Navigation – Plan du site

Respectabilité et confiance au travers de la norme et de la fraude

Le cas de Trieste au XVIIIe siècle
Daniele Andreozzi
Traduction de traduit de l’italien par Christopher Denis-Delacour
p. 81-98

Résumés

Au cours du XVIIIe siècle, la création d’une classe mercantile à Trieste résulte de l’implantation rapide et désordonnée d’hommes et de femmes provenant de lieux et d’horizons culturels divers. Si la place se caractérise par un interventionnisme institutionnel incertain et des pratiques subversives vis-à-vis de la normativité étatique, l’éthique marchande est un élément central dans la construction de la ville du XVIIIe siècle. L’hypothèse de départ est que, dans un tel contexte, la respectabilité d’un marchand est continuellement négociée (également observée et jugée), et construite dans des cadres normatifs pluriels, concurrentiels et complémentaires, au sein de stratégies complexes et spatialement fluides. L’objectif du présent article est de mettre en lumière la manière dont se construisent ou se détruisent les réputations marchandes, tout comme leur rôle dans la concurrence et dans les divers cadres normatifs.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Trieste, Italie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Concernant le cadre général de l’histoire de Trieste au XVIIIe siècle : R. Finzi, G. Panjek (dir.), (...)

1Au cours du XVIIIe siècle à Trieste, place complètement dépourvue de compétences, de ressources et de tradition marchande, la création d’une classe mercantile résulte de l’implantation rapide et désordonnée d’hommes et de femmes provenant de lieux et d’horizons culturels divers. La capacité limitée de capitalisation financière et les pénuries de compétences imposent alors une mobilisation de toutes les ressources disponibles. Il s’agit d’un processus qui a lieu dans un contexte encore fluide en raison de l’ancrage précaire des personnes et de l’altérité entre les acteurs du développement. Ainsi, en quelques décennies, se constitue un groupe de marchands caractérisé par une meilleure stabilité et par le partage d’un premier patrimoine de mythes, d’identité et de comportements. Car si Trieste se caractérise par un interventionnisme institutionnel incertain et des pratiques subversives vis-à-vis de la normativité étatique (à commencer par la contrebande), l’éthique marchande, dont le respect du contrat constitue la base, est un élément central dans la construction de la ville du XVIIIe siècle1.

2L’hypothèse de départ est que, dans un tel contexte, la respectabilité d’un marchand est continuellement négociée (également observée et jugée), et construite dans des cadres normatifs pluriels, concurrentiels et complémentaires, au sein de stratégies complexes et spatialement fluides. En effet, cette construction prend place dans différents espaces et a de multiples recoupements : ceux entre normes et pratiques et entre privé et public ; ceux de la concurrence entre les États et de la compétition entre les individus. Ces cadres possèdent leurs propres codes en matière de fraude et de sanction, au sein desquels les acteurs du commerce mettent en application leurs stratégies dans un jeu d’affilition/désobéissance/obéissance.

  • 2 Concernant cette thématique : A. Carrino et B. Salvemini, “Le intermittenze dell’onore mercantile. (...)

3L’objectif du présent article est de mettre en lumière la manière dont se construisent ou se détruisent les réputations marchandes, tout comme leur rôle dans la concurrence et dans les divers cadres normatifs2.

Les stratégies de la respectabilité

  • 3 Anonyme, Il mentore perfetto de’ negozianti, ovvero guida sicura de’ medesimi, tomo V, Trieste, Wag (...)

4Au début du XVIIIe siècle Trieste, appartenant alors aux Habsbourg, était une petite ville qui comptait peu sur le plan économique et qui entretenait de faibles relations maritimes. Au cours du XVIIIe siècle, une rapide croissance économique transforme Trieste qui devient la place marchande « la plus essentielle dans les communications entre le Levant et le Ponant, l’Italie et l’Allemagne, et les autres royaumes de l’Europe septentrionale »3.

  • 4 Concernant la gouvernance de Trieste : C. Gatti, “Uomini e politiche nella Trieste del Settecento”, (...)

5Cette transformation s’accompagne de la création tout aussi rapide d’un corps marchand. Ce groupe était composé de personnes ayant diverses origines et religions. Ces nouveaux venus vinrent à Trieste pour différentes raisons, et à différents moments, à commencer dans les années qui précèdent immédiatement la proclamation de la franchise du port en 1719. Ces individus ont souvent une relation instable avec la ville. C’est au tournant de la seconde moitié du XVIIIe siècle que le corps marchand se stabilise et se renforce suffisamment pour assumer une position dominante dans « l’arène urbaine ». Les autorités viennoises instituent en effet une Bourse du commerce en 1755 dont le contrôle est confié à une députation composée des principaux marchands locaux. La bureaucratie impériale reconnaît ainsi la classe marchande comme son principal référent dans le gouvernement de Trieste, et cela au détriment de l’ancien patriciat local relégué aux marges de la vie sociale et économique de la ville4.

  • 5 D. Andreozzi, “Gli “urti necessari”. Dalla manifattura all’industria (1718-1914)”, in R. Finzi, L. (...)

6Cependant, il ne s’agit pas d’un événement qui met fin à l’arrivée de nouveaux immigrants, pas plus qu’il ne signifie la stabilisation définitive du corps marchand. Les départs ne cessent pas, même s’ils sont moins nombreux qu’auparavant, et peuvent augmenter durant les années de crise économique. C’est notamment le cas dans les années 1764 et 1765 qui enregistrent un nombre si important de faillites de maisons de commerce et de manufactures que l’on craint un écroulement de la place. Le turn-over des maisons de commerce, même s’il reste largement en faveur de Trieste, est important et les fuites nocturnes avec femmes, enfants, mobiliers et dernières richesses, sont encore fréquentes5.

7Le contexte triestin demeure donc fluide, tout comme la composition du corps marchand. Il convient cependant de ne pas définir l’environnement de Trieste seulement à partir de l’activité des « hommes nouveaux », de la mobilité des acteurs et des continuelles recompositions sociales. Il existe d’autres facteurs tout aussi constitutifs de la configuration triestine et de sa spécificité. En effet, Trieste manque d’une stratification et d’une sédimentation des relations de connaissance, de parenté et d’affaires antérieures. De solides hiérarchies et un ancrage ancien de richesses étaient également absents. À ce titre, les signes matériels de cette sédimentation sont absents pour la ville, comme par exemple des palais appartenant à des marchands. Pendant des décennies, il n’exista pas non plus d’espaces dans lesquels cette superposition progressive pouvait se construire et se lire.

8Espaces et symboles se construisent graduellement selon un processus qui s’étale tout au long du XVIIIsiècle. Le nombre des habitations de marchands augmente progressivement, tout comme leur dimension et leur symbolique. Vers la fin du siècle elles deviennent de véritables palais. Les espaces urbains témoignent également que la nouvelle classe marchande et des espaces de sociabilité prennent formes.

9Cependant, cette stratification tout comme la concrétisation des relations personnelles, restèrent longtemps faibles et instables. Ces relations se basaient en effet sur un ancrage provisoire et étaient liées à des éléments matériels limités. Certes, les dimensions réduites de la cité tout comme le faible nombre de protagonistes permettent de faire la connaissance approfondie de chacun, mais il manque assurément une accumulation « générationnelle » de connaissance et un système relationnel partagé.

10Cette accumulation et ces garanties se situaient plutôt en dehors de Trieste, au sein des réseaux propres aux relations maritimes et dans les cités d’origine des membres du corps marchand. C’est également pour ces raisons que les nations, entendues dans le sens de communautés ethnico-religieuses (Grecs et Juifs notamment) et qui étaient en étroite connexion avec le corps marchand, furent un élément fondateur du système socio-économique triestin.

11L’ensemble de ces processus peut laisser penser que Trieste constitue un cas unique qui ne peut être comparable à d’autres cités ; mais également sembler insolite et marginal en ce qui concerne les questions liées à la respectabilité marchande.

  • 6 Concernant le développement du marché des assurances à Trieste : L. Panariti, “Assicurazioni e banc (...)

12Toutefois, la très forte croissance du XVIIIsiècle témoigne au contraire de la capacité du port à émerger au sein de systèmes économiques et commerciaux dominés par l’honneur, la réputation et la confiance. On en trouve une confirmation dans le rôle central que joue rapidement Trieste dans le champ des assurances maritimes6.

13Cette capacité des marchands triestins à s’intégrer à la concurrence dans de vastes circuits économiques témoigne de l’importance du lien avec l’extérieur et des mécanismes de construction/concession de la respectabilité et de la confiance.

14Or, force est de constater qu’à Trieste ces deux éléments ne peuvent s’acquérir par le respect des normes émanant de l’État. Il s’agit donc de repérer les logiques de la construction/concession de la respectabilité dans les pratiques mises en œuvre par les marchands et notamment dans le rapport entre les pratiques et leurs résultats (ou fonctions). Le risque est cependant de se perdre dans un monde imprévisible et sans règles précises, et de lister simplement les diverses infractions aux fondements de la respectabilité et diverses notions de respectabilité qui sont construites et revendiquées de différentes manières. Pour minimiser cet écueil, et suivre une grille de lecture claire, il a été choisi de restituer de brefs épisodes de la vie des protagonistes au cours d’événements se déroulant à Trieste ; ces « instantanés » doivent permettre de mieux saisir les possibles stratégies mises en place et par là d’en proposer une interprétation.

15À ces fins, nous allons dans un premier temps nous pencher sur deux des principaux acteurs de la croissance économique triestine : Fortunato Cervelli et Pasquale Ricci. Leurs carrières respectives sont particulièrement significatives par le rôle qu’ils assument localement mais également du fait de leur constante interaction avec les appareils d’État.

  • 7 Concernant Fortunato Cervelli : A. Caracciolo, Fortunato Cervelli ferrarese « neofita » e la politi (...)

16Fortunato Cervelli7, originaire de Ferrara, est un homme d’affaire polyvalent : il est à la fois un intrigant, financier, propriétaire terrien et collaborateur de la bureaucratie impériale à laquelle il appartient également. Il débute cependant sa carrière à l’embouchure du Pô. En effet, c’est à partir de ce lieu stratégique, et probablement grâce à son implication dans l’approvisionnement militaire, qu’il se familiarise avec les mécanismes des trafics adriatiques et qu’il s’insère dans ces derniers. Cervelli jette alors les bases de sa stratégie qui privilégie les relations avec les autorités impériales et avec les autres États de la façade adriatique ainsi que le contrôle des bureaux de douanes. Cervelli établit ainsi un maillage complexe de projets commerciaux et de réseaux d’affaires. Il en était le protagoniste soit en tant qu’entrepreneur privé, soit comme sociétaire de compagnies commerciales aux contours flous, soit en tant que représentant et conseiller de l’Empereur, ou enfin en qualité de plénipotentiaire pour le commerce au nom des Habsbourg. C’est dans ce contexte, vers les années 1730, que les projets de Fortunato Cervelli sont choisis par Charles VI afin de développer Trieste. En réalité, loin de correspondre aux intérêts de l’Empereur, ces projets dissimulent les objectifs des réseaux auxquels appartient le négociant. L’accomplissement de ces derniers allait se faire par son intermédiaire dans le cadre d’un confus mélange entre activités marchandes et financières, en utilisant à des fins personnelles, les ressources de l’État, la diplomatie, la corruption, la contrebande et tous types de délits et de violence allant jusqu’à l’homicide.

  • 8 Concernant Pasquale Ricci : M. G. Biagi, Giuseppe Pasquale Ricci. Funzionario imperiale a Trieste ( (...)
  • 9 La formule est la suivante « …uomo astuto ed aquila in interesse, versato e sempre trincerato nei c (...)

17Pasquale Ricci est lui Livournais et membre d’une famille négociante. Arrivé à Trieste en 1749 ou 1750, il devient rapidement un des principaux représentants de la bureaucratie des Habsbourg à Trieste8. Il épouse Marianna Grossel, orpheline de l’un des plus importants négociants de la place entretenant des liens solides avec le corps marchand local. Pasquale Ricci, en cachant sa participation, a également un rôle actif dans de nombreux projets commerciaux qui bien souvent débordent le cadre légal des normes étatiques. Il met surtout son influence et le rôle qui est le sien à l’intérieur des institutions au service des marchands avec lesquels il est en affaire. De fait, Pasquale Ricci leur permet de s’emparer et d’utiliser les ressources en provenance de Vienne, détournant l’action de l’État en fonction de leurs propres intérêts et intervenant sur les flux d’informations entre la capitale et la cité. Pasquale Ricci est donc impliqué dans des litiges et dans des opérations commerciales et financières douteuses, dont les contours sont flous et complexes, tant et si bien qu’un auteur anonyme, signant du nom de l’antitribunalista, rédigea un texte dans les années 1760 décrivant le fonctionnaire impérial comme un homme astucieux et intéressé, toujours prompt à chercher les moyens de s’enrichir sur le dos des autres9.

18Si l’action de Fortunato Cervelli et de Pasquale Ricci se place dans un contexte d’étroites relations avec les institutions, leurs stratégies ne peuvent pas être analysées uniquement sous l’angle des infractions aux normes émanant de l’État. D’abord parce qu'une partie de leurs comportements illégaux a pour objectif de lutter contre la concurrence des autres négociants. Surtout, si l’on considère que l’appropriation des ressources mises à disposition par l’État est un moyen de réduire l’incertitude économique et constitue un gage de succès dans la compétition marchande, tout comportement qui élude ou s’affranchit de ces normes et déséquilibre l’accès à ces ressources est constitutif de la compétition entre marchands et de la garantie de l’application des contrats.

19À ce titre, la respectabilité de Fortunato Cervelli et de Pasquale Ricci, qui sortent vainqueurs de cette compétition, fut sauve et continua justement à être reconnue par l’État – ils terminent tous deux leur carrière comme Nobles de l’Empire – mais également dans les circuits marchands et sur la place de Trieste.

20Cependant, même lorsque l’action d’un marchand dépasse la dimension d’une concurrence avec un adversaire direct et qu’il entre en conflit avec des intérêts plus vastes, les effets sur son honneur ne sont ni acquis ni déterminés.

  • 10 G. Braun, I diari di Antonio Scussa, 1732 - 38, vol. I, Trieste, Lloyd, 1929-1930, p. 40‑41.
  • 11 Concernant son rôle d’arbitre et d’intermédiaire : Archivio di Stato di Trieste (par la suite AST), (...)
  • 12 Archivio di Stato di Venezia (par la suite ASV), Cinque savi alla mercanzia (Savi), 752, 28 novembr (...)
  • 13 AST, IC, 368, 1772 et Giuseppe Mainati, Croniche ossia memorie storiche profane di Trieste, vol. V, (...)

21Le cas de Giacomo Balletti est emblématique. Originaire de Ferrare et arrivé à Trieste à la fin des années 1720, Giacomo Balletti est étroitement lié à Fortunato Cervelli dont il est un temps le collaborateur10. En 1733, il connaît une période difficile et ne peut rembourser une somme importante issue de deux changes. Il doit donc abandonner Trieste et laisser des dettes et des doutes sur son retour dans la cité. Contre toute attente, il revient cependant dans le port, réussit à résoudre ses problèmes financiers, et devient par la suite un des plus importants marchands de Trieste. Sa participation à la Députation de la bourse du commerce, où il occupe les plus importantes fonctions, tout comme ses rapports avec les autorités impériales et son rôle d’entremetteur sont autant de témoignages de la considération dont il jouit alors11. Sa position ne l’empêche pourtant pas de collaborer avec la République de Venise qui cherche à bloquer le développement du port rival que devient Trieste. S’ils avaient été découverts, ces agissements auraient été considérés comme « déshonorants » du point de vue impérial. Parallèlement, les autorités vénitiennes le qualifient au contraire de « dignissime négociant » et lui font bénéficier d’un traitement de faveur dans ses trafics, en tolérant par exemple la contrebande de fusils qu’il pratique12. Le fait qu’il fournisse à Venise des informations qui permettent de mener une politique anti-triestine – notamment en donnant le nom des marchands vénitiens qui commercent avec Trieste en infraction avec les règles de la République – pénalise tous les marchands du port et l’économie locale. Si Giacomo Balletti réussit apparemment à cacher ses agissements, l’estime dont il jouissait à Trieste ne le met pas à l’abri des soupçons. Par exemple, en 1772, une simple visite à ses parents à Ferrare, qui l’oblige à quitter Trieste momentanément, agite marchands et autorités triestines. En effet, on craint qu’il ne s’agisse d’une fuite suite à des dettes ou autres problèmes financiers. Cette année-là, Giacomo Balletti participait à la construction d’une chapelle pour « l’invocation de l’apôtre Saint-Jacques »13.

  • 14 D. Andreozzi, Tra centro e periferia…, op. cit., p. 140-141.

22Toutefois la place de Trieste est également en capacité d’élaborer ses propres stratégies de défense. Par exemple, dans les années 1760, Tommaso Cumar, entrepreneur originaire de Gorizia (au nord de Trieste), chercha à établir une manufacture de cartes à jouer avec l’aide d’un prête-nom, Raffaele Marsiglio, lésant les intérêts de nombreux individus habitant depuis longtemps à Trieste. Il s’ensuivit un long conflit au cours duquel ce qui était mis en discussion, c’était la respectabilité des deux individus accusés à la fois de pratiques illégales et de ne pas disposer de savoirs suffisants pour une production de qualité, mettant ainsi en danger la réputation de la cité14.

Contexte normatif

23À Trieste, les retombées liées aux pratiques de la respectabilité dépendent des ressources des individus (capacités personnelles, capital social, pouvoir et richesse), et du rôle que ces derniers jouent dans la hiérarchie des réseaux locaux et internationaux. La respectabilité des marchands est alors continuellement négociée, construite, observée et jugée.

  • 15 D. Andreozzi, « Croissance et économie… », art. cit., p. 173-187.

24Les stratégies s’insèrent dans différents espaces avec de multiples recoupements : ceux entre normes et pratiques et entre privé et public ; ceux de la concurrence entre les États et de la compétition entre les individus. Cette configuration se concrétise au sein de contextes normatifs complexes. Ces derniers, qui se caractérisent par leur enchevêtrement, possédent également leurs propres codes en matière de fraude et de sanctions : il s’agit de ceux de l’État, des marchands, des communautés, de la famille, de la nation, de Trieste, etc... c’est au sein de ces contextes et dans leurs relations que les acteurs du commerce (non seulement les marchands mais également les marins, officiers et financiers…) construisent des stratégies multiples dans un jeu d’affiliation/désobéissance/obéissance15. Si un marchand peut donner sa préférence à l’un de ces contextes, il doit obligatoirement tenir compte des autres. En effet, les contextes normatifs s’influencent mutuellement et il est possible d’utiliser les ressources de l’un dans un autre.

  • 16 ASV, Savi 7/a.c, 22 agosto1720.

25C’est le cas de Giovanni Colombo, marchand vénitien qui dut fuir Venise à cause de ses dettes, et qui chercha par la suite à reconstruire sa respectabilité. À ces fins, il collabore avec la compagnie orientale, une compagnie impériale à privilège sur laquelle Charles VI comptait pour développer Trieste dans les années 1720. Colombo, qui de cette manière peut faire son retour dans les circuits commerciaux, obtient de l’Empereur la charge de conseiller du commerce et reconstitue ainsi son patrimoine grâce à cette activité16. Comme lui, plusieurs protagonistes de la vie économique de Trieste originaires de Venise s’installent dans le port pour reconstruire leur réputation et leur honneur, grâce à leur collaboration avec l’Empire qui les accueille bien volontiers eu égard les savoirs et compétences dont disposent ces sujets vénitiens. Il est ici inutile de multiplier les exemples tant de nombreux parcours sont similaires. Ils occasionnent également diverses tractations avec les autorités vénitiennes pour vérifier si les conditions sont réunies pour un retour ; c’est-à-dire des garanties sur le plan économique, sur le plan juridique et sur celui de la respectabilité.

26De toute évidence, les relations entre les différents contextes normatifs étaient assurément complexes et protéiformes.

27Nous en avons un exemple avec Pietro Cornioli. Il est un des premiers marchands grecs orthodoxes arrivés à Trieste. En provenance de Chypre et de nationalité ottomane, il assume rapidement un rôle de premier plan, étant accompagné d’une réputation de marchand solide car régulièrement destinataire de bâtiments en provenance d’Albanie chargés pour son compte d’huile, de céréales, de raisin, de textile et d’autres marchandises.

28Il acquiert alors beaucoup de prestige auprès de la cour de Vienne et obtient le droit d’arborer le pavillon impérial sur ses bâtiments. Ce geste est loin d’être anodin car il lui permet de jouir à la fois des prérogatives des marchands ottomans et de celles du pavillon impérial. Pietro Cornioli occupe alors une position privilégiée dans les trafics maritimes de la cité et apparaît comme le principal négociant grec de Trieste. De fait, profitant de l’appui de Vienne, il joue un rôle local prépondérant au sein de sa nation car il est en effet le principal protagoniste dans la construction de la première église grecque orthodoxe de Trieste. Mais vers les années 1750, sa position commence à vaciller. C’est d’abord sa manufacture de bougies implantée dans la cité qui est sur le point de faire faillite, puis ce sont les circuits commerciaux dans lesquels il évolue qui se fissurent peu à peu. Ce sont enfin les difficultés commerciales d’un correspondant à Vienne qui se répercutent sur son activité – un change qu’on ne peut rembourser – et les plaintes de créditeurs qui commencent à entamer sa respectabilité et sa crédibilité.

29Ces faiblesses laissent également entrevoir pour la première fois la réalité de sa stratégie et de son commerce. Pietro Cornioli n’investit en fait aucun capitaux propres dans ses trafics et sert surtout de correspondant pour d’autres marchands comme par exemple un Juif du Levant, des Grecs-ottomans, des négociants impériaux.

30Cornioli utilisait ses privilèges pour l’importation à Trieste des marchandises d’autres négociantes ottomans et armer leurs bâtiments. Ainsi, ces derniers pouvaient contourner la loi et éviter le paiement des droits. Il fit de même avec les négociants non-ottomans si cela était plus profitable au niveau de la législation.

31Ce qui mit surtout en péril la « solidité marchande » de Pietro Cornioli, ce furent les dénonciations envoyées à Vienne par le consul impérial de Constantinople. Il s’agit de plaintes qui proviennent probablement de l’univers des trafics et qui concernent l’utilisation de pavillons et patentes. Ces accusations se placent à l’intérieur d’un autre contexte normatif, celui de l’État, et menacent de supprimer les ressources sur lesquelles Cornioli avait construit sa réputation. Vienne ordonne alors l’arrestation de Cornioli. Mais le négociant, préalablement averti du danger, se rendit dans la capitale afin de négocier avec la Cour et ses ministres, et chercha protections et appuis par l’intermédiaire de généreux présents.

  • 17 ASV, Inquisitori di stato, 618, 6 ottobre e 9 novembre 1753 e 19 gennaio e 6 giugno 1754.

32Mais entretemps, la crise autour de la respectabilité de Cornioli s’était étendue au contexte normatif « communautaire ». Le négociant était accusé d’utiliser les fonds destinés à la construction de l’église pour satisfaire ses créditeurs. Ces allégations concernent tout particulièrement l’utilisation d’un prêt concédé par l’Impératrice Marie-Thérèse par l’entremise de Pietro Cornioli et qui devait servir à financer l’édifice religieux, mais également les aumônes récoltées auprès des marins et marchands qui transitaient par Trieste. C’est pour ces raisons que l’on changea la serrure de la caisse contenant les dons17. Il est possible de multiplier ce type d’exemple concernant les différents contextes normatifs.

  • 18 AST, IC, 863, 1746.

33C’est le cas du marchand Paolo Tribuzzi qui décède en 1740 en laissant une femme et des enfants mineurs. Il avait désigné comme exécuteur testamentaire un proche, Francesco Brandolino, chanoine de la cathédrale de Trieste. Suite à la mort de Paolo un interminable litige naît entre la veuve, qui représente ses enfants, et le chanoine qui aurait favorisé Federico Lochman, le directeur du négoce des Tribuzzi qui se déclare lui évangéliste. Elle accuse en effet les deux personnages d’avoir intrigué lors de l’inventaire des biens du défunt et volé une partie de l’héritage de ses enfants, perturbant ainsi la bonne marche du négoce depuis près de huit années à cause de cette affaire. La veuve est d’autant plus atterrée qu’il s’agit d’un catholique (le chanoine) qui a agi de la sorte, qui plus est en faveur d’un luthérien et contre les intérêts de pupilles innocents. Quoiqu’il en soit, Lochman était l’un des négociants les plus estimés de la bourse du commerce18.

34D’autre part, si le contexte familial et les liens d’amitié sont loin d’être à l’abri de tensions, c’est également le cas des relations entre négociants.

  • 19 AST, IC, 450 e 451 e 584, 25 maggio 1757.
  • 20 AST, IC, 583, 21 agosto 1756.

35Les marchands des Pouilles qui font commerce de l’huile avec Trieste accusèrent par exemple les négociants triestins de pratiquer une concurrence déloyale. Selon eux, ils bénéficiaient de l’appui des fonctionnaires du port chargés des opérations de déchargement et coupables d’augmenter les délais et donc les coûts des acheminements, afin de donner la priorité aux débarquements des locaux19. Entre-temps, les marchands ottomans impliqués dans les mêmes types de trafics cherchent eux à empêcher que Costantino Georgi, un de leurs co-nationaux, obtienne la possibilité de contrôler les éventuelles fraudes dans leurs échanges car il serait un homme trouble, violent, querelleur et ayant le vice du jeu20.

36Dans les années 1750, une des principales maisons de commerce à Trieste est touchée par la faillite d’un de ses agents à Buda, Bernardo Cutica. Il s’agit de la « Brentano Cimaroli et Venino », du nom des fondateurs ; une société d’origine génoise avec d’autres filiales à Livourne et à Amsterdam et venue s’implanter à Trieste sur demande de l’Impératrice et surtout pour jouir de nombreux privilèges. Bernardo Cutica est un représentant de longue date qui a débuté comme apprenti chez Brentano Cimaroli e Venino, ces deux derniers ayant avec lui d’étroits liens d’amitié, de confiance et de fidélité. Au début de l’affaire, la maison de commerce défend son agent qu’elle présente comme un homme honnête et sincère. Mais elle change rapidement de discours. Accusé d’être déloyal, Bernardo Cutica est également soupçonné de malversation dommageable aux intérêts de la maison de commerce qui s’engage alors dans un procès complexe. Puis, dans les années 1760, Brentano Cimaroli e Venino se retrouve suite à d’hasardeuses spéculations financières au cœur de nouvelles complications. Il s’agit alors d’une affaire concernant des trafics céréaliers avec le Royaume de Naples et qui se termine devant le tribunal de Londres.

  • 21 L. Panariti, « La fraude de Bernardo Cutica, agent par nécessité et négociant par aspiration dans l (...)

37Pour défendre leur respectabilité, les deux négociants font alors appel à l’Impératrice en évoquant les services rendus en faveur de la place de Trieste. Entre-temps, Brentano Cimaroli avait obtenu le titre de noble en raison de son intégration dans le patriciat de Trieste. Mais, eu égard son parcours et son comportement désinvolte, Vienne manifesta son mécontentement et ouvrit une enquête. La filiale triestine cessa donc, à la même époque, toute activité après avoir été une des principales sociétés qui finança la première compagnie d’assurance de la place21.

38Nous nous arrêtons ici. Les changes non réglés, les accords non respectés, les sociétés en faillite et celles qui prennent fin pour cause de désaccord entre les sociétaires, avec des accusations réciproques, ainsi que les litiges, les tromperies et les fraudes sont des expériences marchandes qui font partie du quotidien de Trieste. Les différents documents consultés témoignent de cette intense « litigiosité ». Il s’agit de sources qui ont enregistré la défaillance des contrats et, du moins en apparence, qui pointent par là les mécanismes de la respectabilité et de la confiance. Elles témoignent également d’une tentative d'en renforcer les critères, d’en définir les contours, d’en cristalliser les contenus, et d’évaluer les résultats des litiges. Ces documents, compte-tenu de ces contextes, ne sont pas toutefois totalement fiables.

  • 22 AST, N, Gabiatti, cc. 469, 504, 562 e 565,17 aprile, 16 luglio e 29 agosto e s.d.

39En 1748, le capitaine de Raguse Giovanni Zuasich et le marchand grec-ottoman Dimitri Manoli concluent un contrat d’affrètement à Smyrne (Izmir). Il s’agit d’effectuer à La Canée un chargement d’huile sur la polacre de Giovanni Zuasich pour ensuite l’acheminer à Venise. Après plusieurs litiges, retards et difficultés, la polacre ne se rend pas à destination et accoste à Trieste et sur place, le capitaine et le marchand ont alors recours à l’arbitrage de quelques négociants triestins, parmi lesquels Giacomo Balletti. Le litige porte essentiellement sur l’état de l’embarcation et sur sa capacité à faire face à la mer. Les arbitres écoutent alors les deux témoignages et s’appuient également sur les documents qui ont jalonné la navigation. C’est d’abord le contrat de nolis certifié à la chancellerie du consulat hollandais d’Izmir et la déclaration du consul, Daniel Alessandro de Hochepried. Ce dernier, comte, baron et notable du Royaume de Hongrie, affirme que son chancelier a « une bonne réputation et une bonne renommée », tout comme ses écritures. Puis, c’est l’examen de l’embarcation demandé par Dimitri Manoli et ordonné par le consul de Raguse en poste à La Canée, document certifié par le serment de deux experts. Si ces derniers avaient déclaré que l’embarcation était bonne pour la mer, Dimitri Manoli affirmait que c’était faux et qu’ils avaient menti car les experts ne s’étaient jamais rendus à bord22.

40Ce type d’affaire se complique également à cause d’une caractéristique « structurelle » de la place triestine : la discrétion. Les sociétés commerciales et le rôle des marchands restent en partie obscurs. Il ne s’agit pas ici des comportements individuels des acteurs du commerce et de leurs pratiques. L’attention doit être portée sur la composition des sociétés commerciales (caractérisée par la présence de membres et de financiers occultes, de prête-nom, et par des structures d’entreprises opaques et parfois méconnaissables sinon inconnues) et sur l’identité des marchands qui jouent discrètement des rôles différents : propriétaires, membres, agents.

41Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les pratiques secrètes sont défendues et théorisées par le corps marchand de Trieste comme un élément consubstantiel des structures et des stratégies qui garantissent le succès économique.

  • 23 AST, IC, 587, 25 e 26 gennaio 1758.
  • 24 ASV, Savi 757, 3 marzo 1781.

42« Le secret est l’âme du commerce », tout spécialement dans la correspondance avec les places étrangères. Faire connaître son patrimoine exact, la condition marchande, et révéler si les marchandises sont pour son propre compte, celui d’amis ou de correspondants serait préjudiciable au commerce. C’est pour ces raisons que le secret sur ses propres affaires et celles de ses correspondants est un élément fondateur de la pratique négociante et de la place de Trieste. En fait, les marchands actifs dans la cité et efficaces dans leur entremise économique sont considérés comme opulents et importants alors qu’ils n’ont aucun capital et patrimoine et qu’ils négocient au nom des autres23. Si cet « effet de levier » rudimentaire fait la force et la vitalité d’une place structurellement dépourvue de capitaux, il fait en même temps sa faiblesse lors des crises. C’est le cas en 1781. Cette année-là, une série de faillites provoqua la perte de près d’un demi-million de florins et se répercuta sur un entrelacement financier de 16 millions, dont seulement deux étaient effectifs, le reste étant des crédits en attente24.

43Quoiqu’il en soit le « secret », comme les résultats des pratiques marchandes et des stratégies, affranchit la respectabilité d’un lien direct (pour ne pas dire simpliste) avec le patrimoine matériel et les comportements.

44Dans le cadre de circuits commerciaux dominés par la confiance, pour être respectable, il suffit d’être crédible. Cela ne signifie cependant pas que les bases matérielles et les comportements ne sont pas importants ; au contraire, c’est à partir de ces éléments que nous pouvons centrer notre attention sur les multiples aspects d’une respectabilité qui se construit finalement au-delà de liens directs qui ne sont pas nécessaires. Ainsi, nous pouvons également surmonter l’apparente contradiction entre les pratiques du secret et la circulation des informations. En fait, chercher à maintenir le secret sur ses propres affaires s’associe à la recherche des informations et sont deux aspects de la même stratégie.

  • 25 C. Kingston, “Marine Insurance in Britain and America, 1720-1844 : A Comparative Institutional Anal (...)

45Avoir à disposition des informations marchandes, les manipuler ou les cacher sont des éléments qui permettent de construire, de concéder ou d’élaborer de la confiance et participent donc à l’évaluation du degré de respectabilité ou d’influence. Ces pratiques ont été mises en œuvre par chacun, au moyen d’une observation constante et attentive des comportements, dans les espaces des trafics et du commerce, dans les locaux de la Bourse du commerce, au lazaret, à la Caffetteria des Grecs, sur les quais du port, sur les routes du commerce et dans les autres lieux de sociabilité. Le développement de Trieste lié au champ de l’information est fondé sur la capacité de contrôler la circulation des nouvelles25.

Echanges et incertitudes

  • 26 B. Salvemini, “Negli spazi mediterranei…”, art. cit., p. 50-51.

46Le contexte économique et social de Trieste était caractérisé par l’importance de la respectabilité et de la confiance. La cité était une scène qui voyait naître les contradictions entre les intérêts individuels et collectifs, entre l’avidité et les différentes formes que pouvait revêtir l’éthique en fonction des différents contextes26.

  • 27 A. Greif, Institutions and the path of the modern economy : Lessons from medieval trade, Cambridge, (...)

47Nous courrons ici le risque de tirer une conclusion hâtive quant aux mécanismes de rupture normative qui trouveraient leur explication dans la commodité qu’il y a à suivre ou non ces normes, le risque encouru ou bien encore le bagage culturel27. Risque et commodité qui sont d’ailleurs très fluctuants eu égard la conjoncture. Peut-on alors tirer de l’ensemble de ces situations et tensions une grille de lecture ou quelques éléments de définition ?

48La concurrence entre les pouvoirs et entre les acteurs du commerce paraît être un élément propre à discipliner et limiter les manipulations et les contradictions. Cette concurrence est modelée par des comportements et des ressources matérielles et immatérielles qui dessinent un équilibre certes instable mais qui, au-delà des destins individuels, permet de repérer certaines continuités. Au sein de cet équilibre, les protagonistes construisaient leurs stratégies en fonction de leurs ressources et de leur position, et en testaient constamment les limites.

49À Trieste, la respectabilité revêt plusieurs fonctions toutes liées entre elles. C’est d’abord l’espace de concurrence entre les marchands. Mais c’est également une ressource disputée et un instrument construit et utilisé pour cette concurrence. De plus, la respectabilité est un objectif à atteindre et la réalisation de cet objectif va également dépendre des résultats de cette même concurrence. L’ensemble de ces processus se déroulent dans des contextes à la fois séparés, superposés et interdépendants : la respectabilité du commerce au niveau de l’État et de l’économie, la respectabilité de la place dans le commerce, la respectabilité du marchand dans Trieste et les réseaux marchands.

  • 28 J.-Y. Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin (...)
  • 29 E. Grendi, “Micro-analisi e storia social”, Quaderni storici, 1977, 35, p. 512 et C. Ginzgburg, Mit (...)

50Cette lecture de la respectabilité apparaît peu stable dans le contexte d’une économie définie comme un monde de l’échange et de l’incertitude28. Pour aborder cette question, un exemple ou, selon l’expression d’Edoardo Grendi, une eccezionale normale, offre un autre point de vue29.

  • 30 AST, Cesareo Regio Governo, 1785.
  • 31 Il a été envisagé que les liens de ces deux personnages avec de nombreux acteurs locaux pouvaient i (...)

51Si le 28 juin 1786 Giuseppe Pasquali n’est pas exécuté, il est tout de même frappé d’infamie et condamné à une peine loin d’être enviable. Il s’agit de travaux forcés au sein de Trieste pendant deux années et, une fois par an, il recevra 15 coups de bâtons. À la fin de sa peine il sera exposé à la vue de tous dans un endroit de forte affluence pendant trois jours affublé d’une pancarte où il sera écrit en lettres majuscules « De Trieste et de tous les autres États héréditaires pour toujours est banni l’escroc, perfide, voleur et parjure capitaine de navire »30. La trajectoire qui a conduit Giuseppe Pasquali à cette condamnation débute l’année précédente. Résidant à Trieste mais natif de Selva (Silba) en Dalmatie vénitienne, Pasquali est alors âgé de 22 ans, marié et des enfants à charge. En janvier 1785, il se prépare à faire son premier voyage en Méditerranée au commandement du trabaccolo de son père. Cette navigation a pour origine un contrat de nolis stipulé avec Elia Attalà, marchand arménien d’Acre alors sous domination ottomane, pour transporter des marchandises à Alexandrie en Égypte. En outre, Giuseppe Pasquali a embarqué quelques caisses qu’une maison de commerce de Trieste lui a remises pour le compte de Pasquale Stefani, drogman du ministre d’Espagne à Constantinople. Sur le point de mettre à la voile, il est approché à la Caffetteria des Grecs, située à proximité du port, par Pietro Benovich et le capitaine Andrea Bilafer, tous deux originaires des Bouches du Kotor (Boka Kotorska) au sud de Raguse alors sous domination vénitienne. Ces deux hommes sont connus dans la cité et en lien avec Elia Attalà31. Les deux personnages parviennent à le convaincre de faire une fausse police de chargement mentionnant l’embarquement fictif d’une caisse qui devait être consignée au Pacha de Saint-Jean d’Acre pour le compte d’Andrea Bilafer. Celle-ci devait« contenir » 2000 florins d’argent et des pierres précieuses. Il devait ensuite se rendre à Venise pour faire assurer son chargement (y compris la caisse fictive) grâce à la fausse police de chargement, puis vendre les marchandises déjà chargées, et enfin simuler un naufrage et empocher le règlement de l’assurance. Le plan fut mis à exécution. Pietro Benovich est embarqué comme subrécargue et l’embarcation assurée pour 1500 ducats. Les deux acolytes de Pasquali, grâce à leur réseau, débarquèrent les marchandises et les vendirent. Une fois le navire arrivé près de Rhodes, on simula de nuit une fortune de mer et l’équipage rejoignit le rivage à bord d’une chaloupe. Sur place, Giuseppe Pasquali constata qu’il n’y avait pas de consul des Vénitiens et se tourna alors vers celui des Français pour témoigner sous serment de la fortune de mer tout comme son équipage. Puis il retourna à Trieste grâce à un marchand de passage qui lui permit de rejoindre la cité.

  • 32 AST, Cesareo Regio Governo, 1785.

52Immédiatement Attalà s’employa à reconstituer les dommages subis et à clarifier ce qui s’était passé. Dès son séjour au lazaret de Trieste, le comportement de Giuseppe Pasquali souleva bien des interrogations eu égard aux contradictions de son histoire, ce qui conduisit à son arrestation et au procès. Il est vraisemblable toutefois de supposer que ce sont surtout les colportages à travers les réseaux marchands qui ont confondu Pasquali. En effet, deux témoignages sont fondamentaux et contribuent à éveiller les soupçons : c’est d’abord celui d’Agmed Agà, marchand musulman originaire de Candie, qui raconte avoir rencontré à Trieste deux marchands grecs l’ayant informé qu’il y avait à l’île de Syros un trabaccolo arborant le pavillon de Venise qui vendait à bon prix des marchandises semblables à celles qu’Elia Attalà avait chargées. C’est ensuite Sivi Bengiad, négociant juif qui a ramené Giuseppe Pasquali jusqu’à Trieste, et qui affirme avoir entendu et remarqué pendant la quarantaine dans le lazaret des paroles et un comportement suspects. Suite à ces deux témoignages, le jeune capitaine avoue son forfait. Lors de la sentence qui dénombre les fautes et les circonstances aggravantes, il est précisé que ce vol avait porté atteinte à la réputation du transport maritime, causé des dommages et jeté le discrédit sur le commerce32.

53Ce qui importe ici, c’est de remarquer la dureté et la rapidité de la sanction des autorités qui semble marquer une rupture par rapport à ce qui se passe en général concernant les pratiques illégales et potentiellement déshonorantes que nous avons décrites précédemment. Ce cas précis semble manifestement sortir du cadre habituel de Trieste en la matière. Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’une telle « violence » institutionnelle peut être le résultat d’un facteur fondamental : Pasquali est sorti de « l’équilibre » que ses propres ressources et sa propre position dans la hiérarchie permettaient. Son comportement peut également être envisagé comme étant particulièrement subversif car il attaque directement les structures de pouvoir qui assurent, à la fois, le maintien des compromis sociaux dominants et du système juridique lié. Compromis et système qui commencent à mettre la propriété au cœur de leurs préoccupations. Certes, d’autres stratégies même si elles sont préjudiciables à la propriété marchande et rendent incertaines et arbitraires l’application des contrats ne remettent pas en question les fondements de la hiérarchie de la société.

54Il s’agit de lectures qui, si elles sont fondées, apparaissent toutefois insuffisantes.

55La confiance n’est pas seulement un élément central des réseaux marchands, qui comme nous l’avons vu n’évite pas les conflits. Elle n’est pas non plus propre aux relations et au commerce entre pairs, c’est-à-dire interne et spécifique à une classe marchande pacifiée.

  • 33 Les débats concernant cette thématique, et qui se sont concentrés sur les factions, les réseaux de (...)

56Elle fait également partie des relations verticales, elles-aussi non-exemptes de conflits, qui innervent les trafics : marchands locaux et internationaux, agents, correspondants, commis, écrivains, comptables, capitaines, marins, manœuvres, charretiers… Il s’agit d’un univers dense d’individus non contrôlables sur le plan technique (par exemple sur le plan de la communication), agissant sur des espaces plus ou moins lointains et sur un temps plus ou moins long. Les entrelacements qui les relient (liens amicaux ou familiaux, clientélisme, communauté, cadre national) et leurs contextes normatifs respectifs, sont riches de langages propres à renforcer la confiance et l’application des contrats. Parmi ces langages, ceux de la respectabilité et du serment ont une place particulièrement importante. La respectabilité est continuellement pesée, évaluée et surveillée dans l’enchevêtrement des informations qui circulent le long des réseaux marchands et dans les documents qui fixent l’application des normes et des contrats. La déclaration de la fortune de mer – une déclaration sous serment dans laquelle le capitaine, son équipage et les officiels qui accompagnent les marchandises décrivent les modalités et les causes du naufrage, mais également les pertes, les détériorations de tout ou partie du chargement, les retards et leur cause, les modifications aux instructions reçues – en est le parfait exemple. Cette déclaration est évaluée selon une cohérence interne et à la lumière du comportement des protagonistes, de leur réputation et des informations à disposition33.

  • 34 F. A. Yates, L’arte della memoria, Turin, Einaudi, 2007 ; O. Raggio, Faide e parentele. Lo Stato ge (...)
  • 35 A. Clemente, “Quando il reato non è “peccato” : il contrabbando nel Regno di Napoli tra conflitti d (...)

57Pour conclure, les possibilités de manipulation par les acteurs ont été limitées par les équilibres du système auquel ils appartenaient. Ils étaient obligés de respecter, au moins en partie, l’autonomie et le pouvoir de ces langages de respectabilité et de confiance. À l’image de « l’art de la mémoire » utilisé dans le cadre des affrontements entre factions pour construire des généalogies et des coalitions propres, à travers le choix de la mémoire ou l’oubli de certains morts, les narrations liées à la respectabilité se plaçaient dans des contextes cohérents d’imaginaire et de tradition choisis et construits selon le même processus34. Ce qu’il faut retenir, c’est que la perte de la respectabilité et le comportement déshonorant qui suivent quand ils sont découverts ou effectifs, sont marginalisés et se situent alors à l’extérieur des mécanismes normaux des circuits marchands. Ainsi, le comportement déshonorant n’est plus une option, mais une « maladie » dont il faut se prémunir. Or ces comportements étaient rendus possibles précisément à cause de l’absence de respectabilité. Par un jeu de miroir ils confirment que ces langages circulaient verticalement et horizontalement dans les circuits du commerce, pour rendre prévisibles les stratégies et garantir les hiérarchies35.

Haut de page

Notes

1 Concernant le cadre général de l’histoire de Trieste au XVIIIe siècle : R. Finzi, G. Panjek (dir.), Storia economica e sociale di Trieste, vol. I, La città dei gruppi, 1719-1918, Trieste, Edizioni Lint, 2001 ; R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia economica e sociale di Trieste, vol. II, La città dei traffici, 1719-1918, Trieste, Edizioni Lint, 2003 ; D. Andreozzi, C. Gatti (dir.), Trieste e l’Adriatico. Uomini, merci, conflitti, Trieste, EUT, 2005 ; D. Andreozzi, “Il peso delle parole. Linguaggi di esclusione e linguaggi di inclusione nella storia di Trieste”, in R. Scarciglia (dir.), Trieste multiculturale. Comunità e linguaggi di integrazione, Bologne, Il Mulino, 2011, p. 13-38. Concernant l’élaboration urbaine de Trieste : E. Godoli, Trieste, Bari, Laterza, 1984, p. 41-126 ; C. Visentini, “La crescita urbana”, in R. Finzi, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 239-251 et A. Panjek, “Chi costruì Trieste. Edilizia, infrastrutture, mercato immobiliare e servizi tra pubblico e privato (1719-1918)”, in R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 643-684. Concernant les dynamiques démographiques de la cité : M. Breschi, A. Kalc et E. Navarra, “La nascita di una città. Storia minima della popolazione di Trieste, secc. XVIII-XIX”, in R. Finzi, G. Panjek (dir.), Storia...op. cit., p. 69-237 et C. Gatti, “Numeri forse uomini. Riflessioni quantitative sulla Trieste di prima metà del Settecento”, in D. Andreozzi, C. Gatti (dir.), Trieste..., op. cit., p. 35-72. Sur la thématique de la sociabilité urbaine : M. Cattaruzza, “Tra logica cetuale e società borghese : il “Casino vecchio” di Trieste (1815-1876)”, Quaderni storici, 1991, 2, p. 419-450 ; M. Cattaruzza, “Cittadinanza e ceto mercantile a Trieste. 1749-1850”, in M. Cattaruzza (dir.), Trieste, Austria, Italia tra Settecento e Novecento. Studi in onore di Elio Apih, Udine, Del Bianco, 1996, p. 66-68 et D. Andreozzi, “L’organizzazione degli interessi a Trieste”, in R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 192-199.

2 Concernant cette thématique : A. Carrino et B. Salvemini, “Le intermittenze dell’onore mercantile. Narrazioni giuridiche e narrazioni diffuse intorno al ‘fallimento’ di Pierre Ravans (1830-1860)”, in B. Salvemini, A. Spagnoletti (dir.), Territori, poteri, rappresentazioni nell’Italia di età moderna. Studi in onore di Angelo Massafra, Bari, Edipuglia, 2012, p. 213‑250 ; B. Salvemini, “Etiche e pratiche mercantili nel “codice genetico dell’uomo occidentale” : un commento a Settimo non rubare di Paolo Prodi”, Storica, 2009, 43/45, p. 97-124 et B. Salvemini, “Negli spazi mediterranei della « decadenza ». Note su istruzioni, etiche e pratiche mercantili della tarda età moderna”, Storica, 2011, 51, p. 7-51 (notamment p. 30-46). La question de la respectabilité marchande, comme étant le produit du comportement vis-à-vis de l’application des contrats et le respect des normes, est connectée à la thématique de la vertu marchande. Sur ces questions : H. C. Clark, “Commerce, the virtues, and the Public Sphere in Early-Seventeeth.Century France”, French Historical Studies, 1998, 21, 3, p. 415-440 et M. C. Howell, Commerce before capitalism in Europe, 1300 - 1600, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 (notamment p. 281-295). Concernant le point de vue de l’auteur D. Andreozzi, « Croissance et économie licite, illicite et informelle à Trieste au XVIIIe siècle », in M. Figeac-Monthous, C. LastÉcouÈres (dir.), Territoires de l’illicite : ports et îles de la fraude au contrôle (XVIe-XXe s.), Paris, Armand Colin, 2012, p. 173-187.

3 Anonyme, Il mentore perfetto de’ negozianti, ovvero guida sicura de’ medesimi, tomo V, Trieste, Wage Fleis e Comp., 1797, p. 336-337.

4 Concernant la gouvernance de Trieste : C. Gatti, “Uomini e politiche nella Trieste del Settecento”, in R. Finzi, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 374-377. Sur la députation de la bourse du commerce : A. Fornasin, La Borsa e la Camera di Commercio di Trieste (1755 - 1914), in R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 143-189.

5 D. Andreozzi, “Gli “urti necessari”. Dalla manifattura all’industria (1718-1914)”, in R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 541-600.

6 Concernant le développement du marché des assurances à Trieste : L. Panariti, “Assicurazioni e banca. Il sistema finanziario triestino (secc. XVIII-XIX)”, in R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 369 -402. Sur le rôle des relations marchandes et des réputations : G. Saupin, « Introduction », in J.-P. Priotti et G. Saupin (dir.), Le commerce atlantique franco-espagnol. Acteurs, négoces et ports (XVe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2008, p. 23-27 ; S. Macaulay, “An empirical view of Contract”, Wisconsin Law Review, 1985, p. 465‑482 et J. Edwards, S. Ogilvie, “Contract enforcement, institutions, and social capital : the Maghribi traders reappraised”, The Economic History Review, 2012, 65, p. 421‑444.

7 Concernant Fortunato Cervelli : A. Caracciolo, Fortunato Cervelli ferrarese « neofita » e la politica commerciale dell’Impero, Milano, Giuffre, 1962 et A. Caracciolo, “Contrasti sulla fiera e il regime doganale a Trieste nel 1730”, Archivio veneto, 1962, 7, p. 55-63 ; D. Andreozzi, “Tra Trieste, Ancona, Venezia e Bologna. La canapa e il commercio nell’Adriatico del ‘700”, in D. Andreozzi, C. Gatti (dir.), Trieste..., op. cit., p. 158 et D. Andreozzi, ““Qual generatione di fiera si pensi di introdurre”. Spazi dei commerci e pratiche dei mercanti a Trieste e nel Litorale austriaco nei primi decenni del Settecento”, in D. Andreozzi, L. Panariti et C. Zaccaria (dir.), Acque, terre e spazi dei mercanti. Istituzioni, gerarchie e pratiche dello scambio dall’età antica alla modernità, Trieste, Editreg, 2009, p. 130-139.

8 Concernant Pasquale Ricci : M. G. Biagi, Giuseppe Pasquale Ricci. Funzionario imperiale a Trieste (1751 - 1791), Primi risultati di una ricerca, Pise, ETS, 1986 ; L. Panariti, “Assicurazione e banca. Il sistema finanziario triestino (secc. XVIII - XIX)”, in R. Finzi, L. Panariti, G. Panjek (dir.), Storia..., op. cit., p. 377-390 ; D. Andreozzi, “Tra centro e periferia. Pasquale Ricci e la Commissione sulle manifatture e fabbriche del Litorale (1763-1766)”, in D. Andreozzi et C. Gatti (dir.), Trieste…, op. cit., p. 123-151.

9 La formule est la suivante « …uomo astuto ed aquila in interesse, versato e sempre trincerato nei cavilli, che per unico fine tira[va] ad arricchirsi… » (Archivio diplomatico, Trieste, 5D2/3, 24 settembre 1764).

10 G. Braun, I diari di Antonio Scussa, 1732 - 38, vol. I, Trieste, Lloyd, 1929-1930, p. 40‑41.

11 Concernant son rôle d’arbitre et d’intermédiaire : Archivio di Stato di Trieste (par la suite AST), Notarile (N), Gabiatti, 27 maggio 1747 e 8 gennaio 1750 ; per la sua partecipazione alla Deputazione di Borsa, ad esempio, AST, Intendenza commerciale (IC), 233.

12 Archivio di Stato di Venezia (par la suite ASV), Cinque savi alla mercanzia (Savi), 752, 28 novembre 1761.

13 AST, IC, 368, 1772 et Giuseppe Mainati, Croniche ossia memorie storiche profane di Trieste, vol. V, Venise, Picotti, 1818, p. 316.

14 D. Andreozzi, Tra centro e periferia…, op. cit., p. 140-141.

15 D. Andreozzi, « Croissance et économie… », art. cit., p. 173-187.

16 ASV, Savi 7/a.c, 22 agosto1720.

17 ASV, Inquisitori di stato, 618, 6 ottobre e 9 novembre 1753 e 19 gennaio e 6 giugno 1754.

18 AST, IC, 863, 1746.

19 AST, IC, 450 e 451 e 584, 25 maggio 1757.

20 AST, IC, 583, 21 agosto 1756.

21 L. Panariti, « La fraude de Bernardo Cutica, agent par nécessité et négociant par aspiration dans la Trieste du XVIIIe siècle », Entreprises et histoire, 2012, 66, p. 37-46 et L. Panariti, “Assicurazione e banca…”, art. cit., p. 382. Sur la maison de commerce Brentano Cimaroli et Venino et son rayonnement international tout comme ses différentes activités : G. Felloni, Gli investimenti finanziari genovesi in Europa tra Seicento e la Restaurazione, Milan, Giuffre, 1971, p. 408-424.

22 AST, N, Gabiatti, cc. 469, 504, 562 e 565,17 aprile, 16 luglio e 29 agosto e s.d.

23 AST, IC, 587, 25 e 26 gennaio 1758.

24 ASV, Savi 757, 3 marzo 1781.

25 C. Kingston, “Marine Insurance in Britain and America, 1720-1844 : A Comparative Institutional Analysis”, Journal of Economic History, 2007, 67-2, p. 379-409. Concernant l’importance de l’information dans les choix marchands : B. Salvemini et W. Kaiser, “Informazioni e scelte economiche”, Quaderni Storici, 124, 2007 et F. Trivellato, The Familiarity of Strangers : The Sephardic Diaspora, Livorno and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven et Londres, Yale U.P., 2009.

26 B. Salvemini, “Negli spazi mediterranei…”, art. cit., p. 50-51.

27 A. Greif, Institutions and the path of the modern economy : Lessons from medieval trade, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

28 J.-Y. Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.

29 E. Grendi, “Micro-analisi e storia social”, Quaderni storici, 1977, 35, p. 512 et C. Ginzgburg, Miti, emblemi, spie, Turin, Einaudi, 2000.

30 AST, Cesareo Regio Governo, 1785.

31 Il a été envisagé que les liens de ces deux personnages avec de nombreux acteurs locaux pouvaient impliquer d’autres individus dans cette affaire et la complexifier, voire nous en cacher les réelles motivations.

32 AST, Cesareo Regio Governo, 1785.

33 Les débats concernant cette thématique, et qui se sont concentrés sur les factions, les réseaux de clientèle, les mouvements sociaux et les dynamiques politiques à l’époque moderne ont déjà fait l’objet d’une importante production scientifique dont nous nous limiterons à quelques citations : M. Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975 ; M. Godelier, Antropologia e marxismo, Rome, Editori riuniti, 1980 ; A. Melucci, L’invenzione del presente. Movimenti sociali nelle società complesse, Bologne, Il Mulino, 1991 ; G. Arrighi et F. Piselli, “Parentela, clientela e comunità”, in P. Bevilacqua et A. Placanica (dir.), Storia d’Italia. Le regioni dall’unità a oggi. La Calabria, Turin, Einaudi, 1985, p. 365-492 ; L. Graziano (dir.), Clientelismo e mutamento politico, Milan, Angeli, 1974 ; E. Evans- Pritchard, I Nuer : un’anarchia ordinata, Milan, Angeli, 1989 ; O. Raggio, Faide e parentele, Turin, Einaudi, 1990 ; O. Brunner, Terre e potere, Milan, Giuffré, 1983 ; C. Tilly, The Vendée, Cambridge, Harvard University Press, 1964 ; A. Pacini, “La tirannia delle fazioni e la repubblica dei ceti”, Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, 1992, 17, p. 57-119. Concernant le point de vue de l’auteur en plus de la bibliographie déjà citée : D. Andreozzi, Nascita di un disordine. Una famiglia signorile e una valle piacentina tra XV e XVI secolo, Milan, Unicopli, 1993 et “Rivolte e fazioni tra Quattro e Cinquecento : il caso del Friuli. Un contributo”, Metodi e ricerche, 1996, 2, p. 3-38.

34 F. A. Yates, L’arte della memoria, Turin, Einaudi, 2007 ; O. Raggio, Faide e parentele. Lo Stato geneovese visto dalla Fontanabuona, Turin, Einaudi, 1990, p. 160-180 ; D. Andreozzi, “Valli, fazioni. comunità e Stato”, Società e Storia, 1995, 67, p. 135-136.

35 A. Clemente, “Quando il reato non è “peccato” : il contrabbando nel Regno di Napoli tra conflitti diplomatici, pluralismo istituzionale e quotidianità degli scambi (XVIII secolo)”, Quaderni storici, 2013-2, p. 359-394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniele Andreozzi, « Respectabilité et confiance au travers de la norme et de la fraude », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 81-98.

Référence électronique

Daniele Andreozzi, « Respectabilité et confiance au travers de la norme et de la fraude », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/4731 ; DOI : 10.4000/rives.4731

Haut de page

Auteur

Daniele Andreozzi

Daniele Andreozzi est docteur de l’université de Venise (mention "histoire sociale européenne"). Il est actuellement professeur d’histoire économique à l’université de Trieste. Ses recherches portent sur les échanges économiques et sociaux et la circulation des hommes et des marchandises en mer Adriatique au cours du XVIIIsiècle. Il s’agit notamment des relations existantes entre les mécanismes des trafics, les pratiques sociales, les normes, les institutions et les identités. Il est également spécialisé dans les travaux concernant l’histoire de l’Italie septentrionale du XVsiècle à nos jours (Italia padana, Friuli Venezia Giulia). Il fait partie du groupe de recherche Aux bords des institutions.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals