Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Crise de l’Université

Henri Janne
p. 93-96
Référence(s) :

Le Temps du changement, Verviers, Marabout Université, 1970, p. 167-172.

Texte intégral

1Si nous faisons une place particulière à ce fait c’est pour deux raisons : d’abord, il s’agit d’une crise universelle, qui affecte plus particulièrement les sociétés néo-capitalistes de consommation et qui les marque d’un signe de « mise en cause » ; ensuite, parce que l’Université constitue peut-être la création la plus spécifique et la plus prestigieuse des sociétés occidentales et qu’au surplus, elles sont l’instrument-clé qui forme leurs cadres dirigeants, engendre les renouvellements d’idées et participe pour l’essentiel aux progrès de la science. On peut dire que, si les fonctions de l’Université n’étaient plus, ou devenaient mal assumées, sans être reprises par d’autres institutions, nos sociétés entreraient à coup sûr en décadence. En frappant l’Université, on frappe au cœur.

2Nous pourrons utiliser ici quelques passages d’un rapport que nous avons présenté à Montréal au Congrès mondial de l’Association internationale des Universités (du 1er au 5 septembre 1970).

Tradition

  • 1 Malheureusement les universités islamiques, les plus brillantes au Moyen Âge, ne devaient pas bénéf (...)

3Hérités d’institutions de recherche et d’enseignement philosophiques de l’Antiquité gréco-romaine, les universités ont pris leur forme propre dans le contexte religieux de l’Occident chrétien et de l’Orient islamique1. D’emblée et sans discontinuité dans le temps, mais avec des « passages à vide », elles se sont consacrées à la conversation, à l’explication et à l’enseignement des connaissances théoriques (le studium generale du Moyen Âge) en les embrassant comme une totalité. D’autre part, l’Université, dès son origine, se trouvait établie comme une communauté de « savants » et d’étudiants, tendant à s’administrer elle-même d’une manière indépendante. L’accent fut donc mis plutôt sur la transmission et, tout au plus, l’explication – même raffinée – d’un patrimoine de « vérité constituée » que sur la recherche, plutôt sur le caractère universel et culturel du savoir que sur sa spécialisation et son utilisation pratique, plutôt sur l’autonomie (jusqu’à l’exterritorialité) de l’Université que sur son rôle dans la société et sur les services qu’elle peut lui rendre.

4Ces traits – universalité, communauté, immunité – ont définitivement caractérisé à des degrés divers il est vrai, l’idée même de l’Université. Et il en est ainsi, quelles qu’ait pu être l’évolution ou la révolution de certaines universités à l’époque contemporaine. Il y a là une tradition – portant avec elle un style – qui affecte toute institution de l’espèce, même nouvelle, dès qu’elle entend prendre rang comme université.

Contradictions

5Mais les universités de notre temps sont plus ou moins soumises, selon leurs conditions propres, à des tensions contradictoires. Celles-ci ont éclaté en vagues de violences qui ont touché beaucoup de points géographiques du monde néocapitaliste. Partout règne, en tout cas, un malaise de l’Université. Quelles sont les contradictions actuelles de l’Université ? Tout d’abord, elle tend à s’intégrer dans le système éducatif général mais, en même temps, chercher un développement autonome. En termes institutionnels, la tension se joue entre le « contrôle public » et l’« autonomie » ; en termes économiques, entre la « demande sociale » (démocratisation des études) et la « demande économique » (une certaine structure socio-professionnelle) : l’Université tend à accueillir toute la classe d’âge concernée, mais se voue aussi à la formation d’une « élite ». En termes de mode de sélection des étudiants, cette tension joue entre « orientation et guidance » et « sélection traditionnelle ». Pour l’admission, les deux pôles sont la « liberté d’accès » ou le « numerus clausus ». C’est, au départ, l’opposition de la « quantité » et que la « qualité » ; mais la « quantité » permet, au cours des dernières années d’études, une sélection sur une base plus large ; elle est donc plus complète et plus fructueuse : elle peut se traduire par un « troisième cycle » de valeur. Pour la gestion interne, les deux pôles sont « démocratie » de la communauté et « technocratie » des maîtres. En vue de la formation professionnelle, la tension s’exerce entre « spécialisation » et « polyvalence ». Deux fonctions y luttent pour la prépondérance : l’enseignement et la recherche scientifique. Deux finalités s’opposent et se complètent en même temps : l’humanisme universel et le développement économique, la culture générale désintéressée et la formation pragmatique en fonction d’une profession. Deux valeurs déterminent une action ambivalente : les plus élevées des traditions et les plus futuristes vues du progrès. La toge et le diplôme honoris causa proclamé en latin appartiennent à la même institution qui installe un cyclotron ou un laboratoire de génétique. Enfin, l’Université est conçue comme simultanément mise au service de la société ainsi que de sa culture, et comme exerçant une « fonction critique ».

Fonction critique

6Les interprétations sont ici très diverses. Les uns veulent se servir de l’Université comme d’un tremplin d’agitation dirigée contre la société dite néocapitaliste ou de consommation. À cette fin, ils visent à désarticuler et à détruire l’Université comme institution d’enseignement, pour la transformer en foyer révolutionnaire, en « base rouge », en arsenal d’où sortiraient des instruments activistes et critiques assez puissants pour ébranler la société. L’Université serait ainsi facteur de révolution politique. D’autres veulent démocratiser l’Université pour qu’elle devienne un centre de pensée dégagé de l’influence de la société globale et bien aimé pour en faire systématiquement la critique idéologique. L’Université, centre de contestation, serait ici facteur de révolution culturelle.

7D’autres encore voudraient faire vivre authentiquement les libertés universitaires pour préserver – dans une société menacée de conditionnement par les mass media, par la publicité commerciale et par la pression bureaucratique des grandes organisations de la vie moderne – un centre de critique objective et scientifique, qui soit capable de renouveler positivement et constructivement les structures sociales. Une telle action ferait de l’Université un facteur permanent de réforme.

8D’autres enfin ne voient dans l’Université qu’une institution de « service » à la société « telle qu’elle est » et qu’il faut considérer comme un « donné » qu’il n’appartient pas à l’institution comme telle de discuter. Par la qualité de ses services – notamment les résultats de sa recherche scientifique et la valeur opérationnelle et adaptative des cadres et des spécialistes qu’elle produit – l’Université, dans cette conception, joue un rôle d’amélioration des relations sociales, mais sans chercher à mettre en cause leurs principes et valeurs sous-jacentes. Une telle action fait de l’Université un facteur permanent de conservatisme éclairé. C’est la position de beaucoup d’universités américaines qui croient, explicitement ou implicitement, à la valeur de l’American way of life, des universités des pays socialistes et de beaucoup d’universités du Tiers-Monde. Leur fonction est cependant « critique » en ce sens qu’elle tend à mieux expliciter la définition des fins – sans les mettre en cause – dans un esprit perfectionniste, et qu’elle s’applique sans restriction aux moyens techniques d’atteindre ces fins. Rapprochement culturelle- ment curieux : cette conception rejoint celle des « contestataires » les plus radicaux, car elle consiste à considérer en fait l’Université plutôt comme un moyen que comme une fin. Mais les contestataires radicaux veulent la désorganiser pour en faire une base d’attaque contre la société, et les autres l’organiser au mieux pour servir celle-ci ; ils veulent utiliser l’Université, les uns contre la société et les autres pour elle.

9Ce débat primordial pour une culture ébranle profondément l’institution universitaire, qui est peu apte à résister à la violence lorsqu’elle se déchaîne en son sein.

Violence

10Institution « ouverte » et sans force de police, institution dont le réflexe traditionnel d’autonomie – qui garde en lui la nostalgie de l’exterritorialité – s’oppose à l’appel à la force publique, l’Université est particulièrement vulnérable (la contestation l’a montré) aux entreprises de minorités, mêmes faibles, pourvu qu’elles soient décidées à abattre les barrières du « respect » et du « prestige » hiérarchiques qui ont longtemps été suffisantes pour garantir l’ordre intérieur, mais qui paraissaient aujourd’hui dérisoires… Il suffit en effet, d’un simple « refus » radical… Bien sûr, il y a une riposte : précisément l’appel à la force organisée de la société. Mais qui ne voit qu’il y a là une forme de dépendance et un acte d’intégration à la société globale ? De manière telle qu’apparaît ici le paradoxe d’une certaine « contestation » radicalisante : par son interprétation « activiste » de la fonction critique de l’Université, elle crée des conditions qui en compromettent la base même, car elles mettent en cause l’autonomie de l’institution. Il est bon de dénoncer les « violences policières » et tout intellectuel y réagit par un senti- ment d’autonomie – cette autonomie que toute force physique menace potentiellement. Mais ce sentiment ne peut être exploité pour avaliser toute forme de provocation systématique. L’Université devrait-elle donc renoncer à ses fonctions d’enseignement, de recherche et de remise en question de toute vérité ? Car la science vraie ne peut être que cela : elle ne serait pas si des vérités « acquises » pouvaient être considérées comme définitives ou si des « dogmes » pouvaient s’imposer par la force, ou du moins se soustraire à toute discussion libre. L’institution doit-elle renoncer à faire régner les « libertés universitaires » dans un pluralisme tolérant et laisser le monopole de la critique à certains groupes plus « intimidants » – voire plus violents – que d’autres ? Elle sait que toute violence pratiquée chez elle et à son propos l’abîme incontestablement… Mais laquelle des deux violences accepter ? Elle choisit en général celle qui lui apparaît comme la plus momentanée, celle de la police qui « se retire » une fois l’ordre établi, plutôt que celle qui veut « s’installer »… Voilà le « choix » auquel elle est quelquefois acculée aujourd’hui par la force des choses… choix qui règle des situations critiques mais qui ne résout pas les problèmes d’où est née la maladie de l’Université, qui est aussi celle de toute une société. Une Université ne peut cependant trouver qu’une seule légitimation à la répression, c’est le caractère authentiquement démocratique de ses modes de gestion.

Haut de page

Notes

1 Malheureusement les universités islamiques, les plus brillantes au Moyen Âge, ne devaient pas bénéficier de la révolution culturelle de la Renaissance et ensuite de la révolution industrielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Janne, « Crise de l’Université », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 93-96.

Référence électronique

Henri Janne, « Crise de l’Université », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/398

Haut de page

Auteur

Henri Janne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals