Navigation – Plan du site

Plein Sud : les hispanistes à Telemme

Paul Aubert et Gérard Dufour
p. 237-249

Texte intégral

1Des hispanistes, il y en a aussi, et parmi les membres fondateurs. Qu’ils prennent part à la recherche pluridisciplinaire sur le monde méditerranéen n’est pas en soi une surprise, pas plus que le fait que ceux qui travaillent à divers titres sur la péninsule Ibérique aient eu à cœur de perfectionner leurs connaissances linguistiques. Au cours des deux dernières décennies, les hispanistes de l’UMR Telemme ont travaillé au sein de divers programmes toujours en collaboration avec des membres de l’unité venus d’autres horizons. L’interrogation sur l’espace méditerranéen est restée au cœur de leurs travaux et en a garanti l’unité. Ils ne revendiquent l’hispanisme qu’avec des présupposés et des méthodes qui relèvent des pratiques propres aux historiens.

L’hispanisme : l’étude d’une aire géographique plus qu’une discipline

2Les origines de l’hispanisme scientifique français remontent au courant qui se structure autour du travail d’un élève de l’École des Chartes, Alfred Morel-Fatio, un disciple de Paul Meyer, Gaston Paris et Gabriel Monod, qui, en classant le fonds Hispanique des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, s’intéresse à l’étude des documents des XVIIe et XVIIIe siècles jusqu’à ce que la Revue historique de Gabriel Monod accueille ses premiers articles d’érudition. Morel-Fatio introduit les méthodes positivistes en histoire et en philologie, en octroyant une grande importance au document, aux archives, à l’inédit. Il a recours pour la première fois, en 1879, au néologisme hispaniste (introduit dans l’édition du dictionnaire Larousse en 1930) pour désigner le spécialiste – mais, l’hispanisme de Morel-Fatio n’était pas une spécialité étroite  et le distinguer de cet amateur romantique que serait l’hispanisant.

  • 1 P. Guinard, « Cinq siècles d’hispanisme français », Madrid, Bulletin de l’Alliance française d’Espa (...)

3Les hispanistes français inscrivent donc leur recherche dans une tradition et les aînés, qui ont hérité de points de vue précurseurs de l’École des Annales (en découvrant l’histoire de la civilisation telle que la conçut Rafael Altamira dès le début du XXe siècle) adoptés maintenant avec l’histoire culturelle, ont conscience d’avoir vécu un âge d’or. Une définition de Paul Guinard illustre la conception que l’on eut de cette matière depuis ses origines : « On doit entendre la notion d’hispanisme en un sens qui ne soit pas strictement philologique ou littéraire, sinon beaucoup plus large, associé à la vie et aux formes changeantes de la civilisation et de l’histoire »1. Ce fut celle des fondateurs de l’École des Hautes Études Hispaniques en octobre 1909, puis du projet de la Casa de Velázquez, en 1916. En un mot, ils considéraient hispaniste quiconque se consacrait à l’étude de l’Espagne sans réserver une telle appellation aux philologues et sans se limiter aux contemporains. Une autre définition, de nature sociologique, apparaît à la fin du XIXe siècle pour souligner l’appartenance à une corporation dont l’action est encadrée par des institutions dans une lutte d’influence avec les romanistes allemands. Celle-ci se dote d’un objet d’étude, d’une méthodologie, pour revendiquer autant une tradition qu’un projet. L’hispanisme est donc un domaine d’application et non une discipline scientifique. Sont hispanistes tous les chercheurs qui ont choisi de travailler sur l’Espagne. Il faut inclure parmi eux, bien au-delà de la corporation des agrégés d’espagnol, des historiens, des géographes (qui se souvient que Vilar avait entrepris une thèse de géographie ?), des politologues, des juristes, des économistes, des critiques littéraires, des archéologues, des anthropologues, des sociologues etc. et rappeler que la collaboration entre ces chercheurs a été fructueuse.

  • 2 La période de son histoire comprise entre la fin du règne de Philippe II et la Guerre civile était (...)

4Longtemps, les historiens français oublièrent l’Espagne postérieure au Siècle d’Or, à l’exception de quelques incursions récentes dans le XIXe siècle et l’étude des relations internationales au début du XXe siècle2. Seuls des politologues, comme Guy Hermet ou Jacques Georgel, s’aventuraient après Max Gallo (1969) dans l’étude politique de l’époque franquiste.

5Parmi les quelques livres publiés en France, qui contribuèrent à la formation de la nouvelle promotion d’hispanistes contemporanéistes, figuraient La Révolution et la Guerre d’Espagne de Pierre Broué et Émile Temime (1961) et les deux livres de Manuel Tuñón de Lara La España del siglo XIX (1961) et La España del siglo XX (1965). Mais on ne peut oublier la thèse d’État de philosophie que François Meyer venait de consacrer à l’Ontologie de Miguel de Unamuno (Paris, PUF, 1955). À un moment où il n’y avait pas en France de docteur d’État spécialiste de l’Espagne du XIXe siècle (et encore moins du XXe) avant Albert Dérozier, qui soutint en 1970 une thèse d’État sur l’œuvre de Manuel Josef Quintana, Émile Temime fait figure de pionnier avec la sienne sur les relations franco-espagnoles sous le règne d’Isabelle II entre 1848 et 1868 (1973). Avant de prolonger cette perspective par une thèse complémentaire consacrée aux voyageurs à travers la péninsule ibérique, il étudie les aspects politiques, économiques et culturels et l’ensemble des facteurs qui conditionnent les relations bilatérales franco-espagnoles, asymétriques à cause de la suprématie française. Ces ouvrages, restés inédits (mais que certains ont su lire), obligent non seulement à une révision de la deuxième moitié du XIXe siècle espagnol mais encore à une mise en perspective de la politique étrangère des nations européennes.

Les hispanistes à Telemme

  • 3 Colloque international sur El clero afrancesado, Aix, 1985, Dufour ; colloque international sur l’E (...)

6Trois générations d’hispanistes de l’UMR Telemme avaient appris à se connaître en fréquentant les colloques d’Histoire Contemporaine de l’Espagne organisés à l’université de Pau par Manuel Tuñón de Lara au cours des années 1970 (Émile Temime, docteur d’État ; Gérard Chastagnaret, membre de la Casa de Velázquez ; Paul Aubert, récent agrégé) et ensuite à travailler ensemble au sein du GRECO puis GDR 30 du CNRS lors de la décennie suivante, puisqu’ils étaient membres des équipes de Pau (P. Aubert) ou d’Aix (É. Temime, G. Chastagnaret, G. Dufour) et avaient organisé certaines grandes manifestations de celui-ci3. Ces initiatives sont le fruit d’affinités et de rencontres (à Pau, à Toulouse, à Aix et ailleurs) autant que de la volonté d’affirmer une complémentarité et une cohérence dans l’étude de l’Espagne contemporaine sans jamais oublier le rapport de ce pays à l’aire de l’Europe méridionale ni la nécessité de faire partir l’étude des circonstances et des idées qui conduisent à la fin de l’Ancien Régime ; la personnalité des participants, leur enthousiasme même, garantissant la complémentarité des approches économiques, politiques et culturelles.

  • 4 É. Temime, « Repenser l’espace méditerranéen. Une utopie des années trente », La Pensée de Midi, Ma (...)

7À l’UMR Telemme, ces hispanistes prirent part à une recherche pluridisciplinaire sur le monde méditerranéen (à laquelle il faut associer le géographe Roland Courtot, auteur d’une thèse d’État sur la huerta de Valence et Michel Drain, directeur de recherches au CNRS, spécialiste de l’étude de l’eau dans la péninsule, qui orienta ensuite ses travaux vers le Portugal) à un moment où Émile Temime revenait sur la question en publiant un article-programme intitulé, « Repenser l’espace méditerranéen. Une utopie des années trente »4. Ils travaillèrent dans trois directions :

81) le début du XIXe siècle, l’histoire du premier libéralisme espagnol et les origines de la presse (G. Dufour, qui allait devenir président de l’université de Provence de 1997 à 2002),

92) les modalités et les conséquences de l’industrialisation (G. Chastagnaret, puis Olivier Raveux) ainsi que le développement urbain (Philippe Lavastre),

103) l’histoire des intellectuels, l’histoire politique, idéologique et culturelle du milieu du XIXe siècle à nos jours (P. Aubert), avant d’être rejoints par Jean-Michel Laspéras (qui répertoria notamment le fonds hispanique des bibliothèques municipales d’Aix et de Montpellier), Pierre Géal (histoire des musées en Espagne), David Marcilhacy (histoire de l’Américanisme), Elisabel Larriba (origines de la presse au XVIIIe s.), Isabelle Renaudet (presse de la Transition, histoire de la médecine au XIXe) puis Severiano Rojo Hernández (Clergé basque sous le franquisme et presse basque pendant la Guerre civile) et de recevoir le renfort de collègues plus jeunes récemment recrutés : Thomas Glesener (monarchie hispanique, XVIIe-XVIIIe s.), Ève Fourmont-Giustiniani (histoire culturelle, exil républicain), Nicolas Morales (statut des artistes au XVIIIs., politique artistique de l’Espagne démocratique), Nicolas Berjoan (histoire régionale, Roussillon-Catalogne).

11La production scientifique régulière de ces hispanistes, qui se caractérise par une pratique avancée de l’interdisciplinarité et la prise en compte de la dimension culturelle de la recherche (de la culture politique aux recherches d’identité collective) est internationalement reconnue puisqu’ils ont fait soutenir, au cours des vingt dernières années, cinq HDR et vingt-cinq thèses sur l’Espagne des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, ont fourni une dizaine de membres à la Casa de Velázquez, un directeur des études (Aubert, 1991-1997) et un directeur de l’institution (Chastagnaret, 2001-2006). On leur doit des accords avec les universités d’Alicante, de Cadix, d’Oviedo, de Barcelone, de Madrid, de Naples, la Casa de Velázquez etc. qui se sont concrétisés par l’organisation de manifestations communes, ou de direction thèses en co-tutelle.

12À l’UMR Telemme, des hispanistes dirigent deux revues publiées avec l’appui de l’UMR et de l’université, dans les comités desquelles sont présents des membres de l’unité, et figurent eux-mêmes dans de multiples comités de revues internationales.

13Le Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, fondé par Paul Aubert et Jean-Michel Desvois (Bordeaux III), a pris la suite du Bulletin du Département de Recherches Hispaniques de l’Université de Pau, créé par Manuel Tuñón de Lara. Cette revue semestrielle bilingue, dont le n° 50 paraîtra à l’automne, est né en décembre 1985 à Bordeaux, grâce à l’aide conjuguée des professeurs Bartolomé Bennassar (GDR 30-CNRS) et Joseph Pérez (GIS-Maison des Pays Ibériques). Dirigé par Paul Aubert, il est publié par les Presses Universitaires de Provence depuis 2007. En 2014, la revue a été acceptée sur le portail d'OpenEdition. Le Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, est un outil pour les chercheurs intéressés par le domaine hispanique. Il rend compte de travaux originaux sous forme d’un dossier monographique suivi d’une étude bibliographique, coordonné par un spécialiste du domaine. Son objectif est également de présenter sous différentes formes, résumés de thèses, comptes rendus, bibliographies etc., les recherches les plus récentes.

14El Argonauta Español, revue électronique bilingue, franco-espagnole, d’histoire moderne et contemporaine, consacrée à l’étude de la presse espagnole de ses origines à nos jours (XVIIe-XXIe siècles), créée à Aix, en 2004, par Gérard Dufour et Elisabel Larriba, entend se consacrer à l’étude de la presse espagnole et constituer un outil et une somme d’informations utiles au chercheur. Il publie chaque année un numéro comportant deux livraisons (l’une en janvier, l’autre en juin). Depuis 2008, chaque numéro comporte une livraison sur un thème monographique et une autre de miscellanées. Les articles sont consacrés à la presse espagnole (y compris pour les XVIIIe et XIXe siècles, celle éditée au sein de l’empire colonial) ; l’Espagne dans la presse étrangère et notamment française.

Réinscrire l’Espagne dans le contexte européen

1996-1999 

  • 5 Ne sont cités ici que les publications collectives dont la lecture peut être complétée par la consu (...)

15L’arrivée de spécialistes de l’histoire culturelle des élites et la constitution d’un noyau d’histoire économique est à l’origine d’un programme qui s’est intéressé aux cultures et aux pratiques de ces groupes professionnels occupées à forger leur légitimité dans l’Europe du Sud. Ce programme transversal (responsables : P. Aubert, G. Chastagnaret) qui voulait contribuer à une sociologie historique des élites dans le sud de l’Europe, de la fin du XVIIe à nos jours, a étudié l’émergence des élites économiques et intellectuelles (du XVIIe siècle à nos jours) de l’intérieur en termes de formation et de reconnaissance sociale (mémoire et légitimité). L’accent a été mis sur les conditions d’apparition d’un discours public, sur le rapport des élites avec les autres groupes sociaux, leur rôle dans la structuration de l’espace et du temps. La principale préoccupation a été la construction du lien social et le rapport entre discours, réalités et pratiques. Le cadre géographique, celui de l’ensemble de l’Europe méditerranéenne, enrichi par une réflexion sur le concept de latinité. Quelques colloques internationaux, organisés de 1997 à 2001 sur un aspect ou l’ensemble du programme, dont les actes ont été publiés, ont permis la confrontation avec des chercheurs étrangers5.

2000-2003 : Les élites en Europe méridionale. XVIIe-XXe siècle. Cultures et pratiques (responsables : P. Aubert, G. Chastagnaret)

  • 6 - G. Chastagnaret (éd.), Crise espagnole et nouveau siècle en Méditerranée. Politiques publiques et (...)

16Il a d’abord semblé opportun de poursuivre la réflexion sur la pertinence d’un espace méditerranéen, notamment lors des crises issues des humiliations qui ont affecté les nations latines à la fin du XIXe siècle, jusque-là considérées séparément. Les colloques qui furent organisés adoptèrent pour la première fois une optique comparée au niveau méditerranéen6.

  • 7 - P. Aubert (éd.), Religión y sociedad en España. Siglos XIX y XX, Madrid, Casa de Velázquez, 2002.

17Les élites sont persuadées que l’histoire a un sens et qu’il convient d’en accélérer le cours. Un tel historicisme, fondé sur la foi dans le progrès et la raison, oriente leur pensée et leur action. C’est pourquoi le travail a été complété par une étude, dans une perspective comparée, des conditions de l’intervention publique des élites dans la société, c’est-à-dire, d’une part, des raisons qui motivent leur passage à l’action, et d’autre part, de la nature, des lieux, des modalités et des enjeux de celle-ci7. L’accent a été mis sur les affirmations des individus ou des groupes et leurs stratégies de contrôle, d’exploitation ou de changement de l’ordre établi. Mais on a eu soin de ne pas rester prisonnier des auto-définitions formulées dans la polémique ou dans une relation critique au savoir et au pouvoir. Le rôle croissant des élites, qui va de pair avec un déclin du Parlement, a pallié la carence de cadres administratifs et politiques sans qu’elles aient exercé une fonction novatrice dans l’orientation de l’action publique, sauf si on considère les conditions d’émergence d’élites organiques de l’appareil d’État ou de professions libérales qui jouent un rôle important dans la reproduction et la transmission d’un savoir pratique. C’est ainsi que l’on a montré que les intellectuels ne sont pas de simples doctrinaires ou théoriciens qui prétendent exercer le monopole du discours social sans le contrepoids des actes réels.

18De ce point de vue, l’étude du rôle de la presse comme facteur d’auto-identification et de cohésion des élites et de leurs stratégies a été fondamentale. L’approche synthétique (étude d’un genre, des organes d’un groupe, d’un courant idéologique) a été préférée aux monographies. Avec l’apparition de correspondances particulières, et la constitution de groupes de pression et de réseaux de sociabilité, se met en place en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles une capillarité relationnelle (depuis les humanistes de l’époque moderne jusqu’aux lettrés des Lumières, des membres des ligues de la libre-pensée ou de la franc-maçonnerie) qui, des Lumières à la bourgeoisie naissante et au mouvement ouvrier, explique les origines de la presse, les transferts culturels et les campagnes d’opinion et de solidarité que l’on a souvent considérées comme des événements fondateurs de la modernité (Affaire Dreyfus, Affaires Corominas et Ferrer).

2004-2007 : Pouvoirs et sociétés en Europe méridionale (responsables P. Aubert, C. Peyrard)

19L’étude du fonctionnement de ces relations concertées, souvent associée à la promotion de la laïcité, de la liberté de conscience et d’expression, a permis de mieux comprendre (par-delà le romantisme des sociétés secrètes dont l’importance a parfois été exagérée) le caractère apparemment inattendu de l’événement, les résonances, les récurrences et la simultanéité de certaines manifestations publiques, c’est-à-dire les enjeux idéologiques et culturels qui structurent les sociétés contemporaines.

  • 8 - P. Aubert (dir.), Transitions politiques et culturelles en Europe méridionale (XIXe-XXe siècle), (...)

20L’attention s’est portée ensuite sur les modes d’appartenance des élites à la société et à la cité, les formes d’expression politiques et les productions culturelles, en lien avec les travaux sur le "processus de civilisation" engendré en Europe par la Révolution Française que coordonnait C. Peyrard. Ont donc été étudiées la mise en œuvre de la réforme de la société et les mutations économiques ainsi que la recomposition spatiale, politique et sociale que leur action a pu engendrer : genèse de l’État moderne, montée de l’absolutisme, puis du libéralisme, "invention" de la démocratie. Ces réflexions tendent à affirmer qu’il existe un type de pouvoir propre à l’Europe méridionale, constitué par la religion, forgé par les Lumières et les principes de 1789. L’idée de latinité est restée au cœur du questionnement ainsi que l’étude, dans ce cadre géographique et conceptuel, de l’instrumentalisation de la culture par la politique et réciproquement8.

2008-2011 : Culture politique et opinion publique en Europe méridionale des Lumières à nos jours (responsables : P. Aubert, C. Peyrard)

21Les hispanistes, qui n’ont jamais cessé de collaborer au sein du programme, se divisent alors en deux groupes, Influences idéologiques et transferts culturels en Europe méridionale des Lumières à nos jours (P. Aubert) et, après l’émergence d’un axe orienté vers l’évolution de la presse des origines à nos jours, De la presse aux médias : émergence et évolutions du « quatrième pouvoir » dans l’Europe méridionale (en partie soutenu par le succès de la candidature d’Elisabel Larriba à une chaire junior de l’Institut universitaire de France).

22L’étude précédente devait être prolongée par celle de l’émergence et l’évolution de la culture politique ainsi que les diverses expressions de l’opinion publique, comme les vecteurs et ses porte-paroles à l’époque moderne et contemporaine. La nouvelle vision de l’histoire et du monde, issue du mouvement des Lumières s’étend à l’Europe tout entière. Civiliser les nations, éduquer politiquement les peuples pour extirper l’Ancien Régime, et en formant l’opinion, permettre le fonctionnement d’une nouvelle société et d’un nouvel État : c’est sur cette promesse et sur ce mythe que la plupart des intellectuels européens fondent leur engagement public. On s’est donc interrogé sur les modalités méridionales d’apparition de nouveaux paradigmes sur lesquels se fondent les changements de perspective, idéologiques, politiques, littéraires et artistiques. Les influences idéologiques et les transferts culturels furent au centre de l’analyse (diffusion et réception des mouvements idéologiques, réseaux idéologiques et commerciaux, figures de médiateurs culturels).

  • 9 -P. Aubert (dir.), Violence à Barcelone, Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, n°46, Aix- (...)

23En matière d’étude de la presse, il s’est agi de considérer la constitution du "quatrième pouvoir" par le développement des modèles anglais et français, dans des pays soumis au poids de l’Église (Italie) et de surcroît à l’Inquisition (Espagne, Portugal). On a montré également comment la presse cherche à s’émanciper de la tutelle de l’État. Ce groupe a également été attentif à la diffusion de la presse révolutionnaire française dans les autres pays européens9.

2012-2016 : Les espaces du politique. XVIIIe-XXIe siècles (responsables : P. Aubert, C. Peyrard)

24L’accent a été mis sur le processus de formation des représentations et des opinions, c’est-à-dire sur des pratiques, plus que sur des définitions données par les acteurs eux-mêmes. Un deuxième moment a été l’étude de leurs imaginaires sociaux et nationaux, depuis la prospective jusqu’aux phénomènes d’exploitation des renaissances culturelles. Les pratiques culturelles, l’action des intellectuels, la conquête et la circulation de l’information politique constituent les préoccupations majeures du groupe 2 (resp. P. Aubert, È. Giustiniani) qui a accordé une importance particulière à l’étude des avant-gardes artistiques et politiques et à leur lien avec le cosmopolitisme ou à l’expérience de l’exil à laquelle elles furent confrontées après la Guerre civile.

  • 10 - P. Aubert (dir.), Transferts culturels : la traduction (XVIIIe-XXe s.), Bulletin d’Histoire Conte (...)

25Un autre groupe, qui s’est consacré à l’étude de L’information dans l’Europe méridionale, du siècle des Lumières au temps présent (resp. E. Larriba), a remis en perspective les différentes étapes de la conquête du droit à l’information en Europe méridionale selon des modalités propres à chaque pays. Son but est l’étude de l’évolution des mécanismes qui ont régi la quête, le traitement et la portée de l’information dans les pays de l’Europe méridionale10.

Le bilan 

26Avec le recul du temps, on constate que les périodes privilégiées furent le début et la fin du XIXe et du XXe siècle, celles de transition de l’Ancien Régime au libéralisme doctrinaire, et de celui-ci à la démocratie. L’unité du champ réside à la fois dans les liaisons entre les différents espaces (les similitudes qu’offraient le Portugal, l’Italie et la France ne furent jamais négligées) et le point de vue d’histoire culturelle qui privilégia l’étude des pratiques publiques des idéologues ou des intellectuels (depuis leur formation jusqu’aux motivations, aux enjeux de leur stratégie externe), l’étude de leurs moyens d’expression et de leurs voies d’action. La vocation normative qu’ils s’attribuent a conduit à s’interroger sur les savoirs eux-mêmes.

27Trois approches convergentes ont été conjuguées afin d’explorer certaines zones d’ombre : la genèse de l’espace public en Europe méridionale ; la maturation de l’idéologie ou de la référence libérale ; le lien entre le culturel et le politique. Ce qui revenait à s’intéresser au rôle de l’Église dans ces processus de transformation à celui de la presse et des élites intellectuelles dans la formation de l’opinion et l’instauration d’un état de droit, même fugace, ainsi bien qu’au moment de leur appartenance aux formations politiques d’opposition ou de leur participation à l’appareil d’État.

28Qu’ont apporté ces travaux ? Une nouvelle vision du début du XIXe siècle avec notamment une mise au point sur l’afrancesamiento ; un autre point de vue, méditerranéen, sur la crise de la fin du siècle qui prouve que l’Espagne n’est pas aussi différente qu’on l’a prétendu ; une nouvelle approche des élites professionnelles et intellectuelles du premier tiers du XXe qui remet celles-ci à leur place au sein d’une minorité illustrée dans un pays longtemps écartelé entre l’analphabétisme, la pratique raisonnée des élections falsifiées et l’impossible sécularisation de la société.

29Après la tradition d’un "hispanisme ample", inaugurée par Paul Hazard (grand connaisseur de la littérature italienne) et Alfred Morel-Fatio (qui maîtrisait l’italien et l’allemand), illustrée par Marcel Bataillon, Noël Salomon ou Joseph Pérez et leurs disciples, l’hispanisme français s’est distingué par une ampleur de vue due en partie à la présence d’historiens de l’économie, comme Pierre Vilar ou Albert Broder, qui ne se contentèrent pas de la simple étude érudite des textes ou des statistiques pour envisager les pratiques et la culture de toute une époque. L’hispanisme français passa donc du positivisme à une méthode marxiste, de l’histoire économique et sociale à celle des mentalités et à l’histoire culturelle qui se fonde sur l’interdisciplinarité. Le retour de l’histoire politique s’accompagne de l’invasion exubérante d’un commentaire de l’actualité (souvent produit par des amateurs dépourvus de rudiments de sociologie, de science politique ou de droit alors que quelques juristes comme Pierre Bon, Franck Moderne ou Guy Carcassonne s’étaient mis à travailler sur l’Espagne) bien que l’on ne puisse négliger la production de cette régénération qui arriva depuis l’histoire du droit ou l’histoire comparée et se prolonge par l’étude des transferts culturels et des échanges interculturels.

30Les écrits des penseurs et des intellectuels ne peuvent être étudiés hors de leur contexte historique. De l’émergence du libéralisme à la république bourgeoise ou révolutionnaire et à la monarchie constitutionnelle, les hispanistes de Telemme n’ont eu de cesse, par leur étude de la société depuis la fin de l’Ancien Régime jusqu’à celle de la Transition vers la démocratie, de réinscrire l’Espagne dans le contexte européen. Finalement, en France, c’est à Aix, où elle avait commencé, dans les années soixante, que l’étude de l’Espagne contemporaine s’est poursuivie, au sein de l’UMR Telemme. Plus qu’aucuns autres, ses hispanistes ont donc contribué par la cohérence et la coordination de leurs approches au mouvement de relecture historiographique qui a affecté depuis trois décennies l’Europe méridionale.

Un peu d’ego-histoire

31Au moment de faire l’histoire de la constitution d’un savoir et l’analyse intériorisée d’une pratique, qui s’inscrit dans l’optique d’une histoire politique, sociale et culturelle comparée des pays de l’arc méditerranéen, force est de constater que d’autres défis attendent les hispanistes. L’ouverture aux perspectives d’un espace-temps international et méditerranéen, opérée à Telemme, a permis certes de mieux situer la péninsule Ibérique en Europe, des Lumières à nos jours. Si elle a montré que l’Espagne n’était pas aussi différente des autres pays que les voyageurs romantiques et la propagande franquiste, avec des buts distincts, voulurent le faire croire, il reste à évaluer la portée des échanges interculturels (notamment par le biais de l’étude des traductions) et à poursuivre cette histoire européenne de l’Espagne contemporaine face à la sécularisation, à la massification et à la revendication d’identités meurtries par une vieille métonymie qui identifia jadis la Castille à la péninsule sans que l’État soit capable de mener à son terme le processus de centralisation. Cette erreur de perspective fait que la Catalogne se sente privée de projet national et que l’on ait l’impression que le débat constituant n’est jamais clos. L’ostentation récente des mémoires et des émotions rétrospectives a différé l’étude de cette aspiration sans engendrer un renouveau.

32On ne peut se contenter de confronter le modèle aux écarts qu’il a engendrés ou tolérés. Des vents nouveaux suggèrent que, dans la recherche du lieu politique et du lien social, la mise en perspective de l’identité peut être féconde face à un État qui reste à construire et à une nation inachevée et que le cœur de l’enquête n’a guère changé. Cette réévaluation de l’imaginaire national à l’aune de nouvelles interrogations occupe les plus jeunes d’entre nous (culture de guerre et imaginaire basque : Severiano Rojo Hernández ; ou catalan : Nicolas Berjoan). Elle se fait aussi par l’étude du déracinement vécu par la génération de l’exil (Ève Giustiniani) dont la récupération récente est un gage de démocratie. Enfin, les relations entre l’échelon local et l’échelon national en matière politique et culturelle, les rapports entre État, culture et démocratie s’imposent à qui veut comprendre la construction de l’Espagne récente par-delà une action culturelle instrumentalisée comme outil de reconversion urbaine (Nicolas Morales).

Couvertures de publications d'hispanistes de l'UMR TELEMME

Couvertures de publications d'hispanistes de l'UMR TELEMME

Ouvrages collectifs, individuel et revue

Montage : L. Lablache

  • 11 Outre les colloques et les journées d’études organisés régulièrement, dont la plupart des actes ont (...)

33Les nouvelles interrogations qui naissent prolongent donc la réflexion initiale11. Avec des formes et des registres, qui pourront varier selon les enjeux, seront mis en rivalité le patrimoine et la mémoire ou l’histoire et son reflet ou sa représentation. La démocratie qui, depuis la fin du franquisme, n’en finit pas d’advenir, s’installe sous le signe de l’incertitude quant à sa définition et à son fonctionnement et ne parvient pas à fonder un État centripète sur une pratique centrifuge. Elle poursuit un processus auto-constituant, tautologique et téléologique à la fois, de la Transition vers la démocratie qui a fasciné plus d’un universitaire, attentif à une seule transition, la dernière : celle qui fonde la contemporanéité. Reste à comprendre pourquoi, malgré les changements de tempo ou d’échelle, on ne peut construire un nouvel État sans refaire l’histoire de la nation, ou à rappeler, avec Manuel Azaña, que ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire ou ce qu’ils aimeraient que l’on croie qu’elle fut. Ainsi, il n’y aurait pas d’Histoire, sans un ancrage de sa reconstruction dans un présent qui n’est pas toujours exempt de toute velléité de pratiquer un usage politique du passé. On sait à quel point l’Espagne aime les commémorations.

34Il ne s’agit pas de suggérer une lutte de l’histoire politique et de l’histoire culturelle, de contester leurs méthodes ou leurs objets – on peut certes chercher les origines (ou les projections) culturelles de tout événement politique – mais de constater qu’il est impossible d’occulter l’émergence de la nouveauté dans les pratiques culturelles. La transition, espace produit entre le passé et le présent, devient alors autant une interprétation du changement historique qu’une organisation de la conscience présente.

Haut de page

Notes

1 P. Guinard, « Cinq siècles d’hispanisme français », Madrid, Bulletin de l’Alliance française d’Espagne, 1957, p. 13-23.

2 La période de son histoire comprise entre la fin du règne de Philippe II et la Guerre civile était passée sous silence dans les livres d’histoire et les manuels scolaires parce que ce pays avait cessé d’être une puissance et avait perdu toute projection internationale. Pierre Renouvin ne consacrait pas plus de deux lignes à l’Espagne dans son histoire des relations internationales (1957) tandis que Robert Mandrou, vingt ans plus tard, octroyait une page à l’Espagne et Naples dans son livre sur L’Europe "absolutiste" (1977), dans le chapitre consacré aux expériences méridionales du despotisme illustré.

3 Colloque international sur El clero afrancesado, Aix, 1985, Dufour ; colloque international sur l’Espagne et l’Europe, Marseille, 1986, Temime, Chastagnaret ; colloque international sur Le règne de Charles III : le despotisme éclairé en Espagne, Aix, 1989, Dufour ; colloque international pour le cinquantième anniversaire de la mort de Manuel Azaña, Montauban, 1990, Aubert.

4 É. Temime, « Repenser l’espace méditerranéen. Une utopie des années trente », La Pensée de Midi, Marseille, Actes Sud, 2000, p. 56-61.

5 Ne sont cités ici que les publications collectives dont la lecture peut être complétée par la consultation des fiches individuelles :

- P. Aubert, J.M. Desvois (éds.), Presse et pouvoir en Espagne. 1868-1975, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques-Casa de Velázquez, 1996.

- P. Aubert, M. Espadas Burgos, (dir.) Los protagonistas de las relaciones internacionales, Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, Aix-en-Pce, UMR Telemme, n° 28-29, 2001.

- P. Aubert, J.M. Desvois (éds.), Les élites et la presse en Espagne et en Amérique Latine des Lumières à la Deuxième Guerre mondiale, Madrid, Aix-en-Provence-Bordeaux, Casa de Velázquez, UMR Telemme, UMR Temiber, 2001.

- P. Aubert, G. Chastagnaret, O. Raveux, Construire des mondes: élites et structuration de l’espace en Méditerranée de l’époque moderne à nos jours, Aix-en-Provence, PUP, 2003.

6 - G. Chastagnaret (éd.), Crise espagnole et nouveau siècle en Méditerranée. Politiques publiques et mutations structurelles des économies dans l’Europe méditerranéenne (fin XIXe-début XXe s.), Aix-en-Pce-Madrid, PUP, Casa de Velázquez, 2000.

- P. Aubert (éd.), Crise espagnole et renouveau idéologique et culturel en Méditerranée. Fin XIXe-début XXe siècle, Aix-en-Provence, PUP, 2006.

7 - P. Aubert (éd.), Religión y sociedad en España. Siglos XIX y XX, Madrid, Casa de Velázquez, 2002.

- P. Aubert (éd.) Des Lumières au libéralisme. Hommage à Gérard Dufour, Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, n°37-42, Aix-en-Pce, UMR Telemme, juin décembre 2006.

- G. Chastagnaret , C. Barciela et A. Escudero (dir.), La historia económica de Francia y España, Alicante-Madrid, Universidad de Alicante-Casa de Velázquez, 2006.

- P. Lavastre, et R. Mas (dir.), Propiedad urbana y crecimiento de la Ciudad, Madrid, Univ. Autónoma de Madrid, 2005.

8 - P. Aubert (dir.), Transitions politiques et culturelles en Europe méridionale (XIXe-XXe siècle), Mélanges de la Casa de Velázquez, n° 36-1, Madrid, mai 2006.

- P. Aubert (dir.), Las derechas en España, Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, n°44, juin 2010.

- G. Dufour et E. Larriba (dir.), L’Espagne en 1808 : régénération ou révolution ? Aix-en-Pce, PUP, 2009.

9 -P. Aubert (dir.), Violence à Barcelone, Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, n°46, Aix-en-Pce, PUP, 2012

- E. Larriba (dir.), Etre journaliste dans l’Espagne des Lumières, El Argonauta español, n°6 (juin 2009), UMR Telemme, Aix-en-Provence, 2009. [http://argonauta.imageson.org]

- E. Larriba, F. Durán López (dir.), El nacimiento de la libertad de Imprenta. Antecedentes, promulgación y consecuencias del decreto de 10 de noviembre de 1810, Madrid, Sílex Ediciones, 2012.

10 - P. Aubert (dir.), Transferts culturels : la traduction (XVIIIe-XXe s.), Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, n°49, Aix-en-Pce, PUP, 2014.

-E. Larriba, R. Serrano García, A. Prado Moura (dir.) Discursos y devociones religiosas en la Península ibérica, 1780-1860. De la crisis del Antiguo régimen a la consolidación del liberalismo, Valladolid, Univ. Valladolid, 2014.

- E. Larriba (dir.), Pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole (XVIII°-début du XIX° siècle), El Argonauta espanol, n°11 / 2014 / livraison janvier, UMR Telemme, Aix-en-Pce, 2014, [http://argonauta.revues.org/1944]

11 Outre les colloques et les journées d’études organisés régulièrement, dont la plupart des actes ont été publiés, un séminaire disciplinaire, destiné aux chercheurs, doctorants et étudiants de master, animé par Paul Aubert depuis 2004 et par Elisabel Larriba à partir d’octobre 2014, propose trois fois par an, une réflexion méthodologique, un bilan critique et de nouvelles perspectives de recherche. De grandes questions y furent abordées (la naissance de la politique moderne, les origines de la presse, la presse et les femmes, la presse réactionnaire, la presse vecteur idéologique, les femmes dans l’espace public, les élites dans la cité, la nation et la violence, les nationalismes, l’histoire des concepts, l’écriture de l’histoire, les avant-gardes etc., par les meilleurs spécialistes (Joseph Pérez, Jean Vilar, Maximiliano Barrio Gozalo, Emilio La Parra, Armando Alberola, Inmaculada Urzainqui, Jesusa Vega, Jean-Michel Desvois, Javier Fernández Sebastián, Antonio Elorza, María Victoria López Cordón, Santos Juliá, Susanna Tavera, Jordi Casassas, Eduardo González Calleja, Rosa Capel, Pedro Rújula, Gonzalo Pasamar, Paola Gorla etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couvertures de publications d'hispanistes de l'UMR TELEMME
Légende Ouvrages collectifs, individuel et revue
Crédits Montage : L. Lablache
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4702/img-1.png
Fichier image/png, 660k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aubert et Gérard Dufour, « Plein Sud : les hispanistes à Telemme », Rives méditerranéennes, 48 | 2014, 237-249.

Référence électronique

Paul Aubert et Gérard Dufour, « Plein Sud : les hispanistes à Telemme », Rives méditerranéennes [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rives/4702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4702

Haut de page

Auteurs

Paul Aubert

Paul Aubert est professeur de littérature et civilisation espagnoles contemporaines à Aix-Marseille Université depuis 1996. Il est spécialiste de la presse et des intellectuels espagnols aux XIXe et XXe siècles. Co-fondateur et directeur du Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, il a coordonné, à l’UMR Telemme, en collaboration avec G. Chastagnaret ou C. Peyrard, des programmes de recherche quadriennaux, des Lumières à nos jours, sur Les élites, la culture politique, les transferts culturels, les imaginaires nationaux et les identités territoriales en Europe méridionale.

Articles du même auteur

Gérard Dufour

Gérard Dufour est professeur émérite de civilisation espagnole à Aix-Marseille Université et président honoraire de l’université de Provence (1997-2002). Co-fondateur et co-directeur de la revue électronique El Argonauta español, membre correspondant de l’Académie Portugaise d’Histoire et docteur honoris causa de l’université d’Alicante, il a consacré ses recherches à l’étude de la société espagnole de la fin de l’Ancien Régime et notamment de la transition de l’Ancien Régime au Libéralisme.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals