Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Communications de masse

Mutation intellectuelle et culturelle
Henri Janne
p. 81-85
Référence(s) :

Le Temps du changement, Verviers, Marabout Université, 1970, p. 39-45.

Texte intégral

1La Ville est le creuset d’une culture de masse portée par des moyens de communication qui diffusent avec intensité parole, image, musique. Voyons de plus près la signification de ce phénomène.

2Il faut noter tout d’abord que les modes de transmission de la pensée influent, à tous les niveaux (y compris celui de l’élaboration mentale), sur la manière dont se préparent, se prennent, s’exécutent et se contrôlent les décisions. Ils conditionnent les structures de l’action fondamentale dans tous les secteurs, notamment le politique, l’économique, et celui de l’enseignement constitue avant tout un processus de communication.

3En fait, l’humanité a connu dans sa brève histoire plusieurs mutations des systèmes de transmission de la pensée. Chacune de ces mutations a eu des effets révolutionnaires. L’écriture au moyen des signes alphabétiques fut la première. L’invention de l’imprimerie au XV e siècle fut la seconde. À l’entour de 1900, le téléphone, le télégraphe et la machine à écrire furent la troisième. À présent, la T.V., le transistor et surtout l’ordinateur bouleversent à nouveau toutes les structures de décision et d’exécution. Chaque fois, des professions nouvelles apparais- sent dans ce contexte : le scribe, l’imprimeur-typographe, la secrétaire sténo-dactylographe, le programmeur. Chaque fois, l’interdépendance des hommes se modifie dans les organisations, appelant des compétences nouvelles et des dispositifs hiérarchiques et relationnels inédits.

4À cet égard, l’association de la femme et de la machine à écrire a une portée sociologique que l’on n’a pas assez soulignée. Le « commis aux écritures » a été supplanté par des femmes qui ont ainsi accédé à une profession non manuelle (ou du moins comportant un important aspect intellectuel) alors qu’elles étaient jusqu’alors confinées dans des travaux industriels ou dans des services. La qualité de sténo-dactylographe et le « secrétariat », qui y adjoint une possibilité de pro- motion, représentent incontestablement des conquêtes féminines importantes, bien que limitées. Avec ces conquêtes, le bureau a cessé d’être un fief masculin : les relations entre les sexes en ont changé dans tout le milieu employé et dans les organisations. L’image de la femme moderne a été fortement marquée par le stéréotype de la « secrétaire » : élégante, infatigable, conseillère discrète, organisatrice de la vie de l’homme sous les ordres de qui elle travaille. La femme est entrée par cette voie dans les « avenues » de la conception et du pouvoir politique et économique ; avant cela ; elle n’y arrivait qu’en usant des armes sexuelles de sa féminité.

5L’une des conséquences les plus généralisées et les plus concrètes des moyens modernes de communication, c’est la multiplication massive des informations qui, par leur renouvellement incessant et leur impact émotionnel (sons et images), tendent à affaiblir les processus de sélection et de critique, de manière telle que l’homme « sait » de plus en plus de choses, sans les « connaître » vraiment et sans les situer dans des ensembles cohérents, seuls capables de leur conférer un sens réel. Or, les loisirs ouvrent béants les esprits à ce bombardement d’informations. Et que dire quand il s’agit de la propagande et de la publicité portées par de tels véhicules ?

  • 1 Marshall MAC LUHAN, La Galaxie Gutenberg, Paris, Mame, 1967.
  • 2 La haute consommation de musique sous ses diverses formes marque, elle aussi, la prépondérance sens (...)

6Mac Luhan1 a montré que l’invention et la généralisation de l’imprimerie ont profondément modifié l’élaboration de la pensée de l’homme dès le début du XVI e siècle, se substituant une base intellectuelle « écrite » à une base sensorielle « orale » : l’analyse prit le pas sur la saisie globale, la réflexion sur l’immédiateté, l’abstrait sur le pragmatique, la neutralité de réception du message sur l’émotionnalité. Le phénomène est d’une importance primordiale, même si, au départ, il ne touche que l’intelligentsia et les milieux dirigeants, la masse restant analphabète… C’est la direction de la vie sociale, l’élaboration de la science et de la culture qui changent ainsi fondamentalement d’esprit. Naturellement, le processus va s’affirmer d’autant mieux que l’instruction se répand. Aujourd’hui que, dans les sociétés avancées, l’homme sait lire et écrire, les moyens de communication font à nouveau, selon Mac Luhan, prévaloir l’« oral ». Et nous observons que cela est vrai : qu’il s’agisse du téléphone, de la radio, de la télévision, de dicter le courrier au lieu de l’écrire, de négocier et de chercher en tous domaines des solutions presque toujours par exposés et dialogues plutôt que par écrit (l’écrit servant d’« aide mémoire » et d’expression d’une conclusion : le procès-verbal), nous vivons intellectuellement sur le plan de l’oral et nous revenons aux processus de pensée antérieurs à la période de prépondérance de l’imprimé et de l’élaboration par l’écriture2.

7Mais la période culturelle antérieure à celle de l’« imprimé » se caractérisait aussi comme celle de l’« image » :images de pierre (sculpture gothique et mosaïque), images de bois, images peintes (icônes) et images gravées. Certes, la grande majorité rurale de la population n’avait guère de contact avec les « bibles » de pierre, de mosaïque ou de fresque, pas plus qu’elle n’aura, jusqu’au XX e siècle, accès aux imprimés. Mais le peuple des villes (qui constituaient des concentrations humaines de plus en plus importantes depuis le haut Moyen Âge) avait pour centre de vie collective les cathédrales. Or la culture et l’histoire même ont toujours été l’œuvre des villes : le facteur urbain seul fut le cadre de l’évolution humaine et de ses progrès. Le milieu rural, comme tel, ne fournit jamais que du folklore, de la superstition, de la « jacquerie » et, il est vrai, une certaine sagesse… Le peuple des villes ne savait pas lire. C’est pourquoi les « images », prestigieusement insérées dans le « temple », commentées par la parole des prêtres, lui apportaient, surtout par symboles, un fond culturel et de sagesse inspirée par la religion. Il s’agissait donc bien là d’un fait déterminant pour l’évolution de l’humanité occidentale.

8Or, aujourd’hui, avec les moyens de communication de masse, réapparaît la prééminence de l’image : T.V., cinéma, publicité, bandes dessinées, arts graphiques. Et même le regain d’engouement pour le théâtre, le ballet et l’opéra s’explique par le fait que ces moyens d’expression s’adressent à l’homme par la parole dite ou chantée et par l’image du décor et du geste. Bien sûr, nous n’ignorons pas que l’efflorescence du théâtre peut se situer aux XVII e, XVIII e et XIX e siècles, celle de l’opéra de la fin du XVIII e à la guerre de 1914-1918, celle du ballet à la fin du XIX e et au début du XXe. Certes, mais ces spectacles concernaient alors essentiellement des « élites » privilégiées. Aujourd’hui c’est le « grand public » – formation sociale créée au creuset des métropoles modernes – qui s’y intéresse de plus en plus.

9Quoiqu’il en soit, après la parenthèse culturelle de la domination du livre, nous rentrons dans un nouveau moyen âge – cette fois hautement technique – où l’image et l’expression verbale de la pensée reprennent une place prépondérante, en dépit de la diffusion de la presse imprimée et des livres, spécialement « de poche ». C’est si vrai que l’écrit lui-même tend à imiter les formes de séquence et les moyens d’expression du cinéma. D’ailleurs l’imprimé à grande diffusion, sous forme de livre ou de périodique, use de plus en plus d’illustrations (pour ne pas parler de cette littérature primaire : les « romans-photos » ou « romans dessinés »). Ces faits culturels (prédominance de l’oral – auditif et de l’image) tendent à restaurer un état social communautaire (spontanéité affective, solidarité psychique, comportements non rationnels) qui compense sans doute certains aspects de la prépondérance des relations secondaires. Il n’empêche que cette situation rétablit l’influence de l’irrationnel et diminue celle du calcul abstrait dans la vie sociale. Mac Luhan parle du retour à une mentalité tribale, mais relative à de vastes étendues.

  • 3 « Les Sociétés en changement », Le Temps du changement, op. cit., p. 10-18.

10Toutefois, quand on parle d’un nouveau moyen âge, avec retour à l’esprit tribal (fût-il à la dimension de l’humanité entière), il convient tout de même de ne pas l’identifier mentalement au Moyen Age historique. Ce serait là un grave contresens. En admettant même un instant que le progrès technique ne soit que de l’ordre des moyens et non des fins, il reste que la mentalité de l’homme actuel ne pourrait être semblable à celle de l’homme du XII e ou du XIII e siècle. Notre interprétation de l’esprit traditionnel, tout au début du présent chapitre3, suggère déjà cette différence. Mais le point décisif, c’est que l’homme des sociétés industrialisées sait lire et écrire. Il a été formé à ces activités sensoriellement et intellectuellement. L’humanité médiévale, dans sa grande majorité, même pour ce qui est des classes dominantes, ne savait ni lire, ni écrire. Or cette différence est essentielle et ne se trouve évidemment pas supprimée par la seule prépondérance de l’oral et de l’image sur le visuel et l’imprimé. Mac Luhan lui-même met en évidence les caractères propres aux sociétés sans écriture où domine nécessairement le sens auditif et où l’homme vit d’une manière globale son rapport avec le monde. Il montre que la prédominance du sens visuel commence avec l’alphabet phonétique. L’oreille, dit-il, opère en termes chronologiques et sonde la réalité en profondeur ; l’œil opère en termes spatiaux et appréhende la réalité en surface. Mais l’homme à prépondérance « auditive », s’il a appris à lire et à écrire, s’il utilise aussi lecture et écriture, est différent de l’homme analphabète. Pour résoudre les problèmes qui se posent à lui, l’homme qui sait lire et écrire procède systématiquement à une dissection rationnelle. L’analphabète agit par intuition globale. Devant une difficulté inédite, il ne recourt pas à l’intelligence analytique, mais à la mémoire : ce qu’il faut, c’est un « précédent », une situation semblable qui lui servira de modèle d’action. De là, dans les sociétés sous-développées et dans les sociétés médiévales, l’usage d’innombrables dictons – véritable code de comportements coutumiers – qui ont, depuis l’alphabétisation, disparu de nos pays, si ce n’est comme jeu dans la conversation. Cette différence correspond à des types humains globalement dissemblables. Leur compréhension mutuelle, leur « dialogue », en un mot leur communication sont malaisés. Cette difficulté fut un ressort du comique théâtral et romanesque dans la société française de l’Ancien Régime, où l’on opposait la mentalité naïve, mais spontanée et nourrie de bon sens, du paysan illettré à celle de l’homme cultivé mais « sophistiqué » des villes. Que l’on songe à Marivaux, par exemple.

11S’il en est ainsi, l’homme moyen de notre époque se trouve dans cette condition nouvelle où le fait d’avoir été formé à l’écriture et à la lecture, ainsi que d’en user encore régulièrement, se combine avec un système de communication où le « verbal » et l’image dominent.

12La première phase de l’industrialisation, intellectuellement fondée sur l’imprimé (en gros jusqu’au cours de l’entre-deux-guerres), favorisait la prépondérance des relations sociétaires (voulues, à solidarité faite d’interdépendance, fondées sur le calcul rationnel, d’esprit contractuel). Les rapports économiques en étaient le prototype. Ce modèle de relations se substituait massivement au modèle traditionnel des relations communautaires ; sans les supprimer toutefois. La mode (c’était particulièrement clair pour le vêtement) prenait progressivement la place de la coutume, la doctrine celle de la croyance. L’évolution paraissait si nettement marquée que Tönnies, en 1887, dans son livre Gemeinschaft und Gesellschaft, croyait pouvoir prédire que le système social moderne deviendrait sociétaire. Le fascisme et le communisme allaient démentir cette prédiction…

13Mais aujourd’hui, la mutation des communications de masse (avec la prépondérance de l’oral et de l’image) tend à réintroduire dans la culture – pour des causes autres que politiques et psychologiques – des traits communautaires : spontanéité affective, solidarité psychique, comportements non rationnels. De là, l’ambiguïté de notre culture, de plus en plus orientée d’une part, au niveau individuel, par la prépondérance du « couple », sous forme de famille nucléaire fermée. La personne humaine se trouve sollicitée, dans le premier cas, par la rationalité fonctionnelle, et dans l’autre, par la sexualité spontanée. Sexe et raison, irrationalité « sauvage » et calcul coexistent et se succèdent dans la personnalité de base selon les circonstances sans encore se fondent dans une synthèse. De là, les caractères d’anxiété et de frustration de notre culture dans sa phase actuelle. La raison, en somme, s’affirme en se spécialisant dans la recherche scientifique, les applications techniques, l’efficacité des organisations. Elle tend moins à guider individuellement les conduites, à être une « sagesse ». Rationalité globale, irrationalité individuelle. Paradoxe culturel.

Haut de page

Notes

1 Marshall MAC LUHAN, La Galaxie Gutenberg, Paris, Mame, 1967.

2 La haute consommation de musique sous ses diverses formes marque, elle aussi, la prépondérance sensorielle de l’ouïe.

3 « Les Sociétés en changement », Le Temps du changement, op. cit., p. 10-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Janne, « Communications de masse », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 81-85.

Référence électronique

Henri Janne, « Communications de masse », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/393

Haut de page

Auteur

Henri Janne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals