Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47De l’exposition à l’urbanisation....

De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl pacha

Jean-Luc Arnaud
p. 45-58

Résumés

Au milieu de l’année 1868, le gouverneur de l’Égypte Ismaïl pacha fonde plusieurs nouveaux quartiers à la frange de la ville ancienne du Caire pour encadrer les festivités d’inauguration du canal de Suez. Elles ont lieu un an et demi plus tard ; à ce moment-là, les nouveaux quartiers sont un vaste chantier ponctué de « monuments » construits en bois et décorés en carton-pâte. Cependant, en quelques décennies, ils deviennent ensuite le centre-ville du Caire. Cet exemple témoigne de la manière dont des travaux, qui ressemblent plus au montage d’une exposition qu’à une opération d’urbanisation, peuvent être à l’origine de structures durables. Il montre aussi que l’occupation de l’espace résulte d’une construction dans la longue durée à laquelle participe des acteurs multiples.

Haut de page

Texte intégral

1Les événements sont des phénomènes qui présentent au moins deux particularités. Tout d’abord, ils sont remarquables en ce sens qu’ils dérogent aux règles de l’habitude. Un événement est un moment exceptionnel, un moment rare, on s’en souvient sur la base de cette singularité. Il est d’autant plus facile à mémoriser que son caractère d’exception permet sans ambigüité de le désigner en quelques mots et d’en faire une référence, un point de repère, facile à partager. Les souvenirs s’organisent en fonction de la mémoire des événements. Ils jouent le rôle de borne temporelle en séparant « l'avant » de « l’après ». Cette borne n’est pas seulement un instant, elle peut être dotée d’épaisseur et, à ce titre, correspondre aussi à des « pendants ».

2Par ailleurs, l’événement est nécessairement de courte durée ; s’il se prolonge, il perd son caractère d’exception. Pourtant – on a évoqué les souvenirs « pendant l’événement » –, sa durée n’est pas nulle. Même les quelques secondes d’un tremblement de terre constituent – paradoxalement – un moment long au cours duquel tout s’accélère. Mais la durée d’un événement résulte plus d’une représentation que d’une mesure « euclidienne ». Elle varie en fonction de l’échelle de temps dans laquelle on l’observe. Lille a été Capitale Européenne de la Culture en 2004. Une décennie plus tard, examinée depuis Marseille, l’année 2004 apparaît comme un événement pour l’agglomération lilloise. En 2013, Marseille-Provence a été la Capitale Européenne de la Culture. Les festivités ont débuté en janvier et elles se sont succédées jusqu’à la fin du mois de décembre. Compte tenu de leur proximité temporelle et géographique avec ces festivités, actuellement, les Marseillais ne voient pas 2013 comme un événement mais comme une période au cours de laquelle les événements culturels se multiplient. Dans dix ans, les mêmes Marseillais se souviendront peut-être de tel ou tel spectacle ou exposition remarquable mais il est probable que c’est tout d’abord l’événement dans sa globalité qui marquera le plus les mémoires. 2013 sera considéré comme un ensemble au sein duquel la granularité des souvenirs sera devenue plus lâche. On se souviendra que c’est pendant cette année que le Vieux-Port a été piétonnisé, que plusieurs musées ont été construits sur l’esplanade du J4… Le souvenir mobilisera alors une autre échelle de temps – les musées sont plus durables que les spectacles – et une échelle d’espace plus généralisée.

3Ainsi, toute tentative de « faire durer l’événement » courrait le risque de le faire « sombrer » dans la routine. C’est ce qui se passe dans de nombreuses villes touristiques avec les spectacles à répétition. À Prague par exemple, les concerts donnés chaque soir à l’hôtel de ville correspondent bien à cette catégorie. Le répertoire ne se renouvelle pratiquement pas ; il est cantonné à quelques valeurs sûres entre La Moldau de Smetana, La symphonie du nouveau monde de Dvorak ou encore La rapsodie hongroise n° 2 de Liszt. Pour les musiciens, c’est de toute évidence très répétitif, pour les mélomanes Pragois, l’hôtel de ville est le dernier lieu où ils vont assister à un concert ; au contraire, pour les touristes, chaque soirée constitue un événement.

4Faire durer l’événement, c’est aussi inscrire dans le temps les structures qui ont été mises en place à son occasion. L’exemple de la Tour Eiffel à Paris est sans doute le plus remarquable. Dans d’autres domaines, l’équipement des pistes de ski de la région de Grenoble pour les jeux olympiques d’hiver de 1968, ou encore, plus récemment, le tramway d’Athènes, constituent d’autres exemples. De tels édifices ou équipements sont assez aisés à repérer et à décrire. D’autres formes de permanence, en matière de réseau de voirie ou de répartition de la propriété foncière sont plus difficiles à saisir. La manière dont les nouveaux quartiers du Caire, fondés en quelques mois pour l’inauguration du canal de Suez, se consolident à partir du début des années 1870, en constitue une bonne illustration. Au-delà de l’exemple de « permanence » oubliée, le cas du Caire illustre aussi la manière dont la construction des espaces urbains est une affaire de durée ; il montre enfin que leur occupation ne se décrète pas, quels que soient les moyens matériels, humains et de coercition dont l’autorité dispose, mais qu’elle se construit avec le concours de forces et d’acteurs multiples.

5Au milieu des années 1860, Le Caire est le chef-lieu de la province ottomane d’Égypte. Depuis le retrait des troupes napoléoniennes au tout début du 19e siècle, la charge du gouverneur se transmet de manière héréditaire aux descendants de Mohamed Ali Pacha. Vassaux du sultan, ils bénéficient d’une relative autonomie par rapport à la Sublime Porte. L’Égypte est alors une région prospère, elle dispose d’une agriculture développée à la faveur de plusieurs travaux récents de régulation du Nil, les produits de son industrie sont exportés dans l’Empire ottoman et en Europe. Enfin, à la faveur de la Guerre de Sécession, elle a bénéficié au début des années 1860 de la montée du prix du coton sur le marché international. Le gouverneur – Ismaïl Pacha – a bien compris que l’Égypte occupait une position stratégique sur les voies de communication entre l’Europe et l’Asie. Le creusement du canal de Suez est alors en cours d’achèvement ; son ouverture placera l’Égypte au centre des nouvelles voies de communications maritimes internationales. En 1867, l’Égypte participe pour la première fois, en son nom propre, à un événement international : l’exposition universelle de Paris. Elle se distingue par l’ampleur de ses constructions dont l’importance dépasse celle des pavillons consacrés à l’Empire ottoman pour la présentation de l’ensemble des autres provinces (de Tunis à Sarajevo en passant par Bagdad et Istanbul). Pour sa part, Le Caire compte 250 000 habitants. C’est la plus grande ville du monde arabe (Damas en regroupe 100 000 et Alger 63 000), c’est aussi la seconde ville de l’Empire, derrière Istanbul qui compte 450 000 habitants.

6Ismaïl, gouverneur depuis 1863, nourrit de grandes ambitions pour l’Égypte. Il ne cesse de renforcer son autonomie par rapport à Istanbul et, dans ce contexte, il se propose de faire du Caire une capitale digne des plus grandes villes d’Europe. Pour réaliser son projet, il saisit l’opportunité offerte par l’événement international programmé pour la fin de l’année 1869 : l’inauguration du canal de Suez. Moins de deux années plus tôt, il obtient du sultan le titre de Khédive d’Égypte qui l’autorise à inviter en son nom les chefs d’États européens à cette inauguration. Ismaïl compte sur cette rencontre et sur sa couverture médiatique pour présenter au monde la prospérité économique de l’Égypte, sa modernité par rapport aux autres provinces ottomanes, sa forte autonomie vis-à-vis d’Istanbul – l’Empire est alors pris en étau entre la Russie et l’Autriche-Hongrie – et enfin le rôle géostratégique que l’Égypte peut jouer comme tête de pont de l’Europe vers l’Afrique centrale où la source du Nil Blanc reste à découvrir. Ainsi, l’inauguration du canal de Suez est-elle considérée par Ismaïl comme un moment crucial au cours duquel vont se jouer l’avenir de l’Égypte et celui de sa dynastie.

  • 1 Pour une description plus complète des grands travaux du Caire au tournant des années 1860-1870, vo (...)

7Pour atteindre ces objectifs, il se propose de recevoir ses invités avec la plus grande munificence ; les travaux à exécuter pour y parvenir sont considérables1. Au cours de plusieurs séjours en Europe, il a visité des écoles, assisté à des spectacles, mesuré le rôle des tramways dans le développement des villes, il a aussi évalué les résultats des travaux d’Haussmann à Paris et ceux de l’aménagement du Ring à Vienne… Sur cette base, il prépare une liste des lieux et des équipements qui lui semblent nécessaires pour remplir son programme de réception. Cette liste comporte à la fois des constructions – palais, opéra, théâtre, musée, hippodrome, hôtels, école de fille, cité ouvrière (l’exposition de 1867 présentait plusieurs expériences de cités ouvrières) et des attributs de la modernité : larges rues rectilignes bordées de trottoirs et d’arbres d’alignements, adduction d’eau, tramway… À ce programme il ajoute aussi un pont sur le Nil et une route carrossable d’une douzaine de kilomètres pour rejoindre le plateau de Giza et les Pyramides.

  • 2 Suivant la définition d’A. Raymond. André Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris (...)

8Le Caire est alors une grande ville occupée suivant une forte densité, son organisation spatiale correspond parfaitement à la forme de la ville ottomane traditionnelle2. Les activités économiques et l’habitat sont très séparés, le centre regroupe à la fois le pouvoir religieux – mosquée-université Al-Azhar – et le pouvoir économique – souks et caravansérails. Les rues sont trop étroites pour être carrossables et on compte une forte proportion d’impasses. Cette ville regroupe de nombreux édifices remarquables, des portes monumentales, des bâtiments religieux, des palais des périodes mamelouke et ottomane, une grande citadelle au sud et, sur la rive gauche du Nil, à une douzaine de kilomètres du centre, les pyramides de Giza. Mais elle ne comporte aucun équipement ni service à même de recevoir les invités à l’inauguration du Canal.

9Il s’agit donc de mettre en place le plus rapidement possible la liste préparée par Ismaïl. Le modèle parisien, qui est tout d’abord fondé sur une réforme de la ville existante, trouve sa limite avec le temps imparti. Compte tenu de la densité du tissu urbain et de son occupation, il n’est pas envisageable d’y ouvrir de nouvelles voies de circulation. Par ailleurs, ce tissu est découpé en petites parcelles qui se prêteraient mal à la construction d’édifices aussi vastes qu’un opéra ou un grand hôtel. Sur cette base, Ismaïl préfère développer de nouveaux quartiers juxtaposés à la ville ancienne et suivant un minimum d’interférences avec elle. Par ailleurs, il fait mettre en place d’immenses jardins et plantations sur la rive gauche du Nil.

Illustration 1. Extension de la zone urbanisée du Caire entre 1868 et 1874

Illustration 1. Extension de la zone urbanisée du Caire entre 1868 et 1874

230 hectares sont ouverts à l'urbanisation en moins de 6 ans.

Dessin de l'auteur.

10Pour préparer et mettre en œuvre ses projets, il mobilise des ingénieurs français qui proposent d’organiser les nouveaux quartiers suivant une composition, en rupture complète avec les formes de la ville ancienne, basée sur de larges avenues rectilignes et un réseau de places chargées de mettre en valeurs les nouveaux édifices. Pour les plantations de la rive gauche, un jardinier qui a travaillé aux travaux de Paris, trace un réseau de plusieurs kilomètres d’allées plantées d’arbres d’alignement. Tout doit aller très vite, le développement promu par Ismaïl est une sorte d’exercice d’accélération du temps. Il pense que ses projets sont réalisables pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il a été très impressionné par l’exposition universelle de Paris, et, en particulier par la contribution de l’Égypte représentée par plusieurs pavillons construits en quelques mois. Ismaïl ne fait pas la différence entre le caractère éphémère de l’exposition et les travaux plus durables d’aménagement de Paris conduits par Haussmann. Le montage de l’exposition constitue un modèle qui lui semble reproductible pour étendre le Caire. Il ne se pose pas la question de la durabilité des réalisations : son principal objectif est de changer l’image de la ville pour le mois de novembre 1869.

11Pour parvenir à ce résultat, il bénéficie d’un atout important. Les terrains sur lesquels il fait établir les nouveaux quartiers dépendent soit directement de son domaine privé, soit du domaine de l’État mais Ismaïl ne fait pas la différence entre ses deux instances qu’il exploite au même titre. Non seulement il maîtrise le foncier, mais encore, ces terrains ont fait l’objet d’un aménagement au cours des années 1830. Une nouvelle digue a été construite pour les protéger des crues du Nil, les bas-fonds ont été remblayés et l’ensemble a été organisé par un réseau d’allées plantées. Ainsi, au milieu des années 1860, cette zone est alors une immense promenade (env. 120 ha) dont les terrains se sont stabilisés durant une trentaine d’années. C’est dans ce cadre que s'est développée la plus grande part des nouveaux quartiers. Ils en bénéficient largement puisque plusieurs nouvelles rues ont remplacé des allées. Cette opération de substitution permet effectivement de gagner beaucoup de temps. Elle conforte la faisabilité du programme d’Ismaïl.

12Par ailleurs, pour le réaliser, il mobilise plusieurs sources qui lui semblent alors inépuisables. Tout d’abord, le recrutement des ouvriers nécessaires aux travaux de terrassement est effectué suivant le principe de la corvée, chaque village devait effectivement participer à l’entretien des ouvrages d’irrigation, mais Ismaïl en étend le principe à l’ensemble des travaux publics. Sur cette base, sont recrutés manu-militari les hommes de villages entiers pour alimenter les chantiers du Caire. L’encadrement est fournis à la fois par les services de l’État (les ministères), par ceux de la ville (le gouvernorat) et par l’administration du domaine privé d’Ismaïl. Quelques cadres français dirigent les nouveaux services de la voirie et des promenades.

13Ensuite, dans la mesure où les revenus tirés de l’exportation du coton ne suffisent plus à alimenter les caisses de l’État à partir du milieu des années 1860, Ismaïl emprunte auprès de plusieurs banquiers européens, principalement français. Les taux sont souvent exorbitants mais la source semble elle aussi inépuisable. Enfin, Ismaïl tente de mobiliser les notables du Caire en proposant de donner gratuitement les parcelles de terrain à bâtir dans les nouveaux quartiers à tous ceux qui s’engagent à y construire un bâtiment dans les six mois.

14À l’issue de deux années d’intense activité, le résultat est remarquable, le paysage des environs du Caire est pour le moins bouleversé mais Ismaïl n’a pas pour autant atteint ses objectifs, ni en ce qui concerne la réalisation de son programme d’aménagement, ni pour l’image qu’il souhaitait donner du Caire.

15On peut rendre compte de ces résultats suivant plusieurs points de vue. Une évaluation à l’aune du projet initial témoigne surtout d’une mauvaise évaluation des forces en présence. Tout d’abord, les constructions des bénéficiaires de terrains se font longtemps attendre. Les contrats de concession gratuite imaginés par Ismaïl sont guidés par l’exemple d’Alexandrie où, depuis le début des années 1860, les grands propriétaires fonciers et les négociants en coton investissent des sommes colossales dans le secteur de la construction. Mais Le Caire ne bénéficie pas du tout de la même dynamique, la ville est encore peu industrialisée, les notables ne sont pas prêts à suivre l’hypothèse de développement soutenue par Ismaïl.

  • 3 Marcel Roncayolo, « La production de la ville », Histoire de la France urbaine, tome 4, Paris, Seui (...)

16Cette mauvaise évaluation renvoie à l’analyse de l’hausmannisation proposée par Marcel Roncayolo. Il montre bien qu’à Paris, le processus est fondé sur une alliance étroite entre l’autorité publique et les investisseurs privés3. Ainsi, suivant ce point de vue, Le Caire ressemble plus à Marseille – en particulier à l’échec économique de la rue de La République, promue par les investisseurs parisiens mais boudée par les notables Marseillais, qu’à Paris. Au Caire, au mois de novembre 1869, alors qu’une cinquantaine de concessions ont été délivrées, un seul bénéficiaire a rempli son contrat de construction. Il s’agit d’un banquier d’Alexandrie, ce n’est sans doute pas un hasard.

17C’est seulement plusieurs années après l’inauguration du Canal que les concessionnaires, soumis à de fortes pressions, respectent leurs engagements à construire. Cependant, ils construisent le plus souvent un bâtiment correspondant au prix de revient minimum imposé par le contrat de la concession. Ainsi, les nouveaux quartiers se couvrent-ils de villas installées au centre de grands jardins plutôt que d’immeubles de rapport, plus denses mais plus coûteux, tels qu’Ismaïl les avait souhaités. La ville dense imaginée par Ismaïl ressemble en fait plus à Boulogne qu’au centre de Paris.

18Ensuite, ni le tramway, ni la cité ouvrière, ni les musées, ni l’école de filles ne sont réalisés. Ce dernier exemple témoigne bien de la manière dont Ismaïl envisage la mise en place de ces établissements.

19Pour l’école de filles, quelques mois seulement avant la date fatidique, Ismaïl commande à un de ses agents, alors en mission en Europe, un projet d’école de filles. Il lui demande de recruter en Suisse et en France l’ensemble du personnel nécessaire à son fonctionnement, depuis la direction jusqu’aux cuisinières, d’acquérir aussi en Europe tous les équipements – matériel pédagogique et mobilier. Cet exemple montre combien Ismaïl suit une logique d’exposition temporaire, il considère la mise en place d’une école comme celle d’un pavillon d‘exposition livré « clés en mains » et comprenant les figurants qui seront renvoyés chez eux à l’issue de la manifestation. Cet exemple est d’autant plus caricatural qu’il a pour principale origine la préparation du programme de visites de l’Impératrice Eugénie. L’école ne sera donc jamais construite mais le mode opératoire est toujours le même, Ismaïl décide et commande pour obtenir le résultat escompté dans les meilleurs délais sans se soucier ni du coût de l’opération, ni de sa durabilité. Il fonctionne de la même manière pour l’ameublement des palais. Tout est commandé à Paris, depuis le mobilier jusqu’à l’argenterie, en passant par les tentures et les luminaires.

20Les résultats sont aussi loin du compte quant à l’image qu’Ismaïl souhaitait donner aux médias. Les frais de séjour des journalistes qui couvrent les festivités sont pris en charge par l’État, ils sont invités sans limite de temps, certains en profiteront largement. Malgré ces libéralités, les journalistes ne sont pas dupes, la plupart d’entre eux s’empressent de ridiculiser les résultats des travaux, ils évoquent la ville en chantier dont rien n’est achevé, ils dénoncent les déperditions considérables auxquelles la mise en place des nouveaux quartiers ont donné lieu, ils qualifient les édifices de baraques de foire en carton-pâte…

21C’est encore l’image de l’exposition et de l’éphémère qui domine, elle n’est pas usurpée. En ce qui concerne les constructions, les entrepreneurs cairotes ont effectivement battu tous les records, l’opéra est construit en cinq mois, le cirque en six semaines, le théâtre en mois de 50 jours. Mais, pour l’opéra par exemple, d’importantes réfections sont engagées dès le début des années 1870. À ce moment-là, le bâtiment est déjà tellement dégradé que le montant des travaux est supérieur à l’investissement initial.

22À la décharge d’Ismaïl, les journalistes européens ne viennent pas au Caire pour voir Paris sur Nil, ils sont tout d’abord à la recherche de l’Orient des 1001 nuits, des ruelles tortueuses et des moucharabiehs derrière lesquels ils imaginent les harems et leurs pratiques. Ainsi, quels qu’aient été les résultats des aménagements récents, ils n’auraient pas trouvé leur compte.

23On est donc très loin des objectifs attendus. Cependant, compte tenu du caractère insatiable d’Ismaïl en matière d’architecture et d’urbanisation, on peut être certain que si sa liste initiale avait été réalisée, il aurait ajouté de nouveaux projets. Pour Ismaïl, ce mode de fonctionnement est un mode de gouvernance, il demande à ses services toujours plus que ce qu’ils sont capables de fournir, plus que les moyens ne permettent. Sur cette base, il est toujours insatisfait, ce lui permet de conserver la main sur les travaux, de ne pas payer ses fournisseurs, de ne pas honorer ses contrats… Quelques années plus tard, c’est suivant le même principe qu’il parvient à obtenir des aménagements de la dette égyptienne pendant plusieurs années auprès de banquiers qu’il finit par ruiner. Ismaïl exploite aussi pleinement la multiplicité des services administratifs qu’il mobilise. Malgré les demandes répétées des cadres, il ne précise jamais les limites des compétences de chaque service administratif et il n’établit pas de hiérarchie entre eux. Si ce mode de fonctionnement est à l’origine de fortes déperditions – d’argent et de travail – il permet de conserver une tension entre les administrations, voire de les mettre en concurrence, pour, in fine, permettre à Ismaïl de contrôler toutes les décisions, toutes les interventions.

24Suivant une autre échelle de temps, plus longue, les résultats des travaux d’Ismaïl peuvent être évalués de manière sensiblement différente. Après l’inauguration du Canal, les aménagements du Caire reprennent sur la base d’un nouveau programme. Il ne s’agit plus de proposer une liste d’établissements à faire visiter aux chefs d’États européens mais, de manière plus pragmatique, d’achever les chantiers en cours pour convaincre les investisseurs privés de l’intérêt de construire dans les nouveaux quartiers. Cette seconde phase est aussi de courte durée, à la fin de l’année 1873, les difficultés financières de l’Égypte sont devenues telles que les travaux d’aménagement du Caire sont interrompus. Après six années d’activité, le bilan n’est cependant pas négligeable : 230 hectares sont ouverts à l’urbanisation, cette surface correspond au quart de l’étendue de la vieille ville en 1868 ; on compte 50 hectares de nouvelles rues, 60 kilomètres de trottoirs. Malgré la faible densité des parcelles, on peut estimer à plus de 13000 mètres carrés (13 hectares) l’emprise au sol des nouvelles constructions. Elles correspondent à un investissement de 20 millions de francs. Cette liste résume les résultats visibles des travaux, les activités induites sur la production de matériaux de construction, leur transport et leur mise en œuvre sont plus difficiles à évaluer mais elles ont bouleversé le marché du travail dans un secteur qui ne mobilise pas d’importants savoir-faire. En ce sens, alors que la démographie du Caire stagnait depuis la fin du XVIIIe siècle, les grands travaux d’Ismaïl inaugurent un mouvement migratoire qui ne cesse de croître au cours des décennies suivantes.

25Par ailleurs, si les travaux publics sont brusquement stoppés à la fin de l’année 1873, les nouveaux quartiers ne sont pas pour autant abandonnés. Les rues sont plantées d’arbres d’alignement et bordées de trottoirs, elles délimitent des parcelles dont la plupart sont devenues des propriétés privées ; les villas sont habitées, leurs jardins sont plantés et entretenus… Une nouvelle ville est en train de naître. Le temps de l’exposition est terminé, les baraques de foire et les figurants d’Ismaïl ont été remplacés par des villas et des habitants. On assiste alors à une déconnexion entre cette naissance, portée par les capitaux privés, et les événements économiques – mise en place de la Caisse de la Dette en 1876 – et politiques – condominium franco-anglais en 1878, puis occupation anglaise quatre ans plus tard – qui touchent tout d’abord l’autorité publique. La mise sous tutelle des finances égyptiennes n’est pas favorable aux travaux d’édilité urbaine. Cependant, la mise en place d’une importante administration publique d’une part et la croissance du secteur tertiaire (de banque et de courtage en particulier) d’autre part, donnent lieu au développement d’une nouvelle classe moyenne de cols blancs. Ils trouvent dans les nouveaux quartiers un cadre qui correspond bien à leurs aspirations et leurs modes de consommation. Ainsi, malgré les carences du service de la voirie, les nouveaux quartiers fondés à la fin des années 1860 constituent pendant plus de trente ans, les principaux lieux d’investissement immobilier au Caire. Leur appropriation par le marché foncier est facilitée par la faible densité de l’occupation originelle. Les villas installées au milieu de vastes jardins offrent de multiples possibilités de découpage en unités plus petites. Pour leur part, dans la zone méridionale des extensions, les plus grands îlots sur lesquels étaient construits des palais de la famille d’Ismaïl ont été réinvestis par l’État qui y a installé de nombreux services dont plusieurs ministères et la Chambre des députés. Les larges avenues, héritées des allées tracées au cours des années 1830, permettent de desservir ces établissements dans les meilleures conditions.

26Suivant le modèle de Paris, Ismaïl rêvait d’une ville dense occupée par des immeubles de plusieurs étages construits à l’alignement des rues. Compte tenu de l’étendue des nouveaux quartiers d’une part et du faible engagement des investisseurs d’autre part, ce projet s’est révélé irréalisable. C’est une ville de faible densité, principalement occupée par des jardins et des villas de taille moyenne qui a été réalisée. Loin de constituer un échec, ce changement de programme a conféré aux nouveaux quartiers des potentialités qui ont permis d’ajuster l’offre et la demande des marchés fonciers et immobiliers pendant un demi-siècle.

27Les 230 hectares urbanisés en six ans n’étaient pas découpés de manière isotrope. Certaines liaisons, certaines formes, certains édifices, ont sans aucun doute, dès les premières années, été déterminants de l’avenir de chaque partie. Cette diversité et les potentialités offertes par la faible densité d’occupation ont permis de développer des secteurs spécialisés différents. Le centre-ville, avec ses commerces, ses cinémas, ses cafés, ses lieux de spectacle… occupe seulement une partie des quartiers d’Ismaïl, d’autres quartiers sont plus résidentiels, d’autres plus industrieux, d’autres encore sont plus administratifs… La toponymie qui permet de distinguer au moins une dizaine de lieux différents, plus ou moins tuilés, confirme cette diversité ; elle témoigne aussi de la complémentarité entre ces lieux.

28Ces transformations et ces réappropriations se sont déroulées sur plusieurs dizaines d’années au cours desquelles la conjoncture a été plus ou moins favorable. La révolte de 1882, les premières lignes de tramway au tournant du siècle, la crise du marché foncier de 1907, les manifestations de 1919… ont, chacun à leur manière, laissé des traces dans le développement de la ville et la consolidation des nouveaux quartiers. Ainsi, l’observation suivant une échelle de temps relativement longue modère l’image de l’échec qui est apparu aux invités à l’inauguration du canal de Suez. L’avenir des nouveaux quartiers en chantier à ce moment-là apparaissait alors très incertain. Suivant ce point de vue, l’exemple de Marseille, où les immeubles au gabarit haussmannien – qui occupent chacun leur terrain suivant la plus forte densité envisageable – ont fortement contraint leur réappropriation, montre combien le développement urbain « clé en main » peut être sclérosant. En attendant le prochain tremblement de terre, la rue de la République semble condamnée à rester sous-occupée.

Illustration 2. Le Grand hôtel continental vers 1915

Illustration 2. Le Grand hôtel continental vers 1915

Dès le début des années 1870, un grand hôtel (New Hôtel puis Grand hôtel continental) est construit au cœur des quartiers fondés par Ismaïl, en face de l'Opéra.

Collection de l'auteur.

  • 4 Alaa el-Aswany, L’immeuble Yacoubian, Arles, Actes Sud, 2006.

29Cent cinquante ans bientôt après l’inauguration du canal de Suez, avec ses 12 millions d’habitants, l’agglomération du Caire est actuellement partagée en multiples quartiers qui disposent chacun de leur centralité ; elles sont parfois spécialisées dans tel ou tel domaine d’activité. Cependant, on désigne toujours centre-ville – wast al-balad – la première zone urbanisée sous Ismaïl. C’est dans cette zone que l’on trouve encore aujourd’hui l’offre culturelle – le secteur quaternaire cher à Marcel Roncayolo – la plus diversifiée. C’est dans cette zone que coexistent, ou coexistaient il y a encore quelques années, la plus grande diversité de population – à la fois en termes économiques et en termes communautaires – suivant une forte densité. L’ouvrage de Alaa el-Aswany – L’immeuble Yacoubian4 – témoigne bien de cette particularité. Enfin, c’est aussi dans cette zone que se trouve la place Tahrir, devenue depuis le début de l’année 2011 le principal lieu de contestation du pouvoir.

30Ainsi, alors qu’au lendemain de l’inauguration du canal de Suez, l’avenir des nouveaux quartiers était pour le moins incertain, ils sont parvenus à drainer les investissements suffisants pour survivre (ce n’était pas évident compte tenu de leur étendue), se développer, se densifier et devenir finalement le principal pôle culturel de la ville contemporaine. Ce dénouement était d’autant plus improbable que l’ouverture du Canal a pour effet de réduire fortement le transit par Le Caire. En ce sens, cette inauguration aurait pu reléguer au second plan – derrière Port-Saïd en particulier – les villes du Caire et d’Alexandrie.

31Dans cette histoire, ce n’est pas l’événement proprement dit qui a duré, le Canal a eu son histoire propre, et sa date d’inauguration ne constitue pas un temps fort de la mémoire collective égyptienne, elle a été éclipsée par celle du discours au cours duquel Gamal Abd el-Nasser a annoncé sa nationalisation le 26 juillet 1956. Ce qui a duré, ce ne sont pas non plus les constructions dont il reste seulement quelques traces ; le paysage n’a plus rien à voir avec ce qu’il était à la fin des années 1860. Ce qui a duré est de toute autre nature, c’est tout d’abord la répartition de la propriété foncière. Elle est matérialisée par le partage entre l’espace public et les propriétés privées : malgré ses défauts, le tracé des rues n’a pratiquement pas subi de modification. Par ailleurs, en ce qui concerne le découpage parcellaire, la plus grande part des limites entre les propriétés d’aujourd’hui a été fixée sous Ismaïl. Autrement dit, la comparaison de plans purement cadastraux montrerait qu’en 150 ans (ou presque), les aspects formels de la répartition foncière ont connu assez peu de mutations.

32Pour sa part, l’histoire de l’adoption de la zone centrale des extensions d’Ismaïl par le secteur quaternaire reste à écrire. Dès l’origine, elle doit beaucoup aux premiers établissements tels que l’opéra, le théâtre ou encore l’hippodrome. Ensuite, c’est dans cette partie de la ville que s’ouvrent les premiers hôtels, restaurants et cafés « à l’européenne ». Les voyageurs qui y séjournent constituent la principale clientèle des salles de spectacle. En 1902, l’ouverture du nouveau musée d’antiquités égyptiennes, à la frange des nouveaux quartiers, en conforte le statut. Elle est suivie quelques années plus tard par l’ouverture des premières salles de cinémas… Ainsi, la forte concentration d’établissements culturels au centre-ville du Caire constitue bien un héritage – lointain sans doute – des grands travaux d’Ismaïl et des festivités organisées pour l’inauguration du canal de Suez.

Illustration 3. Densification. Du palais à l'immeuble de rapport

Illustration 3. Densification. Du palais à l'immeuble de rapport
Haut de page

Bibliographie

Lotissement et densification d'une parcelle-îlot occupée par un palais et un grand jardin en 1874.

Dessin de l'auteur.

Arnaud, J.-L., Le Caire, mise en place d’une ville moderne, 1867-1907, Arles, Actes Sud, 1998.

Clerget, M., Le Caire. Etude de géographie urbaine et d’histoire économique, Le Caire, Schindler, 1934.

Ilbert, R., avec la coll. de H. Macchour, « La dislocation des rythmes, le Caire divisé et modernisé », Les Cahiers de la recherche architecturale n° 10-11, 1982, p. 18-29.

Luthi, J.-J., La Vie quotidienne en Égypte au temps des khédives (1863-1914), Paris, L’Harmattan, 1999.

Puig, N., « Le long siècle de l’avenue M. Ali, d’un lieu et de ses publics musiciens », Égypte Monde arabe 4-5, 2001, p. 207-223.

Raymond, A. (dir.), Le Caire, Paris, Citadelles & Mazenod, 2000.

Volait, M., Portrait de ville, Le Caire, Paris, Institut français d’architecture, 2012.

Haut de page

Notes

1 Pour une description plus complète des grands travaux du Caire au tournant des années 1860-1870, voir. J.-L. Arnaud, Le Caire, mise en place d’une ville moderne, 1867-1907, Arles, Actes Sud, 1998, p. 31-183.

2 Suivant la définition d’A. Raymond. André Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985.

3 Marcel Roncayolo, « La production de la ville », Histoire de la France urbaine, tome 4, Paris, Seuil, 1983 p. 77-117.

4 Alaa el-Aswany, L’immeuble Yacoubian, Arles, Actes Sud, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Extension de la zone urbanisée du Caire entre 1868 et 1874
Légende 230 hectares sont ouverts à l'urbanisation en moins de 6 ans.
Crédits Dessin de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Illustration 2. Le Grand hôtel continental vers 1915
Légende Dès le début des années 1870, un grand hôtel (New Hôtel puis Grand hôtel continental) est construit au cœur des quartiers fondés par Ismaïl, en face de l'Opéra.
Crédits Collection de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Illustration 3. Densification. Du palais à l'immeuble de rapport
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4630/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Arnaud, « De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl pacha », Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 45-58.

Référence électronique

Jean-Luc Arnaud, « De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl pacha », Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/4630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4630

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Arnaud

Jean-Luc Arnaud, est directeur de recherches au CNRS, il est affecté au laboratoire Telemme à Aix-en-Provence. D’abord spécialiste des villes du monde musulman de l’orient méditerranéen au tournant des 19e et 20e siècles, il a aussi travaillé sur les usages de la cartographie en histoire. Depuis le milieu des années 2000, il assure la responsabilité d'un progamme international de valorisation du patrimoine cartographique – CartoMundi pour l’université d’Aix-Marseille au sein de la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix en Provence. 

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search