Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Critique de la démocratie

Henri Janne
p. 97-106
Référence(s) :

L’Antialcibiade, Bruxelles, Office de Publicité S.C., 1946, p. 32-44.

Texte intégral

1Sans doute la démocratie est-elle le seul système de gouvernement qui puisse se prévaloir d’une légitimité permanente. Mais cela ne signifie pas que, tout comme les deux autres formes qui lui sont opposées, elle ne porte pas en elle des défauts qui lui sont propres. Et il ne s’agit pas ici de ce glissement vers la démagogie auquel elle est seulement exposée, alors que le gouvernement d’un seul se trouve presque fatalement entraîné au naufrage de la tyrannie belliciste, et l’« aristocratie » au repli dans la dictature la plus oppressive. Non, il s’agit des défauts inhérents aux règles du jeu démocratique, défauts qui, dans certaines conditions, s’amplifient au point de menacer ce régime, d’une décadence irrémédiable.

2Il y a donc lieu d’examiner ces défauts, de faire la critique de la démocratie. Celle- ci n’est pas un système politique parfait – il n’y en a point – : elle est le système le meilleur ou, si l’on veut, le moins mauvais parmi d’autres nettement inférieurs.

3Et tout d’abord, il y a l’électoralisme. Comme le peuple, surtout dans les grandes nations modernes, ne peut gouverner lui-même, il faut bien qu’il délègue ses pouvoirs à des hommes qu’il choisit. En démocratie, le suffrage ne saurait être – par définition – qu’universel : ce régime postule donc l’organisation périodique d’élections générales. Théoriquement, le peuple devrait désigner les candidats les plus capables d’exercer leur mission de législateurs et de contrôleurs éclairés de l’action gouvernementale, ceux qui possèdent la conscience la plus élevée de leurs devoirs envers la collectivité et envers leurs mandants. Or, la théorie, largement confirmée par l’expérience, montre que tel ne saurait être le cas : est, d’une manière générale, élu le candidat qui parle le mieux au peuple. L’art de parler au peuple est essentiellement fait d’une capacité spéciale d’enchaîner des paroles en symbiose affective avec l’auditoire. Il ne postule aucune capacité quelconque, ni aucune qualité de caractère : heureusement, il ne les exclut pas non plus. Toute- fois, force est bien de constater que les qualités d’orateur populaire, dans la majorité des cas, ne sont pas précisément de celles qui font normalement bon ménage avec la vraie valeur intellectuelle ou technique. Les orateurs populaires sont souvent, dans la vie courante, ce que l’on appelle des « parleurs » : les mots pré- cèdent leur pensée. Dans toutes les occasions de la vie courante, dans la rue, au café, dans les tramways, ils suscitent autour d’eux, grâce à leur don, de petits cercles d’auditeurs. C’est même la constatation de cette aptitude qui oriente ce genre d’esprits vers les carrières politiques. Mais cette aptitude exercée avec succès et donc fréquemment – l’homme s’adonne avec prédilection aux exercices où il excelle –, écarte ces « orateurs » des activités méditatives, techniques et positives, précisément celles qui forment d’une manière efficace le vrai « politique ». Nous savons bien que l’histoire abonde en exemples d’hommes d’action, de grands hommes d’État, qui étaient aussi des orateurs populaires de valeur ; il n’empêche que dans la moyenne des cas, nos réflexions sont conformes à la réalité.

4Heureusement d’ailleurs, la parole n’est pas le seul moyen d’action électorale. Ce fait explique que tout de même les Parlements démocratiques contiennent une bonne proportion de députés qui ne sont pas de simples « parleurs » et qui, même, ne sont que de très médiocres orateurs populaires. L’influence des « parleurs » ou plutôt leur manque d’efficacité dans la direction de la chose publique, n’en reste pas moins une nuisance fondamentale en ce qu’elle stérilise les débats, les abaisse aux lieux communs les plus médiocres. Trop souvent même cette influence est nettement pernicieuse parce qu’elle fait prévaloir une atmosphère de passion déchaînée à propos des intérêts injustifiables de quelque catégorie d’électeurs.

5Mais il y a aussi – et ceci compense en partie cela – le prestige de personnalités locales qui se sont imposées par les services rendus en matière de syndicalisme, d’organisation professionnelle ou de bienfaisance. Il y a aussi les hommes qui se sont mis en vedette par leur réussite économique, source de prospérité régionale, à moins que ce ne soit par la générosité compréhensive avec laquelle se trouve être traité le personnel de leurs entreprises… La création d’institutions mutualistes ou coopératives, d’associations améliorant le style de vie d’une région, ou, encore, le rayonnement du dévouement modeste d’un médecin, le souvenir glorieux d’une carrière de pionnier colonial ou de soldat, l’attitude de résistance à une occupation étrangère sont aussi à l’origine de la carrière politique de maints représentants du peuple…

6Il y a encore le souci des partis qui se piquent de composer leurs listes électorales, de candidats représentant les aspects les plus divers de la vie sociale : il est vrai que les « polls » et les comités portent en tête de liste des « parleurs ». Par bonheur, s’y portent aussi des personnalités qui s’imposent. Enfin, il y a le fait que beaucoup de candidats confient leur campagne électorale aux bons soins d’agents ou d’amis politiques ayant les qualités de verbe qui leur font défaut. Ce procédé, s’il permet en principe d’assurer l’élection de personnalités offrant des garanties autres que purement verbales, ouvre la porte toute grande à l’un des plus graves abus de la démocratie : il suffit à un groupement économique, de mettre le prix nécessaire à la réussite d’une campagne électorale menée par des professionnels, pour « entrer au Parlement »… Quand la parole de ces professionnels – qu’elle soit dite ou formulée de façon lapidaire en tracts et affiches, n’y change pas grand- chose – paraît d’une efficacité douteuse, il arrive que tous les moyens de corruption et de pression que confère l’argent, soient mis en œuvre. Et ainsi, on crée des députés qui pour n’être que rarement des « parleurs », ne représentent que fictivement leurs électeurs. Ceci est pire que cela.

7On ne saurait nier que, dans tous les Parlements, il se trouve régulièrement des voix pour défendre les intérêts – presque toujours opposées à l’intérêt général – de certaines « puissances économiques »…

8Le deuxième défaut de la démocratie réside dans le jeu des partis. En démocratie, il est normal et même souhaitable de voir les citoyens partageant des conceptions semblables en ce qui concerne la conduite de l’État, se grouper pour clarifier leurs idées et les faire prévaloir en usant des possibilités offertes par les institutions politiques. Une démocratie ne pourrait pas vivre sans partis. Ces associations groupant les citoyens qui s’intéressent le plus à la chose publique et y consacrent une partie de leur temps libre, exercent une influence légitime : elles représentent moralement – en principe, tout au moins – l’élite de ceux qui estiment que la démocratie comporte des devoirs de participation à la vie politique. Le rôle éducatif des partis est indéniable ; leur presse, leurs conférences, leurs activités si multiples, initient non seulement leurs membres, mais le grand public si mal formé politiquement, aux problèmes du gouvernement. Sans les partis, la masse électorale ne serait qu’une foule prête à tous les entraînements et certaine- ment incapable de dégager des directives en vue de la gestion d’une nation moderne.

9Tel est le bon côté des partis, tel est leur rôle capital qui les rend indispensables. Mais établissons leur passif. Composés, à l’origine, d’hommes désintéressés et soutenus seulement par leur attachement profond à quelques idées, les partis deviennent bientôt le centre de ralliement de tous les ambitieux qui veulent faire une « carrière politique », ou, ce qui est plus grave, obtenir par la politique, c’est- à-dire grâce à l’influence du parti et de ses chefs – leurs « amis » – des « places » ou des avantages économiques d’ordre divers. L’agent électoral veut devenir « marchand de tabac », chef de bureau au Ministère, secrétaire communal, garde-barrière ou professeur. Ou encore, il compte obtenir des licences pour importer du blé ou des automobiles, à moins qu’il ne limite, modestement, ses désirs à des titres de transport gratuits sur les chemins de fer. Le gros industriel qui « sou- tient » un parti, exercera sur « son » Ministre une vive pression pour que le Gouvernement décide de dresser une barrière douanière hautement protectrice… d’intérêts particuliers, à moins qu’il ne « préconise » des formules en vue du sauvetage d’industries menacées par la crise, au nombre desquelles figure naturelle- ment la sienne… Mais n’exagérons pas : la rivalité des partis – leur mutuel contrôle et celui de la presse – rend heureusement impossibles les passe-droits trop scandaleux ou les faveurs trop importantes qu’un parti unique a toute licence de se permettre impunément… Il y a, en démocratie, des limites, une « règle du jeu » tacitement établie et généralement respectée, considérée comme monnaie courant de la vie des partis : c’est un régime d’abus acceptés comme inévitables, et dont les mœurs fixent assez exactement les bornes qu’il est dangereux de dépasser. En somme, pour se former, les partis ont fait appel à l’idéal ; pour durer et s’accroître, il n’est que trop vrai qu’ils s’appuient avant tout sur l’intérêt. Ils se sont transformés en « boutiques ».

10Autre aspect de la question lié d’ailleurs au précédent : à l’origine, les partis apparaissaient uniquement comme un moyen, moyen de réaliser des conceptions politiques. Or, ils sont devenus, en eux-mêmes, une fin : ce ne sont plus les idées incarnées par le parti qui constituent l’essentiel, mais le parti lui-même, la solidité de sa structure et sa « prospérité », à savoir ses succès électoraux ou, plus simple- ment, l’influence que lui confère sa tactique parlementaire.

11La démocratie s’est transformée en une lice où s’affrontent les clubs comme des maisons rivales. L’intérêt du parti, au sens matériel, prime l’intérêt général.

[…]

12Les nécessités et servitudes de l’électoralisme auxquelles un parti qui n’a pas le goût du suicide ne saurait se soustraire, les intrigues de partis et les luttes parlementaires, ont produit une conséquence d’ailleurs inéluctable : le niveau moral de la vie politique est extrêmement bas et, en tout cas, inférieur à celui de la vie courante. La règle fondamentale de l’action politique, c’est que la fin justifie les moyens. Et il y a une équivoque dans le fait que le triomphe des fins du parti se confond, en théorie, avec le triomphe des hommes qui représentent ses idées, de sorte qu’en politique, tous les actes d’intérêts personnel sont présentés de bonne ou de mauvaise foi comme accomplis au nom de l’idéal du Parti : le cynisme est mal porté en politique. L’homme politique s’imagine volontiers qu’il est une caution pour l’idée de son parti ; là où il se hisse, il hisse automatiquement le drapeau du Parti. Le résultat le plus certain de cette confusion dans l’atmosphère initiale créée par l’électoralisme, c’est que des attitudes, des acceptations et des reniements, des actions injustes et des promesses non tenues qui paraîtraient aux yeux mêmes de leurs auteurs comme absolument indignes en tout autre milieu, sont monnaie courante dans la vie politique : on ne ment pas, on ne renie pas pour soi, mais pour le noble idéal du parti ; en fait, on se pousse aux « leviers de commande ». Promettre et ne pas tenir, n’est sans doute pas prôné (le cynisme, répétons-le, est mal porté en politique), mais est tacitement accepté quand il s’agit d’une promesse électorale, c’est-à-dire de l’intérêt public, de l’intérêt général ! Si les promesses électorales ne doivent pas être tenues, comment s’étonner du fait que les électeurs n’accordent pas une importance exceptionnelle à l’exercice de leur droit de vote ? Un contrat et une signature en politique sont toujours sujets à révision unilatérale…

13Passons à la presse, souvent qualifiée de « quatrième pouvoir » à cause de son rôle tant d’élément représentatif de l’opinion publique, dont elle est l’interprète, que d’élément directeur, modérateur ou excitateur, de cette opinion. On ne conçoit pas de démocratie sans presse libre : d’abord, celle-ci est le corollaire de la liberté d’exprimer les opinions ; elle répond donc à un droit fondamental. Ensuite, le système du gouvernement par le peuple requiert que celui-ci soit largement informé et que les citoyens puissent examiner les aspects divers des problèmes politiques, pour dégager à leur sujet un avis personnel. Le rôle éducatif de la presse est aussi incontestable que celui des partis. Elle constitue l’instrument essentiel de participation de l’homme moyen à la vie publique. Or, cette participation est, en démocratie, plus un devoir qu’un droit ; l’abstention, en cette matière, livrerait l’État à une minorité assez entreprenante pour s’en emparer… ce qui est arrivé trop souvent aux démocraties dont la majorité des membres s’est déclarée « dégoûtée » de la politique. La presse entretient l’intérêt de l’homme moyen pour les problèmes de la vie publique.

14Ceci dit, relevons les défauts de la presse des pays démocratiques. La presse y est libre, c’est-à-dire que n’importe qui – personne ou groupe – peut entre- prendre la publication d’un journal dans des conditions telles que ses véritables inspirateurs restent inconnus du lecteur. Ce qui est encore plus grave, c’est que n’importe qui peut acheter, sans publicité aucune, un journal, comme on « reprend » une firme commerciale : l’orientation politique pourra en être changée insidieusement sans que le public ait le moins du monde connaissance du transfert de direction qui s’est accompli dans l’ombre. La presse démocratique est libre, c’est-à-dire qu’elle peut, dans des buts politiques, répandre les inventions les plus machiavéliques, les mensonges les plus éhontés quant aux intentions et aux actions du Gouvernement, sans que celui-ci ait d’autre moyen de remettre les choses au point que d’user des journaux qui le soutiennent et des moyens de propagande dont il dispose. Or, le lecteur moyen n’achète générale- ment qu’un seul journal ou, dans des cas plus favorables, seulement les journaux d’une même tendance d’opinion : il y a donc de fortes chances pour qu’il ne connaisse jamais la réfutation des mensonges de « son » journal, de la feuille qui défend ses idées en même temps que ses intérêts et en laquelle il a la plus grande confiance. Si son journal le lui « démontre », il croira que le pays n’est gouverné que par des gens tarés et cyniques, escomptant des profits de la banqueroute de l’État ou s’attachant à en faire supporter les conséquences financières par quelque classe sociale « honnête » et toujours « exploitée » – celle où se recrutent principalement les lecteurs du journal. Si un journal s’attaque à des personnalités, les injurie et calomnie, la réparation judiciaire sera tellement tardive que les victimes de ces procédés auront subi un dommage en fait irréparable et resteront désormais « discutées ». Est-ce à dire qu’il n’y a pas de campagnes salubres par leur violence intransigeante ? Non. La presse a le devoir de stigmatiser les abus et de bannir de la vie publique les dirigeants indignes. Mais autant la vérité est bienfaisante aux institutions dont il faut écarter les aventuriers sans scrupule, autant le mensonge les ébranle profondément et les frappe durement par-delà les hommes innocents qui sont visés.

15Enfin, il arrive dans certaines démocraties que les trusts de la grande presse, dite d’information, constituent des puissances politiques autonomes, jouent le rôle de véritables condottieri formant, professionnellement, des courants d’opinion comme leurs prédécesseurs de la Renaissance formaient des armées de métier. Ils contribuent puissamment à faire ou à défaire les hommes d’État, les gouvernements et les lois, la guerre et la paix, tant est étendue la diffusion des journaux qu’ils « contrôlent ». Les mobiles qui les inspirent ? L’humeur d’un magnat des rotatives, son alliance d’intérêts avec tel homme, tel parti, telle puissance économique. Il y a cependant des cas, aussi nombreux, où les grands journaux d’information ne descendent dans la lice politique que comme éléments modérateurs ou pour lancer, dans les circonstances graves, le caveant consules. Leur tendance, notons-le, est généralement conservatrice…

16Mais passons à une autre critique. L’un des aspects les plus étonnants de la démocratie, c’est l’insuffisance de l’éducation politique qu’elle donne à la jeunesse. Alors que les régimes totalitaires avaient enlevé tout moyen d’exprimer leur opinion aux éléments d’opposition, alors que, grâce à la domination tentaculaire d’un parti unique et d’une police secrète monstrueusement puissante, ils extirpaient tout refus qui ne se dissimulait pas au tréfonds de la conscience, ils s’attachaient, néanmoins, avec un soin jaloux à former une jeunesse fanatiquement dévouée au Chef, au Parti, à la forme de l’État, une jeunesse conditionnée moralement, psychologiquement et physiquement à la vie termitière humaine.

17La démocratie, elle, qui considère l’opposition au Gouvernement comme un droit et qui accepte la critique sous toutes ses formes, se désintéresse, d’une manière générale, de la réelle et profonde formation politique de la jeunesse ! Or, c’est précisément dans les États démocratiques que le manque de sens politique, l’indifférence à l’égard des institutions, l’esprit d’irresponsabilité en matière de vote, l’absence d’une morale politique qui dicte des devoirs, ouvrent le champ à des conséquences catastrophiques qui se résument toutes en une seule : la masse populaire incapable de défendre ses droits est, en même temps, ignorante de ses devoirs. On se demande comment il peut se faire qu’en dépit de cette erreur fon- damentale dans le domaine de l’éducation, les démocraties les moins solides se soient tout de même révélées les plus durables que les régimes totalitaires qui paraissaient extérieurement sans fissures. Ce paradoxe se justifie par le fait que la famille, les partis, les églises et la presse ont tant bien que mal comblé la lacune éducative laissée par l’État : toutefois, il importe de souligner que leur action est non seulement imparfaite, mais encore tendancieuse ; parfois même dirigée contre l’État. Mais cela, à tout prendre, suffisait au maintien d’une démocratie boiteuse. Dès lors, en effet, que les masses ne se trouvaient pas totalement inconscientes et incultes au point de vue politique, le régime subsistait grâce à sa faculté d’adaptation – pour relative qu’elle soit – à des conditions économiques et sociales nouvelles qui se traduisaient régulièrement par le renforcement des partis d’opposition. Notons que le problème de la formation de citoyens conscients de leurs responsabilités, attachés aux institutions, armés d’esprit critique, constitue la base même de toute réforme démocratique : sa solution conditionne celle de toutes les autres questions. Et il y faudra autre chose, en tout cas, que les idéaux disparates des partis. Sinon les démocrates pourraient s’entendre dire comme en Allemagne, au cours des années qui ont suivi l’autre guerre : « Vous avez rassemblé une balayure d’idéaux et vous demandez à la jeunesse de chercher dans ce tas comme un chiffonnier, ce dont elle a besoin… Je n’accuse pas notre jeunesse de manquer d’idéalisme j’accuse les hommes d’État de ne pas lui offrir de buts susceptibles de transformer son idéalisme en idéaux ». Ainsi s’exprimait Lagarde dans ses Schriften für Deutschland.

[…]

18Mais la démocratie souffre aussi d’un mal en quelque sorte organique : ses institutions traditionnelles sont inadaptées à la position nouvelle de l’État dans l’ordre économique et social. Le Gouvernement, assisté de l’administration, et les deux chambres législatives constituaient un appareil parfaitement au point pour la mission d’ordre public à laquelle se limitait l’État du XIXe siècle. Mais la doctrine officielle du « laisser faire laisser passer » fut peu à peu débordée par les faits : la question sociale ne put être résolue par la seule utilisation de la force publique. Il apparut que l’« ordre » ne pouvait être maintenu qu’en faisant droit à l’essentiel des revendications immédiates du monde ouvrier. Le principe de la justice sociale se substituait, étape par étape au laisser faire de l’État capitaliste qui devint l’arbitre des conflits du travail et l’organisateur d’un régime de vie acceptable pour les classes laborieuses.

19De même l’État-gendarme put longtemps se tenir à l’écart de l’Économie. Mais les industries menacées par les crises périodiques de l’économie mondiale exerçaient une vive pression sur l’État pour s’assurer sa protection ; la débâcle d’une industrie-clé eût provoqué de telles conséquences dans les domaines de l’épargne et du travail, que l’État ne put bientôt plus se dérober à des interventions successives. Ces interventions exigèrent la fondation d’organes financiers appropriés ainsi que l’édification progressive d’un réseau complexe de protection douanière. Le chômage de travailleurs de plus en plus nombreux, entraîna l’exécution de grands programmes de travaux publics ainsi que la création d’un système d’as- surance obligatoire. D’autre part, les excès de la concurrence intérieure et le gaspillage de forces qu’elle provoquait, ainsi que l’aiguillon de la concurrence extérieure, obligèrent l’État à prendre les premières mesures de « direction » de l’Économie, à entreprendre des réformes structurelles en vue de superposer à l’atomisme libéral, des unités économiques plus larges capables de régulariser la situation du marché intérieur et de lutter avec succès contre les productions similaires de l’étranger. Enfin, une évolution générale vers la concentration des entre- prises et dans le sens du gigantisme, déterminait la naissance de monopoles et de trusts dont l’opinion publique exigea le contrôle, voire la nationalisation.

20Mais si l’État démocratique a dû, bon gré mal gré, assumer – avec plus ou moins de bonheur – des missions nouvelles et complexes, s’il a empiriquement créé quelques organes administratifs ou « para-étatiques », en vue de certaines formes d’intervention sociale ou économique, sa structure et ses méthodes tant législatives que réglementaires, sont restées à peu près celles de l’État-gendarme. Ce sont les Chambres élues au suffrage universel qui continuent à légiférer sans l’assistance technique d’organismes juridiques, sociaux ou économiques. Si leur œuvre législative n’est, somme toute, pas aussi mauvaise qu’on aurait pu s’y attendre, c’est que l’initiative des lois fut de plus en plus assumée par le Gouver- nement et que – grâce à certains défauts et l’électoralisme – les plus puissants « intérêts » économiques se trouvent régulièrement représentés au Parlement. Les députés et les sénateurs incarnant ces intérêts possèdent eux-mêmes une grande compétence économique ou reçoivent tous les « conseils » désirables… Mais ceci explique aussi pourquoi la législation économique fut trop souvent, jusqu’à nos jours, marquée plutôt par les intérêts spéciaux de groupes économiques, que par l’intérêt général. D’autre part, cette législation est incohérente. Et ceci est aussi grave que cela.

21En fait, c’est le Gouvernement qui élabore la plupart des textes législatifs ou, même, leur donne force de loi sous un régime de pleins pouvoirs. Pour ce faire, il est assisté par l’Administration et par des conseils consultatifs formés empirique- ment ou souvent même occasionnellement. Mais précisément, l’intervention économique de l’État ne saurait aboutir à des résultats heureux que si celui-ci se trouve être effectivement et complètement informé des intérêts et des revendications légitimes des divers membres de l’économie nationale. Or, les consultations occasionnelles de Ministres ou les avis de Conseils composés de « personnalités » et de délégués d’associations plus ou moins représentatives, sont à cet égard d’une valeur pour le moins discutable et, en tout cas, inégale. Quel crédit, en effet accorder à des conseils composés selon les formules empiriques les plus diverses, sans que l’on se soit généralement assuré du fait que les « délégués » d’associations se trouvent avoir été réellement et valablement désignés par l’ensemble des individus et des firmes qu’ils sont présumés représenter ? Ces associations mêmes n’englobent que des fractions variables des éléments dont elles sont l’expression prétendument autorisée ; le seraient-elles du fait qu’elles groupent la grande majorité, il apparaît à l’expérience que leur vitalité est d’intensité très variable et que, dans beaucoup de cas, le lien qu’elles forgent pour rapprocher les membres d’une même branche économique, se trouve être extrêmement lâche et pour ainsi dire nominal…

22S’il est vrai que la démocratie doit se fonder sur un pouvoir législatif élu au suffrage universel et sur un Gouvernement constitué en un Conseil d’une compétence générale, il n’en est pas moins que de tels organes sont pratiquement inaptes à réaliser seuls les réformes économiques et sociales rendues urgentes par une évolution rapide. Ces réformes peuvent se résumer en une formule : mettre la technique au service de l’homme ou, si l’on veut, assimiler socialement le progrès technique.

23L’État démocratique doit être adapté à cette mission : il doit être pourvu d’institutions capables de lui donner une exacte conception des choses économiques et sociales, ainsi que d’assurer la correcte mise en œuvre de celle-ci.

24Électoralisme et système des partis, abus des libertés de la presse, insuffisance de l’éducation politique donnée à la jeunesse, inadaptation structurelle de l’État à ses missions économiques et sociales, tels sont les défauts principaux que nous avons trouvés à l’ordre démocratique. Ces défauts atteignent à des degrés divers toutes les formes de démocratie que nous connaissons dans le monde. Ils minent profondément le seul principe légitime de gouvernement et feraient bientôt douter de lui, s’ils s’aggravaient au lieu de s’atténuer. Ils conduisent les États qui les acceptent, à une perte certaine. Ils glissent de la corruption à la démagogie à l’anarchie, de l’anarchie à la dictature avec ou sans la parenthèse d’une trahison extérieure ou d’une défaite militaire. En optant pour la dictature, ils tombent de Charybde en Scylla, c’est entendu. Mais eût-on la possibilité de le démontrer au peuple, on ne pourrait endiguer le cours d’une évolution inéluctable. L’histoire abonde en exemples. Alcibiade prépare le triomphe de Sparte et des « trente tyrans ». Les luttes agraires de Rome conduisent inéluctablement à Catilina et ensuite aux Césars. La Gironde fait le lit de Robespierre. Le Directoire implique Bonaparte. La deuxième République ne pouvait aboutir qu’au second Empire. L’inflation, les scandales bancaires, les luttes partisanes de Weimar étaient un pro- logue obligé au nazisme hitlérien. Stavisky, le Front Populaire mènent à la débâcle de 1940 et à Vichy. Sans doute, ces exemples se rapportent-ils à des « démocraties » fort différentes les unes des autres, certaines d’entre elles étant même en fait – nous l’avons montré – des oligarchies. Il s’agissait cependant, en l’occurrence, d’oligarchies dont la classe supérieure pratiquait le « jeu démocratique » et c’est ce jeu qui obéit aux lois éternelles sur lesquelles nous attirons, après bien d’autres, l’attention.

25Ou bien la démocratie aura la force de se réaliser jusque dans toutes ses conséquences, en un « ordre » entièrement adapté aux impératifs de l’époque, ou bien elle ne cessera de constituer dans l’histoire quelques phases de légitimité politique fort instable entre les régimes qui exproprient la force de l’État. Sans doute la démocratie est le régime qui respecte l’homme et, avec lui, reconnaît ses imperfections et ses faiblesses, mais, si elle ne vise pas à être l’ordre parfait, elle doit faire régner l’ordre suffisant qui est la raison même de l’État.

26Elle est d’ailleurs le seul régime politique capable de trouver le point d’équilibre entre la liberté de l’homme (tendance au désordre social) et la domination de l’État (tendance à l’ordre intégral de la termitière). Or, la liberté entraîne tout naturellement l’injustice et l’inégalité qui sont mouvantes, fécondes, hautes en couleurs mais cruelles, tandis que la domination de l’État conduit à l’Utopie, c’est-à-dire à l’égalité et à la justice qui sont immobiles et, en conséquence, harmonieusement tristes et stérilisées dans leur achèvement parfait. Liberté et utopie sont les deux composantes du bonheur social où l’on trouve du biologique et du mécanique, du confus vivant et du précis figé. Le bonheur social postule sans doute la sécurité, mais aussi ce que d’une manière générale nous appellerons le « jeu ». Bergson, dans les Deux sources de la morale et de la religion, montre que liberté et égalité sont « sœurs ennemies » mais que leur contraction est levée par le troisième terme de la devise révolutionnaire : la fraternité. C’est, en effet, l’amour mutuel des hommes qui serait seul capable, grâce au triomphe de l’altruisme, de créer un état social où, tous égaux, les hommes se sentiraient néanmoins libres, puisque l’« amour » dispenserait de sauvegarder l’égalité par le contraire. C’est cela qui fait dire au philosophe que, dans la devise républicaine, la fraternité est l’essentiel, « que la démocratie est d’essence évangélique et qu’elle a pour moteur l’amour ». Cette clairvoyante analyse apporte en tout cas une nouvelle preuve de la nécessité primordiale d’appuyer la démocratie sur une solide éducation morale. L’idéal d’équilibre ici esquissé n’est imaginable qu’en démocratie mais ne pourra jamais être réalisé intégralement. Ce qui importe, c’est de s’en rapprocher assez pour légitimer la démocratie par le fait et doter l’humanité d’une forme d’organisation qui, en fin de compte, assurera son développement harmonieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Janne, « Critique de la démocratie », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 97-106.

Référence électronique

Henri Janne, « Critique de la démocratie », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/399

Haut de page

Auteur

Henri Janne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals