Navigation – Plan du site

Des résistances à la topographie urbaine. Un passeur de mémoires

Entretien de Jean-Marie Guillon avec Céline Regnard
Jean-Marie Guillon et Céline Regnard
p. 149-167

Texte intégral

1Avant d’être la collègue de Jean-Marie Guillon, j’ai été son étudiante. C’est pourquoi j’ai accepté avec enthousiasme la proposition qui m’était faite de mener cet entretien. Celui-ci a d’abord été un échange entre deux générations, mais aussi entre deux historiens de la Provence et de Marseille. Les divers sujets évoqués sont autant de facettes d’une carrière universitaire menée entre 1991 et 2012.

2Jean-Marie Guillon est, d’abord, un enseignant. Concevant initialement la recherche comme un "hobby", une manière de "s’oxygéner l’esprit", il a tergiversé concernant son sujet de doctorat, l’a abandonné, puis repris, et finalement soutenu en 1989, tout en restant assez éloigné des structures de recherches aixoises. En revanche, il a été l’un des membres actifs de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) à ses débuts. À partir de son recrutement en 1991, il est resté très attaché à cette vocation d’enseignant, préparant des cours, prenant des responsabilités dans l’administration de l’Université de Provence.

3Mais Jean-Marie Guillon est aussi un chercheur habité de convictions fortes : l’utilité du regard local, la nécessité de la recherche collective, l’action auprès du grand public. À la fondation de Telemme, en 1994, il a été chargé de coordonner l’axe Souveraineté et pouvoir local. Il a poursuivi cette tâche dans le second quadriennal dans un axe intitulé : Formes de domination et contestations : le pouvoir local à l’épreuve des crises. Par la suite, il a pris la direction de l’UMR en 2007. Le monde de la recherche universitaire vivait alors une vraie révolution : l’ANR puis l’AERES se mettaient en place. Les conditions de financement mais aussi les pratiques de la recherche en sciences sociales s’en trouvaient bouleversées.

4Les conditions dans lesquelles j’exerce mon métier aujourd’hui ont peu à voir avec celles qu’a connues Jean-Marie Guillon à son arrivée à l’Université de Provence. Pourtant, les préoccupations restent les mêmes : articuler sa propre recherche à l’activité collective, s’investir auprès des étudiants, servir l’institution, ou encore communiquer auprès de publics plus larges. La continuité est peut-être plus forte qu’il n’y paraît au premier abord…

Céline Regnard - Jean-Marie, bonjour. Tu es Varois, tu es né juste après la guerre. En quoi cette histoire familiale a-t-elle déterminé tes choix et ton champ de recherche ?

Jean-Marie Guillon - Oui, je suis né en 1948, dans un village du centre-Var, issu de familles installées depuis plusieurs siècles dans la région. Je suis un Varois de souche ! Pour l’identité, moi, je ne crains personne ! Cela a déterminé mon champ et mes choix de recherche de façon tout à fait classique. D’abord, c’est la transmission de la mémoire familiale, via un grand-père, paysan, qui aimait beaucoup parler, qui avait pris des responsabilités dans son village, et qui avait été résistant, entre autres choses. De plus, son père, mon arrière-grand-père, qui n’avait pas fait beaucoup d’études, était intéressé par l’histoire. Donc, au départ, il y a une imprégnation familiale, ce qui est banal.

Tu te retrouves en licence d’histoire, tu deviens prof. et tu te dis : bon, qu’est-ce que je peux faire à côté pour m’aérer ? J’avais réussi à l’agrégation mais, étant interdit de coopération par les autorités de l’époque, devant partir au service militaire, j’ai pris quelques mois de liberté et, pour m’occuper, je me suis inscrit en thèse en troisième cycle. Je suis allé voir Pierre Guiral, qui patronnait l’histoire contemporaine, qui me connaissait un peu par suite de certaines interventions en amphi. Pierre Guiral était fondamentalement libéral et nous avons convenu que je travaillerai sur Toulon pendant la Deuxième Guerre mondiale. Au départ, je voulais travailler sur l’histoire de l’agriculture varoise puisque que j’avais travaillé, dans le cadre de la maîtrise, sur le syndicalisme et la coopération agricoles sous la direction de Claude Mesliand, que je connaissais bien ce milieu évidemment. Mais Yves Rinaudo allait soutenir sa thèse sur les paysans du Var sous la IIIe République avant 1914, Jacques Girault terminait la sienne sur le Var de l’Entre-deux-guerres, le terrain était donc occupé. En revanche, la période de la guerre était vierge de recherches, d’où le sujet sur Toulon. En plus, peu après, le correspondant du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (CH2GM) dans le Var, ancien instituteur et chef FFI, nommé par Henri Michel, qui était lui-même originaire du Var, souhaitait s’arrêter, la place était donc libre et voilà comment je me suis retrouvé sur la Seconde Guerre mondiale.

Mais cette recherche a évolué. Après mon service militaire, j’ai été nommé dans la région parisienne, et, de fait, j’ai abandonné le travail sur Toulon, mais j’étais devenu correspondant départemental du CH2GM et participais à ses enquêtes. Revenu dans le Var quelques années après, je me suis dit : pourquoi ne pas reprendre contact avec l’université ? Philippe Joutard m’a mis en relation avec Émile Temime, dont j’ai suivi les séminaires. Et, un beau jour, Émile Temime m’a sollicité pour la Fac., chose à laquelle je ne songeais pas, et je dis ça vraiment sans affectation. C’est lui qui m’a poussé à faire une thèse, ce à quoi je me suis finalement résolu…, car je traînais les pieds. Du coup, elle n’a été soutenue qu’en décembre 1989. J’aurais pu l’écrire quatre ou cinq ans avant, puisque j’avais accumulé pas mal de choses sur la Résistance dans le Var qui était son sujet. Les correspondants départementaux du Comité d’histoire avaient accès à toutes les archives de la période 1940-1945. L’un de mes premiers travaux dans ce cadre m’avait ouvert les archives judiciaires plus que fermées, celles des tribunaux d’épuration de la Libération ! De ce fait, la loi" libérale "de 1979 sur les archives, appliquée en outre de façon très restrictive, a été pour nous, les correspondants, une régression puisque nous n’avons plus eu accès aux archives sur lesquelles nous avions travaillé auparavant…

Au total, pour en revenir à mes choix de recherche, un cas de figure tout à fait banal : histoire locale sur une région dont j’étais originaire, une influence familiale, premiers travaux comme étudiant, voilà. Je n’avais pas de perspective de carrière, c’était une façon de faire quelque chose qui m’intéressait à côté de l’enseignement, et qui correspondait à mes goûts et à mes options.

Céline Regnard - Quelle était la structure de recherche à laquelle tu étais attaché lorsque tu as fait ta thèse ?

Jean-Marie Guillon - J’étais rattaché au Centre d'Études Historiques sur la Méditerranée Contemporaine (CEHMC), dans le cadre du GDR, mais je suivais ça de très, très loin. L’Université était vraiment un monde que je regardais avec méfiance.

Céline Regnard - Ce n’était pas la structure de recherche qui existe aujourd’hui.

Jean-Marie Guillon - Ce n’était absolument pas la structure que nous connaissons. Il faut préciser que mes liens avec l’Université se limitaient à ma participation aux séminaires d’Émile Temime (migrations, histoire sociale et économique), autant que je le pouvais. Par ailleurs, je m’étais inscrit au diplôme d’études régionales que Philippe Joutard et Jean-Claude Bouvier avaient créé, parce qu’en même temps j’enseignais le provençal et que c’était une façon d’aborder l’histoire culturelle et des disciplines proches (dialectologie, anthropologie). Mais ma structure de recherche principale était en fait le CH2GM, devenu l’Institut d’Histoire du Temps Présent en 1980, et dirigé par François Bédarida. C’est l’autre chance que j’ai eue, car l’IHTP correspondait à une conception de l’histoire plus ouverte aux problématiques du moment que le Comité d’histoire, il jouait un rôle pionnier en matière d’histoire orale ou d’histoire de la mémoire. Cette intégration a consolidé ma position. Et, si Émile Temime m’a sollicité, c’est parce qu’il savait que mes travaux étaient appréciés au sein de l’IHTP, où l’on m’avait demandé rapidement de participer, comme contributeur ou rapporteur, à de grands colloques.

Céline Regnard - Donc en fait, tu avais un double rattachement.

Jean-Marie Guillon - Absolument, Aix et l’IHTP, mais surtout l’enseignement secondaire, en collège ! Ce qui me rendait la vie un peu difficile. Ce qui a été aussi l’une des raisons qui, finalement, m’ont conduit à faire une thèse et à candidater ici.

Céline Regnard - Justement, tu as été élu maître de conférences en 1991, Telemme a été fondé en 1994. Comment tu as vécu ce moment ? Quel était ton rôle, si tu en as eu un ?

Jean-Marie Guillon - Aucun rôle. Je n’y comprenais strictement rien ! Je débarquais dans l’université en 1991, et j’ai été élu professeur en 1993 (j’étais docteur d’État). Mais quand on arrive comme moi à l’université après de longues années dans le secondaire et sans ambition particulière, c’est un changement d’univers (d’ailleurs, c’était aussi pour tester ma capacité à changer que j’avais été candidat). Mais j’avais des cours à préparer et c’était mon premier souci. D’autant que les effectifs étaient lourds, nous avions un cours de licence obligatoire avec trois cents et quelques étudiants... plus la participation à la préparation des concours et quantité de maîtrises à encadrer…

Très vite, j’ai accepté de prendre des responsabilités dans l’université, je voulais comprendre comment ça fonctionnait. Gérard Chastagnaret m’a proposé de le remplacer comme représentant du département d’histoire à la commission pédagogique, ce qui a été entériné. C’est ce qui m’a permis de connaître d’autres disciplines, d’autres collègues, d’autres facettes de l’institution. Tout aussi rapidement, Robert Ilbert, qui avait d’autres charges, m’a demandé de le remplacer comme responsable de la section de contemporaine, donc membre du bureau d’histoire et adjoint de plusieurs directeurs du département. Par conséquent, la transformation – fondamentale – du GDR en UMR, je l’ai suivie à distance, je participais aux réunions, mais j’avoue que je comprenais assez mal les enjeux. Ca me paraissait, d’un point de vue institutionnel, extrêmement mystérieux, encore plus complexe et opaque que l’université, ce qui n’est pas peu dire, déjà à l’époque. Mais il fallait d’abord que j’apprenne à connaître l’université, ce qui a bien duré quatre ou cinq ans. C’était ça, le principal pour moi.

Céline Regnard - Oui, tu as passé vingt ans dans l’enseignement secondaire, tu es un enseignant.

Jean-Marie Guillon - Oui, je me suis toujours défini comme un enseignant ! C’est toujours comme ça que je me suis présenté.

Céline Regnard - Mais quand même, au bout d’un moment, tu t’es mis à faire activement de la recherche dans Telemme, donc comment s’est passée cette intégration ?

Jean-Marie Guillon - Du point de vue enseignement et maîtrises, je couvrais le champ politique en histoire contemporaine, le XXe siècle et l’histoire de la Provence aux XIXe-XXe siècle. Mais ce que j’apportais dans Telemme, c’était d’abord le volet Seconde Guerre mondiale, mon champ de recherche principal. Tout mon problème a été : comment intégrer cette recherche personnelle, qui était déjà ancienne, que je continuais, qui se faisait dans le cadre de l’IHTP, dans la structure aixoise, dont la nature et les objectifs étaient très différents ? Ca n’a pas été simple.

J’arrivais non seulement avec la recherche sur le Var, que j’élargissais à la région, et en même temps avec des liaisons et des projets collectifs d’une certaine ampleur, notamment celui de reprendre l’histoire de la Résistance en France. Nous sortions avec l’IHTP d’un grand colloque sur "Vichy et les Français" (1989), voulu par la direction de l’époque pour faire pièce à l’image contestable d’une historiographie française qui aurait été plus timorée à l’égard du régime de Vichy que l’historiographie anglo-saxonne. Mais nous sentions bien, notamment avec Pierre Laborie dont je commençais à être proche, que la représentation des "années noires", entretenue par les constructions médiatiques du moment, prenait une orientation fausse : Vichy ne résumait pas la France dans la guerre. Nous avions donc proposé à François Bédarida et Jean-Pierre Azéma d’engager une recherche, complémentaire, indispensable sur "La Résistance et les Français". De la même façon qu’on avait examiné les liens du régime de Vichy avec la société française, nous pensions pour des raisons qui étaient autant scientifiques que politico-mémorielles, qu’il fallait réexaminer les liens entre le phénomène de la Résistance, compris comme un phénomène social global, et la société française, sous divers angles, sociologiques, politiques, idéologiques, anthropologiques. Nous voulions aussi faire sortir la Résistance d’une représentation encore trop souvent mémorielle, commémorative. Comme nous n’avons pas été suivis, nous avons décidé, Pierre Laborie, qui était alors à Toulouse, et moi à mener à bien le projet, ce que nous avons fait avec d’autres universitaires de province – Jacqueline Sainclivier (Rennes), Christian Bougeard (Brest), François Marcot (Besançon) –, puis rejoints par la nouvelle direction de l’IHTP avec Robert Frank, et certains de ses chercheurs comme Denis Peschanski, Dominique Veillon, Laurent Douzou. Nous avons organisé toute cette série de grandes rencontres internationales sur la Résistance, commencées en 1993 à Toulouse par un colloque, que Pierre Laborie, surtout, et moi avons monté et conclues par le colloque de 1997 à Aix-en-Provence sur "La Résistance et les Européens du Sud", que j’ai organisé et auquel j’avais associé Robert Mencherini. Donc j’arrivais à Telemme avec notamment ce gros projet qui m’a beaucoup occupé à partir de 1993 et qui a eu le soutien de Telemme.

Et puis les liens avec l’IHTP, qui changeait ses rapports avec la base départementale, se sont progressivement distendus et Telemme est devenu mon lieu de recherche principal avec de nouvelles pistes, comme par exemple la toponymie urbaine.

Céline Regnard - En même temps, tu as dirigé un groupe de recherche qui était le support de ce projet, en quelque sorte.

Jean-Marie Guillon - Gérard Chastagnaret m’avait demandé, en mettant en place Telemme, d’assurer la coordination de l’axe de recherche sur le politique, l’axe Souveraineté et pouvoir local. Nous étions dans une phase de transition dont je mesure l’importance aujourd’hui. Nous passions de l’artisanat à l’entreprise collective. À l’époque, je ne me rendais pas vraiment compte de l’enjeu de cette mutation et je me demandais même pourquoi Gérard Chastagnaret mettait tant d’énergie à transformer le centre, à créer cette unité mixte avec le CNRS. J’étais admiratif d’ailleurs, mais ça me paraissait un peu vain. Après, j’ai mieux compris... Mais je crois que cet état d’esprit était aussi celui d’une partie des collègues qui étaient arrivés en même temps que moi à l’Université, ou guère avant. Puisqu’il fallait changer de cadre, le rôle d’un responsable d’axe, c’était d’abord de souder des individus, de coordonner des groupes de recherche plutôt isolés et enfermés dans leur période et leur objet et les inciter progressivement à regarder ce qui se faisait à côté. Cette première phase, le premier quadriennal a été, à mon souvenir, surtout ça : un rôle de coordination. Par exemple, nous souhaitions organiser chaque année au moins une journée bilan, pour que les groupes du programme s’informent réciproquement de leur travail. Je ne suis pas sûr que l’on y soit arrivé, d’ailleurs !

Céline Regnard - Donc dans cet axe, Souveraineté et pouvoir local, il y avait plusieurs groupes.

Jean-Marie Guillon - Les souvenirs sont flous et il aurait fallu que je me replonge dans les papiers de l’époque… Il y avait un groupe de travail sur la Révolution avec Martine Lapied et Christine Peyrard. Un autre groupe était animé – peut-être pas pendant le premier quadriennal, peut-être dans le deuxième – par Wolfgang Kaiser, groupe très ouvert à la collaboration internationale, sur les conflictualités urbaines. Il y avait mon équipe qui travaillait sur la Provence au XXe siècle, avec un volet sur la guerre, et un autre avec Jean Domenichino et Robert Mencherini, tourné vers l’histoire sociale et les conflits sociaux. Le groupe des médiévistes, avec Jean-Paul Boyer et Laure Verdon, travaillait plutôt sur les questions de justice, et était bien inséré dans le réseau international des études angevines. Donc, un ensemble assez hétérogène, travaillant sur des objets assez différents, et il fallait que nous arrivions à constituer quelque chose qui ressemble à un axe de recherche, ce qui a pris en fait plusieurs quadriennaux. Nous en étions à l’amorce.

Céline Regnard - Il y avait donc une représentation de toutes les périodes : le Moyen Âge, l’époque moderne, la Révolution française, l’époque contemporaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En revanche, ce qui était difficile, c’était de faire émerger des choses communes.

Jean-Marie Guillon - Oui, il fallait trouver des objets communs, arriver à croiser les initiatives, sortir des cadres chronologiques et disciplinaires traditionnels. Médiévistes et modernistes y sont parvenus. Je ne crois pas que ce décloisonnement ait été fait pendant les deux premiers quadriennaux, mais seul un regard plus distancié pourrait le dire. Le premier quadriennal, certainement pas, mais on apprenait à se connaître, on "expérimentait" en quelque sorte et très petitement.

Céline Regnard - Il est toujours difficile d’articuler sa recherche avec l’investissement dans la recherche collective. Quelle expérience as-tu de cette dialectique ?

Jean-Marie Guillon - Ça n’a jamais été facile. Dans mon domaine, mon premier cadre a été l’IHTP, évidemment, et ensuite, ce groupe informel, mais actif, sur la Résistance constitué avec d’autres universitaires, anciens correspondants départementaux du CH2GM. Puis l’IHTP a évolué. Divers conflits ont éclaté à propos de l’histoire et de la mémoire de la Résistance. La table-ronde du journal Libération en 1997 mettant en cause Lucie et Raymond Aubrac a révélé deux conceptions du témoignage et de l’usage du témoignage, fracture dont nous ne sommes pas tout à fait sortis d’ailleurs !

Dans le cadre de Telemme, une fois la série des colloques "La Résistance et les Français" passée, mes propres recherches ne pouvaient que difficilement s’intégrer et il fallait que je me réoriente en partie. Je n’ai pas créé de groupe pérenne autour de mes thématiques propres et c’est l’une des limites de mon activité. Il est vrai aussi qu’en 2000, j’ai été élu directeur de l’UFR Civilisations et Humanités et que ces responsabilités étaient assez prenantes, outre l’enseignement – ma décharge de cours étant relative – et mes engagements personnels. Mais, j’ai compensé ce relatif isolement en essayant toujours, par conviction bien sûr, de jouer le jeu du collectif, au sein de Telemme, structure dont je voyais mieux l’utilité évidente, et même la nécessité.

Céline Regnard - Dans ce premier quadriennal as-tu le souvenir que vous ayez travaillé particulièrement avec des doctorants, qu’il y ait des doctorants qui aient suivi vos travaux ?

Jean-Marie Guillon - Il y avait assurément une politique de laboratoire. Les doctorants participaient à nos travaux, mais avons-nous fait des efforts particuliers pour les doctorants dans le cadre de notre axe ? Mon souvenir est flou, je l’avoue.

Céline Regnard - C’est quelque chose qui a changé. Aujourd’hui, à Telemme, on accorde aux doctorants une place spécifique.

Jean-Marie Guillon - C’est vrai. Je ne sais plus quand ça s’est mis en place, certainement sous le mandat de Gérard Chastagnaret, mais en tout cas l’orientation a été confirmée par Bernard Cousin. On avait institutionnalisé les journées doctorants, ce qui était original au sein de la MMSH. Une ligne de crédits était ouverte pour les doctorants, qui ont été mieux reconnus et aidés. C’était pour nous un changement profond. Dans ma génération, beaucoup avaient travaillé seuls, de façon artisanale, individuelle, sans aide matérielle particulière. Et encore, je ne peux me plaindre. Quand j’étais rattaché au CH2GM, j’avais une petite décharge d’heures de cours (en fait des heures sup….), mais nous financions notre recherche nous-même et c’était normal. Il a donc fallu que nous nous adaptions à un cadre nouveau : programmes, aides, structures d’accueil, etc. Je me suis rendu compte après coup, en fréquentant diverses instances scientifiques de l’université ou à l’extérieur, combien cette mutation avait été positive pour l’histoire et les sciences humaines en général, quand je comparais avec le niveau d’organisation et de questionnement scientifique d’autres centres de recherche en LSH. Pour nous, l’adossement au CNRS d’une part, et la MMSH ont joué un rôle essentiel.

Céline Regnard - Dans une période très courte, la manière de faire une thèse et le statut de doctorant ont changé, ont été révolutionnés. On pousse aujourd’hui à effectuer des thèses dans un temps très court, et on exige aussi une capacité à produire voire à animer la recherche collective, que beaucoup acquéraient auparavant lentement et par l’expérience.

Jean-Marie Guillon - Tout à fait ! Lorsque j’ai renoué avec Aix, il y avait le centre de recherche fondé par Pierre Guiral, puis le CEHMC. Les labos étaient des collections d’individus, avec des séminaires où chacun rendait compte de ce qu’il faisait, et ça n’allait pas plus loin. Et là, on passait à quelque chose de totalement différent, à une véritable structure de laboratoire, même si c’était sans comparaison évidemment avec les laboratoires scientifiques – les outils ne sont pas les mêmes, les conceptions de la recherche, la nature du travail ne sont pas les mêmes –, mais on passait à quelque chose de totalement nouveau. Et il fallait que nous l’apprenions. Pour nous, ça n’allait pas de soi, qu’on puisse financer des recherches, c’était un privilège. Je n’avais pas trouvé anormal de ne pas être financé, on pouvait aussi faire une recherche sans aide… On peut toujours le faire !

Céline Regnard - Si par ailleurs on est enseignant, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui de beaucoup de doctorants, les choses ont changé aussi.

Jean-Marie Guillon - Bien sûr, les choses ont complètement changé ! J’ai eu pendant longtemps une conception d’"ancien type" de la recherche, comme si c’était un hobby qu’on faisait à côté d’une activité principale, et les sacrifices, si sacrifices il y avait, étaient des sacrifices assumés. Mais il fallait que nous changions de mentalité et ça n’a pas été simple car cette recherche free-lance a aussi ses qualités (elle préserve l’indépendance). Mais, désormais, le cadre principal de la recherche est évidemment différent.

Céline Regnard - Revenons à cet axe de recherche. Est-ce que tu penses qu’en 1994, dans cet axe de recherche, il y avait des enjeux historiographiques particuliers ? Si oui, lesquels ? Ce sont des périodes très différentes qui avaient soulevé, chacune, leurs propres questions.

Jean-Marie Guillon - Les enjeux historiographiques, je les voyais surtout à travers le champ de recherche que je connaissais. Je les ai déjà évoqués, ils étaient considérables et ils le restent à mon avis.

Céline Regnard - Sur la Révolution française, on pourrait dire la même chose.

Jean-Marie Guillon - En effet, en plus, nous étions sur la lancée de la période du Bicentenaire et l’IHTP avait un programme sur les commémorations. En ce qui concerne Telemme, ce que je voyais surtout comme historien du local (sans aucune conception "localiste" en dépit de mes origines), c’est que l’association avec le CNRS interdisait par exemple de construire un axe sur l’histoire de la Provence, considérée comme un objet illégitime car "régional" ce qui dans les représentations de certains était – et reste – l’inverse d’"international".

Céline Regnard - Cela témoigne d’une sorte de mépris à l’égard de l’histoire locale.

Jean-Marie Guillon - Bien entendu. Que la Provence soit un laboratoire spécifique et extraordinaire au XXe siècle sur divers plans, que ce ne soit pas une région fermée sur elle-même, etc., peu importait. Marseille n’en parlons pas ! L’histoire de Marseille, c’était du "local" ! Je me souviens de Pierre Milza nous mettant en garde, lors d’une visite d’évaluation. Et, en 1999, deux membres de la section 33 de l’époque, sont venus en inquisiteurs régler des comptes visant la MMSH, via Telemme. Leur préoccupation paraissait notamment de nous prendre en défaut, notamment en matière d’histoire locale !

Il a donc fallu que l’on camoufle cet ancrage régional. Du coup, c’était nous empêcher d’apparaître, entre autres de spécialités, comme le laboratoire de référence en histoire régionale, alors que des anthropologues, des sociologues, y compris étrangers, affichaient sans problème ce terrain. Je crois que ça pèse encore dans le manque de visibilité régional de l’unité, même si les choses ont un peu évolué. C’était un véritable problème pour moi sur le plan des principes et, de fait, pour mon travail. Pour ma période de prédilection, l’aspect régional est absolument essentiel, puisqu’il n’y a plus de centre entre 40 et 44 : le centre n’existe plus, donc c’est par la périphérie, par exemple, que la Résistance se reconstruit. Et Vichy, c’est la périphérie, ce n’est pas toute la France, c’est la zone non occupée. L’une des idées les plus fausses de la vulgate actuellement régnante est d’étendre la ‘France de Vichy’ à la France occupée. Donc, nous ne pouvions pas afficher de façon claire que nous étions le centre de recherche historique de référence, du Moyen Âge à nos jours, sur la Provence. Et en géographie, pareil, bien sûr. Il faut aussi noter que la présence des géographes dans l’unité était aussi un enjeu d’importance.

Céline Regnard - D’autant qu’à l’université, histoire et géographie ne fonctionnaient pas ensemble.

Jean-Marie Guillon - Oui, bien sûr. Nos disciplines tendent à s’éloigner, et sur le plan scientifique, et même sur le plan de la formation universitaire, puisqu’une partie du recrutement des géographes ne se fait plus parmi les titulaires des concours de l’enseignement. Ceci dit, le maintien de cette association des deux disciplines a été une bataille menée avec les géographes de l’UMR. Les géographes ont été partie constituante de l’unité d’emblée. Dès le deuxième quadriennal, nous avions tenu à nous associer dans l’un des groupes de recherche avec Nicole Girard et Bernard Morel en particulier. Nous avions voulu absolument nous associer parce que l’étude du pouvoir local et des territoires du local était un terrain commun. Ceci dit, il n’est pas facile de nouer un travail interdisciplinaire, de façon non artificielle en tout cas. Sur le plan de l’UMR, il a fallu presque dix ans pour que les relations se "normalisent" et que l’on considère comme naturel le fait de s’associer dans un programme. Chacun garde sa spécificité, mais, dans le quadriennal que j’ai eu à gérer et celui que j’ai contribué à mettre en place (qui est actuellement en cours), les choses se sont faites simplement, beaucoup plus facilement.

Céline Regnard - C’est peut-être aussi parce qu’on nous encourage beaucoup à l’interdisciplinarité au niveau national. Il y a peut-être un contexte qui favorise ce rapprochement.

Jean-Marie Guillon - Oui. De nouveaux collègues sont arrivés et qui jouent ce jeu. On a trouvé des problématiques sur lesquelles les uns et les autres se rencontrent, les migrations par exemple. L’interdisciplinarité, quand elle se justifie, chacun en tire profit. Le fait que l’unité comprenne des chercheurs d’horizons différents, fonctionnant avec des logiques différentes, n’est pas un appauvrissement et la MMSH est pour nous un atout. Ca évite de rester enfermés sur notre discipline.

Céline Regnard - Si on termine avec ce premier temps, Souveraineté et pouvoir local, vous avez organisé des colloques ou un colloque, vous avez publié au niveau de l’axe ?

Jean-Marie Guillon - On a évidemment fait, sinon tout ce qu’il fallait, du moins pas mal de ce côté ! De mon côté, j’étais engagé dans cette série de colloques sur la Résistance, commencée à Toulouse avec Telemme comme partie prenante – en fait Telemme était dans les limbes, on était fin 1993. Plusieurs Aixois – Émile Temime, Gérard Chastagnaret, Jean Domenichino, etc… – y ont participé. Ensuite, les colloques de Rennes, Paris, Besançon, Bruxelles ont suivi et le colloque final à Aix. Parallèlement, Robert Mencherini et Jean Domenichino avaient organisé un colloque international sur les dockers, qui a donné lieu à publication. Plus pas mal d’autres initiatives à Marseille, dépassant le cadre local.

Martine Lapied et Christine Peyrard ont monté le colloque "Révolution française", qui couronnait une série de travaux dans une ligne plutôt et très logiquement vovellienne. C’était un groupe de recherche très productif sur le plan des publications. J’ai évoqué le programme "Angevins" des médiévistes, conduits avec méthode. Il faudrait reprendre les bilans pour avoir une idée juste des travaux faits et de leurs résultats, mais, en revanche, il n’y a pas eu de publication commune aux groupes du programme, ce qui aurait été artificiel.

Céline Regnard - Donc après Souveraineté et pouvoir local, on arrive à un deuxième quadriennal. Il commence quand ?

Jean-Marie Guillon - Ça a dû commencer en 1999-2000 sous le titre Formes de domination et contestations : le pouvoir local à l’épreuve des crises.

Céline Regnard - On retrouve cet intérêt pour le pouvoir local.

Jean-Marie Guillon - C’était l’une de nos problématiques principales, permettant de rassembler ces groupes, d’associer nos collègues géographes et il fallait "masquer" le terrain régional. On reprenait finalement les mêmes recherches avec un chapeau un peu différent, en insistant sur la notion de crise et de contestations, parce que la réalité de nos travaux portait principalement sur des périodes de rupture, qui étaient autant de "révélateurs". Brigitte Marin, revenant de l’École française de Rome, arrivait avec des projets, notamment sur la ville. La politique de la ville concernait les géographes travaillant sur la région marseillaise et les villes méditerranéennes. L’étude de la période révolutionnaire se prolongeait, et puis il y avait évidemment le XIXe et le XXe siècles. Là aussi, il y a eu des publications. Martine Lapied commençait à s’orienter vers ce que l’on appelait l’histoire des femmes, et là aussi c’était une orientation de recherche qui allait montrer toute son importance. Robert Mencherini et moi coordonnions un groupe sur Pouvoirs et contre-pouvoirs des années 1930 à nos jours, ce qui était une façon évidemment de reprendre les recherches que nous avions engagées.

Céline Regnard - Avec quels types de rencontres avez-vous fonctionné ?

Jean-Marie Guillon - Rien de très original. On fonctionnait avec des journées d’études, principalement. En général, chaque groupe proposait une à deux journées d’études. Parallèlement, il y avait les séminaires de spécialité. Plus des réunions de travail internes à chaque groupe, et un colloque qui devenait faite une état des recherches.

Mais, pour ma part, j’étais très pris par des activités que l’on peut considérer comme annexes et en fait tout à fait complémentaires, auxquelles l’unité était généralement associée. Nous avons travaillé avec le service des affaires culturelles du Conseil général des Bouches-du-Rhône et aux belles initiatives de Michel Bépoix autour du Centre de secours américain à Marseille, avec un grand colloque sur Varian Fry, puis un autre sur "Jean Moulin, marchand de tableaux". Là encore, entre autres raisons, il me semblait important d’encourager ces initiatives d’afin d’asseoir notre ancrage et notre visibilité régionale. L’engagement dans la commémoration de 1851 relevait tant de mes engagements, mon travail sur les mémoires et les résistances, que de mon souci d’ancrage régional. J’étais devenu vice-président de l’association 1851, organisant une journée d’études par an, suivie d’une publication, je crois de bon niveau avec érudits locaux, universitaires et jeunes chercheurs. J’ai toujours considéré que cet activisme faisait partie de nos responsabilités. Ce n’était pas Telemme, mais Telemme, par mon intermédiaire ou l’intermédiaire d’autres collègues, y était associé. Je cite les initiatives auxquelles je participais, nombre d’autres collègues faisaient de même dans leur domaine.

Céline Regnard - Aujourd’hui, Telemme a labellisé cette façon de travailler : "La recherche et la cité". Toi, tu as toujours fait beaucoup de conférences, parce que tes sujets de recherche sont portés vers cette pratique, et je pense que tu as accordé une grande importance à essayer de transmettre au grand public un certain nombre de visions sur ces questions. Quel est le regard que tu portes sur cette initiative de Telemme, "La recherche et la cité", l’idée de faire sortir la recherche des cercles de spécialistes ?

Jean-Marie Guillon - Je suis absolument enchanté par cette initiative et, comme toujours quand on est enchanté par une initiative, on a le regret de ne pas l’avoir prise soi-même ! Ceci dit, cette politique d’ouverture a été commencée par Gérard Chastagnaret et Bernard Cousin. Et, lorsque j’ai pris la direction de l’unité, elle a été réaffirmée. Le souci était aussi de nous faire reconnaître par notre environnement (par ceux qui souvent nous finançaient) comme un centre de recherche de référence. Lorsque j’ai pris la direction, j’ai essayé d’afficher ces collaborations, en particulier en ouvrant Telemme Infos à nos partenaires. Nous avions déjà eu l’initiative à l’époque de la direction de Gérard Chastagnaret de nouer une sorte de partenariat informel avec la Cité du Livre en bénéficiant des liens noués avec Danièle Oppetit, l’épouse du conservateur adjoint des Archives des Bouches-du-Rhône, et de Dominique Mazel. Puis, les personnes changent, les liens se distendent, il faut donc les entretenir. "La recherche et la cité", c’est vraiment une excellente chose, dans la continuité d’une politique.

Céline Regnard - Toujours dans cette optique, tu as consacré une grande part de ton activité aux conférences et c’est toujours le cas. Quelle expérience tires-tu de cela ?

Jean-Marie Guillon - J’ai toujours associé, autant que possible, la recherche – le temps que je pouvais consacrer à la recherche –, et la transmission avec des interventions dans les milieux les plus divers, notamment dans les établissements de l’enseignement secondaire. Inutile de dire que c’est pas très gratifiant en terme de reconnaissance professionnelle. Il m’est arrivé de me régaler dans des classes de primaire. Être face à des publics d’adultes curieux mais pas du tout au fait de nos recherches, c’est se confronter avec les idées reçues, les questionnements ordinaires, les représentations dominantes, même celles avec lesquelles on partage un certain nombre de valeurs, c’est introduire du doute critique, c’est dire :« attention, c’est plus compliqué, sortons d’un discours mémoriel, etc ». Il s’agit d’instruire. Mes terrains de recherche s’y prêtaient et c’était d’ailleurs aussi, d’une certaine manière, une façon d’entretenir cette recherche dans laquelle les questions mémorielles prenaient une certaine place. Au vu des résultats de l’évolution politique de la région, on se dit qu’on n’a pas servi à grand chose… On se console en pensant que l’on contribue ainsi à entretenir quelques espaces de réflexion critique. Le problème dans cette région, c’est qu’on est très mal relayés par les médias régionaux : soit ils nous ignorent, soit, lorsqu’ils nous "utilisent" de façon décevante et rarement pour valoriser le collectif de recherche. C’est regrettable. Pourtant, sur le plan de Telemme, ce ne sont pas les efforts qui ont manqué, en particulier de la part de Marie-Françoise Attard-Maraninchi.

Pour en revenir aux conférences, outre la satisfaction personnelle que j’en retire, parce que l’on sort de notre "bulle" et que l’on se confronte avec d’autres milieux, je crois que c’est aussi le moyen de mieux nous faire connaître et de mieux faire comprendre à quoi nous servons. J’ai toujours insisté là-dessus auprès des collègues : nous sommes payés par l’argent public, nous devons intervenir dans la société en fonction de nos compétences, de nos possibilités, et faire surtout connaître ce que nous faisons, d’où l’importance que j’ai attachée à faire aboutir la mise en place du site web, de ce qui est devenu notre principale vitrine. Et il est satisfaisant de voir aujourd’hui, que petit à petit, de plus en plus de gens qui nous sollicitent s’y réfèrent.

Céline Regnard - Il y a une dimension que nous n’avons pas évoquée, c’est la dimension géographique de Telemme, le choix de la rive Nord de la Méditerranée. Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce que ça a une cohérence ? Laquelle ? Comment articule-t-on l’échelle régionale, provençale, à cette échelle nord-méditerranéenne ?

Jean-Marie Guillon - Lorsque je suis arrivé dans le département d’histoire, en 1991, Robert Ilbert, qui était responsable de la section contemporaine, m’a demandé de le remplacer dans une unité qui portait sur l’Empire ottoman et qu’il assurait avec Michel Balivet et Daniel Panzac… Ce n’était pas spécialement mon domaine ! Ce fut donc mon premier "choc" méditerranéen ! La question était de savoir comment j’allais intervenir de façon, et pertinente, et intéressante, comment j’allais lier mes centres d’intérêt et ce cadre pour le moins neuf. J’ai donc choisi de faire cours sur l’histoire politique des Balkans fin XIXe-XXe siècle, la question des nationalismes, celle des guerres, puis le communisme. C’était le moment de la guerre de Yougoslavie. Je passe sur le boulot que ça m’a donné, mais j’y ai trouvé un certain plaisir et beaucoup d’intérêt. Je retrouvais dans les Balkans contemporains, avec des structures sociales bien différentes de ce que je connaissais, nombre de problèmes que je croisais dans mes recherches. Ceci pour dire que le cadre Europe méditerranéenne ne m’a pas perturbé ! Du côté de l’Italie, cette liaison, elle était naturelle. Le fait que je sois un historien de la Seconde Guerre mondiale a contribué à considérer que l’ensemble était pertinent. Mais, même avec l’Espagne, je trouvais bien des points d’accroche sur divers plans. La réalité des échanges, commerciaux ou de population justifiait grandement cet espace. Dans le cadre des axes que j’ai eu à mettre en place, la question du pouvoir local, des cités-États du Moyen Âge aux métropoles d’aujourd’hui, par exemple, reliaient l’ensemble, tout comme des formes de pouvoir considérées à tort ou à raison comme particulières à la zone (caciquisme, clanisme). De même, toute la question des stéréotypes qui pèsent sur l’ensemble de cette Europe du Sud, sur les Suds, sur lesquels Telemme n’a jamais cessé d’ouvrir des chantiers. Par conséquent, ce qui m’a le plus gêne dans l’intégration de mes travaux dans l’unité, ce n’est pas l’espace de référence qui lui a été assigné.

Le problème qui s’est toujours posé est double. Le premier était de ne pas perdre de vue cet espace dans nos propositions de recherche car c’est notre spécificité principale et, si l’on pense qu’elle est justifiée, encore fait-il le montrer. D’autre part, il ne faut pas apparaître enfermé dans cet espace. C’était ce qu’il ne fallait pas perdre de vue dans les définitions des programmes, et dans la présentation de l’unité que l’on faisait à l’extérieur. Notre "identité" en tant que centre de recherche est euroméditerranéenne, et c’est unique. Ceci dit, nous ne sommes pas parvenus, ni les uns, ni les autres, à acquérir une visibilité suffisante sur ce champ dans la recherche internationale. Je crois qu’on a encore beaucoup d’efforts à faire. Il est vrai que la Méditerranée, depuis Braudel, est devenue un objet d’étude à la mode, et qu’on est un peu perdu dans un ensemble de structures de recherche qui veulent toutes avoir un axe "Méditerranée", et qui donc, ne trouvent pas forcément légitime que nous existions. On est dans un monde de concurrence scientifique, de toute façon et nous manquons de surface médiatique, notamment par rapport aux centres de recherche parisiens. C’est un problème qui, me semble-t-il, concerne la MMSH dans son ensemble, et qui n’est pas propre à Aix, d’ailleurs.

Céline Regnard - Justement, à propos de concurrence, le monde de la recherche a beaucoup changé, et notamment, la recherche fonctionne aujourd’hui sur des appels à projets, sur des financements ponctuels très importants, pour lesquels il faut monter beaucoup de dossiers. Quel regard tu portes là-dessus ? Cela a fondamentalement changé à l’échelle de vingt ans, je dirais même dix ans.

Jean-Marie Guillon - Tu as parfaitement raison, c’est à l’échelle de dix ans. J’ai pris les rênes du labo officiellement au printemps 2007, mais en fait un an avant, au printemps 2006, et c’est le moment où l’ANR se met en place. Trois ans après, arrive l’AERES. Ce changement d’environnement institutionnel a eu des conséquences tout à fait importantes, en même temps que les crédits CNRS ne cessaient de diminuer. Mais la place que Gérard Chastagnaret, Bernard Cousin, puis moi, à des niveaux divers, avions assuré dans les rouages de l’Université, a contribué à notre reconnaissance et à celle de la MMSH. Évidemment, il fallait aussi mériter cette confiance et, là, nous pouvions nous appuyer sur l’ensemble du travail des membres de l’unité, et sa qualité.

Mais le panorama a été vraiment bouleversé, et j’en ai vu les conséquences aussi en tant que membre élu de la section 33 du comité national du CNRS. Les nouvelles sources de financement de la recherche, la recherche sur contrat, l’ANR, l’IUF, les programmes européens, de fait, pouvaient conduire à une dispersion de l’unité et à une relative individualisation de la recherche, éventuellement à une résurgence du mandarinat. Bref, la cohésion des unités est devenue plus difficile à maintenir. Il fallait faire face à cette réalité – parce qu’on était aussi évalués sur le nombre d’ANR, d’IUF, de contrats, et la pression n’a fait que s’accroître. C’est pourquoi, en même temps, nous ramions autant que possible pour entretenir, encourager une "culture d’UMR" et beaucoup de membres de l’UMR l’ont compris et ont joué le jeu. Mais ca n’a jamais été simple de tenir les deux bouts.

Céline Regnard - Il y a la problématique de la tension entre la culture d’UMR et d’une éventuelle individualisation, et puis, sur le fond, il y a aussi la question de ces recherches financées sur appel à projets… Par exemple, toi, ta recherche sur la Résistance, tu ne l’as pas du tout construite comme ça. Et ça garantit une indépendance totale.

Jean-Marie Guillon - Oui, tu as raison, je n’avais finalement dépendu de personne. Mais, en même temps, ma recherche sera peut-être sans lendemains sur le plan local. Mais il est sûr que c’est un vrai problème, c’est celui de l’indépendance du chercheur et des structures de recherche. Des centres comme le nôtre fonctionneraient de façon sans doute plus satisfaisante avec des budgets pérennes, utilisés en fonction de leurs propres choix scientifiques, plutôt que dépendants en partie de choix faits ailleurs, étant entendu que les contrepoids et les contrôles sont indispensables. Le problème est aussi celui de la durée. Une recherche ambitieuse en SHS ne peut se fonder sur le court terme. Je participe à une ANR tout à fait intéressante, qui porte sur les élites politiques de la Révolution française à nos jours dans la France méditerranéenne. Il est évident que ce n’est pas un programme ANR. C’est un projet de longue haleine qui devrait être porté par plusieurs centres avec un financement moins aléatoire et mieux étalé que celui de l’ANR. Ce projet aurait été défini différemment si l’on avait pu l’organiser "d’en bas" et non être contraint de se couler dans un moule inadéquat. Le problème des rythmes de la recherche en sciences humaines n’est pas réglé de façon satisfaisante.

Ce n’est pas le seul. Le modèle dominant, celui des sciences dures, sévit hélas dans plusieurs domaines, celui de la langue d’usage, celui des revues scientifiques, etc. On en pâtit dans le domaine des thèses, où nous avons deux types de thésards : un qui est le modèle thésard sciences (allocataire, faisant de la recherche dans un temps limité), mais nous avons, et c’est très important pour nous, un autre type de thésard, non conforme à ce modèle, avec des personnes insérées dans la vie professionnelle, d’âges divers, ne faisant pas forcément une thèse avec un objectif professionnel mais, en quelque sorte, gratuitement – c’est comme ça que, d’ailleurs, j’ai commencé –, qui apportent une contribution importante au savoir, qui irriguent la société érudite locale ou nationale. Beaucoup de travaux d’excellente qualité sont sortis de ces recherches et il est désastreux en Histoire tout particulièrement de se couper de ce vivier.

Nous avons une mission de vulgarisation de la connaissance qui n’est pas prise en compte dans nos activités statutaires ou reconnues par les instances d’évaluation. Notre vivier primordial est celui des enseignants, dont nous devrions avoir à assurer la formation continue sur le plan disciplinaire. À Telemme, nous avons toujours voulu entretenir ce lien notamment avec les journées dites "du rectorat", qui marchent bien. Mais le fait que nous ne puissions plus, pratiquement, prendre de thésards ayant ce profil enseignant du secondaire, s’engageant dans une recherche à côté de l’enseignement, contribue à nous couper d’une partie de ces milieux.

Céline Regnard - Ma dernière question s’adresse au directeur de recherche. Tu as dirigé beaucoup de mémoires de maîtrise, de masters, de thèses. J’ai vu que l’année dernière, tu as cosigné trois articles dans Provence historique avec des étudiants que tu as dirigés. Comment as- tu envisagé ce travail, quel directeur as-tu été ? Comment considères-tu, c’est un peu pompeux, ton "héritage" en termes de recherche ici à Telemme ?

Jean-Marie Guillon - Je suis arrivé assez tard à l’Université et, comme je l’ai dit, j’ai été absorbé rapidement par diverses responsabilités, de ce fait, une de mes limites est de n’avoir pas mieux assuré la continuité du ou plutôt des champs de recherche qui étaient les miens. C’est un regret, je n’ai pas su ou je n’ai pu, mais en même temps, c’est vrai que j’ai dirigé, peut-être formé, beaucoup d’étudiants en maîtrise, puis master. Je bats peut-être Pierre Guiral en nombre de directions…. Ces maîtrises, ces masters, sont, tu le sais aussi bien que moi, une véritable richesse en dépit de leur caractère inégal. Mêmes les médiocres apportent quelque chose. On a pu, comme ça, aborder des domaines de traverse, et couvrir une grande variété de questions. Certains correspondaient aux orientations du labo, d’autres moins. En bonne logique, d’ailleurs, tous les masters devraient correspondre aux priorités des centres, mais je pense que ce serait une erreur. Moi, je donnais les sujets en fonction de l’origine géographique et des goûts des étudiants (évidemment dans le cadre de mes compétences). Comme j’avais une certaine connaissance de l’histoire régionale jusqu’à un niveau assez fin, ça me donnait quelques facilités pour proposer des sujets. Donc beaucoup d’histoire locale sur le XIXe et le XXe siècle en Provence. En revanche, sur la Seconde Guerre mondiale, comme je l’ai dit dans le numéro de Provence historique, j’ai été très prudent parce que beaucoup d’étudiants venaient me voir en voulant travailler sur cette période. Or, j’en connaissais les difficultés, je savais ce qui avait été fait et je ne voulais pas donner de sujets fantaisistes comme je l’ai vu faire ailleurs.

J’ai beaucoup fait travailler en histoire politique, mais pas uniquement, aussi en histoire sociale et culturelle, par exemple sur des questions de mémoire. Une anecdote : une étudiante, originaire de Hyères, étaient venue me trouver sans avoir une idée de ce qu’elle voulait faire (à moins qu’elle m’ait dit la Seconde Guerre mondiale ou la Résistance). Je lui ai dit : vous êtes de Hyères, il y a un sujet formidable, c’est le naturisme à l’île du Levant. Étonnement et gêne de sa part… Je lui ai expliqué que c’était un centre européen de naturisme très important et pas un sujet farfelu. Donc elle a fait sa maîtrise sur le naturisme à l’île du Levant, maîtrise qui a été primée et qui va être publiée. Voilà, ça, c’est une satisfaction : lancer des étudiants sur des terrains dont on pense qu’ils méritent une recherche et que l’on expérimente ainsi. Et quand ça aboutit à un travail réussi, même avec ses limites, on se dit que l’on n’a pas tout à fait perdu son temps. Même si, sur le plan strictement pédagogique, j’avais plus de joies en tant que professeur du secondaire, l’une des satisfactions de l’universitaire est dans la direction de jeunes et de nouvelles recherches, en dépit du caractère pénible, de la lourdeur que ça peut représenter surtout si la recherche ou son résultat ne sont pas bons. À noter que le fait de déposer ces travaux à la médiathèque de la MMSH de façon assez systématique permet de les mettre à disposition de tous et c’est l’une de nos richesses. Alors, je reconnais que si héritage il y a, il se trouve largement dans ces dizaines et dizaines de travaux d’étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Guillon et Céline Regnard, « Des résistances à la topographie urbaine. Un passeur de mémoires », Rives méditerranéennes, 48 | 2014, 149-167.

Référence électronique

Jean-Marie Guillon et Céline Regnard, « Des résistances à la topographie urbaine. Un passeur de mémoires », Rives méditerranéennes [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4682

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Guillon

Professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire de 1972 à 1991, Jean-Marie Guillon a été maître de conférences puis professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Provence. Historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et de la Provence contemporaine, il a contribué par sa réflexion sur la construction de la mémoire collective à la diffusion de la connaissance historique vers le grand public. Il a dirigé l’UMR Telemme de 2007 à 2012.

Articles du même auteur

Céline Regnard

Depuis 2007, Céline Regnard est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Provence, où elle a d’abord été étudiante puis doctorante sous la direction de Gérard Chastagnaret. Depuis son doctorat, elle effectue ses recherches à l’UMR Telemme. Celles-ci, d’abord consacrées à la question de la violence à Marseille au XIXe siècle, ont évolué vers l’histoire des migrations et de leur contrôle dans la ville.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals