Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Personnalité humaine et culture

Henri Janne
p. 87-91
Référence(s) :

Le Temps du changement, Verviers, Marabout Université, 1970, p. 160-167.

Texte intégral

Culture

1La culture occidentale et ses valeurs spécifiques sont en pleine crise. La religion a longtemps été pour beaucoup d’hommes le recours à la sécurité, à la protection morale. Mais, foncièrement et formellement, les Églises se sentent en contraction avec les modes de vie de la société de consommation : les rapports religieux primaires (ceux notamment des communautés locales) se distendent comme les autres, au moment même où, pour trouver un milieu compensatoire à celui des « organisations », de l’information massive et de la promiscuité superficielle de la vie urbaine, les croyants aspirent à des liens plus étroits. Les Églises, certes, essaient de s’adapter à la société nouvelle : à cet égard, l’adoption par l’Église catholique des langues modernes, à la place du latin, est très caractéristique. Mais l’ambiguïté du christianisme éclate aujourd’hui au grand jour. Et c’est le vrai problème. Un étudiant catholique nous tenait à peu près ce discours, il y a quelques années déjà :

L’idée du Dieu chrétien a couvert et couvre aujourd’hui les plus hautes valeurs morales, mais aussi les plus inhumains fanatismes, la plus belle solidarité et les pires persécutions physiques et morales, l’altruisme le plus élevé et le plus solide égoïsme (de caste, de classe ou de race), la démocratie et le totalitarisme. Dieu contient implicitement, selon la situation des sociétés, l’Inquisition ou saint Vincent de Paul, la révocation de l’édit de Nantes ou Mater et magistra. Dans les guerres, Dieu est avec tous les belligérants : il est avec les Anglais et avec les Allemands. Saint François d’Assise parle en son nom, mais des prêtres bénissent les meutes. Ces considérations m’ont conduit à repenser la place historique du christianisme dans notre civilisation. J’ai cru longtemps que cette civilisation était essentiellement chrétienne. Or, il apparaît, en notre ère scientifique, que la spécificité de cette civilisation est au moins autant dans la démarche rationaliste, qui a fondé la science moderne au cours de la Renaissance. Il y a aussi le cheminement du socialisme, de Spartacus à Karl Marx, le grand courant de la révolte sociale. Alors, que signifie être chrétien aujourd’hui ? Où donc trouver refuge ? Que fait réellement l’Église pour rendre la société moderne habitable par l’homme ?

2Nous n’avons pas offert à ce jeune homme le refuge socialiste, car ce courant de pensée souffre de la même ambiguïté que l’Église : l’opposition tragique entre la « foi » et les œuvres.

3Mais ne resterait-il pas comme valeur sûre la culture elle-même, l’attachement aux grands penseurs de l’Occident, la vie intellectuelle que peuvent nourrir les grandes littératures européennes ? Il serait cruel ici d’insister sur le désarroi des « littéraires » et des « philosophes », voire des sociologues, qui se sentent déclassés dans l’échelle des valeurs d’un monde scientifique et ne trouvent – à moins de génie – que l’exutoire de l’enseignement, dont les fonctions sont professionnelle- ment diminuées et dont le contenu, lorsqu’il est littéraire, est de moins en moins apprécié par la jeunesse, surtout s’il relève de la tradition classique. Ces hommes cultivés rendent bien à la société le mal qu’elle leur fait, en participant aux rébellions universitaires…

  • 1 Ces « arts » tendent à se substituer à la pratique des sports traditionnellement européens : par ex (...)

4Quand une culture s’affaiblit, c’est-à-dire qu’elle se coupe de ses racines parce que son mode d’existence a perdu tout lien avec elles, alors on assiste à l’invasion de modèles culturels étrangers. L’empire romain connut longuement cette phase. C’est aujourd’hui le cas des sociétés occidentales. Le mode de vie des hippies, dont les « congrès » sont les plus nombreux du monde, constitue une résurgence des cultures du « moment présent », ainsi que les a définies Ruth Benedict, avec ses deux variétés : l’une dionysienne, dynamique et violente (les Indiens cavaliers de la plaine), l’autre apollinienne, statique et sereine (les Indiens Pueblos agriculteurs). De même, les cultures orientales de l’« accomplissement » exercent une influence accrue : le bouddhisme, le Zen, la philosophie hindoue, des ascèses comme le yoga, des « disciplines » comme les « arts martiaux » asiatiques (judo, aïkido, karaté, kendo)1. Et enfin, il y a l’étranger sous la forme de l’étrange ; l’« étranger », car il s’agit de catégories culturelles refoulées et réprimées par l’Occident, qui les catalogue au « musée des horreurs » : sorcellerie, ésotérisme, sadisme, panthéisme naturaliste, magie. Ce monde culturel souterrain affleure en suscitant d’inquiétants vertiges. Signe certain que notre culture est mise en question ? Des hommes cherchent donc n’importe quoi d’autre que les finalités de la société actuelle. En conclusion, la personne humaine est menacée, comme va le monde, de s’aigrir dans la frustration, née de l’idéologie de la consommation, et de ce rôle de Tantale que lui fait jouer la publicité. Néanmoins, la société crible l’individu de stimuli séduisants et tend à le conditionner. Dans la mesure où l’homme entre dans ce conditionnement, ses besoins, intériorisés par des mécanismes auxquels il ne prend part que pour les subir, lui deviennent étrangers. À l’aliénation traditionnelle dans le travail s’ajoute ainsi l’aliénation nouvelle dans la consommation.

5D’autre part, l’irrationalité prend une place de plus en plus large dans la démarche intellectuelle de l’individu, parce que l’oral et le visuel, portés par les moyens de communication de masse, l’y incitent, mais aussi parce que les réactions, les soubresauts contre les conditionnements prennent tout naturellement une forme « sauvage ».

6Inclus dans de vastes organisations où règnent des rapports de type social « secondaire », l’individu se dépersonnalise, car l’absence de recours à la personne atrophie celle-ci : elle ne se réalise plus suffisamment. L’individu perd l’affectivité et la sécurité que lui dispensait une vie quotidienne (famille large, communauté locale) faite de relations primaires. Il tend à devenir objectivement anomique et isolé, en quelque sorte déraciné. Aussi se développent des réflexes d’indifférence, de négligence et de retrait (le dernier refuge « primaire » : le couple). Encore une fois, toute prise de conscience se traduit par des révoltes « sauvages » contre les « appareils » des organisations. Mais des formes de retrait plus totales se répandent, conjuguées avec l’invasion de valeurs appartenant à des cultures étrangères ou souterraines.

7Telle est l’aventure, heureusement non achevée, mas qui tout de même menace l’homme de notre société.

Jeunesse

8Mais ici, nous nous trouvons devant un facteur ambivalent, qui mérite que nous nous y arrêtions, car il revêt une importance majeure : la jeunesse. Les jeunes forment de plus en plus une subculture, une culture bien à eux, donc un milieu cohérent plus difficile à saisir et à approcher en vue d’une action. S’il en est ainsi, c’est que la société de consommation a vu dans les loisirs de la jeunesse et dans son pouvoir d’achat (dû à la libéralité des familles, telle qu’elle s’inscrit dans les mœurs), l’ouverture d’un vaste marché. Cette libéralité n’est, en vérité, que la contrepartie de la longue dépendance des jeunes qui restent plus longtemps aux études, mais deviennent plus mûrs plus vite pour des raisons physiologiques (abaissement de l’âge de la puberté) et par leur information massive au sujet de tous les problèmes (toutefois cette maturité est en partie apparente, car elle n’est liée à des responsabilités). Ce sont la publicité et l’orientation donnée par la production elle-même qui ont créé un genre de consommation, et par là un mode de vie particuliers à la jeunesse. En constituant ce milieu pourvu de loisirs et gros consommateur de produits culturels (musique, spectacle, sport, tourisme, véhicules, boissons, gadgets), on a engendré une subculture qui s’oppose, par son origine même (un marché spécifique et une classe d’âge spécifique), à la société globale, bien que cette subculture soit incontestablement marquée par celle-ci. Il y a ici une ambiguïté : ce milieu culturel est hautement conditionné par la société de consommation, mais sa spécificité et son caractère fermé l’opposent à cette société. Il n’en reste pas moins que l’univers compact des jeunes, extérieurement tranché mais intérieurement opaque, avec sa libération sexuelle, son image nouvelle de la femme, son éthique en même temps libre et rigoureuse (« tout est permis » ; « il y a des choses qu’on ne fait pas »), en tout cas authentique, est le milieu même où se forge l’avenir, dans toute la mesure où, devenus adultes, ces jeunes conserveront quelque chose de ce passé. Bien sûr, il faut noter que la subculture des jeunes n’est pas absolument homogène : le milieu étudiant, le milieu des jeunes ouvriers, le milieu des jeunes employés dans le tertiaire se différencient plus que par des nuances. C’est en effet, dans chaque cas, un mélange des caractéristiques générales de la subculture « jeunesse » avec des traits spécifiques de chaque milieu familial, qui connaît ses formes propres de conflit des générations, et avec des valeurs sexuelles, culturelles et morales différentes selon les catégories sociales. C’est du moins ce que suggèrent aujourd’hui les connaissances incom- plètes et imparfaites sur cet important sujet. De toute manière, le problème de la jeunesse, c’est-à-dire de son entrée positive dans la société, que ce soit pour la transformer radicalement en une société autre (nous disons en une « société » non en un « chaos anarchique »), ou que ce soit pour améliorer et corriger la société existante, dépend de la possibilité de lui offrir des « raisons de vivre ». Celles-ci résident certainement ailleurs que dans le devoir de produire pour consommer et de consommer pour faire fonctionner le système. Il doit aussi être possible d’offrir à la jeunesse une « cause » plus élevée que le succès conformiste dans une carrière. Il faut aussi que la jeunesse ne se sente pas instrument et objet, mais qu’elle puisse disposer d’elle-même et s’exprimer authentiquement. Ceci n’est qu’une indication provisoire, car nous terminerons ce chapitre par des considérations sur les finalités globales de la société.

L’irréductible « je »

9Mais il y a dans l’homme même un grand potentiel d’opposition à tous les conditionnements et à toutes les aliénations. Par nature (peu importe ici qu’il s’agisse de la nature humaine en général ou telle qu’elle émerge de l’histoire des sociétés occidentales), il y a au fond de la psychologie de l’homme un « je » irréductible, qui résiste et s’affirme face aux conditionnements sociaux et aux intériorisations normatives. Ce « je » se traduit par des prises de conscience, des refus, des retraits et des révoltes. Ce « je » a une dimension plus ou moins grande selon l’importance prise par le « moi » : cela varie naturellement avec les cultures. Mais le « je » n’est jamais anéanti, et c’est cela qui compte.

10Bien sûr, quand ce « je » se rebelle sous une pression trop forte, il emprunte, si nous osons dire, les moyens du bord. Ce fut très remarquable dans les « assemblées libres » produites par la contestation du printemps 1968. L’assemblée libre, qui fut un produit de l’irréductible « je », apparaissait avant tout comme le moyen de repousser toute structure. En fait, elle était culturellement aussi un produit de la « dynamique des groupes » et de la recherche de relations humaines spontanéistes et naturelles (technique de la sociométrie de Jacob Moreno). Il y avait là une ambiguïté : d’une part, une praxis révolutionnaire ; d’autre part, l’application de techniques que le système social a inventées et utilisées à ses fins propres pour résorber des situations troublées. « Laissez-les faire, ça les défoulera ! » Révolution et mystification s’entremêlent ici objectivement.

  • 2 Pour la privacy, nous reprenons des données et l’analyse de Moreland PERKINS: « Two Arguments Again (...)
  • 3 « Image de l’homme dans la sociologie moderne : quelques remarques d’ordre méthodologique », in Ima (...)

11Le concept de l’irréductible « je » est à relier à celui de la privacy (intraduisible exactement par un terme français). Relèvent de la privacy les expériences qui ne sont accessibles qu’à l’individu seul. Mais pour prendre conscience de ce « privé », l’individu doit participer à des processus de relations sociales et de communication qui mettent en lumière la spécificité de ce « privé » absolument interne (inner), en l’opposant à ces processus mêmes. Autrui ne peut avoir connaissance d’éléments de notre privacy que par une communication, qui ne comporte rien d’« extérieur » (outer)2. Or la multiplication des relations « secondaires » dans notre société, relations purement fonctionnelles et impersonnelles, est de nature à faire prendre conscience – par effet interne de contraste psychologique – de la privacy, et donc à stimuler l’irréductible « je ». C’est là une dialectique sociologique fondamentale : un choc en retour (un feedback) imprévu du système, qui protège l’humanité profonde de l’homme contre tout système. Jamais rien n’est perdu. En confirmation de cette conception, citons un texte de Zygmunt Bauman : « Les actes humains ne sont pas seulement des “réactions” mais aussi des “procréations”. Si l’on exclut de l’acte humain tout ce qui peut être déterminé par la valeur des variables qui agissent sur l’individu, il reste encore quelque chose. Ce quelque chose ne s’est pas introduit dans le système à partir de l’extérieur, il est la propre création de l’homme. Il différencie tout être humain de n’importe quelle machine et explique pourquoi l’on ne peut prévoir qu’en partie le comportement humain3 ».

Haut de page

Notes

1 Ces « arts » tendent à se substituer à la pratique des sports traditionnellement européens : par exemple, les boxes dites française et anglaise. C’est un indicateur culturel très significatif.

2 Pour la privacy, nous reprenons des données et l’analyse de Moreland PERKINS: « Two Arguments Against a Private Language », in Harold MORICK, Wittgenstein and the Problem of Other Minds, New York, Mac-Graw-Hill, 1967, p. 96-118.

3 « Image de l’homme dans la sociologie moderne : quelques remarques d’ordre méthodologique », in Image de l’homme et sociologie contemporaine, Bruxelles, Institut de Sociologie, 1969, p. 115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Janne, « Personnalité humaine et culture », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 87-91.

Référence électronique

Henri Janne, « Personnalité humaine et culture », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/394

Haut de page

Auteur

Henri Janne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals