Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Rives, revue scientifique : expér...

Rives, revue scientifique : expériences d'une refondation

Entretien de Gabriel Audisio avec Olivier Raveux
Gabriel Audisio et Olivier Raveux
p. 253-264

Texte intégral

1Dans le cadre de la présente livraison de Rives méditerranéennes, volume entièrement consacré à la célébration des vingt ans de l’UMR Telemme, le comité de rédaction a pensé qu’il serait utile de donner la parole à Gabriel Audisio, Professeur d’histoire moderne et directeur de la revue entre 1998 et 2004.

2L’objectif de départ de cet entretien était simple : il s’agissait avant tout de porter un regard rétrospectif sur Rives méditerranéennes, sur les conditions de sa refondation en 1998, sur son fonctionnement et sur ses évolutions, y compris les plus récentes.

3Par ce moyen, nous souhaitions rappeler les ambitions scientifiques d’origine de notre unité, mesurer le chemin parcouru et fournir des éléments de réflexion sur notre trajectoire et notre devenir. Le propos ne s’est toutefois pas limité à ce seul sujet. Gabriel Audisio a des choses à dire, et ceux qui l’ont côtoyé ont toujours pu apprécier son esprit aiguisé et sans concession. Dès lors, une fois le sujet Rives méditerranéennes épuisé, l’entretien a emprunté d’autres chemins, d’autres objets, depuis le monde de l’édition scientifique jusqu’au métier d’enseignant-chercheur. Cette diversité des thématiques abordées au final ne doit nullement être interprétée comme un éclatement sans logique du propos. Elle rappelle tout simplement la richesse des mondes dans lesquels les chercheurs et les enseignants-chercheurs de l’UMR Telemme exercent leurs fonctions et inscrivent leurs activités.

Olivier Raveux - Gabriel, je vous remercie d’avoir accepté cet entretien à propos de la revue Rives méditerranéennes. Cette revue, vous l’avez portée un temps. En 1998, vous avez en effet reçu de Gérard Chastagnaret, qui était alors directeur de l’UMR Telemme, la mission de reprendre ce qui était alors le bulletin scientifique de l’unité et de le transformer en profondeur. Dans quel contexte cette commande a-t-elle été passée et quels étaient vos objectifs ?

Gabriel Audisio - D’abord, il faut situer cette mission dans le contexte, évidemment. Il faut dire qu’en ce qui concerne mes propres options, j’ai évité autant que possible de prendre des charges administratives et j’y ai d’ailleurs assez bien réussi. On m’avait proposé la direction de l’UFR, j’ai refusé ; la direction de Telemme, j’ai refusé ; la direction du département d’histoire, j’ai refusé. Pourquoi ces refus ? Ce n’était pas que je ne me sentais pas d’assumer ces tâches, au contraire car je pense que je suis un assez bon organisateur, mais justement je m’en méfiais, et je crois que je n’aurais pas pu supporter certains collègues n’acceptant pas certaines contraintes, et que cela aurait créé une ambiance un peu détestable, sans doute. Donc, il fallait éviter cela.

Avec Rives, les choses étaient différentes. On m’a proposé là quelque chose qui était quand même très proche de la recherche et cela faisait vraiment partie de mes domaines préférés, l’enseignement et la recherche. Mais bien sûr, il y a un côté gestion, administration, qui va avec. J’ai donc accepté cette direction. Je prenais la suite de quelque chose qui existait déjà, puisque Rives avait été créée en 1987, mais c’était un bulletin, au fond, d’informations. Il suffit de mettre en comparaison le premier numéro de 1987 et puis ce qu’est devenu Rives aujourd’hui : on voit le chemin qui a été parcouru et qu’on va sans doute évoquer.

Donc c’était un organe lié directement à Telemme et auquel on a fixé trois buts principaux, qui avaient été définis par Gérard Chastagnaret, c’est-à-dire la diffusion rapide de la recherche collective, favoriser l’expression des jeunes chercheurs et faire le point sur l’actualité de la recherche dans les domaines de travail de l’unité. Voilà les trois buts qui nous étaient assignés, et je dois dire qu’il n’y a pas vraiment eu de peine à réunir une équipe qui accepte de prendre en charge ce projet.

Olivier Raveux - À propos d’équipe, pour atteindre ces objectifs, vous avez reçu de la part de Gérard Chastagnaret et de l’unité des moyens humains et des ressources financières. Comment, d’une manière concrète, avez-vous géré la transformation de la revue, et avec quelles actions précisément ?

Gabriel Audisio - Oui, les moyens humains, les moyens financiers. Les moyens financiers, c’était que l’impression et la publication de cette revue étaient prises en charge, bien entendu, par Telemme, moyennant des subventions qu’on demandait, évidemment. Mais il n’y pas eu de gros problème pour réunir une équipe, et j’en suis reconnaissant à mes collègues, d’autant plus que, bien sûr, il n’était pas question de rémunération, comme on peut l’imaginer. Je crois que cela faisait partie de notre tâche, quand même, que de diffuser les résultats de la recherche. J’ai là-dessus une position très citoyenne : puisque les impôts de tous servent à nous payer pour faire de la recherche, il est normal qu’il y ait un retour de ce que nous faisons.

Une petite équipe s’est réunie, et je crois que la visée était de ne pas créer une revue traditionnelle comme il en existait déjà. D’ailleurs, l’UMR Telemme elle-même, ou l’Université, je ne sais plus, participait depuis très longtemps – et continue de participer – à la publication de trois revues qui sont Provence historique, Les Annales du Midi et Méditerranée. On n’allait donc pas créer une quatrième revue qui aurait ressemblé à ce qui se faisait. Mais quelle allait être la différence, au fond ? Une revue traditionnelle, sur un thème précis ou sans thème d’ailleurs, qui accepte des publications de tous les chercheurs de France et d’ailleurs pour nous à Rives, ce n’était pas le but. Le but était de faire connaître notre recherche, ici. Cela n’empêche pas bien sûr d’inviter, pour des journées ou pour un colloque, des gens de l’extérieur, mais nous restions centrés sur les axes de recherche qui étaient ceux de Telemme. Et je crois qu’on a assez bien réussi. En tout cas, on a rempli le contrat qui nous était proposé.

Olivier Raveux - Le lancement de cette nouvelle version de la revue et les premières années de publication ont eu lieu pendant un moment assez particulier. En tant qu’acteur du monde de l’édition scientifique, ce que vous étiez en dirigeant cette revue, entre la fin des années 1990 et le milieu des années 2000, vous avez vécu et expérimenté des transformations assez radicales, notamment avec le développement du numérique et d’internet. Les conséquences sont nombreuses. Par exemple, les revues scientifiques se trouvent depuis plusieurs années devant un paradoxe : avec internet, la version papier des revues scientifiques est de plus en plus remise en cause alors même que, grâce au numérique, son coût de fabrication a diminué de manière spectaculaire. Quels sont vos sentiments sur ces changements, notamment dans le domaine de la diffusion des savoirs et concernant le modèle économique de l’édition scientifique ? Comment avez-vous perçu et utilisé ces nouvelles potentialités ?

Gabriel Audisio - Là, il y a beaucoup de questions, beaucoup d’aspects en tout cas dans cette question. Pour l’édition papier et l’édition numérique, c’est vrai que cela a commencé à perturber un peu. Au fond, le dilemme était le suivant : puisqu’on avait ces numéros que l’on pouvait vendre – donc c’était une petite rentrée d’argent qu’on pouvait espérer –, est-ce qu’en publiant sur internet, en mettant en ligne les articles, on n’allait pas se priver de cette petite rentrée d’argent, puisque c’était accessible à tous ? On a perçu au départ qu’il y avait un peu une incompatibilité entre les deux modes de publication. En réalité, je pense que chemin faisant, nous avons compris qu’ils étaient plutôt complémentaires. Nous sommes, je crois, dans une phase de transition dont on ne connaît pas encore l’issue – on ne sait pas si le papier finira par disparaître, on n’en sait rien encore aujourd’hui, à l’heure où je parle – et nous sommes dans une phase où l’on voit que progressivement, quand on jette un coup d’œil sur les vingt dernières années, la tendance est plutôt à la réduction du papier et à l’augmentation des publications numériques, sans pour autant arriver à une élimination complète du papier. Il y a un poids, je dirais, qui est en faveur de la mise en ligne, mais en même temps, du côté numérique, on a commencé à s’équiper aussi pour faire payer les gens qui y ont accès. Donc, il y a un rééquilibrage qui est en train de se produire et du coup, ça change la donne. La publication par internet devient aussi intéressante sur le plan financier. Quand vous recevez, actuellement, 3 000 euros qui vous viennent de la publication par internet, chaque année, c’est quand même une somme relativement importante qui, peut-être, couvre les frais d’impression. Du coup, on voit que le système est inversé, c’est-à-dire que c’est internet qui permet à la revue papier de vivre. Cela, on ne l’attendait pas et je trouve que c’est une belle leçon de l’évolution qui n’est pas forcément celle que l’on prévoit au départ.

Actuellement, je pense que l’équipe de Rives est arrivée à une espèce d’équilibre. Bon, vous tirez à 150 exemplaires, mais, finalement, on ne peut pas limiter à ce nombre le rayonnement de la revue, compte tenu de ce que rapporte la publication numérique. Donc, je crois qu’actuellement, il y a une espèce d’équilibre. Comment cela va-t-il encore évoluer ? J’avoue que je n’en sais rien, mais je trouve que tout cela semble finalement très positif, et qu’on en a fini avec ceux – je me souviens à l’époque des discussions avec certains collègues au comité de rédaction – qui prévoyaient l’apocalypse avec le passage sur internet. Bon ! Maintenant on a bien intégré qu’il s’agit d’un véritable moyen de communication et de diffusion.

Olivier Raveux - Je voudrais revenir à un des éléments que vous avez évoqué au début de cet entretien sur les objectifs initiaux de la revue : la question des jeunes chercheurs. En effet, vous avez voulu instaurer dans la refondation de Rives en 1998, une Page Jeunes chercheurs. Vous l’avez dit : il s’agissait de donner une tribune aux doctorants et aux jeunes docteurs. L’idée paraît banale pour une revue de laboratoire en SHS. Mais quand on regarde ce qui se fait actuellement, on s’aperçoit qu’il n’en est rien et que la pratique est, au final, assez rare. Comment analysez-vous la position des jeunes chercheurs dans le monde de l’édition scientifique depuis une quinzaine d’années ? Pour quelle raison avez-vous souhaité qu’ils fassent l’objet d’un traitement à part avec la création de cette rubrique spécifique ?

Gabriel Audisio - Je crois que, dès cette époque-là, on s’est rendu compte qu’il y avait, en réalité, deux problèmes qui, je crois, continuent, et même peut-être se sont accrus. Le premier est la difficulté qu’ont les jeunes chercheurs, aujourd’hui, à publier. Je suis très frappé par le fait que l’édition papier traditionnelle est de plus en plus coincée, on va dire, financièrement. Même pour nous qui sommes des chercheurs relativement reconnus dans nos spécialités, ce n’est pas simple de publier un ouvrage aujourd’hui. Il me semble que c’était plus facile il y a trente, ou mettons, vingt ans. Je n’ai pas de statistiques pour cela. Mais quand je vois les difficultés que moi-même j’ai pour trouver un éditeur, je me dis que ce doit être encore plus compliqué pour quelqu’un qui démarre.

La deuxième difficulté vient de ce qu’il y a toute une série de recherches qui méritent attention, même si elles ne sont pas encore bien achevées. Je veux parler des maîtrises et des DEA, aujourd’hui des masters. C’est très inégal, bien sûr, dans cet ensemble de travaux. Alors, comment avons-nous fait, à l’époque ? On a sélectionné, d’une part les travaux des doctorants et des jeunes docteurs, et d’autre part, ceux des masters d'aujourd’hui. Je vois qu'actuellement, la revue a décidé de ne plus publier les masters, comme nous le faisions avec les maîtrises et les DEA. Nous avions mis au point en fait un filtre en ne mentionnant que ceux qui avaient obtenu mention Bien ou Très Bien, sans signaler les autres, sachant que certains de nos collègues accordaient presque systématiquement la mention Très Bien, et que par conséquent, ça faisait déjà beaucoup de monde. Il me semble qu’aujourd’hui, il n’y a plus ce problème, qui était : comment filtrer, comment sélectionner ?

L’autre aspect concerne les doctorants et les jeunes docteurs, et là, je crois que c’est important... Vous savez, jadis, quand j’étais jeune moi-même, quand on commençait une thèse qui allait durer dix ou douze ans, qui était la thèse d’État, on nous disait : il faut marquer votre terrain en publiant un ou deux articles dans des revues un peu importantes. C'était le meilleur moyen d'attirer les chercheurs sur nos travaux, non seulement pour faire connaître les résultats provisoires de l'avancée de notre travail, mais aussi pour nous positionner ... Je crois que ça, c’était une bonne chose pour Rives. C’est ainsi que des jeunes ont pu se faire connaître à l’extérieur. En plus, maintenant, avec la mise en ligne, la diffusion est beaucoup plus large. Je crois que ça a été un point majeur, chez nous, et je crois qu’il faudrait s’y tenir, parce que cela me semble être une aide que l’on donne en réalité aux chercheurs. Reste le problème de la durée : quand on dit "jeune chercheur", où commence la jeunesse et où finit-elle ? À partir de quand est-on chercheur, et jusqu’à quand ? Cela peut prendre du temps, mais enfin... ? C'est l'éternelle question des limites : limites inférieures et limites supérieures.

Olivier Raveux - À propos de la refondation de la revue, nous avons évoqué les objectifs de départ et les moyens que vous avez mis en œuvre pour essayer d’y parvenir. Reste maintenant à essayer d’en évaluer les résultats, ce que vous pouvez maintenant tenter de faire avec le recul de quelques années. J’aimerais savoir quel regard vous portez, quinze ans plus tard, sur la refondation de Rives en 1998, en essayant d’évaluer les succès, mais aussi les manques ou les regrets que vous pouvez avoir à propos de ce travail.

Rives en évolution

Rives en évolution

Des origines (n°1, 1e série, 1987 ; n°1, 2e série, 1998) au dernier numéro paru, n°47, 2014.

Cliché : O. Raveux

Gabriel Audisio - Je trouve que c’est une belle évolution. La revue telle qu’elle se présente est plus attractive. C’est clair, la couverture d’une brochure publiée est quand même sa vitrine. Elle est faite pour attirer, et en même temps pour dire ce qu’il y a à l’intérieur. Donc, cela informe et attire. Je crois que c’est une belle réussite qu’il faut continuer. En plus, depuis ce temps-là, il y a eu de nouveau une révision qui a été faite et je trouve que vous avez fait un très beau travail. Elle présente très bien. Par ailleurs, le sommaire en quatrième de couverture est devenu traditionnel maintenant, beaucoup de revues le pratiquent, et je trouve que c’est efficace. On a juste à retourner le numéro et on voit ce qu’il y a à l’intérieur. Le tirage, on l’a vu, est limité mais le relais a été pris, et de belle façon, par le numérique, donc ce sont de réelles améliorations.

Pour ce qui est des regrets, je trouve que c’est dommage d’avoir abandonné la signalisation des masters, parce que je crois que ça pourrait être utile dans d’autres universités qui travaillent sur des thèmes proches, et puis je trouve, aussi, que ça montre l’activité qui continue à se faire et qui n’apparaît pas forcément sous forme d’articles. Ce choix mériterait peut-être d’être reconsidéré.

Je regrette un peu aussi qu’il n’y ait pas plus d’interdisciplinarité. Ce n’est pas la pluridisciplinarité, ce n’est pas un article collé à côté d’un autre : c’est une vision concentrée sur un objet, mais provenant de regards différents, de disciplines différentes. J’ai toujours été sensible à cet aspect. Déjà, quand j’étais professeur au lycée, pendant cinq ans, j’ai animé, je ne sais pas comment on peut dire – une sorte d’atelier : nous étions cinq professeurs de disciplines différentes, et pendant deux semaines, sur une classe donnée, nous étudiions un même objet – la fête, l’alimentation... –, avec le regard du prof d’anglais, du prof d’histoire-géo, du prof de physique-chimie... On remédiait ainsi à cette aberration scientifique qui consiste à découper en tranches disciplinaires un même objet. Et je dois dire que les élèves ont été assez passionnés. Cela a fini par un petit bouquin qui s’appelle L’interdisciplinarité : une expérience, qui est épuisé depuis longtemps et qui a été très mal distribué… peu importe. C’est pour dire que c’est un peu cela qui m’a animé quand j’ai moi-même fondé à Telemme – parce que cela n’existait pas et je crois que cela tarde encore à s’installer – un séminaire pluridisciplinaire sur le XVIe siècle. Là, on avait des gens d’histoire de l’art, des gens de la littérature française. Il y avait une italianisante, il y avait un juriste... Pour nous, cela été extrêmement précieux de redonner de l’unité à des objets que nous étudiions de façon séparée. Je sais que ça se fait ailleurs qu’à Telemme. Mais par exemple, pendant trois ans, j’ai quand même réussi à réunir, comme vous le savez, des juristes et des historiens, et nous avons sorti ce bouquin aux Presses du Mirail sur les les actes notariés. Et je trouve que ce serait dommage de laisser tomber cette vision interdisciplinaire, non pas pluridisciplinaire mais interdisciplinaire. Chacun, désormais, ne peut plus avoir une vision totale, il est trop spécialisé. Et en plus, on ne peut pas le demander aux jeunes chercheurs, parce que pour s’ouvrir aux autres disciplines, il faut être soi-même très sûr sur son propre terrain. Tant qu’on hésite un peu, on est plutôt gêné par les autres visions, parce que cela nous éloigne de notre spécialité. Mais quand on arrive à une certaine maturité scientifique, je crois qu’il faudrait vraiment favoriser cette ouverture.

Je dois ajouter une chose, c’est que le fait de nous retrouver ici à la MMSH, a favorisé ces rencontres. Le fait même, d’abord, d’être dans cette Maison, a revalorisé la recherche. En réalité, nous étions un peu asphyxiés, quand même, à la faculté des lettres, et là, on a trouvé un second souffle, nous qui arrivions à cinquante ans ou quelque chose comme ça. Du coup, cela nous a redynamisés, reboostés, pour repartir dans le domaine de la recherche. Et cette cafétéria au centre de la MMSH a été une occasion de rencontres et de découvertes d’autres collègues, de sorte qu’en prenant un repas ou un café, tout d’un coup, on s’apercevait qu’un collègue d’histoire ancienne, ou d’archéologie, ou de je ne sais quoi, s’intéressait aux mêmes choses que nous. Et on trouvait des liens, et de temps en temps il en est sorti, comme ça, des objets scientifiques à explorer. Cela a donné lieu à des journées d’études, où, du coup, on s’est invités, ce qui n’était pas pensable à la fac de lettres. Donc, je crois que, pour nous, cela a été quelque chose de très important. Nous sommes toujours dans cette ligne de l’interdisciplinarité.

Olivier Raveux - Vous avez répondu assez longuement sur la question des résultats et vous avez un peu anticipé la question que j’allais vous poser maintenant. Alors c’est redondant, il n’y a peut-être pas grand' chose à dire, mais au vu des résultats, de votre expérience depuis que vous avez quitté la direction de la revue, depuis que vous avez quitté Telemme, si on vous confiait aujourd’hui la mission de refonder la revue, de proposer autre chose, dans quelle direction iriez-vous ?

Gabriel Audisio - Je crois d’abord que pour l’essentiel, je la maintiendrais telle qu’elle est, mais qu’on pourrait envisager, peut-être, de temps en temps, de faire la place à quelqu’un qui est une autorité dans un des domaines qu’étudie Telemme, en le publiant sous la forme d’un entretien, ce qui serait plus simple parce qu’on ne peut pas demander toujours un article à quelqu’un – il va mettre du temps, on n’arrivera pas à obtenir ton texte, etc. Cela me semble beaucoup plus facile de le réaliser comme nous le faisons ensemble aujourd’hui. Il y a des gens qui ont des choses à dire actuellement, et c’est un peu dommage de s’en priver parce que la personne n’est pas du sérail... Il y a peut-être aussi des gens sur place, qui sont prêts à cela, des gens qui ont un peu d’expérience. Je n’ai rien contre les jeunes, je l’ai dit, la preuve c’est cette Page Jeunes chercheurs, mais je crois que cela vaudrait le coup d’exploiter des gens compétents et qui ont quelque chose à apporter vraiment.

La deuxième chose, peut-être – mais je ne sais pas si cela relève du directeur de la revue, ce n’est pas très sûr –, je me demande si ça ne vaudrait pas le coup de mettre un étudiant sur un master qui étudierait la revue Rives, en dégageant, sur les vingt ans, quels ont été les thèmes principaux, quels sont été les thèmes évités, faire une analyse géographique : combien y a-t-il eu d’articles sur la France ? Est-ce que la Provence est sur-représentée ou sous-représentée ? Depuis la transformation de Rives nord-méditerranéennes en Rives méditerranéennes, avons-nous vraiment modifié notre regard vers les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée ? Et cette étude-là, ce n’est pas juste pour nous regarder le nombril en signe d’autosatisfaction, ou l’inverse, de se flageller. Non, pas du tout, c’est juste qu’en fonction des résultats, cela pourrait peut-être permettre une réorientation sur le plan scientifique. Et je dirais même plutôt un rééquilibrage. Parce que là, je m’aperçois quand même, en voyant rapidement les choses, qu’il y a trois disciplines essentiellement représentées : l’histoire, la géographie et l’art ou les arts. Dans une vision interdisciplinaire, quand même, cela me semble un peu limité.

Olivier Raveux - Pour terminer, je voudrais vous poser deux questions plus générales. D’abord, en dépassant Rives, vous demander votre sentiment sur le paysage actuel des publications scientifiques en SHS et en histoire. Comment est-ce que vous percevez l’offre et la qualité de ces revues actuellement ?

Gabriel Audisio - Je ne peux pas avoir la prétention de faire un bilan général de toutes les revues en sciences humaines, quand même. Mais pour ce que j’en perçois - je me tiens un peu au courant -puisque je continue à publier, d’abord, il y a une chose que je regrette beaucoup : c’est qu’on a perdu la pratique du compte-rendu d’ouvrage. J’ai publié l’an dernier, c’est un exemple, ah non, l’année d’avant, un ouvrage sur L’Étranger au XVIe siècle. L’éditeur Droz, à Genève, m’envoie les comptes-rendus qui arrivent et cela confirme, à mon grand regret, ce que j’ai remarqué depuis très longtemps : un phénomène qui n'est pas nouveau, et qui persiste : les comptes-rendus sont devenus des résumés. C’est extrêmement grave pour le débat scientifique. C’est-à-dire que les chercheurs ne se mouillent plus. C'est sûr, il y a eu de grandes querelles dans le domaine historique par comptes-rendus interposés, les collègues se tapaient les uns sur les autres, laissons cela... Je crois que le vrai débat scientifique est en train de disparaître, et ça, c’est une carence qui va coûter très cher à l’historiographie française, parce que dès que vous allez en Allemagne, en Angleterre, aux États-Unis, ou au Canada, les gens n’ont pas peur de s’affronter sur bases scientifiques évidemment, pas sur des bases sentimentales ou de carrière. La cause de tout cela est, je crois, que les gens veulent ménager leur carrière, ne se mettre personne à dos, et je connais déjà plusieurs collègues qui refusent de faire des comptes-rendus, parce qu’ils n’en pensent pas du bien et donc, ils laissent tomber. Eh bien ça, c’est dramatique pour la science, je trouve.

L’autre aspect, c’est que nous sommes prisonniers de notre système universitaire et du CNRS, qui est le partage par disciplines. Il me semble que travailler sur les frontières entre les disciplines, cela ne se fait plus guère, ou pas beaucoup. Je ne sais pas d'ailleurs si cela ne s’est jamais fait. Enfin, peut-être bien quand même quand Lucien Febvre s’intéressait à la littérature. On avait un exemple, là, de quelqu’un qui savait sortir de son champ. Ce n’est pas nouveau, là encore, mais le problème persiste. Actuellement, quelqu’un qui fait de l’histoire de la philosophie : Eh bien ! Les historiens disent de lui : « c’est une ou un philosophe », et les philosophes disent : « c’est une historienne ou un historien ». Et dans ce cas, la personne souffre même pour sa propre carrière. Il ou elle est rattaché(e) à une section du CNRS, ça il le faut bien, mais au moment des délibérations dans les candidatures, la personne va se trouver, comment dire, non pas réprimée, mais enfin, largement dévalorisée...

Et puis il y a un troisième aspect que je regrette actuellement, et là aussi nous sommes prisonniers de notre système, c’est que pour sortir une thèse, il faut travailler sur quelque chose qui est inédit. Et pour que ce soit valorisé, pour sa propre carrière, on ne peut pas travailler en équipe. Il faut présenter un travail personnel. Cela pose un vrai problème. Je ne sais pas si j’ai une solution, mais enfin, pourquoi, au fond, on n’aurait pas des soutenances avec deux ou trois personnes qui auraient travaillé ensemble et qui présenteraient un objet commun ? Alors là, du coup, l’interdisciplinarité jouerait à fond. Moi-même, le premier livre que j’ai publié, parce qu’il fallait que je me manifeste, le procès contre le barbe Pierre Griot, le prédicateur vaudois, c’est un procès d’inquisition : j’ai bien senti que si j’avais eu avec moi, pour étudier ce document, un littéraire qui fasse attention à la langue (d’autant qu’on passe du latin au français), s’il y avait eu un spécialiste de droit canon, un juriste, je suis sûr que l’ouvrage aurait eu une toute autre ampleur. Eh bien, nous en sommes encore là, et mon ouvrage a été publié en 1979.

Olivier Raveux - Pour terminer cet entretien, Gabriel ... Telemme a vingt ans, donc vous avez eu pendant de longues années l’occasion de travailler dans ce laboratoire. Nous aimerions savoir, en tant qu’enseignant-chercheur et en tant que personne, ce que vous avez pensé de ces années de travail à Telemme. Quels sont les souvenirs marquants qui vous restent, notamment lors de l’intégration de l’UMR à la MMSH, un événement qu’on a évoqué un peu tout à l’heure ?

Gabriel Audisio - D’abord, on va réduire mon expérience à la réalité parce que je suis quand même parti à la retraite en 2004. Donc pour moi, l’expérience a duré dix ans. Je dois dire que cela a été pour moi, comme je l’ai dit tout à l’heure, un renouveau, et puis une proximité avec les collègues de Telemme même. Ce qui a le plus changé, je crois, a été de favoriser les rencontres. Nous étions, à la faculté, chacun dans son bureau, tandis qu'ici, la structure même fait que nous sommes appelés à nous rencontrer, à échanger. Même si c’est dans le couloir, on dit : « J’ai eu untel au téléphone... Est-ce que tu as pensé à ceci ? ». Et cela, c'est très stimulant, aussi bien pour la recherche que pour l’enseignement. Il faut dire aussi que ça nous a un peu décoincés sur le plan matériel et ça a été important. On n’a d’abord été qu’un par bureau, puis deux, mais à Schumann, à la fac de lettres, on était quatre ou cinq. Si je voulais recevoir un étudiant et si le bureau était occupé, c’était un peu difficile. Cela nous a donc donné de l’oxygène, sur le plan matériel, sur le plan intellectuel, à tous points de vue. Et comme je l’ai dit, tout à l’heure, pour l’interdisciplinarité, ça a été très favorable.

Il y a un autre aspect, aussi, qui m’a beaucoup aidé, c’est que quand on va à la bibliothèque, il y a le silence, ici : on peut travailler. Tandis qu’à la Bibliothèque Universitaire, c’est impossible. On se plaint que les enseignants ne vont pas à la Bibliothèque Universitaire, et c’est vrai. Cela tient à beaucoup de choses et ce n’est peut-être pas le lieu d’en parler ici, mais l’une des causes, c’est qu’on ne peut pas travailler tranquillement. Quand je vais à la Bibliothèque Universitaire, même encore aujourd’hui, quand il m’arrive d’y aller pour faire de la biblio, pour une publication ou autre, je passe mon temps à faire taire les étudiants qui sont autour de moi. Je fais le gendarme et c’est très déplaisant. Donc il y a cet aspect-là, un endroit où l’on peut travailler à la fois efficacement et agréablement.

Olivier Raveux - Est-ce qu’il y a une question que j’ai oubliée et à laquelle vous auriez aimé répondre ?

Gabriel Audisio - Non, parce qu’à travers les questions, j’ai quand même fourgué ce que je voulais dire, même quand ce n’était pas demandé directement, comme il est facile de s’en rendre compte ! En ce qui me concerne, je garde un très bon souvenir, globalement, même s’il y a toujours eu un peu des accrochages, mais pas tellement, finalement. Je me rends compte que, c’est vrai que j’ai un franc-parler, les collègues me connaissaient pour ça, mais il me semble que c’est toujours justifié, c’est-à-dire que personnellement, j’ai toujours essayé de faire la différence entre les idées et les personnes. Je me suis trouvé, dans des cas tout à fait opposés à défendre un projet d’un collègue que par ailleurs je n’appréciais pas spécialement, d’où l’étonnement de certains, ou à l’inverse, à ne pas défendre un projet qui ne me paraissait pas bien bâti ou pas utile, ou peu importe, alors que c’était un vrai copain qui le présentait. Cela, je crois que ce n’est pas toujours très courant dans le milieu universitaire.

Olivier Raveux - Merci beaucoup, Gabriel.

Gabriel Audisio - Avec plaisir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rives en évolution
Légende Des origines (n°1, 1e série, 1987 ; n°1, 2e série, 1998) au dernier numéro paru, n°47, 2014.
Crédits Cliché : O. Raveux
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Audisio et Olivier Raveux, « Rives, revue scientifique : expériences d'une refondation », Rives méditerranéennes, 48 | 2014, 253-264.

Référence électronique

Gabriel Audisio et Olivier Raveux, « Rives, revue scientifique : expériences d'une refondation », Rives méditerranéennes [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/4706 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4706

Haut de page

Auteurs

Gabriel Audisio

Agrégé d’histoire en 1969, Gabriel Audisio a été professeur au lycée Périer de Marseille jusqu’en 1977, assistant puis Maître de conférences à l’Université de Provence. Il a soutenu sa thèse en 1984, « Les vaudois du Luberon. Une minorité en Provence, 1460-1560 ». Professeur à Clermont-Ferrand (1989) puis à l’Université de Provence de 1992 à 2004, spécialiste du XVIe siècle, d’histoire religieuse et culturelle, il est l’auteur de 30 ouvrages, dont un manuel de paléographie, et de 130 articles parus dans neuf pays européens et américains.

Articles du même auteur

Olivier Raveux

Olivier Raveux est Chargé de recherche au CNRS, ancien membre de la Casa de Velázquez (Madrid) et rattaché à l’UMR Telemme depuis septembre 2003. Spécialiste d’histoire économique et sociale du monde méditerranéen, ses recherches portent actuellement sur les échanges eurasiatiques durant l’époque moderne avec des études sur le port de Marseille, les réseaux marchands arméniens et des produits manufacturés comme les indiennes et le corail.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search