Navigation – Plan du site

Des "ex-voto" au document audiovisuel. Pour une histoire des représentations

Entretien de Bernard Cousin avec Sophie Gebeil
Bernard Cousin et Sophie Gebeil
p. 133-148

Texte intégral

1Professeur des universités émérite en histoire moderne depuis 2008, Bernard Cousin a dirigé l’UMR Telemme de 2001 à 2007. À l’occasion des vingt ans du laboratoire, il a accepté de revenir sur la fondation du programme Cultures méridionales : espaces, pratiques et représentations, dont il a été partie prenante en 1994. Il apporte un éclairage avisé, enrichi par son expérience de la recherche collective et nourri par les responsabilités qu’il a exercées. Son regard averti sur l’évolution d’une thématique alors novatrice, témoigne de la richesse de l’héritage sur lequel s’appuient aujourd’hui les nombreux travaux d’histoire culturelle en cours au sein du laboratoire, en particulier sur les sources iconographiques, qu’il s’agisse d’images fixes, de documents audiovisuels, ou de contenus issus de l’internet. En rappelant à notre mémoire les enjeux méthodologiques liés à l’utilisation de ces nouveaux documents pour l’historien à la fin des années 1960, Bernard Cousin nous invite à une réflexion plus large sur les problématiques liées à la diversification des sources. À l’heure de "l’historien connecté" aux réseaux numériques, nous retrouvons ces questionnements à travers l’usage des fonds du dépôt légal du web, dans le cadre de notre travail de thèse en cours qui s’appuie sur l’analyse de cette archive inédite. À ce titre, notre cheminement méthodologique a été marqué par la publication, en 2009, des actes du colloque de 2002 sur Télévision et Méditerranée sous la direction de Bernard Cousin et de Maryline Crivello. En effet, cet ouvrage rendait alors compte de travaux sur la télévision menés depuis les années 1980 tout en témoignant de l’émergence des médias numériques. L’internet y était abordé à la fois comme un espace de patrimonialisation et de diffusion de la recherche mais apparaissait aussi comme une thématique de recherche autonome.

2En développant, au sein du laboratoire, l’histoire des représentations et des médias, Bernard Cousin nous a également transmis une histoire de la culture populaire. Malgré l’évolution du contexte technique marqué par la dématérialisation et la mise en réseau des documents, les nouvelles formes d’écriture entremêlant texte/image fixe/vidéo, les travaux de Bernard Cousin invitent également à ne pas se limiter à ce qui est donné à voir, mais bien à replacer les images dans leur contexte sociétal, afin de pouvoir en comprendre le sens et la temporalité.

3Sont reproduits ici, les extraits de cet entretien passionnant qui s’est déroulé à la MMSH durant une heure et demie le 13 février 2014. À cette occasion, Bernard Cousin a successivement abordé les conditions de la recherche au moment de la création de l’UMR en 1994, les principales réalisations dans le champ des représentations ainsi que l’évolution de la thématique, marquée par la dynamique de la MMSH et l’entrée des médias dans l’ère du numérique.

Sophie Gebeil - Bernard Cousin, pourriez-vous revenir sur le contexte de la création de l’axe "Représentations" en 1994 ?

Bernard Cousin - On se replace en 1994. C’est donc la création de l’UMR Telemme avec quatre axes, ce qui va m’amener à parler de ce qu’il y avait avant pour expliquer comment on en est venu là. Très rapidement, d’une manière globale, ce qu’il y avait avant, c’étaient des centres de recherche qui s’étaient constitués dans les années 1960-1970, et qui étaient essentiellement des centres de recherche par spécialités académiques, c’est-à-dire histoire moderne, histoire contemporaine, histoire médiévale, anthropologie, géographie, etc. Ces centres avaient chacun développé des programmes de recherche et s’étaient fédérés dans un groupement de recherche du CNRS, qui s’est d’abord appelé GIS – Groupement d’Intérêt Scientifique – et ensuite GdR – Groupement de Recherche – qui a duré pendant huit ans et qui a d’abord été dirigé par Philippe Joutard puis par Gérard Chastagnaret de 1986 à 1994. En 1994, ce Groupement de Recherche, presque tel quel, se transforme en UMR – presque tel quel, parce qu’il y a quand même des éléments qui n’étaient pas dedans qui sont entrés, et puis surtout un élément qui était dedans et qui en est sorti pour avoir sa propre Unité Mixte de Recherche, celui des anthropologues.

En 1994, au moment de la création de l’UMR, l’idée, c’est de trouver des thèmes suffisamment fédérateurs pour faire travailler des gens qui se connaissent déjà parce qu’ils ont travaillé dans le GdR, mais qui ont essentiellement travaillé dans le cadre de leurs propres centres de recherche. Et parallèlement, dans le même temps, c’est le début du mouvement qui vise à essayer d’intégrer les doctorants dans cette dynamique de recherche : avant, les doctorants avaient un rapport individuel avec leur directeur de recherche, mais en gros ça s’arrêtait là. Ils pouvaient suivre des séminaires (il y avait des séminaires par spécialité, donc chaque centre de recherche avait ses séminaires), mais là, avec la création du GdR, on essaie de faire quelque chose de plus collectif et de plus transversal. Donc ça, c’est pour le cadre général.

Sophie Gebeil - Comment, dans ces conditions, l’axe "Représentations" a-t-il vu le jour ?

Bernard Cousin - Pour ce qui est du programme "Représentations" en particulier, il couvre ce qu’on a appelé par la suite, parce que la terminologie n’était pas encore centrée sur cette expression, l’histoire culturelle. Il y a eu, pour résumer, trois terminologies qui se sont succédé, en se recouvrant sans se recouvrir à 100 % : d’abord il a été question de l’histoire des mentalités, après de l’histoire des représentations et enfin de l’histoire culturelle. Vous voyez que là, on est au stade où on parle d’histoire des représentations, d’où le terme de "représentations" pour le programme.

Cette terminologie d’histoire des représentations était générale mais en ce qui concerne le vécu local à Aix, cette histoire des représentations est nourrie, depuis quinze-vingt ans, par deux traditions qui ont un point commun, celui de faire appel à des sources non écrites. Ces deux traditions sont incarnées par des personnes différentes, mais qui se parlent, qui se rencontrent. L’une porte sur l’image et l’autre sur l’oral.

  • 1 Michel Vovelle, Gaby Vovelle, "La mort et l’au-delà en Provence d’après les autels des âmes du purg (...)
  • 2 Iconographie et histoire des mentalités, Centre méridional d’histoire sociale des mentalités et des (...)

La tradition sur l’image est celle dans laquelle j’ai été plus particulièrement inséré. Le binôme dirigeant ce groupe, c’est Jean-Claude Bouvier qui travaille sur l’oral et moi qui travaille sur l’image. Cela remonte aux années 1975, donc en 1994 ça fait presque vingt ans. La tradition "image" remonte même un petit peu plus loin, puisque la première publication importante sur le sujet ici, c’est 1969, c’est le Cahier des Annales de Michel Vovelle sur les autels des âmes du purgatoire1. Il y analyse des images, qui sont des tableaux en l’occurrence, non pas dans une perspective d’histoire de l’art mais dans une perspective de ce que l’on appelle à l’époque l’histoire des mentalités. Cela remonte donc au début des années 1970. Puis le CMH (Centre méridional d’Histoire sociale des Mentalités et des Cultures), qui regroupait les modernistes, a, derrière Michel Vovelle, embrayé dans cette direction en organisant un premier colloque qui s’est tenu en 1978 sur "Iconographie et histoire des mentalités2".

  • 3 Philippe Joutard, La légende des camisards, une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, Bibliothèqu (...)

La deuxième voie, c’est celle des sources orales, qui, en histoire, est représentée par les travaux de Philippe Joutard sur la mémoire des camisards3, et par le travail en commun de P. Joutard et Jean-Claude Bouvier : ils avaient créé un centre de recherche qui s’appelait le Centre de recherches méditerranéennes sur les ethnotextes et l’histoire orale, qui avait pour but de travailler sur de la littérature orale, c’est-à-dire sur du recueil de témoignages oraux.

Il faut noter que dans ces branches de l’image et de l’oral, qui sont donc du non-écrit, il y a dans les deux cas une approche interdisciplinaire. Ce sont des historiens, mais c’est une approche interdisciplinaire : P. Joutard travaille avec des anthropologues, des ethnologues et des ethnolinguistes comme J.-C. Bouvier. Pour l’image, on se sert des travaux des sémiologues et on travaille aussi en liaison avec des anthropologues.

Donc il y a ces deux données : on est dans un domaine qui n’est pas celui des sources traditionnelles de l’histoire et on est dans de l’interdisciplinaire, pour aller vite. C’est un peu le cadre de ce point de départ.

  • 4 Bernard Cousin, Le miracle et le quotidien. Les ex-voto provençaux, images d’une société, "Sociétés (...)
  • 5 Thèse qui a fait l’objet d’une publication : Maryline Crivello-Bocca, L’écran citoyen : la Révoluti (...)

Alors évidemment, dans la période des dix-neuf ans entre la création du Centre Méridional en 1975 et la création de l’UMR, il y a un certain nombre de travaux qui ont été menés : le colloque dont j’ai parlé de 1978, puis des travaux de recherche, dont le mien sur les ex-voto4, le travail de Régis Bertrand (R. Bertrand a fait deux thèses qu’il a menées un peu parallèlement, une sur les santons, l’autre sur l’iconographie des cimetières). Divers travaux donc, sur l’iconographie qui, d’ailleurs, ont mené à plusieurs colloques, dont le dernier en date avant la création de l’UMR porte, au début des années 1990, sur les images de la Provence. On est aussi à cette époque dans la période qui suit le Bicentenaire de la Révolution de 1789, donc on a beaucoup travaillé sur la Révolution. Avec le travail sur la Révolution, on a ouvert une nouvelle porte, les recherches sur les archives audiovisuelles de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) : une première convention avec l’INA qui date de 1987 et la thèse de Maryline Crivello5, dont la soutenance est en 1993. Nous sommes donc passés de l’image fixe à l’image animée, notamment à la télévision, avec ce travail et avec la participation à d’autres rencontres, par exemple un symposium de l’INA en 1993 sur "L’image : nouveaux outils, nouveaux usages", qui avait eu lieu à Paris, à la Sorbonne, et diverses initiatives nationales sur le thème de l’image comme source.

Voilà le cadre dans lequel s’insère ce point de départ de 1994, qui, comme vous le voyez bien, n’est donc pas un point de départ mais plutôt la réunion de travaux s’inscrivant dans une dynamique remontant à quinze-vingt ans.

Au début du fonctionnement de l’UMR, à partir de 1994, tous les axes se fondaient sur un acquis scientifique antérieur, que ce soit l’axe "Religions", l’axe "Politique", l’axe "Villes", mais avec des configurations différentes. La configuration de l’axe "Représentations" était peut-être la plus complexe pour ce qui concerne l’appartenance des gens qui en faisaient partie, c’est un peu différent quand même pour les autres axes. C’était plus "simple " dans "Religions", par exemple. Dans cette configuration, nous avons essayé, avec Jean-Claude Bouvier, de trouver les moyens d’enclencher, ou plutôt de développer, parce que comme je vous l’ai dit, c’était déjà enclenché, des travaux collectifs, pluridisciplinaires au sens de la discipline stricte, et donc de répondre à ce qu’était l’objectif de l’UMR.

En même temps, et ça c’était un peu particulier, étant donné que nous étions sur des champs de recherche récents, encore peu balisés (ils commençaient à l’être, mais pas autant que d’autres évidemment), il s’agissait, et c’est ce qui a donc été l’objet des deux premières années, de commencer par une phase de réflexion méthodologique appliquée, pas "hors-sol" mais appliquée, mais quand même une réflexion sur les méthodes, les outils, les langages, pour aborder cette recherche commune.

L’outil dont nous nous sommes servis, le moyen que nous avons trouvé, ça a été l’organisation de plusieurs journées d’études qui avaient deux finalités : confronter les méthodes des chercheurs déjà confirmés sur ces champs, et servir de socle, de repère, pour les chercheurs débutants et notamment pour les étudiants qu’on appelait à l’époque de troisième cycle. Ça nous a amenés à organiser, dans ces deux premières années universitaires, en décembre 1994, une journée sur les sources non écrites, en février 1996 une journée sur les sources filmiques et télévisuelles, en janvier 1997 une journée sur les images fixes dans le domaine maritime. Après, nous avons fait deux séances en 1997 et 1998, plus ciblées : une sur les images du purgatoire autour de M. Vovelle, et l’année suivante, une journée sur les femmes à la télévision, en abordant le nouveau média sur lequel il y avait déjà des travaux bien sûr, mais en organisant la première journée sur ce thème. Avec Jean-Claude Bouvier, nous avons également organisé ensemble un colloque qui s’est tenu en mai 1995, à Marseille et Aubagne, sur le thème : "Marcel Pagnol et la Méridionalité". C’était le premier colloque universitaire sur M. Pagnol. C’était le centenaire de la naissance de Pagnol, nous en avons profité, et ça avait l’avantage aussi de toucher à l’écrit, à l’image, à la mémoire, à toutes les thématiques traversées par le programme "Représentations", avec une approche résolument pluridisciplinaire. Donc ça a été le premier colloque organisé dans le cadre du programme "Représentations".

Le deuxième qui me concerne, qui s’inscrit dans l’axe "Image", date de septembre 1997. Il s’est tenu à Aix sur le thème : "La télévision et l’espace régional", avec le sous-titre "Politiques, productions, représentations" : c’étaient à la fois les politiques de télévisions régionales, le problème de la production en régions et la question des représentations de la région. On a fini par les représentations de la région dans les premières émissions de télévision des débuts de la télévision, c’est-à-dire dans les années 1950, à la fois dans les chroniques de Bringuier et dans les émissions de Krier.

  • 6 Marcel Pagnol et la Méridionalité, actes du colloque Marseille, Aix, Aubagne, mai 1995, revue Marse (...)
  • 7 Télévision et espace régional : politiques, productions, représentations, 1949-1997, actes du collo (...)

Le premier quadriennal, la première période de l’axe "Représentations", nous avons travaillé essentiellement dans cette direction. Tout ceci a été édité : le colloque Pagnol a été édité dans la revue Marseille6, le colloque sur la télévision régionale a été édité par l’INA7. On a aussi entamé à ce moment-là un travail, pas toujours facile, de collaboration avec l’INA. Donc la première phase, je crois qu’on peut la résumer de cette manière-là.

Ensuite, l’évolution, ça a été qu’avec Jean-Claude Bouvier, on a assez vite passé la main. On a fait vraiment la phase de démarrage. Au niveau de l’organisation des journées d’études, on a fait les deux premières années, et puis, déjà dans le premier quadriennal, on a délégué aux autres membres la tâche d’organiser des journées d’études sur la thématique, notamment Régis Bertrand. Dans la phase suivante, on a amorcé le passage de relais. Si ma mémoire est bonne, dans le quadriennal suivant, on ne codirigeait plus un axe ensemble, ce qui a permis d’associer d’autres personnes qui, dès 1998, ont pris leur part dans l’organisation et la gestion de la recherche. En 1998, ça s’est un peu modifié : à l’intérieur des axes, on a créé des programmes, et donc ça a permis justement de développer des initiatives plus ciblées. On peut dire que la première phase est un peu une phase de mise sur les rails, et après, avec les programmes (en général, il y avait trois programmes par axe), ça a permis d’avoir, à partir du deuxième quadriennal, à l’intérieur d’un axe qui a continué à tourner autour des représentations, des thématiques plus affinées.

Il y a un point que je n’ai pas encore rappelé et qui est important, c’est que dans cette première phase, ce premier quadriennal qui débute en 1994, l’UMR existe mais la MMSH n’existe pas. La MMSH, c’est justement au début du deuxième quadriennal. La création de la MMSH va évidemment élargir considérablement le propos, pour au moins deux raisons. L’une, c’est que le regroupement sur le site de la MMSH va faciliter les synergies entre les laboratoires, encore plus dans la deuxième phase de la MMSH (parce qu’il y a eu deux phases dans la création de la MMSH, la première en 1997, puis l’extension des bâtiments du fond qui a permis notamment l’arrivée de l’IREMAM, qui figurait dans le projet mais n’était pas physiquement présent puisque alors installé avenue Pasteur).

Sophie Gebeil - Où étaient alors situés vos locaux avant la création de la MMSH ?

Bernard Cousin - Avant l’ouverture de la MMSH, on avait en tout et pour tous les locaux qui étaient ceux du GdR, soit à peu près 120 mètres carrés aménagés dans un des vide-sanitaires de Schuman qu’on avait creusé : on y accédait de plain-pied, mais c’était quand même un peu enterré. Les locaux se résumaient à une bibliothèque, le bureau du directeur, deux bureaux de secrétariat et un tout petit espace vidéothèque. Les journées d’études et autres rencontres se faisaient dans les locaux de l’avenue Schuman, or à Schuman, il était très difficile d’avoir des salles : c’était le moment où il y avait le plus d’étudiants (après il y a eu une décrue) et il n’y avait pas le bâtiment qui est ici. C’était assez sportif. Je voulais rappeler ce point-là parce qu’il est quand même important. Par exemple, pour organiser des journées d’études, on choisissait une ou deux dates par an parce qu’on n’arrivait pas à en avoir plus. Dans cette première phase, il continuait à y avoir des séminaires de spécialités, et puis il y avait ces journées d’études transversales. C’est important de rappeler ce cadre-là, parce qu’il y a vraiment eu deux étapes. La première a été la création institutionnelle, qui était en fait le passage du GdR, qui était une forme floue, à l’UMR qui était une forme fixe. La deuxième, c’est celle des équipements qui sont venus avec la création de la MMSH.

Sophie Gebeil - Comment vos travaux de recherche se sont intégrés dans cet axe "Représentations" ?

Bernard Cousin - Concernant mes travaux et recherches personnels, là aussi un petit rappel "historique" : il faut rappeler la situation de la recherche qui était assez différente de maintenant. Jusqu’à la fin des années 1980, les chercheurs en sciences humaines avaient d’abord très peu de moyens financiers. À l’université, ils faisaient leur thèse d’État. Ça pouvait durer, quand c’était normal, 20 ans, quand ça allait moins bien 30 ans, et ne jamais se finir. On était dans ce contexte-là, c’est-à-dire que la recherche individuelle dans le cadre de sa thèse était la chose prédominante. Ce n’est qu’à partir du milieu des années 1970 et des années 1980 qu’une recherche collective s’est mise en place. Après, ça dépendait : il y avait ceux qui avaient fini leur thèse (j’étais parmi ceux-là) qui pouvaient jouer un rôle dans la mise en place de recherches collectives, et ceux qui ne l’avaient pas finie et qui devaient d’abord la finir. Cette démarche s’est faite à travers ce dont je vous ai parlé, les centres de spécialités, et également, deuxième élément que j’ai évoqué mais sur lequel je reviens, les Groupements de Recherche du CNRS. Nous étions dans un groupement de recherche qui rassemblait sept ou huit équipes aixoises, mais notre équipe à nous, c’est-à-dire celle des modernistes du Centre Méridional d’Histoire, faisait aussi partie d’un autre GdR national sur l’histoire religieuse, qui était un autre moyen d’enclencher des recherches collectives. Le troisième axe national de recherche collective, c’était le Bicentenaire de la Révolution qui, lui, ne s’est pas concrétisé sous la forme d’un GdR, mais sous une forme spécifique.

  • 8 Midi rouge et Midi blanc : les antagonismes politiques sous la Révolution française et leurs hérita (...)

Et donc, notre équipe aixoise, et moi personnellement, avons collaboré au GdR sur l’histoire religieuse, à des colloques, à des publications sur la "religion populaire", sur "religion et révolution" … Pour le Bicentenaire, j’ai participé à des colloques locaux, à un colloque sur le fédéralisme, un autre sur "Midi rouge et Midi blanc8"… C’était ça, le moyen d’ancrage dans une recherche collective. Elle existait par ces biais-là.

L’UMR arrivait avec quelque chose de nouveau et il fallait d’ailleurs assurer un peu la compatibilité entre cette structure nouvelle, dont on ne savait pas trop au départ ce qu’elle allait être, et l’existant. Ça a été un peu ça, la problématique, pas vraiment la difficulté mais la question du début : il fallait enclencher quelque chose de nouveau, de transversal, de collectif, avec des collègues qui avaient d’une part, pour certains, leur recherche propre et individuelle à finir parce qu’il fallait qu’ils terminent leur thèse (par exemple Régis Bertrand qui, à l’époque, n’avait pas fini sa thèse), et d’autres qui avaient fini leur thèse comme Gabriel Audisio, comme moi, mais qui étaient déjà concernés par des projets, par exemple le GdR sur l’histoire des religions qui était quelque chose de national (il y avait des programmes à l’intérieur et une rencontre par an plus une publication). Ce n’était pas du quotidien : ça existait, ça mobilisait une partie de notre temps, mais pas autant qu’ensuite l’UMR.

Nous sommes passés à cette période par une phase où chacun avait ses propres intérêts de recherche personnels ou collectifs, et dans laquelle il fallait trouver un amalgame qui faisait que ça pouvait donner quelque chose au niveau d’une équipe locale. Le vrai défi, à mon avis, il a été là. Ça s’est accompli assez vite, finalement, en quatre-cinq ans, mais avec cette première phase qui a été une phase non pas de tâtonnements mais de ballon d’essai, avec ces journées d’études, et puis ensuite la réalisation de colloques, et, dès le deuxième quadriennal (1998-2002), la définition, à l’intérieur de ces grands axes, de pistes de recherche ciblées avec un objectif à réaliser dans les quatre ans (au bout de quatre ans, et même à mi-parcours au bout de deux ans, il fallait rendre compte de ce qu’on avait fait et dire ce qu’on envisageait de faire, les projets). Le premier quadriennal, c’était mettre en place la structure et faire vivre les gens ensemble, mais dès le second, il fallait déboucher sur une autre chose.

Ce cadre étant retracé, mes recherches personnelles, je les ai assez facilement intégrées dans l’UMR, peut-être d’autant plus facilement que, par exemple, je me souviens dans le GdR sur les religions, moi j’y avais quand même travaillé pendant un certain temps, j’y étais mais sans me sentir extrêmement concerné. Au moment du Bicentenaire, on a fait vraiment des choses : religion et Révolution en Provence, un travail collectif, là, il y a eu vraiment du concret. Les autres fois, c’était un peu donner un coup de main ponctuel, tandis que dans l’UMR, c’était autre chose, c’était un investissement qui était sur la durée et qui était central. Chacun pouvait avoir aussi son petit champ de recherche qui n’était pas directement dedans.

  • 9 Bernard Amouretti, Monique Cubells, Bernard Cousin et al., Le Parlement de Provence : 1501-1790, ac (...)

Après, on a trouvé les moyens, notamment en fonction des sollicitations extérieures. Ça faisait partie aussi des objectifs de l’UMR de répondre quand il y avait ce que l’on appelle une demande sociale. Je veux prendre un exemple, quand il y a eu le cinquième centenaire de la fondation du Parlement d’Aix, nous avons réalisé un colloque sur l’histoire du Parlement d’Aix9.

Au début, ça a été un des enjeux, trouver l’ajustement entre ce qui était demandé par les institutions, c’est-à-dire par le CNRS ou le Ministère, dans le cadre d’une UMR, et le travail quotidien de recherche : il fallait à la fois que ça se recouvre, peut-être pas que ça se recouvre à 100 % parce qu’il fallait pouvoir faire autre chose, ce qui a toujours été le cas, mais en même temps que ça laisse la possibilité ouverte à ce que Gérard Chastagnaret appelait, à côté des programmes, les "actions ponctuelles", qui permettaient, quand il y avait une demande, au-delà de la demande individuelle, une demande collective, une demande sociale, etc., de répondre à cette sollicitation. Par exemple, dans ce cadre-là, Gabriel Audisio a mis en place un séminaire transdisciplinaire sur le XVIe siècle, et de notre côté nous avons répondu à la demande sur le Parlement, en l’occurrence c’était la Méjanes qui avait été à l’initiative dans ce cas précis, mais il y a eu d’autres collaborations de ce type.

Donc il fallait avoir un programme de recherche, mais être aussi ouvert sur les attentes extérieures qui se présentaient. Ensuite, cet aspect-là n’a fait que se développer, parce qu’à partir du moment où l’UMR est connue, à ce moment-là on lui demande son partenariat, ça change un peu l’ordre des facteurs. Quand j’étais directeur de l’UMR (2001-2007), l’idée c’était aussi de ne pas s’enfermer. Au tout début, il fallait créer la maison, mais après, très vite, il fallait l’ouvrir, parce qu’autrement, le risque, c’était de faire un "ghetto" qui n’aurait pas trouvé sa place. Et ça, ça a été lié vraiment à la MMSH, c’est-à-dire que finalement, pour l’UMR, ça a été très bien qu’elle soit créée un peu avant, parce que ça nous a donné le temps de mettre en place les champs de recherche, les méthodologies, etc., et de ne pas avoir à découvrir en même temps notre propre fonctionnement et celui d’une autre institution qui était la MMSH.

Évidemment, c’est ce deuxième aspect qui n’a fait que croître à cause de l’évolution des conditions de la recherche... Il y avait des éléments qui dès le départ ont préexisté : dès 1991, dans les premières années de l’UMR, il y a eu ce que l’on appelait la CUM (Communauté des Universités de la Méditerranée) c’est Robert Ilbert qui avait lancé ça, qui était une sorte de préfiguration de la MMSH, avec G. Chastagnaret d’ailleurs. Il s’agissait de cycle de formations doctorales sous la forme de séminaires itinérants à Aix-en-Provence et en Méditerranée. Donc il y avait déjà des prémices, si vous voulez, mais ça ne s’est vraiment développé qu’avec la création de la Maison, de la MMSH, et aussi avec l’évolution des conditions générales de la recherche en SHS, qui allaient toujours dans le sens de l’ouverture et de l’élargissement. 

Je pense que ce qui a été notre chance, ça a été d’avoir le temps de mettre en place une sorte de socle, sur lequel l’UMR ensuite a pu continuer, car si on voit les programmes actuels, on voit bien que ce n’est pas la répétition mais qu’il y a des filiations assez évidentes. Ce qui a fait que ça a marché, c’est qu’on a eu dès le départ une période pour mettre en place des fondements, et on a ensuite bénéficié de la chambre d’écho qu’a été la MMSH.

Sophie Gebeil - En retour, cette dynamique a probablement influencé vos propres travaux de recherche.

  • 10 Bernard Cousin, "Prénommer en Provence (XVIe-XIXe siècle) : Les prénoms en Provence (XIe-XIXe siècl (...)
  • 11 Bernard Cousin et Maryline Crivello, Télévision et Méditerranée : généalogies d’un regard, actes du (...)
  • 12 Bernard Cousin, L’enfant et la chanson. Une histoire de la chanson d’enfant, Paris, Messidor, 1988, (...)

Bernard Cousin - Bien sûr, ça a eu une influence. J’ai pris de plus en plus des responsabilités de gestion dans l’Université qui m’ont pris beaucoup de temps sur la recherche au sens classique du terme et mon travail de chercheur lui-même a été plus limité à partir des années 1990. Mais les travaux que j’ai menés, ça a été essentiellement au moment du Bicentenaire de la Révolution française, ensuite j’avais ouvert un chantier sur les prénoms10, qui n’avait pas sa place directement, étroitement, dans l’UMR, ce n’était pas un élément du programme de l’UMR mais ce n’était pas à cent lieues non plus, et puis les autres choses, je les ai faites plus dans l’UMR qu’en-dehors : sur la télévision11, sur l’histoire de la chanson d’enfant, sur laquelle j’avais déjà travaillé avant12. Mais je n’ai pas eu de problème pour faire entrer le travail de recherche que je continuais à mener, qui était moins important qu’avant, dans le cadre de l’UMR.

Sophie Gebeil - Et donc quelles ont été, pour vous, à partir des programmes de recherche, les réalisations les plus marquantes ?

Bernard Cousin - Je pense que le travail, peu mené personnellement mais auquel j’ai participé, sur la télévision, est certainement une des choses qu’on n’aurait pas faites sans l’UMR, et justement c’est parce qu’il y avait une possibilité de partenariat avec l’INA.

  • 13 Carte de vœux 2014 interactive réalisée par Eric Carroll, à partir de publications émanant du labor (...)

L’autre point, c’est un peu particulier parce que ce n’est pas un champ de recherche, mais il se trouve que j’ai été, pendant huit années, directeur du service des Publications de l’Université de Provence, années qui ont correspondu pour une bonne partie au moment où j’étais aussi directeur de Telemme. Donc ça m’a facilité la chose, non pas pour mettre en place, parce que les liens existaient avant, mais pour développer et mieux formater la publication d’ouvrages collectifs. C’est lié parce que j’ai eu les deux casquettes à un moment donné, mais c’était aussi parce que l’UMR était constituée. Pour moi, c’est un des points importants parce que ça a donné un coup d’accélérateur aux publications collectives, ce qui est à mon avis une des conditions pour qu’une structure comme l’UMR puisse durer : si on n’a que des publications individuelles, le goût pour participer au travail collectif diminue et l’enthousiasme aussi. Comme je vous l’ai dit, ces publications collectives, il n’y a qu’à voir la carte de vœux de cette année13 qui les reprenait, elles n’ont pas été toutes, et heureusement, éditées dans le cadre des Publications de l’Université de Provence, mais il y en a eu un nombre relativement important, et ça a aussi joué un phénomène d’entraînement. Ça, c’est donc un deuxième point important à mes yeux.

  • 14 Med-Mem : Partager les Mémoires Audiovisuelles de la Méditerranée. Piloté par l’INA-Méditerranée et (...)

Après, il y en a un troisième, qui, en lien avec la MMSH a ouvert un champ plus vaste avec le pôle image. À partir de l’analyse des sources visuelles et audiovisuelles, a émergé l’idée d’une réflexion collective, qui n’est pas une pure spéculation, sur le statut que peuvent avoir ces nouveaux médias pour l’historien. On ne peut pas les ignorer. Or, je vous le dis franchement : il y a quarante ans, ce n’était pas une source pour l’histoire. L’UMR a été le partenaire de l’INA dans un projet comme Med-Mem14. Ça, pour moi, c’est un exemple de ce que l’existence d’une structure comme celle-là a permis. S’il n’y avait pas eu l’UMR, peut-être qu’un ou deux historiens y auraient participé, c’est possible, mais pas de la manière dont ça a été pris en charge. Pour moi, essentiellement, c’est ça, c’est la visibilité, qu’a donné Telemme, d’une idée collective de la recherche, et particulièrement dans le champ des représentations.

Sophie Gebeil - Pour quelles raisons les recherches sur la télévision étaient-elles difficiles au moment de la création de l’UMR ?

Bernard Cousin - En fait, le partenariat avec l’INA a commencé juste avant la création de Telemme. Mais c’était alors difficile de faire des recherches sur la télévision, parce qu’à ce moment-là, l’INA était balbutiante, et donc l’accès à la documentation au sens des films, des images, était très laborieux. Avec l’ouverture de l’INA au monde de la recherche dans les années 1990, on a commencé à avoir cette possibilité, mais au départ, c’était soit du double-bande, c’est-à-dire du film plus une bande-son, dont les contenus étaient peu exploitables, soit les premiers enregistrements vidéos sur kinescopes qui ont ensuite été transférés sur des trois-quarts de pouces. Donc il y avait un vrai blocage technologique et, pour pouvoir accéder aux archives, il fallait qu’il y ait une institution parce qu’un particulier ne pouvait pas. Le premier contrat avec l’INA, on l’a signé avant que l’UMR existe, c’était à l’Université, mais il fallait qu’il y ait une institution qui apparaisse comme un partenaire de l’INA.

Sophie Gebeil - D’autre part avec la MMSH, il y a donc eu un changement d’échelle considérable.

Bernard Cousin - Bien sûr. L’UMR, c’est très clair dans le cahier des charges de départ, se limitait à la rive Nord de la Méditerranée. Après, avec la MMSH, il fallait au contraire trouver des dynamiques trans-méditerranéennes, donc à ce moment-là, ça a changé un peu la donne. Mais ça a mis quand même quelques années. C’est la MMSH qui a changé la donne, ce n’est pas l’UMR, ça c’est clair, d’une part parce que ça a permis de travailler plus en contact avec l’IREMAM, et puis parce que la MMSH a développé ses propres programmes, qui, eux, transcendaient les limites des laboratoires. Avant, c’était la rive Nord, c’est-à-dire de l’Espagne aux Balkans.

Sophie Gebeil - Comment, à partir de 1994, la thématique des représentations a-t-elle évolué ?

Bernard Cousin - Je ne vois pas une rupture brutale, mais à mon avis ça a évolué dans le sens de ce qu’on appelle maintenant l’histoire culturelle. C’est plus englobant. Il y a eu la phase d’histoire des mentalités et il y a eu la phase d’histoire des représentations et à chaque fois, le terme désignait la même chose et pas tout à fait la même chose. L’histoire des mentalités, c’est-à-dire ce sur quoi j’ai commencé à travailler, ça voulait désigner les mentalités collectives, c’est-à-dire ce qui était de l’ordre, parfois, du non-dit, du non-exprimé, ou en tous les cas du non-écrit, et qui relevait d’une époque, d’un moment, d’une région, d’un milieu, de tout ce qu’on voudra comme définition du groupe porteur. On voit bien que la thématique "Mémoire" est aussi issue de ça, mais en s’autonomisant. Donc au départ, c’était ça, et il y a eu même un débat avec les psychanalystes : est-ce qu’il existe une mentalité collective ? Il y a des articles qui datent des années 1970 là-dessus.

Ensuite, certains trouvant que ce terme de "mentalités", de "mentalités collectives", était trop flou ou trop attrape-tout, ils ont voulu définir ça de manière beaucoup plus rigoureuse, plus cernée, en appelant ça "histoire des représentations" et en considérant que ce qu’on étudie, c’est la manière dont les gens d’une époque se sont représentés les choses. Ça, c’est toute l’école d’histoire des représentations, avec notamment Pierre Laborie à Toulouse, qui a écrit des articles là-dessus. Cette conception était même un peu trop théorique, un peu trop rigide à mon sens. À un moment, pendant une dizaine d’années, ça a été ça qui a dominé, et puis après, c’est le concept d’ "histoire culturelle", qui au contraire est un concept plus large, plus englobant.

Moi, ce qui m’intéressait justement dans le concept de "représentations", c’est que ça intégrait sans aucun problème les aspects des sources iconographiques, parce que le mot-même de "représentations" faisait écho à ça. C’était l’intérêt que je lui trouvais, c’est-à-dire que ce qui, quinze ans avant, n’était même pas considéré comme pouvant être une source pour l’histoire, le devenait de fait. C’est ce qui m’a intéressé dans cette phase-là. Ensuite, le concept d’histoire culturelle est encore un peu plus large, et là, n’exclut plus aucune source. Cette évolution n’est pas locale, elle est générale.

Ça croise aussi tout un autre débat qui maintenant me donne un peu l’impression de vous parler du Paléolithique inférieur : c’est le débat qui a beaucoup alimenté l’historiographie dans les années 1980, le débat "histoire quantitative-histoire qualitative", ou pour dire comme on le disait à l’époque, "case studies". Il y a eu toute l’histoire quantitative qui, en gros, venait de France, d’Europe en tous les cas, et puis la critique anglo-saxonne avec les "case studies". Il y a un moment où il fallait vraiment opter pour l’un ou pour l’autre, ce que j’ai toujours trouvé totalement ridicule, parce qu’évidemment, l’un complétait l’autre, et qu’une histoire quantitative permettait de former un paysage dans lequel les études de cas prenaient leur relief. Si on fait une étude de cas comme ça, sans avoir une vision de l’environnement, on peut vite délirer. Tout ce débat-là, il nous a traversés, nous comme d’autres, ce n’est pas du tout spécifique à l’UMR, c’est un débat historiographique qui a couru. Après, il y a eu le grand débat "histoire-mémoire", qui nous a aussi concernés. Ce ne sont pas des débats spécialement aixois, loin de là, sauf que comme il y avait des chercheurs qui, comme Philippe Joutard, avaient déjà bien réfléchi sur cette question-là, on avait déjà peut-être, plus que certains autres, des idées là-dessus, mais c’est tout.

Sophie Gebeil - Et est-ce que du coup, à l’issue de ces débats, si aujourd’hui il fallait de nouveau créer une thématique, vous garderiez le même nom ?

Bernard Cousin - Non, la preuve en est qu’on ne garde pas ce nom aujourd’hui, mais il a très clairement correspondu à un moment, on l’a bien dit. Moi, comme je vous l’ai dit, ce qui m’intéressait dans ce mot "représentations", c’est qu’il avait plusieurs sens et qu’on pouvait jouer un peu dessus. C’est ce que je trouvais intéressant. Maintenant, ça s’inscrit dans le cadre de l’histoire culturelle avec la diversité que ce terme permet de recouvrir, et qui ne me pose pas de problème.

Sophie Gebeil - Depuis 1994, l’usage de l’internet s’est démocratisé pour devenir un outil de travail familier. Selon vous, qu’est-ce que le numérique a principalement changé dans la recherche en histoire ? Qu’est-ce que ça a apporté dans le champ de l’histoire culturelle ?

Bernard Cousin - Il est évident, ça c’est une banalité mais elle est vraie et il faut la dire, que les possibilités qu’offre la numérisation, et derrière la numérisation le web, etc., permettent un accès à la documentation qui n’a rien à voir avec celui qu’on avait il y a trente ans, même s’il n’y a pas que des points positifs bien sûr, mais quand même c’est une grande avancée. Je suis en train d’achever un travail sur les ex-voto : j’ai repris toutes mes vieilles photos, je les ai numérisées et on va essayer d’en faire quelque chose avec Eric Carroll, un site, à l’occasion des vingt ans de Telemme. Pour prendre ce petit exemple personnel, à l’époque il y avait 4 000 documents, j’ai fait des photos pour la plupart d’entre eux, dans quelques cas je n’ai pas pu ou on m’a prêté des photos. J’ai fait des photos souvent de mauvaise qualité mais qui me permettaient quand même de travailler sur ces images. Si j’avais eu les moyens actuels, ça aurait été beaucoup plus simple pour moi, bien sûr. Actuellement, j’ai numérisé ces images et, en gros, il y en a une sur trois que je peux montrer. Ça marque la limite : je pense qu’on en mettra une sur trois en ligne, parce que les autres, pour des raisons multiples, soit parce que c’était très peu accessible, soit parce que je n’étais pas bien équipé, soit parce que j’ai fait de mauvaises photos, soit parce que les documents étaient dégradés, soit parce que les documents étaient mal éclairés, bref, pour de multiples raisons, ce n’est pas montrable en ligne. Donc la numérisation, d’un coup, c’est magnifique, ça apporte tout, mais en même temps, il faut prendre en compte ce que ça induit comme filtre. Donc c’est magnifique, mais il faut aussi voir si ça introduit des biais.

Je prends un autre exemple : j’ai traité mes ex-voto informatiquement, mais à l’époque c’était vraiment la préhistoire de l’informatique, c’est-à-dire que c’étaient des cartes perforées, et puis on travaillait sur un gros ordinateur auquel on n’avait pas accès : il fallait passer par un technicien qui sortait le listing, qui vérifiait si ce n’était pas bloqué dans l’imprimante, des choses comme ça. Maintenant, évidemment, toute cette base de données, je l’ai sur le disque dur de mon ordinateur, donc ça n’a rien à voir, sauf que ce qu’on peut remarquer, et c’est une petite méchanceté que je lance au passage, mais c’est en partie vrai, même si j’exagère en disant ça, c’est qu’en gros, les travaux se basant sur des gros corpus se sont arrêtés quand l’informatique en a facilité le traitement. Michel Vovelle a travaillé sur 20 000 testaments qu’il a traités à la main, c’était de l’ordre de la performance : aujourd’hui, par informatique, ce n’est plus une performance et on ne le fait plus. Ça, c’est pour mettre "ombre et lumière" sur l’informatique, le numérique et le web par rapport à l’accès, à la multi-documentation, etc. Ça ouvre un champ considérable, et en même temps, ce qu’il faut voir, c’est que ça peut introduire des biais. Il faut simplement en être conscient et puis en tenir compte. Il y a plein d’autres choses qui introduisent des biais dans la documentation, il n’y a pas que le numérique, mais il ne faut pas être naïf.

Sophie Gebeil - Y’a-t-il une chose que vous souhaitez ajouter, à laquelle vous tenez particulièrement et que nous n’avons pas pu évoquer ?

Bernard Cousin - Je finirai juste en disant quelque chose qui vous concerne, c’est que je suis très content qu’il y ait une filiation, et je dis bien une filiation et pas une reproduction, ce qui n’aurait aucun intérêt : si la recherche se reproduit sur elle-même, elle tourne en rond. Mais concernant l’ouverture vers des territoires ou des documentations qui étaient un peu marginales, qui sortaient un peu de l’habitude du travail d’historien, d’abord je suis très heureux que ce mouvement ait eu des échos bien ailleurs, pas qu’à Aix-en-Provence, et que donc ça ait élargi les champs d’approche de l’historien, mais je suis aussi très content que des filiations locales existent, parce que ça prouve qu’il y avait de la matière derrière et que c’était plus qu’un simple intérêt personnel. Qu’on continue ici à travailler sur des champs dans cet esprit-là, ça me plaît beaucoup.

Haut de page

Notes

1 Michel Vovelle, Gaby Vovelle, "La mort et l’au-delà en Provence d’après les autels des âmes du purgatoire (XVe-XXe siècle)", Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 24e année, vol. 6, 1969. pp. 1602-1634.

2 Iconographie et histoire des mentalités, Centre méridional d’histoire sociale des mentalités et des cultures, Université de Provence, Ed. Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1979, 190 p.

3 Philippe Joutard, La légende des camisards, une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1977, 442 p.

4 Bernard Cousin, Le miracle et le quotidien. Les ex-voto provençaux, images d’une société, "Sociétés, mentalités, cultures", Publications de l’Université de Provence, 1983, 339 p.

5 Thèse qui a fait l’objet d’une publication : Maryline Crivello-Bocca, L’écran citoyen : la Révolution française vue par la télévision de 1950 au bicentenaire, Paris, Montréal : l’Harmattan, 1998, 276 p.

6 Marcel Pagnol et la Méridionalité, actes du colloque Marseille, Aix, Aubagne, mai 1995, revue Marseille, vol. 180, 1997, 122 p.

7 Télévision et espace régional : politiques, productions, représentations, 1949-1997, actes du colloque d’Aix-en-Provence, 25-27 septembre 1997, CNRS, INA, Université de Provence, 1999, 221 p.

8 Midi rouge et Midi blanc : les antagonismes politiques sous la Révolution française et leurs héritages dans le Midi méditerranéen, actes du colloque organisé en Avignon les 10 et 11 octobre 1986 par le Centre méridional d’histoire sociale des mentalités et des cultures et la Commission scientifique régionale pour le bicentenaire de la Révolution française, Provence historique, n° 36, 1987, 347 p.

9 Bernard Amouretti, Monique Cubells, Bernard Cousin et al., Le Parlement de Provence : 1501-1790, actes du colloque d’Aix-en-Provence, 6 et 7 avril 2001 organisé par l’Association des Amis de la Méjanes, la MMSH et l’UMR Telemme (Université de Provence) , Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, 238 p.

10 Bernard Cousin, "Prénommer en Provence (XVIe-XIXe siècle) : Les prénoms en Provence (XIe-XIXe siècles)", Provence historique, 2003, vol. 53, no212, pp. 193-224

11 Bernard Cousin et Maryline Crivello, Télévision et Méditerranée : généalogies d’un regard, actes du colloque Télévision et Méditerranée, généalogies d’un regard, Aix-en-Provence, 11-12 octobre 2002, Institut national de l’audiovisuel, Paris : l’Harmattan, 2008, 212 p.

12 Bernard Cousin, L’enfant et la chanson. Une histoire de la chanson d’enfant, Paris, Messidor, 1988, 214 p.

13 Carte de vœux 2014 interactive réalisée par Eric Carroll, à partir de publications émanant du laboratoire depuis sa création. Disponible sur le site du laboratoire Telemme, < http://Telemme.mmsh.univ-aix.fr/2014/voeux.html>, consulté le 11.03.2014

14 Med-Mem : Partager les Mémoires Audiovisuelles de la Méditerranée. Piloté par l’INA-Méditerranée et cofinancé par l’U.E. de 2009 à 2012, Med-Mem consiste dans la mise en œuvre d’un site Internet promouvant le patrimoine de la zone euro-méditerranéenne à travers la mise en ligne d’archives audiovisuelles éditorialisées des télévisions publiques Ce projet réunit 20 partenaires dont 14 télévisions de la Méditerranée, 3 organismes professionnels, des partenaires culturels et scientifiques (dont l’UMR Telemme). <www.medmem.eu/fr>, consulté le 11.03.2014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Cousin et Sophie Gebeil, « Des "ex-voto" au document audiovisuel. Pour une histoire des représentations », Rives méditerranéennes, 48 | 2014, 133-148.

Référence électronique

Bernard Cousin et Sophie Gebeil, « Des "ex-voto" au document audiovisuel. Pour une histoire des représentations », Rives méditerranéennes [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4673

Haut de page

Auteurs

Bernard Cousin

Agrégé d’histoire en 1969, Bernard Cousin a soutenu son doctorat d’État en histoire moderne, en 1981, avec une thèse dirigée par Michel Vovelle et portant sur "Le miracle et le quotidien. Les ex-voto provençaux, images d’une société (XVIe-XIXe siècles)". Maître de conférences puis professeur d’histoire moderne à l’Université de Provence. Il a été successivement vice-président de l’Université d’Aix-Marseille 1, directeur des Presses Universitaires de Provence et de l’UMR Telemme.

Sophie Gebeil

Enseignante titulaire en histoire-géographie depuis 2007, Sophie Gebeil a soutenu en 2010, un master II de recherche portant sur "le patrimoine audiovisuel en Méditerranée". Attachée temporaire d'enseignement et de recherche à l’École Supérieure du Professorat et de l'Éducation (AMU) depuis 2012, elle est en doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Maryline Crivello. Sa thèse en cours concerne "les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français (1996-2013)".

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals