Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Le relationnel est vecteur de force sociale

Théorie de la force sociale
Henri Janne
p. 67-71

Texte intégral

  • 1 Cette vue de Dupréel est très moderne. Robert K. MERTON montre bien qu’il s’agit de relations inter (...)

1La relation sociale comporte l’influence exercée par l’existence ou l’activité de l’un des termes sur les actes ou l’état psychologique de l’autre1. Influencer c’est agir de telle manière que le comportement ou la pensée d’autrui soient différents de ce qu’ils eussent été sans ce facteur.

2Chaque individu dans les situations où il peut se trouver, possède, au départ, indépendamment du caractère plus ou moins favorable de ces situations, une capacité d’influencer. C’est cette capacité qu’Eugène Dupréel définit comme la « force sociale ».

3La force sociale d’un individu dépend de sa force physique, de sa beauté, de son intelligence, de sa capacité de concentration intellectuelle, de ses connaissances et de sa culture, de sa compétence technique, de son caractère, de la cohérence de sa personnalité, de l’expérience assimilée, de ses performances passées, de l’importance sociale des groupes auxquels il appartient (famille, classe sociale, église, parti, « clubs »), des valeurs auxquelles il s’identifie, de sa richesse, de son prestige personnel et social ainsi que de l’opinion d’autrui, de ses relations, des fonctions et des rôles qu’il exerce dans la société et de la manière dont il les assume, du pouvoir plus ou moins institutionnalisé qu’il a en partage. Il n’est probablement pas possible d’énumérer sans omission tous les facteurs qui interviennent dans la force sociale. La liste ci-dessus suffira à en donner une idée exacte.

4Dans une relation les deux termes possèdent un certain degré de force sociale. Celui qui en a le plus en ce qui concerne l’objet de la relation, influence les actes et l’état psychologique de l’autre. Toutefois, les deux influences se sont rencontrées dans la relation considérée et – plus ou moins consciemment – le plus fort a modifié l’usage qu’il aurait fait de sa force si celle de l’autre terme avait été proche de la nullité, ou si la différence des deux forces sociales avait été considérable.

  • 2 Joseph H. FICHTER écrit : « Il est hors de doute que les êtres humains cherchent leur propre bien d (...)
  • 3 Pour la question de l’exercice du pouvoir et de sa typologie, voir Henri JANNE, Le Système social, (...)

5Bien sûr, globalement et à propos d’objets déterminés, chaque individu à divers moments de sa vie voit croître et décroître sa force sociale. « Mais tout se passe comme si les individus dans leurs relations sociales agissaient, consciemment ou non, de manière telle que soit au moins maintenue ou accrue leur force sociale2 ». C’est le jeu normal du relationnel dans la société. L’influence est donc spontanée (alors se polarisent le prestige et l’intimidation) ou calculée (alors jouent les conseils, l’argumentation, la manipulation et les modalités d’exercice du pouvoir3).

6Toutefois le caractère absolu, universel de ce jeu n’est qu’une hypothèse de travail. Elle nous a été inspirée par Dupréel qui la formule avec d’autres nuances.

7Mais, dira-t-on, cette hypothèse consiste à affirmer un « carriérisme » généralisé, à donner comme seul fondement à la vie sociale, le succès. Ce serait reprendre la thèse – valable peut-être en gros pour les États-Unis seulement – de Vance Packard : « Les obsédés du standing ». Affirmer que cela déformerait le sens réel de l’hypothèse : « Tout se passe comme si…, consciemment ou non, … ».

8Prenons le cas de ceux-là même qui refusent de réussir socialement et repoussent tous les succès ou avantages qui sont à leur portée, de ceux qui proclament leur opposition à la servitude de la réussite dans la vie et cherchent l’indépendance dans des situations obscures, proches de la gêne. Il y a ceux qui affectent de ne pas gagner un match, « parce que le plaisir est dans le jeu lui-même et que la lutte pour l’emporter abîme ce plaisir ». Toutes les attitudes de ce genre expriment une force de caractère suffisante pour agir d’une manière non conformiste et se résolvent en une affirmation de soi orientée en fait vers un accroissement de prestige, tout au moins dans certains cercles et aux yeux de certaines personnes. Le « fils de famille » qui rompt avec son milieu et son « avenir », finit souvent par aller plus loin que le brave jeune homme qui obéit à ses parents pour mériter sa force sociale. La pensée et l’action de l’individu n’ont de signification que « par les autres » ; c’est par là qu’elle trouve sa sanction, réelle ou supposée, espérée ou redoutée, escomptée ou inattendue.

9Nous ne pouvons pas agir – même quand nous le voulons – « hors de la société » car nous y sommes plongés et l’homme est un animal social. Certes on peut la fuir par le suicide ou le refus absolu de tout : mais ce sont là formes d’aliénation, dont le caractère pathologique et l’excès même prouvent combien l’immense majorité des hommes jouent le jeu de la « force sociale », consciemment ou/et par conditionnement inconscient.

10On a dit aussi que l’hypothèse relative à la force sociale est immorale en ce qu’elle fixe sa propre personne comme but égoïste à chacun. Encore un sophisme car le contenu réel des facteurs de la force sociale peut varier à l’infini. Par exemple Jésus-Christ, s’il a historiquement existé, a acquis à travers les siècles une force sociale, une capacité d’influencer, exceptionnelles par le sacrifice total de sa per- sonne. L’hypothèse en effet n’affirme pas que l’action normale aille vers le bonheur, vers la jouissance personnelle du succès, mais seulement vers le maintien ou l’accroissement de la force sociale. Le savant modeste est gêné par les honneurs qu’on lui fait : cela le dérange, le met mal à l’aise, l’oblige à des contacts sans valeur réelle pour lui et avec des gens qui ne l’intéressent pas. Si ses découvertes l’enrichissent, le savant bien souvent ne l’a pas cherché. Son travail a été ardu, intellectuellement angoissant et désespérant. Et cependant son action s’est déve- loppée comme s’il cherchait les résultats sociaux qui ont été la conséquence de son action. Qu’y a-t-il d’immoral dans cette constatation ?

11Il est vrai que beaucoup d’hommes recherchent la force sociale comme telle, consciemment. Ceux-là sont égoïstes et le succès de leurs aspirations n’est pas toujours servi par la médiocrité de leurs buts… La tendance objective de l’action de l’homme dans la perspective de la force sociale est indépendante du contenu moral de cette action et du bonheur de l’individu. Mais le moyen le plus simple pour chacun d’accroître sa force sociale est de jouer le mieux possible ses « rôles » en vue de la réalisation des fonctions sociales.

12L’hypothèse relative à la force sociale permet d’expliquer la réalité vécue de l’exercice des rôles et des statuts ainsi que leur hiérarchisation. C’est elle aussi qui, dans un système de valeurs déterminé, explique l’existence d’une hiérarchie sociale non formelle, parallèle à la hiérarchie instituée des fonctions (prises au sens professionnel du mot).

13Quelques exemples :

  • Dans le combat, les yeux des soldats se tournent vers le sergent expérimenté et courageux ; le jeune lieutenant plein de fatuité est oublié ;

  • L’adjoint est l’inspirateur et l’exécutant compétent de la politique de l’entreprise, tandis que le chef en titre se trouve dans la condition de devoir en fait lui obéir, acceptant ce renversement si certaines formes extérieures sont respectées ;

  • Telle épouse est le vrai chef et le vrai éducateur dans une famille ;

  • Un comité a la force statutaire de décision : il fera ce que dit son secrétaire, en droit simple greffier et exécutant.

14On pourrait multiplier de tels exemples.

15La force sociale est normative en ce sens qu’elle constitue le principe même qui confère une signification manifeste aux relations sociales et que celles-ci par le fait même qu’elles ont lieu normalement, en légitiment le principe. Dans une conjoncture grave, tout se passe comme si une voix criait : « Votre force sociale, c’est aujourd’hui de mourir ! » et il se trouve en effet que des hommes meurent en fait pour celle-ci, souvent sans savoir pourquoi et pour d’autres motifs. Cela s’appelle « faire son devoir ».

16Nous touchons à l’un des points les plus profonds du système social. Nous ne prétendons en rien l’avoir expliqué au sens scientifique du mot. Il nous paraît cependant que l’hypothèse de la force sociale constitue un bon présupposé théorique.

17Quoi qu’il en soit, les termes des relations sociales émettent, par le canal de celles-ci, des flux de force sociale qui se traduisent par une influence unilatérale ou bilatérale. La relation sociale est vecteur de force sociale. Voilà ce qui est clair. Eugène Dupréel a montré que la force sociale, pour se maintenir ou s’accroître, dispose de trois modalités d’action :

  • la force ;

  • la persuasion ;

  • l’échange.

18C’est selon ces trois modes que les relations sociales sont porteuses des capacités d’influencer.

19Une relation déterminée est qualifiée comme étant « de force », de « persuasion » ou « d’échange » selon la modalité qui l’emporte, car, les trois sont toujours par quelques côtés présentes dans les relations sociales.

20Prenons le cas d’un combat rapproché à l’arme blanche entre deux soldats isolés et hors de l’excitation d’une mêlée générale : relation de force bien sûr. Mais chaque combattant par son attitude, ses paroles, ses cris, veut persuader l’autre de se rendre ou de fuir. D’autre part il y a échange tacite de « bons procédés » en vue d’échapper au pire : on veut éviter la lutte à mort si l’on sent la partie égale ; on essaie de mettre hors de combat sans tuer : c’est une concession réciproque.

21De même une transaction économique est un échange. Mais celui-ci s’accompagne d’une négociation faite de persuasion. Une touche de force, si marginale qu’elle soit, sera donnée par celui qui, du point de vue matériel, croit avoir la supériorité. Il y a toujours quelque jeu d’autorité et de coercition, plus ou moins volontaires, dans les relations sociales.

22La force sociale se joue différemment dans les sociétés globales, selon leur système de valeurs. Ce système influe sur les types de relations qui seront communautaires ou sociétaires, de concurrence ou de coopération. Dans ces cadres divers, il y a des manières particulières d’influencer et des formes spéciales de force sociale. Chaque société globale a ses nuances propres.

23Dans les relations de coopération, chacun se soumet à la force, à la persuasion et à l’échange, en essayant de se « classer » le mieux possible par la réalisation de ses virtualités personnelles, dans la seule perspective du but à atteindre en commun.

24Dans les relations de concurrence, chacun se soumet aux règles normatives du jeu de la force, de la persuasion et de l’échange, en essayant de l’emporter sur les autres, avec la présupposition que le succès du meilleur réalise le mieux l’objectif qui intéresse la société.

25Les sociétés globales comportent en fait un certain dosage de concurrence et de coopération. Il n’y a concrètement pas de position absolue à cet égard. Le type de relations communautaires implique la coopération, mais celle-ci est spontanée, fondée sur l’homogénéité mentale, en grande partie inconsciente ; c’est la solidarité mécanique au sens de Durkheim. Au contraire, le type sociétaire, par l’émergence des individualités, pousse à la concurrence, toujours présente, au moins potentiellement, dans les relations sociales. Mais la conscience de l’interdépendance des personnes produit des relations de coopération, fondées sur le calcul et la raison. La conscience de cette nécessité détermine une organisation des efforts coopératifs qui atteint une pleine efficacité. La coopération communautaire est plus pure, la coopération sociétaire est plus efficace.

26La concurrence qui suppose l’émergence de l’individu, ne peut avoir lieu que dans la mesure où le groupe comporte des aspects sociétaires.

Haut de page

Notes

1 Cette vue de Dupréel est très moderne. Robert K. MERTON montre bien qu’il s’agit de relations interperson- nelles et asymétriques : « […] l’influence n’est pas un attribut abstrait d’une personne, c’est un processus impliquant deux ou plusieurs personnes » (« Patterns of Influence », in Paul F. LAZARFLED et Frank N. STANTON (s.l.d.), Communications Research, New York, Harper’s, 1948, p. 208).

2 Joseph H. FICHTER écrit : « Il est hors de doute que les êtres humains cherchent leur propre bien dans la mesure où ils se conforment consciemment aux normes et étalons de conduite approuvés. Ils cherchent la reconnaissance et l’approbation de leurs compagnons parce que ce sont les marques d’un statut et parce qu’il est de l’intérêt de l’individu de conserver son statut social ». La conformité des actes est un facteur très répandu de force sociale. (Joseph H. FICHTER, La Sociologie. Notions de base, Paris, Éditions universitaires, 1960, p. 331).

3 Pour la question de l’exercice du pouvoir et de sa typologie, voir Henri JANNE, Le Système social, op. cit., Troisième partie, chapitre II, Le groupe social, IV. Typologie des groupes sociaux, H Typologie « moyen d’exercice du pouvoir » - « modes d’intégration », p. 153-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Janne, « Le relationnel est vecteur de force sociale », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 67-71.

Référence électronique

Henri Janne, « Le relationnel est vecteur de force sociale », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/390

Haut de page

Auteur

Henri Janne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals