Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Seconde partie : propos de la soc...Introduction

Seconde partie : propos de la société civile

Introduction

Laura Odasso
p. 193-194

Texte intégral

1Complémentaires des articles de ce volume, les trois contributions de cette section se proposent de présenter les enjeux liant la question des unions binationales et mixtes et celle de l’immigration, à travers le prisme de l’action collective. En particulière, il s’agit de saisir l’action collective menée par et avec les membres des couples. Ces contributions relèvent d’un effort de mobilisation spécifique de la base ».

2L’article de Charlotte Rosamond, coordinatrice du mouvement Les Amoureux au ban public (France), et Inès Hamai, stagiaire en service civique auprès de la coordination, nous introduit aux expériences vécues par des couples franco-étrangers pendant les procédures administratives qui leur ont permis de vivre légalement en France. L’engagement de ces couples, actifs au sein du mouvement, transparaît à travers leurs témoignages.

3L’article de Sarah Vanbelle nous conduit à travers l’expérience récente du collectif « Amoureux vos papiers » (Belgique) né à Bruxelles en juillet 2015 sous l’impulsion d’une femme belgo-marocaine suite à la mise en rétention de son partenaire après leur déposition de demande de mariage auprès de la commune1. L’action de cette femme a donné de la visibilité à une situation peu connue : les difficultés rencontrées par les étrangers en situation irrégulière afin de se marier ou conclure une cohabitation légale. Bien que la loi belge prévoit que toute personne, indépendamment de son statut administratif, puisse se marier, dans la pratique le parcours de ces individus est ponctué d’obstacles, dont la rétention et l’éloignement. L’action de sensibilisation menée par le collectif est soutenue par des acteurs associatifs variés et vise à informer les couples afin de les confier aux acteurs légaux compétents.

4La contribution de Coralie Hublau et Nawal Meziane, représentantes de la « Plateforme de soutien au collectif Épouses sans papiers en résistance (ESPER) », présente le relais pris par les membres de trois associations afin de soutenir les actions engagées par le collectif Esper dès 2012. Ce collectif rassemblait une quarantaine de femmes venues légalement en Belgique par le biais du regroupement familial pour vivre avec leurs conjoints belges, européens ou étrangers avec un titre de séjour légal. Elles ont été victimes de maltraitances conjugales graves, et risquent de perdre ou ont déjà perdu leur titre de séjour suite à la fin de la cohabitation avec leurs maris dans les trois premières années de leur arrivée en Belgique. Elles dénonçaient la double violence qu’elles ont subie, celle perpétrée par leur conjoint ou sa famille et la violence administrative du système belge qui ne garantit pas leur protection de manière efficace et appropriée. Ces femmes, membres du collectif Esper, ont fait une déposition précise de ce qui leur est arrivé, ont participé activement à la constitution de leurs dossiers individuels avec l’aide d’experts juridiques et ont présenté leurs revendications auprès de la session pour le droit des femmes des Nations-Unies, de la Commission européenne et du Parlement fédéral belge. Pourtant, la situation n’a pas évolué du fait de la méconnaissance des acteurs institutionnels, d’une part, mais aussi, d’autre part, des représentations stéréotypées que ceux-ci ont des femmes étrangères dans un contexte de vigilance accrue pour les fraudes dans la migration par le mariage. De ce fait, le travail de la Plateforme vise à la fois à mieux informer les victimes et à proposer des formations adaptées aux acteurs institutionnels qui, dans leur travail quotidien, sont amenés à rencontre ces victimes de violences conjugales ou familiales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Odasso, « Introduction »Revue de l’Institut de Sociologie, 85 | 2015, 193-194.

Référence électronique

Laura Odasso, « Introduction »Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 85 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ris/296

Haut de page

Auteur

Laura Odasso

Post-doctorante (Programme Marie Skłodowska-Curie, Commission Européenne) au Groupe de recherche sur les relations ethniques, les migrations et l’égalité de l’Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search