avec Webber et Dismore (2020), les doctorantes mères ont des défis supplémentaires et ressentent une charge mentale importante qui les brime dans la réalisation de leurs tâches professionnelles. Certaines participantes ont également proposé que les hommes réussissent davantage à départager les tâches domestiques des tâches professionnelles pour se concentrer au travail. Elles semblaient dire qu’ils sont conscients des tâches à réaliser à la maison et souhaitent possiblement partager équitablement les tâches avec leur conjointe, mais arrivent mieux à négocier ces différents rôles traditionnels. De futures recherches pourraient vérifier si cette hypothèse peut être confirmée et si oui, quelles sont les astuces des doctorantes pour arriver à cette conciliation et ainsi, à un meilleur temps protégé au travail.

6.2. Les femmes ressentent un malaise à discuter des différences de genre dans le monde académique

54Bien que la situation leur soit apparue évidente et qu’elles avouaient en discuter fréquemment entre elles, les doctorantes ont éprouvé des difficultés à expliquer le déséquilibre genré dans la participation au CRA. En effet, un certain malaise était palpable lorsqu’il était question de reconnaître que les rôles attribués au genre n’ont pas évolué vers l’égalité autant qu’espéré. Étonnamment, nos participantes vont même jusqu’à se juger pour les justifications qu’elles évoquent afin d’expliquer la situation, craignant d’adhérer elles-mêmes aux stéréotypes en question. D’après Mathieu (2020), les femmes ont peur de céder à des positions de vulnérabilité si elles reconnaissent les dynamiques de pouvoir. En ce sens, les participantes à notre étude craignent de propulser des stéréotypes de genre par le simple fait d’en parler. Il serait donc intéressant d’explorer cette nuance dans des recherches à venir, surtout en ce qui a trait à la réticence des personnes scolarisée à aborder les différences de genre dans la sphère académique par peur de les reproduire dans la sphère sociale.

55Même si dans certains cas les efforts des hommes sont reconnus par les femmes pour pallier les inégalités existantes, il reste du travail à faire pour atteindre une parité dans les perspectives d’emploi, de financement de recherche et de publications en milieu universitaire. À cet égard, il semble que les femmes ne désirent pas porter tout le fardeau sur leurs épaules pour améliorer la situation et souhaitent que les hommes s’investissent également dans des actions concrètes. En définitive, plusieurs femmes hésitent à se prononcer sur la question de genre, mais semblent grandement intéressées à ce que cette problématique soit approfondie par des recherches scientifiques, afin de développer une meilleure compréhension des enjeux et d’identifier des stratégies pouvant être mises en œuvre.

6.3. Le travail entre femmes permet de collaborer et normaliser les défis

56Les femmes expriment un inconfort à travailler en compagnie des hommes, même si cette impression n’est pas majoritaire. À ce sujet, les hommes auraient des modes de pensée, des buts et des aspirations qui ne concorderaient pas à ceux des femmes. À l’instar de Burkinshaw et White (2017), nos résultats témoignent que les chercheuses, renforcées à rester discrètes au cours de leur socialisation primaire et secondaire, ont moins tendance à démontrer d’assurance, de fierté et de contrôle. Les participantes rappellent l’importance de partager des défis avec des personnes qui vivent les mêmes réalités. Ceci permet de mieux identifier ses réalisations et, par le fait même, de gagner confiance en ses capacités (Vincent et al., 2021). Aussi, elles évoquent l’importance de développer un réseau professionnel et personnel fort pour être heureuses dans leur métier de chercheuse, un milieu qui demeure assez compétitif, mais qui tend à changer. Les pressions financières du programme des chaires de recherche du Canada à l’égard de l’équité, de la diversité et de l’inclusion vont contribuer à rendre le milieu universitaire plus égalitaire. Cependant, des initiatives supplémentaires devraient être envisagées en impliquant autant les femmes, que les hommes et les personnes non binaires dans la définition et la résolution du problème.

57En outre, les femmes semblent être plus enclines à reconnaître leurs propres défis liés à la rédaction et sont davantage portées à aller chercher de l’aide. Même si l’étude de Mackenzie et al. (2006) concerne la santé mentale et non la rédaction, elle témoigne bien de la difficulté des hommes à appeler à l’aide et à chercher des ressources pour répondre à leur détresse psychologique. Ainsi, lorsque les femmes découvrent qu’un certain service d’aide à la rédaction est offert et que la communauté d’étudiants qui y participe fait face aux mêmes enjeux et défis, une certaine normalisation des besoins apporte un baume aux difficultés ressenties. Cette communauté bienveillante les incite à partager des stratégies et à soutenir les autres dans leur application. En ce sens, il est recommandé que le concept de « laboratoire de recherche » soit répliqué du côté des sciences sociales et humaines pour faciliter la professionnalisation des étudiants aux cycles supérieurs dans les domaines où une majorité de femmes évoluent et où les hommes, moins enclins à demander de l’aide, pourraient également y être soutenus.

6.4. Limites de la recherche

58Cette étude n’est pas sans limites. D’abord, malgré les efforts acharnés de recrutement pour obtenir des participants masculins, trois participants s’identifiant comme hommes ont accepté de participer, mais une seule personne s’est présentée en entretien. Ce faisant, les résultats mettent en lumière la perception des femmes quant à la participation à des CRA comme stratégie du genre féminin. De futures recherches devraient se pencher sur les réponses que les hommes ou les personnes non binaires peuvent apporter à cette question.

59En outre, il est arrivé que la chercheuse principale doive encourager les participantes à préciser certains sujets parce que ces dernières s’inquiétaient que leurs réponses ne s’écartent des objectifs de recherche. Il se pourrait que leur propre formation de chercheuses novices vienne nuire à la spontanéité de leurs réponses, désirant se limiter strictement aux questions du guide d’entrevue, sans aborder de nouveaux thèmes pouvant potentiellement enrichir le corpus des données. Cette situation pourrait être expliquée, en partie, par l’effet Hawthorne selon lequel les personnes qui sont conscientes de participer à une recherche ont tendance à modifier leurs comportements, ce qui peut influencer les résultats obtenus (Geoffroy, 2019).

7. Conclusion

60La situation des femmes en milieu universitaire demeure précaire, même à ce jour, et surtout dans les disciplines reliées au STIM. Faute de modèles féminins au sein du corps professoral, les doctorantes se tournent vers leurs pairs pour se regrouper en toute solidarité. Notre étude met en lumière les rassemblements de femmes dans des cafés de rédaction académique pour avancer leurs projets universitaires tout en s’offrant du soutien professionnel et personnel, notamment lors des moments informels de discussion en marge des périodes de productivité. Nos résultats révèlent que l’accompagnement par des pairs partageant les mêmes réalités facilite la professionnalisation au métier de chercheuse, de même que la socialisation au monde de la recherche. Il en découle des collaborations multidisciplinaires et des amitiés durables formant des réseaux de jeunes chercheuses qui pourront s’entraider et s’appuyer une fois leur diplôme obtenu. Puisque nos conclusions se basent majoritairement sur les perspectives de femmes en milieu universitaire, il serait intéressant que des recherches subséquentes se penchent sur le même phénomène, mais en utilisant des perspectives masculines et non binaires en complémentarité.

Haut de page

Bibliographie

Alava, S. et Romainville, M. (2001). Les pratiques d’étude, entre socialisation et cognition. Revue française de pédagogie, 136(1), 159-180.

Ampaw, F. et Jaeger, A. J (2011). Understanding factors affecting degree completion of doctoral women in the science and engineering fields. New Directions for Institutional Research, 152, 59-73.

Appel, M. L. et Dahlgren, L. G. (2003). Swedish doctoral students' experiences on their journey towards a PhD: obstacles and opportunities inside and outside the academic building. Scandinavian Journal of Educational Research, 47(1), 89-110. https://doi.org/10.1080/00313830308608

Austin, A. E. (2002). Preparing the next generation of faculty: graduate school as socialization to academic career. The Journal of Higher Education, 73(1), 94-122.

Barlatier, P.-J. (2018). Les études de cas. Dans F. Chevalier, L. M. Cloutier et N. Mitev, Les méthodes de recherche du DBA (p. 126-139). Éditions Management et Société.

Becher, T. et Trowler, P. (2001). Academic tribes and territories. McGraw-Hill Education.

Bédard, D. et Gérard, L. (2015). La professionnalisation du métier d’enseignant- chercheur : Apprendre à devenir un « praticien-chercheur ». Dans P. Buznic-Bourgeacq et L. Gérard (dir.), L’apprentissage informel du métier d’enseignant : Problématiques émergentes en Sciences de l’éducation (p. 191-202). Presses universitaires de Caen.

Berthelet, C. (2014). Le langage n’est pas neutre. Revue FéminÉtudes, Hors-série, 1-8.

Boyer, R. et Coridian, C. (2002). Transmission des savoirs disciplinaires dans l'enseignement universitaire. Sociétés contemporaines, (4), 41-61. https://doi.org/10.3917/soco.048.0041

Burkinshaw, P. et White, K. (2017). Fixing the Women or Fixing Universities: Women in HE Leadership. Administrative Sciences, 7(30), 1-14. https://doi.org/10.3390/admsci7030030

Burns, K. E., Straus, S. E., Liu, K., Rizvi, L. et Guyatt, G. (2019). Gender differences in grant and personnel award funding rates at the Canadian Institutes of Health Research based on research content area: A retrospective analysis. PLoS medicine, 16(10), e1002935.

Cafley, J. (2021). Survol des obstacles à la parité de genre au niveau du rectorat. Affaires universitaires. https://is.gd/kKZd3M

Carter, S., Blumenstein, M. et Cook, C. (2013). Different for women? The challenges of doctoral studies. Teaching in Higher Education, 18(4), 339-351. https://doi.org/10.1080/13562517.2012.719159

Chao, G. T., O’Leary-Kelly, A. M., Molf, S., Klein, H. J. et Gardner, P. D. (1994). Organizational socialization: its content and consequences. Journal of Applied Psychology, 79(5), 730-743.

Choi, Y. H., Bouwma-Gearhart, J. et Ermis, G. (2021). Doctoral students’ identity development as scholars in the education sciences: Literature review and implications. International Journal of Doctoral Studies, 16, 89-125.

Conseil des académies canadiennes. (2021). Formés pour réussir. Le comité d'experts sur la transition des titulaires de doctorat vers le marché du travail. https://www.rapports-cac.ca/wp-content/uploads/2021/01/Formes-pour-reussir_rapport_FR.pdf

Coulon, A. (2017). Le métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire. Educação e Pesquisa, 43, 1239-1250. https://doi.org/10.1590/S1517-9702201710167954

Delamont, S., Atkinson, P. et Parry, O. (2000). The doctoral experience: success and failure in graduate school. Falmer Press.

Déri, C. E., Tremblay-Wragg, É. et Mathieu-C., S. (2022). Academic Writing Groups in Higher Education: History and State of Play. International Journal of Higher Education, 11(1), 85-99. https://doi.org/10.5430/ijhe.v11n1p85

Dionne, L. (2009). Analyser et comprendre le phénomène de la collaboration entre enseignants par la théorie enracinée : Regard épistémologique et méthodologique. Recherches qualitatives, 28(1), 76-105.

Farkas, D. (2015). 7 Reasons Why Bright Students Drop Out of Graduate School. Finish Your Thesis. http://finishyourthesis.com/drop-out

Faulconer, J. (2010). The Power of Living the Writerly Life: A Group Model for Women Writers. NASPA Journal About Women in Higher Education, 3(1), 210-238.

Ferguson, T. (2009). The “Write” Skills and More: A Thesis Writing Group for Doctoral Students. Journal of Geography in Higher Education, 33(2), 285-297.

Ferguson, S. J. (2016). Women and Education: Qualifications, Skills and Technology. Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-503-x/2015001/article/14640-eng.htm

Frederickson, M. (2020). Women are getting less research done than men during the coronavirus pandemic. The Conversation. https://is.gd/zrVd7u

Gemme, B. et Gingras, Y. (2006). Les facteurs de satisfaction et d'insatisfaction aux cycles supérieurs dans les universités québécoises francophones. Revue canadienne d'enseignement supérieur, 36(2), 23-47.

Geoffroy, F. (2019). Existe-t-il un effet Hawthrone? Gérer & Comprendre, 135, 42-52.

Goldstein, L., Mills, B. J., Herr, S., Burkholder, J. E., Aiello, L. et Thornton, C. (2018). Why Do Fewer Women than Men Apply for Grants after Their PhDs? American Antiquity, 83(3), 367-386.

González-Betancor, S. M. et Dorta-González, P. (2020). Risk of Interruption of Doctoral Studies and Mental Health in PhD Students. Mathematics, 8(10), 1695. https://doi.org/10.3390/math8101695

Gouvernement du Canada. (2019). Exigences et pratiques en matière d’équité, de diversité et d’inclusion. Chaires de recherche du Canada. https://www.chairs-chaires.gc.ca/program-programme/equity-equite/index-fra.aspx

Hakala, J. (2009). Socialization of junior researchers in new academic research environments: Two case studies from Finland. Studies in Higher Education, 34(5), 501-516. https://doi.org/10.1080/03075070802597119 

Hazell, C. M., Chapman, L., Valeix, S. F., Roberts, P., Niven, J. E. et Berry, C. (2020). Understanding the mental health of doctoral researchers: a mixed methods systematic review with meta-analysis and meta-synthesis. Systematic reviews, 9(1), 1-30. https://doi.org/10.1186/s13643-020-01443-1

Hopwood, N. (2010). Doctoral experience and learning from a sociocultural perspective. Studies in Higher Education, 35(7), 829-843. https://doi.org/10.1080/03075070903348412

Howe-Walsh, L. et Turnbull, S. (2016). Barriers to women leaders in academia: tales from science and technology. Studies in Higher Education, 41(3), 415-428.

Johnson, W. et Mullen, C. (2007). Write to the top! How to become a prolific academic. Springer.

Jutras, S. (2019). Mon compagnon de rédaction scientifique. JFD.

Kapp, S. (2015). Un apprentissage sans normes explicites? La socialisation à l’écriture des doctorants. Socio-logos, (10). https://doi.org/10.4000/socio-logos.3008

King, M.M., Bergstrom, C. T., Correll, S.J., Jacquet, J. et West, J. D. (2017). Men set their own cites high: Gender and self-citation across fields and over time. Socius, 3, 1-22.

Kurtz‐Costes, B., Andrews Helmke, L. et Ülkü‐Steiner, B. (2006). Gender and doctoral studies: The perceptions of Ph. D. students in an American university. Gender and Education, 18(2), 137-155.

Larivière, V. (2021). Parité des genres dans les publications scientifiques : encore du travail à faire. Affaires universitaires. https://is.gd/1TRizW

Mantai, L. (2017). Feeling like a researcher: Experiences of early doctoral students in Australia. Studies in Higher Education, 42(4), 636-650. https://doi.org/10.1080/03075079.2015.1067603 

Mackenzie, C. S., Gekoski, W. L. et Knox, V. J. (2006). Age, gender, and the underutilization of mental health services: The influence of help-seeking attitudes. Aging and mental health, 10(6), 574-582. https://doi.org/10.1080/13607860600641200

Mathieu, N.-C. (2020). Quand céder n’est pas consentir. Dans N.-C. Mathieu, L’anatomie politique, catégorisation et idéologie du sexe (p.131-226). Éditions Côté-femmes.

Mathieu-C., S., Lanoue, S., Lorthios-Guilledroit, A., Desmeules, I., et Parent, A.-A. (2017). Bilan Thèsez-vous: Rapport de l’évaluation d’implantation des retraites de rédaction destinées aux étudiant.e.s aux cycles supérieurs, toutes universités et disciplines confondues [manuscrit inédit].

Meeuwisse, M., Severiens, S. E. et Born, M. P. (2010). Learning environment, interaction, sense of belonging and study success in ethnically diverse student groups. Research in Higher Education, 51(6), 528-545. https://doi.org/10.1007/s11162-010-9168-1

Mewburn, I., Osborne, L. et Caldwell, G. (2014). Shut up & Write!: Some surprising uses of cafés and crowds in doctoral writing. Dans Writing groups for doctoral education and beyond (p. 234-248). Routledge.

Miles, M. B. et Huberman, A. M. (1984). Drawing valid meaning from qualitative data: Toward a shared craft. Educational researcher, 13(5), 20-30. https://doi.org/10.3102/0013189X013005020

Moguérou, P., Murdoch, J. et Paul, J.-J. (2003, 21-23 mai). Les déterminants de l’abandon en thèse : étude à partir de l’enquête Génération 98 du Céreq [communication]. 10e Journées d’études Céreq – Lasmas-IdL, « Les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail », Caen, France.

Monin, P. (2017). La grande transformation du métier de chercheur. Revue internationale P.M.E., 30(3-4), 7-15. https://doi.org/10.7202/1042656ar

Moore, S., Murphy, M. et Murray, R. (2010). Increasing Academic Output and Supporting Equality of Career Opportunity in Universities: Can Writers' Retreats Play a Role? The Journal of Faculty Development, 24(3), 21-30.

Murray, R. (2015). Writing in Social Spaces: A social processes approach to academic writing. Routledge.

Rowbotham, J. (2012). Café culture helps with the thesis. The Australian.

Savoie-Zajc, L. (2018). La recherche en éducation : Étapes et approches (4e éd.). Presses de l’Université de Montréal.

Schmidt, M. et Umans, T. (2014). Experiences of well-being among female doctoral students in Sweden. International journal of qualitative studies on health and well-being, 9(1). https://doi.org/10.3402/qhw.v9.23059

Skakni, I. (2011). Socialisation disciplinaire et persévérance aux études doctorales: un modèle d'analyse des sphères critiques. Initio, 1(1), 18-34. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02149998

Smith, M. S. (2013). Opening Doors, Closing Gender Gaps: Female and Male Professors by Rank, Diversity and Faculty at the University of Alberta. Association of Academic Staff University of Alberta (AASUA).

Stake, R. E. (1994). Case studies. Dans N. K. Denzin et Y. S. Lincoln (dir.), Handbook of Qualitative Research (p. 236-247). Sage.

Statistique Canada. (2017). Scolarité – Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016. https://is.gd/E0dxVt

Statistique Canada. (2021). Parité hommes-femmes et écart salarial entre les sexes : progrès réalisés par le personnel enseignant à temps plein dans les universités depuis 40 ans. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-627-m2021037-frs.htm

Thèsez-vous Ensemble. (2016). À propos de ce groupe. Facebook. https://www.facebook.com/groups/1678552752397373/about

Tremblay-Wragg, É., Vincent, C., Lison, C., Gilbert, W., Valois, P. et Mathieu-Chartier, S. (2021). Les retraites de rédaction structurées auprès des doctorant [e] s : Quelles conditions favorisent une expérience de rédaction légitime, productive et plaisante? Revue canadienne de l'éducation, 44(2), 530-558. https://doi.org/10.53967/cje-rce.v44i2.4775

Van Rooij, E., Fokkens-Bruinsma, M. et Jansen, E. (2021). Factors that influence PhD candidates’ success: the importance of PhD project characteristics. Studies in Continuing Education, 43(1), 48-67. https://doi.org/10.1080/0158037X.2019.1652158

Vincent, C., Tremblay-Wragg, É., Déri, C., Plante, I. et Mathieu Chartier, S. (2021). How writing retreats represent an ideal opportunity to enhance PhD candidates’ writing self-efficacy and self-regulation. Teaching in Higher Education, 1-20. https://doi.org/10.1080/13562517.2021.1918661

Webber, L. et Dismore, H. (2020). Mothers and higher education: balancing time, study and space. Journal of Further and Higher Education, 45(6), 803-817. https://doi.org/10.1080/0309877X.2020.1820458

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Modèle de socialisation au métier de chercheur (Skakni, 2011)
URL http://journals.openedition.org/ripes/docannexe/image/4519/img-1.png
Fichier image/png, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine E. Déri, Cynthia Vincent et Émilie Tremblay-Wragg, « L’accompagnement par les pairs au doctorat pour socialiser les femmes au métier de chercheuse »Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 39(1) | 2023, mis en ligne le 12 janvier 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ripes/4519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ripes.4519

Haut de page

Auteurs

Catherine E. Déri

Université d’Ottawa, Ottawa, Canada, cderi055@uottawa.ca

Cynthia Vincent

Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada, vincent.cynthia.2@courrier.uqam.ca

Émilie Tremblay-Wragg

Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada, tremblay-wragg.emilie@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search