Navigation – Plan du site
Hommage à Henri Janne

Opinion et démocratie

Henri Janne
p. 107-116
Référence(s) :

L’Antialcibiade, Bruxelles, Office de Publicité S.C., 1946, p. 217-229.

Texte intégral

1Dans toute société l’opinion joue un rôle important. Il est évident – abstraction faite de la forme même de l’organisation politique – que l’adhésion plus ou moins complète des personnes aux directives du groupe social, l’estime et la confiance que chacun accorde aux dirigeants, ont une influence déterminante sur le fonctionnement du régime. La constatation est même valable pour les systèmes de despotisme absolu qui ne reconnaissent aucun droit aux individus.

2Cette remarque de portée universelle, trouve son explication doctrinale dans l’analyse que nous avons faite de la mission de l’État.

  • 1 « Légitimité de la démocratie », L’Antialcibiade, op. cit., p. 31.

3Nous disions, en notre premier chapitre1, que l’État, c’est le groupe social qui détient la force. Son objet est d’assurer l’ordre public sans lequel toute vie en société est impossible.

4Cet ordre, en vertu même de cette nécessité ressentie par l’ensemble des participants au groupe social, est généralement accepté. Il implique une hiérarchie de prestige, de pouvoir, de situation matérielle, correspondant aux missions, aux responsabilités et aux privilèges qui sont répartis entre les hommes. Mais, dès qu’une discordance apparaît entre certaines conditions sociales et la réalité des faits, c’est-à-dire dès que l’évolution des choses (de la technique, par exemple) supprime la justification de certains privilèges, un mouvement de non-acceptation de l’ordre établi se répand automatiquement et progressivement dans le corps social. Ce phénomène se traduit au point de vue psychologique par la naissance et le cheminement d’un courant d’opinion.

5Beaucoup d’hommes politiques, au cours de l’histoire, ont considéré l’opinion comme la cause même des mouvements subversifs et ont cru qu’il suffisait de supprimer les moyens d’expression de celle-ci pour en arrêter l’expansion. C’est évidemment confondre la cause et la conséquence. Reconnaissons cependant qu’il y a une part d’efficacité dans une telle action d’étouffement en ce sens que l’opinion réagit normalement sur le corps social en donnant au mécontente- ment diffus de la masse, une unité de direction, une convergence, qui le rendent plus dangereux pour l’ordre établi. Toutefois, les méthodes d’oppression n’ont jamais pu que retarder une révolution inéluctable avec cette conséquence aggravante de laisser les forces qui la dirigent, aveugles et d’autant plus destructrices qu’elles auront été plus longtemps comprimées.

6Mais tous les gouvernements de l’histoire, même s’ils s’appliquaient à pour- chasser les opinions jugées dangereuses, ont tenu compte, néanmoins, dans une certaine mesure, des réactions psychologiques du peuple. La « Terreur » même constitue plutôt une forme d’action sur l’opinion, qu’une méthode visant à traquer l’opposition jusque dans ses derniers membres dispersés et muets. Dans son effet positif, elle s’efforce d’obtenir l’adhésion totale des membres favorables au pouvoir et, dans son effet négatif, à paralyser définitivement la partie de l’opinion qui est hostile à l’ordre établi.

7D’une manière générale cependant, les gouvernements éprouvent la nécessité de justifier leurs actes, non pas qu’ils soient toujours en proie au scrupule de « bien faire », mais parce qu’ils comprennent la force de l’opinion. Ceci revient à dire que l’effort de justification sera d’autant plus intense que les actes du pouvoir se recommanderont moins directement par eux-mêmes. Ne prenons qu’un exemple caractéristique : les « Chambres de réunion » de Louis XIV. Le Grand Roi, comme le montrait l’événement, avait, à ce moment, la force de prendre ; il a tenu, cependant, à donner un aspect légal à ses rapines territoriales, en « prouvant » par les arrêts d’une juridiction spéciale, que tous les territoires qu’il annexait, avaient « un jour » appartenu à la France.

  • 2 Il y est dit : « Et un des plus certains remèdes qu’ait le Prince contre les conjurations, c’est de (...)

8En fait, les gouvernements de tous les temps ont agi sur l’opinion par trois procédés : le prestige, la distribution d’avantages particuliers à leur clientèle et la propagande, soit qu’elle se limitât à quelques gestes spectaculaires, soit qu’elle mit systématiquement en œuvre tous les moyens de diffusion connus de la pensée. Machiavel qui est bon juge des méthodes politiques du Prince, écrit en son chapitre IX : « Je conclurai seulement qu’il est nécessaire qu’un Prince se fasse aimer de son peuple : autrement, il n’a remède aucun en ses adversités ». Le chapitre XIX du Prince s’intitule : « Qu’on se doit garder d’être haï et méprisé2 ».

9Qu’est-ce à dire, si ce n’est que l’action sur l’opinion constitue un élément primordial de l’art de gouverner ?

10Les chefs primitifs, les Pharaons, les rois s’entourent d’un cérémonial prestigieux, se parent d’ornements qui les rendent plus grands que nature. Ils cherchent à impressionner le peuple en dressant entre eux et le commun des mortels, une véritable barrière qui les sépare de l’humanité pour les porter sur le piédestal des dieux : ils sont intouchables, ils sont tabous. Les armoiries, les devises, les symboles, autant de moyens, encore actuels, d’exercer une vive suggestion sur l’esprit des foules.

11Mais le pouvoir s’applique aussi à se rallier par des avantages matériels, une partie de l’opinion suffisamment puissante pour l’appuyer avec efficacité. Ainsi, Charles Martel distribuait-il, pour soutenir sa dynastie naissante, des domaines entre ses « cavaliers ». Ainsi les royautés modernes, à leur début, octroyèrent-elles à la bourgeoisie, c’est-à-dire aux villes, des privilèges, des exemptions, des immunités et des chartes. Tout cela relève du jeu éternel de la politique.

12Quant à la propagande, on peut en noter, même en remontant très haut le cours de l’histoire, des manifestations presque pures, qui visiblement ont pour objet de frapper et de gagner l’opinion.

13Citons, sans les commenter, des faits comme la conversion et le baptême de Clovis, la conversion d’Henri IV, le vœu du Faisan de Philippe le Bon, la coutume des « Joyeuses Entrées » des nouveaux souverains et, enfin, la légende personnelle systématiquement « encouragée » par l’entourage d’un saint Louis. Les chefs d’État qui appréciaient l’importance de l’opinion, tels saint Louis et Philippe le Bon, s’attachaient des chroniqueurs qui sont le véritable embryon des ministères modernes de l’Information ou de la Propagande. Le premier, en revêtant sa per- sonne des attributs de la sainteté chrétienne, faisait de l’« Oint du Seigneur » un rival du Pape et préparait ainsi les avenues à Philippe le Bel et à Louis XIV pour l’achèvement de l’absolutisme français par le gallicanisme. Quant à Philippe le Bon il voulait faire oublier qu’il n’était pas roi, par un déploiement de luxe, de richesse et de prestige chevaleresque, bien fait pour impressionner en même temps ses sujets trop récemment rassemblés, et l’Europe décontenancée par sa trop rapide fortune. Louis XIV rémunérait des « historiographes » ; le plus célèbre d’entre eux fut Racine. Nos réflexions n’excluent nullement la probabilité que le « jeu » des saint Louis, des Philippe le Bon et des Louis XIV ne fût sincère et n’en- gageât complètement leur personne. D’ailleurs, le génie politique ne serait-il pas fait d’une concordance secrète mais profonde, entre un but lointain presque inconsciemment poursuivi et une action en même temps désintéressée et réaliste ? Parce que le machiavélisme pur n’a, en somme, jamais abouti qu’à des échecs, à commencer par celui de César Borgia, l’« exemple » qui a inspiré le système. Le dernier échec en date aura été la catastrophe hitlérienne…

14Mais revenons à l’opinion. Si elle a joué un rôle capital dans tous les régimes politiques qui se sont succédé sur la scène de l’histoire, que dire de son importance en démocratie ?

15La démocratie est le système qui prétend déduire l’action gouvernementale, des fluctuations de l’opinion enregistrées par des élections. La vie quotidienne des gouvernements démocratiques est, d’autre part, influencée par les avis librement exprimés de la presse, des partis et des groupements sociaux les plus divers.

16Or, l’opinion des masses trouve sa source dans deux ordres de faits : d’abord, dans les intérêts directs des individus ou des groupes ; ensuite, nous l’avons dit, dans la conscience d’une discordance entre certaines conditions sociales et la réalité des faits. La technique démocratique, correctement appliquée, s’efforce de résorber les mécontentements qui se manifestent, en accordant leur part légitime à tous les « intérêts » en présence. Elle empêche ainsi qu’un déséquilibre d’intérêts, en s’invétérant et en s’accentuant, n’aboutisse à la discordance organique dont nous parlons. Celle-ci, on l’a vu, déclenche fatalement un mouvement de non-acceptation de l’ordre établi : il ne s’agit pas, en effet, d’opposition à tel ou tel gouvernement, mais d’opposition au régime même, à la démocratie. Or, c’est ce processus-là qui est dangereux : il trouve sa conclusion normale dans une situation révolutionnaire, dans une réaction autoritaire et totalitaire.

17Mais, à l’époque même, où le monde moderne évoluait généralement vers la démocratie, a surgi un fait nouveau dont les conséquences ont été extrêmement importantes : une technique de formation de l’opinion s’est créée de toutes pièces et a prouvé son efficacité. Les gouvernements démocratiques se limitaient traditionnellement à dégager aussi exactement que possible le sens des manifestations de l’opinion et à orienter celle-ci par des méthodes empiriques. Or, au cours du XIXe siècle, apparut et se développa une technique qui permettait, de créer une opinion, de dominer cette force sociale et d’en jouer presque à coup sûr. Dans ces conditions, le jeu démocratique était faussé et le régime lui-même, menacé. Expliquons-nous.

18La concurrence frénétique née de l’insuffisance permanente des marchés et d’une tendance fondamentale à la surproduction face aux besoins solvables, avait provoqué, surtout depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, un perfectionnement prodigieux des méthodes de vente et de « créations de nouveaux marchés ». La publicité commerciale ou, si l’on veut, la réclame, devenait d’autant plus nécessaire que les besoins auxquels répondaient les productions nouvelles, étaient secondaires et, en quelque sorte, interchangeables. Il s’agissait désormais de persuader les masses du fait que tel produit était supérieur à tous les autres de même catégorie ou encore de faire naître des besoins nouveaux inclinant les individus à consacrer leur pouvoir d’achat plutôt à ceux-ci qu’à d’autres plus ou moins traditionnels ou à peine consacrés. On est ainsi parvenu à implanter dans l’esprit des femmes américaines l’idée selon laquelle il ne saurait être question de se passer d’une armoire réfrigératrice ou d’un aspirateur. De même, le Français « sait » quels sont les premiers apéritifs du marché, « ceux que l’on commande normalement au café ». Sans doute en existe-t-il d’autres, certainement aussi bons, dont l’usage eût entretenu en ce domaine une aimable variété, mais la masse ne boira désormais que les deux fameux « reconstituants au quinquina », jusqu’au jour où elle « saura » qu’un autre apéritif est encore supérieur. Pendant un temps aussi, on ne lava les enfants qu’avec un savon bien déterminé, à l’exclusion de tout autre.

19La force moderne qui obtenait de tels résultats économiques, c’était la technique publicitaire. Actuellement, elle s’attache de moins en moins à convaincre ainsi qu’elle cherchait à le faire à ses débuts. Les techniciens de cette spécialité nouvelle se sont, en effet, aperçus qu’on obtient des résultats supérieurs, en suggestionnant la foule. Les moyens de suggestion ont été parfaitement dégagés.

20Il y a, avant tout, la règle de répétition : répétition de la même formule, de la même image, du même symbole, du même mot, répétition qui doit aller, si possible, jusqu’à une manière d’obsession, de satiété de l’esprit. La règle de répétition implique la massivité et la variété des moyens mis en œuvre. Une campagne typique menée d’après ce principe, fut celle de la cigarette Chesterfield ; tous les murs du nouveau monde portèrent la formule : « Elle satisfait ».

21La trouvaille d’une formule brève et impressionnante, le « slogan », est à la base d’une campagne publicitaire. Rien n’y est négligé. L’emploi des symboles et des couleurs (il en est de plus psychologiquement agissantes, telles que le rouge vif), la grandeur et l’« œil » des lettres, tout a sa valeur. On utilise affiches, tracts, banderoles, hommes sandwichs, camions réclames, journaux et périodiques, haut-parleurs, radio, cinéma, photographie, concours, distributions d’échantillons, stands, étalages, primes, l’attrait des emballages et même l’avion. Les photos et les images frappent par leur format énorme, inusité. Les vagues de publicité avec leurs thèmes sont minutieusement étudiées et « mises au point ».

22La psychologie de l’acheteur a été, en quelque sorte, démontée et l’on fait jouer chaque ressort. On spécule sur le sentiment de supériorité personnelle qui est développé en tout homme. « L’homme distingué » ne peut se passer de tel produit ; « l’homme sportif » fume telle cigarette ; « l’homme efficient » ne porte au poignet que telle montre. On use aussi de l’esprit d’imitation : « tout le monde se sert de… » ; « vous seriez le dernier à ne pas posséder… » ; on sait que le caractère des masses est moutonnier. On connaît cela – cela va sans dire – l’attrait de la nouveauté : c’est pourquoi les producteurs rebaptisent, en les modifiant juste ce qu’il faut, les objets qu’ils lancent sur le marché ; c’est pourquoi les autos chan- gent de ligne chaque année comme la mode des femmes. Tout vieillit si vite à notre époque… On n’ignore pas non plus que l’homme moderne veut « être de son temps » : encore un ressort publicitaire que l’on fait jouer… On plaisante avec une tendre pitié le temps de nos grands-pères, auquel nul homme sérieux n’eût voulu vivre à aucun prix. Alors ? Pourquoi ne pas utiliser tel rasoir électrique et supprimer le savon de ce bon vieux temps si inférieur en tout à notre époque ? Toutefois, pour certains produits, ce « bon vieux temps » implique au contraire la qualité : dans ce cas, on l’associe habituellement à la réclame ; la publicité ne redoute pas, à l’occasion, quelques contradictions… Les écoles américaines de propagande commerciale insistent même sur l’importance de la sexualité : le « sex-appeal », d’un effet si puissant sur les mâles, peut et doit être mis au service de la publicité. C’est pourquoi les produits les plus divers sont présentés, en images et en réalité, par les plus belles filles du monde. Comment résister à leur sourire ? Leur santé et leur joie rayonnantes ne sont-elles pas associées au produit qu’elles vous proposent ?

23Quand la campagne de publicité a réussi et elle réussit toujours, pourvu qu’une densité de moyens suffisante ait été atteinte, c’est le public lui-même qui y contribue : la suggestion de la masse conquise entraîne les indifférents. Les marchands veulent profiter de l’effort publicitaire accompli par le producteur : ils vous disent, dès lors, que leur maison – « toujours à l’avant-garde du progrès » – possède le fameux produit que tout le monde demande. D’ailleurs veut-on de gaieté de cœur se singulariser dans le mauvais sens, paraître « vieux jeu » ou « mal informé » ? On finit par dire « Gibbs » au lieu de dentifrice…

24Ainsi est l’homme moyen, l’homme de la rue.

25[…]

26Ce fait psychologique et économique devait avoir de graves conséquences poli- tiques. Il fut des observateurs avisés pour se dire que les procédés de la propagande commerciale devaient produire les mêmes résultats en politique que dans l’économie. Pourquoi là aussi ne pas recourir à la suggestion et ne pas abandonner les méthodes de persuasion par la discussion raisonnée. Il devait être possible de suggestionner le corps électoral en faveur d’un parti ou d’imposer aux esprits par les méthodes de la publicité cinématographique, tel ou tel « chef ».

27Mais il fallait pour cela que le parti et le chef fussent nouveaux, non seulement à cause du prestige propre à la nouveauté, mais parce qu’un parti ancien qui a montré sa capacité limitée de convaincre la masse, constituerait un mauvais départ. Et la doctrine de ce parti ? Et son programme ? Sans doute, est-il indispensable qu’il en ait. Mais il suffit de concevoir cette doctrine et ce programme uniquement en vue de la propagande et, non, comme cela se passe normalement, de concevoir la propagande en vue de faire triompher telle doctrine ou tel pro- gramme donnés. Sera donc doctrinalement « publicitaire » tout ce qui répond aux revendications de toutes les classes sociales. Tant pis s’il y a des contradictions. Une mystique suggestive liera le tout, sera volontairement complexe et peu compréhensible. Ses fulgurances dans l’obscurité impressionneront : les mots d’ordre qui la résumeront seront tranchants, ils parleront aux instincts et aux passions.

28Mais ici est venu se greffer sur la publicité commerciale l’apport d’une autre source, bien que tous les courants qui confluent vers la démagogie scientifique moderne, procèdent en dernière analyse, comme on va le voir, des progrès de la psychologie des foules que Gustave Le Bon avait popularisée un peu prématuré- ment dans un livre célèbre. En ce qui concerne l’Allemagne, on peut voir naître cette conception, déjà avant la fin de la guerre 1914-1918 – Hitler n’était encore, à cette époque, qu’un caporal inconnu ! – sous la plume d’Ernst Jünger, analyste profond de tout ce qui est allemand. Dans son livre de guerre Le Boqueteau 125 où, jeune officier, il notait, en 1917, que l’esprit défaitiste s’insinuait dans l’âme de ses hommes, on trouve le passage suivant :

La psychologie moderne a cette mission, d’une extrême importance d’étudier ces champs d’énergie invisibles, mais efficaces, qui semblent glisser le long des masses humaines et les ordonner en figures magnétiques changeantes comme si elles n’étaient que des amas de copeaux ou de limaille de fer. Il existe dans ce domaine des lois profondes qu’il importe de découvrir… Car nous devons être capables de pratiquer une espèce de démagogie par en haut et d’agir aussi sur la masse au moment précis où, dans la fièvre d’événements imprévus, mais grandioses, elle atteint ce degré de dis- solution et de malléabilité qui la rend inaccessible aux raisonnements les plus évidents et d’autant plus disposée à subir les impressions que nous voudrons lui imposer.

29Ne voilà-t-il pas une préfiguration étonnante de la technique hitlérienne ?

30La politique nazie est une synthèse de l’expérience moderne de la publicité commerciale et cinématographique avec la déduction empirique des règles régissant la psychologie inconsciente des foules… L’ensemble forme une technique politique qui, rejetant au second plan la persuasion traditionnelle, porte au premier la suggestion.

31Impression. Suggestion. Légende du chef. Utilisation des symboles. Prestige de la mise en scène. Emploi massif des moyens les plus modernes de diffusion de l’image, de l’écrit et de la parole. Meetings monstres enfin, pour créer l’ambiance des foules où l’instinct et l’affectivité dissolvent la raison. Et il faut, en effet, un chef pour cristalliser une telle entreprise, pour ne pas perdre les atouts de la « technique du cinéma ». Ce chef, par sa voix, son langage, son physique, déploiera le rayonnement équivoque d’une sensualité qui troublera les femmes ; même si celles-ci ne votent pas, elles peuvent créer une atmosphère d’une extrême tension excluant tout recours à la raison. Et en Allemagne, après l’autre guerre, elles votaient…

32Qu’opposaient à cela les autres partis ? Leurs vieilles méthodes de propagande politique. Ils s’acharnaient à « convaincre », à présenter des programmes cohérents ; ils discutaient quand les professionnels de la propagande affirmaient. Lorsque, poussés par le danger ils imitèrent la technique publicitaire, ils agirent en amateurs en face de spécialistes. Et puis comment faire croire que leurs vieilles organisations allaient brusquement résoudre tous les problèmes, apporter la panacée politique, alors qu’elles avaient jusque-là uniquement joué leur rôle, leur seul et vrai rôle, qui consistait à assurer la représentation d’une fraction de l’opinion ?

33Examinons de plus près les méthodes du parti nazi qui constitue le type le plus parfait du clan utilisant sans l’ombre d’un scrupule, la technique de la propagande à des fins politiques. Tout y est. La mystique confuse où se mêlent des éléments racistes, teutoniques, wagnériens et prussiens, autant de phantasmes remuant de vieilles aspirations au fond du cœur des Germains ? On y trouve la suggestion de la peur : le thème de l’insinuante domination des Juifs ploutocrates et du péril bolcheviste, dernière apocalypse brandie par les Sémites sur la pure Allemagne. Cette atmosphère de scandales et de conspirations eut toujours le don d’exciter les foules et de les passionner. On y trouve encore ce caractère élémentaire des slogans politiques. Le symbole ou si l’on veut la « marque » : la croix gammée, signe religieux. Suggestion de la force : réunions de masses, hâbleries sans précédent, concentrations de milices politiques en uniforme. Répétition et massivité dans l’action. Ubiquité du chef parlant en dix points du Reich le même jour, grâce à l’usage de l’avion qui en fait une manière d’archange.

34Utilisation de l’uniforme qui flatte l’individu et lui donne un sentiment de supériorité collective. Démagogie éhontée : aux masses ouvrières on tient un langage anticapitaliste en reprenant les termes mêmes de la polémique marxiste ; devant les industriels on agite l’épouvantail du bolchevisme. On résout la contra- diction en proclamant que les Juifs dominent d’une manière occulte tout le jeu du capitalisme et, aussi, contrôlent l’action du mouvement communiste. L’anti- sémitisme permet de parler à la droite avec le style de la réaction et à la gauche avec le style des partis ouvriers…

35Le Chef, entouré d’un cérémonial barnumesque, avec sa trouble influence psychique et sexuelle, avec ses dons présentés comme surnaturels. La couleur rouge du drapeau nazi, couleur suggestive et, en outre, reprise aux drapeaux des partis ouvriers. Si les masses ouvrières purent croire en partie tout au moins, à la révolution sociale du nazisme, ce fut surtout à cause de ce drapeau reprenant leurs couleurs. Les photos géantes et les S.S. noirs, élite funèbre d’un nouvel ordre technique, procèdent toujours du même but : suggérer, impressionner.

36Léon Degrelle et son rexisme, en Belgique, démarquèrent avec minutie les méthodes nazies, conformément à l’enseignement reçu en Allemagne.

37On peut dire que, grâce à cette technique, Hitler fit l’opinion. Son État totalitaire l’ayant ainsi trouvée toute faite et en quelque sorte « sur mesure », n’eut qu’à la renforcer, l’entretenir et l’orienter. Le triomphe du nazisme, c’est l’histoire d’un peuple soumis à une véritable incubation psychologique.

38En somme, l’opinion a détruit la démocratie en Allemagne. Le fait que cette opinion soit d’une qualité psychiquement inférieure, ne change rien à cette réalité tragique.

39Demain, en s’appuyant sur les libertés démocratiques d’association, de réunion, de la presse et d’expression de l’opinion en général, des aventuriers – les événements actuels étant ensevelis dans le passé – peuvent recommencer le jeu dès le jour où une crise intérieure, d’ordre politique, économique ou social, aura créé les conditions naturellement préalables au succès d’une telle action.

40Faut-il leur en laisser la faculté ?

41Sans doute, ces méthodes n’ont-elles réussi ni en France, ni en Belgique comme en Allemagne, et encore moins en Angleterre. Sans doute n’arrivent-elles à abattre que des démocraties trop jeunes et sans traditions. Toutefois, le trouble qu’elles apportent dans la vie publique est profond et laisse derrière lui de lourdes hypothèques politiques : on le vit assez en Belgique, où, cependant, devant le danger, les partis démocratiques coalisés surent passer à la contre-attaque, confondre le rexisme et faire, encore à temps, appel à la raison du peuple.

42Il ne saurait, non plus, être question sous le prétexte d’une telle menace, de soumettre à contrôle et à censure, l’usage des libertés démocratiques : ce serait tuer le régime pour le défendre. En quelque sorte, le pavé de l’ours.

43Et, cependant, il y a des mesures à prendre.

  • 3 « La stabilité gouvernementale », L’Antialcibiade, op. cit., p. 165-187.

44Nous avons déjà préconisé un statut légal des partis (chapitre IX3) qui apporterait plus de clarté et plus de responsabilité dans leur organisation, sans toucher en quoi que ce soit à leur liberté de création et d’orientation. Cette importante réforme empêcherait le fonctionnement permanent et surtout le financement secret d’un clan aventuriers politiques. Nous ne voudrions tout de même pas affirmer qu’elle rende la vie d’un tel clan absolument impossible. Le seul remède préventif qui soit d’une efficacité parfaite, consisterait en la formation de citoyens à l’esprit critique affiné, au sens civique et moral développé. De tels hommes pourraient normalement résister aux efforts les plus intenses de la suggestion politique et en démasquer, dès l’abord, les mobiles ainsi que les moyens. Mais nous avons montré qu’une telle situation ne saurait raisonnablement être escomptée qu’après un long travail d’éducation. Pourquoi les démocraties allemande et italienne ont-elles été vaincues ? L’argument de la jeunesse et de l’absence de traditions n’explique pas tout. L’insuccès et les tares de ces gouvernements démocratiques sont les conditions, et non les causes, du triomphe des idéologies fascistes. L’utilisation de la technique publicitaire moderne contre des partis dispersés, véritables organisations d’amateurs en matière de propagande, est déjà plus explicative. Il est toutefois inconcevable que l’on ne soit pas parvenu à dénoncer la signification réelle des aventuriers qui montaient à l’assaut de la démocratie, comme on le fit en Belgique et dans d’autres pays. Il suffisait, en somme, d’aider à regarder, pour faire comprendre…

45À notre sens, l’issue de la lutte trouve son explication première dans le fait que les masses étaient avides de propositions positives, dont la réalisation devait conduire la population à un style de vie plus ordonné et plus solidaire. Ces propositions pratiquement positives, les partis ne les apportaient pas : les doctrines et les programmes de ces organisations n’avaient aucune chance de réalisation, puisque chaque parti ne constituait jamais et ne paraissait devoir constituer à jamais qu’une minorité.

46On n’avait pas su inculquer au peuple, au-dessus des idéologies partisanes, un humanisme démocratique, tel que nous l’avons défini dans notre chapitre consacré à la « formation du citoyen ». Cette doctrine positive donne à la fidélité des hommes au régime démocratique, une assise autrement solide que les idéologies partielles, contradictoires, sans chances réelles d’application, proposées par les partis.

47Si tout citoyen se trouvait profondément convaincu du fait que la démocratie constitue le seul système politique légitime et que, s’il arrive à ce système d’être inefficace, c’est son fonctionnement qu’il faut réformer, il repousserait comme une escroquerie toute proposition de dictature, sachant qu’une telle aventure ne produit finalement et en dépit de quelques réalisations épisodiques, que le malheur public, la domination d’un clan et la guerre étrangère.

48Cet humanisme démocratique, il faut le répandre, en utilisant les procédés de la publicité moderne, mais sans agir uniquement sur l’instinct et l’affectivité. La raison doit participer à cette œuvre de persuasion qui, sans cela, ne serait pas éducative.

49Mais qui doit assumer cette propagande ? Les partis ? S’ils le veulent, mais on ne saurait sans méfiance se confier entièrement à eux ; des déformations sont toujours à redouter.

50L’État seul se trouve qualifié pour cet effort qui n’est que le prolongement de sa mission d’éducation civique de la jeunesse. Constatant la déficience de cette éducation chez les adultes, il doit l’entreprendre avec résolution. Comme on ne peut obliger ceux-ci à retourner à l’école, seule la propagande est susceptible d’aboutir à un résultat. On ne voit vraiment pas, dès lors, pourquoi cette propagande ne bénéficierait pas des perfectionnements techniques qui concernent sa spécialité.

51Eh ! oui. Nous osons proposer un Ministère de l’Information et de la Propagande, chargé de la propagande commerciale, culturelle et touristique à l’étranger, déjà généralement assumée par l’État. Ce Ministère inclurait aussi les services de presse et de radio du Gouvernement.

52Peut-on craindre qu’un Premier Ministre ambitieux et populaire songe à utiliser cet instrument à des fins personnelles ? Cette crainte est vaine : le Parlement, la presse libre et les partis ne lui laisseraient qu’à peine le temps de se ridiculiser… Bien entendu, la propagande de l’État ne doit pas prendre des allures barnumesques comme si le destin de la démocratie devait se jouer en quelques semaines… Il ne s’agit pas d’incubation, mais d’une action adaptée aux circonstances, plus efficace par sa permanence et son universalité que par une tapageuse massivité. Des slogans frappants devraient être lancés, sans doute, mais pas par le truchement d’hommes-sandwichs : l’État doit sauvegarder sa dignité et son prestige. Il dispose de puissants moyens de diffusion depuis la radio, jusqu’à la presse. La Presse ? Il ne doit évidemment pas s’agir de journaux inspirés plus ou moins ouvertement par le Gouvernement comme par le passé, ni non plus – surtout – de journaux qui seraient édités par un service d’État. La presse doit exprimer librement l’opinion, la dégager et l’orienter. C’est là une mission sans laquelle la démocratie ne pourrait fonctionner.

Haut de page

Notes

1 « Légitimité de la démocratie », L’Antialcibiade, op. cit., p. 31.

2 Il y est dit : « Et un des plus certains remèdes qu’ait le Prince contre les conjurations, c’est de n’être point haï et méprisé du populaire ; parce que toujours celui qui conjure, estime qu’il contentera le peuple par la mort du Prince ; mais quand il pense l’offenser, il n’a pas le courage de l’entreprendre, car ceux qui conjurent ont d’infinis empêchements ». On ne saurait attacher plus de prix à l’opinion.

3 « La stabilité gouvernementale », L’Antialcibiade, op. cit., p. 165-187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Janne, « Opinion et démocratie », Revue de l’Institut de Sociologie, 86 | 2016, 107-116.

Référence électronique

Henri Janne, « Opinion et démocratie », Revue de l’Institut de Sociologie [En ligne], 86 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ris/400

Haut de page

Auteur

Henri Janne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue de l’Institut de Sociologie

Haut de page
  • Logo Université Libre de Bruxelles
  • Logo Fonds de la Recherche scientifique
  • OpenEdition Journals