Skip to navigation – Site map

La Méditerranée. Circulations intellectuelles

Fin XIXe siècle – Tournant des années 1970
Maryline Crivello
p. 5-13

Index terms

Géographie :

MED

Chronologie :

Époque contemporaine
Top of page

Full text

  • 1 À l’exception des observations fameuses de Bruno Latour et Steve Woolgar, Laboratory Life : The Soc (...)
  • 2 « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », ANR HISTINERAIRES, Programme blanc de l’Age (...)
  • 3 Philippe Joutard a fondé avec Michel Vovelle, en 1974, le Centre Méridional d’Histoire de l’Univers (...)
  • 4 Marie-Françoise Attard a mené des entretiens avec Gérard Chastagnaret, Bernard Cousin et Jean-Marie (...)

1En sciences humaines et sociales, nous connaissons bien le rôle que joue toute activité rituelle. C'est le cas de la rétrospective de l’Unité Mixte de Recherche TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale-Méditerranée), fondée en janvier 1994. Le rite relève d’un double rapport au temps puisqu’il permet de récapituler le passé, de l’explorer, d’identifier les filiations et les héritages mais il rend surtout l’avenir possible. Donner le sentiment d’une réouverture du temps ou d’inaugurer collectivement une nouvelle aventure sont certainement les conditions et l’expression de la réussite d’un rituel. Ce numéro spécial de Rives méditerranéennes se veut ainsi emblématique d’une démarche qui vise justement à mettre en œuvre la possibilité d’une suite et d’un (re)commencement au sein d’un laboratoire. Intitulée Essai d’ego-histoire collective, cette publication s’apparente à l’initiative bien connue de Pierre Nora en 1987. Depuis, ces formes de connaissance des trajectoires individuelles sont devenues un mode privilégié de saisie de l’historicité des sociétés et tout particulièrement du regard scientifique, soumis, on le sait bien, à une part d’"illusion biographique" ou de tentative de mise en cohérence des parcours universitaires, inhérentes au genre. Pourtant, si l’exercice a banalisé, quelles que soient les disciplines, la tentative de devenir historien de soi-même, plus rares sont les enquêtes qui éclairent les démarches collectives de la production des savoirs et les stratégies institutionnelles portées par les laboratoires1. Ce numéro de Rives méditerranéennes qui rend compte des activités scientifiques de TELEMME s’en fait très humblement l’écho. À partir d’entretiens menés par de jeunes collègues auprès de ceux qui avaient la responsabilité de programmes scientifiques au moment de la création de TELEMME en 1994, on découvre les rythmes de vie d’un laboratoire, son positionnement fort dans l’aire spatiale des rives nord de la Méditerranée, des parcours d’enseignement et de recherches de toute une génération de chercheurs, des références théoriques mobilisées, des inscriptions dans les débats scientifiques de la période, des engagements dans la vie de la Cité et, plus largement, on se sensibilise à un art aixois de pratiquer collectivement la recherche. Ainsi, cet exercice de conjugaison portant sur le passé, le présent et le futur prend acte des risques d’une perception molle de la durée telle que peut apparaître aujourd’hui l’actualité et ses convulsions médiatiques. Cette publication joue en outre le jeu de la mise en abîme en contribuant à l’ANR Histinéraires2. Cette enquête, menée à partir des mémoires de synthèses d’habilitation à diriger des recherches – cités parfois, dans l’usage courant, comme des ego-histoire – et d’entretiens, a pour ambition d’apprécier des évolutions historiographiques, d’analyser un milieu scientifique et les formes de récit de soi des chercheurs. Ainsi, c’est à l’enquête orale, conçue comme l’une des sources de la connaissance, que revient, dans les pages qui suivent, la primauté de cette ethnographie du laboratoire TELEMME, enquête orale dont Philippe Joutard3 fut l’un des pionniers. Cette introduction aux témoignages des responsables de programmes à TELEMME en 1994 – ceux de Roland Courtot et de Nicole Girard (Dynamiques des espaces), de Jean-Claude Bouvier et de Bernard Cousin (Représentations), de Jean-Marie Guillon (Politique) et de Gabriel Audisio (Religion et minorités) – complétés par les articles de Laure Verdon, d’Isabelle Renaudet et de Xavier Daumalin, respectivement consacrés aux parcours aixois de Georges Duby et d’Émile Temime, offre l’opportunité quant à elle, de redécouvrir la trame de fond des conversations et des héritages significatifs pour le positionnement scientifique du laboratoire en Méditerranée4.

  • 5 Émile Temime, Un rêve méditerranéen. Des Saints-Simoniens aux intellectuels des années Trente, Acte (...)
  • 6 La revue Rives méditerranéennes participe de cette élaboration scientifique et institutionnelle. Li (...)
  • 7 Anne Ruel, « L’invention de la Méditerranée » ; Gérard Chastagnaret et Robert Ilbert, « La Méditerr (...)

2Sans trop jouer avec le miroir déformant de l’histoire qui peut permettre de justifier a posteriori les filiations des plus incertaines, tout un contexte intellectuel et politique, très sensible depuis les années trente5, a certainement forgé un environnement culturel, auquel nous sommes sensibilisés dans cette UMR TELEMME qui s’est définie dès 1994 – le choix de l’acronyme en témoigne – par son espace géographique d’études, les rives nord de la Méditerranée6. Cette configuration nord-méditerranéenne, certes légitimée au cours du temps au sein du laboratoire, suppose cependant d’être conscient de la genèse de ce regard sur la Méditerranée, sinon de l’héritage intellectuel de ceux qui ont inventé et construit des perspectives scientifiques encore d’actualité7.

  • 8 Nouvelle Géographie Universelle (ngu), ouvrage publié en 19 volumes entre 1875 et 1894. Reclus y co (...)
  • 9 « Élisée Reclus », Hérodote, Revue de géographie et de géopolitique, numéro 117, juin 2005 (lire en (...)
  • 10 Raffaele Cattedra, Élisée Reclus et la Méditerranée, L’Harmattan (Géorisques), 2010, p. 69-112.

3Élisée Reclus appartient au panthéon de ces figures tutélaires. Le géographe de la Nouvelle Géographie Universelle8 (1875) contribue à soutenir une perception innovante de la Méditerranée qui émerge à la fin du XIXe siècle. Il consacre à la Méditerranée un chapitre intégral dans son volume dédié à l’Europe Méridionale. Si le géographe libertaire a subi l’ostracisme de son milieu et tout particulièrement les foudres de Vidal de La Blache, nombreux sont les auteurs9 qui désormais reconnaissent la singularité de Reclus dans la construction de la Méditerranée comme objet géographique. D’après Raffaele Cattedra10, Élisée Reclus, en rupture avec le passé, renouvelle les protocoles de description géographique. Il établit une vision globale et intégrée de la Méditerranée : celle d’une mer qui est en étroite relation avec son environnement, alors même que chez les vidaliens le monde méditerranéen sera encore un monde terrien.

  • 11 Cependant, cet héritage ne fait pas toujours l’unanimité. Outre une appréhension problématique de l (...)
  • 12 Christian Grataloup, « Braudel, Fernand (1902-1985) », EspacesTemps.net, Livres, 18.03.2003
http:// (...)

4À son tour, l’historien Fernand Braudel, inspiré par l’ouvrage d’Henri Pirenne, Mahomet et Charlemagne (1935), joue un rôle fondateur dans le champ des études méditerranéennes, en particulier dans le domaine historique. Son sujet de thèse abordait de façon classique, en 1923, l’étude de la politique méditerranéenne du Roi d’Espagne Philippe II entre 1556 et 1558. Il l’oriente, en 1927, sous l’influence déterminante de son directeur, Lucien Febvre, vers une approche particulièrement novatrice, en prise avec le renouvellement intellectuel de l’École des Annales : la Méditerranée, pensée comme un espace construit par des circulations sociales, économiques et politiques, devient l’acteur principal de son œuvre. L’ouvrage publié en 1949 et issu de ses recherches prend alors le titre de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II et demeure une référence historiographique incontournable du XXe siècle. Dès la première édition, l’essence même de l’unité de la mer intérieure n’est pas identifiée comme un monde isolé ou tout simplement comme un intermédiaire entre trois continents, mais doit sa cohérence à une intégration de l’économie-monde européenne au tournant du XVIe siècle. La Méditerranée de Braudel révèle des constantes qui appartiennent désormais à un héritage bien connu des chercheurs : des temporalités historiques établies sur une démarche géographique vidalienne, une attention au comparatisme et une sensibilité au rythme des déplacements des hommes11. Bien plus volontiers que Lucien Febvre ou Marc Bloch, Braudel manifeste de fortes affinités avec la pensée géographique, héritier direct de l’influence de Paul Vidal de La Blache.12

  • 13 Je laisse volontairement de côté, dans cette introduction, tout un pan essentiel de la connaissance (...)
  • 14 Émile Temime, Un rêve méditerranéen. Des Saints-Simoniens aux intellectuels des années Trente, op.  (...)
  • 15 Alain Paire, Chronique des Cahiers du Sud 1914-1966, IMEC éditions, Paris, 1993. Thierry Fabre, Tra (...)
  • 16 Les archives des Cahiers du Sud comprennent entre autres des numéros spéciaux emblématiques de cett (...)
  • 17 Christian Bromberger, « Le pont, le mur, le miroir : coexistence et affrontements dans le monde méd (...)
  • 18 Germaine Tillion, Le Harem et les cousins, Le Seuil, Paris, 1966.

5À cette élaboration "scientifique" de la Méditerranée13, réécrite, retravaillée, justifiée, argumentée et qui irrigue toujours les programmes, les réseaux ou les écrits de nouvelles générations de chercheurs, répond singulièrement, dans les années trente, dans le champ littéraire, la prose lyrique de Gabriel Audisio14 – côtoyé d’ailleurs à Alger par Braudel – lorsqu’il publie en 1935 son ouvrage Jeunesse de la Méditerranée. Faut-il rappeler ici la place occupée par cette vision idéalisée d’une Méditerranée des rencontres et des coexistences dans l’œuvre des écrivains des Cahiers du Sud15 mais combien courageuse et salvatrice face aux tenants de l’Afrique latine, un mouvement littéraire et politique dont Louis Bertrand est le porte-parole ? Jean Ballard, le père fondateur de la revue, employé d’une compagnie maritime, n’a cessé de parcourir les rives de la mer intérieure, de l’Afrique du Nord à la Grèce, en quête de cette unité constitutive pour lui de la nature même du "génie méditerranéen"16. Faut-il rappeler cette autre facette de la Méditerranée, celle des frontières et du face-à-face, qu’incarne brutalement en 1954, le conflit algérien et qui suscita chez Camus ou Amrouche, déchirements et inquiétudes profondes ? Revenons simplement, sur ces contradictions, bien trop tranchées et précisément identifiées aujourd’hui par les chercheurs17 mais qui sans cesse ressurgissent à la lecture d’œuvres disparates ou dans les médias : la mythologie d’une Méditerranée des confluences, des échanges et des passages, incarnée dans les villes méditerranéennes cosmopolites avec leur lingua franca ; la présentation d’une Méditerranée qui sépare, des territoires brisés par les affrontements religieux ; la Méditerranée de la reconnaissance, des ressemblances familiales, avec son hospitalité ostentatoire ou ses codes d’honneur, la Méditerranée du harem et des cousins18.

  • 19 Tout un champ d’études universitaires se structure dès 1958 pour aboutir à la fondation de l’Instit (...)
  • 20 Cahiers du Sud, numéro 312, 1er semestre 1952.
  • 21 Georges Duby, L’Histoire continue, Éditions Odile Jacob, Paris, 1991, p. 14.
  • 22 Pierre Nora, Essais d’ego-histoire, 1987.
  • 23 Georges Duby, L’Histoire continue, op. cit., p. 143. Jacques Le Goff a également joué un rôle essen (...)
  • 24 Ce contexte est détaillé dans l’article de Laure Verdon dans cette même revue. On peut se référer é (...)
  • 25 La série « Méditerranée » réalisée par Folco Quilici et diffusée en 1976 (Fr3 et RAI) est entièreme (...)
  • 26 La Méditerranée, deux tomes (I. L’Espace et l’Histoire, II. Les Hommes et l’Héritage). Paris, Arts (...)
  • 27 De Reparaz André, « Notice nécrologique - H. Isnard 1904-1983 », Méditerranée, Troisième série, Tom (...)
  • 28 La revue fait partie des héritages de TELEMME, Méditerranée. Revue géographique des pays méditerran (...)
  • 29 « Le séminaire Isnard » perdure cependant à Aix plusieurs années encore.
  • 30 Duby reste très discret dans l’exposition de ses souvenirs sur la période 68. Cependant, l’amertume (...)

6Ce qui est certain, c’est que les années soixante ont marqué en Méditerranée un tournant incontestable. C’est le temps de la rupture avec le monde colonial19 et de la brisure d’illusions longuement entretenues sur le seul dialogue entre les cultures méditerranéennes. Comme Braudel, Duby n’est pas étranger à l’univers intellectuel des Cahiers du Sud. En 195220, il écrit aux côtés de Jean Sénac, l’écrivain engagé pour la résistance algérienne, un texte intitulé « De l’ordre et de l’inquiétude dans la pensée médiévale ». Comme Braudel, Duby a retenu de sa formation initiale de géographe, la conviction de la complémentarité entre le temps et l’espace. « Le géographe regarde un paysage et s’efforce de l’expliquer. Il sait que cet objet, véritable œuvre d’art, est le produit d’une longue élaboration, qu’il a été façonné au cours des âges par l’action collective du groupe social installé dans cet espace et qui le transforme encore. En conséquence, le géographe se sent tenu d’étudier d’abord le matériau, c’est-à-dire les éléments physiques modelés peu à peu par ce groupe social, mais non moins attentivement les forces, les désirs, la configuration de celui-ci, et donc de s’en faire peu ou prou l’historien »21. Pour Duby, en poste à la Faculté d’Aix-en-Provence depuis 1951, la géographie permet avant tout l’approche du palpable : « Ce qui m’attacha profondément à la géographie, ce fut l’attention nécessairement portée au plus tangible, l’obligation d’ouvrir les yeux, de sentir, de palper22. L’expérience des Suds des deux historiens, l’Algérie pour l’un, le Midi pour le second, les a amené à inverser ou à déplacer leur regard et à s’ouvrir sur une Méditerranée qui désormais les lie. Duby aime à rappeler ce mélange d’admiration, de connivence et de gratitude qu’il éprouve pour Braudel : « J’admirais Braudel. Je tiens La Méditerranée au temps de Philippe II pour l’un des grands livres qui furent écrits en notre siècle. (…) J’ai conscience de m’être sans cesse référé à cette œuvre magnifique, modèle que je m’efforce aujourd’hui d’écrire »23. Comme le précise Laure Verdon dans son article, la fondation du CESM, Centre d’études des Sociétés Méditerranéennes en 196024, menée par Duby en collaboration avec le géographe Hildebert Isnard, concrétise justement une certaine idée de la Méditerranée portée par l’historien médiéviste, mise en image par Folco Quilici en 1976 dans l’épisode « l’héritage » de la série Méditerranée25. « La source est là - dit-il - dans l’espace méditerranéen, la source profonde de la haute culture dont notre civilisation se réclame (…) Quand nous rêvons d’accomplissement humain, de la fierté et du bonheur d’être homme, notre regard se tourne vers la Méditerranée26. Le couple Duby-Isnard à la tête du CESM, vient ainsi conforter l’idée d’une complémentarité de l’histoire et de la géographie, dans la longue tradition française, légitimée par les programmes et instructions de 1890 de Lavisse et Jalliffier. Isnard27, après des études supérieures à Alger et une thèse sur la « Vigne en Algérie », prend la tête en 1965, de l’Institut de Géographie dans la nouvelle faculté de Lettres. Auparavant, dans le contexte difficile de la Guerre d’Algérie, il anime des débats d’actualité au Cercle – devenu ensuite le Centre d’Études d’Outre-Mer – et fonde la revue Méditerranée28 laquelle génère des recherches croisées avec les universités méditerranéennes voisines. Son départ à Nice29 est concomitant avec l’accès de Duby au Collège de France30, dans la foulée des contestations politiques de 68 et de la structuration du Centre d’Aix en 1972.

  • 31 Claude Mesliand, « À la recherche de l’identité de l’université de Provence (1971-1981) », Mélanges (...)
  • 32 En 1986, un Groupement d’Intérêt Scientifique, historique et anthropologique portant sur les sociét (...)
  • 33 Gérard Chastagnaret est le fondateur de l’UMR TELEMME en 1994. Il dirige la Casa de Velázquez de 20 (...)
  • 34 Robert Ilbert est le fondateur de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en 1998 (MMSH, (...)

7Par la médiation des entretiens qui sont au cœur de ce numéro de Rives méditerranéennes, nous prenons le fil de l’histoire au tournant des années 1970. Les souvenirs que l’on découvre en lisant les témoignages s’enracinent dans le moment de la création de l’Université de Provence31 et de la configuration des recherches entre 1970 et 1994. Les responsables de programmes de l’Unité en 1994, interrogés pour ce numéro sur la fondation de TELEMME mais aussi Régis Bertrand ou Jean-Noël Pelen reviennent longuement sur cette nouvelle génération de chercheurs qui s’emparent avec enthousiasme de débats épistémologiques (les intermédiaires culturels, l’oralité, l’iconographie, l’événement, les ethnotextes, la mémoire, la question religieuse), pleinement pluridisciplinaires (le travail se fait avec des sociologues, des ethnologues, des historiens de l’art, des architectes et des ethnolinguistes). Le Centre méridional d’histoire sociale, des mentalités et des cultures par exemple, dirigé par Philippe Joutard et Michel Vovelle, multiplie les rencontres sur des fronts pionniers puis intègre en 1987, le groupement scientifique « Nord-Méditerranée »32. On comprend explicitement à la lecture des entretiens quelle était la vitalité de la structuration de la recherche de cette période : c’est en 1978 que sont fondés l’INAMA et le CREHOP. Jean-Marie Guillon rappelle, pour la direction de thèses en histoire contemporaine, le rôle de Pierre Guiral (fondateur du CEHMC) et d’Émile Temime, pendant ces deux décennies qui préfigurent la fondation du laboratoire TELEMME. Le texte d’Isabelle Renaudet et Xavier Daumalin détaille d'ailleurs le parcours singulier d’Émile Temime, initiateur d’une recherche collective programmée sur l’Espagne moderne et contemporaine dans le cadre du GDR 30 puis de travaux sur les économies et sur les migrations en territoire marseillais. L’article, qui croise les traces écrites et la mémoire qu’ont gardé de lui ses amis et collègues, Gérard Chastagnaret et Marie-Françoise Attard, insiste aussi sur l’apport des collègues spécialistes d'histoire culturelle et intellectuelle au département d’espagnol en 1994. À ce titre, le texte de synthèse de Paul Aubert et de Gérard Dufour, nous donne à comprendre toute une généalogie et une évolution de l'hispanisme. Ces années-là, d’après Nicole Girard, ont été essentielles par le regroupement des géographes autour d’André de Réparaz (CEGETREM), devenu ensuite un GDR, avant son intégration à TELEMME. Les travaux des géographes, et tout particulièrement la thématique de recherche sur la ville et les territoires de la Méditerranée, comme l’explique Roland Courtot, sont directement liés à la masse critique des travaux menés au sein de l’Institut de Géographie de la fin des années 1970. Cette approche s’épanouira par la suite dans une expérience, restée emblématique, de comparaison entre Naples et Marseille. Enfin, sans dévoiler la teneur des propos de chacun, comment ne pas être sensible à la reconnaissance collective en faveur d’une politique scientifique visionnaire portée à bout de bras par Gérard Chastagnaret33 et Robert Ilbert34 ? La thèse de Gérard Chastagnaret portait sur L’Espagne, puissance minière dans l’Europe du XIXe siècle et celle de Robert Ilbert sur Alexandrie 1830-1930. Ensemble, ils élaborent une remarquable réflexion d’ordre épistémologique à partir d’une histoire contemporaine de la Méditerranée, conçue comme la construction culturelle et sociale d’un système de différences complémentaires. Ainsi, afin de faire converger les dynamiques nationales et régionales, le fondateur de l’UMR a le souci d’appuyer les perspectives de réalisation de la MMSH par la fondation d’une unité forte consacrée à l’Europe méridionale. Il écrit en 1993, dans le projet de création du laboratoire : « Nous avons pleinement accepté les caractéristiques d’une Europe méridionale, étirée, cloisonnée, tiraillée, ouverte à de multiples influences. Nous avons perçu que l’originalité de cet espace résidait précisément dans le chevauchement des appartenances politiques et culturelles, imposant une démarche scientifique particulière. Nous avons volontairement privilégié les approches comparatives, au sein même de notre ère de recherche et avec d’autres domaines géographiques : l’Europe "continentale" et la Méditerranée du Sud. En même temps, il nous a semblé essentiel de marquer l’originalité de notre démarche dans de multiples domaines, depuis l’économie jusqu’aux structures sociales. (…) Cette démarche, qui a suscité au départ un certain scepticisme, a bénéficié de plusieurs facteurs. Les uns sont politiques : l’évolution de la Communauté Européenne découvrant l’originalité et l’intérêt de sa façade sud, ou encore la montée des tensions et crises en Méditerranée conduisant à retrouver un langage "méditerranéen" en fait plus instrumental que scientifique. Paradoxalement, la crise économique a servi aussi notre reconnaissance parce qu’elle a aidé à percevoir en termes autonomes les modalités de croissance atypiques jugées médiocres ou marginales ». Ainsi, TELEMME dont l’expertise se positionne principalement sur l’Espagne, la France méridionale, l’Italie et les Balkans, dans l’optique de son fondateur, en partenariat avec l’ensemble des laboratoires de la MMSH, participe d’un renouvellement des études menées depuis un siècle sur la Méditerranée.

8C’est donc à la lecture de ces témoignages qui tissent un paysage scientifique collectif et croquent des itinéraires croisés, que nous invite désormais la suite de ce numéro de Rives méditerranéennes.

Top of page

Notes

1 À l’exception des observations fameuses de Bruno Latour et Steve Woolgar, Laboratory Life : The Social Construction of Scientific Facts, Beverly Hills, Sage Publications, 1979.

2 « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », ANR HISTINERAIRES, Programme blanc de l’Agence Nationale de la Recherche 2013, porté par l’IHTP (Patrick Garcia, coordinateur) en collaboration avec le Centre Georges Chevrier, le LARHRA et TELEMME. http://crheh.hypotheses.org/259

3 Philippe Joutard a fondé avec Michel Vovelle, en 1974, le Centre Méridional d’Histoire de l’Université de Provence. Dès le mois de juin 1975, se tient un colloque sur « Mentalités collectives et oralité ». Lire dans ce numéro, à propos de cette période, les témoignages de Régis Bertrand, Bernard Cousin, Jean-Claude Bouvier et Jean-Noël Pelen. Un entretien mené avec Michel Vovelle est également disponible à la Phonothèque de la MMSH.

4 Marie-Françoise Attard a mené des entretiens avec Gérard Chastagnaret, Bernard Cousin et Jean-Marie Guillon au sujet de la direction du laboratoire entre 1994 et 2012, déposés à la Phonothèque de la MMSH.

5 Émile Temime, Un rêve méditerranéen. Des Saints-Simoniens aux intellectuels des années Trente, Actes Sud, 2002.

6 La revue Rives méditerranéennes participe de cette élaboration scientifique et institutionnelle. Lire l’entretien entre Gabriel Audisio et Olivier Raveux dans ce numéro. Soulignons également en 1993, l’importance du CESM étudié par Laure Verdon, l’activité soutenue de Noël Coulet, de Charles de la Roncière et de Georges Comet.

7 Anne Ruel, « L’invention de la Méditerranée » ; Gérard Chastagnaret et Robert Ilbert, « La Méditerranée. Affrontements et dialogues », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 32, octobre-décembre 1991.

8 Nouvelle Géographie Universelle (ngu), ouvrage publié en 19 volumes entre 1875 et 1894. Reclus y consacre un chapitre d’une vingtaine de pages (chap. III « La Méditerranée », in ngu, I, 1875, p. 33-52).

9 « Élisée Reclus », Hérodote, Revue de géographie et de géopolitique, numéro 117, juin 2005 (lire en particulier les articles d’Yves Lacoste). Rappelons également que dans le sillon de sa redécouverte fut fondé en 1984, à l’initiative de Roger Brunet, le Groupement d’intérêt public Reclus (gip-Reclus), intégré ensuite dans la Maison de la Géographie de Montpellier.

10 Raffaele Cattedra, Élisée Reclus et la Méditerranée, L’Harmattan (Géorisques), 2010, p. 69-112.

11 Cependant, cet héritage ne fait pas toujours l’unanimité. Outre une appréhension problématique de l’Islam (Claude Liauzu, « La Méditerranée selon Braudel », Confluences Méditerranée, 1999, p. 186) qui témoigne des grands paradigmes de son temps, la thèse de Fernand Braudel se heurte encore aux critiques de sa conviction de la suprématie occidentale sur le reste du monde. Jack Goody (Le vol de l’histoire, Ed. Gallimard, 2010, p. 113) démontre à ce sujet, l’ambivalence de la perception du changement social chez Fernand Braudel, lequel décrit la rapidité avec laquelle les cultures américaines se sont propagées (celles du tabac, du café, du thé ou du chocolat) et qui s’oppose à sa perception "statique" de l’Orient face au dynamisme occidental. D’autres prises de distance sont davantage d’ordre épistémologique (Paul Ricœur, 1984) ou bien concernent son rapport au pouvoir alors que Fernand Braudel devient l’entrepreneur d’un empire institutionnel lorsqu’il fonde en 1962 l’École des Hautes Etudes en Sciences sociales (EHESS) puis fait construire la Maison des Sciences de l’Homme à Paris (François Dosse, 1987). Mais, de fait, un espace nouveau s’est imposé dans les recherches en sciences humaines et qui n’est pas sans résonner avec l’appartenance du laboratoire TELEMME à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, fondée en 1998 par Robert Ilbert.

12 Christian Grataloup, « Braudel, Fernand (1902-1985) », EspacesTemps.net, Livres, 18.03.2003
http://www.espacestemps.net/articles/lsquobraudel-fernand-1902-1985rsquo/

13 Je laisse volontairement de côté, dans cette introduction, tout un pan essentiel de la connaissance constituée par les anthropologues. On peut se référer à l’ouvrage collectif dirigé par D. Albera, A. Block, C. Bromberger, L’Anthropologie de la Méditerranée, Maisonneuve et Larose, Paris, 2001. En ce qui concerne les travaux contemporains des plus stimulants, voir P. Horden et N. Purcell, The Corrupting Sea. A study of Mediterranean History, Blackwell, Oxford, 2000.

14 Émile Temime, Un rêve méditerranéen. Des Saints-Simoniens aux intellectuels des années Trente, op. cit., p. 117.

15 Alain Paire, Chronique des Cahiers du Sud 1914-1966, IMEC éditions, Paris, 1993. Thierry Fabre, Traversées, Actes Sud, Arles 2001.

16 Les archives des Cahiers du Sud comprennent entre autres des numéros spéciaux emblématiques de cette Méditerranée de la convivenza : « L’Islam et l’Occident », n° 175, août-septembre 1935 ; « Retour aux mythes grecs », 1939.

« Le Génie d’oc et l’homme méditerranéen », publié en août 1943, prend le contre-pied de l'idéologie nationaliste et xénophobe régnant alors. Jean-Noël Pelen y fait référence dans son entretien. En 1987, à Carcassonne, s’est tenu un colloque organisé par Jean-Pierre Piniès et Daniel Fabre, Cahiers du Sud/Rencontre sur les cultures. Daniel Fabre est très ami, à Carcassone, avec René Nelli, poète occitan et historien du catharisme. René Nelli était lui-même lié avec le poète Joël Bousquet, très actif dans les Cahiers du Sud. Daniel Fabre et Jean-Pierre Piniès (dir.), Vies et revies de Roger Nelli, Garae Hesiode, 2011.

17 Christian Bromberger, « Le pont, le mur, le miroir : coexistence et affrontements dans le monde méditerranéen », Paix et guerres entre les cultures entre Europe et Méditerranée, Emilio La Parra et Thierry Fabre (dir.), Actes Sud/MMSH, 2005. Cet ouvrage a été publié avec le concours de la Commission européenne dans le cadre du Réseau thématique des centres de recherches en sciences humaines sur l’ensemble euro-méditerranéen (REMSH), coordonnée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH).

18 Germaine Tillion, Le Harem et les cousins, Le Seuil, Paris, 1966.

19 Tout un champ d’études universitaires se structure dès 1958 pour aboutir à la fondation de l’Institut d’Histoire des Pays d’Outre-Mer (IHPOM) et à la création de l’IRM (Institut de Recherches Méditerranéennes). C’est à cette filiation que se rattache aujourd’hui l’IREMAM. http://iremam.cnrs.fr

20 Cahiers du Sud, numéro 312, 1er semestre 1952.

21 Georges Duby, L’Histoire continue, Éditions Odile Jacob, Paris, 1991, p. 14.

22 Pierre Nora, Essais d’ego-histoire, 1987.

23 Georges Duby, L’Histoire continue, op. cit., p. 143. Jacques Le Goff a également joué un rôle essentiel pour la connaissance de la Méditerranée, au travers de ses écrits sur l’épidémie de peste. Jacques Le Goff et Jean-Nöel Biraben, « La peste dans de Haut Moyen Âge », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 24e année, n° 6, 1969. p. 1484-1510.

24 Ce contexte est détaillé dans l’article de Laure Verdon dans cette même revue. On peut se référer également au texte de Bernard Cousin, « Georges Duby et l’ego-histoire », Individu, récit, histoire (Jean-Noël Pelen, Maryline Crivello, dir.), collection « Le temps de l’histoire », PUP, 2008. Le CESM est rattaché au Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS), en février 1976 et hébergé par l’Université de Provence (Aix-Marseille I), à la Maison de la Méditerranée, avenue Pasteur. Charles M. de la Roncière, Marie-Françoise Attard-Maraninchi, Georges Duby. L'art et l'image, une anthologie, Collection Eupalinos/Art, 2000.

25 La série « Méditerranée » réalisée par Folco Quilici et diffusée en 1976 (Fr3 et RAI) est entièrement disponible sur le site http://www.medmem.eu/fr/

26 La Méditerranée, deux tomes (I. L’Espace et l’Histoire, II. Les Hommes et l’Héritage). Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1977 (I) et 1978 (II). Les citations renvoient à l’édition courante, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1985 (I) et 1986 (II). Ces ouvrages sont publiés après le grand succès de la série télévisée (Fr3/RAI) « La Méditerranée » (1976).

27 De Reparaz André, « Notice nécrologique - H. Isnard 1904-1983 », Méditerranée, Troisième série, Tome 55, 3-1985. Hommage en mémoire d’ H. Isnard. p. 7-8.

28 La revue fait partie des héritages de TELEMME, Méditerranée. Revue géographique des pays méditerranéens. http://mediterranee.revues.org

29 « Le séminaire Isnard » perdure cependant à Aix plusieurs années encore.

30 Duby reste très discret dans l’exposition de ses souvenirs sur la période 68. Cependant, l’amertume est sensible : « Je partis pour Paris au bon moment, deux ans après 68. Je ne fus en rien affecté par la crise, mais la faculté d’Aix, que j’avais vu s’épanouir pendant deux décennies et où j’avais été si heureux, ne s’en est jamais remise. Il était grand temps pour moi de m’en éloigner », Georges Duby, L’Histoire continue, op. cit., p. 148.

31 Claude Mesliand, « À la recherche de l’identité de l’université de Provence (1971-1981) », Mélanges Michel Vovelle, volume aixois, Publications de l’Université de Provence, 1997.

À propos d'"ego-histoire collective", je considère d’ailleurs que cette tradition qui consiste à offrir des "Mélanges" à un collègue a permis de fournir des sources inégalées sur la production collective de la recherche, l’inscription dans des filiations et l’émergence puis l’affirmation de domaines scientifiques de compétences. Participer à des "Mélanges" relève, le plus souvent, autant de l’hommage que de la volonté des auteurs qui prennent en charge la coordination du volume d’ouvrir un avenir scientifique.

32 En 1986, un Groupement d’Intérêt Scientifique, historique et anthropologique portant sur les sociétés de l’Europe méridionale est placé sous la responsabilité de Philippe Joutard. Ce GIS, puis GDR du CNRS (GDR 097, « Cultures et civilisations méridionales », plus connu sous le nom de « Nord-Méditerranée »), regroupe neuf équipes de recherche : historiens médiévistes, modernistes et contemporanéistes ; ethnologues et ethnolinguistes, géographes, architectes, corsisants et germanistes spécialistes des migrations. Les chercheurs qui participent au GDR acceptent, tout en conservant des séminaires de spécialité, de participer au travail pluridisciplinaire articulé autour de cinq grands thèmes de recherches, dans le champ géographique de l’Europe méridionale : la ville, les comportements économiques, la Révolution française (à l’orée du Bicentenaire), expressions et affirmation des identités collectives, les courants migratoires. Lorsque Philippe Joutard fut nommé recteur de l’académie de Toulouse, Gérard Chastagnaret assuma la direction du GDR « Nord-Méditerranée » de 1990 à 1993. Le projet était alors de transformer ce GDR en un laboratoire pérenne associé au CNRS, en inscrivant cette mutation dans la création d’une Maison méditerranéenne des sciences de l’homme avec l’appui de l’Université de Provence.

33 Gérard Chastagnaret est le fondateur de l’UMR TELEMME en 1994. Il dirige la Casa de Velázquez de 2001 à 2005. Il est docteur Honoris Causa de l’Université d’Alicante.

34 Robert Ilbert est le fondateur de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en 1998 (MMSH, Aix-en-Provence) et de l’Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA) ouvert en 2008 sur le site de l’Observatoire de Marseille.

Top of page

References

Bibliographical reference

Maryline Crivello, « La Méditerranée. Circulations intellectuelles  », Rives méditerranéennes, 48 | 2014, 5-13.

Electronic reference

Maryline Crivello, « La Méditerranée. Circulations intellectuelles  », Rives méditerranéennes [Online], 48 | 2014, Online since 01 October 2015, connection on 28 May 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4651

Top of page

About the author

Maryline Crivello

Maryline Crivello est directrice de l'unité mixte de recherche TELEMME. Elle est Professeur d'histoire

By this author

  • Entretien de Jean-Noël Pelen avec Maryline Crivello et Isabelle Luciani
    Published in Rives méditerranéennes, 48 | 2014
Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • OpenEdition Journals