Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Henri Janne : un bref florilège

Claude Javeau
p. 65

Texte intégral

1Henri Janne est décédé en 1991, alors qu’il était déjà à la retraite depuis 1978. Peu de sociologues encore actifs l’ont connu de près, comme Claude Javeau qui fut son principal successeur à l’Université Libre de Bruxelles et Anne Van Haecht, qui fut sa dernière doctorante dans cette université. La Revue de l’Institut de sociologie a décidé de commémorer sa disparition par un florilège de quelques extraits de ses ouvrages principaux : Antialcibiade ou la Révolution des faits (1946), Le Système social (1968) et Le Temps du changement (1970).

2Le titre du premier cité fait allusion à un personnage de l’Antiquité grecque, passé à la postérité comme chef d’armée ambitieux et versatile. Chez Janne, abreuvé aux sources d’un positivisme indéniable, il convient de se baser sur les faits pour aborder les « problèmes de l’heure », autour de celui, primordial, du rétablissement de la démocratie.

3Le dernier a paru à la fin de la période dite des « Trente glorieuses », à laquelle mit fin la crise du pétrole de 1973. On y trouvera quelques éclairages bienvenus sur le monde de l’époque, envisagé surtout sous un angle culturel.

4Le deuxième est en quelque sorte son magnum opus, rassemblant en quelques centaines de pages ce qui constitue l’essentiel de ses enseignements, nourris de Gurvitch, de Merton et surtout de Dupréel. Pour ses étudiants, ce gros volume a servi de « bible » et, par la suite, ceux d’entre eux qui ont entrepris une carrière de sociologue n’ont cessé de s’y référer comme à une indispensable encyclopédie. Il faut lire ces pages en gardant à l’esprit les temps où elles furent écrites. Elles restent cependant grosses de considérations dont il serait difficile d’affirmer qu’elles sont nécessairement périmées. Il y a toujours quelques bonnes idées à glaner dans des livres qu’on perdrait à les laisser s’empoussiérer sur les rayonnages d’une bibliothèque peu fréquentée. Comme pour toutes les sciences, « exactes » ou non, ceux qui s’y consacrent devraient s’attacher à en connaître l’histoire. Refaire de temps en temps un détour par Durkheim ou Weber, et plus près de nous, revisiter Bourdieu ou Janne, reste une pratique salutaire qui nous rappelle opportunément que l’ancrage et même l’engagement du sociologue dans les combats et les controverses de son temps demeurent le sel de la profession.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Javeau, « Henri Janne : un bref florilège », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 65.

Référence électronique

Claude Javeau, « Henri Janne : un bref florilège », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/387

Haut de page

Auteur

Claude Javeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals