Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Paysage industriel et imaginaire ...

Paysage industriel et imaginaire à Martigues

Sophie Bertran de Balanda
p. 31-44

Résumés

Martigues cultive la convergence d’images opposées, elle est ville industrielle et ville-patrimoine. Cette dualité est assumée. Grâce à sa géographie héritée, on l’a surnommée « Venise provençale ». Sa géographie inventée par les nécessités industrielles du siècle dernier a dessiné un chenal, entraînant la disparition d’étangs, d’îles et de salines. Aujourd’hui, il est encore difficile de mesurer l’impact sur l’imaginaire collectif de ces métamorphoses industrielles et urbaines, riches en paysages modernes et en aventures humaines. C’est à partir d’une relecture des cartes des XIXe et XXe siècles, de l’histoire de l’implantation du pôle pétrochimique, de l’analyse des photos aériennes, que l’on peut comprendre que cet imaginaire s’inscrit durablement autour du chenal de Caronte. Il enjambe les ponts, comme Toni l’immigré piémontais, héros du film de Renoir tourné ici-même en 1934, en plein bouleversement industriel. L’année 2013 ouvre de nouvelles perspectives à cette ville en changement permanent. Le Pays martégal participe au programme « Marseille, Provence, Capitale européenne de la culture ». De nombreux projets artistiques portés par la collectivité, prennent appui sur les paysages industriels. La curiosité que ces expériences font naître auprès d’un public élargi nous amène à penser que le paysage, fut-il industriel, devient un moteur culturel pour Martigues.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cet article consiste à cerner la place du paysage industriel dans l’imaginaire de Martigues en partant du constat que ce dernier se nourrit de la convergence d’images opposées, ville industrielle et ville patrimoniale de la basse Provence.

  • 1 Jusqu’aux années soixante on utilisera le nom d’origine : L’avéra.

2Le site pétrochimique a bouleversé les terres arides de L’avéra1 au bord de La Méditerranée dès les années 1930, et les grands ensembles ont remodelé le territoire urbain sur les rives du chenal de Caronte et de l’étang de Berre à la fin des années 1960.

3La ville historique et le littoral de la Côte Bleue sont les supports traditionnels du tourisme culturel et balnéaire. Mais depuis peu, la ville moderne et industrielle fait son entrée dans cette lecture d’une ville, plus globale et singulière.

4Le classement « Ville balnéaire et touristique » obtenu en 2007 et la labellisation « Ville d’Art et d’Histoire » en 2012, témoignent d’un engagement. Est-il en contradiction avec une économie industrielle contraignante ? Vraisemblablement non, pour deux raisons au moins partagées par tous.

  • 2 Certes, les premières fabriques de soude ont été construites sur le port de Ponteau et à proximité (...)

5D’une part, la pétrochimie avec son territoire industriel dense mais isolé de la ville, a permis à la commune de préserver son littoral. C’est une démarche foncière portée sur plusieurs dizaines d’années par la municipalité. L’espace de protection autour des usines et la richesse qu’elles apportent, réinvestie en foncier communal, ont assuré de fait la protection des paysages méditerranéens. La mise en réserve est devenue projet d’avenir. La taille de la commune, 7144 hectares, a facilité cette mutation très rapide après un XIXe siècle marqué par une décroissance démographique. Martigues était alors un port de pêche et une ville-campagne (comme dirait Marcel Roncayolo) sur le même modèle que Marseille, mais d’échelle beaucoup plus modeste. Son entrée remarquée dans le monde industriel date des années 1920 avec l’installation d’un dépôt de pétrole sur la passe de Bouc.2

  • 3 Expression utilisée pour nommer l’ensemble formé par les sites pétrochimiques de Lavera-Fos-étang d (...)

6D’autre part, les formes géographiques héritées, terrestres et maritimes, ont permis « d’absorber » la modernité industrielle. La colline de la Nerthe crée un écran (un écrin ?) autour de Lavéra, le site pétrochimique implanté à six kms du centre-ville. Alors que les nouveaux quartiers réalisés pour les travailleurs « du triangle d’or de la chimie »3 sont localisés dans la continuité de la ville déjà constituée sur les coteaux de la colline des Marins.

  • 4 Quartiers de Paradis-Saint-Roch et de Notre-Dame des Marins, ZUP dessinée par Michel Ecochard.

7Vu du chenal de Caronte, de l’étang de Berre ou de la Méditerranée, le site industriel offre à tous un spectacle fantasmagorique quand les cheminées en feu se noient au soleil couchant. Ainsi la lecture de Martigues, ville de pêcheurs, chère aux peintres provençaux, s’est enrichie au cours du XXe siècle avec la reconnaissance de son littoral naturel, la ville ancienne mise en valeur – surnommée aimablement « Venise provençale » – quelques grands ensembles – dont certains ont été labélisés « patrimoine du XXe siècle » –4 et le plus grand site pétrochimique du sud de l’Europe.

8Dans la même période, chaque installation industrielle et chaque transformation de surface terrestre et maritime a été accueillie avec une certaine fierté. Le creusement d’un chenal entraîna la suppression des « sedes » dans la ville. L’îlot de Bouc a été comblé et les salins ont disparu pour la création du port pétrolier. Les ponts ferroviaire (1915), autoroutier (1972), levant (1962) et les ponts bleus en 2001, ont, chacun à leur manière, marqué fortement la perception du territoire et amélioré les déplacements. La richesse est partagée, et Martigues reste une ville très appréciée par ses habitants, toujours intéressés par la nouveauté, considérant les problèmes industriels comme faisant partie de leur quotidien. Il est cependant difficile aujourd’hui de mesurer l’impact de la ville industrielle dans l’imaginaire collectif. La recherche de témoignages passés sur cette urbanisation peut donner quelques indices d’une vision nouvelle des territoires.

XIXe siècle : la naissance de l’imaginaire autour du chenal

9On retrouve une lecture imaginaire du chenal sur une carte des années 1840 « orientalisée ». Ce document découvert aux archives municipales a été commenté par Marcel Roncayolo dans l’ouvrage Martigues, regard sur un territoire méditerranéen. Le chenal, ou plutôt les étangs, sont dénommés « Bosphore provençal » par la main d’un graphiste facétieux (ou pédagogue ?) qui avait annoté un plan présenté au conseil municipal, pour défendre le choix d’une ligne de chemin de fer. Moment crucial pour le territoire, la création d’un réseau ferré joignant Marseille au Rhône par Martigues avait été envisagée, puis abandonnée au profit du tracé de Paulin Talabot (cet axe sera cependant repris un siècle et demi après pour l’autoroute A55).

10La vision de Félix Ziem n’est pas loin. Séduit par la lumière orientale de Martigues, Ziem le « peintre Voyageur » a construit une mosquée sur le bord du chenal. Elle lui permettait de peindre des vues suggestives du Bosphore sans s’imposer un retour à Constantinople.

Illustration 1. La naissance de l'imaginaire du chenal au XIXe siècle

Illustration 1. La naissance de l'imaginaire du chenal au XIXe siècle

Surimpression anonyme sur fond de carte de 1842 jointe à la délibération pour l’établissement du chemin de fer, tracé kermaignan, sur une « vue générale du chenal de Martigues ». L’auteur de cette correction en rouge, transforme par son geste la carte informative en paysage oriental. En 2008, dans le cadre du festival des « instants vidéo » organisé par Marc Mercier, je suis allée à la recherche de la parenté de Martigues avec les paysages de l’orient : Martigues et Venise, le chenal de Caronte ou le Bosphore ? Des photos de pétroliers à la comparaison de poutargues achetées dans les trois sites lagunaires, j’ai cherché à démontrer que l’on pouvait encore porter un regard (attentionné) oriental sur les paysages de Martigues, aujourd’hui.

Archives municipales de Martigues.

Illustration 2. XXe siècle, plan du port dans les années 1930

Illustration 2. XXe siècle, plan du port dans les années 1930

Anciens et nouveaux tracés des rives se superposent sur une même carte. Les nouvelles lignes industrielles de chemin de fer sur la Gafette sont marquées en rouge (une liaison avec la gare de la ville est même proposée).

Archives communales de Martigues.

La construction d’un territoire industriel portée par « l’extérieur »

11Dès le début du XXe siècle, faute de place sur les quais de la Joliette, la Chambre de commerce de Marseille cherche à annexer de nouveaux sites portuaires, plus à l’ouest, derrière la Nerthe, du côté de Martigues, Port-de-Bouc et autour de l’étang de Berre. Toujours dans cette perspective, la ligne littorale de chemin de fer Marseille-Miramas s’éloigne du centre de Martigues et ouvre l’accès à de nouveaux territoires de projets, L’avéra et les étangs de Caronte.

12La réalisation de la ligne, ouverte en 1915, introduit dans la vie locale une première génération d’ouvriers immigrés. Nombre d’entre eux firent souche à Martigues et travaillèrent ensuite à Croix-Sainte ou Port-de-Bouc. Des industriels audacieux comme Verminck vont déplacer leurs activités, fixées dans la banlieue marseillaise, sur les rives du chenal.

  • 5 Jean-Toussaint Samat, petit-fils du directeur du « Petit marseillais », et journaliste lui-même, a (...)

13Cette période de mutations a inspiré, en 1934, une œuvre majeure, le film « Toni » réalisé par Jean Renoir, artiste visionnaire du futur de Martigues. Et, peu connus, de singuliers romans policiers décrivent avec justesse cette avancée industrielle et ses nouveaux arrivants5.

L’expérience du dédoublement

14À l’examen d’une carte IGN de Martigues ou d’une photo aérienne, saute aux yeux le dédoublement de deux villes qui semblent s’ignorer. Si chacune a son propre code postal, les deux entités entretiennent de très fortes relations. Les habitants du village de Lavera (13117) créé par la firme industrielle, ont gardé de cette période paternaliste un attachement fort au quartier et l’habitude du risque. Les informations sur la vie de l’industrie sont toujours excessives du fait de la taille du complexe et de l’importance des investissements, de l’impact des périodes d’arrêts des machines sur les entreprises locales en sous-traitance, du danger de pollution... À l’est, autour des quartiers hérités, la ville-centre (13500), après une rapide période de croissance, se densifie de manière plus mesurée.

15Les deux viaducs franchissant le chenal de Caronte assurent la liaison journalière et la rupture de paysage entre les deux territoires. Alors que le chenal lui-même, véritable axe majeur de l’identité martégale, est le garant de la continuité entre ces deux mondes.

La nouvelle représentation du début du XXIe siècle, le chenal comme unité de ville

16Cette forme héritée, Marcel Roncayolo l’a appelée « hausmannisation du chenal ». Le canal de navigation a été creusé sur deux étangs remblayés, il trace dans le cœur de ville une autoroute des mers, supprimant au passage une île, sans atteindre son pittoresque en profondeur. Le passage des pétroliers entre deux églises baroques du XVIIe siècle, salué par le pont levant, « bras » relevés, procure un plaisir renouvelé quand la circulation s’arrête comme par enchantement.

Imaginaire industriel entre reconnaissance et oubli

17Le site pétrochimique et portuaire actuel a maintenant près de soixante ans. Certaines structures obsolètes en tant qu’outil de travail sont intéressantes du point de vue de l’histoire des techniques, comme patrimoine industriel. Les formes et architectures industrielles appartenant à ce territoire ont droit à notre reconnaissance et pourraient servir de socle aux conceptions d’un projet contemporain. Cette réflexion sur l’apport du patrimoine industriel à la connaissance culturelle d’une commune ou d’une région, comme valeur ajoutée à la richesse de ce territoire, commence à être partagée.

18La ville de Martigues assume sa dualité entre économie pétrochimique et ville touristique. Nous ne sommes qu’au début de la reconnaissance culturelle et de la valeur attractive de ce paysage industriel « impressionnant » (et impressionniste ?).

19Depuis 2011, préparant à leur manière l’année capitale (2013), photographes, artistes marcheurs, architectes et urbanistes, ont sillonné la nuit et le jour les sites industriels de Ponteau à Fos-sur-mer, pour saisir le moment où l’industrie devient paysage.

20De même, Mathieu Immer, artiste en résidence à la médiathèque Louis Aragon en 2011, a dessiné une carte sonore du littoral industriel. En 2010, « Lieux Publics », compagnie dirigée par le compositeur Pierre Sauvageot, crée l’installation « Champs harmoniques » sur la pointe de Bonnieu, avec vue sur la centrale de Ponteau. Cette « marche symphonique pour instruments éoliens et publics en mouvement » a été réinstallée dans le village des Goudes à Marseille en avril 2013 dans le cadre de Marseille-Provence 2013.

  • 6 Les visites en bateau des bassins ouest, Lavera-Fos, par le grand Port de Marseille affichent aussi (...)

21La commune de Martigues a mis en place de nombreux programmes, peu communs, de valorisation de son histoire urbaine et industrielle. Des visites « Patrimoine » en bateau sont proposées pour les visiteurs depuis 2008, dont le succès va croissant6. C’est la première tentative d’associer le grand public à la reconnaissance du chenal. De l’étang de Berre jusqu’au fort de Bouc, la traversée offre le moyen rapide de remonter toute l’histoire de cette ville curieuse à travers une géographie réinventée.

22Les archives municipales de la ville de Martigues ont entrepris dès 2002, un travail important sur la mémoire ouvrière, avec des ateliers d’écriture retranscrits dans un ouvrage intitulé Mémoires de Caronte, les racines du futur. La Galerie de l’histoire et de l’avenir de Martigues, ouverte dans l’Hôtel de ville en 2007, a consacré un espace, sorte de fresque allégorique, à la naissance de l’industrie. Et, depuis 2011, les conférences des « mardis du patrimoine » abordent l’histoire industrielle et urbaine de la ville. Pour 2013, le programme associe des performances d’artistes (la compagnie « l’ombre folle ») à partir de l’histoire de l’usine Verminck, vue par les anciens travailleurs, à des visites de sites à Lavera organisées par les industriels, et une rencontre autour de la naissance de ce paysage.

23La valeur des formes héritées de cette aventure ne paraît pas encore reconnue comme un enrichissement pour de futurs projets également industriels. On peut dès lors se poser quelques questions.

24L’industrie est encore vivante, n’est-ce pas le bon moment pour la valoriser ? Est-ce l’appréhension de la fin du cycle pétrolier, qui marque la vie de ce territoire depuis près d’un siècle, ou la familiarité avec « l’usine » qui empêche de projeter d’autres usages ? Enfin, la reconnaissance patrimoniale d’un lieu ne peut-elle venir que de l’extérieur, d’un regard scientifique exempt d’empathie ? Le risque n’est-il pas que ce dernier soit reçu localement comme un regard élitiste ?

25La disparition des lieux de travail peut être (ou devenir) une épreuve douloureuse pour une population ouvrière qui revendique sa reconnaissance comme telle et dont la mémoire orale est recueillie avec attention.

  • 7 Pourtant la similitude de ses formes avec « le moulin de France » nous amène à penser qu’il a servi (...)

26Les raisons objectives de cet abandon sont multiples. Le complexe pétrochimique évolue en permanence en réutilisant les espaces en friches, ce qui lui évite de s’étendre sur des espaces naturels. Le danger des sites industriels classés Seveso impose la fermeture d’établissements dans les zones à risque. C’est ainsi que l’Hôtel des gens de mer a été fermé en 2003 et démoli en 2011. Enfin, le délabrement des bâtiments hors d’usage ne favorise pas leur reconnaissance architecturale, à l’instar du silo, sorte de signal de la modernité sur les quais Verminck, témoin d’une usine « bord à quai » implantée en 1924 sur les terrains du Grand Port de Marseille7.

27Pour revenir à mon cœur de métier, l’urbanisme, l’enjeu aujourd’hui est d’apprendre à mieux connaitre et faire partager les paysages industriels pour préparer leur inscription dans un projet durable, en gardant les traces utiles pour demain. Une manière d’adhérer à l’idée que les projets culturels et artistiques participent pleinement à l’ambition d’une formation citoyenne.

Illustration 3.

Illustration 3.

Démolition de l'hôtel des gens de mer

© S. Bertran de Balanda.

2013 : projets éphémères et/ou inscription durable dans le territoire ?

28Le projet de « Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture » engage de nombreuses communes du département des Bouches-du-Rhône. Il est porté localement par la Communauté d’Agglomération du Pays Martégal (CAPM) composée de Martigues, Port-de-Bouc et Saint-Mitre-les-remparts. Les choix de projets culturels que la communauté a faits marquent la force de son unité industrielle et maritime.

29Pour Martigues, les manifestations s’appuient sur les expériences citées précédemment :

  • la « nuit industrielle », moment phare de l’été pour « MP 13 », est organisée par le théâtre des Salins, scène nationale de Martigues, autour de parcours de nuit accompagnés de performances de comédiens et musiciens dans les usines et sur l’eau ;

  • le GR 13 (sentier de grande randonnée métropolitain), porté par la curiosité des artistes marcheurs, se déplace ici entre les sites naturels et archéologiques, les centres anciens et les quartiers modernes, le chenal et les sites industriels désaffectés ;

  • le projet « Ulysse » du FRAC (fond régional d’art contemporain) s’amarre à Martigues avec deux projets : la création vidéo sur le pont levant, de Fabrice Lauterjung, installation éphémère dans la chapelle de la Miséricorde (c’est une première), et les ex-voto de Jean-Jacques Rullier, au musée Ziem ;

  • les recherches de l’artiste Mathieu Immer sur les paysages sonores de l’industrie, soutenues par la centrale EDF, elle-même sorte de sculpture moderne ayant inspiré de nombreux artistes peintres et photographes avec ses cheminées rayées (devenues sans usage depuis la mutation au gaz de la centrale en 2012) ;

  • les photographies d’Alain Sauvant qui, à la demande du théâtre des Salins, pose dans le centre-ville de Martigues ses grandes bâches sur lesquelles les formes industrielles sont perçues comme des œuvres d’art.

30Notons enfin qu’un projet associatif sur des portraits de travailleurs de l’industrie est aussi en préparation.

Illustration 4. Le paysage comme moteur culturel

Illustration 4. Le paysage comme moteur culturel

L’artiste Pierre Carrelet a accompagné le groupe de visiteurs le 14 avril 2013 sur le GR « gare aux gares » : le groupe de marcheur en file indienne vers le chenal.

© Pierre Carrelet, photographe-marcheur.

31Tout a commencé avec Toni.

32Le film « Toni » est repris par le cinéma Jean Renoir dans le cadre du projet « Ecran voyageur ». La séance se déroule au pied de la pile tournante du viaduc, comme un double hommage à son héros immigré italien, au tragique destin, et au viaduc toujours présent. Cette projection s’accompagne d’une exposition inédite sur la réalisation de ce film, proposée par le cinéma Jean Renoir et l’espace Prosper Gnidaz. Elle replace ce film, précurseur du néo-réalisme, dans l’histoire du cinéma à partir des archives de la Cinémathèque française. Elle aborde aussi l’impact du tournage sur la vie locale, en 1934, et revisite les « paysages de Toni » dans le Martigues contemporain à travers une série d’aquarelles.

33Cette diffusion est symbolique pour la mémoire du monde ouvrier, et je ne suis pas loin d’imaginer que nous pourrions, avec la reconnaissance de ce film emblématique, patrimoine lui-même, trouver l’origine de l’imaginaire de cette cité moderne. C’est ce qui s’est passé pour le film de Jacques Demy, « les demoiselles de Rochefort », qui a transformé l’image de cette ville de garnison dans les années 1960.

34La créativité de Jean Renoir se manifeste aussi dans sa capacité d’anticipation sur le devenir de Martigues, ville industrielle, qui accueille depuis trois générations de nouveaux habitants du bassin méditerranéen.

35D’autres projets préparés pour cette année capitale, s’appuient sur un imaginaire plus classique tel « Le grand atelier du midi » ou encore autour de l’œuvre de Raoul Dufy au musée Ziem, en complémentarité avec le Musée Granet d’Aix-en-Provence et le musée Cantini de Marseille. Le thème de la ville née sur l’eau est illustré par « Anapos », cité lacustre éphémère et utopique, créée sur le bassin de Ferrières par la compagnie Ilotopie. Les formes fuselées de cette ville autonome dans laquelle on se déplace en pédalo, ne s’apparentent à rien de connu.

36Cette réconciliation artistique entre industrie et ville n’est-elle pas un espoir pour l’avenir de ce laboratoire de la modernité ?

37Cette année de Capitale culturelle européenne va-t-elle déboucher sur une sensibilisation à une nouvelle échelle ? Comment d’autres territoires au passé et au présent industriel ont-ils rebondi après une expérience similaire ? Comment, dès 2014, faire « fructifier » cette énergie ?

38Deux exemples, certes pris dans des contextes historiques et géographiques différents, pourraient nous inspirer pour aborder l’avenir des paysages industriels de l’étang de Berre et du golfe de Fos.

39La ville et la communauté d’agglomération du Havre ont initié un workshop sur « L’imaginaire industriel » associant, autour du rapport de la nature avec l’industrie, des chercheurs, des politiques et des étudiants en architecture et paysage de plusieurs pays.

40La région de la Ruhr, capitale européenne de la culture en 2010, construit avec succès son projet économique sur la reconversion de ses installations minières et portuaires en sites culturels et paysagers, associés au maintien de filières industrielles.

Le paysage comme moteur culturel

41La conclusion de cette ébauche de réflexion s’appuie sur une expérience personnelle, ayant rédigé le présent article en avril 2013, soit juste après l’ouverture, les 13 et 14 avril 2013, du GR 13, sur les terres de Martigues, Port-de-Bouc et Saint-Mitre.

  • 8 Concernant la Sainte-Victoire vue de Martigues, il ne faut pas oublier le tableau de Nicolas de Sta (...)

42Pour ces journées inaugurales, de nombreux parcours ont été imaginés par des artistes et des associations d’habitants. Ma proposition s’est illustrée par le titre peu pittoresque de « Gare aux gares ». La durée du trajet en train est de trois minutes. Le chemin à pied, de la gare de Croix-Sainte (réduite à un) à celle de Port-de-Bouc (entièrement réhabilitée) passe par le plateau campagnard du Campéou, face au quartier d’habitat social de Mas de Pouane, et descend vers le chenal de Caronte, entre Calen (site de pêche et de fabrication de la poutargue) et une usine en déconstruction (Azur-chimie fermée en 2009). On est loin du paysage attendu de la montagne Sainte-Victoire !8

43La balade, sur inscription, était prévue pour une trentaine de personnes prêtes à s’initier à l’apprentissage de la lecture de paysages « hors nomes ». L’horaire (de 15h30 à 17h30), en correspondance avec ceux du TER, permettait d’assurer l’accès en transport en commun des visiteurs-acteurs de ce GR alternatif. Le soleil et plus de cent cinquante personnes étaient au rendez-vous, à notre plus grand étonnement. Ce succès montre qu’aujourd’hui un réel intérêt culturel existe pour ces territoires industriels.

44Tout en marchant, nous avons échangé avec les experts et artistes présents, dont Julie de Muer et ses balades sonores et les photographes-urbanistes de « Par ce passage infranchi ». Le groupe était particulièrement attentif et réceptif, curieux, sans retenue de l’histoire des lieux traversés.

45À la gare de Port-de-Bouc, la visite s’est clôturée par la lecture d’un extrait de Impressions de voyage/Le midi de la France d’Alexandre Dumas. L’auteur décrit avec beaucoup d’humour la naissance imaginaire de Port-de-Bouc en… 1834. La ville réelle sera érigée en 1866. Ainsi Martigues et Port-de-Bouc se découvrent associées autour de leurs histoires industrielles respectives, sur le parcours du GR13.

46Cette expérience m’a persuadée que le paysage industriel est en train de prendre sa place dans l’imaginaire du pays martégal et que, peut-être, cet héritage pourra s’inscrire dans un projet d’avenir pour le territoire.

Illustration 5. Vue oblique du Plan local d'urbanisme (PLU) de Martigues

Illustration 5. Vue oblique du Plan local d'urbanisme (PLU) de Martigues
Haut de page

Bibliographie

Une lecture du dédoublement : la ville industrielle et la ville héritée, le chenal de Caronte, axe majeur entre Méditerranée et étang de Berre, le territoire agricole, plaine de St-Pierre—St-Julien au sud, les étangs au nord.

Voir l'auteur.

Edouard RASTOING et R.P. Jacques de ROMEFORT, illustration de T.P. GRIEG, De l’or blanc à l’or noir, sel et pétrole, Éditions MORLOT, 1958,42 p.

Delphine DESVEAUX, François SCALI, imaginaire industriel, leçon n° 1 : le métabolisme respiratoire, Archibook, industrie du Havre, 2010, 109 p.

Sous la direction de François GASNAULT et Isabelle CHIAVASSA, une aventure portuaire, les archives du service maritime des Bouches-du-Rhône, aménageur des ports de Marseille, 19e, 20e siècle, Images en Manœuvre Éditions, 2008, 304 p.

Marcel RONCAYOLO, Jean-Charles BLAIS, Martigues, regards sur un territoire méditerranéen, Éditions Parenthèses, 1999, 91 p.

Alexandre DUMAS, impressions de voyage, le midi de la France 1e édition, 1835, collection Michel LEVY 1865, p. 112-116.

Francesco CARERI, Walkscapes, la marche comme pratique esthétique, Éditions Jacqueline Chambon, 2013, 215 p.

Thierry DAVILA, Marcher, Créer : déplacement, flâneries, dérives dans l’art de la fin du XXe siècle. Éditions du Regard, 2002, 191 p.

Xavier DAUMALIN, Du sel au pétrole, Paul Tacussel éditeur, 2003, 160 p.

Felix ZIEM, peintre voyageur, 1821-1911, catalogue exposition musée Ziem, Actes Sud, 218 p. 1994

Pierre GRAS, le temps des ports, déclin et renaissance des villes portuaires (1940-2010), Tallandier, 2011,259 p.

Haut de page

Notes

1 Jusqu’aux années soixante on utilisera le nom d’origine : L’avéra.

2 Certes, les premières fabriques de soude ont été construites sur le port de Ponteau et à proximité des salins dans les années 1830 et une usine métallurgique était déjà en place à la fin du XIXe siècle à Caronte, enfin, l’exploitation des carrières sur le littoral est ancestrale mais sans impact réel sur la petite ville de Martigues.

3 Expression utilisée pour nommer l’ensemble formé par les sites pétrochimiques de Lavera-Fos-étang de Berre.

4 Quartiers de Paradis-Saint-Roch et de Notre-Dame des Marins, ZUP dessinée par Michel Ecochard.

5 Jean-Toussaint Samat, petit-fils du directeur du « Petit marseillais », et journaliste lui-même, a écrit une série de trois romans policiers dont l’action se déroule « aux Martigues ». « L’horrible mort de miss Gildchrist », le premier, a reçu en 1932, le grand prix du roman d’aventures, dans la fameuse édition du masque et la plume. Les pages 25, 26 et 27 donnent une description de Martigues très précise : « jolie ville appelée universellement « Venise provençale »... L’auteur détaille ensuite toute la mutation industrielle naissante et la personnalité des travailleurs d’origines géographiques diverses qui s’installent sur les terres martégales, mais à l’extérieur de la ville. Curieusement, l’auteur parle aussi des nombreux peintres qui viennent « par dizaines, par centaines » s’installer aux bords des canaux. Il met ainsi en scène toutes les facettes de cet imaginaire en construction. Deux exemplaires de ces ouvrages se trouvent aux archives municipales de Martigues et à la Médiathèque Louis Aragon.

6 Les visites en bateau des bassins ouest, Lavera-Fos, par le grand Port de Marseille affichent aussi le même engouement.

7 Pourtant la similitude de ses formes avec « le moulin de France » nous amène à penser qu’il a servi de référence aux architectes, Eugène Manolakakis et BCDMB, qui ont construit ce bel ensemble sculptural dans les années 1970 comme signal de Paradis-Saint-Roch.

8 Concernant la Sainte-Victoire vue de Martigues, il ne faut pas oublier le tableau de Nicolas de Staël peint en 1952, qui représente, par temps gris, un pétrolier sur l’étang de Berre sur fond de Sainte-Victoire. Les travaux plus récents d’Olivier Domerg, poète, et Brigitte Palaggi, photographe, remettent aussi en balance la vision idéalisée par Cézanne, dans leur ouvrage collectif « La Sainte-Victoire, de loin en proche », paru chez Autres et Pareils en 2012. La montagne sacralisée de notre imaginaire provençal est aussi visible des usines de la Mède ou de l’autoroute A55.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. La naissance de l'imaginaire du chenal au XIXe siècle
Légende Surimpression anonyme sur fond de carte de 1842 jointe à la délibération pour l’établissement du chemin de fer, tracé kermaignan, sur une « vue générale du chenal de Martigues ». L’auteur de cette correction en rouge, transforme par son geste la carte informative en paysage oriental. En 2008, dans le cadre du festival des « instants vidéo » organisé par Marc Mercier, je suis allée à la recherche de la parenté de Martigues avec les paysages de l’orient : Martigues et Venise, le chenal de Caronte ou le Bosphore ? Des photos de pétroliers à la comparaison de poutargues achetées dans les trois sites lagunaires, j’ai cherché à démontrer que l’on pouvait encore porter un regard (attentionné) oriental sur les paysages de Martigues, aujourd’hui.
Crédits Archives municipales de Martigues.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 2. XXe siècle, plan du port dans les années 1930
Légende Anciens et nouveaux tracés des rives se superposent sur une même carte. Les nouvelles lignes industrielles de chemin de fer sur la Gafette sont marquées en rouge (une liaison avec la gare de la ville est même proposée).
Crédits Archives communales de Martigues.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 3.
Légende Démolition de l'hôtel des gens de mer
Crédits © S. Bertran de Balanda.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Illustration 4. Le paysage comme moteur culturel
Légende L’artiste Pierre Carrelet a accompagné le groupe de visiteurs le 14 avril 2013 sur le GR « gare aux gares » : le groupe de marcheur en file indienne vers le chenal.
Crédits © Pierre Carrelet, photographe-marcheur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Illustration 5. Vue oblique du Plan local d'urbanisme (PLU) de Martigues
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4578/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Bertran de Balanda, « Paysage industriel et imaginaire à Martigues », Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 31-44.

Référence électronique

Sophie Bertran de Balanda, « Paysage industriel et imaginaire à Martigues », Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/4578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4578

Haut de page

Auteur

Sophie Bertran de Balanda

architecte et urbaniste

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search