Navigation – Plan du site

Moralités marchandes et charité communautaire

le cas des Grecs de Venise, XVIe-début XIXe siècle
Mathieu Grenet
p. 119-138

Résumés

Cette contribution traite du rôle des marchands dans l’administration des activités de bienfaisance et de charité au sein de la "nation" grecque-orthodoxe de Venise entre le XVIe et le début du XIXe siècle. L’inscription de notre enquête dans la longue durée nous permet de souligner la centralité de la confrérie de San Nicolò au sein des dispositifs caritatifs de la "nation", tout en explorant son articulation avec le monde marchand. Trois grandes pistes sont explorées : 1) le verrouillage progressif des dispositifs de gouvernance de la « nation » au profit d’une petite élite négociante ; 2) la centralité des pratiques de charité dans la « fabrique communautaire » grecque à Venise ; 3) l’imprégnation croissante des pratiques mercantiles dans la gestion collective de la bienfaisance communautaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour la commodité du lecteur, nous avons choisi de privilégier dans la bibliographie les travaux en (...)
  • 2 L’emploi du terme « étranger » pour qualifier les Grecs de Venise est problématique à plus d’un tit (...)
  • 3 Sur ce point, voir M. Tomara-Sideris, « The Social and Historical Function of Evergetism », Journal (...)

1Cette étude est consacrée au rôle des marchands dans l’administration des activités de bienfaisance et de charité au sein de la « nation » grecque-orthodoxe de Venise entre le XVIe et le début du XIXe siècle1. L’inscription de notre propos dans une discussion plus générale autour des « moralités marchandes » procède ici d’un double décentrement. Le premier interroge l’apparente centralité du thème de la « morale des affaires » à partir d’une extension non-mercantile des pratiques des marchands. Le second substitue à l’évidence parfois abrupte des « mentalités marchandes » une approche plus inductive, fondée sur l’étude de comportements individuels et collectifs dont il est parfois malaisé de dire à quel point ils sont propres au monde du négoce, et qu’il est également nécessaire de resituer dans le cadre plus large de la présence d’un groupe étranger dans une ville (et métropole impériale) de l’époque moderne2. Dans cette perspective, notre analyse de la participation des marchands aux pratiques de bienfaisance de la « nation » grecque de Venise ne saurait se limiter à un simple pointage d’individualités, ni se résumer à un exercice prosopographique : elle appelle une saisie plus large du processus de mainmise de l’élément marchand sur les leviers de la gouvernance communautaire, et de la manière dont celui-ci engage en retour une refonte des dispositifs de la charité communautaire. En cela, notre contribution entend donc proposer un traitement alternatif à celui qu’incarne, pour les XIXe et XXe siècles, le portrait de l’évergète, sorte de figure héroïsée du migrant-bienfaiteur engagé dans un rapport à la fois personnel et universel à sa communauté et à son pays (en l'occurence l’État grec)3.

2Il serait vain de prétendre traiter ici de la charité grecque à Venise, tant cet objet est vaste, son unité douteuse et ses limites floues. L’item regroupe en effet un ensemble disparate et composite de pratiques et de dispositifs, en outre inégalement connus des historiens. Le constat n’est d’ailleurs pas propre au cas grec. Alors que les enjeux éthiques et religieux de la charité, les pratiques testamentaires de certains groupes sociaux, ethniques ou confessionnels, ou encore les tâches d’assistance des ordres religieux ou des administrations locales ont été abondamment étudiés dans des contextes et pour des périodes différentes, d’autres enjeux semblent en revanche devoir échapper au crible de l’enquête historique. Il en va ainsi des méthodes de collecte d’aumônes, des rythmes d’allocation des secours, ou de l’emboîtement sur le terrain des différentes structures d’assistance aux plus démunis (à l’échelle du quartier ou de la paroisse, mais aussi en fonction du secteur d’activité ou encore de l’origine des individus). À l’inventaire forcément lacunaire des différentes formes de bienfaisance au sein de la colonie grecque de Venise, nous avons préféré l’étude plus fine d’un nombre restreint de ces pratiques, et avons choisi pour ce faire de situer notre enquête au niveau de la confrérie grecque-orthodoxe de San Nicolò. Fondée en 1498, celle-ci constitue jusqu’au XIXe siècle l’institution centrale autour de laquelle s’organise l’existence de la « nation » grecque de Venise. Et si le choix d’un tel observatoire au service d’une lecture des enjeux communautaires de la charité peut paraître tautologique, on observera qu’il permet de réaffirmer la centralité des pratiques charitables dans la constitution du vivre-ensemble collectif comme dans la définition des identités collectives à l’échelle de la « nation », et ainsi de mettre en échec leur relégation (explicite ou non) à un espace de marges sociales et institutionnelles.

Charité, identité, « grécité »

  • 4 S. Siegmund, The Medici State and the Ghetto of Florence : The Construction of an Early Modern Jewi (...)
  • 5 M. Hovanessian, Le lien communautaire : Trois générations d’Arméniens, Paris, Armand Colin, 1992.

3La mise en place de véritables dispositifs caritatifs à l’échelle d’un groupe social restreint participe de ce que l’on a pu qualifier d’« expression économique de l’identification communautaire »4. Mais au-delà de la seule problématique du « lien communautaire »5, on s’attachera ici à explorer les enjeux sociaux, économiques et symboliques de la prise en charge progressive par l’élite marchande de la gestion de ces activités caritatives : à terme, l’identification de cette même élite à une certaine éthique redistributive placée sous son contrôle vient en effet percoler et redéfinir les modalités de la charité communautaire au sein de la « nation » grecque.

  • 6 Sur ce point, voir en priorité E. Vogli, « Grecs d’origine » : nationalité et identité dans l’État (...)
  • 7 T. Stoianovich, « The Conquering Balkan Orthodox Merchant », Journal of Economic History, vol. 20, (...)
  • 8 Ainsi qu’en témoigne le fait qu’à la différence de ce qui se pratique dans d’autres colonies de la (...)

4À ce point de l’analyse, il nous faut cependant revenir brièvement sur l’usage du nom de « grec » dans les pages qui suivent. Jusqu’à l’indépendance de l’État néohellénique dans les années 1830 (et, à certains égards, encore longtemps après cette date6), le terme ne renvoie pas à un corps social, politique et juridique clairement défini : jusqu’au XIXe siècle, sont « grecques » des populations sujettes de l’Empire ottoman ou de la Sérénissime, originaires des îles de l’Égée, de la côte d’Asie mineure ou de la péninsule balkanique, de confession orthodoxe ou catholique, et de langue grecque, turque, slave ou autre. À ceux-là s’ajoutent la foule de marchands balkaniques chez lesquels l’épithète de « grec » constitue (principalement au XVIIIe siècle) un marqueur économique plutôt qu’ethnique ou même confessionnel7, ou encore ces Chrétiens orientaux que l’apologétique catholique qualifie collectivement de « Grecs », et sur lesquels plane un persistant soupçon d’hétérodoxie, voire d’hérésie. Cette polysémie s’accommode néanmoins, au cours de l’époque moderne, d’un important travail de définition de l’identité grecque mené notamment dans le cadre des colonies de la diaspora. Ainsi observe-t-on à Venise une stabilisation progressive de la définition de « ce qui est grec » au profit d’une combinaison complexe et évolutive d’un certain nombre de variables, principalement l’origine géographique et la religion orthodoxe – et l’on notera qu’à la différence d’autres colonies, l’usage de la langue grecque ne semble pas constituer à Venise un marqueur essentiel de « grécité » durant la majeure partie de l’époque moderne8.

  • 9 Sur les origines de la présence grecque à Venise, voir B. Imhaus, Le Minoranze orientali a Venezia, (...)
  • 10 M. Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, v.1770-v.1830, Thè (...)

5Si ce processus de cristallisation s’explique en partie par l’ancienneté de la présence grecque à Venise9, il n’aboutit pas pour autant à une codification figée de « l’identité grecque » à l’époque moderne. Il se trouve même régulièrement remis en question, que ce soit du fait de l’afflux continu de migrants venus de l’ensemble du pourtour de la Méditerranée orientale (et donc pas uniquement du Stato da Mar vénitien), ou à la faveur des recompositions confessionnelles favorisées par l’offensive uniate en direction de la population orthodoxe de Venise. Dans un cas comme dans l’autre, les multiples revendications (parfois concurrentes) du nom de « grec » offrent alors un aperçu privilégié sur le travail de redéfinition de la « grécité » qui s’opère au cours de la période, ainsi que sur les mécanismes d’inclusion et d’exclusion opérant au sein de la « nation ». Quant à la gestion collective des pratiques de bienfaisance, elle permet de mesurer en retour la manière dont ces redéfinitions percolent ce mécanisme de « fabrique communautaire » sur lequel la confrérie grecque-orthodoxe de San Nicolò ne cesse, au cours de l’époque moderne, d’asseoir son emprise10.

La confrérie et ses missions (XVIe siècle)

  • 11 E. Muir, Civic Ritual in Renaissance Venice, Princeton, Princeton University Press, 1981 ; B. Pulla (...)

6La centralité des pratiques de bienfaisance dans le processus de « fabrique communautaire » semble actée par l’existence même de la confrérie de San Nicolò. Fondée quatre décennies avant l’église orthodoxe de San Giorgio dei Greci, elle est en effet pensée dès l’origine comme un organe de gouvernance et de représentation de la « nation » grecque de Venise – soit deux missions au service desquelles les activités de charité jouent un rôle stratégique. À l’image des autres confréries vénitiennes (qu'elles soient « de dévotion », professionnelles ou « nationales »), celle de San Nicolò participe ainsi de la subtile architecture civique de la Cité des Doges, fondée sur un mélange de célébration collective de l’identité de la cité, et de « privatisation » sectorielle des tâches d’assistance et de contrôle social11. Quant à la centralité du référent caritatif au sein du dispositif institutionnel de la scuola grecque-orthodoxe, elle affleure déjà dans la pétition par laquelle un charpentier (marangon) et un droguiste (spiçier), tous deux originaires des îles Ioniennes, demandent en 1498 au Conseil des Dix que soit fondée une confrérie dédiée au nom de San Nicolò, et consacrée à

  • 12 Archives de l’Institut Hellénique de Venise (A.I.H.V.), A 1 K 1, Mariegola, f° 5rv, Pétition de « Z (...)

« assister (viver) les nombreux infirmes et impotents, donner une sépulture aux morts qui décèdent de jour en jour dans la misère, aider les veuves et les orphelins frappés par les calamités et une insupportable misère (inopia), et qui ont perdu maris et pères au service de Votre Sérénité »12.

  • 13 Archivio di Stato di Venezia (A.S.V.), Consiglio X, Parti Miste, reg. 27, 1495-1498, f° 204r, 28 no (...)
  • 14 Sur la structure institutionnelle de la confrérie vénitienne, voir N. Moschonas, « La Comunità grec (...)
  • 15 A.I.H.V., A 1 K 1, ff° 28sq, Statuts de la confrérie de San Nicolò, § 13 : « che loro volessero far (...)

7L’autorisation rapidement obtenue (et assortie d’une limitation à 250 du nombre des confrères masculins)13, la scuola se dote dans la foulée de statuts encadrant en détail son organisation et son action. Largement calqués sur le modèle des autres confréries vénitiennes, ceux-ci confient la gestion des activités de bienfaisance à la banca, un corps électif d’une quinzaine de membres placé sous l’autorité d’un chef élu annuellement (le gastaldo ou guardian grande), et formant l’organe central de gouvernement de l’institution14. Qu’il provienne de droits prélevés régulièrement, de donations ponctuelles ou d’amendes acquittées par les membres ayant contrevenu au règlement de la confrérie, l’argent récolté par la scuola est ainsi mis à disposition de la banca et du gastaldo pour financer les secours aux confrères en difficulté15.

  • 16 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana del’500. La confraternità del’500. La Confraternità di (...)

8La mise en regard de la pétition de 1498 et des statuts de la scuola grecque-orthodoxe dessine les contours d’une typologie sommaire des populations les plus fragiles de la « nation », à l’intention desquelles s’exerce en priorité la bienfaisance de la confrérie : « pauvres », « infirmes », « veuves », « orphelins » et autres « filles à marier » forment ainsi les figures récurrentes et familières du discours sur la pauvreté, à défaut de toujours constituer des catégories sociales clairement identifiables. Enfin, le second texte éclaire ce que le premier laissait dans l’ombre : en l’occurrence, le fait que la condition principale d’accès à cette bienfaisance n’est pas la situation économique des individus secourus, mais leur appartenance ou non à la confrérie. Bien qu’a priori biaisée du fait de la limitation du nombre des confrères masculins imposée par le Conseil des Dix, cette condition ne constitue pourtant pas un critère économiquement discriminant, puisqu’il n’est pas rare de voir la scuola exempter « per amor Dei » les plus démunis des traditionnels frais d’inscription acquittés par l’ensemble des membres (la luminaria)16.

  • 17 Par la délibération du 28 mars 1546, la confrérie institue une taxe d’un à quatre soldi per collo s (...)

9L’administration des subsides de la confrérie durant ses premières décennies d’existence témoigne d’un intense travail d’enchâssement mutuel entre « nation » et confrérie, auxquelles s’ajoute au cours des XVIe et XVIIe siècles une troisième polarité représentée par l’église grecque-orthodoxe. Le long chantier de construction de l’église de San Giorgio dei Greci (1539-1573) draine ainsi la plupart des ressources ordinaires et extraordinaires de la confrérie. Il conduit même à l’adoption, en 1546 et initialement pour une période de dix ans, d’un droit spécial de 1 % sur la valeur des marchandises importées pour le compte des négociants grecs de Venise, et d’un autre sur les navires grecs entrant et sortant de la Lagune : le revenu ainsi garanti (environ 25 ducats par mois) est alors exclusivement destiné à la conduite et à l’achèvement des travaux17.

  • 18 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 78.
  • 19 Dans la forme qu’il revêt aux XVIe et XVIIe siècles, le dispositif d’attribution de dots aux filles (...)
  • 20 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 78-81. L’arrivée de réfugiés grecs à (...)

10Rapporté à cet effort, l’engagement de la confrérie dans les activités de charité au cours du XVIe siècle apparaît relativement faible, et surtout peu organisé. En l’absence de documentation homogène sur l’ensemble de la période, les indices dont nous disposons dévoilent un dispositif assez rudimentaire, principalement fondé sur des distributions régulières et ponctuelles de petites aumônes récoltées lors du culte. Ces dernières sont alors effectuées par le sacristain (nonzolo) de l’église de San Giorgio dei Greci, sur la base de listes établies mensuellement, et sur lesquelles sont portées les personnes à secourir18. À ces secours s’ajoute la prise en charge par la scuola d’une série de dépenses ponctuelles, depuis la dot de filles pauvres de la « nation » (semble-t-il tirées au sort), jusqu’aux frais de sépulture des confrères les plus déshérités19. Enfin, un dernier type d’assistance aux plus démunis porte sur la mise à disposition de différents biens fonciers aux abords immédiats de San Giorgio dei Greci : loués par la confrérie (qui gère l’ensemble du patrimoine de l’église) à des prix sensiblement inférieurs à ceux pratiqués dans le reste de la paroisse, ces logements sont destinés en priorité à des ecclésiastiques orthodoxes ainsi qu’à des femmes seules, ou encore à des réfugiés récemment arrivés dans la Lagune20.

  • 21 Sur l’existence et le fonctionnement d’une « caisse des pauvres » chez les Juifs de Florence au XVI(...)

11Mais alors que l’amplitude de cet arsenal caritatif dessine en creux les contours d’une « pauvreté » à la fois polysémique et quotidienne, l’exiguïté des ressources disponibles pointe les limites du dispositif destiné à en soulager les effets. Alors que les fonds de la confrérie sont majoritairement absorbés par la longue construction de l’église de San Giorgio dei Greci, les sommes distribuées aux nécessiteux sont le plus souvent modestes, et le système de financement repose essentiellement sur le produit de la quête qui se tient durant la messe. Recueillie dans une « caisse des pauvres » (bacile dei poveri)21, la somme est ensuite redistribuée aux pauvres sous forme d’aumônes régulières – chaque dimanche après le culte, deux fois par mois également au sortir de la messe, et enfin lors des fêtes de Pâques, de l’Assomption et de Noël. À ces distributions régulières organisées suivant une temporalité chrétienne que rythment la liturgie et les fêtes religieuses, s’ajoutent enfin des secours permettant à des individus ou des familles de faire face à des situations exceptionnelles telles qu’un accident, une invalidité temporaire, ou le décès du chef d’une famille – toutes circonstances pour lesquelles la confrérie ne dispose pas de fonds spécifiques.

  • 22 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 5, p. 13-32, « Regolamento economico, amministrativo, e disciplinale della N (...)

12De fait, et malgré la centralité physique de l’institution ecclésiale dans ces différents dispositifs caritatifs, c’est la confrérie qui gère au quotidien la récolte des aumônes comme leur redistribution aux plus démunis. Et lorsqu’au début du XIXe siècle les Autrichiens interdiront à Venise la mendicité comme les quêtes privées, la mesure recevra le soutien de la confrérie de San Nicolò, sans doute désireuse de profiter de l’occasion pour se débarrasser d’une possible forme de « concurrence » face à l’hégémonie qu’elle exerce sur les mécanismes de gestion de la bienfaisance communautaire22.

La prise de pouvoir des marchands sur la « nation » (XVIIe et XVIIIe s.)

  • 23 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia. Periodi e tendenze », in C. Maltezou (dir.), Demosia ilar (...)

13L’évolution de ce système de bienfaisance aux XVIIe et XVIIIe siècles apparaît étroitement liée à l’implication de plus en plus étroite des marchands dans la vie de la « nation » et dans les mécanismes de la gouvernance communautaire. Par le terme de « marchands », nous désignons en priorité ici les acteurs du commerce de moyenne et de longue distance reliant Venise à l’Adriatique, la mer Ionienne, la mer Egée, les échelles du Levant et les côtes d’Afrique du Nord. S’ils sont souvent engagés en parallèle dans un certain nombre d’activités connexes (beaucoup sont aussi capitaines ou armateurs), ils évoluent également dans un contexte marqué par le contrôle étroit qu’exerce la Sérénissime sur le négoce, ainsi que par l’émergence progressive de l’idée selon laquelle le commerce exigerait « exclusivité et affection » de la part de celui qui le pratique23.

  • 24 D. Jacoby, « I Greci e le altre comunità tra Venezia e oltremare », in M. F. Tiepolo et E. Tonetti (...)
  • 25 Parmi une abondante littérature sur le sujet, voir en priorité F. Mavroidi, Aspetti della società v (...)
  • 26 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 38-39 ; E. Burke, The Greek Neighbour (...)
  • 27 Altération de la forme vénitienne de « speziale » (spezier), le terme « spiçier » (utilisé dans la (...)
  • 28 Sur le rôle essentiel que jouent alors ces militaires au sein de la « nation » grecque de Venise, v (...)

14Présents dans la Lagune depuis le XIIIe siècle au moins24, les marchands et armateurs grecs montent en puissance au cours des siècles suivants : au XVIe siècle ils se trouvent ainsi engagés dans le moyen comme le grand commerce entre Venise, l’Adriatique, la Méditerranée orientale, l’Empire Ottoman, et même au-delà25. À Venise, l’importance de cet élément marchand doit néanmoins être resituée dans le contexte plus large d’une « nation » grecque populeuse et laborieuse, et composée originellement d’une majorité d’artisans, de boutiquiers, de soldats et de marins26. Bien que formant très tôt une petite élite économique au sein de la « nation » grecque, les marchands et armateurs n’en constituent pas l’unique vitrine au XVIe siècle : ainsi la pétition de 1498 a-t-elle encore pour auteurs un artisan et un commerçant27, et fait-elle explicitement référence aux soldats grecs au service de la Sérénissime (les fameux stradioti28) plutôt qu’aux marchands comme figures tutélaires de la « nation ».

  • 29 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia… », art. cit., p. 139 et 150-151 ; C. Maltezou, La Venise (...)
  • 30 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia... », art. cit., p. 136, qui précise que les marchands con (...)
  • 31 A.S.V., Notarile, Testamenti, b. 155, Gregorio Blancono, n° 202 (le testament s’accompagne de nombr (...)

15C’est au cours du XVIIe siècle que s’affirme avec force la prééminence de l’élément marchand au sein de l’espace commercial vénitien comme dans l’espace social de la « nation » grecque. À la faveur des mesures prises par Venise pour préserver son empire commercial face à l’avancée ottomane, les marchands grecs réussissent ainsi à s’insérer dans les nouveaux circuits du commerce adriatique et levantin : amorçant au mitan du siècle une transition remarquée du petit au grand commerce, certains parviennent à intégrer rapidement l’élite du commerce vénitien29. Perturbant la donne socio-démographique de la colonie grecque de Venise, cette montée en puissance de l’élément marchand vient également remettre en cause les grands équilibres sur lesquels étaient jusqu’alors fondés les mécanismes de la gouvernance communautaire. Dans le sillage des importants remaniements qui affectent alors l’architecture institutionnelle de la scuola de San Nicolò (élargissement de la banca à vingt-deux membres, institution en 1563 d’un Consiglio di Quaranta, addition en 1625 d’une Zonta de neuf membres supplémentaires, etc.), les marchands grecs parviennent au cours du XVIIe siècle à asseoir leur contrôle sur la « nation », en achevant de monopoliser l’essentiel des charges électives de la confrérie30. Cette prise de pouvoir s’accompagne d’une dépendance accrue des finances communautaires à l’égard des largesses de ces marchands, qui s’affirment comme les principaux mécènes de la « nation » grecque-orthodoxe. Ainsi du Corfiote Tommaso Flanginis (1578-1648), qui laisse par testament à la confrérie la somme colossale de 171 716 ducats, dont un quart est destiné à la création d’une école, fondée en 1662 sur le modèle des collèges grecs de Rome et de Padoue31. Le prestige de l’établissement suffit rapidement à attirer à Venise des élèves venus d’autres colonies de la diaspora grecque, et le chapitre de la confrérie de San Nicolò vantera encore au XIXe siècle la gloire perdue de l’un des hauts lieux d’une « renaissance grecque » à la fois culturelle et politique :

  • 32 A.I.H.V., A 3 K 14, Capitolare XIV, 1822-1839, ff° 150r-152r, Délibération du chapitre, 13 avril 18 (...)

« ici l’on cultivait notre langue, ici l’on conservait, l’on garantissait et l’on protégeait la religion (il rito) de nos aïeux, ici en somme le nom, et le caractère de la nation étaient pleinement entretenus »32.

  • 33 A. Karathanassis, « Il Collegio Flanginis », art. cit., p. 203.

16L’examen des conditions édictées par Flanginis lui-même en vue de la fondation de son collège vient pourtant mettre en échec cette célébration rétrospective d’une « grécité » œcuménique, dans la mesure où les initiatives de ce type participent alors d’un travail de redéfinition de l’identité grecque autour de marqueurs spécifiques : ainsi Flanginis précise-t-il que les boursiers doivent-ils venir de Corfou et de Chypre de préférence aux autres régions grecques, tandis que les maîtres doivent impérativement être orthodoxes33.

17L’exemple du testament de Flanginis constitue certes un cas limite, ne serait-ce qu’au vu de l’importance des sommes engagées. Il apparaît néanmoins révélateur que plus d’un siècle et demi après la disparition du mécène corfiote, la confrérie continue d’invoquer son souvenir dans un esprit – un espoir ? – d’émulation :

  • 34 A.I.H.V., A 3 K 17, Protocollo degl’atti della nazione greca riguardanti il culto, la beneficenza, (...)

« Rien n’est plus conforme à l’esprit de la religion et de la bienfaisance (beneficienza) que les fondations pieuses (pie istituzioni), dont les auteurs méritent certainement une place particulière dans les fastes de l’humanité. La postérité la plus lointaine rappellera encore avec un tendre transport le nom, parmi d’autres, de feu Tommaso Flanginis »34.

  • 35 M. Manoussacas, « Le code des testaments et donations (reg. 217) de l’Institut Hellénique de Venise (...)

18Cette exaltation de l’action de Flanginis s’inscrit ici dans le droit fil d’une « politique caritative » apparue au cours du XVIIe siècle, à la faveur de la montée en puissance des marchands : se positionnant à l’articulation entre charité privée et bienfaisance communautaire, la confrérie se fait alors le relais (à la fois centralisateur et redistributeur) de la générosité de ses éléments les plus riches vers l’ensemble de la « nation ». Parallèlement, le legs s’impose comme le medium privilégié de cette bienfaisance, cantonnant une part importante du travail de la scuola à la gestion des dispositions testamentaires de ses membres les plus aisés35. Quant aux marchands eux-mêmes, ils ne peuvent que souscrire à cette captation par la confrérie des réseaux de la bienfaisance communautaire : d’une part, car elle leur permet d’accroître leur prestige social au sein du groupe ; d’autre part, car elle vient redoubler le contrôle qu’ils exercent sur la confrérie, en offrant à leur générosité individuelle l’onction du collectif.

Une « charité marchande » ?

19La prise de pouvoir des marchands sur les institutions communautaires grecques de Venise ne se traduit pas, aux XVIIe et XVIIIe siècles, par une réforme en profondeur du système antérieur d’allocation des subsides : outre les distributions régulières et ponctuelles à l’intention des « pauvres », les priorités restent la dot des jeunes filles à marier, l’inhumation des confrères démunis et l’accueil des réfugiés de passage dans la Lagune. Ces deux siècles correspondent néanmoins à une période de nette intensification des activités de bienfaisance, ainsi que de rationalisation de l’effort caritatif.

  • 36 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia... », art. cit., p. 141-142.

20La première tendance répercute une augmentation sensible des subsides de la « nation », alors que ses franges les plus riches (et en particulier les marchands) multiplient les offrandes, donations et autres legs importants à l’intention de la confrérie. Le phénomène illustre d’ailleurs la relative prospérité des marchands grecs de Venise jusqu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle. On observe certes un essoufflement démographique de la « nation » depuis le début du siècle, tandis que les décennies précédant la fin de la Sérénissime seront marquées par une contraction de l’économie commerciale vénitienne qui conduira l’élite du négoce grec à se transporter vers Trieste et Livourne pour y poursuivre leurs activités36. De manière générale, on reste cependant bien loin du « scénario catastrophe » d’un précoce déclin vénitien ayant provoqué la fuite des acteurs les plus dynamiques de son économie commerciale, et le consul français Le Blond peut encore écrire en 1751 que

  • 37 Cité par J. Georgelin, Venise au siècle des Lumières (1669-1797), Paris et La Haye, Éd. de l’EHESS (...)

« la nation grecque établie depuis plusieurs siècles à Venise […] forme le principal appui du commerce de cette place »37.

  • 38 A.I.H.V., A 3 K 13, Capitolare XIII, 1791-1822, ff° 9r-10r, 2 mars 1792.

21Il convient cependant de resituer ce dynamisme dans un contexte social marqué par le progressif affaiblissement économique de la « nation » grecque-orthodoxe au cours du siècle, une fragilité qui explique en retour la facilité avec laquelle les marchands parviennent à s’emparer des leviers de la gouvernance communautaire. En 1792, la confrérie de San Nicolò dresse ainsi une liste de pas moins de 79 individus et familles bénéficiant de ses secours mensuels, soit plus de la moitié du nombre de membres inscrits de la scuola, et entre un sixième et un huitième des effectifs totaux de la colonie38. Quant à l’influence de l’élément marchand, elle ne se cantonne pas au financement des activités de bienfaisance, et percole l’évolution des modalités de gestion collective de l’effort caritatif. Et s’il est impossible de clairement isoler ce qui, au sein des pratiques et de l'éthique communautaires de la charité relèverait d’une moralité purement ou exclusivement « marchande », on peut néanmoins pointer quatre grands traits témoignant de l’imprégnation voire de la résilience d’une mentalité et de pratiques mercantiles dans la gestion collective de la bienfaisance.

  • 39 T. Levie Bernfeld, « Caridade Escapa Da Morte… », art. cit., p. 179.

22Le premier touche à la recomposition des circuits de financement de cette activité caritative au cours des XVIIe et XVIIIe siècles : parallèlement au maintien d’un système traditionnel fondé sur la collecte d’aumônes lors du culte, on relève l’importance grandissante de legs conséquents, qui sont systématiquement le fait de négociants. Cette évolution reprend certes un motif préexistant de « privatisation » du financement de la bienfaisance, à travers la diffusion croissante de pratiques testamentaires mêlant les formes traditionnelles de la charité individuelle à celles de la bienfaisance publique. De document intime nous offrant un aperçu unique sur le rapport entre inquiétude métaphysique et conscience sociale – ce que Tirtsah Levie Bernfeld qualifie de « combinaison de piété et de richesse »39 –, le testament devient ici un acte de bienfaisance publique destiné à témoigner de la solidité du lien communautaire, tout en garantissant à la fois la survie du groupe après la mort du testateur, et le prestige de la mémoire de ce dernier au sein de la « nation ».

  • 40 A.I.H.V., A 3 K 12, Capitolare XII, 1774-1791, f° 22v, 11 août 1776.
  • 41  A.I.H.V., A 3 K 17, n° 7, p. 34-52, 22 mai 1821.

23Déjà au XVIe siècle, la confrérie de San Nicolò recevait ainsi (notamment de la part de femmes grecques) de petites sommes d’argent destinées au secours des pauvres ou « en faveur des jeunes filles à marier, ou à envoyer au couvent » (a favore di donzelle da maritar, o monacar). Des legs plus importants laissés à la confrérie par de grands marchands permettent par la suite de donner à cette initiative un caractère moins circonstanciel : au cours du XVIIIe siècle, ce ne sont pas moins d’une douzaine de jeunes filles grecques qui perçoivent une dot annuelle prélevée sur les legs de plusieurs négociants40. Loin d’être anecdotiques, les testaments fournissent également la plus grande partie des sommes destinées aux pauvres : sur les 2 516,80 lires dont la confrérie dispose à cet effet en 1821, plus de 2 000 lires proviennent des deux legs d’Antonio Giorgio Nini et de Cristo Zuanne, le reste se partageant entre un don annuel de 200 lires du consul de Russie Spiridon Naranzi, et le produit du bacile des poveri (245,92 lires)41. Ce mode de financement s’étend enfin à des objets plus spécifiques : comme Flanginis un siècle auparavant, le négociant Niccolo Caragianni destine ainsi une partie de l’argent qu’il lègue à la scuola au rachat d’esclaves grecs tombés aux mains des pirates barbaresques.

  • 42 A.I.H.V., A 3 K 12, ff° 22r (23 juin 1776) et 45r (4 avril 1779).
  • 43 Ibid., ff° 22r, 23 juin 1776 : « Capitato felicemente a Livorno [Alvise da Cipro] fù colà riconosci (...)
  • 44 M. Grenet, La fabrique communautaire…, op. cit., p. 593.
  • 45 Ibid., p. 286-287 ; D. Vlami, Le florin…, op. cit., p. 278-279 ; U. Cini, « La trajectoire de deux (...)

24La postérité de cette dernière initiative permet de pointer un deuxième motif de la pénétration des pratiques mercantiles dans l’administration collective de la charité communautaire : en l’occurrence, l’inscription occasionnelle des pratiques de bienfaisance dans une dimension translocale à travers la mobilisation des réseaux commerciaux de la diaspora grecque. En 1776, la confrérie de San Nicolò gratifie un certain Alvise da Cipro, ancien esclave à Tripoli de Barbarie, d’un secours de soixante ducats ; trois ans plus tard, c’est au tour d’une « Catterina Araba Mora fù schiava » de recevoir trente ducats également prélevés sur le legs Caragianni42. Or, ces deux affaires débordent le cadre traditionnel d'une bienfaisance étroitement « communautaire » : Alvise comme Catterina ont dans un premier temps demandé l’aide de la colonie grecque-orthodoxe de Livourne, qui les a ensuite orientés vers Venise en les recommandant aux bons soins de la confrérie de San Nicolò43. Des côtes d’Afrique du Nord à Livourne puis du port toscan à Venise, le parcours des deux anciens captifs s’inscrit dans une géographie nettement mercantile de l’espace de la diaspora grecque. De fait, l’intercession des Grecs de Livourne n’illustre pas simplement la proximité entretenue avec la « nation » vénitienne – au point d’avoir semble-t-il connaissance de l’existence du legs Caragianni, dont aucun équivalent n’existe à la même époque dans la colonie livournaise. Elle témoigne également du rôle de l’élite négociante dans la mobilisation d’une solidarité translocale entre colonies de la diaspora grecque, rendue possible par le contrôle que ces mêmes négociants exercent sur l’appareil de gouvernance de ces différentes colonies. Ainsi les « mercadanti [Teodoro] Bezzo, e [Dimitrio] Petrocochino » qui interviennent en faveur d’Alvise da Cipro en 1776 sont-ils respectivement le gouverneur et le premier conseiller annuellement élus par la confrérie livournaise de la Santissima Trinità44. Quant à la mention, trois ans plus tard, des « chapelains de l’église grecque[-orthodoxe] de Livourne » auteurs d’une lettre et d’une attestation présentées par « Catterina Araba », elle ne laisse que peu de doute quant au fait qu’il faille ici encore voir la main des grands marchands de Livourne, dont on sait qu’ils exercent alors un contrôle absolu sur le personnel ecclésiastique45.

  • 46 A.I.H.V., A 3 K 14, f° 100rv, Testament de Giorgio Condaxi, 1er juillet 1825.
  • 47 A.I.H.V., A 3 K 12, ff° 46r-47r, 7 mai 1779.

25Un troisième motif d’intersection entre pratiques marchandes et administration de la charité communautaire concerne la diffusion, au sein de cette dernière, de stratégies assez sophistiquées de gestion du patrimoine, qui, si elles ne sont pas l’apanage exclusif du monde du négoce, se retrouvent avec une régularité accrue parmi les marchands. Ainsi de deux legs établis par des négociants grecs de Venise, à un demi-siècle d’intervalle, au profit des pauvres de la colonie vénitienne – mais on pourrait multiplier de tels exemples sur la période étudiée. Le premier, daté de 1778, est celui de Hagi Leonda Cristo, un marchand originaire de Grèce continentale, qui investit 18 000 piastres à l’Hôtel des Monnaies de Venise (la Zecca), avec à charge pour la confrérie grecque-orthodoxe de gérer les intérêts annuels du capital, en prélevant sur cette somme quarante piastres « pour les pauvres de cette ville », et en remettant le reste au clergé de son village natal. Le second legs est celui du marchand Giorgio Condaxi, dont le testament, daté de 1825, stipule que le frère du testateur héritera d’une maison, qu’il pourra habiter, louer ou bien faire louer par la confrérie, en échange d’un versement annuel de cent lires autrichiennes pour les pauvres de la « nation grecque » ; à la mort du frère, la maison devra aller à la confrérie pour être louée, un quart de la rente lui étant destinée ainsi qu’à l’église, et les trois autres quarts aux pauvres46. À l’évidence, la complexité de telles opérations traduit (ou trahit) une forte familiarité avec des stratégies patrimoniales et financières sophistiquées que l’on retrouve essentiellement dans les testaments de marchands. Comme pour mieux souligner la spécificité des compétences requises pour maîtriser ces stratégies de placement, la confrérie n’hésite d’ailleurs pas à réclamer à l’héritier de Leonda Cristo « une gratification pour le dérangement » (una qualche gratificazione per il disturbo)47

  • 48 M. Grenet, La fabrique communautaire…, op. cit., p. 344-350.

26Les enjeux de pouvoir qui se nouent à travers la gestion des activités caritatives forment le dernier point de ce rapide inventaire des motifs d’imprégnation de la bienfaisance communautaire par les pratiques marchandes. De fait, celles-ci participent pleinement de la lutte d’influence qui oppose (depuis le XVIIe siècle mais avec une intensité accrue par la suite) les négociants aux clercs pour le contrôle de la confrérie, et qui se solde partout par une mise au pas des derniers : en témoigne la mainmise progressive que les confréries exercent sur le fonctionnement et le budget des églises grecques-orthodoxes, la nomination ou la révocation des desservants, ou encore l’administration des activités non-ecclésiales traditionnellement gérées par les prêtres – en particulier l’éducation et la charité. L’offensive des marchands sur la donne communautaire grecque apparaît néanmoins irréductible au seul motif de la sécularisation : de manière quelque peu paradoxale, la relégation au second plan de la figure du prêtre s’accompagne en effet d’une affirmation croissante du marqueur orthodoxe dans la redéfinition de la « grécité » qui s’opère de manière contemporaine à l’échelle de la diaspora tout entière48.

Recomposition et rupture : 1821

27Du fait de la composition socio-économique de la colonie ainsi que des résistances qui naissent en son sein, le processus de mainmise des négociants sur la « nation » grecque de Venise apparaît à la fois plus tardif et plus timide qu’ailleurs – par exemple à Livourne et Trieste, où les colonies grecques affichent au XVIIIe siècle un profil plus nettement mercantile. Il se trouve néanmoins scellé de manière indiscutable lorsque la confrérie se dote au début de l’année 1821 d’un nouveau règlement, dont les grandes orientations permettent de prendre la mesure de l’emprise qu’exerce désormais l’élément marchand.

  • 49 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 5, p. 13-32, « Regolamento… », 16 février 1821, Cap. 10.
  • 50 En matière d’allocation des secours, le nouveau règlement introduit les modifications suivantes : 1 (...)

28Le dixième chapitre de ce nouveau règlement porte spécifiquement sur « les pauvres, les infirmes et les familles indigentes », et engage une refonte en profondeur des dispositifs traditionnels d’administration de la bienfaisance au sein de la colonie vénitienne, à commencer par la distribution des secours aux pauvres – jusqu’alors la seule activité qui échappait un tant soit peu au contrôle direct de la confrérie49. Touchant aux rythmes des distributions d’argent, à la tenue des listes sur lesquelles sont portés les récipiendaires ainsi qu’à l’échelonnement des secours en fonction de leurs besoins50, cette réforme réaffirme au passage la centralité du marqueur confessionnel au profit du contrôle social que la scuola entend exercer sur la colonie tout entière : pour être inscrits sur les listes, les pauvres doivent désormais exhiber un certificat des chapelains de l’église grecque-orthodoxe, faisant mention de leur origine, de leur âge, de leur situation familiale et financière ainsi que de leur pratique religieuse. Une fois encore, l’importance de la question confessionnelle, tout comme le rôle de premier plan assigné aux chapelains de San Giorgio dei Greci dans la tenue de ces listes, ne doivent pas occulter le fait que la confrérie garde la haute main sur le dispositif d’administration de la charité. Elle se réserve ainsi le droit de répartir les pauvres dans l’une ou l’autre des « categorie » de secours qu’elle a auparavant déterminées (§ 149), mais également de refuser d’inscrire certains individus (§ 146), d’en ajouter d’autres (§ 148), ainsi que de procéder elle-même aux distributions d’argent (§ 156), et conserve un contrôle exclusif sur les secours alloués de manière exceptionnelle, dont l’attribution au cas par cas doit désormais faire l’objet d’un vote du chapitre de la confrérie (§ 162).

  • 51 C. Maltezou, La Venise des Grecs, op. cit., p. 364-370.
  • 52 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 28, p. 72-75, 25 juin 1822.

29Une dernière mesure, en apparence plus anecdotique, parachève sur le mode symbolique le triomphe de l’élite de la confrérie sur le reste de la « nation » grecque-orthodoxe : la réintroduction du Libro della Prothesi (ou Parrisia), un registre institué en 1640 et sur lequel sont portés les noms des bienfaiteurs ayant fait des legs testamentaires à l’église de San Giorgio dei Greci, avec à charge pour les desservants de l’église d’en lire les listes durant les célébrations religieuses51. En réactivant cette pratique tombée en désuétude, le règlement de 1821 introduit néanmoins une nouveauté : désormais, les listes devront inclure non seulement les noms des testateurs, mais également ceux des bienfaiteurs encore vivants52. Dans le contexte d’une dépendance croissante de la « nation » à l’égard d’une petite élite négociante dont émanent la quasi-totalité de ses subsides, cette mesure constitue un geste symbolique fort de soumission au pouvoir quasi-absolu qu’exerce cette dernière sur l’ensemble du groupe. Quant à l’exercice de lecture hebdomadaire des patronymes des bienfaiteurs, il permet de reconduire indéfiniment la puissance ostentatoire du geste du don initial, et donc de décupler le prestige social du donateur ainsi que son autorité sur le reste de la « nation ».

  • 53 A. Xanthopoulou-KyriakouLa Communauté grecque de Venise, 1797-1866. Administration et organisatio (...)

30Non sans ironie, la refonte du règlement de la « nation » grecque est actée au moment même où éclatent, dans les principautés danubiennes de Moldavie et de Valachie puis dans le Péloponnèse, une série de soulèvements qui ouvrent la voie à la guerre d’indépendance grecque (1821-1830). Bien que désormais incorporée à un Empire autrichien résolument hostile à la cause révolutionnaire, Venise voit rapidement affluer un nombre important de réfugiés, dont la plupart s’adressent à la « nation » grecque en quête d’assistance et de subsides. La situation n’est certes pas nouvelle pour la confrérie, qui offrait déjà quatre siècles plus tôt « gîte, assistance et travail » aux nombreux réfugiés chassés de Nauplie et Monemvasia (1540) puis de Chypre (1571) par l’avancée des troupes ottomanes. Mais lorsque éclate la guerre d’indépendance grecque, les Grecs de Venise ne sont plus ni aussi nombreux, ni aussi riches qu’aux siècles précédents ; quant aux marchands, ils oscillent pour la plupart entre soutien prudent et franche hostilité à un soulèvement qu’ils accusent d'être préjudiciable au commerce de l’Adriatique et du Levant53.

  • 54 Les fiorini di Augusta mentionnés dans le texte sont vraisemblablement des florins d’Augsburg, qui (...)
  • 55 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 16, p. 60, 25 octobre 1821 ; Ibid., n° 20, p. 63-64, 25 février 1822 ; Ibid. (...)
  • 56 Ibid., n° 31, p. 77-78, 10 janvier 1823.
  • 57 Ibid., n° 13, p. 58, 3 septembre 1821 ; Ibid., n° 14, p. 58-59, 8 septembre 1821 ; Ibid., n° 15, p. (...)
  • 58 Ibid., n° 30, p. 76-77, 1er novembre 1822 : « non cessanno però i bisogni, perché continuamente, ab (...)

31Pour la confrérie, l’effort financier est d’autant plus important que la demande est urgente et soutenue. Dès octobre 1821, elle offre ainsi 100 fiorini di Augusta aux 52 Grecs qui, depuis Trieste, réclament l’aide de leurs compatriotes à Venise54 ; quatre mois plus tard, ce sont 47 Chypriotes qui bénéficient de « la volontaria prestazione dei nostri Nazionali », bientôt imités par d’autres groupes de réfugiés55. Entre février 1822 et janvier 1823, pas moins de 6 800 lires sont prélevées dans les caisses de la scuola pour assister les seuls réfugiés Chypriotes (soit environ le double de l’ensemble de ses dépenses de charité pour l’année 1821), et la confrérie s’alarme du fait qu’elle ne dispose plus que d’une réserve de 2800 lires à l’intention des futurs arrivants56. À ces fonctions d’accueil et de secours s’ajoute une importante activité de soutien envers les Grecs se rendant dans le Levant : venus d’Allemagne, de Vienne, de Bucarest ou de Ljubjana, ceux-ci reçoivent alors une petite somme d’argent leur permettant de poursuivre leur voyage jusqu’à Livourne ou Ancône. Si la confrérie reconnaît qu’une telle aide « bien que non négligeable, ne peut suffire à pourvoir à leurs besoins », le montant total de ces secours est loin d’être anecdotique : ce ne sont ainsi pas moins de 398 tallari bavari qui sont distribués à 41 individus entre les seuls mois de septembre 1821 et janvier 182257. En novembre 1822, le chapitre de la confrérie exprime d'ailleurs son inquiétude la plus vive face à l’afflux continu de réfugiés qu’elle ne peut plus prendre en charge58.

  • 59 Ibid., n° 7, p. 34-52, 22 mai 1821 ; Ibid., n° 72, p. 131-145, 30 décembre 1824. Les valeurs donnée (...)

32S’il reste difficile d’évaluer le coût de la guerre d’Indépendance pour les finances de la « nation » grecque de Venise, un simple examen des dépenses de la confrérie suffit à se convaincre que celui-ci est probablement très élevé, et ce d’autant plus dans le contexte du marasme économique que connaît Venise depuis alors un quart de siècle. En l’absence de données sérielles, les informations à notre disposition témoignent d’une nette hausse des dépenses de charité durant les années de la guerre d’indépendance : de 3 370,88 lires en 1821, les dépenses de la confrérie à destination des populations les plus vulnérables (pauvres et réfugiés) passent ainsi à 7 248,52 lires en 1823-1824, avant de revenir à 4 324,50 lires l’année suivante. Pour être appréciés à leur juste valeur, ces chiffres doivent être comparés à ceux des autres grands postes de dépense de la « nation » : ainsi, alors que celles liées à l’entretien du collège chutent de 10 424,60 lires en 1821 à 7 927,38 lires en 1823-1824, puis à 4 091,72 lires en 1825, les dépenses liées à l’église dégringolent de 16 772,63 à 9 518,05 lires entre 1823-1824 et 182559. À défaut de pouvoir établir clairement de quelle manière cet argent a fini par être affecté aux activités de charité, la tendance qui se dégage indique néanmoins un complet bouleversement dans l’ordre des priorités de la « nation » grecque, le secours aux pauvres semblant devenir la plus urgente de toutes.

33Quelle qu’ait été son importance, l’aide économique apportée par la confrérie de San Nicolò aux réfugiés de la guerre d’Indépendance n’en constitue pas moins un cas limite dans notre étude de la charité communautaire. De manière exceptionnelle, la « nation » ne destine pas son aide à « ses » pauvres seulement, mais en fait profiter des individus qui, bien que Grecs, restent étrangers au petit monde de la colonie vénitienne. Il ne fait certes aucun doute que la confrérie ait fait preuve d’une grande générosité envers les réfugiés ; on s’abstiendra néanmoins de célébrer trop hâtivement la « réunification » des Grecs de la diaspora avec leurs « frères » restés jusqu’alors sous domination ottomane. Car si l’on assiste à un clair mouvement de solidarité à destination des réfugiés grecs, celui-ci se cantonne en effet à la seule charité, les nouveaux venus n’étant pas invités à s’établir durablement dans la Lagune, et encore moins à intégrer les structures dirigeantes de la nation.

34Réduire les « moralités marchandes » à un principe d’action relevant exclusivement de la sphère commerciale conduit à appauvrir un objet polysémique qui percole un ensemble bien plus vaste de pratiques sociales. L’ériger en valeur cardinale du comportement de l’ensemble des acteurs du monde marchand fait au contraire courir le risque d’une dilution de la notion dans une sorte de principe moral aux contours flous et à la pertinence douteuse. Notre étude des pratiques de bienfaisance au sein de la « nation » grecque-orthodoxe de Venise entre le XVIe et le début du XIXe siècle s’inscrit dans une perspective de dépassement de cette tension, tant par le choix d’un observatoire non-mercantile que par l’attention portée à la chronologie du phénomène. L’inscription de notre enquête dans la longue durée (de 1498 à 1821) nous a ainsi permis de souligner la centralité de la confrérie grecque-orthodoxe de San Nicolò au sein des dispositifs caritatifs de la « nation », tout en travaillant à la fois son articulation avec le monde marchand (dont l’hégémonie sur l’institution ne s’affirme nettement qu’au cours des XVIIe et XVIIIe siècles), et les limites du système qui émerge au cours de la période étudiée (par exemple lorsque l’afflux des migrants de 1821-1824 vient brusquement mettre en lumière la fragilité économique de la « nation »). Le phénomène de mainmise des négociants sur la confrérie comme les mécanismes d’attribution des secours aux « pauvres » et aux nécessiteux mériteraient à coup sûr d’être analysés plus en détail, et une étude approfondie de la riche documentation conservée auprès de l’Institut hellénique de Venise permettrait d’explorer un certain nombre d’enjeux importants, tels que les formes de résistance à l’hégémonie marchande au sein de la « nation », les tensions entre sécularisation des pratiques de bienfaisance et théologie morale de la charité, ou encore la diffusion de ces problématiques à travers l’espace de la diaspora grecque. On gagera que ces éclairages ponctuels viendront à terme confirmer la triple piste esquissée dans ces pages : celle d’un verrouillage progressif des dispositifs de gouvernance de la « nation » au profit d’une petite élite négociante ; celle d’une centralité des pratiques de bienfaisance et de charité dans la « fabrique communautaire » grecque à Venise ; et enfin celle d’une imprégnation croissante des pratiques mercantiles dans la gestion collective de la bienfaisance communautaire.

Haut de page

Notes

1 Pour la commodité du lecteur, nous avons choisi de privilégier dans la bibliographie les travaux en langues française, anglaise et italienne, et de ne mentionner que les publications en grec indispensables à notre propos. Nous tenons par ailleurs à remercier le relecteur anonyme de Rives méditerranéennes pour ses critiques bienveillantes et ses observations stimulantes sur la base d’une première version du présent article.

Le terme « nation » renvoie ici à la constitution politico-juridique d’une minorité ethnique ou religieuse au sein de sa société d’accueil, tandis que « colonie » s’applique à un groupe démographique donné. Enfin, nous employons le terme « communauté » pour désigner le produit de la construction et de la conscience d’un « être-ensemble » au sein d’un groupe social donné, une notion qui postule donc l’existence, parmi les acteurs historiques, d’un sentiment – même implicite – d’appartenance à une entité collective, dont les frontières ne recouvrent pas automatiquement celles du groupe démographique ou du corps politico-juridique.

2 L’emploi du terme « étranger » pour qualifier les Grecs de Venise est problématique à plus d’un titre ; on se contentera de rappeler ici qu’à l’inverse de nombreuses autres colonies de la diaspora grecque, celle de la Cité des Doges est majoritairement composée d’individus originaires de terres incorporées au Stato da Mar vénitien, et donc à ce titre sujets de la Sérénissime. Sans prétendre réduire la question de l’extranéité aux seuls statuts politiques et juridiques des individus, il s’agit là d’une spécificité dont il faut tenir compte, notamment dans le cadre d’une lecture comparative de la présence des différents groupes « étrangers » à Venise au cours de l’époque moderne.

3 Sur ce point, voir M. Tomara-Sideris, « The Social and Historical Function of Evergetism », Journal of the Hellenic Diaspora, vol. 33, n° 1-2, 2007, p. 105-112 ; V. Théodorou, « Évergétisme et aspects de l’intégration sociale dans les communautés diasporiques (1870-1920) », Ta Istorika, vol. 7, 1987, p. 119-154 (en grec). Cette figure de l’évergète moderne n’entretient qu’une lointaine parenté avec son ancêtre romain, magistralement étudié par P. Veyne dans Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, 1976.

4 S. Siegmund, The Medici State and the Ghetto of Florence : The Construction of an Early Modern Jewish Community, Stanford, Stanford University Press, 2006, p. 387.

5 M. Hovanessian, Le lien communautaire : Trois générations d’Arméniens, Paris, Armand Colin, 1992.

6 Sur ce point, voir en priorité E. Vogli, « Grecs d’origine » : nationalité et identité dans l’État national des Grecs (1821-1844), Héraklion, Panepistemiakes Ekdoseis Kritis, 2007 (en grec) ; S. Papageorgiou, Du genos à l’ethnos. La fondation de l’État grec, 1821-1862, Athènes, Papazisi, 2004 (en grec).

7 T. Stoianovich, « The Conquering Balkan Orthodox Merchant », Journal of Economic History, vol. 20, 1960, p. 234-313 ; V. Seirinidou, « Grocers and Wholesalers, Ottomans and Habsburgs, Foreigners and « Our Own » : the Greek Trade Diasporas in Central Europe, Seventeenth to Nineteenth Centuries », in S. Faroqhi et G. Veinstein (dir.), Merchants in the Ottoman Empire, Louvain, Peeters, 2008, p. 81-95.

8 Ainsi qu’en témoigne le fait qu’à la différence de ce qui se pratique dans d’autres colonies de la diaspora grecque, la plupart des registres de la confrérie grecque-orthodoxe de San Nicolò soient tenus en langue italienne.

9 Sur les origines de la présence grecque à Venise, voir B. Imhaus, Le Minoranze orientali a Venezia, 1300-1510, Rome, Il Veltro, 1997.

10 M. Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, v.1770-v.1830, Thèse de doctorat, Institut Universitaire Européen (Florence), 2010, passim.

11 E. Muir, Civic Ritual in Renaissance Venice, Princeton, Princeton University Press, 1981 ; B. Pullan , « Natura e carattere delle Scuole », in T. Pignatti (dir.), Le Scuole di Venezia, Milan, Electa, 1981, p. 9-26 ; P. Fortini Brown, « Le Scuole », in A. Tenenti et U. Tucci (dir.), Storia di Venezia, dalle origini alla caduta della Serenissima, t. V, Il Rinascimento. Società e Economia, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1996, p. 307-354 ; J. Ball, « Poverty, Charity and the Greek Community », Studi Veneziani, n.s., vol. 6, 1982, p. 129-145, en particulier p. 130 ; C. Black, « Early Modern Venice : an Ideal Welfare State ? », in C. Maltezou (dir.), Plousioi kai ftochoi sten koinonia tes ellinolatinikes Anatoles, Venise, Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantitni di Venezia, 1998, p. 145-158.

12 Archives de l’Institut Hellénique de Venise (A.I.H.V.), A 1 K 1, Mariegola, f° 5rv, Pétition de « Zuan da Sancta Maura, marangon, et maistro Alesio de Corfù, spiçier », s.d. (1498).

13 Archivio di Stato di Venezia (A.S.V.), Consiglio X, Parti Miste, reg. 27, 1495-1498, f° 204r, 28 novembre 1498.

14 Sur la structure institutionnelle de la confrérie vénitienne, voir N. Moschonas, « La Comunità greca di Venezia : aspetti sociali ed economici », in M. F. Tiepolo et E. Tonetti (dir.), I Greci a Venezia, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2002, p. 221-242, en particulier p. 233-236.

15 A.I.H.V., A 1 K 1, ff° 28sq, Statuts de la confrérie de San Nicolò, § 13 : « che loro volessero far qualche fabbrica per logar qualche povero di nostri fratelli, ovvero de sorelle, ovvero sovegnir qualche donzeletta per il suo maritar, o qualche altra povera orfana, purché fosse fia de fratello, ovvero de sorella della nostra fraterna ».

16 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana del’500. La confraternità del’500. La Confraternità di S. Nicolò dei Greci, Ravenne, Diamond Byte, 1989, p. 78.

17 Par la délibération du 28 mars 1546, la confrérie institue une taxe d’un à quatre soldi per collo sur les marchandises entrant et sortant de Venise ; quant aux navires, ils sont soumis à un droit d’un à trois ducats selon leur tonnage. Le fait que des marchands, armateurs et capitaines grecs sujets ottomans se soient portés volontaires pour s’acquitter de cette contribution a amené des historiens à y voir « un témoignage du sentiment patriotique grec » ; voir D. Geanakoplos, « La colonia greca di Venezia e il suo significato per il Rinascimento », in A. Pertusi (dir.), Venezia e l’Oriente fra Tardo Medioevo e Rinascimento, Venise, Sansoni, 1966, p. 183-203, ici p. 190.

18 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 78.

19 Dans la forme qu’il revêt aux XVIe et XVIIe siècles, le dispositif d’attribution de dots aux filles pauvres de la « nation » grecque contraste assez fortement avec la sophistication du système similaire que l’on rencontre dans certaines colonies de la diaspora juive (et notamment à Amsterdam). Voir par exemple M. Bodian, « The 'Portuguese' Dowry Societies in Venice and Amsterdam », Italia, vol. 6, n° 1-2, 1987, p. 30-61.

20 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 78-81. L’arrivée de réfugiés grecs à Venise au cours du XVIe siècle suit de près le repli du Stato da Mar vénitien en Méditerranée orientale, face à l’avancée ottomane : après la perte de ses bastions péloponnésiens de Modon et Coron en 1500, puis de Nauplie (Napoli di Romania) et Monemvasia (Malvasia) en 1540, la Sérénissime se voit ainsi contrainte d’abandonner Chypre aux Turcs en 1571.

21 Sur l’existence et le fonctionnement d’une « caisse des pauvres » chez les Juifs de Florence au XVIe siècle, voir S. Siegmund, The Medici State and the Ghetto of Florence…, op. cit., p. 388. L’auteur précise que les membres de la « nation » florentine sont tenus (sous peine d’amende) d’approvisionner cette caisse en accomplissant à tour de rôle des quêtes quotidiennes dans leur voisinage – une contrainte qui ne semble pas avoir existé dans le cas des Grecs de Venise.

22 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 5, p. 13-32, « Regolamento economico, amministrativo, e disciplinale della Nazione Greca stabilita e domiciliata nell’inclita Città di Venezia », 16 février 1821, Cap. 10, « Dei Poveri, degli infermi, e delle famiglie indigenti », § 139.

23 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia. Periodi e tendenze », in C. Maltezou (dir.), Demosia ilaria / Pubblica celebrazione : 500 anni dalla fondazione della comunità dei greci ortodossi di Venezia, 1498-1998, Venise, Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantini di Venezia, 1999, p. 133-154, en particulier p. 139 et 150-151.

24 D. Jacoby, « I Greci e le altre comunità tra Venezia e oltremare », in M. F. Tiepolo et E. Tonetti (dir.), I Greci a Venezia..., op. cit., p. 41-82, ici p. 45-46.

25 Parmi une abondante littérature sur le sujet, voir en priorité F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 48-64 ; F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia… », art. cit., p. 137-139 ; E. Burke, The Greek Neighbourhoods of Sixteenth Century Venice, 1498-1600 : Daily Life of an Immigrant Community, Thèse de doctorat, Université de Monash, 2004, p. 129-149 ; G. Pagratis, « Les marchands de Ioannina à Venise au milieu du XVIe siècle (1550-1567) », Thesaurismata, vol. 28, 1998, p. 129-174 ; M. Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales HSS, vol. 58, no. 3, 2003, p. 605-625.

26 F. Mavroidi, Aspetti della società veneziana..., op. cit., p. 38-39 ; E. Burke, The Greek Neighbourhoods…, op. cit., p. 125sq.

27 Altération de la forme vénitienne de « speziale » (spezier), le terme « spiçier » (utilisé dans la pétition de 1498) comme sa traduction latine d’« aromatarius » (dans la réponse du Conseil des Dix) désignent un parfumeur, un droguiste ou un vendeur d’aromates et d’épices.

28 Sur le rôle essentiel que jouent alors ces militaires au sein de la « nation » grecque de Venise, voir G. Pilidis, « Morire per honor di la Signoria. Gli stradioti greci a Venezia », in C. Maltezou (dir.), Demosia ilaria / Pubblica celebrazione…, op. cit., p. 25-46. Selon Ersie Burke, les soldats représentent 15 % du total des membres de la confrérie au XVIe siècle ; E. Burke, The Greek Neighbourhoods…, op. cit., p. 128 et 152-162.

29 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia… », art. cit., p. 139 et 150-151 ; C. Maltezou, La Venise des Grecs, Athènes, Militos, 1999, p. 110 (en grec). Aucun négociant grec n’intègrera par contre les Cinque Savi al Commercio, dont l’accès est strictement réservé au patriciat vénitien.

30 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia... », art. cit., p. 136, qui précise que les marchands contrôlaient déjà depuis le XVIe siècle la charge de gastaldo ou de guardian grande de la scuola.

31 A.S.V., Notarile, Testamenti, b. 155, Gregorio Blancono, n° 202 (le testament s’accompagne de nombreux codicilles). A. Karathanassis, « Il Collegio Flanginis », in M. F. Tiepolo et E. Tonetti (dir.), I Greci a Venezia..., op. cit., p. 197-208. Parmi les autres objets auxquels Flanginis destine une partie de son legs figurent la provision de dots aux filles pauvres de la « nation », la fondation d’un hôpital jouxtant le bâtiment de la confrérie, et le rachat de captifs chrétiens tombés aux mains des corsaires maghrébins et ottomans.

32 A.I.H.V., A 3 K 14, Capitolare XIV, 1822-1839, ff° 150r-152r, Délibération du chapitre, 13 avril 1834. On estime à plus de 500 le nombre d’élèves (âgés de 12 à 16 ans) passés par le Collège Flanginis entre 1665 et 1797, et à environ 80 le nombre de ceux ayant poursuivi leurs études à la prestigieuse université de Padoue.

33 A. Karathanassis, « Il Collegio Flanginis », art. cit., p. 203.

34 A.I.H.V., A 3 K 17, Protocollo degl’atti della nazione greca riguardanti il culto, la beneficenza, e l’istruzione, 1818-1862, n° 1, 24 novembre 1818.

35 M. Manoussacas, « Le code des testaments et donations (reg. 217) de l’Institut Hellénique de Venise (1563-1743) », in Coll., Mneme Georgiou A. Petropoulou (1897-1964), 2 vol. , Athènes, A. Sakkoulas, 1984, t. II, p. 129-149 (en grec) ; D. Vlassi, « 'Libro Registro dei testamenti, esibizioni, benefizi, acquisti ed investite che prosegue sino all’anno 1793'. Le codex 218 de l’Institut Hellénique de Venise », in S. Kaklamanis, A. Markopoulos et I. Mavromatis (dir.), Enthymesis Nikolaou M. Panagiotaki, Héraklion, Panepistemiakes Ekdoseis Kritis, 2000, p. 81-90 (en grec). Sur le testament comme medium privilégié de la charité communautaire, voir T. Levie Bernfeld, « Caridade Escapa Da Morte : Legacies to the Poor in Sephardi Wills from Seventeenth-Century Amsterdam », Dutch Jewish History, vol. 3, 1993, p. 179-204 ; W. Pugh, « Catholics, Protestants, and Testamentary Charity in Seventeenth-Century Lyon and Nîmes », French Historical Studies, vol. 11, n° 4, 1980, p. 479-504 ; Gérard NAHON, « Pour une approche des attitudes devant la mort au XVIIIe siècle : sermonnaires et testateurs juifs portugais à Bayonne », Revue des Études Juives, vol. 136, n° 1-2, 1977, p. 3-123.

36 F. Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia... », art. cit., p. 141-142.

37 Cité par J. Georgelin, Venise au siècle des Lumières (1669-1797), Paris et La Haye, Éd. de l’EHESS et Mouton, 1978, p. 681. Sur la présence grecque à Venise au XVIIIe siècle, voir K. Tsiknakis, « L’hellénime à Venise (XIIIe-XVIIIe siècles) », in C. Maltezou (dir.), Venetiae quasi alterum Byzantium. Opseis tes istorias tou venekratoumenou Ellenismou, Athènes, Idryma Ellinikou Politismou, 1993, p. 519-596, en particulier p. 549-550 (en grec) ; M. Grenet, La fabrique communautaire…, op. cit., p. 69-74. Sur la « légende noire » du Settecento vénitien, voir G. Benzoni, « Verso la fine ? A proposito dell’ultimo secolo della Serenissima », in S. Gasparri, G. Levi et P. Moro (dir.), Venezia. Itinerari per la storia della città, Bologne, Il Mulino, 1997, p. 245-269.

38 A.I.H.V., A 3 K 13, Capitolare XIII, 1791-1822, ff° 9r-10r, 2 mars 1792.

39 T. Levie Bernfeld, « Caridade Escapa Da Morte… », art. cit., p. 179.

40 A.I.H.V., A 3 K 12, Capitolare XII, 1774-1791, f° 22v, 11 août 1776.

41  A.I.H.V., A 3 K 17, n° 7, p. 34-52, 22 mai 1821.

42 A.I.H.V., A 3 K 12, ff° 22r (23 juin 1776) et 45r (4 avril 1779).

43 Ibid., ff° 22r, 23 juin 1776 : « Capitato felicemente a Livorno [Alvise da Cipro] fù colà riconosciuto dai nostri mercadanti Bezzo, e Petrocochino, et indi comparve in questa Città [Venise] » ; Ibid., f° 45r, 4 avril 1779 : « Essendosi presentata alla Banca di questa Veneranda Scola per qualche soccorso Catterina Araba Mora fù schiava, liberata li 23 ottobre dell’anno scaduto, come risultò da fede che la medesima conserva, e da lettera di raccomandazione, e di attestazione de’ Reverendi Capellani della Chiesa Greca in Livorno, di 14 febbraio ultimo passato ». Sur les Grecs de Livourne, voir D. Vlami, Le florin, le blé et le chemin du jardin. Les marchands grecs de Livourne, 1750-1868, Solonos, Themelio, 2000 (en grec).

44 M. Grenet, La fabrique communautaire…, op. cit., p. 593.

45 Ibid., p. 286-287 ; D. Vlami, Le florin…, op. cit., p. 278-279 ; U. Cini, « La trajectoire de deux communautés marchandes à Livourne entre le XVIe et le XXe siècle », in M. Bruneau, I. Hassiotis, M. Hovanessian et C. Mouradian (dir.), Arméniens et Grecs en diaspora, approches comparatives, Athènes, Éd. de l’École française d’Athènes, 2007, p. 93-105, ici p. 99. Le même phénomène de relégation des membres du clergé à l’écart des activités de la « nation » et sous l’autorité du corps laïc a été signalé dans le cas de Trieste par O. Katsiardi-Hering, La colonie grecque de Trieste (1751-1830), Athènes, Presses de l’Université Nationale Capodistrienne, 1986, p. 210 (en grec).

46 A.I.H.V., A 3 K 14, f° 100rv, Testament de Giorgio Condaxi, 1er juillet 1825.

47 A.I.H.V., A 3 K 12, ff° 46r-47r, 7 mai 1779.

48 M. Grenet, La fabrique communautaire…, op. cit., p. 344-350.

49 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 5, p. 13-32, « Regolamento… », 16 février 1821, Cap. 10.

50 En matière d’allocation des secours, le nouveau règlement introduit les modifications suivantes : 1° Suppression de l’une des deux distributions mensuelles ; 2° Établissement de deux catalogues des « pauvres de la nation », qui vient entériner une distinction de fait entre bénéficiaires des secours annuels (à Pâques, pour l’Assomption et à Noël) et mensuels ; 3° Échelonnement des sommes allouées selon une grille fixe (2, 3, 4, 5, 6 ou 8 lires par an, et 2, 3 ou 4 lires par mois), en fonction de l’évaluation des besoins des individus ou des familles qui sollicitent ces secours. Voir également A.I.H.V., A 3 K 17, n° 9, p. 53-55, « Elenco generale dei Poveri Nazionali Greci, coll’assegnazione dei rispettivi loro nomi a sei differenti precisate categorie, per le tre annuali distribuzioni, di Pasqua, della B.V. di Agosto, e del SSmo Natale », et p. 56-57, « Elenco de’ Poveri Nazionali vergognosi e questuanti coll’assegnazione de’ rispettivi loro nomi a tre differenti precisate categorie, per la mensuale corresponsione, in ogni prima Domenica del mese », 1er septembre 1821.

51 C. Maltezou, La Venise des Grecs, op. cit., p. 364-370.

52 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 28, p. 72-75, 25 juin 1822.

53 A. Xanthopoulou-KyriakouLa Communauté grecque de Venise, 1797-1866. Administration et organisation économique, activités éducatives et politiques, Thèse de doctorat, Université Aristote de Thessalonique, 1978, p. 134-135 (en grec).

54 Les fiorini di Augusta mentionnés dans le texte sont vraisemblablement des florins d’Augsburg, qui valent environ 4 lires pièce en 1811.

55 A.I.H.V., A 3 K 17, n° 16, p. 60, 25 octobre 1821 ; Ibid., n° 20, p. 63-64, 25 février 1822 ; Ibid., n° 25, p. 69-70, 15 juin 1822 ; Ibid., n° 70, p. 130, 14 décembre 1824.

56 Ibid., n° 31, p. 77-78, 10 janvier 1823.

57 Ibid., n° 13, p. 58, 3 septembre 1821 ; Ibid., n° 14, p. 58-59, 8 septembre 1821 ; Ibid., n° 15, p. 59, 10 septembre 1821 ; Ibid., n° 17, p. 60-61, 2 novembre 1821 ; Ibid., n° 19, p. 62-63, 14 janvier 1822. Pour une période postérieure, voir aussi Ibid., n. 70, p. 130, 14 décembre 1824, et Ibid., n° 101, p. 173-174, 23 mars 1828.

58 Ibid., n° 30, p. 76-77, 1er novembre 1822 : « non cessanno però i bisogni, perché continuamente, abbenchè in minor numero, arrivano sempre di passaggio alcuni Nazionali, spogli, ed affatto privi di mezzi di sussistenza ».

59 Ibid., n° 7, p. 34-52, 22 mai 1821 ; Ibid., n° 72, p. 131-145, 30 décembre 1824. Les valeurs données pour 1825 sont des prévisions de dépenses ; elles confirment néanmoins les tendances observées, à la hausse pour la charité et à la baisse pour le culte et l’éducation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Grenet, « Moralités marchandes et charité communautaire  », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 119-138.

Référence électronique

Mathieu Grenet, « Moralités marchandes et charité communautaire  », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/4740 ; DOI : 10.4000/rives.4740

Haut de page

Auteur

Mathieu Grenet

Mathieu Grenet est chercheur postdoctoral au sein du projet européen « Reconfigurations méditerranéennes : négoce interculturel, litiges commerciaux et pluralisme juridique / Mediterranean reconfigurations : Intercultural trade, commercial litigation, and legal pluralism » (European Research Council, Advanced Grant n° 295868). Ancien allocataire-moniteur en histoire moderne à l’Université Lumière-Lyon2, il a soutenu en septembre 2010 à l’Institut Universitaire Européen de Florence une thèse sur « La Fabrique communautaire : les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, v.1770-v.1830 » (dir. Anthony Molho ; édition en préparation), avant de devenir chercheur postdoctoral de l’Italian Academy for Advanced Studies in America de l’Université Columbia de New York (2010-2011), puis chercheur "Andrew W. Mellon" dans le "Program in Interdisciplinary Inquiry" de l’Université Washington de St. Louis (États-Unis). Auteur de plusieurs articles sur la diaspora grecque, les mobilités internationales et les constructions identitaires à l’époque moderne, il conduit actuellement des recherches sur l'intermédiation linguistique et le commerce interculturel dans les îles Ioniennes au XVIIIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals