Navigation – Plan du site

Honneur marchand et espaces urbains

Le cas Straforello et Peragallo à Marseille à la fin du XVIIIe siècle
Annastella Carrino
p. 99-117

Résumés

Au cours des années 1780, Marseille est le théâtre d’un conflit entre la Chambre de Commerce et deux marchands associés, d’origine ligure, mais citoyens marseillais de longue date. Ces négociants ont du mal à intégrer le monde du négoce local à cause de l’hostilité de la Chambre, laquelle s’obstine à les considérer comme des « étrangers » et à se méfier d’eux, les taxant – en tant que « Génois » – de malhonnêteté. En dépit de l’évidente disparité des forces et des ressources entre les deux parties, l’issue du conflit surprend : les deux marchands sont capables d’utiliser au mieux les ressources institutionnelles de l’État français et de se mouvoir avec souplesse dans les replis du droit et de l’administration, répondant coup pour coup aux attaques de la Chambre.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Marseille

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 O. Teissier, La Chambre de commerce de Marseille. Son origine, sa mission, Marseille, 1892 ; L. Ber (...)

1Au début des années 1780, Marseille est le théâtre d’un conflit opposant la Chambre de commerce et deux marchands associés, originaires de la Rivière du Ponant en Ligurie mais citoyens marseillais de longue date, Léonard Straforello et Barthélemy Peragallo. Entre les parties adverses, la disparité des forces et des ressources est flagrante : d’un côté, la Chambre, qui régule le commerce français dans la Méditerranée et le Levant et constitue un énorme centre de pouvoir, titulaire de prérogatives très importantes souvent exercées au nom et pour le compte du roi1 ; de l’autre, Straforello et Peragallo, qui ont du mal à s’implanter dans le monde du négoce marseillais à cause de l’hostilité de la Chambre, laquelle s’obstine à les considérer comme des « étrangers » malhonnêtes et à se méfier d’eux.

  • 2 Archives de la Chambre de commerce et industrie de Marseille (désormais ACCIM), B 60, Correspondanc (...)

2L’issue du conflit réserve toutefois des surprises. Straforello et Peragallo, se montrant habiles à utiliser les ressources institutionnelles de l’État français et à se mouvoir avec souplesse dans les replis du droit et de l’administration, répondent coup pour coup aux attaques et osent même employer des « expressions peu mesurées et indécentes »2 à l’égard de la Chambre, qui s’en plaint souvent. Face aux obstacles qu’elle oppose sans cesse à leurs affaires et à leur projet d’ascension sociale, Straforello et Peragallo revendiquent leurs droits et dénoncent les abus subis en adressant lettres, suppliques, protestations et mémoires à des puissants et des instances de pouvoir de tous niveaux.

3Dans la ville où ils évoluent physiquement, socialement et professionnellement, la structuration particulière autour d’arènes hétérogènes est l’une des raisons de leur audace. La défense de leur honneur sali par la réputation de « fraudeurs » alimentée par la Chambre et la construction d’un profil de marchands respectables – atout essentiel pour passer des quais et comptoirs au milieu du haut négoce et, de là, à celui des notables de la troisième République – dépendent de leur insertion dans les articulations conflictuelles de l’espace urbain, où s’opposent entre autres, de manière particulièrement vive à la fin du XVIIIe siècle, la Chambre de commerce et la Municipalité.

La Chambre versus Straforello et Peragallo : un combat égal

4Tout au long des années 1780, les affaires opposant la Chambre à Straforello et Peragallo se succèdent à un rythme serré, se chevauchent et impliquent toutes les instances préposées au contrôle et à l’application des normes commerciales : la Chambre de commerce de Marseille, l’intendant de Provence (entre autres dans sa fonction d’inspecteur du commerce), le représentant marseillais au Bureau du commerce de Paris et le ministre de la Marine. Penchons-nous sur certains de ces différends.

  • 3 Les marchandises du Levant qui arrivaient à Marseille à bord de navires étrangers, ou dont la prove (...)
  • 4 Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), C 2645, Intendance, 1780.
  • 5 ADBdR, C 2509, Intendance, lettre de la Chambre de commerce de commerce à l’intendant, le 1er août (...)
  • 6 Ibidem, le 16 septembre 1780.
  • 7 Ibidem, le 26 juillet 1780.
  • 8 Ibidem, le 1er août 1780.
  • 9 Ibidem.

5Au mois de juillet 1780, Straforello et Peragallo présentent une supplique à l’intendant de La Tour, où ils accusent la Chambre de commerce d’avoir exigé – indûment à leur avis – le payement du droit de 20 %3 sur trois sacs de riz4. Tous deux affirment qu’il s’agit de riz du Piémont ; la Chambre soutient au contraire qu’il provient « véritablement du Levant » : « il n’y a pas de doute à cet égard et cette marchandise parle par elle-même »5. D’ailleurs, insiste-t-elle, il existe « une différence très sensible et qui est à la connaissance de tout le monde entre le riz du Piémont et le riz du Levant. L’un est salé, l’autre est doux, les couleurs sont différentes »6. C’est sur cette base que Straforello et Peragallo se voient réclamer l’acquittement de l’impôt7. Ils répliquent en envoyant deux lettres à de La Tour. Craignant la réaction de l’intendant, la Chambre dispose une « plus particulière inspection de la marchandise », d’où il ressort que 120 des 230 sacs de riz proviennent en effet du Piémont, « quoique cette denrée ne [soit] point accompagnée de certificat qui [constate] qu’elle [est] originaire du Piémont, en quoi nous avons adouci la rigueur de la loi »8, autrement dit de l’arrêt du 11 janvier 1746 promulgué par le Conseil du roi, selon lequel toutes les marchandises « énoncées dans le tarif annexe à l’arrêt du Conseil du 10 janvier 1703 [sont] réputées du Levant quand elles arrivent de l’étranger sans certificat en bonne forme qui justifie le contraire »9.

  • 10 Ibidem, brouillon d’une lettre de l’intendant à la Chambre de commerce, le 15 septembre 1780 ; lett (...)
  • 11 Ibidem, lettre de Mgr. de Sartine à M. de La Tour, le 30 août 1780.

6Au cours des mêmes journées, une autre cargaison de riz reçoit un traitement fort différent : sans doute originaire du Levant, « entreposée à Gênes par un bâtiment ragusain » et de là envoyée à Marseille pour le compte d’un négociant français titulaire d’une maison de commerce au Caire, Monsieur Thulis10, elle obtient « une modération du droit de 20 % », compte tenu que « cette denrée est presque de première nécessité »11. Cependant, cette considération ne s’applique pas au riz destiné à Straforello et Peragallo, qui écrivent au ministre en se plaignant « de ce que la Chambre a voulu percevoir le droit de 20 % sur un chargement de riz d’Italie, parce qu’il n’était pas accompagné d’un certificat qui constatât que cette marchandise n’était pas originaire du Levant », conformément à l’arrêt de 1746. Straforello et Peragallo argumentent que

  • 12 Ibidem ; et brouillon d’une lettre de l’intendant à la Chambre de commerce du commerce, le 15 septe (...)

« cette loi est sans exécution, et la chambre avait négligé jusqu’ici d’exiger la présentation des attestations d’origine, [si bien] qu’ils ont compté pour leur opération sur l’usage qu’elle avait adopté […] ils observent que ce serait induire les négociants à une erreur bien préjudiciable que de laisser tomber un règlement dans la désuétude, pour le faire revivre ensuite […] sans en prévenir ceux qu’on veut y soumettre, et qui peuvent bien ne pas le connaître12 ».

7La Chambre ne peut donc pas s’ériger à son gré en gardienne et exécutrice rigoureuse de la loi. Elle manie improprement l’« usage », le sollicitant ou le révoquant selon les circonstances, pour frapper ou protéger. Dans le cas des deux marchands ligures, la revendication du respect de la loi – et donc la réclamation des certificats d’origine des marchandises – dans un contexte où prévaudrait l’« usage » de n’en demander point, apparaît comme une façon de les discriminer.

8L’attitude de la Chambre entraîne une réaction de la part du ministre, qui a l’air de prendre au sérieux la plainte qui lui est parvenue.

  • 13 ADBdR, C 2645, Intendance, lettre de M. de Sartine sur le commerce et la Compagnie Royale d’Afrique (...)

9« La conduite reprochée à la Chambre – écrit de Sartine à l’intendant – me paraît si extraordinaire que j’ai peine à croire que les Srs Straforello et Peragallo ne dissimulent des faits qui dénaturent la question qu’ils présentent. Il me paraît indispensable de communiquer leurs plaintes à cette Chambre afin de l’entendre sur les motifs qui l’ont dirigée dans cette occasion et de vérifier en même temps si réellement l’arrêt du Conseil de 1746 n’a pas été exécuté jusqu’à présent à Marseille […] et quelles sont les raisons qu’on a eu d’en suspendre l’effet et de le remettre tout à coup en vigueur. Je vous prie de me donner des éclaircissements afin que je puisse prononcer […] des ordres convenables à la Chambre sur l’oubli dans lequel elle est accusée d’avoir laissé tomber les dispositions de l’arrêt de 174613 ».

  • 14 Ibidem, lettre de M. de La Tour à Mgr. de Sartine, le 23 septembre 1780.

10La Chambre doit admettre qu’elle n’a appliqué les préceptes de l’arrêt de 1746 que « lorsque les circonstances l’ont exigé ». D’ailleurs, Straforello et Peragallo auraient eux-mêmes tiré parti de l’« usage » de ne pas respecter systématiquement cette norme, car si la Chambre « avait voulu suivre à la rigueur ce qu’il prescrit, la partie du riz du Piémont aurait été assujettie au droit puisqu’il n’y avait pas de certificat pour en constater l’origine. Elle s’est bornée à l’exiger sur le riz qui était véritablement du Levant »14.

  • 15 Ibidem.
  • 16 Ibidem, le 3 novembre 1780.
  • 17 Ibidem, le 24 décembre 1780.
  • 18 Ibidem, lettre de Mal de Castries à M. de La Tour, le 24 décembre 1780 ; lettre de l’intendant à la (...)
  • 19 ACCIM, BB 61-66, Correspondance active de la Chambre de commerce, 1781-1786 ; B 206-216, Lettres de (...)
  • 20 ADBdR, C 2645, Intendance, lettre de la Chambre de commerce à l’intendant, s.d. mais après le 3 jan (...)

11Straforello et Peragallo continuent à protester, soulevant un tourbillon de lettres : de M. de la Tour à Mgr. de Sartine15, de Mgr. de Sartine à M. de La Tour16, de Mgr. de Castries (qui remplace de Sartine comme secrétaire d’état de la Marine en août 1780) à M. de La Tour17. Dans l’attente que « la grâce qu’ils sollicitent »18 leur soit accordée, ils doivent néanmoins se résigner à payer ce que la Chambre exige, pour récupérer les marchandises mises sous séquestre, à la suite de quoi ils signifient à la Chambre « un acte par lequel il paraît qu’ils ont formé appel au Conseil des ordonnances ». La Chambre charge Rostagny (représentant marseillais auprès du Bureau de commerce de Paris19) de l’affaire, pour qu’il la fasse « poursuivre par l’avocat [de la Chambre] aux Conseils »20.

  • 21 ADBdR, C 2374, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 12 août 1780.

12L’issue de cette affaire nous est malheureusement inconnue. Quoi qu’il en soit, d’autres contentieux s’ouvrent avant sa conclusion. Toujours pendant l’été 1780, la Chambre met sous séquestre « 430 cuirs salés du Brésil » destinés aux deux marchands ligures et dépourvus de certificat d’origine21. À l’automne de la même année, une autre cargaison de cuirs débarquée à Marseille pour le compte de Straforello et Peragallo subit le même sort. Dans la séance de la Chambre du 14 décembre 1780, le semainier expose que les deux hommes ont reçu de Gênes un lot de cuirs

« qu’ils prétendent être originaire de l’état de la Reyne d’Hongrie, ayant produit à cet effet deux certificats, l’un d’Ancône et l’autre de Gênes, pour le premier desquels il est dit que les peaux de lièvres dont il s’agit sont des états de la Reyne d’Hongrie et pour le second que le même nombre de balles de peaux de lièvres a passé d’Ancône à Gênes et a été ensuite embarqué à Gênes pour Marseille ».

13Mais les documents produits – poursuit le semainier – ne semblent pas permettre de

  • 22 ACCIM, B 18, Délibérations de la Chambre de commerce, délibération du 14 décembre 1780.

« décharger la marchandise dont il s’agit du droit de 20 % parce qu’il faudrait en premier lieu que le certificat eût été expédié par le magistrat du lieu d’Hongrie desdites peaux ; 2ème, parce qu’il faudrait encore qu’elles eussent été reconnues ici originaires de l’endroit porté par le certificat ; 3ème, la sortie des peaux de lièvre des états de la Reyne d’Hongrie étant prohibée, il s’en suit nécessairement que celles de Straforello et Peragallo ne peuvent avoir passé à Ancône que de l’état du Grand Seigneur qui confinent au Golfe Adriatique et qu’elles sont par là même inévitablement sujettes au droit de 20 %22 ».

  • 23 Ibidem, le 12 décembre 1781.

14Cette fois, la Chambre ne se contente plus des certificats d’origines des marchandises, qu’elle avait pourtant exigés en d’autres cas23.

15Cinq ans plus tard, la position de Straforello et Peragallo dans l’espace marseillais s’est élevée, malgré le conflit toujours très vif avec la Chambre. Le 8 avril 1785, ils écrivent à l’intendant 

  • 24 ADBdR, C 2512, Intendance, Chambre de commerce de Marseille, Droit du consulat. « Plaintes adressée (...)

« Nous avons à recourir à vous, Monseigneur, dans une affaire que nous avons avec la Chambre de commerce, occasionnée par le faux rapport de divers négociants du Levant, jaloux des expéditions conséquentes que nous y avons faites et que nous continuons à y faire24 ».

16En soutenant les négociants envieux, la Chambre leur a infligé

  • 25 Ibidem.

« l’avarie la plus cruelle et la plus injuste, sous prétexte que nous eussions chargé des draps sans en avoir liquidé les droits et contre les ordonnances sur notre navire l’Aimable Pauline, capitaine Charabot, français, pour Alexandrette. Dans le moment que ce navire était prêt à mettre à la voile avec une riche cargaison en participation avec des maisons juives vénitiennes, établies à Alep […], elle a ordonné sans le moindre égard et sans au préalable nous le faire savoir, une visite dans ce navire25 ».

17La visite à bord de l’Aimable Pauline commence un samedi après-midi et se poursuit le dimanche ; le lundi, sous prétexte de mauvais temps, elle est suspendue. Le mardi, le personnel préposé à l’inspection annonce qu’il doit tout recommencer, parce qu’il n’a pas bien regardé.

  • 26 Ibidem.

« Quel pouvait être leur but en allongeant une pareille visite – se demandent les deux marchands – ce n’était assurément que pour retarder le départ de notre navire, en nous occasionnant par là un préjudice très considérable, car enfin ce navire aurait pu mettre à la voile dimanche dernier et avec le vent du nord qui a régné tous ces jours-ci, il serait bien avancé dans sa navigation26 ».

18L’inspection terminée, la Chambre déclare que « tout [est] en règle » et que le navire peut lever l’ancre. Straforello et Peragallo, qui ne s’estiment pas satisfaits pour autant, demandent des explications, prétendent lire le procès-verbal de la visite et, avec une « respectueuse impatience », réclament justice au sujet de la « lenteur inouïe » qui a marqué les procédures.

  • 27 Droit perçu par la Chambre sur des marchandises autres que le blé et les objets en or et argent, ve (...)
  • 28 ADBdR, C 2581, Intendance, lettre des députés de la Chambre de commerce à l’intendant, s.d. mais ap (...)
  • 29 ADBdR, C 2581, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 15 avril 1785.
  • 30 ADBdR, C 2512, Intendance, lettre du subdélégué Vitalis à M. de La Tour, le 15 mai 1785.
  • 31 ADBdR, C 2581, Intendance, le 19 avril 1785.

19La Chambre juge nécessaire d’écrire à l’intendant pour justifier sa conduite, révélant ainsi, implicitement, toute la gratuité de son acte. Elle dit avoir eu connaissance que le droit du consulat27 n’avait pas été payé concernant certaines marchandises à bord de l’Aimable Pauline et vante ainsi sa manière efficace de faire respecter les lois du roi. En réalité, ajoute-t-elle, seuls « de très petits objets » ont été trouvés, si bien qu’il n’a pas semblé utile de dresser ce procès-verbal que Straforello et Peragallo réclament en revanche à grands cris. D’ailleurs, tout en reconnaissant que la visite était inusitée, la Chambre rappelle que l’arrêt de 1779 autorise à en faire en cas de soupçons28. Le 15 avril, Straforello et Peragallo écrivent à l’intendant qu’ils ont « liquidé avec la plus scrupuleuse exactitude tous les droits qui peuvent être dus »29. Cette nouvelle lettre est commentée par un rescrit de la main du subdélégué de l’intendant, M. Vitalis, soulignant la délicatesse de la question : « Cette affaire, Monsieur, m’a parue trop importante et pouvoir tirer des conséquences trop sérieuses pour que j’aie cru devoir prendre des moyens pour en prévenir les suites. »30. Le 19 avril, Barthélémy Peragallo, armateur de l’Aimable Pauline, rédige pour son compte et celui de son associé Straforello un « acte interpellatif » contre les députés de la Chambre31.

  • 32 ADBdR, C 2581, Intendance, Plainte adressée à l’Intendant par Mm Strafforello et Peragallo dont la (...)

20Cette affaire se mêle à une autre concernant un lot de cuirs destiné à Straforello et Peragallo, provenant d’Ancône, selon les Ligures, ou du Levant, selon la Chambre, qui exige ainsi le payement du droit de 20 %. Les deux marchands ne manquent pas de signaler encore une fois la chose au ministre de la Marine et à l’intendant32.

21Arrêtons-nous sur un dernier litige, qui implique aussi, outre Straforello et Peragallo, un négociant juif de Trieste, un certain Isaac Curiel, lequel envoyait depuis longtemps des peaux de chèvre à Marseille : « il les adressait à titre de commission à des négociants de cette ville, & ces négociants les vendaient pour son compte ».

  • 33 ACCIM, C 131, Mémoire pour le Sieur Abraham-Isaac Curiel, négociant à Trieste contre les échevins (...)

22L’affaire était florissante, les peaux de chèvre ne faisant pas partie des articles prévus par l’« état annexé à l’arrêt de 1703 » et n’étant donc pas soumises à l’impôt. Cependant, dès les derniers mois de 1785, la Chambre se mit à enquêter sur les trafics de Curiel : elle organisa des visites à bord des navires chargés de ses marchandises et exigea systématiquement le droit de 20 % « sous prétexte que l’origine de la marchandise n’était point certifiée, conformément aux Lettres Patentes de 1746 ». La contestation devint notamment ouverte au sujet d’une cargaison envoyée de Curiel à Straforello et Peragallo. Il est possible de la reconstruire à partir d’un factum de 1787 signé par l’avocat de Curiel, Straforello et Peragallo33.

23Isaac Curiel s’était procuré le certificat d’origine des marchandises envoyées à Marseille ; mais la Chambre envoya à bord un « manouvrier tanneur qui assura que les peaux étaient du Levant ». Par conséquent, le certificat d’origine fut considéré comme frauduleux « et le droit de 20 % fut exigé avec la plus grande rigueur ». Curiel s’adressa au consul vénitien à Marseille, qui « donna à la Chambre une pleine connaissance des pièces dont il était chargé ». Mais lorsqu’un nouveau lot destiné à Straforello et Peragallo arriva, la Chambre exigea une fois de plus l’acquittement du droit. Straforello et Peragallo protestèrent ; pour toute réponse, la Chambre confisqua les marchandises. Ils s’adressèrent à l’intendant ; la Chambre ne trouva pas mieux que de recourir aux « armes de la calomnie » en accusant « les Sieurs Straforello & Peragallo & le Consul de Venise d’avoir concerté une fraude ». Mais, la « conduite irrégulière de la Chambre & les preuves authentiques de l’origine des peaux frappèrent tellement » l’intendant qu’il « ne crut pas devoir prononcer la mainlevée définitive ». « Sa sagesse trouva du moins un moyen légal d’assurer le triomphe de la bonne foi » en préparant une « expertise juridique », qui « ne convenait point » à la Chambre, de sorte qu’elle fit appel au Conseil des Dépêches.

24Dans le factum, à la lumière de ces événements décrits par le menu, la Chambre est vigoureusement accusée, « sous prétexte de favoriser le commerce du Levant », de s’écarter souvent « des principes sacrés du Droit des Gens & des règles de la Justice ». La rigueur excessive qu’elle « exerce envers les étrangers, répand, au loin, l’incertitude et la crainte » et « bannit la confiance sans laquelle aucun commerce ne peut exister ».

25Non seulement Straforello et Peragallo résistent aux attaques de la Chambre, comme toujours, mais ils décident même, avec leur avocat à Paris, d’agir sur le plan légal (en présentant le mémoire au Conseil des Dépêches, section Commerce extérieur et maritime) et d’impliquer – en le publiant – l’opinion publique. C’est pourquoi son contenu n’est pas exclusivement juridique mais aborde des questions plus générales et capture l’air du temps :

« Le commerce de tout le Royaume & celui des Colonies sont sacrifiés à un certain nombre de Négociants qui envoient des marchandises au Levant & nous revendent au plus haut prix possible les productions de cette contrée ; qu’eux seuls profitent de l’exclusion des étrangers & qu’en faisant parade de patriotisme & d’un zèle affecté, pour la prospérité du commerce de l’État, ils ne s’occupent que de leur fortune particulière ».

  • 34 ACCIM, B 213, Lettres de Guillaume Rostagny député au Bureau de commerce, lettre à la Chambre du 3 (...)
  • 35 Ibidem, les 17 février 1787, 16 mars 1787, 24 avril 1787.
  • 36 Ibidem, le 16 mars 1787.

26La Chambre comprend qu’elle a été entraînée sur un terrain glissant, qui va bien au-delà du contentieux ponctuel avec certains marchands marseillais. Pire, à un moment où la licéité des privilèges fondant cette institution est remise en question. Le style de sa réponse est typique : tirant parti de ses relations personnelles et de sa familiarité avec les méandres de l’administration, elle tente de faire retirer le mémoire de la circulation. Elle s’adresse pour cela à Rostagny, qu’elle charge de faire part de l’affaire au maréchal de Castries, afin que ce dernier manifeste son « mécontentement » à Straforello et Peragallo et fasse saisir le factum. Mais si la réaction du maréchal n’est pas acquise, contrairement aux prévisions de la Chambre, celle de son représentant auprès du Bureau de commerce de Paris ne l’est pas non plus : celui-ci refuse en effet de s’exécuter, objectant d’une part que ce n’est pas le bon moment pour parler avec de Castries, qui est le rapporteur du même contentieux auprès du Conseil des Dépêches34, et d’autre part qu’on ne peut arrêter la circulation du factum que par un « arrêt de suppression », et non pas – ose ajouter Rostagny – par les voies détournées souvent empruntées par la Chambre35. D’ailleurs, « peut-être même dans ces circonstances, ne convient-il pas de donner un fort éclat qui tienne aux questions qui viennent […] du rapport au système de liberté du commerce »36. Rostagny insiste dans une autre lettre écrite quelques jours plus tard :

  • 37 Ibidem, le 24 avril 1787.

« Permettez-moi de vous observer que vous vous affectez peut-être trop de ce petit événement. […] Ces sortes d’ouvrages sont toujours éphémères, lorsqu’on les laisse prendre un libre cours, et qu’on ne les rend pas piquants par une sorte de contradiction37 ».

  • 38 Ibidem.

« Nous ne sommes pas dans le moment où il puisse convenir de susciter un procès entre les principes prohibitifs et ceux de la liberté »38.

  • 39 Ibidem.

« Nous sommes dans un moment critique. Les gens qui connaissent le mieux les intérêts du commerce du Levant, et qui les protègent le plus, sont d’avis qu’il faut éviter toute querelle relative au droit de 20 % et se garder de le compromettre, en élevant ou en soutenant des questions dont la discussion pourrait présenter quelque doute39 ».

  • 40 ADBdR, C 2581, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 31 avril 1785.

27Le combat mené par Straforello et Peragallo ne concerne plus – ou plus seulement – la licéité des actions de la Chambre, mais finit par mettre en cause son existence même en tant que corps privilégié. Leur défi devient une protestation ouverte, publique, qui ne craint plus « tout l’éclat, toute la Publicité possible »40.

Des Génois honnêtes : un oxymore ?

  • 41 Pour l’Europe du Nord, voir P. Pourchasse, Le commerce du Nord. Les échanges commerciaux entre la F (...)

28Le sens du conflit entre la Chambre et les deux marchands, ses modalités et les langages utilisés deviennent compréhensibles lorsqu’on les replace dans leur contexte particulier, marqué par les inquiétudes du gouvernement français face aux menaces venant de toutes parts contre son commerce actif41. De ce point de vue, l’espace tyrrhénien constitue un secteur particulièrement stratégique. Au cours du XVIIIe siècle, l’essor impétueux de la savonnerie marseillaise et le remplacement de l’huile provençale, emportée par la crise agraire, par l’huile napolitaine et levantine, confèrent une importance primordiale aux eaux tyrrhéniennes. Toutefois, ce n’est pas la Marine française qui domine ces routes empruntées par l’huile méridionale mais, de façon surprenante, un groupe effiloché de patrons « génois ».

  • 42 ADBdR, C 2510, Intendance, lettre de Mal de Castries à M. de La Tour, le 4 juillet 1786.
  • 43 P. Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie Départementale, tome IV. Dictionnaire biograph (...)
  • 44 ADBdR, C 2510, Intendance, lettre de la Chambre à l’intendant, le 20.9.1786 ; brouillon de lettre d (...)
  • 45 ADBdR, 533 U 25, Tribunal de Commerce, Faillite de Périer-Salse, 1815, 46 cc.
  • 46 ACCIM, K 135, Correspondance consulaire, Naples, 1786. Archives Nationales, Paris (désormais An), A (...)

29Par conséquent, un même problème secoue périodiquement les milieux politiques et commerciaux français : comment neutraliser la concurrence des Génois qui, bien qu’ils comptent parmi les pions les plus faibles de l’échiquier des mercantilismes du XVIIIe siècle, se montrent en mesure, en ce cas particulier, de l’emporter sur la Marine française. Pendant les années 1780, la question revient au premier plan : le ministre de la Marine demande à l’intendant de Provence de formuler une proposition sur la manière d’« enlever aux Génois ou au moins [de] partager avec eux le transport des huiles de Naples et de Sicile qui sont consommées dans les fabriques de savon »42. De La Tour retourne la question à son subdélégué à Marseille, un négociant local très connu, Jean Mathieu Salze43, avec lequel il entretient une correspondance nourrie44. C’est une question complexe, un imbroglio de connivences, fraudes, normes oubliées ou mal appliquées. L’attitude de Salze – que de La Tour semble partager – est celle d’un homme qui, connaissant bien le monde du négoce, ses faiblesses et ses compromissions inévitables, sait qu’une rigueur excessive ne paie pas. D’ailleurs, l’associé de Salze, Michel Périer45, chargé des affaires du consulat français46 à ce moment-là, occupe un observatoire privilégié pour comprendre les mille implications de l’affaire, qu’il tente d’exposer dans ses lettres à la Chambre.

  • 47 Dans la correspondance Salze-de La Tour, il est souvent fait mention d’un mémoire de la Chambre où, (...)
  • 48 ADBdR, C 2510, Intendance lettre de la Chambre à l’intendant, le 16 septembre 1780.
  • 49 Voir, sur ce point, A. Carrino, « Fra nazioni e piccole patrie. ‘Padroni’ e mercanti liguri sulle r (...)
  • 50 ADBdR, C 2510, Intendance, lettre de la Chambre de commerce à l’intendant, le 16 septembre 1780.
  • 51 ACCIM, B 86, Correspondance passive de la Chambre, 1787, lettre écrite par M. de St Marcel, consul (...)
  • 52 ACCIM, K 144, Correspondance consulaire, Messine, le 25 janvier 1786.

30Face au problème « génois », deux opinions s’affrontent. D’un côté, celle des négociants tels que Salze et Périer (composants du négoce marseillais, ils ne font cependant pas partie de façon organique de la Chambre), qui soutiennent que la supériorité et l’avantage des Génois sont dus à l’élasticité de leur entreprise, à la réduction des coûts d’intermédiation, à leur capacité à s’insérer dans les interstices des juridictions et du monde de la production, notamment méridional. Il s’agirait en somme d’une forme possible d’opportunisme commercial, qu’on devrait s’efforcer d’imiter. De l’autre côté, la Chambre47 estime au contraire que les Génois utilisent des méthodes indignes de la civilisation marchande48 : ils fraudent systématiquement, soit sur l’huile du Levant, en contournant le payement du droit de 20 %, soit sur l’huile napolitaine, en utilisant les techniques de la contrebande et en esquivant aussi les impôts du Royaume de Naples49. Pour étayer ses accusations, la Chambre affirme que la marchandise venant d’Italie est souvent « au contraire originaire du Levant […] On connaît donc en Italie le stratagème […] pour se soustraire au droit de 20 % »50 et « se prêter à ce commerce clandestin »51. Ce seraient toujours et partout des capitaines, patrons et marchands génois qui feraient commerce de cette marchandise « venant d’Italie ». Autrement dit, « c’est sur Gênes qu’il faut veiller. C’est là que se machine la fraude »52. La proposition de la Chambre consiste à attaquer de front et à introduire de nouvelles impositions sévères, en mesure de contrer la « déloyauté » génoise.

  • 53 ACCIM, H 124 bis, Huiles étrangères, « Réflexions sur le commerce des huiles à Marseille par les Gé (...)
  • 54 AN, AE, B I 859, Correspondance consulaire, Messine, 1782-1786, lettre de J. B. Lallement du 2 avri (...)

31Cette ancienne question, mal apaisée et jamais résolue, se joue donc à Marseille entre la Chambre et les puissants groupes d’intérêt, pour leur part fort heureux de faire leurs affaires avec les Génois, notamment les « négociants […] à la tête des fabriques de savons »53, qui ont même « prescrit à tous commissionnaires [à Messine] de préférer les Génois »54.

  • 55 ACCIM, H 124 bis, Huiles étrangères, « Réflexions sur le commerce des huiles à Marseille par les Gé (...)

32Quoi qu’il en soit, les accusations de la Chambre n’inquiètent pas trop les petits patrons génois protagonistes des échanges tyrrhéniens. Ils entretiennent avec Marseille un rapport faible et y nouent des liens éphémères. Leurs réseaux de confiance, d’identité, de crédit et de solidarité sont différents et leurs espaces de repère se trouvent ailleurs, car ils sont très liés à leur bourg d’origine, Laigueglia, sur la Rivière du Ponant. Le fait d’être qualifiés à Marseille de « génois » qui « fraudent tant qu’ils peuvent »55, ne semble ni les affecter ni nuire à leurs affaires.

  • 56 Archivio di Stato di Imperia (désormais ASI), Fond Domenico Straforello, bb. 23-24, Registro di let (...)
  • 57 G. de Moro, Porto Maurizio fra aristocrazia e rivoluzione (1700-1801), vol. I, Porto Maurizio del S (...)
  • 58 ASI, Notaires de Porto Maurizio, not. B.G. Dacorone, 1721-1753, actes des 27.6.1733, 9.11.1736, 3.1 (...)
  • 59 ADBdR, 364 E, Notaires de Marseille, 316, not. Cousinéry, f. 42. ACCIM, H 41, c. 893. AN, AQ 356 et (...)
  • 60 Mémoire pour les Sieurs Vasse, Boutey et consors, Armateurs & Assurés sur le Corsaire le Grand-Pass (...)

33En revanche, pour Straforello et Peragallo, il est bien plus grave voire dramatique d’être étiquetés comme « génois » (ce que la Chambre fait systématiquement) et donc comme acteurs discutables des échanges tyrrhéniens au XVIIIe siècle. En effet, leur cas diffère de celui des patrons de Laigueglia. Comme eux, qualifiés de « Génois » bien que ne provenant pas de Gênes (mais, dans leur cas, de Porto Maurizio et Camogli, des bourgs de la côte ligure du Ponant), ces marchands et armateurs ont au contraire pour ambition de s’intégrer de façon stable et honorable dans le monde du négoce marseillais. Leur rapport avec la patrie est lui aussi intense, comme pour les Laiguegliesi, mais il sert surtout, dans le cas de Straforello et Peragallo, à renforcer l’intégration marseillaise en se mouvant sur des plans différents mais interconnectés. En premier lieu, le milieu ligure : à Porto Maurizio, où Leonardo et Tommaso Straforello peuvent se prévaloir, si l’on se penche sur la qualité et la quantité de leurs correspondants commerciaux, d’un réseau d’affaires très dense et étendu entre l’Italie et l’Europe56 ; et à Gênes, où opère Domenico Straforello, « imprenditore avveduto, posto a capo di una ditta affermata in tutta Europa ed in possesso di eccezionale disponibilità finanziaria […] seppe vincere l’atavica paura dei commercianti suoi concittadini ed agì da vero armatore giungendo a formare, come azionista di maggioranza od unico proprietario di vari legni, una vera e propria flotta »57. En second lieu, le milieu marseillais, où Gian Antonio Straforello, Domenico Straforello et Gio.Luca Peragallo fondent, avec les frères Benza, également originaires de Porto Maurizio, une première maison en 1733, active jusqu’en 1790 et étroitement connectée avec d’autres reliées entre elles, ainsi qu’à des filiales et à d’autres sociétés sises à Gênes et à Porto Maurizio58. Depuis Marseille, ils poussent leurs bâtiments, sous le commandement de capitaines français, jusqu’à l’Océan Indien et aux Antilles59, et se livrent à une intense activité qui a laissé des traces documentaires remarquables dans les archives marseillaises et aixoises60.

  • 61 ADBdR, B 127, Registre Corsica.
  • 62 ADBdR, 354 E, Notaires Marseille, 191, not. Aubin., 13.6.1756, f. 332v ; Ibidem, 364 E, not. Cousin (...)
  • 63 Guides Marseillais et Indicateurs Marseillais, passim.

34Straforello et Peragallo font partie du négoce marseillais depuis des décennies, ils ont obtenu la naturalisation et le citadinage61, ont épousé des femmes du lieu62, possèdent des magasins et des comptoirs en ville63, où leurs sociétés ont leur siège. Mais la Chambre, l’institution qui devrait accueillir et représenter le négoce local, non seulement refuse de les reconnaître, mais continue à les identifier, de fait, avec les micro-entrepreneurs de Laigueglia et à les considérer et définir comme « Génois ». En somme, ce qui pèse sur leur image, c’est un syllogisme néfaste, par transitivité : les « Génois » sont tricheurs, Straforello et Peragallo sont « génois », donc Straforello et Peragallo sont tricheurs. D’où leur réaction nette et même violente, qui va au-delà de la contestation ponctuelle de l’imposition de droits.

  • 64 ADBdR, C 2512, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de De La Tour, le 8 avril 1785.
  • 65 Ibidem, 15.4.1785.

35Ce n’est pas un hasard si une part remarquable des ressources utilisées dans le conflit avec la Chambre sert la défense acharnée et passionnée de leur honnêteté. À l’occasion d’un des nombreux cas de contestation concernant la provenance de marchandises qui leur sont destinées, soupçonnées de venir du Levant, ils écrivent une fois de plus à l’intendant en espérant qu’il voudra « faire rendre toute la satisfaction qui est due à des négociants honnêtes qui se sont toujours fait une loi et un devoir dans toutes leurs opérations de commerce de la plus exacte probité »64. Ainsi doivent-ils, au nom de l’« honneur », « exiger une réparation authentique pour effacer les bruits que la Chambre et les négociants du Levant ont fait courir que nous ayons voulu faire la contrebande ». Cette rumeur les inquiète beaucoup, d’autant plus qu’elle a voyagé jusqu’à Paris : « Déjà plusieurs personnes disent que nous ayons arrangé cette affaire. » À l’occasion de l’affaire de l’Aimable Pauline, ils écrivent (toujours à l’intendant) que « ce n’est point l’intérêt qui nous fait agir, il n’a jamais été le mobile de notre conduite […] mais c’est dans l’honneur que nous avons été attaqués »65.

  • 66 Cf., sur ce point, B. Salvemini, « Une ‘bonne ville’ nella Francia assolutista. Giochi di memorie e (...)

36Ils disposent en effet de solides motivations pour étayer leur honnêteté et respectabilité. Leur honneur n’est pas seulement revendiqué, auto-proclamé et auto-promu au sein du milieu marchand local fluide. Il est pour ainsi dire officialisé par l’autre institution dominant l’espace urbain marseillais et entretenant avec la Chambre des rapports désormais ouvertement conflictuels : la Municipalité66. C’est là que les deux entrepreneurs ligures exclus et contrariés par la Chambre trouvent reconnaissance et promotion et peuvent entreprendre une carrière dans le domaine tant des affaires que des distinctions honorifiques. Les deux « Génois », accusés par la Chambre de poursuivre leurs intérêts personnels en trompant le milieu local, deviennent, dans l’image du Corps de la Ville, des citoyens d’une grande intégrité, en mesure de concilier bien privé et bien public grâce à leur attitude dictée par une honnêteté indubitable.

L’affaire de l’arsenal : la grande occasion

  • 67 Il s’agit d’une affaire bien connue, reprise et montée en épingle par toute histoire de Marseille. (...)

37Au début des années 1780, des pourparlers sont entamés entre le roi et la ville au sujet de l’acquisition des terrains de l’arsenal des galères pour un montant de 10 millions de livres. Il s’agit d’une affaire énorme, impliquant de colossaux travaux de construction, qui excite la convoitise et stimule l’esprit d’entreprise. On établit de répartir l’emprunt en deux tranches, l’une de 3 millions à Marseille et dans les alentours, et l’autre, de 7 millions, à trouver sur une place étrangère. La partie de l’emprunt international est la plus délicate et complexe, parce que la plus considérable, et requiert des garanties compliquées par le change de devise67.

38Avant la signature de l’accord avec sa majesté, un groupe de négociants marseillais dirigé par Timon David tente de gagner du terrain sur la concurrence et se lance en quête de bailleurs de fonds et de financements pour rassembler la somme nécessaire. Mais, contre toute attente, la médiation de Timon David, un personnage connu et estimé dans les milieux du négoce marseillais, est rejetée.

  • 68 ASI, Fonds Domenico Straforello, passim.
  • 69 ADBdR, C 3891, Arsenal. Emprunt, lettre de maire, échevins et assesseur à l’intendant, le 26 décemb (...)

39Gênes, désormais très éloignée de la grande Superba créancière de souverains, est inopinément choisie comme place pour la tranche de l’emprunt international. C’est là que sont recrutés, en tant que banquiers chargés d’organiser l’emprunt international, deux négociants et financiers réputés : Giuseppe Verde et Domenico Straforello. Nous ne sommes pas en mesure de démontrer que Léonard Straforello et Barthélemy Peragallo ont pesé sur cette décision, mais certains indices incitent à le croire. D’ailleurs, le génois Domenico Straforello et le marseillais Léonard Straforello sont cousins et entretiennent une correspondance serrée68. Ce qui est sûr, c’est que la société Straforello et Peragallo est désignée comme trait d’union entre Gênes et Marseille par la Municipalité, qui lui confie une tâche délicate, placée sous les yeux de tous, pour mener laquelle il est avant tout nécessaire de jouir d’une excellente renommée. Une lettre justifiant les choix du maire, des échevins et de l’assesseur parvient à l’intendant, qui reçoit au même temps les dénonciations de la Chambre contre les fraudes présumées de Straforello et Peragallo : « pour procurer à la communauté l’emprunt qu’elle doit faire à Gênes », ces deux marchands ont proposé des conditions « assez favorables pour mériter la préférence ». C’est pour cela qu’ils ont été choisis, mais aussi parce qu’ils jouissent de larges et solides « liaisons […] dans cette ville » et, qui plus est, d’une « réputation de probité et d’aisance ». « Ces Messieurs ont des relations considérables, ils y ont une maison et ils y jouissent de la réputation justement méritée de négociants riches et honnêtes. »69

40Trois jours plus tard, la vibrante protestation de Timon David parvient à l’intendant :

  • 70 Ibidem, Intendance, lettre de M. Timon David à M. de La Tour, le 29 décembre 1782.

« Vous m’apprenez, Monseigneur, que MM les maire, échevins et assesseur ont nommé leur banquier pour faire l’emprunt à Gênes, et j’ai appris ce matin par la voie publique qu’ils avaient choisi les SSr Straforello et Peragallo, génois. Il n’est pas douteux que ces magistrats ayant été chargés directement de faire l’emprunt étaient les maîtres de choisir tous agents, mais il est très certain aussi qu’ils ne devaient pas traiter un citoyen honnête, appuyé d’ailleurs par vous, Monseigneur, avec une indifférence qui tient du mépris, au point de lui laisser ignorer le nom de la personne qu’ils avaient en vue et les conditions qu’elle faisait. Pour pallier aujourd’hui leurs procédés, ils disent publiquement que je demandais 4 % de commission, ce qui est très faux […] Je pense à présent que dès qu’on est capable de m’imputer ce que je n’ai jamais dit, que n’aurais-je pas à craindre dans la gestion d’une affaire aussi délicate, lorsque les moyens de calomnier ne manquent pas70 ».

41Timon David est consterné : bien que Straforello et Peragallo soient « génois », qu’il soit lui-même un « citoyen honnête », ils lui ont été préférés. Ce qui pousse la Municipalité à justifier la pertinence de ses choix. Le maire Mazargues en personne s’en charge en écrivant à de La Tour :

  • 71 Ibidem, lettre du maire Mazargues à M. de La Tour, le 3 janvier 1782.

« Si nous avions pu douter que MM Straforello et Peragallo ne répondissent pas à la confiance de la communauté, relativement à l’emprunt qu’elle est dans le cas de faire à Gênes, nous ne leur aurions pas, mes collègues et moi, donné la préférence […] Le zèle et l’activité avec laquelle ces messieurs agiront vous prouveront, Monsieur, s’ils sont dignes de votre confiance relativement à un nouvel emprunt dont vous me faites l’honneur de me parler71 ».

42Straforello et Peragallo insistent eux-mêmes sur ce zèle et cette honnêteté officiellement attestés. Dans leur lettre à l’intendant, où ils le remercient d’avoir appuyé le choix de la Municipalité, ils assurent qu’ils s’engageront à

  • 72 Ibidem, Arsenal. Emprunt, lettre de Straforello et Peragallo à M. de De La Tour, le 4 janvier 1782.

« répondre au zèle que vous attendez de nous pour le bien de la ville, et [à] mériter cette distinction flatteuse que vous avez bien voulu nous accorder par notre promptitude à remplir les vues du gouvernement […] Daignez, Monseigneur, nous continuer à accorder cette protection dont nous venons de ressentir les généreux effets. Notre reconnaissance sera éternelle ainsi que les vœux pour la conservation de vos jours72 ».

  • 73 ACCIM, HH 60, Comptes des blés fournis par Messieurs Straforello et Peragallo, 1783.

43La confiance que la Municipalité place en eux est confirmée par une nouvelle tâche très importante qu’on leur assigne : s’occuper de l’achat, sur la place de Gênes, d’une grande quantité de blé (70 000 charges), face à une commission de quelques 53 000 livres73. L’affaire s’avère plus longue et complexe que prévu, scandée par une série de contestations concernant la qualité et la quantité du blé livré. Mais loin d’entacher la bonne réputation de Straforello et Peragallo, elle contribue au contraire à faire d’eux des personnages très en vue, que la Chambre le veuille ou non, dans les milieux des affaires marseillaises.

Conclusion : les Génois au XIXe siècle

44La place conquise par Straforello et Peragallo dans l’espace urbain marseillais au cours des années précédant immédiatement la Révolution s’avère très avantageuse dans le cadre des transformations imminentes. Alors que la Municipalité, en tant qu’interprète du bien public, peut revendiquer une certaine continuité avec son rôle au XVIIIe siècle et survivre au siècle suivant, la Chambre, comme toutes les institutions corporatives analogues, se présente quant à elle comme la gardienne de logiques de privilèges désormais obsolètes au cours de cette nouvelle ère. Dissoute en 1792, elle renaît au début du XIXe siècle, mais sans le rôle et les fonctions qui l’avaient rendue puissante et redoutée sous l’Ancien Régime.

  • 74 « Barthélemy Thomas Straforello », in P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais dans l’histoi (...)
  • 75 P. Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie Départementale, t. IX, Biographies, Marseille (...)

45Les descendants de Straforello et Peragallo empruntent des voies diverses, mais tous parviennent à s’imposer comme entrepreneurs et notables respectés. La maison Straforello s’élève au « premier rang du commerce local », avec « un chiffre d’affaire d’un million en 1810 »74. Barthélemy Thomas (1764-1845), fils de Léonard, est élu par deux fois – de 1806 à 1814 et de 1818 à 1830 – justement à la Chambre de commerce. Chevalier puis officier de la légion d’honneur, ainsi que juge du Tribunal de commerce, qu’il préside de 1821 à 1822, il est aussi membre du Conseil général du commerce jusqu’en 1825. Royaliste, il est élu député dans le premier arrondissement électoral des Bouches-du-Rhône en 1820, 1824 et 1827. Il épouse la jeune Pauline, issue du haut négoce marseillais, fille du renommé Basile Samatan et de Gabrielle Timon-David, descendante de ce Timon David vaincu par un autre Straforello lors de l’affaire de l’arsenal. L’une de ses filles deviendra la belle-mère de Wulfran Puget, célèbre armateur et notable marseillais75. Dominique-André Straforello (1756-1832), inclus dans la liste des commerçants notables de la ville de Marseille, est également député de la Chambre de commerce de 1814 à 1818.

  • 76 ADBdR, 19 J 5-6, Usine Peragallo, 1847 ; 137 J 16, Papiers d’Adrien et Emile Magnan, 1771-1847.

46Quant aux Peragallo, ils installent une usine de produits chimiques à Septèmes, près de Marseille, qui s’étend progressivement pendant la première moitié du XIXe siècle. Ils nouent des liens avec d’autres familles de la bourgeoisie industrielle marseillaise de l’époque, des rapports parfois amicaux, si l’on en croit le ton affectueux des lettres que Joseph et Sabin Peragallo échangent avec Adrien et Emile Magnan76.

  • 77 P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais…, op. cit., p. 162.

47La voie empruntée par les Straforello et les Peragallo marque un point de non-retour. Les micro-entrepreneurs « génois » n’ont plus d’espace, et ceux d’entre eux qui rencontrent le succès y parviennent en adoptant le profil entrepreneurial et moral des marchands de Porto Maurizio. Ce sera le cas d’Édouard Maglione77 (des Maglione de Laigueglia, la patrie de plusieurs « Génois » tricheurs), maire de Marseille de 1877 à 1878.

  • 78 Accim, L XIX 14 1-56 . On trouvera un autre important fonds Rocca, récemment réorganisé, in Archive (...)

48Quand, pendant la dernière partie du XVIIIe siècle, les Rocca (provenant de Loano, petit bourg de la Rivière du Ponant) font leur entrée dans le monde du négoce marseillais, ils ne doivent plus cacher leur identité « génoise » ni lutter pour acquérir une bonne réputation. Au contraire, ils deviennent très puissants en l’espace de quelques décennies. Au milieu du XIXe siècle, leur flotte parvient à son apogée avec 55 bâtiments, ils gèrent un chiffre d’affaires énorme dont la comptabilité générale est tenue à Gênes. Ils organisent un réseau de maisons dirigées par des membres de la famille, dont les sièges principaux sont à Gênes, à Marseille et à Naples. Les places secondaires parsèment les côtes méditerranéennes ; les liens entre elles sont très forts. Notamment, le siège de Marseille concentre, comme le centre d’un halo, les communications provenant de toutes les autres maisons78. La géographie esquissée par leur correspondance est impressionnante : des villes de la France méditerranéenne et atlantique, côtières et de l’arrière-pays, aux ports de la péninsule italienne, aux grandes places marchandes de l’Europe et du pourtour méditerranéen, à plusieurs villes d’outre-Atlantique, de Rio de Janeiro à San Francisco.

49À Marseille, l’équation « Génois » = tricheurs n’est plus valable.

Haut de page

Notes

1 O. Teissier, La Chambre de commerce de Marseille. Son origine, sa mission, Marseille, 1892 ; L. Bergasse, Notice historique sur la Chambre de Commerce de Marseille (1599-1912), Marseille, 1913 ; J. Fournier, La Chambre de commerce de Marseille et ses représentants permanents à Paris (1599-1875), Marseille, 1920 ; La Chambre de Commerce de Marseille. Son rôle dans l’histoire et dans le port, Marseille, 1931 ; La Chambre de Commerce de Marseille à travers ses archives XVIIe et XVIIIsiècles, Marseille, 1976.

2 Archives de la Chambre de commerce et industrie de Marseille (désormais ACCIM), B 60, Correspondance active de la Chambre, 1780.

3 Les marchandises du Levant qui arrivaient à Marseille à bord de navires étrangers, ou dont la provenance différait du port de départ, étaient assujetties au payement de 20 % de leur valeur. Cet impôt avait été introduit en 1669, l’année où, paradoxalement, on proclamait le port franc de Marseille.

4 Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), C 2645, Intendance, 1780.

5 ADBdR, C 2509, Intendance, lettre de la Chambre de commerce de commerce à l’intendant, le 1er août 1780.

6 Ibidem, le 16 septembre 1780.

7 Ibidem, le 26 juillet 1780.

8 Ibidem, le 1er août 1780.

9 Ibidem.

10 Ibidem, brouillon d’une lettre de l’intendant à la Chambre de commerce, le 15 septembre 1780 ; lettre de l’intendant à Chambre de commerce, le 11 septembre 1780.

11 Ibidem, lettre de Mgr. de Sartine à M. de La Tour, le 30 août 1780.

12 Ibidem ; et brouillon d’une lettre de l’intendant à la Chambre de commerce du commerce, le 15 septembre 1780.

13 ADBdR, C 2645, Intendance, lettre de M. de Sartine sur le commerce et la Compagnie Royale d’Afrique. Demande des Srs Thulis, Straforello et Peragallo, négociants de Marseille, en exemption du droit de 20 % sur diverses marchandises, le 30 août 1780.

14 Ibidem, lettre de M. de La Tour à Mgr. de Sartine, le 23 septembre 1780.

15 Ibidem.

16 Ibidem, le 3 novembre 1780.

17 Ibidem, le 24 décembre 1780.

18 Ibidem, lettre de Mal de Castries à M. de La Tour, le 24 décembre 1780 ; lettre de l’intendant à la Chambre de commerce, le 3 janvier 1781.

19 ACCIM, BB 61-66, Correspondance active de la Chambre de commerce, 1781-1786 ; B 206-216, Lettres de Guillaume Rostagny, député au Bureau de commerce, 1781-1787.

20 ADBdR, C 2645, Intendance, lettre de la Chambre de commerce à l’intendant, s.d. mais après le 3 janvier 1781 et avant le 3.3.1781.

21 ADBdR, C 2374, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 12 août 1780.

22 ACCIM, B 18, Délibérations de la Chambre de commerce, délibération du 14 décembre 1780.

23 Ibidem, le 12 décembre 1781.

24 ADBdR, C 2512, Intendance, Chambre de commerce de Marseille, Droit du consulat. « Plaintes adressées à l’Intendance et Généralité », lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 8 avril 1785. Voir aussi C 2581, Intendance.

25 Ibidem.

26 Ibidem.

27 Droit perçu par la Chambre sur des marchandises autres que le blé et les objets en or et argent, venant du Levant ou de la Barbarie. Après la suppression du droit de cottimo en 1756, le droit du consulat devient la ressource principale de la Chambre.

28 ADBdR, C 2581, Intendance, lettre des députés de la Chambre de commerce à l’intendant, s.d. mais après le 19 avril 1785.

29 ADBdR, C 2581, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 15 avril 1785.

30 ADBdR, C 2512, Intendance, lettre du subdélégué Vitalis à M. de La Tour, le 15 mai 1785.

31 ADBdR, C 2581, Intendance, le 19 avril 1785.

32 ADBdR, C 2581, Intendance, Plainte adressée à l’Intendant par Mm Strafforello et Peragallo dont la Chambre avait retenu un navire en partance sous prétexte qu’ils n’avaient pas payé les droits voulus, tandis que son véritable but était de favoriser les concurrents des plaignants, 8 avril 1785. Aussi C 2509, Intendance.

33 ACCIM, C 131, Mémoire pour le Sieur Abraham-Isaac Curiel, négociant à Trieste contre les échevins & Députés de la Chambre de commerce de Marseille, Paris, 1787.

34 ACCIM, B 213, Lettres de Guillaume Rostagny député au Bureau de commerce, lettre à la Chambre du 3 avril 1787.

35 Ibidem, les 17 février 1787, 16 mars 1787, 24 avril 1787.

36 Ibidem, le 16 mars 1787.

37 Ibidem, le 24 avril 1787.

38 Ibidem.

39 Ibidem.

40 ADBdR, C 2581, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de La Tour, le 31 avril 1785.

41 Pour l’Europe du Nord, voir P. Pourchasse, Le commerce du Nord. Les échanges commerciaux entre la France et l’Europe septentrionale au XVIIIsiècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

42 ADBdR, C 2510, Intendance, lettre de Mal de Castries à M. de La Tour, le 4 juillet 1786.

43 P. Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie Départementale, tome IV. Dictionnaire biographique des origines à 1800, Paris-Marseille, Champion-Archives Départementales, 1931, p. 443.

44 ADBdR, C 2510, Intendance, lettre de la Chambre à l’intendant, le 20.9.1786 ; brouillon de lettre de M. de La Tour à M. Salze, le 10 novembre 1786 ; lettre de M. Salze à M. de La Tour, le 19 décembre 1786.

45 ADBdR, 533 U 25, Tribunal de Commerce, Faillite de Périer-Salse, 1815, 46 cc.

46 ACCIM, K 135, Correspondance consulaire, Naples, 1786. Archives Nationales, Paris (désormais An), Affaires étrangères (désormais AE), B I 901, Correspondance consulaire, Naples, 1786.

47 Dans la correspondance Salze-de La Tour, il est souvent fait mention d’un mémoire de la Chambre où, encore une fois, elle manifeste son opinion sur les Génois et sur leur façon de faire du commerce.

48 ADBdR, C 2510, Intendance lettre de la Chambre à l’intendant, le 16 septembre 1780.

49 Voir, sur ce point, A. Carrino, « Fra nazioni e piccole patrie. ‘Padroni’ e mercanti liguri sulle rotte tirreniche del secondo Settecento », Società e storia, n° 131, 2011, p. 36-66.

50 ADBdR, C 2510, Intendance, lettre de la Chambre de commerce à l’intendant, le 16 septembre 1780.

51 ACCIM, B 86, Correspondance passive de la Chambre, 1787, lettre écrite par M. de St Marcel, consul de France à Alep, adressée au Maréchal de Castries, jointe à la lettre écrite à Versailles par De Castries et adressée à la Chambre de commerce de Marseille, le 10 juin 1787.

52 ACCIM, K 144, Correspondance consulaire, Messine, le 25 janvier 1786.

53 ACCIM, H 124 bis, Huiles étrangères, « Réflexions sur le commerce des huiles à Marseille par les Génois », 1787.

54 AN, AE, B I 859, Correspondance consulaire, Messine, 1782-1786, lettre de J. B. Lallement du 2 avril 1785.

55 ACCIM, H 124 bis, Huiles étrangères, « Réflexions sur le commerce des huiles à Marseille par les Génois », 1787. Sur les pratiques frauduleuses des Génois et leur profil de marchands, voir A. CARRINO, « Ressources ‘nationales’ et ressources locales. Les ‘Génois’ sur les routes tyrrhéniennes entre XVIIIe siècle et début du XIXe siècle », The Historical Review/La Revue Historique, Institut de Recherches Néohelléniques, vol, VII, 2010, p. 99-125 ; et « Fra nazioni e piccole patrie », art. cit.

56 Archivio di Stato di Imperia (désormais ASI), Fond Domenico Straforello, bb. 23-24, Registro di lettere particolari di Domenico Straforello, 1788-1789 ; bb. 25-28, Registro di lettere commerciali, 1785-1799.

57 G. de Moro, Porto Maurizio fra aristocrazia e rivoluzione (1700-1801), vol. I, Porto Maurizio del Settecento, Imperia, Circolo Parasio. 1978, p. 136.

58 ASI, Notaires de Porto Maurizio, not. B.G. Dacorone, 1721-1753, actes des 27.6.1733, 9.11.1736, 3.12.1736, 1.3.1737, 11.5.1743, 30.11.1743.

59 ADBdR, 364 E, Notaires de Marseille, 316, not. Cousinéry, f. 42. ACCIM, H 41, c. 893. AN, AQ 356 et AQ 19. Voir, sur ce point, C. Carrière, « Notes sur les relations commerciales entre Gênes et Marseille au XVIIIe siècle », in Actes du Ier congrès historique Provence-Ligurie, 1966, Vintimille. Bordighera, Fédération historique de Provence, p. 227-252.

60 Mémoire pour les Sieurs Vasse, Boutey et consors, Armateurs & Assurés sur le Corsaire le Grand-Passe-par-tout, appellants de Sentence rendue par le Lieutenant en l’Amirauté de Marseille le 2 décembre 1748. Contre Les sieurs Audibert, Straforello, Peragallo, Morin, Barrot, Latil, Bayon, Gaillaret, Lion & Guigues, faisant partie des Assureurs sur ledit Corsaire, & pour deux mois de risque, intimés, Aix, 1751. Addition au précis pour le sieur Augustin Lepetre, Maître constructeur et commerçant en bois de la Ville de Marseille, appellant de Sentence rendue par le Lieutenant de l’Amirauté au Siège de la même Ville le 9 décembre 1757 & demandeur en requête incidente du 17 juin 1758. Contre les sieurs Straforello, Peragallo & Cornet, en la qualité qu’ils procèdent, intimés et défendeurs, Aix, 1758. ADBdR, 13 B 320-340, Tribunal de Commerce, Enregistrements des actes déposés au greffe : dépôts de bilan, cautionnement, affirmations de voyages, actes de sociétés en dissolution, 17 mai 1769, 8 feuilles non numérotées. ADBdR, 354 E, Notaires Marseille, 191, notaire Aubin, f. 65.

61 ADBdR, B 127, Registre Corsica.

62 ADBdR, 354 E, Notaires Marseille, 191, not. Aubin., 13.6.1756, f. 332v ; Ibidem, 364 E, not. Cousinéry, 1786, f. 21.

63 Guides Marseillais et Indicateurs Marseillais, passim.

64 ADBdR, C 2512, Intendance, lettre de Straforello et Peragallo à M. de De La Tour, le 8 avril 1785.

65 Ibidem, 15.4.1785.

66 Cf., sur ce point, B. Salvemini, « Une ‘bonne ville’ nella Francia assolutista. Giochi di memorie e conflitti politici a Marsiglia fra Sei e Settecento », in E. Iachello et P. Militello (dir.), Il Mediterraneo delle città, Milan, Franco Angeli, 2011, p. 193-209.

67 Il s’agit d’une affaire bien connue, reprise et montée en épingle par toute histoire de Marseille. Voir aussi P. Gallerand, « La transformation des arsenaux royaux en domaine urbain (1781-1795) », thèse de doctorat en droit, Aix-en-Provence, 1954. Pour le rétablissement de l’affaire, les séries documentaires suivantes ont été utilisées : AMM, DD, Biens communaux, Arsenal. 245, Emprunt ; 267-268, Emprunt fait à Gênes. Ibidem, AA7, Ordres du Roi, arrêts du Conseil d’Etat et du Parlement, de l’Intendant, édits, lettres etc., Registre VI. Ibidem, BB, Délibérations municipales, 216, 1781, cc. 146. ADBdR, C 3887-3893, Arsenal.

68 ASI, Fonds Domenico Straforello, passim.

69 ADBdR, C 3891, Arsenal. Emprunt, lettre de maire, échevins et assesseur à l’intendant, le 26 décembre 1781.

70 Ibidem, Intendance, lettre de M. Timon David à M. de La Tour, le 29 décembre 1782.

71 Ibidem, lettre du maire Mazargues à M. de La Tour, le 3 janvier 1782.

72 Ibidem, Arsenal. Emprunt, lettre de Straforello et Peragallo à M. de De La Tour, le 4 janvier 1782.

73 ACCIM, HH 60, Comptes des blés fournis par Messieurs Straforello et Peragallo, 1783.

74 « Barthélemy Thomas Straforello », in P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais dans l’histoire, Marseille, Privat, 1988.

75 P. Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie Départementale, t. IX, Biographies, Marseille 1913. Cf. aussi J. Fournier, La Chambre de commerce et ses représentants permanents à Paris, Marseille, 1920. ADBdR, 1 J 675, Fonds Pujet.

76 ADBdR, 19 J 5-6, Usine Peragallo, 1847 ; 137 J 16, Papiers d’Adrien et Emile Magnan, 1771-1847.

77 P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais…, op. cit., p. 162.

78 Accim, L XIX 14 1-56 . On trouvera un autre important fonds Rocca, récemment réorganisé, in Archives Municipales de Marseille, 131 II 1-97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annastella Carrino, « Honneur marchand et espaces urbains », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 99-117.

Référence électronique

Annastella Carrino, « Honneur marchand et espaces urbains », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/4737 ; DOI : 10.4000/rives.4737

Haut de page

Auteur

Annastella Carrino

Annastella Carrino est "professore associato" d’histoire moderne auprès du FLESS (Dipartimento di Filosofia, Letteratura, Storia e Scienze sociali) de l’Université de Bari. Son activité de recherche se concentre actuellement sur la politique urbaine dans les villes moyennes du Royaume de Naples aux XVIe et XVIIe siècles ; les profils sociaux et les pratiques commerciales sur les côtes tyrrhéniennes et à Marseille au XVIIIe siècle, notamment des groupes d’entrepreneurs ‘mineurs’ d’origine italienne ; les consuls et les institutions marchandes dans la Méditerranée au XVIIIsiècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals