Navigation – Plan du site

Introduction. Moralités marchandes du XVIIIe siècle

Débats savants et pratiques normatives1
Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini
p. 5-15

Entrées d’index

Géographie :

France, Italie, Espagne

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

L’acteur économique en tant que « sujet moral »

  • 1 Ce dossier de contributions est issu des communications présentées lors des journées d’études du pr (...)
  • 2 La littérature sur le sujet est devenue vaste, notamment en langue anglaise. Pour un exemple des dé (...)

1La réflexion concernant la dimension morale des acteurs économiques connaît une intensification notable dans les sciences sociales ces dernières décennies. Elle prend corps en particulier dans les débats parfois virulents autour de la figure de l’homo œconomicus, qui interrogent les fondements mêmes des différentes disciplines et leur capacité à fournir des outils conceptuels efficaces pour lire les sociétés du passé et d’aujourd’hui2.

2Deux attitudes interprétatives ayant marqué un temps fécond de l’analyse sociale tout en se fondant sur une conception rudimentaire de l’acteur sont notamment concernées et remises en cause : d’un côté, l’individualisme méthodologique qui conçoit l’acteur comme producteur de choix rationnels, de l’autre, les démarches de tonalité luhmanienne, qui tendent au contraire à supprimer l’autonomie de l’acteur et interprètent ses choix comme le produit des « systèmes communicatifs » au sein desquels il est immergé. Lorsqu’il est conçu comme « sujet moral », l’acteur ne se situe plus en effet dans les circuits marchands sous les traits d’un agent neutre, dépourvu d’une identité propre et d’un univers mental spécifique, c’est-à-dire, comme un sujet prêt à intégrer n’importe quel système de règles et de normes, tout comme il ne peut être représenté simplement comme un free rider, qui se soustrait aux normes et aux règles structurant les circuits marchands dans le but de maximiser ses profits.

  • 3 Nous trouvons une réflexion intéressante sur la question dans B. Lahire, L’homme pluriel : les ress (...)

3L’issue de cette posture analytique n’est pas forcément le retour à des conceptions de la société comme un ensemble de groupes structurés. Elle pousse, au contraire, à prendre au sérieux les acteurs, en mettant en particulier sous observation les différentes formes (individuelles, familiales, parentales, locales…) que peut prendre le décideur, les conflits éclatant à l’intérieur de ce dernier, les ambigüités et dans le même temps le poids des identités, des positionnements sociaux, des appareils institutionnels et, enfin, la complexité du processus de socialisation de tout individu, qui ne coïncide pas avec la conquête de la rationalité économique et la mise sous contrôle des émotions et des pulsions. L’enjeu serait donc de tenir compte de tout son ameublement mental qui est certes recomposé en fonction de la situation, mais qui pèse sur la situation elle-même3. De cette façon, il devient possible de penser à nouveaux frais la dimension stratégique de l’acteur, visant non seulement ses propres objectifs personnels mais aussi des formes de bien commun.

L’âge du commerce : une téléologie du self-interest ?

  • 4 Pour les éléments essentiels du débat du XVIIIe siècle, ainsi qu’une vaste bibliographie sur le suj (...)

4Loin de se concentrer sur ces questions d’un point de vue théorique, le présent numéro de Rives méditerranéennes propose une réflexion qui s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche privilégiant la production d’études de cas (Aux bords des institutions. Pouvoirs, acteurs et pratiques marchandes dans l’Europe méditerranéenne - deuxième moitié du XVIIe siècle-première moitié du XIXe siècle). Si nous les avons évoquées, c’est parce que cette résurgence de l’acteur comme « sujet moral » même dans l’economics - la science sociale fondée sur l’oubli des moral sentiments - est un élément important de l’environnement culturel dans lequel s’est bâtie l’historiographie récente sur les moralités marchandes dans l’Europe médiévale et moderne, notamment sur celle du XVIIIe siècle, la période concernée par ce dossier. Il y a, nous semble-t-il, un élément central dans cette production historiographique : l’impossibilité de tirer des vives controverses qui opposèrent les hommes de lettres, les juristes et les théologiens, mais également les administrateurs et les entrepreneurs de ce siècle, une quelconque épiphanie du self-interest qui, finalement débarrassé des contraintes morales de la doctrine et des institutions chrétiennes, aurait pu se déployer et donner vie au monde moderne4.

  • 5 Cf. I. Hont, Jealousy of Trade. International Competition and the Nation State in Historical Perspe (...)

5Le grand récit proposé d’innombrables fois par les historiens de la pensée économique et politique fonde sa téléologie sur un corpus de textes, de propositions politiques et de pressions sociales présentées comme le point d’arrivée inéluctable d’un processus de longue durée. Selon cette vision, la figure du marchand, après avoir traversé les siècles avec diverses fortunes, est alors réélaborée sur la base de la reconnaissance du caractère fondateur, pour la communauté politique laïcisée, de l’action individuelle intéressée et des droits qui y sont attachés, avant tout celui de la propriété. Sous cet angle, le commerce entre les peuples devient un aspect essentiel du droit naturel, une sphère pré-politique que le souverain peut réglementer, faciliter, mais qu’il ne peut pas bâtir ou faire disparaître. Par exemple, il ne peut pas s’opposer frontalement, au nom de l’impératif territorial, à la dimension extraterritoriale depuis toujours incorporée dans le commerce, ainsi qu’au maillage de langages et de normes (la lingua franca et la lex mercatoria) de l’universalisme enraciné dans les grandes places marchandes. Donc, l’opposition entre le commerce actif et le commerce passif s’affaiblit, et les conceptions statiques en matière de quantité de richesses disponibles peuvent coexister avec leurs conceptions dynamiques. L’idée de développement trouve un espace d’expression dans les livres savants et les lieux du pouvoir, et la jealousy of trade5 alimentée par les politiques de puissance cède progressivement le pas à la recherche de complémentarités plus ou moins asymétriques, d’une division internationale du travail civilisatrice et bénéfique même pour les partenaires les plus faibles. Les ‘vices’ traditionnels des négociants – notamment l’avarice individualiste et le cosmopolitisme marchand – n’offensent plus le souverain et ses sujets, et peuvent même devenir des ‘vertus publiques’. La querelle séculaire sur les moralités marchandes perd alors de son sens.

  • 6 Nous faisons ici référence au contexte de la Cambridge School dont John Greville Agard Pocock et Qu (...)
  • 7 P. Verri, Discorsi sull’indole del piacere e del dolore, sulla felicità e sull’economia politica, M (...)
  • 8 Parmi les travaux désormais nombreux qui offrent une lecture du Wealth of Nations à la lumière de l (...)

6Il ne fait aucun doute que ces configurations sont présentes au cours du long XVIIIe siècle européen. Pour en comprendre le sens, il ne faut pas les considérer comme des prémices d’un futur inéluctable. Il convient, au contraire, de les immerger dans le contexte6 d’un débat sur le commerce et la vertu qui ne s’affaiblit pas, mais reste particulièrement vif et dense. L’idéal du « commerce moral »7 est solidement ancré dans les préoccupations des administrateurs et des savants, y compris dans celles d’Adam Smith, faussement présenté comme le porte-drapeau d’un développement fondé sur la rationalité individuelle8. D’ailleurs, même si le vocabulaire utilisé est souvent issu d’une élaboration séculaire autour de la dimension civique et religieuse de l’action individuelle, celui-ci revêt une forme et une signification tout à fait nouvelles.

  • 9 Selon la terminologie employée par M. Weber, Économie et société, t. 1, Paris, Plon, 1971, p. 97.
  • 10 Pour un point de vue original concernant ces aspects : R. Bertrand : « Un continent de possibles ou (...)
  • 11 Parmi les travaux de G. Todeschini, consulter en particulier I mercanti e il tempio. La società cri (...)
  • 12 F. Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross- Cultural T (...)

7Une première question émergeant dans ce débat concerne l’inadéquation de l’optimisme cosmopolite par rapport à la nouvelle spatialité des flux marchands et des chaînes des transactions. Le fait que le terrain d’action des acteurs déborde les limites spatiales de la christianitas et des institutions civiles et sacrées risque de faire sauter tout contrôle sur l’avidité marchande : d’une part la régulation par la grande « entreprise institutionnelle à caractère hiérocratique » qu’est l’Église9, par l’intermédiaire de la promesse du salut et de la menace du pêché10, et d’autre part, celle issue du républicanisme civil qui, à l’exemple des cités marchandes italiennes du bas Moyen Âge, conditionne l’accès aux ressources de la citoyenneté à l’adhésion à des éthiques souvent élaborées par les ordres mendiants11. Ainsi, justement pendant l’âge du commerce (entre la seconde moitié du XVIIe siècle et le début du XIXe siècle), le fondement même des échanges est en danger, à savoir la confiance réciproque entre les contractants. En l’absence d’institutions tierces qui garantissent l’application (enforcement) des contrats, les marchands doivent se contenter de partenaires avec lesquels ils peuvent seulement avoir une confiance faible, circonstancielle. Les mots de l’échange contractuel risquent d’apparaître alors secs, froids : ils mobilisent un seul segment de l’individu, ses intérêts, mais pas ses sentiments ni ses appartenances ; ils tissent des réseaux naissant de l’action, mais pouvant se déchirer à n’importe quel moment ; enfin, ils évoquent des éthiques contextuelles qui ne créent pas de liens sociaux. Ainsi, la recherche de réseaux de confiance dilatés et dotés d’une spatialité correspondante aux échanges ne peut plus seulement se baser sur la densité des relations parentales et locales, mais elle tend à prendre des formes diasporiques sur des bases ethniques, linguistiques et religieuses. L’historiographie, en particulier celle d’obédience néo-institutionnaliste, a amplement insisté sur ces réseaux, mais a également souligné leur fragilité, la nécessité de les maintenir et de les reconstruire en permanence, et d’élaborer des décisions économiques tenant compte des incertitudes inhérentes à ces échanges risqués12.

  • 13 Notamment K. Stapelbroek (dir.), Trade and War : the Neutrality of Commerce in the Inter-State Syst (...)

8D’ailleurs, l’inadéquation des contrôles ne signifie pas faiblesse de la dimension institutionnelle, loin s’en faut. Nous rencontrons ici une autre question, absolument centrale dans les débats du XVIIIe siècle et dont le projet « Aux bords des institutions » et le présent numéro de Rives méditerranéennes cherchent à prendre la mesure. Les espaces dilatés des circuits économiques et le cosmopolitisme marchand doivent en effet coexister avec une donnée essentielle – celle de la territorialisation politique et des conflits armés ou diplomatiques entre les puissances – qui n’investit pas une sphère différente de celle des économies, mais en conditionnent lourdement les logiques et le fonctionnement13.

À la recherche du « négociant patriote »

  • 14 Concernant ce point précis : G. Daudin, Commerce et prospérité. La France au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 15 C. A. Helvétius, De l’esprit (1758), cité dans R. Chartier, Le origini della Rivoluzione francese, (...)

9Les pressions induites par les phénomènes de territorialisation produisent des éthiques commerciales différentes par rapport aux traditionnelles éthiques de confiance, qui sont intériorisées par une importante partie des protagonistes du débat du XVIIIe siècle, et constituent un présupposé implicite commun à une grande partie des propositions, parfois mêmes contradictoires, issues de ces débats. La production, la circulation et la distribution des marchandises doivent se soumettre au bien public, mais ce dernier n’est plus le bonum commune corporatif. Le bien à conquérir est désormais celui de la félicité publique, une notion faisant référence à des ensembles sociaux placés dans des espaces politiques entendus comme souverains, et calculable par le biais d’appareils publics tels que la Balance du commerce14. Sous cet angle, les comportements marchands deviennent moralement acceptables si, outre à respecter les contrats, ils contribuent au bien-être d’une communauté abstraite – ‘publique’ – promue et symboliquement représentée par la figure du prince. D’un ensemble de principes universels, la morale devient alors une « science expérimentale » axée sur les exigences variables des différents états15, tout comme le commerce qui, selon l’Abbé Coyer, « n’est plus une affaire particulière, c’est une science de l’État ».

10Il s’agit d’une conception à la fois puissante – du moment où elle est adoptée par des appareils publics ayant une capacité coercitive – mais qui repose également sur des bases fragiles. Le calcul ‘national’ additionne le résultat des actions d’une multiplicité de sujets que le souverain ne peut pas créer, qu’il trouve déjà légitimement installés au centre des jeux marchands et qui font leur choix selon une arithmétique très différente du calcul public. L’exercice de la force légitime contre les marchands immoraux est dans les faits impossible car elle risque d’assécher la source même de la félicité publique : la propension à l’investissement risqué de la part de ces mêmes marchands. Il y a donc une incohérence, potentielle, mais lourde de conséquences, entre la dimension collective du bonheur à calculer et à conquérir, et la dimension privée des acteurs auxquels il est confié en dernier ressort.

  • 16 Ces questions font l’objet d’un traitement particulier dans K. Stapelbroek, Love, Self- deceit, and (...)
  • 17 Le cas français a été amplement étudié dans cette perspective. Consulter H. C. Clark, “Commerce, th (...)
  • 18 Nous faisons ici référence à F. Bedos de Celles, Le négociant patriote, contenant un tableau qui ré (...)

11La réconciliation du bien particulier avec le bien public, tout comme la recherche des protagonistes de la nouvelle économie qui pourraient adhérer à cet objectif, devient spasmodique16. Le but est avant tout la mise en place, dans le cadre des États en cours de territorialisation, d’une adhésion des sujets à l’éthique du bien public qui ne soit pas uniquement issue de la contrainte. Le concept de patrie, dont la référence originelle est à la fois la dimension civique et son représentant symbolique qui est le ‘citoyen en arme’, et le commandement symbolique/sacral doivent être désormais transférés au territoire monarchique17. Cependant, le succès de cette opération, dans une certaine mesure encore possible dans la république hollandaise, est en général assez faible. La figure du négociant patriote18 se révèle être une sorte d’oxymore, un objet introuvable, ainsi qu’en témoignent les innombrables plaintes contre ceux qui jouissent de la protection royale mais qui, étant à la fois prisonniers de leur avidité individuelle ou de celle du groupe auquel ils appartiennent, frustrent les ambitions étatiques du commerce actif.

12Pourtant, ces négociants, dont l’éthique est bien souvent construite en dehors du cadre ‘national’, restent des individus indispensables à la félicité publique. Bien privé et bien public s’ancrent dans des valeurs différentes, mais restent, au même titre, constitutives du corps social territorialisé. L’organisation de leur difficile coexistence devient le véritable enjeu de la nouvelle « science de l’État ». 

Lois positives et moralités marchandes

13C’est à partir de cette tension irrésolue entre bien privé et bien public que l’on peut expliciter les raisons de la mise en place de la régulation étatique des échanges, ayant ou non un caractère juridique, qui explose entre les XVIIe et XVIIIe siècles, jusqu’à devenir démesurée. Il s’agit entre autres des traités internationaux, du jus proprium et de la police, autant de champs d’élection de l’interventionnisme princier, qui se déverse sur le droit privé, dominé depuis des siècles par le jus gentium, et sur les mille formes de la lex mercatoria et du droit de la navigation.

14Par l’intermédiaire de normes douanières et sanitaires, de la fixation de la qualité des produits, des mesures de promotion de la navigation nationale et de certains secteurs économiques, espaces marchands et places portuaires « franches » mais en réalité sous une pesante régulation, la présence des États devient extraordinairement encombrante dans les circuits commerciaux à courtes comme à grandes distances. Loin de favoriser le contract enforcement en se présentant comme un tiers garant de la moralité marchande, les États deviennent parties prenantes de la vie économique avec leurs officiers et leurs appareils de régulation tentaculaires, qui se diffusent jusqu’aux niveaux les plus minutieux et quotidiens de la pratique marchande. Dans le même temps, ce processus accéléré de création de règlements et d’institutions produit des obligations étonnement faibles. L’efficacité de la régulation ne suit pas la courbe ascendante de la production de droit.

  • 19 P.-S. Dupont de nemours, De l’origine et des progrès d’une science nouvelle, Londres-Paris, Desaint (...)
  • 20 P. Prodi, Settimo non rubare. Furto e mercato nella storia dell’Occidente, Bologne, Il Mulino, 2009

15Pour comprendre cette contradiction, soulignée d’innombrables fois par les contemporains, il faut en premier lieu prendre en compte la question « constitutionnelle », très sensible, du lien entre la légitimité de l’action du prince et la limitation de l’exercice de son pouvoir. Comme affirme Dupont de Nemours, et par son intermédiaire les physiocrates, « l’autorité souveraine n’est pas instituée pour faire les lois, car les lois sont toutes faites […] Les ordonnances des souverains, appelées lois positives, ne doivent être que des actes déclaratoires de ces lois essentielles de l’ordre social »19. Mais cette polémique contre la ‘furie réglementaire’ s’étend également aux cercles hostiles à ‘l’esprit de système’ des physiocrates et favorables à la promotion étatique du commerce actif et du négociant patriote20. Ces lois positives, qui prétendent avec une légitimité douteuse inclure l’entière sphère de l’économie dans celle du pouvoir, se dénuent progressivement de la charge symbolique essentielle pour donner un caractère obligeant à tout acte normatif. Finalement, elles configurent un « commandement politique éthiquement indifférent » qui ne se rapporte plus à un ordre supérieur, comme a pu être le caractère sacré de l’Église, et n’agit pas sur le for intérieur des acteurs en modélisant une faute. Elles les placent sous la menace d’une simple peine. L’obligation qui en dérive est donc structurellement faible.

16D’ailleurs – comme le démontrent concrètement les textes réunis dans le numéro à paraître des Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée (MEFRIM) consacré, dans le cadre du projet « Aux bords des institutions », au commerce actif – l’éventualité que les comportements propres à l’opportunisme marchand et classés comme délits soient, dans la pratique quotidienne des marchés et des institutions, distincts des comportements légitimes et sanctionnés, apparaît en fait très improbable. D’abord le jus proprium mercantiliste n’efface pas les formes concurrentes, normatives et institutionnelles, de la tradition politique européenne. Bien au contraire, il s’ajoute au droit existant, en dilatant le pluralisme des sources et des instances juridictionnelles. En surcroit, une partie très importante des politiques adoptées présentent un caractère contradictoire. On cherche par exemple à encadrer et à contrôler les trafics d’un côté et, de l’autre, à les attirer et à éviter qu’ils se détournent vers d’autres ports et territoires rivaux à cause des entraves douanières ou autres. Enfin, dans les espaces commerciaux fréquentés quotidiennement, les normes souveraines se superposent à la production normative d’autres souverainetés. Le marchand agit alors dans une zone hyper-normée et en même temps opaque, dans une sorte de limbe territorial où se superposent des agents et des institutions se rapportant à plusieurs souverains, en équilibre instable entre les différents systèmes de normes et d’appartenances et impliqués dans un jeu relationnel et conflictuel serré.

  • 21 Nous empruntons la formule à l’ouvrage remarquable de T. Endicott, Vagueness in Law, Oxford, Oxford (...)
  • 22 Se référer au numéro spécial des Quaderni Storici (2013, n° 143) intitulé Frodi marittime tra norme (...)

17Dans ce contexte de hiérarchisation incertaine parmi les différentes sources du droit, de relative indéfinition de leurs projections territoriales, de contradiction intrinsèque des objectifs politiques et des actes qui en découlent, l’ordre normatif représenté par la loi positive, au lieu d’être un élément de stabilisation et d’ancrage de la communication dans la fantasmagorie des interprétations possibles de la réalité, devient un élément de perturbation ultérieure. Face à la complexité croissante des circuits de l’échange victimes de cet engorgement normatif et institutionnel, se développe une ‘gouvernance’ fondée sur la négociation des normes de droit positif, à partir d’une pratique juridique qui va entretenir ce qu’elle doit normalement combattre – c’est-à-dire la vagueness in law21. Tout cela contribue à la construction d’un ‘sens de l’État’ et au fonctionnement d’une machine administrative qui gère l’espace public à partir des normes plutôt qu’en les appliquant strictement. L’intention régulatrice se traduit alors (pour reprendre un thème classiquement foucaldien) dans une gestion de la légalité et de l’illégalité qui déborde le champ juridique au profit de pratiques institutionnelles secrètes, policières, passées sous silence, souvent confiées à des individus placés aux bords des institutions et engagés dans un face-à-face immédiat avec les acteurs du marché22.

18L’idéal de l’acteur moralement sain en tant que law abiding person devient, dans notre long XVIIIe siècle, une construction utopique.

La culture du commerce : pour une moralité « nationale » non-étatique

  • 23 N. Glaisyer, The Culture of Commerce in England, 1660-1720, Woodbridge, Boydell Press, 2006. Pour u (...)
  • 24 Parmi les ouvrages qui reprennent les travaux de John Greville Agard Pocock : J. Takeda, “French Ab (...)
  • 25 R. Morrissey, Napoléon et l’héritage de la gloire, Presses Universitaires de France, Paris, 2010.
  • 26 A. Kessler, “Enforcing Virtue : Social Norms and Self-Interest in an Eighteenth-Century Merchant Co (...)

19L’historiographie a amplement insisté sur le fait que la fraude se banalise non seulement dans les espaces marginaux du commerce mais également dans les secteurs les plus en vue et concernant ses protagonistes les plus éclatants, en particulier dans les phases au cours desquelles les politiques mercantilistes se déploient avec vigueur et les conflits armés éclatent. Ce que nous voudrions ici analyser, c’est si le développement marchand, qui investit aussi la Méditerranée du XVIIIe siècle et qui présuppose une forme de respect des contrats, est un phénomène tout-à-fait étranger aux processus de territorialisation des États et, par là, si les moralités marchandes opérantes investissent seulement la dimension privée, sans se mesurer à la dimension du bien public qui implique la responsabilité sociale de l’action économique et des formes spécifique de moralité. D’autant plus qu’une production discursive considérable et extrêmement diversifiée, ayant un caractère souvent prescriptif et définie par les historiens comme « culture du commerce »23 s’engage dans une réélaboration anxieuse du concept d’intérêt et de bien privé, dans la perspective d’une pratique marchande fondée sur l’atténuation de son fondement égoïste. Une réflexion vaste et différenciée cherche des motivations et des ressources de l’obligation ancrées dans l’espace social plutôt que dans les institutions, et par conséquence plus efficaces sur les comportements que les normes les plus formalisées. On peut retrouver ces thèmes dans le commercial humanism24 qui cherche à concilier les valeurs de la tradition civique avec les valeurs du contexte étatique, ou dans l’« économie politique de la gloire » présente dans l’avant-garde de la pensée des Lumières, y compris l’Encyclopédie25, jusque dans les visions d’une stipulation des accords marchands, typique des juridictions consulaires26, ne se fondant pas sur la menace d’une sanction, mais sur une bona fides s’appuyant sur la ritualité simplifiée d’un mot, d’un geste, d’une poignée de main.

20Il serait naïf d’imaginer que cette recherche du « négociant patriote » doté d’une éthique marchande autonome par rapport à la loi positive est un indice fiable de l’émergence de comportements individuels non opportunistes, de pratiques qui éviteraient le free riding face à des appareils publics incapables de faire appliquer les normes qu’ils produisent. D’autre part, nous nous demandons si la « culture du commerce » est une simple gesticulation discursive, ou bien si elle a eu une quelconque influence sur les moralités marchandes à l’œuvre dans le quotidien des échanges. L’objectif du présent numéro de Rives méditerranéennes n’est pas de reconstruire cette puissante production prescriptive, légale ou savante, mais plutôt de chercher à l’utiliser comme un vaste répertoire de questions à poser aux sources sur la base desquelles il est possible de reconstruire les profils de négociants se mesurant avec les nouveaux marchés et les institutions mercantilistes. Le but est d’analyser les processus décisionnels des acteurs du commerce dans leur complexité, dans la richesse de leurs motivations, même symboliques, dans les interrelations avec les autres acteurs et avec la densité et le caractère contradictoire des cadres institutionnels.

21Fidèles à la ligne du programme de recherche Aux bords des institutions, les contributions suivantes sont élaborées à partir d’études de cas précis, mais elles sont aussi animées d’une tension interprétative commune permettant de mettre en relation des hommes, des pratiques et des moralités se situant dans des espaces méditerranéens éloignés d’un point de vue temporel comme géographique. Les réponses sont parfois hésitantes et ne convergent pas toujours ; mais l’objectif de notre recherche est d’alimenter un débat qui nous semble essentiel, plutôt que de trouver des réponses à des questions que les acteurs perçoivent eux-mêmes très souvent comme dilemmatiques.

Haut de page

Notes

1 Ce dossier de contributions est issu des communications présentées lors des journées d’études du programme de recherche Aux bords des institutions des 24 et 25 mai 2013 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence. Cette manifestation a été pensée et portée dans le cadre d’une collaboration entre l’UMR TELEMME (Gilbert Buti et Olivier Raveux), l’École Française de Rome (Christopher Denis-Delacour), l’Université Aldo Moro de Bari (Biagio Salvemini) et l’Université de Bâle (Roberto Zaugg).

2 La littérature sur le sujet est devenue vaste, notamment en langue anglaise. Pour un exemple des débats et des enjeux même pratiques sur la question, consulter le numéro spécial de la revue Essays in Philosophy intitulé « Business Ethics » (2005, vol. 6/2) sous la direction de James E. Roper, qui porte une attention particulière à la notion de corporate public responsibility. La polémique sur les visions de l’acteur typiques de l’economics, même à l’intérieur des positions apologétiques sur le capitalisme occidental comme celle de l’École de Chicago et de Milton Friedman, peut être très virulente (cf. les publications récentes de D. N. McCloskey et notamment ses deux premiers volumes d’une série de six : The Bourgeois Virtue : Ethics for an Age of Commerce, Chicago, University of Chicago Press, 2006 et Bourgeois Dignity. Why Economics can’t Explain the Modern World, Chicago, University of Chicago Press, 2010). La production scientifique sur la question, déjà abondante avant la crise économique des dernières années du siècle passé (notamment A. Sen, On Ethics and Economics, Oxford, Basil Blackwell, 1987 et P. Groenewegen (ed.), Economics and Ethics ?, London, Routledge, 1996), s’est considérablement enrichie par la suite ; consulter entre autres E. M. Uslaner, The Moral Foundations of Trust, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; H. Gintis, S. Bowles, R. Boyd, E. Feher (eds.), Moral Sentiments and Markets Interests : The Foundations of Cooperation in Economics, Cambridge, MIT Press, 2007 ; K. Basu, Beyond the Invisible Hand : Groundwork for a New Economics, Princeton, Princeton University Press, 2011 ; J. Sachs, The Price of Civilization. Economics and Ethics after the Fall, Londres, Bodley Head, 2011 ; J. Halteman, E. Noell, Reckoning with Markets. Moral Reflexion in Economics, Oxford, Oxford University Press, 2012.

3 Nous trouvons une réflexion intéressante sur la question dans B. Lahire, L’homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Pluriel, 2011.

4 Pour les éléments essentiels du débat du XVIIIe siècle, ainsi qu’une vaste bibliographie sur le sujet, consulter M. Geuna, M. L. Pesante (dir.), Passioni, interessi, convenzioni. Discussioni settecentesche su virtù e civiltà, Milan, Franco Angeli, 1992 ; Á. Alloza Aparicio, B. Cárceles de Gea, Comercio y riqueza en el siglo XVII : estudios sobre cultura, politica y pensamiento economico, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 2009 ; A.M. Rao, (dir.), Felicità pubblica e felicità privata nel Settecento, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2012.

5 Cf. I. Hont, Jealousy of Trade. International Competition and the Nation State in Historical Perspective, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2005.

6 Nous faisons ici référence au contexte de la Cambridge School dont John Greville Agard Pocock et Quentin Skinner sont les plus importants représentants.

7 P. Verri, Discorsi sull’indole del piacere e del dolore, sulla felicità e sull’economia politica, Milan, Marelli, 1781, p. 228-231.

8 Parmi les travaux désormais nombreux qui offrent une lecture du Wealth of Nations à la lumière de la Theory of Moral Sentiments, signalons deux ouvrages récents et proposant deux points de vue différents : E. Rothschild, Economic Sentiments : Adam Smith, Condorcet, and the Enlightenment, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2001, et F. Dermange, Le dieu du marché : éthique, économie et théologie dans l’œuvre d’Adam Smith, Genève, Labor et Fides, 2003.

9 Selon la terminologie employée par M. Weber, Économie et société, t. 1, Paris, Plon, 1971, p. 97.

10 Pour un point de vue original concernant ces aspects : R. Bertrand : « Un continent de possibles oubliés. Les relations économiques Europe-Asie à l’époque moderne », Esprit, 2013, 400, p. 33-45.

11 Parmi les travaux de G. Todeschini, consulter en particulier I mercanti e il tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed Età Moderna, Bologne, Il Mulino, 2002. Deux ouvrages récents illustrent l’importance de la dimension éthique dans l’économie anglaise entre l’époque médiévale et moderne : J. Davis, Medieval Market Morality. Life, Law and Ethics in the English Marketplace 1200-1500, Cambridge, Cambridge University Press, 2012 ; B. Waddell, God, Duty and Community in English Economic Life, 1660-1720, Rochester, Boydell Press, 2012. Plus généralement concernant l’intérêt récent de l’histoire économique pour les cultures économiques : H. Berghoff, J. Vogel (dir.), Wirtschaftsgeschichte als Kulturgeschichte. Dimensionen eines Perspektivenwechsels, Frankfurt- am-Mein - New York, Campus, 2004.

12 F. Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross- Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven-London, Yale University Press, 2009 ; voir également S. Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean : the global trade networks of Armenian merchants from New Julfa, Berkeley, University of California Press, 2011, qui aborde les réseaux commerciaux arméniens et notamment le rôle des assemblées de marchands sur la question de la moralité et de l’application des contrats.

13 Notamment K. Stapelbroek (dir.), Trade and War : the Neutrality of Commerce in the Inter-State System, Helsinki, Helsinki Collegium for Advanced Studies, 2011 et A. Alimento (dir.), War, Trade and Neutrality. Europe and the Mediterranean in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Milan, Franco Angeli, 2011.

14 Concernant ce point précis : G. Daudin, Commerce et prospérité. La France au XVIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2005.

15 C. A. Helvétius, De l’esprit (1758), cité dans R. Chartier, Le origini della Rivoluzione francese, Roma-Bari, Laterza, 1991, p. 41.

16 Ces questions font l’objet d’un traitement particulier dans K. Stapelbroek, Love, Self- deceit, and Money. Commerce and Morality in Early Neapolitan Enlightenment, Toronto, Toronto University Press, 2008.

17 Le cas français a été amplement étudié dans cette perspective. Consulter H. C. Clark, “Commerce, the virtues, and the public sphere in early seventeenth-century France”, French Historical Studies, 1998, n. 3, p. 415-440 ; M. Linton, The Politics of Virtue in Enlightenment France, Palgrave 2001 ; J. M. Smith, Nobility Reimagined : the Patriotic Nation in Eighteenth- Century France, Ithaca, Cornell University Press, 2005 ; J. Shovlin, The Political Economy of Virtue : Luxury, Patriotism, and the Origins of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 2006 ; A. Skornichi, L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, Paris, CNRS, 2011.

18 Nous faisons ici référence à F. Bedos de Celles, Le négociant patriote, contenant un tableau qui réunit les avantages du commerce, la connoissance des spéculations de chaque nation ; et quelques vues particulières sur le commerce avec la Russie, sur celui avec le Levant, et de l’Amérique Angloise : ouvrage utile aux négociants, armateurs, fabriquants et agricoles, Paris, Royez, 1784.

19 P.-S. Dupont de nemours, De l’origine et des progrès d’une science nouvelle, Londres-Paris, Desaint, 1768, p. 29.

20 P. Prodi, Settimo non rubare. Furto e mercato nella storia dell’Occidente, Bologne, Il Mulino, 2009.

21 Nous empruntons la formule à l’ouvrage remarquable de T. Endicott, Vagueness in Law, Oxford, Oxford University Press, 2000.

22 Se référer au numéro spécial des Quaderni Storici (2013, n° 143) intitulé Frodi marittime tra norme e istituzioni, sous la direction de B. Salvemini et R. Zaugg, également publié dans le cadre du projet Aux bords des institutions.

23 N. Glaisyer, The Culture of Commerce in England, 1660-1720, Woodbridge, Boydell Press, 2006. Pour un cadre général : F. Angiolini et D. Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1995, et, plus récemment, M. C. Howell, Commerce Before Capitalism in Europe,1300-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

24 Parmi les ouvrages qui reprennent les travaux de John Greville Agard Pocock : J. Takeda, “French Absolutism, Marseillais Civic Humanism, and the Language of Public Good”, The Historical Journal, 2006, n° 3, p. 707-34, et Between Crown and Commerce. Marseille and the Early Modern Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2011.

25 R. Morrissey, Napoléon et l’héritage de la gloire, Presses Universitaires de France, Paris, 2010.

26 A. Kessler, “Enforcing Virtue : Social Norms and Self-Interest in an Eighteenth-Century Merchant Court”, Law and History Review, 2004, 22/1, p. 71-118 qui traite de la merchant court de Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini, « Introduction. Moralités marchandes du XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 5-15.

Référence électronique

Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini, « Introduction. Moralités marchandes du XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/4712 ; DOI : 10.4000/rives.4712

Haut de page

Auteurs

Christopher Denis-Delacour

Christopher Denis-Delacour est docteur en histoire moderne d’Aix-Marseille Université et docteur en histoire contemporaine de l’Istituto italiano in Scienze Umane de Naples (SUM). Depuis septembre 2012, il est post-doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne dans le cadre du projet de l’European Research Council Mediterranean Reconfigurations (ConfigMed). Ses travaux concernent principalement les aspects sociaux et pratiques de la circulation des acteurs maritimes en Méditerranée du XVIIIe siècle au XIXe siècle, dans une perspective qui transcende la pluralité juridique, géographique et culturelle. Parmi ses publications les plus récentes : « Commerce actif et compromis institutionnels à Civitavecchia » (à paraître aux Mélanges de l'École française de Rome, Italie et Méditerranée (MEFRIM), 2014), «Flying the Pope’s Flag. The Commercial Exploitation of the Roman Flag in Mediterranean Mercantile Policies (18th Century)», Quaderni Storici, 2013.

Articles du même auteur

Biagio Salvemini

Biagio Salvemini est professeur d’histoire moderne à l’université de Bari. Après un parcours universitaire suivi à Bari mais également à Cambridge (G.-B.), il a enseigné dans plusieurs universités italiennes et européennes et a dirigé différents projets nationaux et internationaux, (dont le projet Aux bords des institutions) et fait actuellement partie de l’équipe de recherche du projet de l’European Research Council Configmed. Il est également membre du comité éditorial des revues Quaderni Storici, Storica, Meridiana. Ses principaux thèmes de recherche portent sur la diffusion de l’économie politique classique, les marchés et les flux marchands à l’époque moderne, l’histoire du territoire, la classification sociale à l’époque moderne. Parmi ses publications récentes : Territori, poteri, rappresentazioni nell'Italia di età moderna. Studi in onore di Angelo Massafra, Bari, Edipuglia, 2012, « Negli spazi mediterranei della «decadenza». Note su istruzioni, etiche e pratiche mercantili della tarda età moderna », Storica, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals