Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Présentation

Claude Javeau
p. 54-56

Texte intégral

1Requis souvent par d’autres tâches que celles de l’enseignement et l’encadrement de recherches à l’Université, Henri Janne a été surtout, quand il a pu se pencher sur notre discipline, un artisan consciencieux et un transmetteur dévoué de la sociologie francophone. Il importe de retenir à cet égard qu’il fut en 1958, avec Georges Gurvitch, le fondateur de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), dont il fut le premier président.

2Né en 1908, il est mort en 1991, à l’issue d’une carrière très bien remplie de professeur et de recteur d’Université, d’homme politique et d’académicien (à l’Académie royale des arts, sciences et lettres de Belgique). On peut dire de lui qu’il fut un autodidacte en sociologie, ce qui n’est du reste en rien exceptionnel. Sa formation initiale était celle d’un philologue classique, et la voie qu’il aurait dû emprunter était celle d’un professeur de latin et de grec dans le secondaire. Il tâta un peu de l’enseignement, pour entamer assez rapidement une carrière au service de l’État belge, d’abord en tant que membre d’un cabinet ministériel, ensuite notamment au Commissariat général du tourisme. C’est sans doute, à l’issue de la guerre, son souci de rétablir l’administration publique (de nos jours, on dirait « gouvernance ») sur des bases rationnelles qui l’a mis en contact avec la sociologie de son temps.

  • 1 Eugène Dupréel mérite plus qu’un simple détour. On pensera au texte remarquable qu’il a consacré au (...)

3Janne ne se situe pas dans la lignée de l’un ou l’autre corpus dominants dans la sociologie académique. Il ne retient dans son œuvre que peu de chose de Durkheim, et rien de Weber. Pas davantage de Marx, à peine de Simmel ou de Pareto. Les principaux concepts auxquels il se réfère, pression sociale, force sociale, sociologies ascendante et descendante, sont empruntés à Dupréel 1, auxquels s’ajouteront ceux de « rôle » et d’« attentes normatives » d’inspiration parsonienne.

4Ses conceptions seront synthétisées dans son magnum opus, Le Système social, publié en 1968 par les Éditions de l’Institut de sociologie de l’Université libre de Bruxelles. Pendant longtemps, pour ses collaborateurs comme pour ses étudiants, cet ouvrage a passé pour une espèce de « bible ». Si son contenu peut paraître assez dépassé de nos jours (les théories constructionnistes étaient encore largement inconnues), ses qualités pédagogiques sont indiscutables. Et son épigraphe n’a en rien perdu de sa pertinence : « Il n’y a de sociologie que par référence au total ».

5Son œuvre peut a priori sembler peu fournie. Mais c’est ignorer les activités très diversifiées d’Henri Janne en qualité d’expert (très écouté) auprès d’institutions comme le Conseil de l’Europe ou les Communautés européennes. Après avoir été, dans son pays, dont il fut, de 1963 à 1965, ministre de l’Éducation, un pionnier de la démocratisation de l’enseignement, il devint, dans des cadres plus larges et notamment en compagnie de Bertrand Schwartz, l’un des principaux promoteurs de l’éducation permanente.

6Militant socialiste, sénateur, ministre, rapporteur infatigable dans des réunions internationales, Henri Janne n’était pas un spectateur engagé, mais plutôt l’in- verse. Il a posé sur notre société un regard fortement conditionné par le rôle qu’il accordait aux techniques, et notamment à celles qui concernaient l’information. Un ouvrage de vulgarisation, clairement rédigé et bien documenté, devait faire le point sur ses conceptions à cet égard : Le Temps du changement, paru en 1970, chez Marabout Université.

7J’ai été l’un des assistants d’Henri Janne de 1970 à 1978, date à laquelle je lui ai succédé dans une partie de ses enseignements. Si je ne lui dois pas ma propre vision du social et du sociologique, que j’ai bien davantage empruntée au courant allemand (qu’il a presque entièrement ignoré), j’ai retenu de lui une position humaniste à l’égard de notre discipline, faite de respect des individus et de prise en considération morale de leurs agencements sociaux. Cet humanisme – dont ses comportements quotidiens, tissés d’affabilité et de souci bienveillant d’autrui – il l’avait sans doute nourri à ses premières études de philologue classique. Son érudition dans ce domaine, comme dans bien d’autres, était d’un autre âge. Une conversation avec Henri Janne était toujours une source d’enrichissement. Si la Belgique n’a guère le culte de ses grands hommes, elle devrait quand même se sou- venir de celui qui fit naître un grand élan en faveur des sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles, où il présida, entre autres, aux destinées de l’Institut de sociologie Solvay, dont il ne reste de nos jours, hélas, que quelques lambeaux de splendeur passée. On retiendra aussi de lui qu’il fut pendant la dernière guerre un résistant très actif, au service du deuxième bureau de la France libre, ce qui lui valut de devenir officier de la Légion d’honneur à titre militaire.

8Henri Janne a certes fait partie des « grands patrons » universitaires, mais il a aussi donné l’exemple d’un intellectuel pragmatique, peu enclin à se réfugier dans une tour d’ivoire. Un exemple pour beaucoup de ceux qui ont eu la chance de l’approcher, à commencer par le signataire de ces lignes.

Haut de page

Notes

1 Eugène Dupréel mérite plus qu’un simple détour. On pensera au texte remarquable qu’il a consacré au rire, objet très peu fréquenté par les sociologues, repris en 1948 dans les Essais pluralistes, Paris, PUF, réédité sur ma suggestion par L’Harmattan, collection « Logiques sociales », Paris, 2012. J’ai dit tout ce que la construction théorique de Janne devait à celle d’Eugène Dupréel on consultera à cet effet son article dans le recueil consacré à ce dernier : « Les principaux apports d’Eugène Dupréel à la théorie sociologique », in Eugène Dupréel. L’homme et l’œuvre, Éditions de l’Institut de sociologie, Université libre de Bruxelles, Bruxelles, 1968, p. 104-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Javeau, « Présentation », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 54-56.

Référence électronique

Claude Javeau, « Présentation », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/383

Haut de page

Auteur

Claude Javeau

Professeur émérite, Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals