Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47L’invention d’une « tradition » 

L’invention d’une « tradition » 

le défilé de la Biennale de la danse de Lyon
Philippe Dujardin
p. 77-82

Résumés

Deux manifestations festives contribuent désormais à la renommée de la ville de Lyon et de son agglomération : la « Fête des lumières » et le « Défilé de la Biennale de la danse ». Ni l’une ni l’autre de ces manifestations n’avait vocation, initialement, à être reconduite : pas plus l’inauguration de la Vierge dorée coiffant la chapelle de Fourvière le 8 décembre 1852, que la déambulation chorégraphiée du 15 septembre 1996. Autant que leur teneur propre, ce sont donc les conditions de reconduction de l’une et de l’autre qui demandent à être interrogées. Comment ce qui n’a vocation qu’à une manifestation unique est-il amené à être reconduit ? Comment le contingent en vient-il à faire « tradition » ? Des conditions de cette « advenue » nous demanderons compte à la plus récente de ces deux manifestations, soit le défilé de la Biennale de la danse.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Lyon

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Deux manifestations festives contribuent désormais à la renommée de la ville de Lyon et de son agglomération : la "Fête des lumières" et le "Défilé de la Biennale de la danse". Tout semble, a priori, opposer ces deux manifestations. L’ancienneté de l’une, l’apparition récente de l’autre. L’origine et le ressort religieux de l’une, le support profane et multiculturel de l’autre. L’échelle urbaine de l’une, l’échelle méta urbaine de l’autre. Et cependant, une propriété décisive les rapproche. Ni l’une ni l’autre de ces manifestations n’avait vocation, initialement, à être reconduite : pas plus l’inauguration de la Vierge dorée coiffant la chapelle de Fourvière le 8 décembre 1852 que la déambulation chorégraphiée du 15 septembre 1996. Autant que leur teneur propre, ce sont donc les conditions de reconduction de l’une et de l’autre qui demandent à être interrogées. Comment ce qui n’a vocation qu’à la manifestation unique est-il amené à être reconduit ? Comment ce qui n’a prétention qu’à l’éphémère en vient-il à se pérenniser ? Comment l’événement devient-il durable, pour citer les termes mêmes de ce numéro de Rives méditerranéennes ? Comment le singulier se fait-il multiple ? Comment le contingent en vient-il à faire « tradition » ? En d’autres termes encore, c’est l’« advenue » de la reconduction qui fournira l’argument principal de cette communication. Des conditions de cette « advenue », nous demanderons compte, ici, à la plus récente de ces deux manifestations, soit le défilé de la Biennale de la danse.

L’événement fondateur : le « défilé » du 15 septembre 1996

2C’est à l’occasion de la 7e Biennale de la danse de 1996, ordonnée sous le motif générique Aquarela do Brasil, que se déroule, dans l’artère principale du chef-lieu de l’agglomération lyonnaise, une manifestation sans précédent. Les caractéristiques principales en sont les suivantes :

  • sur 1200 m se déploie une déambulation qui ne relève d’aucun genre connu : il ne s’agit ni d’un défilé, de type militaire, ni d’une procession, de type religieux, ni d’un cortège protestataire, ni d’une parade, de type carnavalesque. Il s’agit d’une déambulation chorégraphiée originale même si certains attendus peuvent, sans doute, être rapportés au spectacle de Jean-Paul Goude, La Marseillaise du 14 juillet 1989.

  • la manifestation est thématisée par référence au pays invité et honoré, soit le Brésil ; mais, paradoxalement, elle donne lieu à l’exhibition de formes populaires urbaines non brésiliennes : le hip-hop et ses corrélats graphiques : le tag et le graf.

  • la déambulation chorégraphiée se déploie à l’initiative de collectifs territoriaux urbains : soit 6 arrondissements de Lyon et 6 villes de la périphérie lyonnaise : Bron, Pierre-Bénite, Saint-Priest, Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Villeurbanne.

  • l’effectif des collectifs associés à la manifestation se monte à 2500 personnes. Celles-ci sont des amateurs, bénévoles, encadrés par des professionnels : chorégraphes, musiciens, décorateurs, costumiers… Les centres sociaux, les MJC, les écoles de danse et de musique, les services culturels des mairies ont prêté leur concours à l’information et à la mobilisation des acteurs de la manifestation.

  • la matrice de la manifestation est directement inspirée du modèle brésilien des écoles de samba ; écoles travaillant des mois durant à l’élaboration des chars, des costumes et de la chorégraphie des danseurs et instituant, du fait même de la durée de la préparation et des savoir-faire requis, une sociabilité intense entre personnes de qualité différente.

  • le répondant politique de la mise en œuvre de la manifestation est un comité de pilotage composé de représentants d’institutions diverses : Association des biennales, Ministère de la culture, Préfecture du Rhône, Ville de Lyon, Région Rhône-Alpes.

  • la mise en œuvre financière et technique du projet est assurée par l’association des Biennales de Lyon. Pour sa première édition, le budget de l’opération, alimenté par les différentes instances composant le comité de pilotage, ainsi que par la Caisse des dépôts, s’élève à l’équivalent de 315 k euros.

Les conditions de la manifestation première

3Celles-ci sont de deux ordres : l’existence d’une institution originale et une politique de la ville ambitieuse.

4- l’institution originale est la Maison de la danse créée en 1980 dans les locaux de l’ancienne salle des fêtes de la municipalité du 4e arrondissement de Lyon, dans le quartier dit de la Croix-Rousse. L’initiative en revient à un petit groupe de chorégraphes lyonnais et à un journaliste, Guy Darmet, convaincus de l’intérêt de la création d’une institution exclusivement dédiée à la danse, mais ouverte à toutes les « écoles » de danse et à ses formes les plus contemporaines. Dans cet esprit, la Maison de la danse ouvre ses portes, en 1993, aux pratiquants du hip-hop que le dispositif « DanseVilleDanse », initié à Villefanche-sur-Saône un an plus tôt, a permis d’identifier.

5- la « politique de la ville » conduite comme une « ardente obligation » est celle d’une agglomération qui, épicentre de troubles, voire d’émeutes urbaines répétées dans les communes de Villeurbanne (1979-80), Vaulx-en-Velin (1979-1990, 1992, 1995) et Vénissieux (1981-1983), parvient à mettre son ingénierie et ses mœurs partenariales au service d’un développement social et culturel desdits « quartiers sensibles ». C’est bien au titre de cette urgence sociétale que la politique de l’État comme celle des services de la ville et de la communauté urbaine concordent pour rendre possible une identification des acteurs des formes culturelles urbaines innovantes et convergent pour en assurer la mise en visibilité au cœur de la ville-centre.

Les conditions du « faire-événement » et de la pérennisation de la manifestation

6- une hybridation improbable

7Comme il a été dit, la manifestation du 15 septembre 1996 tient sa singularité de la très improbable mise en relation d’expressions culturelles contrastées, voire antinomiques : comment accorder, a priori, la parade carnavalesque des chars et personnages évoluant sur les rythmes variés des cuivres et des batucadas de différentes régions du Brésil avec les évolutions et défis des amateurs de hip-hop se défiant, au sol, dans une arène circulaire ? Quoi de comparable entre la semi nudité des femmes évoluant au rythme de la samba et la masculinité revendiquée des mœurs de la rue nord-américaine ? Et cependant, nous aurons vu les uns et les autres relever la gageure d’une étrange composition, d’une étonnante alliance dans ce qu’il faut entendre littéralement comme une « extravagance ».

8- un rapport inattendu et à front renversé du dehors au dedans

9Le dehors s’entend, au cours des deux décennies qui conduisent à l’invention de 1996, comme le dehors menaçant des fauteurs de troubles, comme le dehors des promoteurs des « rodéos urbains », comme le dehors de cette « chienlit » que le métro est supposé amener chaque fin de semaine dans l’artère piétonnisée – rambla de la ville-centre, la rue ci-devant Impériale, actuelle rue de la République. Ce qui se joue sous le ciel très clair du 15 septembre 1996 est une inversion des signes. Le dehors a converti la voie publique en scène publique. La voie publique s’est muée en pavois. L’exhibition festive a eu vertu d’ennoblissement des personnes, des collectifs et des pratiques.

10- un rapport de désaliénation à l’environnement urbain

11Un urbanisme fonctionnel, ayant asservi l’espace public à la satisfaction des exigences maniaques de la circulation automobile ou de la chalandise commerciale, se voit attribué d’autres potentialités : celles du rapport esthésique (i.e sensible) à l’urbanité. Où il apparaît que l’urbanité est aussi affaire de « transports » qui, cette fois, sont ceux de la réjouissance collective.

12- un surprenant effet d’agglomération

13Il faut entendre ici le sens premier, physique, du verbe agglomérer, soit « assembler en un tout différents composants ». Assemblés, les composants de la communauté urbaine de Lyon l’étaient depuis 1969. Assemblage des entités territoriales au profit des fonctionnalités de la voirie, de la propreté, du traitement des eaux, de l’urbanisme… s’attestant dans les logos des opérateurs et les mentions fiscales de la feuille d’impôt des contribuables. Assemblage en attente de la mise en visibilité de ses composants : ceux-ci étaient enfin rendus visibles sous la discrète bannière des villes parties prenantes à ce que le public nomme immédiatement « le défilé ». Assemblage en attente de l’accès à ces fonctions premières, d’ordre symbolique, qui sont le propre de l’humain : celles du rite et du récit.

14- un effet d’étonnement

15Effet d’étonnement, pourvu que, cette fois encore, on redonne au terme « étonnement » son sens premier : ce qui ébranle, fissure, comme le peut la foudre. Or ce qui se fissure, ce 15 septembre 1996, est ce collage d’images que la ville de Lyon avait produite d’elle-même au fil des décennies. Images que condense un Henri Béraud, fustigeant, en 1933, les mœurs de la bourgeoisie lyonnaise sous le titre Ciel de suie. Et c’est bien sur cette place Bellecour que Jean Reverzy nomme, en 1956, Place des angoisses, que se clôt la déambulation de 1996. C’est bien sur cette place que se joue entre danseurs, épuisés autant qu’exaltés, le futur impensable de ce qu’avec les milliers de spectateurs enthousiasmés, on nomme déjà « le défilé » et dont « on » appelle, spontanément, la reconduction.

En guise de moralités

16Dans la soirée du 15 septembre 1996, les acteurs et spectateurs du « défilé » se tiennent sur le bord d’une interrogation et d’un paradoxe : le mémorable de cette journée peut-il être reconduit ? L’événement qui a déchiré la trame du continu a-t-il vocation à tramer le continu ? Le ponctuel a-t-il vocation à entrer en tradition ? L’effectivité de la reconduction – une 10e édition du défilé sera ordonnée en 2014, permet d’assurer que le paradoxe a été dénoué, dès 1998 : le discontinu et le continu, le procédé et le processus ont fait alliance. Ils ont fait alliance sur le mode d’une ritualisation. Ritualisation, qui n’est pas répétition, mais qui s’origine en une double négation : l’impossibilité de ne pas faire. Ritualisation qui ne tire pas seulement sa possibilité de l’intensité énergétique de son moment premier. Ritualisation qui tire sa possibilité d’être éminemment « populaire ». Au sens de la fête des âges démocratiques dont Rousseau assure qu’elle tient à ce que le peuple est à lui-même son propre spectacle. Au sens encore, où Goethe, témoin du cérémonial carnavalesque de Rome, assure : « ce n’est pas une fête donnée au peuple, mais une fête que le peuple se donne à lui-même ». Et le paradoxe est, ici, que les marqueurs festifs aussi éloignés l’un de l’autre que le sont, à Lyon, La Fête des lumières et le Défilé de la Biennale relèvent, in fine, de la même économie, jouent du même ressort : ceux de l’origine et de l’appropriation populaires de la manifestation festive.

Haut de page

Bibliographie

Bove Sonia, Dujardin Philippe, Hugouvieux Gilberte, Quand la ville danse, la naissance d’un défilé, 7e Biennale de la danse de Lyon 1996. Cet ouvrage, commandé par la Mission millénaire 3 du Grand Lyon, a été publié, en septembre 2000, à l’occasion de la 9e la Biennale de la danse de Lyon. Il tire parti des recherches iconographiques et des enquêtes de mémoire orale conduites avec les étudiants de l’Institut d’Études Politiques de Lyon et des travaux de conception graphique de Bruno Théry.

Dujardin Philippe, « Quand la cité prend corps », in « A quoi œuvre l’art ? Esthétique et espace public », revue EspacesTemps Les Cahiers 78/79, (2002). Une version remaniée et actualisée a paru dans l’ouvrage La Danse, Corps manifestes, Lyon, Biennale de la danse, ouvrage collectif sous la direction de Stéphane Lebard, Éditions Artha, Lyon, 2002.

Picq Charles, Le Défilé, Biennale de la danse 2000. Production, Les Films Pénélope, France 3, Mezzo, La Biennale de la danse de Lyon, La Maison de la Danse-Lyon, Cité Télévision.

Dujardin Philippe, « Lyon l’allumée : de l’illumination du 8 décembre à la fête des lumières, avatars d’un rituel urbain » in Gilles Bertrand et Ilaria Taddei (dir.), Le Destin des rituels, Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne, École française de Rome, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dujardin, « L’invention d’une « tradition »  »Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 77-82.

Référence électronique

Philippe Dujardin, « L’invention d’une « tradition »  »Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rives/4606 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4606

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search