Navigation – Plan du site

Introduction

Pascale Froment et Boris Grésillon
p. 5-11

Entrées d’index

Géographie :

Europe, Lille, France, Lyon, Marseille
Haut de page

Texte intégral

1L’orchestration d’événements de grande ampleur tels que les expositions internationales ou universelles, les grands festivals ou encore les capitales européennes de la culture apparaît de plus en plus comme une stratégie obligée des politiques urbaines, au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions. Ces manifestations sont même présentées, au-delà de leur caractère temporaire, comme des éléments moteurs du développement urbain des villes contemporaines, ce qui peut sembler contradictoire : comment, en effet, construire ou faire évoluer la ville sur la base d’événements qui ne durent qu’un temps ? Ou encore, comment inscrire l’éphémère dans la durée ?

2C’est ce questionnement formulé comme un oxymore qui a été au centre de la journée d’études « Faire durer l’événement : un enjeu contemporain pour le développement des villes ». Ce thème fait écho à la réflexion et aux travaux du groupe de recherche de l’UMR Telemme « Villes, culture et grands projets », dont l’objectif est d’analyser de façon comparative, la manière dont le paradigme culturel, dans toutes ses facettes, est mis en avant voire instrumentalisé dans les politiques urbaines, au service d’une mise en scène de la cité et de ses habitants. L’approche par l’événement – à la fois urbain, spatial, culturel – en donne un éclairage particulier. Non seulement ces événements de rayonnement international servent de moteur aux villes européennes quelles qu’elles soient, pour gagner en attractivité et en visibilité mais ils sont aussi intégrés aux politiques urbaines au point de changer souvent durablement, voire définitivement, le visage de portions entières de villes.

3La problématique proposée pour la journée d’étude a comme particularité d’avoir été placée sous le regard d’un grand historien et géographe marseillais, Marcel Roncayolo dont les travaux – Les grammaires d’une ville : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, L’imaginaire de Marseille : port, ville, pôle, La ville et ses territoires, etc. – ont marqué des générations de géographes, d’historiens mais aussi de sociologues, d’architectes et d’urbanistes. Il ne s’agit pas pour autant d’un simple hommage mais bien davantage d’une invitation au dialogue, un dialogue à la fois scientifique, conceptuel, intergénérationnel et géographique que Marcel Roncayolo a toujours cultivé dans sa carrière et dont on retrouve des traits dans l’entretien reporté ici. Sa réflexion sur les figures du temps et sur l’articulation des événements aux autres tempos de la ville, dans son rapport à l’espace – « La ville est à la fois patrimoine (temps long) et lieu de spéculation ou d’anticipation (projet) » – contribue à donner de l’événement un éclairage critique et à ouvrir des perspectives précieuses pour une approche à la fois géographique et pluridisciplinaire de la thématique.

4Ce n’est qu’assez récemment que les géographes se sont emparés du terme, et plus récemment encore que celui-ci est associé au mot « spatial ». La réflexion sur l’événement s’inscrit dans un champ de la discipline qui s’est développé rapidement à partir des années 1990-2000 sur le rôle de ces manifestations internationales, très en vogue au niveau européen dès les années 1980, dans les nouvelles stratégies de villes aux bases économiques fragilisées par la crise industrielle et cherchant à se promouvoir sur le marché mondial. Si les années 1990 marquent un tournant en termes de légitimation académique de cette thématique par la multiplication des études sur le sujet, la phase de consolidation scientifique et institutionnelle de la recherche sur plusieurs fronts disciplinaires s’opère dans la décennie suivante. Le surgissement relativement neuf du thème dans les recherches en géographie procède de la convergence de deux facteurs majeurs : la place croissante des « événements » dans la vie des villes et dans les politiques urbaines – affutage des candidatures, recours à des spécialistes de l’événement dans les staffs des collectivités territoriales, etc. –, se conjugue à une évolution de la géographie de plus en plus attentive aux jeux et aux discours des acteurs, aux dimensions spatio-temporelles bien qu’en ce domaine, la voie ait été ouverte par quelques remarquables précurseurs tels justement Marcel Roncayolo. Or le terme d’événement, si l’on se réfère à sa mise en débat dans les revues scientifiques, en France et ailleurs, pose problème dans la mesure où il est mobilisé dans des contextes – et « sensibilités » – géographiques différents. Il se décline pour les tenants de l’analyse spatiale sous la forme d’« événement spatial », en résonance avec l’événement historique (L’Espace géographique, 2000), et de plus en plus dans des travaux associés à la ville, au point que l’on évoque fréquemment l’« événement urbain », ou la « ville événementielle » (Géocarrefour, 2007), ou encore l’« événement touristique » (D. Getz, 2008). L’événement comme expérience recherchée par les politiques de renouvellement urbain, d’image et de marketing territorial ouvre des champs multiples sans que soit toujours éclairée la notion elle-même.

5Dans le champ plus vaste des sciences sociales, l’événement renvoie traditionnellement à l’ordre du temps et au travail des historiens sur une notion qui a connu un véritable renouveau porté notamment par Ricoeur, Suter, Kosselleck après une phase d’éclipse liée à la remise en cause de l’histoire événementielle. Elle se trouve ainsi au centre d’un faisceau d’attentions pluridisciplinaires – de la philosophie, à l’histoire et à la géographie – dont il convient de tenir compte pour une réflexion plus ample, transversale aux sciences sociales. Il est de ce fait intéressant, dans cette perspective, de repartir des questions et des paradoxes que soulève la notion et d’interroger celle-ci à travers ses différentes acceptions et en particulier dans sa relation avec l’événement historique. La curiosité que manifestent les géographes à son endroit pourrait bien ressembler à une incursion – une « rapine » – sur les terres consacrées de l’histoire, par la saisie d’une notion longtemps restée dans le giron des historiens : de même que ces derniers maraudent plus souvent du côté des territoires, de même les spécialistes de l’espace chapardent quelques catégories temporelles. Signe incontestable de la porosité des frontières entre disciplines des sciences sociales, cette migration ouvre un champ fertile de recherche et prend aussi au dépourvu les nouveaux « apprentis » de l’événement, donnant lieu à des tâtonnements conceptuels. L’intention ici n’est pas de revenir sur la construction du lien complexe entre ville et événement mais, en repartant de ses principales acceptions, d’en explorer quelques aspects à propos de la culture – « événement culturel » –, en mettant en évidence l’intérêt et la richesse des contradictions présentes dans les politiques culturelles et projets urbains.

Evénement : historique, spatial, médiatique

6Rien de moins évident en effet que cette alliance entre des significations souvent antinomiques : l’événement historique, distinct du simple fait quotidien ou de l’événement « tout court » (Koselleck, 1979), est défini comme un fait imprévisible qui a des conséquences sur le déroulement de l’histoire, en ce qu’il remet en cause la structure ou le système en place. Du point de vue des effets sur les territoires, la définition, assez générale pour être communément admise, d’événement spatial au sens de « modification durable de l’organisation spatiale », rejoignant la conception historique, permet de distinguer celui-ci d’événements qui seraient sans retombées, sans empreintes sur l’espace concerné, quelle qu’en soit l’échelle.

7En revanche, le sens de surprise que lui confèrent les historiens se heurte à l’usage qui en est fait dans le cadre des politiques urbaines. Il y a d’emblée tension entre le fait de « créer un événement » et le fait qu’il en devienne un véritablement. L’événement conçu, programmé et construit de toutes pièces, par les édiles, est non seulement à l’opposé de la « surprise » mais il devient en fait une simple « prophétie auto-réalisatrice » (BAGF, 2009). Il y aurait alors vice de concept : en tant que projet, chargé d’intentionnalité et d’anticipation, l’événement provoqué par les politiques urbaines est incompatible avec la notion d’événement historique, qui assume une part d’aléatoire, de non maitrisé. Il se rapprocherait finalement davantage de la locution appliquée au domaine des médias pour qui « créer l’événement » revient à mettre un fait en vedette pour en faire un événement « médiatique ». Il s’agit en ce sens de mettre une ville en scène, de travailler à la visibilité d’un lieu, d’un territoire. L’événement peut être lu comme un pari sur l’avenir d’une ville, mettant en jeu les échelles de temps et les charnières des relations entre passé, présent et futur.

Évanescence et durée

  • 1 Durand-DastÈs F., “Le concept d’événement spatial - débat”, L’Espace géographique, n° 2000/3, p. 20 (...)

8La prise en compte de l’événement en géographie comme enjeu contemporain revient à poser la question centrale de l’articulation entre les temps de la ville et leur traduction dans l’espace. L’événement s’inscrit dans une succession de rythmes différents. Il constitue un moment bref, précisément identifié et borné dans le calendrier urbain, et c’est sa distinction même du temps banal de la ville, de son ordinaire qui en fait la valeur, le prix. Toutefois, il n’est pas simplement enchâssé dans un avant et un après, aux mêmes tonalités, il n’est pas conçu comme une parenthèse mais bien comme un tournant, une discontinuité. C’est à l’aune de cette rupture entre un amont et un aval, qui est aussi un avenir, que se mesure la réalité de l’événement ; il faut un contexte et des conditions « favorables », moyennant souvent d’importants financements, pour qu’il advienne et secrète un changement. Sa brièveté relative renvoie ainsi à l’emboîtement de temps d’inégale durée, l’événement étant perçu comme accélérateur du changement urbain. Pensé dans la durée par ses « instigateurs » et préparé pour cet horizon, il ne devient véritablement événement au sens historique du terme que par les traces qu’il laisse dans l’espace urbain, par son inscription dans la matérialité de la ville et dans les pratiques qui la façonnent, qui lui confèrent la « qualité d’un phénomène observable » (Durand-Dastes, 20001) et d’un « événement spatial ». Pour les chercheurs, c’est a posteriori, par voie rétroactive que l’on peut reconnaître à un événement soigneusement orchestré les attributs d’un événement spatial : il ne peut être qualifié comme tel que lorsqu’il a au moins commencé, et mieux encore après son achèvement, ce qui nécessite un recul suffisant, une distance dans le temps, pour en apprécier les effets. L’inscription de l’événement dans la durée, permettant le passage de l’éphémère au pérenne, est devenu ainsi un enjeu majeur pour les villes : comment adosser l’évanescent sur des structures permanentes, organisationnelles, de gouvernance, des flux mais aussi des lieux, des territoires transformés à l’occasion de ces mouvements de la ville parée pour l’accueil ? L’événement spatial ressortit à la fois à l’acception médiatique du mot et à sa signification historique, en s’inscrivant dans la matérialité – « transformation ou embellissement du lieu » comme le rappelle Marcel Roncayolo – et dans les pratiques de l’espace urbain.

Singulier et récurrence

9L’événement est également pris dans la dialectique de la singularité et de la répétition. Le contexte de concurrence entre territoires exhorte les villes à une quête de différence, d’originalité, pour se démarquer dans la compétition. Paradoxalement, les calendriers et les rendez-vous événementiels se multiplient, en tant qu’outils de gouvernement urbain au service d’une stratégie de développement local. Le même type d’événement est ainsi décliné en des lieux divers : les Capitales Européennes de la Culture ont lieu chaque année en deux lieux différents – et le même événement, une fois expérimenté, est souvent appelé à se répliquer à des rythmes réguliers sur un même espace, le distinguant par ce nouveau label : Biennales de Venise, Festival de Cannes, Fête des Lumières à Lyon, … La multiplication des rencontres est à double tranchant : celles-ci relèvent de rituels qui s’installent mais encourent du même coup la « peine » de la banalisation, du passage de l’exceptionnel à l’ordinaire. Plus encore, le risque majeur est bien de répéter les mêmes maquettes événementielles, transférées avec quelques adaptations d’une ville à l’autre. De la réhabilitation des bâtiments industriels ou entrepôts tombés en disgrâce puis redécouverts, aux objets architecturaux fétiches comme le musée Guggenheim de Bilbao érigé désormais en modèle, les politiques urbaines ne cessent de reproduire des matrices culturelles expérimentées dans d’autres métropoles – et les grands événements y sont en bonne place – pour donner un nouvel élan à des villes en délicatesse d’image et de développement. Devenues des instruments de marketing urbain, ces manifestations à rayonnement international sont intégrées à la politique d’attractivité des villes et aux projets urbanistiques, fonctionnant comme des leviers, des accélérateurs, pour façonner, remodeler tout ou partie de la ville, produire de nouveaux espaces.

10Un pari risqué que certaines villes semblent avoir néanmoins relevé. En France, à part Paris, les plus connues sont sans doute Lille, qui, depuis Lille 2004 capitale européenne de la culture, continue sur sa lancée, pratique une politique culturelle audacieuse, entretient ses « maisons folies » et rénove ses quartiers péricentraux ; et Lyon, la « capitale des Gaules », qui s’appuie sur des événements devenus incontournables tels la Biennale de l’art contemporain, la Biennale de la Danse ou la Fête des Lumières, pour se positionner durablement comme une ville créative… où il fait bon vivre, étudier et investir. Nantes fait également parler d’elle, non seulement en pérennisant des événements majeurs comme « La folle journée de Nantes » ou la biennale « Nantes-Estuaire » mais aussi en redynamisant des quartiers centraux comme l’île de Nantes par l’action culturelle. Mais derrière le savant travail sur l’événementiel et le marketing urbain, offrant des images « policées » et attractives de ces villes, et de bien d’autres en Europe (Milan, Gênes, Liverpool, Séville, Lisbonne, etc.), se font jour des fissures – dont témoignent les articles réunis ici –, des perceptions divergentes de cette irruption de l’insolite dans le quotidien, de ce « moment clé ».

Sens et acteurs de l’événement urbain

  • 2 Dictionnaire Le nouveau Petit Robert, Éd.2013.

11L’événement n’existe finalement que par le sens qui lui est conféré, c’est-à-dire dans sa relation avec les acteurs. La part de subjectif dans la relation entre le fait et l’être humain s’impose dans le contenu le plus courant du terme « ce qui arrive et qui a de l’importance pour l’homme »2. D’emblée, se pose alors la question de la pluralité de regards, portés de l’intérieur ou de l’extérieur – habitants, visiteurs, touristes, investisseurs, opérateurs culturels, etc. – sur ce qui se produit, de façon contemporaine mais aussi dans l’après, dans l’interprétation même de ce qui a été. Il ne peut y avoir unité de sens de l’événement urbain, sa signification et sa portée sont indissociables de celui qui le façonne, qu’il s’agisse de « l’observateur contemporain et acteur de la séquence temporelle dans laquelle s’insère l’événement ou bien du chercheur d’aujourd’hui » (Ozouf-Marignier, Verdier, 2000) qui met l’événement en perspective et en compréhension. Comme en histoire, un fait peut être ainsi interprété puis réinterprété de nombreuses fois, être mis en cohérence sous diverses formes qui restent tributaires du moment et du regard que l’on porte sur lui. Questionner l’événement en géographie requiert ainsi une lecture en termes de logiques d’acteurs, de « participants ». La comparaison établie par Marcel Roncayolo entre la fête d’ouverture de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture et l’ouverture de la bibliothèque de l’Alcazar est à cet égard instructive. Son insertion dans la ville crée en effet la surprise par la rapidité de son adoption par les habitants et les institutions, par sa fréquentation qui s’inscrit dans la durée ; elle peut être à ce titre considérée comme véritable événement culturel et urbain, et peut-être même davantage que le grand événement officiel « Marseille-Provence 2013 », si l’on en croit Marcel Roncayolo. L’exemple souligne les nombreux décalages ou frictions entre la construction de l’action placée dans un « horizon d’attente » pour la ville et l’impact réel à long terme sur cet espace, sur la perception qu’en ont les habitants ou d’autres acteurs extérieurs. Les grands rituels que sont devenues ces manifestations, prescrites en quelque sorte comme gage de notoriété internationale et de retombées économiques positives pour la ville, peuvent demeurer des événements tout court, dissociés des véritables enjeux de culture et de production de la ville.

12Ce numéro de Rives méditerranéennes propose à la fois un regard sur les travaux de Marcel Roncayolo (cf. contribution du sociologue André Donzel) et des études de terrain très variées, qui mettent l’accent sur des événements culturels et spatiaux de toute nature. L’urbaniste Sophie Bertran de Balanda, qui fut une disciple de Marcel Roncayolo, nous plonge dans « l’imaginaire industriel de Martigues », une ville que M. Roncayolo connaît bien pour l’avoir étudiée. Jean-Luc Arnaud nous rappelle ce qu’a représenté « l’événement » de l’ouverture du canal de Suez pour Le Caire, et sa mise en scène. Les géographes Bruno Lusso et Marie-Thérèse Grégoris jettent un regard rétrospectif sur Lille 2004, capitale européenne de la culture présentée comme une référence par les acteurs de Marseille-Provence 2013. Le politologue Philippe Dujardin analyse le surgissement du défilé de la Biennale de la danse à Lyon, qui deviendra un événement au même titre que la Fête des Lumières ou que la Biennale d’art contemporain. Enfin, Alix Afferni, doctorante en géographie, étudie les enjeux urbanistiques de l’Exposition universelle qui se tiendra à Milan en 2015. Ce numéro s’ouvre par un entretien passionnant de Marcel Roncayolo, dont l’acuité du regard sur la ville et sur les concepts en vogue tels qu’« événement » ou « culture » constitue un apport précieux pour les chercheurs en sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Badiou A., L’être et l’événement, Paris, Éditions du Seuil, 1988, 560 p.

CASTET J-B., « Les sites des expositions de Séville, Lisbonne et Saragosse : de l’éphémère au durable ? », Méditerranée, n° 111/2008, p. 103-107.

L’Espace géographique, dossier « L’événement spatial en débat », n° 2000/3, p. 193-236, dont “Le concept d’événement spatial- débat” pp. 200-217.

EspacesTemps. Histoire/Géographie « 1. L’arrangement » (n° 66-67) ; « 2. Les promesses du désordre » (n° 68-69-70), 1998.

Fagnoni E., Lageiste J. (dir.) « L’événementiel et les villes touristiques », Collection Bulletin de l’Association des géographes français, Éditions Association des géographes français, Septembre 2009 - 120 p.

Getz D. “Event tourism : Definition, evolution, and research”, Tourism Management, n° 29 (2008) pp. 403–428.

Géocarrefour, numéro thématique « La ville événementielle », vol. 82/3, 2007, mis en ligne le 26 mars 2008.

HALL C.M., “The definition and analysis of Hallmark events”, Geojournal, n° 19,1989, pp. 263-268.

Koselleck R., Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1979.

Lussault M., L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Seuil, 2007, 366 p.

Ozouf-Marignier M-V., Verdier N., « L’événement : un objet historique à emprunter », L’Espace géographique, n° 2000/3, pp. 218-223.

Richards G., Wilson J., (dir.) Tourism, creativity, and Development, Routledge, New York, 2007.

Ricœur P., « Le retour de l’événement », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, vol. 104 –N° 1, 1992, p. 29-35.

Roncayolo M., Les grammaires d’une ville : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 507p.

Roncayolo M., “L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle.”, Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, XIXe-XXe siècles, tome V, Marseille, Chambre de Commerce et de l’industrie de Marseille, 368p.

Roncayolo M., La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990, 279 p.

Suter A. (1997), « Histoire sociale et événements historiques. Pour une nouvelle approche ». Annales Histoire Sciences Sociales, vol. 52, mai-juin, n° 3, 1997, p. 543-567.

ZUKIN S., “Urban Lifestyles : diversity and standardization in spaces of consumption”, Urban studies, vol. 35, n° 5/6, 1998, pp. 825-839.

Haut de page

Notes

1 Durand-DastÈs F., “Le concept d’événement spatial - débat”, L’Espace géographique, n° 2000/3, p. 202.

2 Dictionnaire Le nouveau Petit Robert, Éd.2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Froment et Boris Grésillon, « Introduction », Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 5-11.

Référence électronique

Pascale Froment et Boris Grésillon, « Introduction », Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4556 ; DOI : 10.4000/rives.4556

Haut de page

Auteurs

Pascale Froment

Pascale Froment est géographe, maître de conférences à l’Université l'Université d'Aix-Marseille et membre de l’UMR TELEMME. Elle a été Chargée de coopération universitaire à Naples. Ses recherches portent sur les territoires de l’industrie de la mode et l’économie souterraine ainsi que sur le renouvellement urbain en Méditerranée, plus particulièrement à Naples et Tanger. Elle a participé à plusieurs ouvrages collectifs dont La ville sans bornes, la ville et ses bornes, Paris, Nolin, 2006 et Histoires de territoires, Alphil, Neuchâtel, 2010.

Articles du même auteur

Boris Grésillon

Nommé Maître de conférences à l'Université d'Aix-Marseille en 2001, Boris Grésillon est membre de l'UMR Telemme depuis cette date. En 2009, il a cofondé avec Pascale Froment le groupe de recherches "Villes, culture et grands projets" au sein de Telemme. Membre du comité de rédaction de Rives méditerranéennes depuis 2010. Professeur de géographie depuis 2011, ses recherches se situent à la croisée de la géographie urbaine et de la géographie culturelle ; ses travaux portent sur la place des artistes dans la fabrique de la ville, sur les capitales européennes de la culture, sur les villes créatives et sur les "friches culturelles".

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals